Archives par mot-clé : Congo (RDC)

Au-dessous du volcan

1ère édition des rencontres littéraires de Goma

« Au-dessous du volcan »

du 13 au 17 juin 2018 à l’Institut français de Goma (RDC) et sur l’île de Tchegera (Lac Kivu)

Clin d’œil au roman éponyme de Malcom Lowry, « Au-dessous du Volcan » est le nom des rencontres littéraires organisées par l’Institut français de RDC, Halle des Volcans – Goma (Nord-Kivu). Imaginée par Maëline Le Lay, chercheuse spécialiste de la littérature congolaise et Alexandre Mirlesse, représentant de l’ambassade de France à Goma, cette première édition fera dialoguer six écrivains internationalement reconnus et douze auteurs prometteurs de la région des Grands Lacs (RDC, Rwanda, Burundi). Tables rondes, lectures croisées, ateliers d’écriture, dédicaces et rencontres avec le public rythmeront ces trois jours consacrés à « l’écriture du conflit ». Les textes écrits par les participants seront réunis dans un recueil publié par l’Institut français et les éditions Sépia.

PROGRAMME-2

Écrire le fleuve Congo après Conrad

Écrire le fleuve Congo après Conrad (Musée du Quai Branly, Paris)

Salon de lecture, Musée du quai Branly, Paris, 9 juin 2018

Rencontre et table ronde (14h-18H30) et projection de film (18H30).

Dans le sillage de la parution en 2017 des œuvres complètes de Joseph Conrad en Pléiade et, la même année, de l’inscription au programme de l’agrégation de lettres et des classes préparatoires littéraires de son roman le plus célèbre, Au Cœur des ténèbres, cette demi-journée entend proposer un dialogue transdisciplinaire sur l’héritage de Conrad dans les discours et les œuvres inspirées par l’Afrique. Plus particulièrement, il s’agira d’examiner la façon dont l’écriture du Fleuve Congo (ici pris au double sens du terme, géographique et métonymique) continue de mobiliser ou non des motifs conradiens.
Partant de l’hypothèse selon laquelle la réception de Conrad aujourd’hui en Europe ne fait rien d’autre que de questionner notre rapport à l’Afrique, cette demi-journée sera l’occasion de confronter cette hypothèse avec des témoignages de l’expérience du fleuve Congo et la vision tant de créateurs que de chercheurs africains et européens.

Avec Maëline Le Lay, chargée de recherche au LAM (CNRS, Bordeaux), Jean-Pierre Orban, écrivain, chercheur associé à l’ITEM (CNRS-ENS, Paris), Marc Porée (ENS, Paris, dir. de l’édition Joseph Conrad dans la Pléiade), Pierre Halen (Université de Metz), Andrew Griffiths (University of Plymouth) et Frits Andersen (Aarhus Universitet).

Table-ronde : Blaise Ndala (Sans capote ni kalachnikov, Montréal, Mémoire d’encrier, 2017), Joëlle Sambi (Slam et Le Monde est Gueule de Chèvre, éditions Biliki, 2007), etThomas Mpoyi-Buatu (La re-production, L’Harmattan, 1986).

L’ensemble de la rencontre sera placé sous le regard critique de Boniface Mongo-Mboussa (écrivain, critique littéraire).

Lectures par Sara Darmayan et Daddy Moanda Kamono d’Au coeur des ténèbres et d’extraits du scénario inédit tiré de l’oeuvre par Orson Welles.

A 18h30 : projection du film Un avant-poste du progrès, adapté de Joseph Conrad, réalisé par Hugo Vieira da Silva, 2017.

Entrée libre et gratuite.

Avec le soutien des laboratoires ITEM (CNRS-ENS) et Les Afriques dans le monde (LAM-CNRS)

URL de référencehttp://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/actualite-de-ledition-et-de-la-recherche/details-de-levenement/e/ecrire-le-fleuve-congo-apres-conrad-37914/, http://www.item.ens.fr/conrad/ et https://kouroumanus.hypotheses.org/1119

Télécharger le programme détaillé en pdf sur le site de LAM : http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/sites/lam/files/2018-06-09_ecrire_le_fleuve_congo.pdf

Le voyage en Afrique ou Quand la fin est un commencement. Par Daniel Delas

Jean-Pierre ORBAN, Toutes les îles et l’océan, roman, Mercure de France, 2018, 293 p.

Au-delà du discours ronflant des hommes politiques sur le dialogue des cultures et sur l’enrichissement humain qu’apporte le métissage, il y a les réalités de l’histoire, les blessures de la colonisation, les désirs de vengeance qu’elle a engendrés et les êtres déracinés qu’elle a multipliés. C’est à ces réalités-là que Jean-Pierre Orban, après Vera, consacre son deuxième roman. Né de père belge et de mère italienne, le romancier a passé une partie de son enfance au Congo belge et c’est ce pays et son fleuve homonyme qui sont au centre de la première partie (« Le fleuve ») de son roman.

L’héroïne en est une jeune femme, Adèle, qui vit insouciante à Paris, quand par hasard elle  rencontre un homme séduisant, Sainto, qui est dans la vie un militant anticolonialiste, combattant aux côtés des lumumbistes. Après que le couple a passé trois jours de passion charnelle, l’homme repart au loin. Quelques mois après la jeune femme réalise qu’elle est enceinte. Elle décide alors inconsidérément (au plein sens du terme), de partir là-bas,  sans rien connaître du Congo et moins encore de Kisangani (ex-Stanleyville), en remontant le fleuve Congo à partir de Kinshasa (ex-Léopoldville). Nous sommes en 1964, quatre ans après l’indépendance du pays, le bateau remontant le fleuve fonctionne encore plus ou moins bien et voilà Adèle (dont le prénom rappelle celui d’une autre jeune femme se lançant aussi follement à la poursuite d’un amant, Adèle Hugo, la fille de Victor) arrivant à Kisangani au moment où les rebelles Simbas (Lions) s’emparent de la ville et massacrent de nombreux colons coupables de leur seule blancheur.

En ce moment, ce matin, après les rafales sur la colonne de prisonniers par les rebelles et sur les rebelles par les parachutistes, les corps gisaient là, pas encore séchés, pas tous morts, gémissant, se traînant, le sang rouge sur les chemises, robes, pantalons, shorts qui l’absorbaient et le fixaient, visible, éclatant, blessant lui-même à la vue. (p. 83)

Son amant, qui était une sorte de journaliste politique devenu la voix de la rébellion, est mort lui aussi.  Adèle repart en avion en survolant le fleuve

Elle a senti le flot qui descendait et que l’avion suivait. Et elle s’est dit qu’elle aurait préféré faire l’inverse. Avoir remonté le cours en avion et le descendre maintenant en bateau. Sur l’eau, vers l’embouchure. Vers l’océan. Se laisser absorber par sa masse indistincte et rassurante. (p. 98)

Après cette « exploration » – c’est le terme qu’utilise Adèle – de l’Afrique et de son histoire récente, vient dans la seconde partie intitulée « Les Rives » le temps de l’intime. Adèle se replie sur elle-même, sur son vide intérieur après la naissance de son fils Raphaël, quitte Paris pour aller s’installer à Bruxelles. Elle regarde le monde de l’extérieur comme si elle n’en faisait pas partie, erre avec son fils dans les « cafés noirs » fréquentés par des blancs nostalgiques et finit par perdre ses repères

A force de chercher à assembler un puzzle dont elle n’avait pas le modèle, à force d’être toujours sur le fil entre invention et mensonge, à trop vouloir se tenir droite au bord du vide pour que son fils n’y tombe pas, Adèle a fini par perdre cette force, par se relâcher et, dans un vertige de plus en plus grand, par éprouver, du vide, l’irrésistible attraction. (p. 129)

Elle en mourra après avoir continué de vivre comme « au-delà » de la vie, « dans un temps qui n’avait pas grand-chose à voir avec la vie, ses exigences, ses contingences » (p. 163). Suicidée, transformée « en effluve. En parfum, comme elle avait perçu Sainto » (p. 171).

Adèle disparue, c’est au tour de Raphaël d’apparaître dans la troisième partie du roman intitulée « l’île » ou plutôt de sembler apparaître car Raphaël n’existe pas vraiment. Il se laisse emporter, littéralement, par un étrange taximan caribéen anglophone, – Dez pour Desmond -, qui l’emmène dans son squat, une tour désaffectée, transformant peu à peu ce petit blanc mutique en chiot obéissant.
Finalement ce blanc trouve sa vérité dans la dernière partie intitulée « L’océan », imprimée en caractères différents. C’est Dez qui parle, Dez « le grand noir dégingandé aux dreadlocks de couleur », dont la truculence contraste avec le silence de Raph, chétif et pâle, « un chien triste ». Il parle de la fin de Raph. On ne racontera pas cette fin qui n’en est d’ailleurs pas une puisqu’à l’occasion d’une visite à la maison de Stanley (Henry Morton Stanley, 1841-1904) aux environs de Londres, les deux amis retrouvent l’Afrique dont Raph a tant rêvé sans la connaître. Dans un vaste jardin

Toute l’Afrique de Stanley. Tout le jardin rebaptisé par l’explorateur selon les lieux qu’il avait connus et conquis. Ramenés là comme des trophées ou des pièces de collection dans une vitrine. Comme un voilier engoncé dans une bouteille. (p. 277)

S’avère alors ainsi que le voyage qui semblait se clore recommence toujours, comme « la mer, la mer toujours recommencée ». Ce que dit une dernière citation de T.S.Eliot mise en ultime exergue

We shall not cease from exploration

                                    And the end of all our exploring

                                    Will be to arrive where we started. 

Tout le roman est porté par une écriture chatoyante, parfois simplement réaliste, parfois multilingue, parfois (rarement) lyrique. Ecriture qu’on caractériserait bien en lui appliquant un adjectif comme chaleureuse parce qu’elle ne cherche pas à en mettre plein la vue, parce qu’elle laisse du temps entre les mots usant d’une ponctuation expressive qui rythme pleinement temps forts et temps faibles, attentive à ne pas harasser le lecteur.

Une belle réussite.

Pour citer cet article : Le voyage en Afrique ou Quand la fin est un commencement. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 20/04/2018, https://apela.hypotheses.org/1889.

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Littératures des Afriques »

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

Atelier de création littéraire avec In-Koli Jean Bofane: Au-delà de l’introspection

L’atelier de création littéraire se tiendra dans les locaux du Séminaire d’Etudes françaises, université de Bâle (Suisse), Maiengasse 51, de 9 à 16h, les 1er et 5 octobre 2016, salle 005 (rez-de-chaussée)

L’atelier de création littéraire est dirigé par le romancier congolais In-Koli Jean Bofane, auteur de Congo Inc., Le Testament de Bismarck et de Mathématiques congolaises. Ses ouvrages ont été couronnés de nombreux prix dont le Prix des 5 Continents de la Francophonie, le Grand Prix Littéraire d’Afrique noire, le Grand Prix du roman Métis, le Prix Transfuge.

Le kasala est un mécanisme traditionnel du Congo, imaginé pour rétablir l’équilibre entre la collectivité et l’individu en passant par la louange et l’autoglorification. L’autolouange se caractérise par l’audace de dire « je, je suis, moi… » ; elle est une expression du désir de gloire et d’immortalité, des désirs universels et nécessaires. Le kasala est un récit qui se focalise sur la biographie ou un fragment de biographie mais où une dimension romanesque y est ajoutée. Le héros d’aujourd’hui ne lutte plus contre des guerriers, des monstres ou contre des êtres surnaturels, il est confronté à l’indifférence, à la stigmatisation, au fatalisme, bref il a à lutter contre le mal-être et la difficulté d’occuper sa réelle place. À travers le kasala, ce personnage s’efforcera d’acquérir la connaissance, la reconnaissance, la libération, afin de reconquérir cette place légitime parmi les humains.
Si l’écriture permet de se mouvoir dans des univers qui peuvent nous être étrangers, la vision du kasala permet à travers un atelier de création littéraire de se mouvoir à travers soi ou à travers un personnage en examinant la mémoire ou des projections du futurs pour, peut-être, comprendre les sentiments qui nous animent et rechercher l’équilibre car l’équilibre est la condition essentielle pour que le récit puisse tenir debout.
Pour pouvoir rédiger un texte littéraire, le participant – après un débat sur un thème choisi – devra parvenir à explorer un univers singulier en passant par ses propres émotions. De là, l’élaboration d’un scénario sera possible. Pour enfin arriver à la rédaction du texte, le participant sera dirigé à chaque étape de ce processus d’écriture.

Prix : 300.- CHF (Etudiants : 200.- CHF)

Nombre de participants : entre 6 et 10 participants

Inscription : jusqu’au 25 septembre auprès de arteskript-at-gmail.com

URL de référence : https://franz.unibas.ch/aktuelles/newseintrag/article/4424/atelier-decriture-avec-lecrivain-in-koli-jean-bofane-au-dela-de-lintrospection-1/

Undisciplined Africanism (séminaire général du LAM)

V. Y. Mudimbe. Undisciplined Africanism

http://polaf.hypotheses.org/834

Pierre-Philippe Fraiture, professeur de littérature à l’Université de Warwick, directeur du département des French Studies et chercheur associé au LAM, présentera son livre, V.Y Mudimbe. Undisciplined Africanism (Liverpool, Liverpool University Press, 2013) au séminaire général du LAM (Bordeaux), le jeudi 12 mai, de 14h30 à 16h30, Amphithéâtre de la Maison des Suds (Esplanade des Antilles, Université Bordeaux-Montaigne)

La séance sera discutée par Alain Ricard et Maëline Le Lay.

Vous trouverez une description de l’ouvrage ici : http://liverpooluniversitypress.co.uk/products/61092

Et ici, vous pourrez lire une recension de l’ouvrage par Alain Ricard : http://polaf.hypotheses.org/834

Lectures : fêlures et réparations en Afrique

Atelier Lectures : fêlures et réparations

Prochaine séance (4) le vendredi 18 mars 2016, 9h-12h30

Université Toulouse Jean Jaurès, Nouvelle Maison de la Recherche, salle E111

  • Maëline LE LAY (LAM-CNRS, Bordeaux) : Les pratiques d’écriture créative et de lecture oralisée dans l’Afrique des Grands Lacs : « une tentative de réparation envers les morts à l’usage des vivants » ?
  • Sabrina MEDOUDA (LLA-Créatis, Toulouse) : Quand lire panse, ou la mise en abyme du lecteur dans la littérature féminine ivoirienne

Résumés des communications et présentations des chercheures dans le programme joint : Programme_séance4_LEFERE_diffusion

La présentation de cette séance est disponible sur cette page du carnet de MemoCris. Le programme complet de l’atelier peut être consulté sous ce lien.

LEFERE est l’un des ateliers du séminaire MemoCris (Mémoires dominées et créations critiques dans les sociétés post-traumatiques). LEFERE est porté par

  • Anne Coignard (ERRaPHiS),
  • Marie-José Fourtanier (LLA-Créatis),
  • Catherine Mazauric (CIELAM et LLA-Créatis),
  • Létitia Mouze (ERRaPHiS).