Archives par mot-clé : Culture

AAC: Cultures urbaines et littératures francophones

Revue Interculturel Francophonies n°42, novembre-décembre 2022

Les propositions d’articles d’environ 200 mots seront envoyées à seyeserigne2000 [at] yahoo.fr au plus tard le 31 mars 2021.

Calendrier

  • Réception des propositions d’articles jusqu’au 31 mars 2021
  • Avis motivé du comité scientifique: 30 avril 2021
  • Envoi des articles: jusqu’au 15 décembre 2021
  • Envoi des articles évalués aux auteurs: 31 mars 2022
  • Retour des articles définitifs: 31 mai 2022
  • Publication du dossier: novembre-décembre 2022

Argumentaire

Les cultures urbaines ont, dès leur émergence, eu une relation très évidente avec la littérature. Ce lien est aujourd’hui illustré par l’existence d’une littérature urbaine dynamique qui rend compte des réalités diverses et particulières de certaines grandes métropoles comme Dakar, Londres, New York, Paris, Johannesburg ou Lagos. L’importance qualitative et quantitative de cette catégorie esthétique a poussé Céline Ngi (cité par Steve Puig), à avancer que «plus qu’une tendance sociale, la littérature urbaine s’est affirmée ces dernières années comme un vrai mouvement littéraire, avec ses propres codes stylistiques, ses références et ses objectifs » (Puig, 60: 2019). Elle tient son originalité aussi de son rapport particulier avec les expressions culturelles et artistiques nées dans l’espace urbain comme les disciplines du mouvement hip hop. Le rap, par exemple, est considéré par certains comme une musique qui aspire au même statut que la littérature dans la société, si l’on considère sa tendance à dire notre modernité dans ses aspects les plus problématiques. Pour Steve Puig «il n’est d’ailleurs totalement pas fortuit de considérer le rap et la littérature urbaine comme deux façons de faire passer le même message» (p.67). G. Andi Rhos, voulant montrer l’influence que l’art afro-américain exerce sur la littérature urbaine, n’hésite pas à présenter celle-ci comme une version littéraire du rap à cause justement de sa thématique et de l’univers décrit qui rappellent fortement les réalités des ghettos américains (2006). En dehors du rap, le slam, le tag, le graffiti, le street art, la break dance ainsi que les sports urbains font aussi leur apparition dans bon nombre de récits dont les auteurs sont souvent issus des banlieues des grandes villes. Ces éléments constitutifs des cultures urbaines y exercent une influence décelable dans les intrigues et la forme des textes.
Cependant les chercheur.se.s en littérature ont longtemps hésité à considérer les productions issues de cette «culture de la rue» (Puig) ou «culture des cités» (Hatzfeld) comme des objets d’étude porteurs d’une poétique nouvelle et pouvant faciliter la compréhension des dynamiques sociales. Ce retard à l’allumage est surtout perceptible dans l’espace francophone où la littérature et l’art issus des banlieues et autres zones difficiles ont très souvent été regardés avec une certaine méfiance teintée de mépris. Malgré la richesse de ces expressions culturelles et artistiques, les revues littéraires francophones n’ont pas encore jugé nécessaire de leur consacrer des volumes rendant compte de leur profonde créativité, de leur fécondité ainsi que de leur vitalité sans cesse renouvelée. Même si la revue Itinéraires a déjà fait paraître deux numéros consacrés à l’écriture de la ville et aux imaginaires banlieusardes en accordant une place de choix aux représentations littéraires de la banlieue et des zones périurbaines, les volumes orientés vers la problématique de l’urbanité littéraire ne font pas encore légion. Les nombreux essais et travaux littéraires sur la ville masquent mal l’absence criante d’études sur les expressions culturelles que les réalités sociales et politiques de celle-ci génère. Dans les rares travaux scientifiques qui s’intéressent à cet aspect de la société citadine, c’est surtout le rap et le slam qui sont analysés parce qu’ils sont des genres qui accordent une plus grande place à la textualité, les autres disciplines et manifestations des cultures urbaines demeurant encore les parents pauvres de la recherche dans le monde francophone.

Continuer la lecture de AAC: Cultures urbaines et littératures francophones

Un dictionnaire buissonnier. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou & Abdourahman Waberi

Dictionnaire enjoué des cultures africaines, Fayard, 2019, 335 p.

Deux écrivains africains connus pour leurs convictions mais aussi pour leur approche souriante de la vie, un titre qui laisse attendre un ton plaisant dépourvu de pesanteur académique, voilà de quoi attirer vers un livre-dictionnaire qu’on pourra lire de manière discontinue, certains soirs où le tumulte angoissant de la marche du monde d’aujourd’hui vous donne l’envie de respirer en ouvrant la porte à la fantaisie, à l’imprévu, au fragmenté,  à l’ « enjoué ». Un livre de table de nuit en somme. Avant de tomber de somme-il !!!
Et l’ouvrage des deux amis tient ses promesses, à la réserve près que le choix de l’adjectif ‘enjoué’ du titre est un peu trompeur, car les entrées sont en majorité très sérieuses, un tiers d’entre elles étant d’ailleurs des notices biographiques sur de ‘grands’ Africains, souvent très connus (de Senghor à Mandela) mais abordés sous un angle politique moderne. À ‘enjoué’ un peu trompeur donc, on pourra préférer quelques-uns des adjectifs de la quatrième de couverture : ‘buisssonnier’, ‘tour à tour informatif, ludique, drôle, sérieux’.

Ce qui suscite l’agrément du lecteur, c’est parfois bien entendu le contenu de certaines entrées originales – qu’on ne pourra ici qu’évoquer – mais surtout le choix de l’ordre alphabétique propre à tout dictionnaire et qui fait de chaque page un kaléidoscope de la diversité du monde. Ce pourquoi, Victor Hugo, dit-on, lisait chaque matin une page de dictionnaire. Pour se mettre en appétit, en quelque sorte. De ce dictionnaire – plus abécédaire que dictionnaire d’ailleurs et qui ne cherche aucune exhaustivité, voici la liste des  entrées de trois lettres de l’alphabet :

Lettre C (p. 71)
Café – Cauri – Césaire, Aimé – CFA (franc) – Château-Rouge – Chéri Samba – Coetzee, John Maxwell – Cuba – Cube Maggi

Lettre F (p. 139)
Fanon, Frantz – Farah Nuruddin – Fardeau (de l’homme blanc) – “Femme noire” – Feymania – Fonio – Foufou – France noire (La)

Lettre M (p. 221)
Mami Wata – Mandela, Winnie – Mbappé, Kylian – Mbembe, Achille – Monument (aux héros de l’armée noire)

et pour finir avec la lettre Z :

Zembla – Zemidjian (Zem) (p. 323).

Là, vous séchez, ces noms n’évoquant rien pour vous ? Eh bien, prenez le bouquin sur votre table de nuit et vous apprendrez que ‘Zembla’ est un personnage de bande dessinée qui charmait les enfants congolais il y a quelques lustres et que ‘Zem’ est un moyen de transport béninois (qui signifie en langue fon « emmène-moi vite »), une sorte de mototaxi très populaire. Le dictionnaire assortit une brève description du ‘zem’ du commentaire suivant : « les zems illustrent combien les populations africaines prennent leur destin en main, savent trouver des ripostes aux défaillances des régimes politiques en place » (p. 327).

Ce qui illustre le charme de ce Dictionnaire buissonnier : une alternance constante des notations souriantes à coloration anthropologique et de leur commentaire « mythographique », qui donne à voir et sentir le pouls d’un très grand continent dont la puissance culturelle est en train de se déployer sous nos yeux » (avant-propos, p. 11).
Un deuxième tome est timidement annoncé p. 227. Souhaitons qu’il se réalise, avec le même bonheur.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Un dictionnaire buissonnier. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 18/12/2019, https://apela.hypotheses.org/3679.

AAC : Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques

Appel à communications

«Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques»

Colloque international, 13 – 14 juin 2019

Université Ouaga 1 Pr Joseph KI-ZERBO
Ouagadougou, Burkina Faso

Responsables :

  • Isaac BAZIÉ, Professeur titulaire, Département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal
  • Honorine SARE/MARE, Maître de conférences, Laboratoire Littératures, Espaces, et Sociétés, Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO

Calendrier :

  • 15 janvier 2019 : Date limite de réception des propositions de communication

Les propositions sont à envoyer à la fois aux adresses suivantes :

Bazie.isaac@uqam.ca; sarehonorin@yahoo.fr; ganousley@yahoo.fr

  • 1er février 2019 : Réponse aux participants
  • 15 avril 2019 : Programme préliminaire aux participants

Argumentaire

Étudier la culture, notamment selon le principe différentiel et suivant les grandes avenues qui ont marqué la distinction entre les grandes aires au plan mondial, n’est pas un fait nouveau, loin s’en faut. Ce regard marqué par la recherche de la différence à des fins d’une taxinomie qui plaçait l’Occident en haut de l’échelle et lui conférait ipso facto le rôle judicatif face à tout ce qui n’était pas occidental a longuement été débattu et battu en brèches. Cependant, les approches culturalistes d’antan se sont inscrites dans des visées qui n’ont de commun avec ce qui s’est produit à partir des années 1950, et surtout 1960 à Birmingham et qui s’est répandu dans le monde sous l’appellation Cultural Studies, que la culture, et là encore… Depuis l’époque du Centre for Contemporary Cultural Studies, les programmes d’études ou les sciences, ayant pour principal objet d’investigation la culture, se sont diversifiées et institutionnalisées à des degrés variables selon les contextes linguistiques et nationaux, les traditions de recherche et les champs institutionnels, tous paramètres qui exigent que l’on se garde bien de considérer sans nuance Cultural Studies, Kulturwissenschaft(en), Études culturelles, pour ne citer que ces déclinaisons.

Cependant, les études de la culture ne se sont pas toujours faites dans cette genèse qui, disons-le, s’est dessinée au sein des grandes institutions de recherche européennes et nord-américaines, pour donner lieu aux cousinages dont témoignent à différents niveaux les déclinaisons nuancées des Cultural Studies dont il a été fait mention précédemment. C’est ce constat qui justifie l’attention particulière que nous accordons aux études culturelles africaines dans le présent ouvrage. En effet, dans le contexte africain, on pourrait penser que les figures de l’altérité construites à partir de l’a priori de la négation/péjoration des cultures du continent dit noir, ont d’office inscrit la culture au cœur des enjeux et en ont fait un passage obligé des travaux que les chercheurs et intellectuels africains ont développés à leur tour sur les liens entre l’Afrique et le reste du monde, à commencer par l’Occident colonisateur. Il faut noter que la conjoncture favorable à une systématisation des études culturelles africaines s’est constituée depuis des précurseurs comme Dim Dolobson Ouédraogo, (L’empire du Mogho, 1932; Les secrets des sorciers noirs; 1934.), mais aussi avec les travaux majeurs des tenants de la négritude comme Léopold S. Senghor (Liberté I: Négritude et humanisme, 1964; Liberté 5. Le dialogue des cultures, 1993.), ceux de chercheurs ayant fortement participé à l’émergence des études africaines en général comme Janheinz Jahn ou Lilian Kesteloot, avec – faut-il le rappeler – le point tournant que fut le colloque de Yaoundé en avril 1971 invitant les critiques à faire la part belle aux peuples africains et à leurs cultures dans la recherche.

Continuer la lecture de AAC : Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques