Archives par mot-clé : Dakar

Senghor et la promotion de la négritude

Journée d’étude

AIELCEF / ITEM / UCAD

Format hybride : en ligne / Paris, ENS-Ulm

Samedi 21 septembre 2024 

Calendrier prévisionnel

  • 15 mars : acceptation des propositions
  • 2 septembre 2024 : envoi de la première version orale de la communication
  • 21 septembre 2024 : déroulement de la journée d’étude avec un format hybride, en ligne et à l’ENS-Ulm (Paris).
  • 31 janvier 2025 : réception des articles issus des communications
  • 1er semestre 2026 : publication des actes dans la revue électronique Recherches Francophones (AIELCEF, U. McGill) : https://recherchesfrancophones.library.mcgill.ca/

Argumentaire

Qu’il y ait eu un mouvement de la négritude et que celui-ci ait été fondé à Paris au début des années 1930 autour des personnalités de Césaire, Senghor et Damas apparaît comme un acquis pour l’histoire littéraire et l’histoire des idées. Néanmoins, si l’on se penche sur les textes, les revues, les archives et les réseaux intellectuels, les origines et les confins de ce mouvement s’avèrent quelque peu flous. Il semblerait même que cette idée, somme toute, unitaire du mouvement de la négritude soit le produit d’une construction discursive et institutionnelle rétrospective. Cette journée d’étude — qui se déroulera avec un format hybride, en ligne et en présence (à l’ENS-Ulm de Paris) — souhaite examiner la manière dont Senghor, poète, président et théoricien, au cœur du champ politique et du champ littéraire, a su jouer un rôle crucial dans cette promotion de la négritude.

Continuer la lecture de Senghor et la promotion de la négritude

Séminaire Senghor : le travail ethnographique

Vincent Debaene (Université de Genève) : « Retours au pays natal et collectes ethnographiques (1937-1945) ». Discutants : Céline Labrune Badiane (ITEM) et Etienne Smith (CNRS/LAM)

Venez nombreux à la prochaine séance du séminaire Senghor (UCAD-ITEM), qui se tiendra le 11 octobre à 16H heure de Paris (14h GMT), à l’ENS, 45 rue d’Ulm à Paris (salle INFO Schwartz, au sous-sol de la bibliothèque), et en ligne.

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard [apud] cnrs.fr).

À partir des informations parcellaires dont on peut disposer, cet exposé voudrait éclairer le travail ethnographique de Senghor entre 1937 et 1945 et le basculement qu’il a entraîné dans sa conception de la négritude, en le resituant dans le motif plus général du retour au pays natal qui traverse l’histoire de l’ethnologie depuis le XIXe siècle.

Vincent Debaene est professeur de littérature française du XXe siècle à l’Université de Genève. Spécialiste de l’histoire de l’anthropologie, il a coordonné et préfacé l’édition des Œuvres de Claude Lévi-Strauss dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (2008). Il est l’auteur de L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature (Gallimard, 2010). Il prépare un livre sur les rapports entre les débuts de la littérature africaine francophone et l’ethnologie coloniale.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/senghor8-2023/

Semaine Senghor

Nous portons à votre connaissance le programme de la semaine Senghor qui se tient à Dakar jusqu’au 2 mai.

Entrée libre. Soyez les bienvenus !

  • Jeudi 27 avril : conférence de Sébastien Heiniger à la Maison Senghor (« les Dents de la mer »), 16h (et en matinée atelier sur les archives littéraires avec une classe du lycée Lamine Gueye à la Fondation Senghor)
  • Vendredi 28 avril : causerie sur Senghor et la musique avec Nicolas Darbon, hôtel Sokhamon, 16h (et en matinée atelier de codicologie à l’EBAD avec Jean-Sébastien Macke)
  • Samedi 29 avril : journée de formation sur l’approche génétique en littérature (Senghor, Zola et alii), FLSH UCAD Salle 115, 9H-15h.
  • Mardi 2 mai : journée d’étude “Relire Senghor à l’aune des archives » (coordination Céline Labrune-Badiane et Mouhamadou Moustapha Sow)

Cette journée d’étude vise à explorer ces fonds Senghor, à interroger le potentiel et les usages possibles des archives ainsi qu’à soulever les enjeux juridiques, épistémologiques et éthiques que ceux-ci posent. 

Le comité d’organisation (UCAD-ITEM).

Détail ci-dessous

Continuer la lecture de Semaine Senghor

Séminaire Senghor 2023/4

Séminaire de recherche international Léopold Sédar Senghor coordonné par Alioune Diaw (UCAD) et Sébastien Heiniger (ITEM – CNRS/ENS), ouvert à tous

Séance 4, 12 avril, 14h-16h GMT (16h-18h Paris)

Cette séance se tiendra sur le site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311) et sera aussi diffusée sur zoom.

Accès zoom possible. Écrire à claire.riffard(at)cnrs.fr

Présentation de son Senghor (PUF, 2023) par Elara Bertho

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS. Ses recherches portent sur les relations entre littérature et politique en Afrique de l’Ouest. Elle a publié Sorcières, tyrans, héros (Honoré Champion, 2019) sur des figures de résistants et leur construction en héros nationaux. Elle a édité le texte d’un chef de canton guinéen concernant les guerres de Samori Touré et les guerres coloniales, Djiguiba Camara, Histoire locale (avec Marie Rodet, Brill, 2020). Directrice de la collection Lettres du sud chez Karthala, elle appartient au comité de plusieurs revues (Multitudes, Cahiers de Littérature Orale, Etudes Littéraires Africaines). Elle travaille actuellement à une histoire des arts sous Sékou Touré, en Guinée, et aux relations houleuses entretenues avec le Sénégal.

Pour ouvrir la discussion, Sébastien Heiniger commentera ce travail de synthèse d’Elara, Senghor, paru aux PUF en février 2023 dans la collection “Les grandes figures de l’histoire”. Senghor est l’objet d’une mémoire contrastée, entre le Sénégal et la France. Le pari d’un petit objet éditorial grand public est de couvrir une vaste audience et d’interroger les noeuds d’une histoire commune, coloniale et postcoloniale, par-delà la Méditerrannée. Reprenant le dernier ouvrage d’Elgas, qui fait de Senghor le premier des “aliénés”, il dialoguera avec sa notion de “ressentiment” pour discuter de ces disparités mémorielles. 

Source : https://kouroumanus.hypotheses.org/2575

En savoir + : https://apela.hypotheses.org/6926

Rythmes de Senghor

Séminaire de recherche international Léopold Sédar Senghor 2023/2

« Rythmes de Senghor »

coordonné par Alioune Diaw (UCAD) et Sébastien Heiniger (ITEM – CNRS/ENS), ouvert à tous

Séance 2, mercredi 15 février, 16h-18h GMT (17h-19h Paris)

Cette séance se tiendra sur le site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311) et sera aussi diffusée sur zoom.

  • Michel Murat (Sorbonne) : «Rythmes de Senghor»

Michel Murat est un fin connaisseur de l’histoire des formes poétiques françaises et l’auteur du récent La Poésie de l’Après-guerre, dont la partie centrale est consacrée à Senghor, Césaire et Rabearivelo. Sa communication portera sur lesdits « rythmes africains » de la poésie du premier et est le fruit d’une recherche qu’il a menée sur les enregistrements de Senghor lisant ses poèmes.

  • Amade Faye (UCAD) : « Le verset senghorien à la cadence du chant-poème seereer »

Amade Faye est un grand spécialiste de la littérature orale ouest-africaine, et de la poésie seereer en particulier. Il nous éclairera au sujet des relations qu’entretiennent le verset senghorien et le chant-poème seereer.

La conversation entre ces deux chercheurs, qui mettront à notre disposition leurs connaissances des traditions écrites et orales confluant dans la poésie senghorienne, s’annonce passionnante. Les trente dernières minutes de la séance seront dédiées aux questions et discussions.

Accès zoom possible. Écrire à claire.riffard [apud] cnrs.fr
 
 

Le rap écologique du Dakar des “profonds”

Séminaire ZoneZadir

vendredi 14 octobre 2022, 15h-17h

Le séminaire Qu’est-ce qu’un écosystème littéraire? reprend son cours dans les nouveaux locaux du campus Nation (salle A524) avec une présentation de Serigne Seye de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar :

Le rap écologique du Dakar des “profonds” : de la métaphore à l’action écologique

 
Cette conférence sera d’abord l’occasion de réfléchir sur le concept polysémique d’underground qui inclut une certaine idée du profond. En effet, l’imaginaire du profond traverse les productions artistiques des MC’s sénégalais qui l’assimilent à plusieurs mots et réalités. La célébration du « lieu profond » dans leurs œuvres se mue en défense de l’inviolabilité du territoire contre toute forme d’agression. C’est ce qui autorise certains rappeurs à opérer une transition vers la défense des espaces naturels dont le terme « underground » est l’une des métaphores.
Ensuite, une étude de projets musicaux et de quelques textes évoquant des préoccupations écologiques dessinera les caractéristiques d’une écopoétique du rap sénégalais, la forme de celui-ci étant fortement influencée par le thème évoqué. Nous nous demanderons même s’il n’est pas possible de parler d’un genre écologique dans le rap sénégalais.
Enfin, cette communication fera un focus sur des cas précis d’activisme écologique de rappeurs sénégalais issus de ces zones dites du profond. De Malcolm le Boudiouman à  Bidew Bou bess, en passant par Ibson et G. Hip-Hop, plusieurs rappeurs ont entrepris des actions citoyennes en faveur de l’environnement pour mette l’art du profond au service de l’environnement.  C’est cet activisme écologique qui sera mis en lumière pour illustrer l’engagement multiforme de ces artistes, souvent issus de zones dites underground.
 
Vidéos en rapport avec le thème de la conférence :
 
et
 
Pour celles et ceux qui habitent loin et ne peuvent se déplacer, vous trouverez le lien de connexion pour participer à distance sur le site de ZoneZadir à la page suivante: https://zonezadir.hypotheses.org/le-rap-ecologique-du-dakar-des-profonds-de-la-metaphore-a-laction-ecologique