Archives par mot-clé : Edition

Parution : Aimer, selon Véronique Tadjo

Editions Museo, Collection Paradisier

AIMER

selon Véronique Tadjo

Quel sens faut-il donner à l’Amour ? Est-il le même partout et peut-il traverser les frontières ? Dans un monde en pleine transformation, Eloka et Aimée se rencontrent à travers les continents et décident de lier leurs destins. Dans une succession de tableaux  de leur quotidien, parfois sublimes, souvent bouleversants, mais jamais innocents, se dessine  le visage d’une Afrique contemporaine  pétrie de souffrance et d’espoir. L’exigence d’un amour qui se veut absolu dans son désir de tout étreindre,  les pousse à s’engager de plus en plus profondément dans leur nouvelle réalité.  C’est à un parcours initiatique, un récit lyrique à la frontière du surréalisme que les lecteurs sont conviés. Voyage empreint de poésie et menant à la renaissance de ces êtres grâce aux ressources inépuisables, cycliques et régénératrices, des rapports humains et de la nature.

Véronique Tadjo

Véronique Tadjo est romancière, poète, peintre et universitaire. Née à Paris d’un père ivoirien et d’une mère française, elle a passé son enfance et fait l’essentiel de ses études à Abidjan. Après un doctorat en Civilisation noire américaine à la Sorbonne-Paris IV, elle reçoit plusieurs prix littéraires dont le Grand prix littéraire d’Afrique noire pour son récit Reine Pokou, concerto pour un sacrifice (Actes Sud, 2005). Une partie de son œuvre est consacrée à la jeunesse. Grande voyageuse, elle navigue entre l’Afrique, l’Europe et les États-Unis et se fixe pendant quatorze ans à Johannesbourg où elle dirige le département de français de l’université du Witwatersrand. Elle partage désormais son temps entre Londres et Abidjan. Son roman, En compagnie des hommes (Don Quichotte, 2017) a pour thème l’épidémie d’Ebola de 2014. Son dernier livre, Le Voyage de Yao (Seuil Jeunesse, 2019) est une adaptation du scénario du film Yao de Philippe Godeau avec Omar Sy dans le rôle principal. Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues.

Avec le soutien d’Occitanie Livre & Lecture – Programme soutenu par la Région Occitanie

URL de référence : https://www.museo-editions.com/aimer-selon-veronique-tadjo?cid=7fb79119-e919-42ed-8bc9-8a435f1c3fb1

Parution : Langues minorées

Revue Bibliodiversity

Dossier coordonné par Nathalie Carré (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Inalco) et Raphaël Thierry (chercheur indépendant).

Prix de vente (version papier) : 20 euros ; 30 dollars canadiens ; 20 francs suisses ; 12 000 francs CFA.
Format : 14,5 X 21 cm ; 188 pages
Numéro ISSN : 2650-0205

Prix de vente (version numérique – PDF) : 10 euros ; 15 dollars canadiens ; 10 francs suisses ; 6 000 francs CFA.
Numéro ISSN : 1775-3759

ISBN : 978-2-490855-03-2

Publication : janvier 2020
Bibliodiversity est coéditée par Double ponctuation et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.
Voir tous les autres numéros de la revue (« Les politiques publiques du livre », « L’Auto édition », « Édition et engagement »…).

Présentation
Plus de la moitié des langues parlées dans le monde sont menacées de disparition ; si rien n’est fait, l’Unesco estime que 90 % des langues auront disparu au cours du siècle. Élément essentiel de la culture d’un peuple, les langues sont pourtant bien plus qu’un simple outil de communication ; toutes proposent une description profondément unique du monde qui nous entoure et des êtres qui l’habitent. Que peut faire – et que fait déjà – le secteur de l’édition pour aider à conserver et à faire vivre ces langues minorées ? C’est à cette question que tente de répondre cet ouvrage, à travers des textes universitaires et des témoignages de professionnels du livre qui, ensemble, proposent une approche inédite du sujet.
Au regard de leurs publications, l’ouvrage analyse la situation de plusieurs langues minorées – créole haïtien, corse, innu, yiddish, kikuyu, basque, malgache, náhuatl, etc. – et montre que des solutions existent quand les acteurs de la chaîne du livre se mobilisent.

Sommaire du dossier

  • Publier en langues minorées. De la diversité des langues d’édition en contexte mondialisé, par Nathalie Carré, Inalco (France) et Raphaël Thierry, chercheur indépendant (France)
  • L’édition en créole en Haïti. Obstacles, initiatives et perspectives de développement, par Sandie Blaise, Duke University (États-Unis)
  • La diffusion de la poésie yiddish dans l’espace germanophone. Le cas des éditions bilingues, par Caroline Puaud, université Paris-Sorbonne (France)
  • Écrire et publier à Madagascar. Comment atteindre le monde ?, par Dominique Ranaivoson, université de Lorraine (France)
  • Faire dialoguer (en ligne) les langues minorées. L’exemple d’une collaboration intergénérationnelle en Afrique de l’Est, par Pierre Boizette, université Paris-Nanterre (France)
  • Normativité, diversité et dynamiques de création dans le champ littéraire basque contemporain. Étude de ses tendances de fonctionnement à travers la trajectoire littéraire d’Eñaut Etxamendi, par Itziar Madina Elguezabal, école doctorale Bordeaux-Montaigne (France)
  • Repérer, cataloguer, rendre visible. La place des langues minorées dans les collections de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), entretien avec Marine Defosse, Soline Lau-Suchet et Nicolas Pitsos, bibliothécaires à la BULAC (France)
  • « Tant que la langue circulera, nous aurons des livres à produire ». Publier en langue corse, entretien avec Bernard Biancarelli, éditions Albiana (Corse/France)
  • « L’édition doit grandir le monde ». Mémoire d’encrier et les langues du monde, entretien avec Rodney Saint-Éloi, éditions Mémoire d’encrier (Québec/Canada)
  • « Le sauvetage d’une langue est une tâche qui nous incombe à tous ». Publier de la littérature jeunesse en langues autochtones au Mexique, entretien avec María Yolanda Argüello Mendoza, éditions Magenta (Mexique)
  • Les politiques publiques du livre et de la lecture en faveur des langues autochtones au Chili. Intervention (réactualisée en 2020) au Parlement du livre et de la parole, par Paulo Slachevsky, Lom Ediciones (Chili)
  • Sauver, transmettre. Un exemple de transcription-traduction d’oeuvres de la littérature orale des peuples du Vietnam, par Mireille Gansel, traductrice, écrivaine (France)
  • L’engagement de PEN en faveur des droits linguistiques. L’importance d’écrire, de publier et de lire en langues marginalisées, entretien entre Peter McDonald, université d’Oxford (Royaume-Uni) et Carles Torner, PEN International (Catalogne/Espagne)

URL de référence : https://www.alliance-editeurs.org/langues-minorees-nathalie-carre-et,1392

Flyer DP Langues minorées sommaire

Écrire en français ici ou là en Afrique. Par Daniel Delas

Chroniques des Grands Lacs – RD Congo – Rwanda – Burundi

nouvelles présentées et sélectionnées par Dominique Ranaivoson et Maëline Le Lay, Sépia, 2019, 182 p.

La faible réception des écrivain.e.s africain.e.s est liée à l’ignorance des dirigeants germanopratins des grandes maisons d’édition françaises à l’égard  des littératures francophones et à la faiblesse des quelques éditeurs africains existants. C’est dans ce contexte que de petits éditeurs s’efforcent de modifier ce qu’on peut appeler le nombrilisme littéraire français. Sépia est l’un d’entre eux ; éditions créées en 1986 par Patrick Mérand qui s’orientent principalement vers l’Afrique et les DOM/TOM, Sépia a rejoint en 2016 le groupe Harmattan dont les options ‘tiersmondistes’ sont bien connues.
C’est chez cet éditeur que Dominique Ranaivoson anime une série de Chroniques, réunissant des nouvelles de jeunes écrivain.e.s d’Afrique : Chroniques du Katanga en 2007, Chroniques du Congo en 2012, Chroniques des îles sous le vent en 2018 et en 2019 (associée à Maëline Le Lay) ce Chroniques des Grands Lacs –RD Congo, Rwanda, Burundi.

Pourquoi est-il important de parler de ce petit volume constitué de nouvelles d’écrivains souvent très jeunes et dont la prose n’est pas toujours bien dégrossie des ateliers d’écriture organisés par les Instituts Français, d’où beaucoup d’entre eux sortent ? Parce qu’ils ne continueront pas à faire vivre leurs langues maternelles et leur langue véhiculaire (le français)  si aucun écho ne leur est offert.  La région des Grands Lacs n’est connue que par des récits forts (de témoignage et/ou de fiction) reliés directement au génocide rwandais de 1995 : Scholastique Mukasonga et Beata Umumbyeyi-Mairesse  par exemple (que nous avons chroniquées ici l’une et l’autre), écrivaines très talentueuses, installées désormais en Europe. Visions du monde toutefois partielles, un peu comme si on ne connaissait l’Allemagne que par ce que les survivants de la Shoah ont écrit !
Le français dans ces régions aux cultures séculaires (rappelons le titre de l’ouvrage pionnier de Jean-Pierre Chrétien, L’Afrique des Grands Lacs,2000 ans d’histoire, réed Aubier 2000), est en équilibre instable avec l’anglais (au Rwanda en particulier). La publication par les éditions Métailié du roman (de langue anglaise) de l’écrivaine ougandaise Jennifer Nansubuga Makumbi, Kintu (2019, 467 p) comble un peu, elle aussi l’ignorance abyssale de la critique française sur les productions littéraires d’Afrique Centrale. Est-ce parce que, comme le dit Alain Mabanckou ,« L’Afrique centrale reste une sorte de « cœur des ténèbres » dont on évite de parler » ?
Si je bavarde avec mon voisin et lui parle du Lichtenstein, il connait, plus ou moins. Mais si je lui parle de l’Ouganda ou du Burundi, il me dit « Mais c’est où l’Ouganda ? Mais c’est où le Burundi ? ».

L’anthologie que proposent les deux auteures est modeste, peut-être discutable (on ne sait rien de leurs critères de sélection) mais (p.17) elle ouvre « le lecteur francophone… à se déprendre de ses traditions romanesques, de ses références esthétiques pour réaliser qu’il est l’étranger, l’‘exote’ disait Segalen … »
Ce qui va dans le bon sens.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Écrire en français ici ou là en Afrique. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 13/01/2020, https://apela.hypotheses.org/3875.

La tradition en Afrique, pour le meilleur et pour le pire. Par Daniel Delas

Ayobami ADEBAYO, Reste avec moi, Charleston, 2019, traduit de l’anglais par Josette Chicheportiche, 315 p.

La littérature nigériane connaît une importante diffusion, appuyée sur un marché africain anglophone extrêmement large puisqu’il bénéficie d’un lectorat potentiel difficile à comparer avec celui des Etats les plus importants de l’Afrique francophone. Le Nigéria compte en effet près de 190 millions d’habitants et des universités prestigieuses. Si l’on ajoute le lectorat anglophone d’Afrique du Sud (54 millions d’habitants), on reste étourdi par la disproportion de ce lectorat anglophone avec celui de l’Afrique francophone. Lectorat africain auquel s’ajoute pour les écrivain(e)s anglophones l’important lectorat afro-américain. Ces chiffres mirobolants expliquent-ils pourquoi les productions d’Afrique anglophone et d’Afrique francophone sont si différentes ? En partie certes, car  de jeunes écrivains anglophones peuvent sans doute écrire en fonction de ce marché commercial,  mais il faut aussi prendre en compte  des explications plus fines, de nature génétique d’abord puis sociologiques et culturelles.
Essayons de comprendre ce que ce débat complexe veut dire à partir de la lecture du roman d’Ajobami Adebayo, traduit de l’anglais, Reste avec moi.

*

On apprend vers la fin du livre que son titre apparemment sentimental est en fait une traduction (du yoruba) de Rotimi, le prénom du troisième enfant (fille) du couple très uni de Yeyide et Akin. Longtemps attendus, « leurs » – pourquoi ces guillemets,  attendez ! – deux premiers enfants sont morts d’un mal peu connu, une sorte de malédiction, l’anémie falciforme :

Un nom suggérant qu’elle était une enfant abiku venue au monde avec l’intention de mourir très vite. Rotimi – « reste avec moi ». C’était ma belle-mère qui l’avait choisi et jusqu’alors, dans mon esprit, on ne donnait ce nom qu’aux garçons. Je me demandais si elle l’avait préféré aux autres parce qu’on pouvait le transformer. En rajoutant le bon préfixe, Rotimi aurait tout d’un prénom normal, libéré de l’histoire tourmentée que les prénoms abiku portaient en eux. Rotimi pourrait facilement devenir Olarotimi – « que la santé reste avec moi ». Ce qui n’est pas le cas de ces prénoms qui n’offraient pas d’autres possibilités comme Maku – « ne meurs pas » – ou Kukoyi – « Morts, épargnez celui-là ». (p. 219).

Les allusions de ce genre à des pratiques familiales yoruba sont nombreuses dans ce roman tournant autour du poids de la famille traditionnelle sur un jeune couple. Cette famille, représentée principalement par la belle-mère de la jeune femme (Moomi), n’accepte pas au début la trop longue stérilité d’une femme qui n’a pas rempli son rôle de génitrice après quatre ans de mariage : faire des enfants pour assurer la continuité et la dignité de la lignée. Tel est le départ du thème narratif du roman : comment la famille traditionnelle de son mari va contraindre une jeune femme stérile à accepter de soumettre ce qu’elle considère comme sa vie personnelle aux règles impitoyables de la loi traditionnelle. On lui impose d’abord que son mari prenne une seconde épouse, puis qu’elle fasse l’amour avec le frère de son mari impuissant pour faire un enfant, y prendre plaisir sans pouvoir le dire, accepter la mort de ses deux premiers enfants,  bref un récit très catastrophiste. Emouvant certes, oh combien !  Trop ?  Chacun choisira mais on pleure beaucoup au long du récit de ce calvaire !  Larmoyance propre à séduire dans les ‘chaumières’ africaines et afro-américaines !
Certains épisodes, on l’a dit, échappent à la compréhension immédiate d’un lecteur de culture européenne, de sorte  qu’on a l’impression que l’auteure écrit pour des lecteurs nigérians et/ou afro-nigérians installés aux USA. Avec une poétique…  disons… internationale ou globalisante.  En entendant par ce terme non une référence combative au monde politique du Nigéria dominé par des dictatures militaires qui apparaissent ici en simple toile de fond. Non, la sensibilité du récit – pouvant parfois frôler la sensiblerie pour le lecteur francophone – est anglo-américaine, proche de celle de Chimamanda Adichie (avec qui Ayobami Adebayo fit ses études), ou d’écrivaines afro-américaines comme Jesmyn Ward (National Book Award) racontant leur enfance sous le signe de l’esclavage.  Comme si l’émotivité larmoyante était un carburant nécessaire pour faire comprendre et pénétrer le désir de se libérer d’une lourde tradition.

On peut penser qu’une partie de l’explication de cette manière différente de raconter, entre, par exemple, Léonora Miano ou Mambou Aimée Gnali et Ayobami Adebayo ou Jesmyn Ward relève de la formation culturelle française des unes et de celle anglophone  des autres.
Héritage de deux colonisations d’idéologie différente ? Peut-être.
L’attachement à une explication affective des comportements des hommes et des femmes, est chez les écrivain(e)s africaines anglophones plus détaché, semble-t-il, d’une lecture du monde socio-  politique. Alors que les écrivain(e)s francophones lient fortement  analyse individuelle et analyse collective, c’est-à-dire en cherchant   la meilleure voie pour trouver par l’écriture une approximation d’un réel à dimension politique. En usant souvent d’un humour rétif aux grandiloquences des phrases finales de certains chapitres du roman d’Adébayo du genre :

Il retira ensuite sa veste, la plia et la déposa sur le lit ;
Alors, tel un fleuve qui déborde, les flammes de l’enfer se répandirent dans notre chambre. (p.222)

 Ou

Aujourd’hui, je me dis que c’est pour ça que j’en suis venue à m’accommoder à chaque nouvelle étape que je franchissais dans l’ignominie, juste pour avoir quelqu’un qui me chercherait si je disparaissais. (p.92)

 Il n’y a pas là jugement de valeur. Le réel n’existe pas en soi, nous le savons, il passe par les représentations que nous nous en faisons, par divers canaux dont la littérature est le meilleur (pro)moteur. Un lien que les lois de la promotion commerciale de la littérature écrasent.

Laissons la polémique. Et remercions Ayobami Adebayo de son investissement lucide.

Daniel Delas

Pour citer cet article : La tradition en Afrique, pour le meilleur et pour le pire. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 02/06/2019, https://apela.hypotheses.org/3259.

CFP: Africa’s books, books in Africa

Call for papers: Africa’s books, books in Africa // Libri d’Africa, libri in Africa // Livres d’Afrique, livres en Afrique

We are pleased to share with you this call for papers in the perspective of an issue of Africa e Mediterraneo journal on the following title: « Africa’s books, books in Africa ».
The issue is coordinated by Raphaël Thierry and Sandra Federici.
This Africa e Mediterraneo issue proposes to examine the real situation of the African publishing industry in the context of globalization and its impact on the diversity of the local and global editorial offer in the era of globalization. Being this edition at a crossroads of several disciplines, the dossier will be enriched by contributions from different fields of study: history of the book, anthropology, linguistics, economics, sciences of communication or sociology of culture.
Contributions addressing (among others) the following topics will be accepted:
– the « international » visibility of the African book;
– the African publishing industry in the global market;
– the African publishing industry through writers’ paths;
– the gift of books in the African book chain;
– the digital media of the editorial diffusion;
– case studies on national or regional contexts of book production;
– the Publishing industry and the book market in African languages…
The proposals (title, abstract of max. 400 words, author and a short biography) must be submitted no later than October 31th 2018 to the following email addresses:
s.federici@africaemediterraneo.it;
m.scrivo@africaemediterraneo.it.
If the proposal is accepted, the complete article must be submitted by December 3rd 2018.
The articles and the proposals can be submitted in the following languages: Italian, English and French, respecting the AeM editorial standards.
Africa e Mediterraneo is a peer reviewed journal.

Salon du livre d’art des Afriques

// SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES // 18-21 OCTOBRE 2017

Pendant la Fiac, du 18 au 21 octobre 2017  La Colonie, lieu de partage des savoirs créé par Kader Attia, en collaboration avec la revue d’art Afrikadaa et l’African Art Book Fair accueillent la première édition du Salon du livre d’art des Afriques avec une large sélection d’éditeurs indépendants internationaux et d’artistes venus de pays différents, garantissant ainsi une diversité des pratiques éditoriales actuelles. Au programme : des éditeurs indépendants, un lieu de débats et d’échanges autour de panels de discussion, une carte blanche à la maison d’édition Présence Africaine (URPA), un espace d’exposition,  et des performances. 

LES RENDEZ-VOUS QUOTIDIENS:
Ouverture du salon du livre d’art des Afriques : Du 18 au 21 octobre 2017
Lieu : La Colonie 128 rue  La Fayette 75010 PARIS
Horaires : de 10h30 à 18h30
Vernissage : le mercredi 18 octobre à 17h
Carte blanche Présence Africaine (URPA ): samedi 21 et  dimanche 22 de 10H30 à 18H30
Finissage: samedi 21 octobre de 21h à 2h soirée de clôture du Salon.
Performances : tous les jours à partir de 19h
Soirées DJ : tous les jours de 21h à 2h

LE SALON DU LIVRE D’ART DES AFRIQUES

Le salon du livre d’art des Afriques est un espace dédié aux publications qui entend offrir un panorama des pratiques éditoriales contemporaines les plus engagées dans la production de publications qualitatives et esthétiques sur des sujets dont la pertinence de l’offre est en relation avec l’état actuel du monde. Ce rendez-vous culturel convivial est un moment de découvertes et d’échanges réunissant éditeurs indépendants, artistes, collectionneurs et grand public. Le salon du livre d’art des Afriques est une occasion unique pour le public de découvrir la richesse et la diversité de la programmation des publications d’art, revues, fanzines provenant des Afriques à La Colonie lieux accessibles à tous et ouverts aux dialogues. Cette première édition propose un focus sur la thématique des artistes qui travaillent le livre comme médium. Cet évènement offre aussi aux éditeurs indépendantsune plateforme de rencontre entre les artistes, les professionnels du monde de l’art et le public, afin de favoriser des échanges ainsi que la circulation des savoirs dans une optique de contextualisation des oeuvres et des artistes des Afriques. La dénomination du vocable  les Afriques  est  ici définie d’une manière protéiforme et métaphorique.

Véritable projet artistique qui se concentre sur des thématiques liées à des publications sur l’art, le choix de la programmation repose sur une sélection de publications, d’artistes et d’éditeurs indépendants peu connu du grand public. Face à l’absence du monde éditorial dans les biennales, foires d’art et autres évènements artistiques internationales pour les publications et revues issues des territoires du Sud, le Salon du livre d’art des Afriques contribue à la valorisation et à la réflexion des éditions artistiques des Afriques en questionnant la production intellectuelle indépendante en tant qu’outil participant à l’émancipation de la création artistique. Nous découvrirons les dernières publications  valorisant la production critique autour des idées qui font l’essence de leur métier : transmissions des récits et échanges d’expériences entre les productions éditoriales de différents formats, mise en valeur de la création contemporaine et d’un extraordinaire patrimoine artistique, grâce à une programmation riche et exigeante dans un espace convivial de partage des savoirs .le salon du livre d’art des Afriques traversera les frontières afin de confirmer la nécessité incontournable de s’inscrire dans l’écrit et le verbe et de mémoriser, questionner  des formes de langages  nouvelles et contemporaines.

Continuer la lecture de Salon du livre d’art des Afriques

« Céytu », l’ovni éditorial : un article à lire sur le carnet Monde du livre

« Céytu », l’ovni éditorial : une collection naissante de grands classiques traduits en wolof

Un article (7 juillet 2017) très informé de Judy MANUZZI à lire sur https://mondedulivre.hypotheses.org/6708

(Carnet des étudiants du Master Lettres spécialité Monde du Livre de l’Université d’Aix-Marseille)