Archives par mot-clé : Ecocritique

Le rap écologique du Dakar profond

Séminaire ZoneZadir

vendredi 14 octobre 2022, 15h-17h

Le séminaire Qu’est-ce qu’un écosystème littéraire? reprend son cours dans les nouveaux locaux du campus Nation (salle A524) avec une présentation de Serigne Seye de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar :

Le rap écologique du Dakar des “profonds” : de la métaphore à l’action écologique

 
Cette conférence sera d’abord l’occasion de réfléchir sur le concept polysémique d’underground qui inclut une certaine idée du profond. En effet, l’imaginaire du profond traverse les productions artistiques des MC’s sénégalais qui l’assimilent à plusieurs mots et réalités. La célébration du « lieu profond » dans leurs œuvres se mue en défense de l’inviolabilité du territoire contre toute forme d’agression. C’est ce qui autorise certains rappeurs à opérer une transition vers la défense des espaces naturels dont le terme « underground » est l’une des métaphores.
Ensuite, une étude de projets musicaux et de quelques textes évoquant des préoccupations écologiques dessinera les caractéristiques d’une écopoétique du rap sénégalais, la forme de celui-ci étant fortement influencée par le thème évoqué. Nous nous demanderons même s’il n’est pas possible de parler d’un genre écologique dans le rap sénégalais.
Enfin, cette communication fera un focus sur des cas précis d’activisme écologique de rappeurs sénégalais issus de ces zones dites du profond. De Malcolm le Boudiouman à  Bidew Bou bess, en passant par Ibson et G. Hip-Hop, plusieurs rappeurs ont entrepris des actions citoyennes en faveur de l’environnement pour mette l’art du profond au service de l’environnement.  C’est cet activisme écologique qui sera mis en lumière pour illustrer l’engagement multiforme de ces artistes, souvent issus de zones dites underground.
 
Vidéos en rapport avec le thème de la conférence :
 
et
 
Pour celles et ceux qui habitent loin et ne peuvent se déplacer, vous trouverez le lien de connexion pour participer à distance sur le site de ZoneZadir à la page suivante: https://zonezadir.hypotheses.org/le-rap-ecologique-du-dakar-des-profonds-de-la-metaphore-a-laction-ecologique
 
 

Natural Resources, Land Grabbing and Resistance in Africa

Natural resources, land grabbing and resistance in Africa / Ressources naturelles, accaparement des terres et résistance en Afrique

[Webinar]

21 sept. 2022 01:00 PM

Collectif pour le Renouveau Africain

The land question in Africa and elsewhere is intimately linked to vexed issues of citizenship, identity, and notions of political community. In recent decades, land governance and management and systems of distribution, access, and control have become increasingly detached from their broader social and cultural meanings, giving way to extractivism and commodification. This CORA roundtable aims to bring together research-based perspectives and those of social movements to answer, but not be limited to, the following questions:
1) What are the imprints of colonial and racial regimes of ownership in modern juridical formations across Africa?
2) How has the intimate relationship between land as property and the modern state been consolidating across the continent?
3) What is driving the private appropriation and accumulation of land and natural resources on the African continent and how can promoting a notion of the commons play a role in reversing commodification of land?
4) How can we rethink redistributive and people-centred land and resource policies, and how can we rethink the nation and public space to find pathways to inclusive policies and actions that reduce land-based violence? This includes bringing gender, ethnicity and generation into the equation.
5) How do struggles for land in Africa contribute towards a deeper recognition of multiple subjectivities, agencies and practices?

Moderator : Ruth Hall (PLAAS, University of Western Cape, South Africa). Speakers : Elizabeth Mpofu (Zimbabwe Smallholder Organic Farmers’ Forum, Zimbabwe), João Feijó (Observatório do Meio Rural, Mozambique), Ibrahima Coulibaly (ROPPA and CNOP, Mali), Natasha Issa Shivji (Cambridge University, Tanzania), Bernardo Castro (Rede Terra, Angola).

S’inscrire au webinaire / Register

AAC/CFP: Humains et non-humains dans les arts de la parole en Afrique

Narrativités et poétiques environnementales à l’aube de la crise climatique

14e Colloque d’ISOLA (International Society for the Oral Literatures of Africa)

Paris, France, 4-8 juillet 2023

ISOLA s’engage à la promotion de l’excellence académique. Les communications et panels proposés devront défendre une thèse bien définie, montrer leur familiarité avec les axes de recherches en cours, traiter du thème de la conférence et porter sur l’Afrique ou la diaspora africaine. Les langues de travail sont l’anglais et le français.

Les résumés, comptant 500 mots maximum, complétés du nom de l’auteur(e), de l’institution à laquelle il/elle est affilié(e), d’une adresse email et d’une brève biographie, devront être déposés dans les deux langues sur le site du colloque : https://isola14.sciencesconf.org
Date limite de réception des résumés : 15 décembre 2022

CFP ISOLA 2023 frs

CFP ISOLA 2023 en final

AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde

Colloque en ligne

15-16 décembre 2022

NaKaN. Revue d’études culturelles

En partenariat avec le Centre Universitaire de Mayotte

Processus de sélection et calendrier :

  • 15 septembre 2022 : envoi des abstracts et notices biobibliographiques

Les propositions de contribution devront comporter un titre et un résumé d’environ 400 mots maximum (en français ou en anglais). Elles devront être assorties d’une brève notice biobibliographique, n’excédant pas 150 mots.

  • 15 octobre 2022 : notification d’acceptation ou de refus des propositions aux auteurs
  • 15-16 décembre 2022 : Colloque en ligne

Contact

Les propositions de résumés, assorties d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer au 15 septembre 2022 à nakandecolonial@gmail.com Pour toute information nécessaire, merci d’adresser un email à nakanjournal@gmail.com.

Argumentaire et axes

Les inquiétudes sur les dégradations environnementales jouent un rôle majeur dans la pensée contemporaine, tant dans la prise en considération du futur des écosystèmes que tant dans la nécessité de sortir du paradigme eurocentriste, car l’écologie est bien l’affaire de tous.  C’est pourquoi le concept d’écologie décoloniale s’attèle à renverser ce paradigme, tout en soutenant la possibilité d’une action collective apte à pa/enser la fracture du vivre ensemble en vue de préserver le monde naturel. De ce fait, le chercheur martiniquais Malcolm Ferdinand s’est consacré à penser l’écologie depuis le monde caribéen, car « par ses imaginaires créoles de résistance et ses expériences de lutte (post)coloniales, la Caraïbe permet une conceptualisation de la crise écologique associée à la quête d’un monde défait de ses esclavages, de ses violences sociales et de ses injustices politiques (Ferdinand 2019, 13). Cette écologie décoloniale se construit sur le constat d’une double fracture coloniale et environnementale logée au cœur de la modernité, laquelle a trop longtemps dissocié la question écologique de la question coloniale, en ignorant les injustices sociales, politiques et raciales. En effet, les différents discours des colonisés, leurs récits et leurs penseurs ont souvent déconstruit la domination coloniale au détriment de la question environnementale et animale. La thèse de Ferdinand peut cependant être nuancée grâce à l’émergence d’intellectuels, notamment africains, qui mènent depuis plusieurs années une réflexion sur cette double articulation. À cet égard, le penseur sénégalais Felwine Sarr, dans son essai Habiter le monde (2017), critique les politiques destructrices du monde qui, selon l’historien politologue camerounais, Achille Mbembe, prennent tantôt la forme de « politiques de l’inimitié » (2016), tantôt celle de « brutalisme » (2020). Face à la rhétorique guerrière, égoïste et cynique du politique, note Sarr, se développent dans les marges des relations faites de solidarité et de réciprocité. Or, le défi posé à l’heure actuelle est précisément de construire un monde inclusif qui repose sur de nouvelles relations entre les humains et des interactions plus positives entre les humains et le monde naturel.

Continuer la lecture de AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde

Ecopoétiques africaines

Xavier Garnier, Écopoétiques africaines. Une expérience décoloniale des lieux

Karthala, coll. Lettres du Sud
Date de publication : 09/06/2022
264 p.
ISBN : 9782811129941

La lecture écopoétique des littératures africaines s’intéresse aux moments où des textes se nouent à des lieux pour lancer l’alerte sur un état du monde menacé par une catastrophe écologique dont la genèse coloniale reste encore peu explorée.
Parce que l’extractivisme qui a présidé à l’aventure coloniale a soumis le continent à une gigantesque opération de zonage dont il souffre encore aujourd’hui, se réclamer des lieux est un enjeu important pour les littératures africaines.
Dès la première moitié du XXe siècle, des écrivains anticolonialistes ont cherché à capter la puissance des lieux pour mener leur combat contre l’exploitation économique et la réification culturelle. Les trois poétiques présentées dans cet ouvrage sont les phases d’un même processus décolonial qui affirme une expérience des lieux : donner corps aux lieux pour défaire les territorialités impériales ; détourner les hyper-lieux pour enrayer la fluidité du marché global de l’image ; laisser résonner les hypo-lieux pour rompre le silence du déni.

Revisitant l’histoire littéraire africaine, Xavier Garnier livre une lecture écopoétique d’auteurs aussi divers que Senghor, Ahmadou Kourouma, Ben Okri, Yvonne Vera, Ngũgĩ wa Thiong’o ou encore Sinzo Aanza et Abdourahman Waberi.

Xavier Garnier est professeur de littérature à l’université Sorbonne Nouvelle et membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF). Ses recherches portent sur les littératures africaines, la théorie du roman, la géocritique et l’écopoétique. Il est l’auteur notamment du Roman swahili (Karthala, 2006) et de Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Consulter la table des matières et commander sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/lettres-du-sud/3455-ecopoetiques-africaines-une-experience-decoloniale-des-lieux-9782811129941.html

AAC: Littératures africaines et écologie

Congrès de l’APELA

Université Cheikh Anta Diop (Dakar)

2, 3 et 4 novembre 2023

Littératures africaines et écologie

Modalités de participation :

Les propositions de panels (quatre communications rassemblées au maximum) ou de communications (titre et résumé d’une page maximum) sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom, affiliation et contact électronique. La langue principale du congrès sera le français, toutefois il est possible de proposer des communications et panels en anglais.

Veuillez adresser vos propositions à : apeladakar2023@gmail.com (Réponse le 15 septembre 2022)

Argumentaire :

Les questions environnementales sont un enjeu discret mais persistant du développement des littératures africaines depuis le début de l’époque coloniale. Les menaces écologiques qui pèsent sur le continent, à la suite du réchauffement climatique, des prédations extractivistes ainsi que des conséquences des conflits armés, trouvent des répercussions fortes sur le plan littéraire. Il s’agira au cours de ce congrès, qui se déroulera pour la première fois depuis la création de l’APELA sur le continent africain, de montrer la pertinence des préoccupations environnementalistes des littératures africaines en lien avec les grands défis contemporains à l’échelle mondiale.
L’imaginaire géographique qui accompagne depuis le XVIIIe siècle la pénétration européenne du continent africain a donné lieu à un héritage critique partagé entre l’Europe et l’Afrique pour appréhen- der les littératures du continent, dans leur versant oral comme écrit. Les études sur les littératures coloniales ont très largement contribué à la prise en compte des enjeux spatiaux à propos de textes qui font une large place aux paysages africains. Depuis une dizaine d’années, plusieurs colloques et journées d’étude de l’APELA ont porté sur des questions spatiales, dans une optique géocritique. Le congrès de 2009 à Bayonne, sur « Littératures africaines et territoires » (publié chez Karthala en 2011), la journée d’études « La question du paysage dans les littératures africaines » (dossier publié en 2015 dans la revue Études Littéraires Africaines, n°39), ont permis d’aborder, de façon oblique, la question environnementale. Le fait que cette problématique a surtout été abordée de biais nous invite à nous interroger sur ce qui gêne l’émergence d’un discours écocritique pour le continent africain. L’assignation « primitiviste » des peuples colonisés à leur milieu naturel dans l’idéologie coloniale en est peut-être une des raisons. Il est à cet égard révélateur que si peu de travaux de recherche, qui se sont pourtant inscrits dans la mouvance de la négritude, se soient intéressés aux poétiques générées par la revendication senghorienne d’une civilisation nègre caractérisée par un grand respect de la nature. L’ambition du colloque est donc de promouvoir une lecture des littératures africaines qui interroge le rapport au lieu et au vivant sous toutes ses formes dans le contexte d’une prise de conscience de l’urgence écologique.

Continuer la lecture de AAC: Littératures africaines et écologie

AAC : Réinventer la nature

Réinventer la nature : pour une approche écopoétique des littératures contemporaines de langue française (Tunis)

L’unité de recherche « Imaginaire méditerranéen et Interculturalité. Approches comparées » (IMIAC) / Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, en partenariat avec les universités membres de l’Observatoire des littératures francophones du Sud, organise un colloque international à Tunis les 9- 10 et 11 novembre 2018, intitulé :

Réinventer la nature : pour une approche écopoétique des littératures contemporaines de langue française

Modalités

Envoi des propositions : au plus tard le 31 août 2018.

Les propositions (titre et résumé : 300 mots) et une brève présentation de l’auteur. (nom, prénom, courriel, affiliation(s), recherches) doivent être envoyées à l’adresse suivante : soniazf2002@yahoo.fr Réponse du comité scientifique : 15 septembre 2018 Date du colloque international : 9-10-11 novembre 2018, Tunis. Langue des interventions : français.

Argumentaire

L’ouverture des littératures à la conscience du Monde suscite, de nos jours, de nombreuses interrogations sur le devenir de la nature, sur les liens entre conscience environnementale et esthétique littéraire.  Les théories anglo-saxones d’ecocriticism ou  d’environmental literary studies, parues dans la seconde moitié des années 1990 et s’inspirant essentiellement d’une longue tradition de la « nature writing », visent à affermir la conscience écologique, à confirmer l’idée que la littérature peut agir comme agent de changement social en se concentrant plutôt sur les éléments thématiques et/ou politiques (Lawrence Buell, The Future of Environmental Criticism). En effet, fortement impliqués dans la sphère sociale et politique, surtout au début, les chercheurs considèrent la littérature comme un moyen d’éveiller les consciences, de sensibiliser les lecteurs aux dangers écologiques auxquels est confronté notre monde actuel, mais aussi comme un moyen de « reconnecter l’étude de la littérature avec la Terre », de renouer avec la nature, de redécouvrir la beauté des paysages et du monde animal.

L’écopoétique, terme en usage en France depuis le milieu des années 2000, vise plutôt à désigner une critique littéraire se situant au croisement de la littérature, de l’écologie et de l’éthologie en proposant d’examiner la relation entre littérature et environnement naturel. Dans son ouvrage intitulé Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique (2015), Pierre Schoentjes accorde une place centrale aux enjeux esthétiques, à côté des enjeux éthiques en interrogeant la manière dont la littérature contemporaine francophone (les littératures du Nord) fait une place aux enjeux environnementaux. Il précise que ‘’l’écopoétique met plus volontiers en avant son souci de la forme et de l’écriture que ne le fait l’écocritique : celle-ci assume en effet ouvertement un parti pris politique, ancré dans un contexte anglo-saxon, voire américain.’’ (L’écopoétique : quand ‘Terre’ résonne dans ‘littérature’, 2016)

Continuer la lecture de AAC : Réinventer la nature