Archives par mot-clé : Décolonial

Natural Resources, Land Grabbing and Resistance in Africa

Natural resources, land grabbing and resistance in Africa / Ressources naturelles, accaparement des terres et résistance en Afrique

[Webinar]

21 sept. 2022 01:00 PM

Collectif pour le Renouveau Africain

The land question in Africa and elsewhere is intimately linked to vexed issues of citizenship, identity, and notions of political community. In recent decades, land governance and management and systems of distribution, access, and control have become increasingly detached from their broader social and cultural meanings, giving way to extractivism and commodification. This CORA roundtable aims to bring together research-based perspectives and those of social movements to answer, but not be limited to, the following questions:
1) What are the imprints of colonial and racial regimes of ownership in modern juridical formations across Africa?
2) How has the intimate relationship between land as property and the modern state been consolidating across the continent?
3) What is driving the private appropriation and accumulation of land and natural resources on the African continent and how can promoting a notion of the commons play a role in reversing commodification of land?
4) How can we rethink redistributive and people-centred land and resource policies, and how can we rethink the nation and public space to find pathways to inclusive policies and actions that reduce land-based violence? This includes bringing gender, ethnicity and generation into the equation.
5) How do struggles for land in Africa contribute towards a deeper recognition of multiple subjectivities, agencies and practices?

Moderator : Ruth Hall (PLAAS, University of Western Cape, South Africa). Speakers : Elizabeth Mpofu (Zimbabwe Smallholder Organic Farmers’ Forum, Zimbabwe), João Feijó (Observatório do Meio Rural, Mozambique), Ibrahima Coulibaly (ROPPA and CNOP, Mali), Natasha Issa Shivji (Cambridge University, Tanzania), Bernardo Castro (Rede Terra, Angola).

S’inscrire au webinaire / Register

AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde

Colloque en ligne

15-16 décembre 2022

NaKaN. Revue d’études culturelles

En partenariat avec le Centre Universitaire de Mayotte

Processus de sélection et calendrier :

  • 15 septembre 2022 : envoi des abstracts et notices biobibliographiques

Les propositions de contribution devront comporter un titre et un résumé d’environ 400 mots maximum (en français ou en anglais). Elles devront être assorties d’une brève notice biobibliographique, n’excédant pas 150 mots.

  • 15 octobre 2022 : notification d’acceptation ou de refus des propositions aux auteurs
  • 15-16 décembre 2022 : Colloque en ligne

Contact

Les propositions de résumés, assorties d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer au 15 septembre 2022 à nakandecolonial@gmail.com Pour toute information nécessaire, merci d’adresser un email à nakanjournal@gmail.com.

Argumentaire et axes

Les inquiétudes sur les dégradations environnementales jouent un rôle majeur dans la pensée contemporaine, tant dans la prise en considération du futur des écosystèmes que tant dans la nécessité de sortir du paradigme eurocentriste, car l’écologie est bien l’affaire de tous.  C’est pourquoi le concept d’écologie décoloniale s’attèle à renverser ce paradigme, tout en soutenant la possibilité d’une action collective apte à pa/enser la fracture du vivre ensemble en vue de préserver le monde naturel. De ce fait, le chercheur martiniquais Malcolm Ferdinand s’est consacré à penser l’écologie depuis le monde caribéen, car « par ses imaginaires créoles de résistance et ses expériences de lutte (post)coloniales, la Caraïbe permet une conceptualisation de la crise écologique associée à la quête d’un monde défait de ses esclavages, de ses violences sociales et de ses injustices politiques (Ferdinand 2019, 13). Cette écologie décoloniale se construit sur le constat d’une double fracture coloniale et environnementale logée au cœur de la modernité, laquelle a trop longtemps dissocié la question écologique de la question coloniale, en ignorant les injustices sociales, politiques et raciales. En effet, les différents discours des colonisés, leurs récits et leurs penseurs ont souvent déconstruit la domination coloniale au détriment de la question environnementale et animale. La thèse de Ferdinand peut cependant être nuancée grâce à l’émergence d’intellectuels, notamment africains, qui mènent depuis plusieurs années une réflexion sur cette double articulation. À cet égard, le penseur sénégalais Felwine Sarr, dans son essai Habiter le monde (2017), critique les politiques destructrices du monde qui, selon l’historien politologue camerounais, Achille Mbembe, prennent tantôt la forme de « politiques de l’inimitié » (2016), tantôt celle de « brutalisme » (2020). Face à la rhétorique guerrière, égoïste et cynique du politique, note Sarr, se développent dans les marges des relations faites de solidarité et de réciprocité. Or, le défi posé à l’heure actuelle est précisément de construire un monde inclusif qui repose sur de nouvelles relations entre les humains et des interactions plus positives entre les humains et le monde naturel.

Continuer la lecture de AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde