Archives par mot-clé : ELA

ELA : l’intégralité des numéros en ligne

Les numéros 1 (1996) à 45 (2018) des Études littéraires africaines sont intégralement en ligne* sur la plateforme Erudit.org  :

1746 articles en ligne !

* Rappel : Les livraisons des deux dernières années (2017 et 2018) ne sont pas encore en accès libre, car il faut être abonné. Pour se procurer les numéros les plus récents, il faut soit disposer d’un accès en ligne via son établissement, soit être membre cotisant de l’Apela (revue « papier »), soit… attendre deux ans.

Henri Lopes, lectures façon façon-là. ELA 45 (2018)

Prochaine sortie de presse du n°45 ! (envoi durant l’été 2018 aux membres de l’APELA, le numéro peut aussi être commandé à l’exemplaire)

Henri Lopes, lectures façon façon-là

Etudes Littéraires africaines n°45 (2018)

Textes réunis par Anthony Mangeon

Henri Lopes a cinquante ans de littérature derrière lui, et il garde plusieurs longueurs d’avance sur ses contemporains. Considéré très tôt comme un « classique africain », il demeure l’un des écrivains les plus lus dans les pays de langue française. L’étude de son œuvre mérite dès lors d’être abordée comme un corps à corps, au plus près d’elle et dans l’exploration de tous ses sens. En épousant ses rythmes, en suivant ses parcours internes, en lui emboîtant le pas, ces « lectures façon façon-là » veulent rendre justice à la manière si particulière dont Henri Lopes, depuis plus d’un demi-siècle, fait entrer son lecteur dans la danse, que ce soit celle de l’histoire, de l’écriture ou de la vie, ou plutôt celle de leur puissante conjonction.

Sommaire du dossier :

  • Henri Lopes a cinquante ans ! (Anthony Mangeon)
  • Un art du roman démocratique ? Effets de miroir et lieux communs dans l’œuvre d’Henri Lopes (Anthony Mangeon)
  • Mobilités de l’œuvre : exils, errances et retours
    (Catherine Mazauric)
  • L’histoire et son traitement dans l’œuvre d’Henri Lopes
    (Bernard Mouralis)
  • Esthétique, politique et éthique du personnage :
    le métis dans l’œuvre romanesque d’Henri Lopes
    (Sylvère Mbondobari )
  • Henri Lopes, anti-« parrain » de la phratrie congolaise
    (Céline Gahungu)
  • Sculpter la matière, écrire le monde : entretien avec
    Henri Lopes (entretien réalisé par Céline Gahungu)
  • Extrait des carnets de Sony Labou Tansi
  • Femmes congolaises et subterfuges d’une vie sur
    l’autre rive (Réassi Ouabonzi alias Laréus Gangoueus)
  • Le Méridional, un roman hanté par la génétique
    (Nicolas Martin-Granel)
  • Bibliographie (constituée par Bo-Hyun Kim)

À propos du décolonial

  • La formation de la pensée décoloniale
    (Adélia da Silva Mathias)
  • Quelques observations critiques (Sarah Burnautzki)

Varias

  • (Re)cartographies poétiques et imaginaire diasporique :
    une lecture de l’Atlantique noir à partir d’un Arc-en-ciel
    pour l’Occident chrétien
    , Changó el gran putas et The Salt
    Roads
    (Marine Cellier)
  • Écriture, voyage et (con)quête dans Dahij de
    Felwine Sarr (Alioune Diaw)

Comptes rendus

Thèses soutenues en 2017

ELA_45_couv_C1_C4

Africains… et américains ? ELA 44 (2017)

à nouveau disponible : Etudes Littéraires Africaines n°44 (2017)

Africains… et américains ?

Textes réunis par Anthony Mangeon et Claudine Raynaud

Comment, étant africain à l’origine, devient-on américain en intégrant le monde académique étatsunien ? Et quels rapports cet « africain américain » d’un nouveau type entretient-il avec ses « frères de couleur », dont les ancê­tres étaient arrivés à l’époque de l’esclavage ? Qu’est-ce qui justifie aujourd’hui cet attrait des auteurs africains pour l’histoire des Noirs américains, ses moments clés et ses icônes ? Est-ce une nostalgie pour des temps de révolte, de prise de conscience et d’action politique ? Les écritures voire les réécritures valent-elles réappropriation et homma­ge ? Telles sont les questions qui ont motivé la conception de ce dossier dont l’une des ambitions est d’étudier les nouvelles constructions des identités noires contemporai­nes, entre miroirs et mirages, illusions et spécularités.

Sommaire du dossier :

  • Africains… et américains ? Miroirs et mirages de l’identité noire au XXIe siècle (2000-2016) (Anthony Mangeon et Claudine Raynaud)
  • Harlem, cœur mythique de l’Amérique noire, revisité dans Nègre de personne de Roland Brival (Charles Scheel)
  • Talking to James Baldwin. Alain Mabanckou’s Jimmy (Bill Schwarz)
  • Between the World and Black People : lire Ta-Nehisi Coates avec Alain Mabanckou et Marvel Comics (Abdoulaye Imorou)
  • Biofiction à la première personne : La Rose dans le bus jaune d’Eugène Ébodé (Claudine Raynaud)
  • Questions à Eugène Ébodé (Entretien avec Claudine Raynaud)
  • La Divine Chanson : les musiques funambules ou Papa Legba aux carrefours des continents (Jean-Christophe Delmeule)
  • African and American Selves: « Contact Zones » in All Our Names by Dinaw Mengestu (Corinne Duboin)
  • L’afropolitanisme au féminin : une déterritorialisation des lieux communs ? (Florian Alix)

À propos de…
Postcolonial Life Narratives : Testimonial Transactions
de Gillian Whitlock

Comptes rendus

Du côté des éditeurs

Littératures africaines et paysages

Rencontre au Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le samedi 25 mars 2017 de 17h à 18h30.

Existe-t-il des paysages africains, construits par des points de vue africains ou encore dans des langues et des cultures africaines ?

Rencontre avec Xavier Garnier, professeur, université Sorbonne Nouvelle, Paris III, Céline Gahungu, chercheuse, université Paris-Sorbonne, Pierre Halen, université de Lorraine, Auguste Mbondé, université Paris IV, Mathilde Rogez, université de Toulouse.

Cette rencontre réunit plusieurs contributeurs du numéro 39 de la revue Études littéraires africaines, « Littératures africaines et paysage », paru en 2015, codirigée par Xavier Garnier et Pierre Halen.

URL de référencehttp://m.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/details-de-levenement/e/litteratures-africaines-et-paysage-37440/

Le théâtre de Sony Labou Tansi – ELA 41

ela_41_couvLe théâtre de Sony Labou Tansi

Textes réunis par Julie Peghini et Xavier Garnier

L’année 2015 a été marquée par diverses lectures et mises en scènes de l’œuvre théâtrale et poétique de Sony Labou Tansi, en France et au Congo. Pourtant, vingt ans après la mort de l’écrivain, ses pièces de théâtre restent mal connues, peu jouées et à peine étudiées. Or, elles donnent d’indispensables clés pour accéder à l’œuvre.

Sony a théorisé sa pratique du théâtre, qu’il voyait comme un « artisanat mondial » susceptible de mettre en contact des hommes de tous les continents. À l’horizon de son théâtre, qui exploite les potentialités du corps physique des acteurs, on aperçoit sa dimension politique concrète, à la fois philosophique et spirituelle, vécue comme résistance humaine à la misère idéologique et matérielle d’un monde à la dérive.

  • Sommes-nous sortis du monde, Sony Labou Tansi ?
    Le théâtre, la scène, la fable (Julie Peghini et Xavier Garnier)
  • Sony Labou Tansi, le souffle d’un marronneur
    (Sylvie Chalaye)
  • Sony Labou Tansi, précurseur de nouvelles écritures
    dramatiques ? (Amélie Thérésine)
  • Le flou et le fou : espace mystique et figure messianique dans
    La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi (Pierre Leroux)
  • Nommer pour conjurer la mort : le désir d’exister dans le
    théâtre de Sony Labou Tansi (Léna Paugam)
  • Enjeux de la transformation de Jules César de Shakespeare en palimpseste : Moi, veuve de l’empire (Fabrice Schurmans)
  • Entretien avec Rodrigue Ndong
  • Entretien avec Dieudonné Niangouna

À propos de Beauté Congo
et des expositions d’art contemporain africain dans l’espace muséal français : le retour du refoulé colonial ?
• L’art contemporain d’Afrique vu par André Magnin :
reprendre ou défaire le discours d’un commissaire (Emmanuelle Spiesse)
• Beauté Congo, un art sans histoire (Anna Seiderer)
• D’une rive à l’autre du fleuve Congo : les expositions Modernités plurielles et Beauté Congo (Nora Greani)

Varias
• Entretien avec le photographe Omar Victor Diop (« Afriques transversales »)
• Le chien au propre : ébauche d’une piste cynique dans les littératures africaines contemporaines (Ninon Chavoz)
• Nelson Mandela et John Dube : une mémorable généalogie politique (Chérif Keita)

Comptes rendus

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016

Littératures africaines et paysage – ELA 39

ELA39_C1_72dpiDisponible : Etudes littéraires africaines, n°39 (2015)

Sortie de presse : 25.08.2015
Livraison envoyée aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Littératures africaines et paysage

Textes réunis par Xavier Garnier et Pierre Halen

L’intérêt mais aussi la difficulté d’une interrogation à propos du paysage dans le corpus des littératures africaines apparaissaient déjà dans African horizons de Christine Loflin. Le mot « hori­zons » dit à lui seul qu’il ne s’agit pas seulement d’espace, mais de point de vue sur l’espace, et aussi de temps, de mémoire, et même d’avenir. C’est dire l’importance d’une notion qui, cepen­dant, peut aussi être soupçonnée d’être trop liée à la perception occidentale de la nature, et notamment à l’histoire de la peinture européenne, plus tard à l’histoire de la photographie coloniale. S’il existe, de toute évidence, de nombreuses vues paysagères de l’Afrique, qui ont été largement diffusées dans le monde par la littérature, la photographie et le cinéma, sans oublier les anciens « diaporamas » coloniaux, en revanche on peut se demander s’il existe des paysages africains, construits par des points de vue africains, ou encore dans des langues et des cultures africaines. En d’autres termes, on peut se demander si le writing back consiste à cet égard plutôt dans une ignorance, voire un refus du paysage, ou plutôt dans un détournement de l’outil paysager au service, désormais, de fins propres.

Le paysage africain : ancestral ou colonial ? (Michel Collot)

La réappropriation du paysage africain dans L’Esclave de Félix Couchoro (1929) (János Riesz)

Les paysages du Karoo dans la littérature sud-africaine : une esthétique de l’indicible (Richard Samin)

« White Writing », « Dark Continent » : les enjeux de la représentation du paysage dans la littérature sud-africaine (Mathilde Rogez)

La savane vierge et sauvage dans les romans d’aventures écologiques pour enfants : l’imaginaire du paysage édénique au service d’une critique du colonialisme ? (Elodie Malanda)

Poétique du paysage dans L’Anté-peuple et La Vie et demie de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Les représentations de la nature et la construction d’un nouvel ethos d’“auteur africain” dans Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembène (Sela Tal)

Pourquoi si peu de paysages dans les littératures africaines ? Quelques propositions pour une approche comparatiste (Dominique Ranaivoson)

De quelques enjeux du paysage (ou du non-paysage) (Pierre Halen)

Varia

Rendre audible la voix d’une rescapée tutsie : le rôle du paratexte dans le Livre d’Élise (George MacLeod)

Memory and exile : the transatlantic and diasporic  dimensions of the myth of Ashanti Princess Abla Pokou (Kouamé Adou)

À propos de…
Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud

Comptes rendus

ELA_Africaine_39_C1_Couv_web

ELA39_pp1-4

Sortie de presse : 25.08.2015
Cette livraison sera envoyée à partir du 25.08 aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Pour s’abonner ou renouveler sa cotisation :
http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Pour vérifier l’état de sa cotisation ou de son abonnement, s’adresser au Trésorier :
M. Richard Samin

Courriel : Richard.Samin@univ-lorraine.fr

ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

chacjhhj Etudes Littéraires Africaines 38/2014

L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

South Africa and post-apartheid literature (1994-2014)

Les œuvres sud-africaines publiées après la fin de l’apartheid en 1994 se signalent par leur orientation critique affirmée. Elles remettent fondamentalement en cause l’aspect trompeur et lénifiant du discours de la nation « arc-en-ciel » dont s’était prévalu le pays pendant les années immédiatement après 1994. Les écrivains sud-africains, de Lauren Beukes à Zoë Wicomb, en passant par J. M. Coetzee, Achmat Dangor, Nadine Gordimer, Margie Orford, Henrietta Rose-Innes, Ivan Vladislavić, ont su identifier les frontières indécises et fluctuantes qui divisent encore le pays, qu’elles soient raciales, économiques, identitaires ou mémorielles. Ils révèlent dans leurs œuvres les ambiguïtés, les contradictions, les profondes incertitudes et les tensions qui tournent parfois à la violence.

La lecture de ce dossier confirme que seule la littérature est capable de sonder une société en profondeur, d’en révéler les aspects les plus sombres, les forces souterraines qui la minent, et, dans le cas de l’Afrique du Sud, de montrer les défis qu’un pays doit affronter pour essayer de mettre en pratique les principes éthiques qui sous-tendent son idéal politique.

Continuer la lecture de ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)