Archives par mot-clé : Espagne

Approches sociologiques des littératures de jeunesse

Séminaire ASOHLIS

Lundi 9 mai – 14h-17h  

Pauline Franchini, « La littérature de jeunesse afro-brésilienne contemporaine comme territoire de résistance »

Au Brésil, la littérature afro-descendante, et a fortiori celle destinée à la jeunesse, s’est inventée et se développe en dehors des grands circuits nationaux de diffusion et de consécration. Cette communication se propose de décrire cet espace littéraire brésilien peu ouvert à la diversité, ainsi que les stratégies des auteurs, autrices et maisons d’éditions spécialisées pour exister en marge des réseaux légitimés du monde des Lettres, en revendiquant une auto-identification au paradigme du marronnage et de la résistance culturelle. Le cas brésilien sera comparé au cas de la littérature young adult des États-Unis, où les voix des minorités se font de plus en plus entendre.

Pauline Franchini est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature générale et comparée de l’Université de Bourgogne. Sa thèse, soutenue le 8 décembre 2021, s’intitule La littérature de jeunesse contemporaine des Amériques à la croisée des minorités (Brésil, Caraïbe, États-Unis). Elle est actuellement ATER à l’Université d’Aix-Marseille.

Delia Guijarro Arribas, « Sociologie de l’édition jeunesse : une comparaison France, Espagne, Belgique »

La production des livres jeunesse se caractérise par une importante fragmentation à plusieurs niveaux : catégories génériques, tranches d’âge, livres divertissants ou éducatifs, avec ou sans textes, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché, adoptant des formats divers, ciblant filles ou garçons. A partir d’une étude croisée et comparée de trois pays, la France, la Belgique et l’Espagne, il est possible d’analyser l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Notre intervention vise précisément d’une part à interroger comment mener à bien cette comparaison, à partir de quelles sources et avec quel cadre théorique. Et d’autre part, elle veut rendre compte des apports méthodologiques de ladite comparaison dans le cas particulier de l’édition jeunesse.

Delia Guijarro Arribas est docteure en sociologie par l’EHESS. Actuellement elle mène en parallèle deux projets de recherche en post-doctorat : un intitulé « Editer pour la jeunesse en Belgique » au sein du FNRS et l’Université de Liège, l’autre « Pour une nouvelle histoire de Bayard » au sein de l’Université de Bordeaux.

Séminaire en visioconférence sur Teams 

Inscription : Virginie.Brinker@u-bourgogne.fr

Congrès 2017 – Programme

Images et usages du peuple dans les littératures d’Afrique et de la diaspora

Affiche de Said Messari

Le congrès 2017 de l’APELA en collaboration avec le Congrès d’Études Hispano-africaines du Laboratoire de recherche « Imaginaires culturels et littéraires d’Afrique et de la Diaspora » de l’Université d’Alcalá aura lieu à l’Université de Alcalá, Alcalá de Henares, Madrid, Espagne, du mardi 12 au vendredi 15 septembre 2017.

Programme téléchargeable en pdf (version du 17/08/17) : PROGRAMA-17dejagosto2017

AAC : Congrès 2017 de l’APELA, Universidad de Alcalá

CONGRÈS INTERNATIONAL 2017 de l’APELA

en collaboration avec le Congrès d’Études Hispano-africaines du Laboratoire de recherche « Imaginaires culturels et littéraires d’Afrique et de la Diaspora » de l’Université d’Alcalá.

15965433_10211549963127335_7129679429592977669_n
Dates : du mardi 12 au vendredi 15 septembre 2017
Lieu : Universidad de Alcalá, Alcalá de Henares, Madrid, Espagne

APPEL À COMMUNICATIONS
IMAGES ET USAGES DU PEUPLE DANS LES LITTÉRATURES D’AFRIQUE ET DE LA DIASPORA

CALENDRIER
Date limite pour la soumission des propositions : 31 août 2016
Notification d’acceptation : au plus tard le 31 octobre 2016
Date limite de préinscription : 31 janvier 2017
Date limite d’inscription : 31 mars 2017
Colloque : mardi 12 – vendredi 15 septembre 2017

(voir des informations complémentaires à la fin de ce billet, et les informations pratiques sur le site de l’APELA : http://www.apela.fr/les-activites/actualites/)

Apela2017-Alcalafrancais

Apela2017-AlcalaEspañol

Le « peuple » désigne, généralement, des couches sociales démunies aux contours indéfinis, aux identités mouvantes et corvéables à merci. Mot polysémique et polyvalent, « le peuple » est aussi perçu, entre autres dénominations, comme synonyme de populace, foule, masse anonyme, bas peuple, petit peuple, gens du peuple, ceux d’en-bas, basses classes et classes laborieuses. Dans les pratiques sociales comme dans les usages linguistiques, est dit « populaire » ce qui s’exclut du modèle élevé, à l’instar du parler non conventionnel rebelle au niveau de langue courant ou soutenu. Souvent associé aux marginaux, aux déclassés, aux laissés-pour-compte, le « peuple » est un sujet récurrent de l’histoire littéraire universelle, tout comme de la création littéraire et artistique d’Afrique et de la diaspora, de la période coloniale à nos jours. Dans toutes ces littératures, le peuple apparaît irréversiblement comme groupe subalterne et « communauté imaginée ». Hanté par un permanent désir d’émancipation, le peuple affronte dans un premier temps les colonisateurs, puis les élites, les classes dirigeantes, ou encore, les notables issus de la situation postcoloniale.

Continuer la lecture de AAC : Congrès 2017 de l’APELA, Universidad de Alcalá