Archives par mot-clé : Congo

Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

Référence bibliographique : INTERCULTUREL FRANCOPHONIES, n° 25, juin-juillet 2014: Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite, Alliance Française de Lecce, 2014. EAN13 : 9788895343181.

Le n° 25, juin-juillet 2014, de la revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française Interculturel Francophonies, dirigée par Andrea Calì (Università del Salento, Lecce, Italie), vient de sortir. Cette livraison, coordonnée par Frédéric Mambenga (Université de Librebille, Gabon) est consacrée à Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite.

Présentation

Situer l’œuvre d’Alain Mabanckou dans le champ littéraire africain et francophone n’est pas une entreprise facile. Car, elle est marquée par la polymorphie, c’est-à-dire à la fois la pluralité des genres et des postures qui s’invitent sur la scène de son imaginaire et l’esthétique transculturelle qui remet sans cesse en question l’authenticité culturelle et raciale  comme fondements définitoires de l’écrivain négro-africain. Mais en même temps, Mabanckou n’a pas totalement renoncé à ses racines africaines, à cette nostalgie inconsolée du pays natal, à travers la figure maternelle qui constitue sa véritable source d’inspiration.

Dans le champ littéraire francophone, l’œuvre de Mabanckou est au cœur des principales problématiques esthétiques et thématiques, car elle se caractérise par le déracinement, l’entre‑deux culturel, l’incertitude identitaire et l’hybridation de l’écriture La posture de Mabanckou a toujours été celle d’un iconoclaste qui brise les certitudes établies, en proposant des pistes d’un cosmopolitisme littéraire qui rendent obsolètes les nationalismes culturels. Pour Mabanckou, l’expression de l’identité francophone   nécessite  un dépassement des frontières géographiques, politiques, culturelles et institutionnelles  pour une francophonie qui serait de fait une francophonie  totale intégrant même la littérature française.

Sommaire

 

Introduction

11    Frédéric Mambenga,  Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

L’inscription autobiographique

19    Virginie Brinker, L’inspiration autobiographique comme matrice poétique dans quelques ouvrages d’Alain Mabanckou

37    Jelena Antic, Les rapports mère-fils dans le roman d’Alain Mabanckou Demain j’aurai vingt ans

55    Katerina Spiropoulou, La mémoire de l’enfance chez Mabanckou et Maximin: étude comparée de Demain j’aurai vingt ans et Tu, c’est l’enfance

Poétique romanesque

 

79    Magali Renouf, Alain Mabanckou: reconstruire pas le détournement et la déconstruction

91    Marthe Bogat Oyane, Alain Mabanckou, ses pères et ses pairs

107   Claudine Gaetzi, Verre cassé: les échos d’un texte brisé

125   Alain Serge Agnessan, Alain Mabanckou, un écrivain paralittéraire (?)

145   Guilioh Vokeng – Romuald Nkouda, Verre cassé d’Alain Mabanckou ou des livres dans un livre: de la pratique intertextuelle aux échanges interculturels

165   Marcel Nouago Njeukam, La mise en forme du drame de l’immigré clandestin dans le roman francophone de la migritude: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou

Paysages thématiques

185   Bernard Mouralis, Distance critique et fraternité dans Lettre à Jimmy d’Alain Mabanckou

203   Serge Ondo Ella, Romans de la « migritude » et imaginaire traditionnel africain: cas de Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou

223   Canissius Allogho Mantwani, Alain Mabanckou: la mémoire et l’histoire. Plaidoyer pour une herméneutique de la conscience historique

243   Buata B. Malela, Ce que la musique populaire fait au roman contemporain: Black Bazar d’Alain Mabanckou

267   Frédéric Mambenga, Errance et Espérance dans la poésie d’Alain Mabanckou: un poète lyrique en face du tragique négro-africain

283   Andrea Calì, L’écriture de la guerre chez Alain Mabanckou et Emmanuel Dongala

305   Médard K. Bouazi, Violence sociale, fureur urbaine: la mise en scène du désespoir chez Alain Mabanckou

317   Jaouad Serghini, Mabanckou, l’intellectuel africain interverti

331   Fiches bio-bibliographiques des collaborateurs

339   Les numéros d’Interculturel Francophonies

Responsable : ANDREA CALI
Url de référence :
http://alliancefrlecce.xoom.it

CFP: The Belgian Congo between the two World Wars (Brussels, 2015)

ROYAL ACADEMY FOR OVERSEAS SCIENCES

First Announcement and Call for Papers/Posters

Seminar

The Belgian Congo between the two World Wars

(Brussels, November 2015)

Aims of the Conference

The period between the signature of the Versailles Treaty and the establishment of the League of Nations on the one hand and the start of the Second World War on the other (1919-1939) is a most interesting and often neglected one. Before the First World War, during the 10 years or so which followed the take-over of the Congo Free State by Belgium, Belgian colonial policy was in its infancy. Most of the personnel in charge of its application was for some time that of the former state and, within six years, the war had started in Europe and also in Africa. Consequently, 1919 appears an appropriate starting time for a period of twenty years at the end of which Belgium was not formally engaged in the new conflict, but was already getting ready for it in some spheres of activity.

The Conference has a broad thematic focus: developments in the Congo itself will of course be examined extensively, but also the impact of colonialism in the metropolis (including colonial policy) on the general background of declared Belgian governmental policy. It aims to assess the situation and problems arising on the ground for the African population when confronted with that policy becoming operational, but collateral effects on the local population of the presence of Europeans in the country are not excluded from the conference. We will take into account local, both African and European, dimensions as well as external developments. These include not only the interplay between Belgian interests and policies in the Congo and their feedback on Belgium itself, but the interplay between the metropolis, Belgian colonial circles and “foreign” influences as well. Our purpose is to provide the widest possible view of the development of the country during that period, while, at the same time, accepting that its complete history will not be written at the end of our meeting. But perhaps it will be the first of many others either going deeper or examining new ones.

The Academy invites scholars from both the Southern and the Northern hemisphere to contribute to the Conference with full original contributions providing new material and/or insights into the period; it will also accept posters presentations. All participants will be asked to deliver a draft version of their contribution one month ahead, so that it can be circulated to all people interested before the start of the conference. There will be no extensive formal presentation of the papers or posters submitted during the meeting, in order to give an absolute priority to discussion.

The two day-conference will be divided into six sessions (two on each morning and on the afternoon of the first day) devoted each to one theme (still to be determined), the last afternoon being allocated to a summing-up of the whole. Each session will be introduced by a moderator who is a member of the Academy, opening in 10 minutes or so themes for discussion on the basis of papers submitted by participants and authors of posters. A short presentation (4 minutes) of five selected posters by their authors will follow. The short time limit imposed for these poster presentations will be strictly enforced. A one hour discussion will follow; this procedure will allow for a lively and focused exchange of ideas among the participants and authors of posters. Further remarks will then be asked from the floor under the strict supervision of the moderator.

Timing:

  • submission of proposals before June, 30th, 2014 (English — length : max. one A4 page-12 point font + short CV)
  • reply from the organizing committee by the middle of June 2014 : it will then be clear which papers or posters were selected for presentation.
  • submission of extensive preliminary drafts of the papers in September 2015. These will be circulated among the participants before the conference starts.
  • conference meeting in November 2015.
  • submission of final version of the papers on February, 28th, 2016 (subject to review by the organizing committee).
  • publication of the full version of the papers by the middle of 2016 (volume to be published by the RAOS).

Travel and Accommodation: participants are encouraged to find their own financial support.

Send to :

ROYAL ACADEMY FOR OVERSEAS SCIENCES

Prof. Dr Philippe GOYENS, Permanent Secretary

Av. Louise 231 / Louizalaan 231

1050 BRUSSELS

BELGIUM

Tel: (0032) 2 538 02 11

Fax: (0032) 539 23 53

Email: kaowarsom@skynet.be

Website: www.kaowarsom.be

Le Rapport Brazza

Soirée pour la sortie du livre Le rapport Brazza aux éditions le passager clandestin,

mercredi 26 mars à 19h, avec Catherine Coquery-Vidrovitch,

à l’IREA – Maison de l’Afrique – 7 rue des Carmes 75005 Paris. Entrée libre.

Le Rapport Brazza

Mission d’enquête du Congo : rapport et documents (1905-1907)

de Mission Pierre Savorgnan de Brazza / Commission Lanessan

Préface de Catherine Coquery-Vidrovitch

Ce livre a reçu le soutien de l’association Sortir du colonialisme.
Postface de Patrick Farbiaz.

En mars 2014, Le passager clandestin publie pour la première fois le rapport établi entre 1905 et 1907 par le ministère des Colonies, à partir des informations rassemblées par la dernière mission de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo. Ce document présenté par Catherine Coquery-Vidrovitch est accompagné de nombreuses autres archives inédites.
Par cette publication, le passager clandestin met à la disposition de tous un document fondamental pour appréhender l’histoire coloniale européenne au tournant du XXe siècle, ses enjeux, ses pratiques et ses effets.

En 1903, le journaliste britannique Edmund Morel entreprend de lancer une campagne européenne contre les abus du « caoutchouc rouge » (sanglant) de l’État indépendant du Congo, le futur Congo belge, alors soumis au pouvoir discrétionnaire de Léopold II, roi des Belges. Côté Congo français, les abus sont réputés moins criants. Néanmoins ils sont assez réels pour provoquer quelques remous dans la presse et au parlement au cours de l’année 1904-1905.
En 1905, pour tenter de faire taire les rumeurs et calmer l’impatience des autres puissances coloniales de la région, les autorités françaises se sentent obligées de dépêcher sur place une mission d’inspection.

Telle est l’origine de la dernière mission en Afrique de Pierre Savorgnan de Brazza, partie le 5 avril 1905 de Marseille, qui entraîna la mort de l’explorateur, le 14 septembre 1905, à l’escale du retour à Dakar. Le rapport qui fut rédigé par le ministère à partir des archives de la mission, jugé explosif, ne fut jamais publié. Il fut oublié et on le crut perdu…

Le rapport Brazza met en lumière un système inefficace, coûteux pour l’État et surtout à l’origine d’abus massifs et intolérables. Il montre le poids exercé par les intérêts privés sur la politique coloniale. Il prouve que l’administration française ne pouvait ignorer ces dérives, qu’elle les tolérait et que, dans une certaine mesure, elle les couvrait.

À travers cette histoire singulière c’est la question même de la mémoire et de l’écriture de l’histoire coloniale française et européenne qui est posée à nouveaux frais, comme l’explique Catherine Coquery-Vidrovitch, seule historienne française à avoir eu connaissance du rapport, dès 1965 : « Tout se passe comme si on avait affaire à un cas d’amnésie collective, ou plutôt à une volonté collective de ne pas savoir, de ne pas se souvenir. (…) Ce manque de curiosité, ou plutôt ce désir, inconscient ou non, de ne pas inventorier le passé colonial, dure encore aujourd’hui. (…)  La raison d’être de la présente édition est, sur des faits précis, d’établir aussi fidèlement que possible le savoir tel que nous l’ont transmis des documents originaux, inédits, abondants et librement consultables, seule façon de prendre sereinement connaissance de la totalité de notre passé. »

Le Passager clandestin