Archives par mot-clé : Djoulaït

Parlures afro-françaises. Par Daniel Delas

Asya DJOULAÏT, Noire précieuse

roman, Gallimard, « Continents noirs », 2020, 163 p.

Présentons l’auteure avant de justifier notre surtitre puis revenir au roman lui-même. Tout cela bien mitonné, j’espère.

Asya Djoulaït est née à Paris en 1993 de parents algériens. Devenue professeur de lycée dans le 9.3. (prédestination ?), elle a passé son enfance dans les quartiers de Paris où vivent les immigrés, dans le dixième et le dix-huitième arrondissement. Son roman n’est pas biographique, néanmoins comme il arrive souvent dans un premier roman, il transpose un vécu, celui de sa relation (étroite mais difficile) à sa mère dans un monde où tous utilisent une parlure spécifique.

‘Parlure’, qu’est-ce à dire ? Vieux mot français encore en usage dans le français du Canada, il désigne simplement la manière de parler d’un groupe social, plus précisément si l’on suit les linguistes-psychanalystes des années 50 Damourette et Pichon qui ont tenté de l’introduire dans le vocabulaire scientifique  l’« ensemble des moyens d’expression utilisés par un groupe social donné », autrement dit, la langue telle qu’elle est parlée par les gens d’un niveau social donné.  Le terme est plus précis que ‘manière’ et moins flou que ‘style’.
Il est en quelque sorte le soubassement premier de ce roman qui cherche à faire revivre une enfance dans la vérité de son langage. Lequel enfant, la petite Céleste, est le personnage principal de la première partie, qui se partage entre son quartier parisien ou dans celui du lycée et de ses amies françaises, que ce soit à Abidjan où dans la seconde on suit les tribulations de Bosso. Seconde partie un peu artificielle.

Dans l’une et l’autre situation géographique, le meneur du jeu de l’écriture est le nouchi, argot afro-français connu des Noir.e.s sans instruction. Il est plus juste de parler de parlure  franco-ivoirienne que d’argot car, s’il était un argot à l’origine*, cette parlure des jeunes ivoiriens s’est développée chez tous les jeunes puis est devenue une sorte de parlure propre à tous les immigrés sans instruction, en France ou en Côte-d’Ivoire.

Ouvrez le livre au hasard : une chance sur deux de tomber sur des dialogues en parlure franco-ivoirienne ! comme p. 31-32 :

– Mais vraiment hein tu as grandi
– Pardon tonton , on s’est déjà rencontrés ?
– Yé t’ai vue quand tu étais petite, à Babi (ndbp, Abidjan)
– Ah oui, ça fait longtemps alors…
– Pourquoi t’es pas revenue même ?
– Maman ne veut pas. Elle dit que les gens vont me gbasser (ndbp, m’ensorceler)
(…)
– Je sais que c’est pas facile quad on arrive en France
– C’est très vrai même ! Histoire de bateau et tout là, c’est pas une vie. On nous blague (ndbp, On se moque de nous), hein. Vie de Paname, c’est dur comme caillou ! mais al hamdoulilah (ndbp, Dieu merci), on est arrivé là. Y faut continuer quoi. Molo molo. On doit écrire une annonce qui donne confiance

L’auteure prend plaisir à l’évidence à construire le personnage de Céleste, excellente élève habile à manier le « français des Blancs » au cœur d’un monde dont elle parle maternellement une autre langue ; elle y ajoute une note vécue en installant sa mère dans une duplicité existentielle : elle veut que sa fille réussisse mais reste une Noire, tandis qu’elle fait commerce de produits à blanchir la peau mais cache à sa fille qu’elle les a essayés.

L’histoire est crédible mais encore une fois le moteur principal du travail d’écriture  a certainement été celui de réussir ces dialogues populaires en franco-ivoirien, en une sorte de comedia dell’arte d’un genre nouveau.

Bienvenue Asya !

Daniel Delas

 

*A l’époque du film d’Eliane de Latour, Bronx Barbès (2000)