Archives par mot-clé : Fiston Mwanza Mujila

Entrez dans la danse ! Par Daniel Delas

Fiston Mwanza Mujila, La danse du vilain, Métailié, 2020, 264 p.

la danse du vilain
la danse de ceux qui méprisent l’argent
jettent l’argent par la porte
jettent l’argent par la fenêtre
par les latrines
et les égouts
des gamins, des gamins
ils dansent et dansent
la merveilleuse danse du vilain

Fiston Mwanza Mujila (FMM) est poète (le poème ci-dessus est en fin de volume) et auteur-danseur, il danse son écriture, il danse la vie de Sanza ou Ngungi, ses deux gamins préférés, qui eux dansent Lumumbashi, dansent la nuit qui leur appartient :

La rue nous appartenait. Elle était dans notre escarcelle. Elle était notre propriété privée, notre chose, notre marchandise…Nous la remplissions de nos rêves décarcassés, des rêves privés de mazout, des rêves sans tête ni épine dorsale. (75) […] Notre putain d’existence était cadencée par le soleil, la lune, la saison sèche, les bagarres de rue, la colle, les razzias de la police et les descentes des inspecteurs des finances. Nous possédions notre propre système de datation. Nous embrigadions le soleil dans nos folies. Il nous arrivait d’être éveillés toute la nuit durant et de pioncer la journée. (p. 84)

C’est à leur monde de rêve que se consacre le premier tiers du roman en parallèle au rêve angolais des creuseurs katangais, ces adolescents zaïrois qui s’exilent à la « quête effrénée de l’enrichissement précoce » (p.13) au pays des diamants où ils se soumettent à la Madone des mines de Cafunfu, une vieille femme, Tshiamuena, originaire d’on ne sait trop où, généreuse et acariâtre. « Elle n’avait pas la silhouette des cantatrices, la splendeur des miss, ni l’allure impériale des duchesses, mais nous subjuguait et nous hypnotisait dès qu’on croisait ses yeux » (p.12), bref « Nous aurions tous voulu l’avoir comme épouse, mère, grand-mère, belle-sœur, aïeule, ancêtre, fondatrice du clan, matriarche, j’en passe et des meilleures » (p.27). La Madone qui prend Sanza sous son aile occupe le centre du début du livre puis disparaît progressivement quand arrivent de nouveaux personnages.
Mais alors, à quoi sert ce premier tiers du bouquin ? A mettre en place un monde de farandole nocturne, porté par le rythme trépidant d’images baroques ou burlesques, de longues répétitions, d’énumérations rabelaisiennes. Mais surtout à faire entendre la Danse du Vilain, titre du livre.
Et c’est quoi, la Danse du Vilain (avec majuscules, s’il vous plait) ? Écoutez bien :

Dans la furie des guitares hawaïennes, des congas, des cymbales, du vibraphone, sax et basse-clarinette, la faune se contorsionnait au rythme de la Danse du Vilain. C’était le point d’orgue des nuits bacchanales du Mambo (p.52) […] Aucune parole intelligible, juste des cymbales, un saxophone baryton -dominant, excellant dans les soli et chaque solo s’achevant en dent de scie à la manière d’un coucou entrant en gare-, des rifs psychédéliques de guitares hawaïennes… (p.106)

Et on continue comme ça sur deux pages ! Et vous dansez « dans un tremblement de terre cérébral » (p. 106) !
Sortons du Mambo de la fête, la boite où l’on s’étourdit jusqu’à l’aube, suivons la vie politique quotidienne de Monsieur Guillaume qui infiltre le monde des gamins pour le compte du mobutisme dans une ville où l’atmosphère n’est pas bonne pour lui car « la plèbe en avait ras-le-bol du Maréchal, au pouvoir depuis 1965 ».

Toute la journée, j’étais en mission avec M. Guillaume. On opérait d’habitude la nuit. M. Guillaume débarquait et m’emmenait dans ses opérations. Je passais aussi le clair de mon temps dans les bureaux de la DDD. Je croulais de fatigue. (p. 174)

et faisons connaissance avec Franz, l’écrivain autrichien, alias Franziskus ou Herr Baumgartner. Qui est Franz ? Un étrange Blanc qui est évidemment un peu l’auteur (lui-même à moitié autrichien). Au chapitre 24, intitulé « Franz et la nostalgie de la page blanche », on lit le récit de son calvaire, « chaque phrase lui coûtait trente heure de concentration » (120). Il traîne toujours avec lui une valise à roulettes emplie de paperasses, où ‘s’enlisent’ « une centaine de phrases, réécrites, raturées, amochées, rafistolées, éventrées… » (120). Emprisonné, il ne cessera de gribouiller et de vivre l’écriture ‘fiévreusement’ :

Il avait le souffle coupé, transpirait, rigolait, poussait des miaulements de chats, comme s’il avait un fleuve dans le ventre, les yeux braqués sur le plafond (p. 252)

*

Vous l’avez compris, j’espère, le roman de FMM tente de prendre en charge la totalité du monde,

Ce qui est rocambolesque avec le monde, c’est que dans la même heure, minute, seconde, plus de 500 milliards de gestes sont posés en même temps : les gens s’envoient en l’air, coupent des bières, allument la radio, fomentent des coups d’Etat, lisent Bofane, Mabanckou ou Musil, regardent un film, fument leur colle, s’invectivent, dansent la polka-mazurka, grimpent dans les trains, se noient, trépassent, terminent en prison… (p. 180)

Ce fourmillement cosmique indéfiniment fourmillant que le romancier français Georges Pérec avait approché dans le cadre étroit de la place Saint Sulpice à Paris, FMM l’approche dans le monde chaotique et survolté du Katanga des années 80, singulièrement riche en péripéties incroyables mais vraies.

Un ton neuf dans la littérature africaine. Entrez dans la danse !                                                                                                                                   

Fiston Mwanza Mujila, né au Congo en 1981, a publié un premier roman chez le même éditeur Tram 83 (2014) et, ailleurs, plusieurs volumes de poésie. Il dit dans un entretien : « j’écris comme un compositeur, j’essaie de créer une nouvelle langue, une langue qui, comme le fleuve, charrie les influences, charrie le peuple, les imaginaires … ».

FMM vit et enseigne à Graz en Autriche.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Entrez dans la danse ! Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 20/12/2020, https://apela.hypotheses.org/4462.

Et pour entrer dans la danse en musique : https://pan-african-music.com/fiston-mwanza-mujila-la-danse-du-vilain/