Archives par mot-clé : Ecocritique

AAC: Littératures africaines et écologie

Congrès de l’APELA

Université Cheikh Anta Diop (Dakar)

2, 3 et 4 novembre 2023

Littératures africaines et écologie

Modalités de participation :

Les propositions de panels (quatre communications rassemblées au maximum) ou de communications (titre et résumé d’une page maximum) sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom, affiliation et contact électronique. La langue principale du congrès sera le français, toutefois il est possible de proposer des communications et panels en anglais.

Veuillez adresser vos propositions à : apeladakar2023@gmail.com (Réponse le 15 septembre 2022)

Argumentaire :

Les questions environnementales sont un enjeu discret mais persistant du développement des littératures africaines depuis le début de l’époque coloniale. Les menaces écologiques qui pèsent sur le continent, à la suite du réchauffement climatique, des prédations extractivistes ainsi que des conséquences des conflits armés, trouvent des répercussions fortes sur le plan littéraire. Il s’agira au cours de ce congrès, qui se déroulera pour la première fois depuis la création de l’APELA sur le continent africain, de montrer la pertinence des préoccupations environnementalistes des littératures africaines en lien avec les grands défis contemporains à l’échelle mondiale.
L’imaginaire géographique qui accompagne depuis le XVIIIe siècle la pénétration européenne du continent africain a donné lieu à un héritage critique partagé entre l’Europe et l’Afrique pour appréhen- der les littératures du continent, dans leur versant oral comme écrit. Les études sur les littératures coloniales ont très largement contribué à la prise en compte des enjeux spatiaux à propos de textes qui font une large place aux paysages africains. Depuis une dizaine d’années, plusieurs colloques et journées d’étude de l’APELA ont porté sur des questions spatiales, dans une optique géocritique. Le congrès de 2009 à Bayonne, sur « Littératures africaines et territoires » (publié chez Karthala en 2011), la journée d’études « La question du paysage dans les littératures africaines » (dossier publié en 2015 dans la revue Études Littéraires Africaines, n°39), ont permis d’aborder, de façon oblique, la question environnementale. Le fait que cette problématique a surtout été abordée de biais nous invite à nous interroger sur ce qui gêne l’émergence d’un discours écocritique pour le continent africain. L’assignation « primitiviste » des peuples colonisés à leur milieu naturel dans l’idéologie coloniale en est peut-être une des raisons. Il est à cet égard révélateur que si peu de travaux de recherche, qui se sont pourtant inscrits dans la mouvance de la négritude, se soient intéressés aux poétiques générées par la revendication senghorienne d’une civilisation nègre caractérisée par un grand respect de la nature. L’ambition du colloque est donc de promouvoir une lecture des littératures africaines qui interroge le rapport au lieu et au vivant sous toutes ses formes dans le contexte d’une prise de conscience de l’urgence écologique.

Continuer la lecture de AAC: Littératures africaines et écologie

AAC : Réinventer la nature

Réinventer la nature : pour une approche écopoétique des littératures contemporaines de langue française (Tunis)

L’unité de recherche « Imaginaire méditerranéen et Interculturalité. Approches comparées » (IMIAC) / Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, en partenariat avec les universités membres de l’Observatoire des littératures francophones du Sud, organise un colloque international à Tunis les 9- 10 et 11 novembre 2018, intitulé :

Réinventer la nature : pour une approche écopoétique des littératures contemporaines de langue française

Modalités

Envoi des propositions : au plus tard le 31 août 2018.

Les propositions (titre et résumé : 300 mots) et une brève présentation de l’auteur. (nom, prénom, courriel, affiliation(s), recherches) doivent être envoyées à l’adresse suivante : soniazf2002@yahoo.fr Réponse du comité scientifique : 15 septembre 2018 Date du colloque international : 9-10-11 novembre 2018, Tunis. Langue des interventions : français.

Argumentaire

L’ouverture des littératures à la conscience du Monde suscite, de nos jours, de nombreuses interrogations sur le devenir de la nature, sur les liens entre conscience environnementale et esthétique littéraire.  Les théories anglo-saxones d’ecocriticism ou  d’environmental literary studies, parues dans la seconde moitié des années 1990 et s’inspirant essentiellement d’une longue tradition de la « nature writing », visent à affermir la conscience écologique, à confirmer l’idée que la littérature peut agir comme agent de changement social en se concentrant plutôt sur les éléments thématiques et/ou politiques (Lawrence Buell, The Future of Environmental Criticism). En effet, fortement impliqués dans la sphère sociale et politique, surtout au début, les chercheurs considèrent la littérature comme un moyen d’éveiller les consciences, de sensibiliser les lecteurs aux dangers écologiques auxquels est confronté notre monde actuel, mais aussi comme un moyen de « reconnecter l’étude de la littérature avec la Terre », de renouer avec la nature, de redécouvrir la beauté des paysages et du monde animal.

L’écopoétique, terme en usage en France depuis le milieu des années 2000, vise plutôt à désigner une critique littéraire se situant au croisement de la littérature, de l’écologie et de l’éthologie en proposant d’examiner la relation entre littérature et environnement naturel. Dans son ouvrage intitulé Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique (2015), Pierre Schoentjes accorde une place centrale aux enjeux esthétiques, à côté des enjeux éthiques en interrogeant la manière dont la littérature contemporaine francophone (les littératures du Nord) fait une place aux enjeux environnementaux. Il précise que ‘’l’écopoétique met plus volontiers en avant son souci de la forme et de l’écriture que ne le fait l’écocritique : celle-ci assume en effet ouvertement un parti pris politique, ancré dans un contexte anglo-saxon, voire américain.’’ (L’écopoétique : quand ‘Terre’ résonne dans ‘littérature’, 2016)

Continuer la lecture de AAC : Réinventer la nature

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Études rassemblées par Pierre Soubias, Catherine Mazauric, Marie-José Fourtanier, Guy Larroux et Delphine Rumeau

Presses Universitaires de Bordeaux, collection « Littératures des Afriques », #3, 2017.

 

  • ISBN : 979-10-300-0220-1
  • Nombre de pages : 376
  • Format : 16 x 24
  • Prix : 25€
  • Sortie nationale : 2018/01

L’œuvre de Patrick Chamoiseau, « auteur-carrefour » majeur au sein du vaste ensemble des littératures postcoloniales, appelait un point substantiel sur la recherche qui lui est aujourd’hui consacrée. Vingt chercheurs d’Europe, d’Afrique et des Amériques montrent comment une œuvre multiforme et volontiers réflexive déploie une vision du « Tout-Monde » au-delà de la représentation de l’espace antillais. Ils font le pari d’analyser la production d’un « raconteur » de grande envergure à partir d’approches multiples et conjuguées relevant de la narratologie, de l’esthétique et de la poétique des genres, en y associant pour la première fois des lectures écocritique et écopoétique. Une nouvelle inédite de Patrick Chamoiseau, L’ultime sourire de l’Antillaise, ouvre le volume.

Pierre Soubias est Maître de conférences en Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Catherine Mazauric est Professeure de littérature contemporaine d’expression française, directrice du CIELAM à Aix-Marseille Université.
Marie-José Fourtanier est Professeure émérite de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Guy Larroux est Professeur de Langue et Littérature françaises, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.
Delphine Rumeau est Maître de conférences en Littératures comparées, membre de LLA-Créatis à l’Université Toulouse-Jean Jaurès.

Avec des contributions de : Noémie Auzas, Maria Celeste Biorda, Joscelin Bollut, Dominique Chancé, Jean-Louis Cornille, Corina Crainic, Hannes De Vriese, Aurélie Dinh Van, Marie-José Fourtanier, Lise Gauvin, Louise Hardwick, Samia Kassab-Charfi, Evelyne Lloze, Maeve Mc Cusker, Lorna Milne, Lydie Moudileno, Béatrice Nguessan Larroux, Oana Panaïté, Pierre Soubias, Anaïs Stampfli, Tomasz Swoboda.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/patrick-chamoiseau-et-la-mer-des-recits-4642.html

Littératures africaines et paysage – ELA 39

ELA39_C1_72dpiDisponible : Etudes littéraires africaines, n°39 (2015)

Sortie de presse : 25.08.2015
Livraison envoyée aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Littératures africaines et paysage

Textes réunis par Xavier Garnier et Pierre Halen

L’intérêt mais aussi la difficulté d’une interrogation à propos du paysage dans le corpus des littératures africaines apparaissaient déjà dans African horizons de Christine Loflin. Le mot « hori­zons » dit à lui seul qu’il ne s’agit pas seulement d’espace, mais de point de vue sur l’espace, et aussi de temps, de mémoire, et même d’avenir. C’est dire l’importance d’une notion qui, cepen­dant, peut aussi être soupçonnée d’être trop liée à la perception occidentale de la nature, et notamment à l’histoire de la peinture européenne, plus tard à l’histoire de la photographie coloniale. S’il existe, de toute évidence, de nombreuses vues paysagères de l’Afrique, qui ont été largement diffusées dans le monde par la littérature, la photographie et le cinéma, sans oublier les anciens « diaporamas » coloniaux, en revanche on peut se demander s’il existe des paysages africains, construits par des points de vue africains, ou encore dans des langues et des cultures africaines. En d’autres termes, on peut se demander si le writing back consiste à cet égard plutôt dans une ignorance, voire un refus du paysage, ou plutôt dans un détournement de l’outil paysager au service, désormais, de fins propres.

Le paysage africain : ancestral ou colonial ? (Michel Collot)

La réappropriation du paysage africain dans L’Esclave de Félix Couchoro (1929) (János Riesz)

Les paysages du Karoo dans la littérature sud-africaine : une esthétique de l’indicible (Richard Samin)

« White Writing », « Dark Continent » : les enjeux de la représentation du paysage dans la littérature sud-africaine (Mathilde Rogez)

La savane vierge et sauvage dans les romans d’aventures écologiques pour enfants : l’imaginaire du paysage édénique au service d’une critique du colonialisme ? (Elodie Malanda)

Poétique du paysage dans L’Anté-peuple et La Vie et demie de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Les représentations de la nature et la construction d’un nouvel ethos d’“auteur africain” dans Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembène (Sela Tal)

Pourquoi si peu de paysages dans les littératures africaines ? Quelques propositions pour une approche comparatiste (Dominique Ranaivoson)

De quelques enjeux du paysage (ou du non-paysage) (Pierre Halen)

Varia

Rendre audible la voix d’une rescapée tutsie : le rôle du paratexte dans le Livre d’Élise (George MacLeod)

Memory and exile : the transatlantic and diasporic  dimensions of the myth of Ashanti Princess Abla Pokou (Kouamé Adou)

À propos de…
Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud

Comptes rendus

ELA_Africaine_39_C1_Couv_web

ELA39_pp1-4

Sortie de presse : 25.08.2015
Cette livraison sera envoyée à partir du 25.08 aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Pour s’abonner ou renouveler sa cotisation :
http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Pour vérifier l’état de sa cotisation ou de son abonnement, s’adresser au Trésorier :
M. Richard Samin

Courriel : Richard.Samin@univ-lorraine.fr