Archives par mot-clé : Femmes

(Dé)colonialité des savoirs : perspectives féminines

(Dé)colonialité des savoirs : perspectives féminines à travers les aires culturelles

Table ronde proposée par Liliane Hodieb, PLIDAM-INALCO

24 avril, 17h30-19h30

Inscription obligatoire : liliane.hodieb@inalco.fr
PROKOPIOU-Taytu_imperatrice_ethiopie © https://commons.m.wikimedia.org/wiki/File:PROKOPIOU-TAITOY.jpg#mw-jump-to-license‎

Traditionnellement perçu comme une conséquence de la modernité, le colonialisme en tant que modèle de pouvoir, est, du point de vue des études décoloniales, constitutif de celle-ci. Les études décoloniales, tout comme les études postcoloniales et en particulier les subaltern studies (ou études subalternes), proposent une prise en compte de l’histoire en partant d’un lieu d’énonciation différent, celui des sujets dominés (Quiroz, 2019). Prenant sa source dans la colonisation, la subalternité / colonialité est définie comme une forme de domination dépassant aujourd’hui le clivage entre colonisateur et colonisé (L’Heuillet, 2017) et, parce que protéiforme ne saurait être limitée à une situation en particulier. Ici, notre objet est la colonialité du savoir ; celle-ci consiste dans la qualification de la pensée produite dans les colonies ou, plus généralement par les subalternes, comme non-valide.
Cette invalidation, invisibilisation, ou subalternisation, lorsque ces productions émanent de femmes, est double. D’où le titre de l’essai de Gayatri Spivak, l’une des figures de proue des études subalternes, paru en 1985 : Can the subaltern speak ? En effet, selon Spivak, « [s]i, dans le contexte de la production coloniale, les subalternes n’ont pas d’histoire et ne peuvent pas parler, les subalternes en tant que femmes sont encore plus profondément dans l’ombre » (Traduction française de Spivak (1988) : Les Subalternes peuvent-elles parler ?). Dans l’histoire, les voix féminines sont étouffées, leurs rôles passés sous silence. Comment se traduit cette double subalternité à travers l’histoire, les textes, les discours, et dans la transmission du savoir ? À quels enjeux identitaires font-elles face dans une telle position ? Quelles médiations sont possibles en vue d’une « décolonialité féminine » – et non nécessairement féministes – ? Pour débattre de ces questions, un regard transaréal est de mise.

Intervenantes :

  • Christina Alexopoulos de Girard, docteure HDR, PLIDAM-INALCO, SuLiSoM-Université de Strasbourg
  • Capucine Boidin, PU, Université Sorbonne Nouvelle
  • Frosa Bouchereau, PU, INALCO-PLIDAM
  • Naomi Davidson, PU, Université de Chicago (Paris)
  • Kathleen Gyssels, PU, Université d’Anvers

Modératrice : Liliane Hodieb, docteure, INALCO-PLIDAM

URL de référence : https://www.inalco.fr/evenements/decolonialite-des-savoirs-perspectives-feminines-travers-les-aires-culturelles

AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue FSSA (French Studies in Southern Africa)

Les propositions de contribution en français ou en anglais de 300 mots environ sont à envoyer à resiliencesfeminines24@gmail.com.  

Calendrier

  • Soumission des propositions : avant le 15 octobre 2023 
  • Notification des auteurs : le 15 décembre 2023 
  • Soumission des articles (33 000 – 40 000 caractères espaces compris) : avant le 15 mars 2024 
  • Notification des auteurs : le 15 mai 2024 
  • Envoi de l’article final en français : avant le 15 juin 2024 
  • Date de publication du numéro spécial : Fin 2024

Argumentaire

Questionner les résiliences féminines revient à (re)considérer la place du sujet féminin dans un monde confronté plus que jamais aux désastres aussi bien humains, sociaux qu’environnementaux. Fragilisées par les inégalités intersectionnelles – liées au genre, à la race et à la classe -, soumises à ce que la sociologue Jules Falquet propose d’appeler une « guerre de basse intensité » (Falquet, [1997] 2016, 25), les femmes sont exposées de plein fouet aux bouleversements du monde. Elles sont amenées dès lors à développer des stratégies de résilience pour tenter de renaître après divers traumatismes. Le sujet féminin devient ainsi le personnage clé des processus de résilience dorénavant perceptibles partout dans le monde.
Du latin re-salire, la résilience est utilisée en sciences physiques pour désigner la résistance des matériaux ; elle a servi de métaphore en psychologie pour parler de la capacité de l’être humain à faire face au traumatisme et à redémarrer une nouvelle vie. Boris Cyrulnik définit la résilience comme un « processus biologique, psychoaffectif, social et culturel qui permet un nouveau développement après un traumatisme physique » (Cyrulnik, Jorland, 2012, 8). Considérée comme une réaction nécessaire face aux différents désastres mondiaux, la résilience est au centre des préoccupations de plusieurs domaines essentiellement l’écologie au vu de l’urgence climatique.  

Le présent appel à contributions vient interroger la littérature et la résilience. Le concept de résilience est associé à la notion de (cultural) trauma studies qui permet de « “lire la blessure” à l’aide de la littérature » (Hartman, 1995, 537). Il est aussi appréhendé avec les théories d’empowerment et agency, apparues comme cadre théorique en études littéraires anglophones durant des années 1990, qui mettent l’accent sur l’agentivité du sujet confronté aux expériences débilitantes. Ces concepts font référence à la capacité de l’individu (et parfois aussi du collectif) d’améliorer sa propre situation par l’action. L’empowerment et l’agency contestent donc l’impuissance souvent associée aux groupes minoritaires qui subissent la domination. La résistance aux oppressions participe ainsi du processus de résilience des sujets dominés. Le concept de la résilience féminine (tout comme ceux d’empowerment et agency) est néanmoins très complexe et nécessite de la circonspection. Vue d’une perspective féministe engagée, la résilience risque de devenir une nouvelle « image de contrôle » (Collins, 2000, 69) qui prendrait part aux schémas de domination en naturalisant l’oppression et l’inégalité des femmes. Comme le trope de la Strong Black Woman, ou encore celui de la femme poto mitan répandu aux Antilles, celui de la femme noire résiliente pourrait agir comme une image stéréotypée de la femme noire, une injonction sociale coûteuse, qui justifierait les codes de domination au lieu de les remettre en question.

Continuer la lecture de AAC : Résiliences féminines dans les littératures francophones de l’extrême contemporain

CfP: The representations of polygamy

Dear colleagues,

Please see below for a CFP for a WIF-Australia seminar series on representations of polygamy in Sub-Saharan African cultural and creative products

Please do not hesitate to contact the seminar co-organisers Charlotte Mackay (charlotte.mackay@monash.edu) and Murielle Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) should you have any questions.

Au-delà des clichés : représentations culturelles de la polygamie dans les œuvres créatives de femmes subsahariennes

Le thème de la polygamie est au cœur des expressions culturelles et artistiques de l’Afrique subsaharienne depuis la publication de l’œuvre désormais canonique Une si longue lettre  (1979) de Mariama Bâ, considérée par beaucoup comme ayant marqué le coup d’envoi de l’écriture féminine en Afrique subsaharienne. Alors que de nombreux écrivains et théoriciens africains dénoncent la polygamie comme une institution oppressive pour les femmes à travers des formes créatives, d’autres proposent des œuvres qui plaident en faveur d’un positionnement plus approbateur sur la question. Quant à la production cinématographique du continent, les réalisatrices sont souvent encouragées, en échange d’opportunités de financement, à produire des films qui abordent des « thèmes féminins », tels que la polygamie, ce qui peut engendrer chez certaines le sentiment d’être limitées dans le contenu cinématographique qu’elles peuvent proposer, tandis que d’autres choisissent spécifiquement d’évoquer ces questions dans leur travail (Bisschoff, 163). Bien que la polygamie dans les œuvres littéraires et créatives subsahariennes reflète « la multiplicité des discours féminins » (Assiba d’Almeida, 43), Clignet souligne que « [l]e principal défaut des analyses de la polygamie réside dans le fait qu’elles sont à la fois atemporelles et anhistoriques » et que « implicitement ou explicitement, ces analyses se focalisent toujours sur la seule perspective masculine […] » (2019, 204).

Dans ce séminaire, nous proposons de recentrer les diverses représentations culturelles de la polygamie issues de la littérature (orale et écrite), des médiums artistiques, des médias, de la musique et du cinéma produits par des femmes subsahariennes francophones. Ce séminaire vise à dépasser l’axe dénonciation-célébration qui a marqué jusqu’à présent de nombreuses études sur la polygamie dans les représentations culturelles du continent pour explorer la polygamie sous toutes ses formes et dans tous ses modes d’expression. L’objectif de cette série est de fournir une plateforme sur laquelle réfléchir aux questions suivantes : Comment les représentations de la polygamie se construisent-elles d’un point de vue artistique, socioculturel et politico-économique ? Comment ces représentations investissent-elles les corps dans le temps et dans l’espace ? Comment les expériences polygames sont-elles écrites, lues, regardées ou consommées par les hommes et les femmes ? Existe-t-il un genre / style / mode qui reflète fidèlement l’expérience polygame ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions non exhaustives qui pourraient servir de lignes directrices pour ce séminaire. Nous sollicitons des propositions de communication (15-20 minutes) sur tout aspect de la polygamie dans les représentations culturelles et les pratiques artistiques de l’Afrique francophone. 

Veuillez envoyer vos propositions de communication (250 mots) ainsi que vos questions aux co-organisatrices Sandra Tiako Djomatchoua (mt2200@princeton.edu) et Charlotte Mackay (Charlotte.Mackay@monash.edu) avant le 15 août 2023.

Continuer la lecture de CfP: The representations of polygamy

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Ouvrage publié avec le soutien de l’université de Lausanne, du Département fédéral des affaires étrangères, de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, de la Société suisse d’études africaines et de la Société académique vaudoise
 

Directrices d’ouvrage : Valérie Cossy, Christine Le Quellec Cottier

Organisé en quatre parties consacrées à autant de formes de pouvoir déclinées au féminin, ce volume réunit trente chercheurs internationaux et écrivaines afin d’interroger les représentations de voix féminines subsahariennes et diasporiques à travers la littérature, les arts visuels et l’histoire.

539 p.
Parution le 18/05/2022.
Classiques Garnier, coll. Rencontres, série Francophonies, n° 2

Mots-clés: Afrique subsaharienne, francophonie, femmes, féminismes, littérature, arts, histoire, diaspora, intermédialité

URL de référence : https://classiques-garnier.com/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir.html

Présentation augmentée sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir-valerie-cossy_108223.php

Des Maliennes en résistance

Jeudi du Genre : « Des Maliennes en résistance : écrits et musiques »

Jeudi 2 décembre 2021, 17h-19h

Aix-Marseille Université, ALLSH, site Schuman,
Maison de la recherche
Salle de colloque 2, Pôle Multimédia

avec Cheryl Toman

La Pr. Cheryl TOMAN est en accueil au CIELAM (Aix Marseille Université, ALLSH) dans le cadre de la Chaire 2021 de l’Institut du Genre.

Discutante : Catherine ATLAN (UMR 8171 IMAf), spécialiste de l’histoire de l’Afrique
Modération : Susanne Böhmisch (UR 4236 ÉCHANGES, responsable des Jeudis du genre AMU) et Catherine Mazauric (UR 4235 CIELAM)

Impossible de connaître la littérature et la musique maliennes sans les contributions des femmes. Leurs textes et chansons dénoncent toutes formes de violences faites aux femmes tout en soulignant qu’hommes et femmes vivent différemment les conflits et les violences associées. Avec un répertoire anti-guerre et anti-violence pour unifier tous les Maliens, ces créatrices transmettent un message fort en soutien aux victimes de violences sexuelles, défendent les droits des femmes, critiquent leurs sociétés, réclament de véritables changements.

Projet de recherche de Cheryl Toman : La philosophe Tanella Boni analyse la violence contre la femme africaine en identifiant de multiples responsables : le colonialisme, la tradition, l’homme, et parfois la femme elle-même. Au Mali, l’écriture féminine et le genre musical du Wassoulou (région Sud-ouest du pays) sont les outils que certaines Maliennes non-initiées utilisent pour s’exprimer contre les injustices qu’elles subissent. Le livre que Cheryl Toman prépare actuellement est une étude comparée de la littérature féminine et du Wassoulou sound au Mali. Le projet de recherches en cours, extrait de chapitres de l’ouvrage, se concentre sur des textes et des paroles des chansons Wassoulou qui abordent le sujet des conflits politiques et des attentats au Mali.