Archives par mot-clé : Côte d’Ivoire

AAC : Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité

Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité : l’œuvre à l’épreuve du contemporain

(ENS Abidjan)

Colloque pluridisciplinaire

Abidjan, les 13 et 14 mai 2016,

à l’occasion du 25e anniversaire de la disparition d’Amadou Hampâté Bâ.

Date-limite d’envoi des propositions : 31 décembre 2015.

L’œuvre d’Amadou Hampâté Bâ  est continûment traversée par l’idée de fraternité qui s’y traduit à l’aune de la tolérance et de l’altérité d’un autrui qui est toujours à comprendre, à écouter voire à saisir pour être en harmonie avec lui.  C’est-à-dire à con-naître. Et donc à ne pas dire par celui qui le perçoit et l’appréhende. L’herméneutique proposée par l’auteur et qui s’en dégage, est, ici, une herméneutique fondée sur un autrui qui n’est jamais appréhendé ni à appréhender en tant qu’objet par la personne tiers qui vient à son contact ; autrui (anthropomorphe ou non, culture, civilisation, objet…) est, tout au contraire, sujet en propre, sujet, sujet de sa vérité, de la vérité de lui-même et n’a pas à être dit par un autre que lui-même en conséquence : c’est lui le sujet que l’autre écoute en fait. Disons, d’un mot qu’il est sujet de parole et non pas objet de parole.  Il s’agit donc en fait d’un discours qui se construit sur le mode d’un cheminement vers cet autre que moi qui l’écoute et qui l’observe en quelque sorte. C’est un véritable parcours de connaissance que cette œuvre a ainsi tracé et laissé à notre mémoire collective comme un traité de philosophie de l’altérité qui débouche nécessairement sur un principe de tolérance sans contrainte. Cette dernière porte l’œuvre et se situe, en arrière-plan, telle une ombre (justement) portée sur ce support qui transporte son information : ce spectre d’amour, de fraternité et de tolérance est donc la condition de l’œuvre. […]

Axes de lecture envisagés :

  • Les images éclatées de la tolérance
  • Les configurations de l’ouverture et de l’altérité
  • Les figures de la rencontre
  • La poétique de la connaissance…
  • Lecteur aveugle vs lecteur initié

Consulter la suite de l’argumentaire, d’autres informations et le formulaire de soumission des propositions sur le site de Fabula.

Les écritures de l’horreur dans la littérature africaine

APPEL A CONTRIBUTIONS POUR OUVRAGE COLLECTIF

« Les écritures de l’horreur dans la littérature africaine »

Ecrire, notait Stephen King, c’est aussi savoir être à l’écoute du « grand prédateur qui patrouillait quelque part dans la jungle. »[1] Ce propos envisage et pense l’écriture comme acte de mettre l’horreur en mots, de la circonscrire dans l’espace de la page. L’écriture de l’horreur s’en trouve défendue. Aussi, son œuvre, Anatomie de l’horreur[2], est une réflexion sur les modalités de cette forme d’écriture dans l’espace littéraire occidental, notamment américain.

Cet art de penser le pire et de l’écrire qui génère l’« impression violente causée par la vue, la pensée ou la [lecture] d’une chose affreuse ou repoussante », une « chose qui inspire ou devrait inspirer un sentiment d’horreur, de répulsion »[3] est également une expérience d’écriture et de lecture omniprésente dans la littérature africaine. Ce d’autant plus que, dans la perspective de Patrice Nganang[4], le sujet africain (moderne voire postmoderne) et par ricochet la littérature africaine doivent être pensés par rapport à la faille du génocide (Rwandais) qui renouvelle, interroge, problématise, la solidarité légendaire négritudienne. Espace crisogène, confligène, l’univers africain est un lieu de prédilection du « grand prédateur » qui ne manque pas d’inspirer les écrivains. Un pan non négligeable de la littérature africaine répond à la nécessité de se confronter à l’horreur ambiante, de lui donner forme.

Partant, comment la littérature africaine prend-elle en charge ce motif ? Comment se confronte-t-elle à lui ? Quelle serait « l’anatomie » de l’horreur dans cet espace littéraire ? Il s’agit ainsi de relever la nature, le mode du dire, et les enjeux de l’horreur dans l’écriture africaine. Tel que posé, cet appel invite à penser l’horreur dans l’écriture et l’horreur de l’écriture en littérature africaine. Dans une perspective interdisciplinaire, cet appel s’ouvre au roman, au théâtre, à la poésie, au conte (la littérature orale).

Merci d’envoyer vos propositions de contribution d’environ 250 mots, avant le 20 juin 2015 à :

  •             Cyprien BODO, cyprienbodo@yahoo.fr (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte-        d’Ivoire) ;
  •             Bassidiki KAMAGATE, baskamag@gmail.com (Université Alassane Ouattara, Côte       d’Ivoire) ;
  •             Moussa COULIBALY, cool_mouss70@yahoo.fr (Université Félix Houphouët-Boigny,     Côte d’Ivoire).

Evaluation des propositions : 20 au 25 juin 2015

[1] Miserey, Paris, J’ai lu, coll. « Epouvante », 1992, p. 140.

[2] Anatomie de l’horreur, Paris, Ed. du Rocher, 1995 [1981].

[3] Chantal Lapeyre-Desmaison, « L’écriture, une expérience de l’horreur », dans Guy Astic et Jean Marigny (dir.), Colloque de Cerisy. Autour de Stephen King. L’horreur contemporaine, Paris, Bragelonne, 2008, p. 27 (p. 25-39).

[4] Manifeste d’une nouvelle littérature africaine. Pour une écriture préemptive, Paris, Homnisphères, 2007.