Archives par mot-clé : Ecopoétique

CFS: Amazigh Orality in Contemporary Production

Journal of Amazigh Studies

We are delighted to announce the call for papers for the second issue of the Journal of Amazigh Studies. Note that the deadline for submission is March 15.
 

Argument

Orality, that is, the culture of the spoken word, is a central feature of Amazigh everyday life, history, and linguistics, and communal knowledge. Indeed, although Imazighen have one of the oldest writing systems in North Africa, known as Tifinagh, the latter is not associated with a body of written literature, an Amazigh literary canon. On the other hand, the Amazigh peoples have an extensive and rich oral literature that includes poetry, myths, fables, songs, proverbs, sacred rituals, and tales, which are excluded from a simple textualist notion of culture and communal identity.
Orality, then, remains the main factor in the preservation and transmission of Amazighity, as the language and culture is passed on and transformed orally from one generation to another, thus creating a bridge between the past and the present. Again, as an oral culture Amazighity is reproduced on a daily basis, first, in the everyday use of the language and also in the transmission and creation of oral literature in a broad sense encompassing music, poetry and narrative.
In the context of modern technology and an increased dependence upon cyberspace, a hybridized mode of communication that combines both written and oral features has emerged. As a result, many aspects of Amazigh oral culture, which, prior, found no place in literary circles and other environment have now fully emerged in a new digital space. Paradoxically, a post-modern system and context has allowed a pre-modern and non-textual Amazigh culture, individuals, and groups to create new discourses and contexts.
It is within this new global and digital context that the Journal of Amazigh Studies (JAS) devotes its second issue to the theme of orality and Amazighity. Regarding the latter term JAS will engage the whole sweep of Amazigh orality, with issues and examples drawn from (oral) literature, social media, films, music, and then, literacy in general. To this end, we call upon contributors for interpretive essays, material research, and all scholarly work which examines, analyzes, and evaluates Amazigh orality with regard to the topics listed below:  

The proposed sub-themes for this special issue are: 

Orality and the transmission and preservation of culture

  • (Social) media and transnational Amazighity 
  • Amazigh language in film and video production 
  • Amazigh digital orality (social media platforms, emails, texting, forums, blogs, etc.) 
  • Amazigh oral literature
  • Amazigh women and oral literature today
  • Amazigh women and social media
  • Recovering, transmitting, and producing Amazigh ecological knowledge through social media
  • Literacy and new literacy 
  • Amazigh orality and mythology
  • Decolonizing Amazigh orality   

Submission guidelines

Submissions are made via JAS email: journalofamazighstudies@gmail.com

Full articles are expected by June 30th, 2023.

Submitted manuscripts must not be previously published nor should they be under consideration or publication anywhere else while under review for this journal.

This issue of the journal does not have guest editors. It is a blind peer-reviewed academic journal.

We are part of the Claremont Colleges in California. Here is our future journal host: https://scholarship.claremont.edu/journals/.

Versions en français et tamazight disponibles auprès des éditeurs du numéro.

Le rap écologique du Dakar des “profonds”

Séminaire ZoneZadir

vendredi 14 octobre 2022, 15h-17h

Le séminaire Qu’est-ce qu’un écosystème littéraire? reprend son cours dans les nouveaux locaux du campus Nation (salle A524) avec une présentation de Serigne Seye de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar :

Le rap écologique du Dakar des “profonds” : de la métaphore à l’action écologique

 
Cette conférence sera d’abord l’occasion de réfléchir sur le concept polysémique d’underground qui inclut une certaine idée du profond. En effet, l’imaginaire du profond traverse les productions artistiques des MC’s sénégalais qui l’assimilent à plusieurs mots et réalités. La célébration du « lieu profond » dans leurs œuvres se mue en défense de l’inviolabilité du territoire contre toute forme d’agression. C’est ce qui autorise certains rappeurs à opérer une transition vers la défense des espaces naturels dont le terme « underground » est l’une des métaphores.
Ensuite, une étude de projets musicaux et de quelques textes évoquant des préoccupations écologiques dessinera les caractéristiques d’une écopoétique du rap sénégalais, la forme de celui-ci étant fortement influencée par le thème évoqué. Nous nous demanderons même s’il n’est pas possible de parler d’un genre écologique dans le rap sénégalais.
Enfin, cette communication fera un focus sur des cas précis d’activisme écologique de rappeurs sénégalais issus de ces zones dites du profond. De Malcolm le Boudiouman à  Bidew Bou bess, en passant par Ibson et G. Hip-Hop, plusieurs rappeurs ont entrepris des actions citoyennes en faveur de l’environnement pour mette l’art du profond au service de l’environnement.  C’est cet activisme écologique qui sera mis en lumière pour illustrer l’engagement multiforme de ces artistes, souvent issus de zones dites underground.
 
Vidéos en rapport avec le thème de la conférence :
 
et
 
Pour celles et ceux qui habitent loin et ne peuvent se déplacer, vous trouverez le lien de connexion pour participer à distance sur le site de ZoneZadir à la page suivante: https://zonezadir.hypotheses.org/le-rap-ecologique-du-dakar-des-profonds-de-la-metaphore-a-laction-ecologique
 
 

AAC/CFP: Humains et non-humains dans les arts de la parole en Afrique

Narrativités et poétiques environnementales à l’aube de la crise climatique

14e Colloque d’ISOLA (International Society for the Oral Literatures of Africa)

Paris, France, 4-8 juillet 2023

ISOLA s’engage à la promotion de l’excellence académique. Les communications et panels proposés devront défendre une thèse bien définie, montrer leur familiarité avec les axes de recherches en cours, traiter du thème de la conférence et porter sur l’Afrique ou la diaspora africaine. Les langues de travail sont l’anglais et le français.

Les résumés, comptant 500 mots maximum, complétés du nom de l’auteur(e), de l’institution à laquelle il/elle est affilié(e), d’une adresse email et d’une brève biographie, devront être déposés dans les deux langues sur le site du colloque : https://isola14.sciencesconf.org
Date limite de réception des résumés : 15 décembre 2022

CFP ISOLA 2023 frs

CFP ISOLA 2023 en final

AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde

Colloque en ligne

15-16 décembre 2022

NaKaN. Revue d’études culturelles

En partenariat avec le Centre Universitaire de Mayotte

Processus de sélection et calendrier :

  • 15 septembre 2022 : envoi des abstracts et notices biobibliographiques

Les propositions de contribution devront comporter un titre et un résumé d’environ 400 mots maximum (en français ou en anglais). Elles devront être assorties d’une brève notice biobibliographique, n’excédant pas 150 mots.

  • 15 octobre 2022 : notification d’acceptation ou de refus des propositions aux auteurs
  • 15-16 décembre 2022 : Colloque en ligne

Contact

Les propositions de résumés, assorties d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer au 15 septembre 2022 à nakandecolonial@gmail.com Pour toute information nécessaire, merci d’adresser un email à nakanjournal@gmail.com.

Argumentaire et axes

Les inquiétudes sur les dégradations environnementales jouent un rôle majeur dans la pensée contemporaine, tant dans la prise en considération du futur des écosystèmes que tant dans la nécessité de sortir du paradigme eurocentriste, car l’écologie est bien l’affaire de tous.  C’est pourquoi le concept d’écologie décoloniale s’attèle à renverser ce paradigme, tout en soutenant la possibilité d’une action collective apte à pa/enser la fracture du vivre ensemble en vue de préserver le monde naturel. De ce fait, le chercheur martiniquais Malcolm Ferdinand s’est consacré à penser l’écologie depuis le monde caribéen, car « par ses imaginaires créoles de résistance et ses expériences de lutte (post)coloniales, la Caraïbe permet une conceptualisation de la crise écologique associée à la quête d’un monde défait de ses esclavages, de ses violences sociales et de ses injustices politiques (Ferdinand 2019, 13). Cette écologie décoloniale se construit sur le constat d’une double fracture coloniale et environnementale logée au cœur de la modernité, laquelle a trop longtemps dissocié la question écologique de la question coloniale, en ignorant les injustices sociales, politiques et raciales. En effet, les différents discours des colonisés, leurs récits et leurs penseurs ont souvent déconstruit la domination coloniale au détriment de la question environnementale et animale. La thèse de Ferdinand peut cependant être nuancée grâce à l’émergence d’intellectuels, notamment africains, qui mènent depuis plusieurs années une réflexion sur cette double articulation. À cet égard, le penseur sénégalais Felwine Sarr, dans son essai Habiter le monde (2017), critique les politiques destructrices du monde qui, selon l’historien politologue camerounais, Achille Mbembe, prennent tantôt la forme de « politiques de l’inimitié » (2016), tantôt celle de « brutalisme » (2020). Face à la rhétorique guerrière, égoïste et cynique du politique, note Sarr, se développent dans les marges des relations faites de solidarité et de réciprocité. Or, le défi posé à l’heure actuelle est précisément de construire un monde inclusif qui repose sur de nouvelles relations entre les humains et des interactions plus positives entre les humains et le monde naturel.

Continuer la lecture de AAC: Écologie décoloniale dans les marges du monde

Ecopoétiques africaines

Xavier Garnier, Écopoétiques africaines. Une expérience décoloniale des lieux

Karthala, coll. Lettres du Sud
Date de publication : 09/06/2022
264 p.
ISBN : 9782811129941

La lecture écopoétique des littératures africaines s’intéresse aux moments où des textes se nouent à des lieux pour lancer l’alerte sur un état du monde menacé par une catastrophe écologique dont la genèse coloniale reste encore peu explorée.
Parce que l’extractivisme qui a présidé à l’aventure coloniale a soumis le continent à une gigantesque opération de zonage dont il souffre encore aujourd’hui, se réclamer des lieux est un enjeu important pour les littératures africaines.
Dès la première moitié du XXe siècle, des écrivains anticolonialistes ont cherché à capter la puissance des lieux pour mener leur combat contre l’exploitation économique et la réification culturelle. Les trois poétiques présentées dans cet ouvrage sont les phases d’un même processus décolonial qui affirme une expérience des lieux : donner corps aux lieux pour défaire les territorialités impériales ; détourner les hyper-lieux pour enrayer la fluidité du marché global de l’image ; laisser résonner les hypo-lieux pour rompre le silence du déni.

Revisitant l’histoire littéraire africaine, Xavier Garnier livre une lecture écopoétique d’auteurs aussi divers que Senghor, Ahmadou Kourouma, Ben Okri, Yvonne Vera, Ngũgĩ wa Thiong’o ou encore Sinzo Aanza et Abdourahman Waberi.

Xavier Garnier est professeur de littérature à l’université Sorbonne Nouvelle et membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF). Ses recherches portent sur les littératures africaines, la théorie du roman, la géocritique et l’écopoétique. Il est l’auteur notamment du Roman swahili (Karthala, 2006) et de Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Consulter la table des matières et commander sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/lettres-du-sud/3455-ecopoetiques-africaines-une-experience-decoloniale-des-lieux-9782811129941.html

MàJ 22/02/23 : on peut désormais lire l’ouvrage en ligne sur Cairn.info [abonnements].