Archives par mot-clé : Épopée

Épopées et guerres coloniales : histoires connectées

Parution du quatrième volume de la revue Recueil ouvert, dirigée par Florence Goyet :

Le Recueil Ouvert : “Épopées et guerres coloniales : histoires connectées”

Université Grenoble Alpes, 2018

EAN13 : 24965731

Sous la direction de Elara Bertho et Aude Plagnard

*

PROJET ÉPOPÉE – Recueil ouvert

Volume 2018 : “Épopées et guerres coloniales : histoires connectées”

Elara Bertho (CNRS) et Aude Plagnard (Université de Montpellier) ont le plaisir de présenter le 4e volume du Recueil ouvert.

Le Recueil ouvert est, avec la Bibliographie comparatiste et ses 500 titres en six langues, une réalisation du Projet Épopée hébergé par l’UMR 5316 Litt&Arts de l’Université Grenoble Alpes. Suivant le principe général retenu pour le Recueil, les articles viennent enrichir les rubriques permanentes, de façon à constituer au fil du temps des ouvrages de référence.

Le présent volume s’intéresse à ce que Nathan Wachtel a appelé, à propos des Incas, la “vision des vaincus” – cette bascule narrative entre les continents et entre les époques : un même événement, la guerre coloniale, donne lieu à des récits aux orientations diamétralement opposées. Ainsi, les résistants africains à la colonisation deviennent les héros d’épopées nationales en construction ; Pablo Neruda, lui, fait d’Alonso de Ercilla, premier auteur d’une épopée coloniale espagnole, l’“inventeur du Chili”. Nous proposons d’appliquer cette “histoire à parts égales” (Romain Bertrand) à la littérature : comment se dit la colonisation de part et d’autre de l’océan Atlantique ? Comment les motifs migrent-ils ? L’on touche là à une question proprement littéraire, celle de la resémantisation d’un même motif : une même figure peut générer plusieurs récits contradictoires, avec plusieurs significations qui se construisent différemment selon les lieux et les circonstances de productions. Montrer la pluralité des représentations de la guerre coloniale ; étudier la façon dont elles sont réinvesties et resémantisées en contexte post-colonial ; prendre en compte, dans ce nouveau souffle épique, les apports du romanesque ; telles sont les pistes explorées par ce volume. Cette réflexion collective prend résolument parti pour une histoire connectée des littératures.

Url de référence : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/291-epopees-et-guerres-coloniales-histoires-connectees

AAC : Épopées et guerres coloniales : histoires connectées (Revue Recueil Ouvert)

Cette livraison de Recueil Ouvert (http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/) propose une recherche interdisciplinaire sur les emplois et les réemplois du genre épique liés aux guerres coloniales. Elle offre un espace de réflexion doublement comparatiste qui vise à penser les circulations entre les continents soumis à la colonisation européenne mais aussi les resémantisations de la guerre coloniale en contexte postcolonial.

Les trois axes de réflexion ci-dessous – non exclusifs et que les auteurs sont invités à croiser – dessinent une méthode globale visant à faire émerger une histoire comparée du fait épique entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique :

1. Épopée et guerres coloniales

Il s’agira de lier le genre de l’épopée et les mises en scène de la guerre coloniale à plusieurs titres. On considèrera des épopées soit qui traitent des guerres coloniales, récentes ou non, soit qui sont produites dans un contexte colonial et proposent une réflexion sur les enjeux qui lui sont propres. Le fait colonial sera donc envisagé soit comme thématique centrale des œuvres étudiées, soit comme cadre de production des récits, qui correspondent dès lors à la « pensée de la crise » développée par Florence Goyet (2006), où les récits pensent, sur le vif, les crises politiques, sociales, économiques du contemporain.
On élargira pour cela le choix des sources et des genres, en prenant acte des recherches récentes menées sur les « épopées dispersées » ou sur les circulations entre oral, écrit et nouveaux médias (cinéma, radio, télévision).
La guerre coloniale donne lieu dans l’épopée à plusieurs types de récits qui tous pourront être pris en compte dans cette analyse : les différents types de mises en scène de la bataille bien sûr, mais aussi les analyses du combat et de ses modalités, de la figure du combattant ou du leader charismatique, ou plus largement des représentations de la guerre de conquête au sens large, qui peut également prendre la forme d’expéditions ou de missions.

2. Resémantisation de l’épique en contexte colonial et postcolonial

Si la guerre coloniale peut être à la fois thème du récit et cadre de l’écriture, on cherchera à s’intéresser plus particulièrement à une situation qui lie ces deux aspects du « travail épique » : le moment où se produit une resémantisation de l’épopée à sujet colonial soit dans une autre situation de domination coloniale soit au contraire dans un contexte de décolonisation, éventuellement lié aux guerres d’indépendances (c’est-à-dire dans un contexte de redéfinition des identités ; Anderson, 1993).
En effet, la lutte créole contre la domination espagnole en Amérique latine reprend à son compte le personnage de l’indigène, non plus comme un ennemi ou comme un autre permettant de se définir mais comme un emblème d’une nouvelle identité en construction face à cet autre qu’est devenue la nation européenne. De même, les figures de la résistance africaine à la colonisation, si elles ont pu être diabolisées pendant la colonisation, sont en revanche devenues de véritables héros nationaux aux moments des indépendances.
Dans les deux cas, les mouvements indépendantistes ont à cœur de se réapproprier un personnel dramatique, des structures poétiques, des motifs, qui revêtaient un sens tout à fait différent dans leurs processus de création originels, et sont devenus le vecteur d’une nouvelle conscience politique dans leurs différents réemplois.
Il s’agit de donner sa pleine place à la réception dans la construction du sens d’un texte épique, y compris sur une période très longue. Ce travail réflexif permettra de réévaluer et de discriminer entre différentes interprétations, éventuellement contradictoires, d’une même œuvre en fonction du contexte dans lequel elles ont été formulées.

3. Comparaison et histoires connectées

En dernière instance, on souhaite faire émerger de ce travail collectif une proposition de comparaison entre les processus décrits précédemment en contexte colonial africain et américain. Il s’agira d’évaluer les circulations et les connections qui ont pu exister entre les discours en contexte transatlantique, entre l’Europe et l’Amérique d’une part et entre l’Afrique et l’Europe d’autre part, mais aussi de comparer directement le cas échéant les processus épiques entre l’Afrique et l’Amérique. Ainsi, on pourra prendre en compte les migrations de textes, de motifs, de figures, les réemplois, l’intertextualité, l’imitation, le pastiche dans des contextes épiques.
L’étude de ces « histoires » (Bertrand 2014 ; Douki et Minard 2007) ou « mondes connectés » (Subrahmanyan dans ses divers travaux, Gruzinski 2004) a pour objectif de décentrer le regard porté sur la guerre coloniale, décentrement dont l’épopée est souvent l’un des vecteurs.

Les articles de 45000 signes maximum seront à envoyer au plus tard le 1er septembre 2017 à elara.bertho@gmail.com et aude.plagnard@gmail.com.

URL de référence : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/.

Séminaire « Traverses afroméditerranéennes »

Généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Niger (Elara Bertho)

Le séminaire « Traverses afroméditerranéennes » (CIELAM, LESA) aura le plaisir d’accueillir pour sa séance inaugurale Elara BERTHO (Paris III-Sorbonne nouvelle), qui nous parlera des généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Nigermardi 7 mars, de 14 à 16h, salle 1.18 de la Maison de la recherche Schuman.

Résumé :
Il s’agira d’interroger la fabrique d’une épopée populaire de la résistance à la colonisation française à travers la figure de la reine Sarraounia au Niger. Nous montrerons comment la dimension épique est un calque inversé des imaginaires épiques coloniaux, notamment de cette “traversée” saharienne qu’a été la mission Voulet-Chanoine. A partir de matériaux d’archives coloniales, d’archives sonores, de romans et de ballets, nous montrerons comment l’épopée nationaliste nigérienne s’est inscrite dans des généalogies intertextuelles plus vastes par des “branchements” et des points de traverses variés.

Docteure en littératures comparées de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (THALIM), Elara Bertho est actuellement ATER au département de Lettres Modernes de Paris 3.

Traverses afroméditerranéennes est un projet labellisé par la Fédération CRISIS de la Maison de la recherche ALLSH, animé par Thierry ROCHE (LESA) et Catherine MAZAURIC (CIELAM). Le séminaire bénéficie du soutien du LaFEF (http://lafef.net/).

Manifestation Cielam

Épopées postcoloniales

Épopées postcoloniales

et échanges transatlantiques

Journée d’études

Lundi 6 juillet 2015

Université Paris Diderot-Paris 7, Salle 679C, Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann (Bâtiment C, 6e étage)

Cette journée d’études est le second volet d’une manifestation organisée par Delphine Rumeau et Catherine Mazauric en juin 2014 à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle sera l’occasion d’écouter les derniers participants au projet, d’échanger et de clore la réflexion collective avant la publication des actes.
A cette occasion, il s’agit de continuer à penser les relations que les littératures postcoloniales construisent avec l’épopée, de déployer – dans la perspective d’un comparatisme résolument différentiel – les échanges transatlantiques qui se nouent entre des corpus africains, américains, caribéens et européens, ainsi que les questionnements politiques et identitaires portés par la circulation de ces modèles littéraires. Quelles sont les lignes de partage, mais aussi parfois de convergence, entre épopées des colonisateurs et épopées des colonisés ? Quelles sont les modalités d’imitation, de détournement et de réappropriation des récits épiques ? Quels genres littéraires l’épopée postcoloniale traverse-t-elle et privilégie-t-elle ? Dans quelles formes référentielles et fictionnelles se coule-t-elle ?Parce qu’elle engage fondamentalement une relation aux ancêtres et à l’héritage (politique, historique, culturel), l’épopée cristallise des rapports de pouvoir et engage des jeux de reconfiguration. La construction du fait national acquiert une certaine urgence dans les pays anciennement colonisés et soumis à des violences politiques et économiques extrêmes, où la gouvernance mondiale s’adosse à une reféodalisation du monde conduite par les multinationales. Les épopées postcoloniales inventent-elles de nouvelles institutions du pouvoir ou mettent-elles en fiction d’autres possibles politiques ?
Programme à consulter en cliquant sur Lire la suite.

Continuer la lecture de Épopées postcoloniales

Journée d’études Épopée et récits postcoloniaux

Impression 

Journée d’études Épopée et récits postcoloniaux (cliquer sur l’image pour voir l’affiche)

Université Toulouse 2, laboratoire LLA-Créatis

le vendredi 13 juin 2014 de 9h30 à 17h, Salle LA060, Centre de Ressources des Langues (Bâtiment 31)

organisée par Delphine RUMEAU & Catherine MAZAURIC

Contacts : drumeau AT univ-tlse2.fr – catherine.mazauric AT univ-tlse2.fr

Programme :

9h30 Introduction

Delphine RUMEAU (Université  Toulouse 2, LLA-Créatis)

Épopée et récits postcoloniaux, entre affinités et contradictions

10h-11h Conférence

Florence GOYET (Université Stendhal-Grenoble 3)

Ce que les épopées anciennes ont à nous dire : dynamisme et déplacements

11h30-12h45 Épopée et romans postcoloniaux contemporains

Inès CAZALAS (Université Paris 7-Denis Diderot)

Migrations du « réalisme magique » et réinventions postcoloniales de l’épique : lectures de João Guimarães Rosa en Angola et au Mozambique

Yolaine PARISOT (Université Rennes 2)

Au-delà de l’événement : « travail épique » et histoire immédiate dans les récits postcoloniaux

 

14h30-15h45 D’une épopée postcoloniale ouest-africaine

Catherine MAZAURIC (Université Toulouse 2, LLA-Créatis)

Donner voix au silence : histoire tue et énonciation épique dans La Quête infinie de l’autre rive de Sylvie KANDÉ

Sylvie KANDÉ (SUNY University, États-Unis)

L’épique et le subalterne. Comment les textes nous subjuguent

16h Table ronde et conclusions

16h45 Fin de la journée

http://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/manifestations-scientifiques/epopee-et-recits-postcoloniaux-315818.kjsp?RH=1270125529372

Télécharger le programme au format PDF : prog postcoloniaux2