Archives par mot-clé : Francophonie

AAC: L’histoire dans l’histoire

L’histoire dans l’histoire :  Pratiques métatextuelles et littératures francophones  du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes 

Cet atelier s’inscrit dans le cadre du colloque 2021 de l’APFUCC (Association des Professeur.e.s de Français des Universités et Collèges Canadiens), qui se tiendra du 29 mai au 1er juin 2021 à l’université de l’Alberta (Edmonton, Canada).

Les propositions (250-300 mots) devront parvenir avant le 15 décembre 2020 à : morgan.faulkner@utoronto.ca ou julia.galmiche@mail.utoronto.ca.   

Congrès 2021, Université de l’Alberta
Edmonton, Canada, 29 mai au 1er juin 2021 

ATELIER 10 

L’histoire dans l’histoire :  Pratiques métatextuelles et littératures francophones  du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes 

Si, comme l’entend Laurent Lepaludier dans Métatextualité et métafiction (2002), tout texte de fiction est métatextuel à partir du moment où il invite à une prise de conscience critique de lui-même, nombreux sont les écrivains francophones contemporains du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes à faire usage de cette pratique. Que ce soit la figure de l’écrivain chez Patrick Chamoiseau et Fatou Diome, le romancier fictif et l’intertextualité chez Alain Mabanckou et Dany Laferrière, le personnage lecteur chez Sami Tchak ou encore la mise en abyme chez Ken Bugul, toutes et tous ont en commun d’avoir une conscience aiguë de leur condition d’écrivain.e. Dans Le roman comme atelier (2019), Lise Gauvin va même jusqu’à affirmer que cette tendance à l’autoréférentialité dans les littératures francophones se serait amplifiée au cours des dernières années.
Et pourtant l’exploration de ces pratiques métaxtuelles reste limitée dans le champ des littératures francophones du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes par rapport aux études de même nature portant sur les littératures française, québécoise et franco-canadienne. Kodjo Attikpoé et Josias Semujanga soutiennent ainsi que la figure de l’écrit, notamment dans les littératures africaines, « semble avoir échappé à la vigilance de la critique » (Présence Francophone n°91, 2018). Les spécificités de la métatextualité, ses causes et les types d’autoreprésentation qui en découlent restent donc à interroger dans le contexte des littératures africaines et caribéennes. Il est également important de s’interroger sur l’apport de ces pratiques aux discussions sur l’altérité et les relations entre les peuples, ces dernières étant au cœur de l’actualité nord-américaine, notamment canadienne. Notre objectif est avant tout de mettre en évidence l’histoire dans l’histoire que les œuvres littéraires francophones du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes nous donnent à lire à travers la métafiction, qu’elle soit de nature sociale, institutionnelle, critique ou bien encore esthétique. 

Continuer la lecture de AAC: L’histoire dans l’histoire

Parution : Éloge des ratés, de Ninon Chavoz

Éloge des ratés

Huit portraits de l’auteur francophone en encyclopédiste

Ninon Chavoz

Editions Hermann
Paru le 19/08/2020
ISBN : 9791037005236
Collection : Fictions pensantes
Thématique : Langues et littératures
Dimensions : 14 x 21 cm
Pages : 190
Prix : 19,00 €

À l’heure où triomphe Wikipédia, qui douterait que l’encyclopédie soit redevenue à la mode ? L’encyclopédiste, lui, n’a pas cette chance : raté impénitent mais passionné, il continue, depuis Bouvard et Pécuchet, à cumuler faux départs et queues de poisson. Fera-t-il fortune en vendant ses encyclopédies ? Deviendra-t-il écrivain à force d’en lire ? Pour apporter quelques éléments de réponse, les huit portraits rassemblés dans ces pages puiseront dans des textes francophones venus d’Afrique, de Martinique, mais aussi de la Suisse et du Québec. Ils espèrent ainsi convaincre le lecteur que l’encyclopédisme, sans être impossible, n’est pas français pour autant.

Ninon Chavoz est ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée de lettres modernes. Elle a soutenu en 2018, à la Sorbonne-Nouvelle, une thèse consacrée à la tentation encyclopédique dans l’espace francophone africain.

TDM_Eloge des ratés

9791037005236_cov

Page de l’éditeur : https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037005236

AAC: Musique(s) dans la création littéraire et artistique francophone de l’Atlantique noir

Appel à communications

Lieu / Site : Université de Cergy Pontoise / Forum de Vauréal

Dates : 8-9 avril 2021 

Un titre et un résumé d’environ 150 mots en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés avant le 1er novembre 2020 aux adresses suivantes : sylvie.brodziak@cyu.fr et marion.coste@cyu.fr

« Etudier la place de la musique dans l’Atlantique noir, c’est examiner à la fois l’idée que se faisaient d’eux-mêmes les musiciens qui l’ont conçue, l’usage symbolique qu’en ont fait d’autres artistes et écrivains noirs et les rapports sociaux ayant produit et reproduit cette culture expressive unique, où la musique joue un rôle central et même fondateur[1] », déclare Paul Gilroy. Dans la continuité des travaux rassemblés dans L’Imaginaire musical dans les littératures africaines[2]  et dans Afrique, musique et écriture[3], ce colloque se propose d’étudier à la fois cette musique et la façon dont elle nourrit l’ensemble des pratiques artistiques et littéraire de l’Atlantique noir, et témoigne des rapports sociaux qui l’animent.
Les musiques de l’Atlantique noir, jazz et rap notamment, mais aussi biguine, reggae, funk, soul, et la liste reste ouverte, permettent de penser l’Atlantique noir comme un ensemble rhizomatique, dans lequel cultures et identités se construisent par rencontres et résurgences  : « La musique et ses rituels peuvent être utilisés pour créer un modèle où l’identité n’est plus conçue ni comme une essence immuable ni comme une construction vague et absolument contingente, susceptible d’être réinventée au gré de caprices des esthètes, des rhétoriciens et des faiseurs de symboles[4]. » L’étude de la façon dont les artistes construisent ces identités diasporiques en mobilisant la musique sera au cœur de nos réflexions.

La littérature francophone foisonne de références à la musique de l’Atlantique noir. Miano affirme que « Le jazz m’a donné ma voix d’auteur[5]. » Cette déclaration trouve de nombreux échos chez d’autres auteur.trices afro-français comme Koffi Kwahulé ou Kossi Efoui, ou chez des auteurs des Caraïbes comme Edouard Glissant qui déclarait lors d’une conférence à Ixtasou « mon style d’écriture est le style de jazz de Miles Davis[6] ». Ces multiples références musicales signalent à la fois une influence formelle du jazz sur l’écriture – influence perceptible par exemple dans la ponctuation ou dans le jeu des voix narratives -, et une influence qu’on pourrait dire philosophique : le jazz est la musique de la rencontre, de l’ouverture à l’altérité et du jeu avec les codes du langage.
La présence de la musique dans la littérature afro-française ne se limite pas au jazz : la verve provocatrice de Sami Tchak peut évoquer le rap à la fois par l’usage des métaphores, par l’évocation de la pauvreté et par le jeu avec l’obscène ; Gaël Faye, à la fois écrivain et rappeur, invite aussi à penser le rapprochement de ces deux formes ; Léonora Miano cite dans Blues pour Elise des morceaux de soul et de la rappeuse Casey ;  Ernest Pépin dans Tambour-Babel évoque à la fois le gwoka de la Guadeloupe et de nombreuses références de la musique mondiale, du jazz au Boléro de Ravel.

Mais la musique n’est pas seulement un art qui nourrit la littérature et ses genres. Jouant avec les mots, les sons et les sens, le rap invente une poésie sonore originale en perpétuelle transformation. Pratique artistique résolument nomade, il est une création continue. « Art de la débrouille » comme le nomme Nicolas Baltzer, fondateur de l’Abcdr du Son, il modifie la forme et le rythme mais également varie et imprègne l’espace de création et de réception. Dans un corps à cri avec la société, il fait entrer la rue et ses pratiques dans le studio, l’atelier et sur la scène. Toute une génération d’artistes contemporains (sculpteurs, vidéastes, photographes, peintres, danseurs …) a grandi et crée en écoutant du rap. Street art ou graffiti, le rap appartient à la culture hip hop et bon nombre de rappeurs sont graffeurs. Fabe de Scred Connexion eut autant d’influence dans le rap que dans le graffiti. Plus récemment, à l’opéra Bastille en 2019, Bintou Dembélé pour la mise en scène des Indes Galantes de Rameau a fait appel au hip-hop et au krump. Il est donc nécessaire d’étudier comment les arts vivants s’emparent de ces formes musicales contemporaines.

Ainsi, le colloque est pensé autour de deux grands axes :

Axe 1 : musiques et patrimoine 

Selon Paul Gilroy, la musique permet de résoudre la tension entre particularismes nationaux et identité noire immuable : s’il existe bien des traits caractéristiques de la musique noire), celle-ci a aussi servi à définir des patrimoines nationaux (le reggae est d’abord jamaïcain, le hip-hop étasunien, etc.)
Il s’agira donc de voir :
Quelle relation entretiennent les auteurs et autrices avec le patrimoine musical ? Comment le fixent ils/elles dans leur œuvre ou au contraire le modifient et le renouvellent ? Quelles sont les effets des circulations culturelles sur les constructions identitaires plus ou moins problématiques des personnages ? Est-ce pour créer un paysage à la fois musical et littéraire qui permettrait de mobiliser des modèles comme Emmanuel Dongala dans Jazz et vin de palme ou Daniel Maximin dans l’Isolé Soleil ?

Axe 2 : musiques et performances

Un autre versant de notre propos concernera l’étude des « traditions de performance qui caractérisent encore aujourd’hui la production et la réception des musiques de la diaspora.[7] » Pour Christian Béthune, le jazz comme le rap illustrent la tendance de la culture afro-américaine, culture qui trouve, d’après le chercheur, un prolongement dans le rap français, à mêler écriture et oralité : opter pour une écriture-jazz à la manière de Kwahulé serait alors une façon d’échapper à la sclérose de l’écrit et de retrouver cet équilibre de l’écrit et de l’oral.

Des communications sont également attendues sur la performance dans les musiques de l’Atlantique noir ou dans les diverses pratiques artistiques qui s’en inspirent. On pourrait ainsi étudier les procédés par lesquels l’influence musicale ouvre de nouvelles possibilités formelles, jusqu’à remettre en question les représentations traditionnelles du livre, des arts vivants et des arts plastiques comme forme et œuvre autonomes.

Un titre et un résumé d’environ 150 mots en français ou en anglais, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique devront être envoyés avant le 1er novembre 2020 aux adresses suivantes : sylvie.brodziak@cyu.fr et marion.coste@cyu.fr

[1] Paul Gilroy, Atlantique noir, p. 114.

[2] Robert Fotsing Mangoua (dir.), L’Imaginaire musical dans les littératures africaines, Paris, L’Harmattan Cameroun, 2009.

[3] Gilles Teulié (dir.), Afrique, musique et écriture, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, collection « Les cahiers du CERPANAC », 2001.

[4] Paul Gilroy, Atlantique noir, p. 151.

[5] Leonora Miano, Habiter la frontière, p. 17.

[6] Ces propos sont rapportés par Jean-Luc Tamby dans un article qu’on trouvera ici : http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?edouard-glissant-et-les-partis.html#nb30

[7] Paul Gilroy, L’Atlantique noir, p. 115. 

AAC: manifestes littéraires et artistiques

La revue French Studies in Southern Africa consacre, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’association AFSSA, un numéro spécial dédié aux manifestes littéraires et artistiques d’Afrique francophone subsaharienne.
En pièce jointe l’appel à contributions : Appel Manifeste_AFSSA.
 
La date limite d’envoi des propositions est fixée au 27 mars 2020.

David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre

Interculturel Francophonies, n° 36, nov.-déc. 2019, David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre

sous la direction de Dominique Ranaivoson

Alliance Française Lecce, 2020.

EAN13 : 9788895343358.

Le n° 36, nov. déc. 2019 d’Interculturel Francophonies (168 pp., 15€), revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française publiée par l’Alliance Française de Lecce et dirigée par Andrea Calì, vient de sortir. Ce numéro, consacré à David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre, a été coordonné par Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine).

David Jaomanoro (1953-2014) a vécu à Madagascar puis à Mayotte. Il a laissé une œuvre en français traversée par les langues régionales qui évoque les hommes et les femmes pris entre les traditions inhumaines, les injustices familiales et les dures contraintes économiques. Passant de la poésie au théâtre et à la nouvelle, il était aussi un extraordinaire conteur du Nord de Madagascar, un animateur, un musicien et un modèle pour les jeunes de Madagascar, Zanzibar, la Tanzanie, le Mozambique et les Comores qu’il fédérait autour d’activités en français. Il a publié deux recueils de nouvelles et ses Œuvres complètes sont parues en 2017.
Le présent volume rassemble des analyses des divers aspects de ses textes et les témoignages de ses amis, collaborateurs, interprètes et traducteurs. Ils permettront de replacer cet écrivain resté éloigné des centres de reconnaissance dans son contexte culturel et de mieux comprendre une œuvre à la fois simple et nourrie de plusieurs traditions littéraires, comique et tragique.

Sommaire

Introduction

Dominique Ranaivoson, David Jaomanoro: la grande voix du Nord de Madagascar

I. David Jaomanoro dans son environnement

  • Ornella Cynthia Parfait, David Jaomanoro dans le paysage littéraire malgache et mahorais
  • Cerveau Kotoson, David Jaomanoro et Nassur Attoumani : amis et collaborateurs à Mayotte
  • Jean-Luc Raharimanana, David Jaomanoro, une œuvre inachevée?

II. David Jaomanoro et ses personnages: approches thématiques

  • Andrea Calì, Femmes violées, abusées, harcelées dans Pirogue sur le vide
  • Linda Rasoamanana, Résistance, coping, résilience et réactualisation dans les eaux et les mangroves mahoraises: Pierrot et Ndzaka Lapiné
  • Dominique Ranaivoson, David Jaomanoro, passeur de cultures ou hardi juge des traditions
  • Dominique Ranaivoson, Le théâtre de Jaomanoro: de la farce au drame

III. Circulation des textes

  • Cerveau Kotoson – Dominique Ranaivoson, Ils ont joué Jaomanoro. Entretien avec Cerveau Kotoson et sa troupe
  • Margaret Besser – Bret Maney, Traduire David Jaomanoro en anglais: deux expériences

Chrono-bio-bibliographie

Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

URL de référence : https://sites.google.com/view/alliancefrlecce

AAC: Langues, Littératures et Politiques

« Langues, Littératures & Politiques »

26ème colloque international de l’AFSSA (Association des études françaises en Afrique Australe)

Colloque du Cinquantenaire de l’Association

Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud, les 1, 2 et 3 septembre 2020

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer avant vendredi le 29 novembre 2019 à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Argumentaire et autres informations : Appel AFSSA WITS 2020

AAC : Sadafricain

Colloque international

Sorbonne Université, Faculté des Lettres

23-25 janvier 2020

  • CIEF – CELLF
  • ITEM/CNRS
  • EA 1337 – CONFIGURATIONS LITTÉRAIRES  

Responsables

Jean-Christophe Abramovici, Romuald Fonkoua, Céline Gahungu

Sadafricain

Sade au miroir des littératures africaines francophones

Érotisme, violence et obscénité

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université accueillera, du 23 au 25 janvier 2020, le colloque « Sadafricain. Sade au miroir des littératures africaines francophones. Érotisme, violence et obscénité »

Modalités de participation :
Envoi des propositions de communication : au plus tard le 15 septembre 2019 
Les propositions (titre et résumé : 500 mots) et un bref CV doivent être envoyés aux adresses suivantes :

  • Jean-Christophe Abramovici : jean-christophe.abramovici@sorbonne-universite.fr
  • Romuald Fonkoua : romualdfonkoua@yahoo.com
  • Céline Gahungu : cgahungu@hotmail.fr  

Réponse du comité : 15 octobre 2019
Dates du colloque : 23-25 janvier 2020

Argumentaire

Lorsqu’on considère les processus transtextuels à l’œuvre dans les littératures africaines francophones, évoquer Sade ne peut manquer de susciter l’étonnement. Longtemps réputée illisible, vouée, en France, à une circulation souterraine jusqu’au début des années soixante, l’œuvre de Sade semble à contretemps des réalités qui ont animé les littératures francophones, et singulièrement africaines. La quête de légitimation dans laquelle se sont lancées les premières générations d’écrivains a interdit tout écho avec une œuvre où s’entremêlent sensualisme radical et poétique de l’ultra-violence, du moins dans sa partie clandestine. Qu’elles soient liées aux représentations fantasmatiques de sociétés africaines « traditionnelles », à l’attente d’une littérature de combat ou à des impératifs religieux (Pierre Halen, Florence Paravy 2016), les normes et demandes formulées d’une maison d’édition à l’autre ont rendu difficile l’amorce d’un dialogue transtextuel. Sur le versant de l’extrême contemporain, la circonspection s’impose également : au sein de la plupart des États d’Afrique francophone, le marché du livre demeure fragile et Sade ne fait pas partie des classiques que les lecteurs – les écrivains, au premier chef – sont susceptibles de se procurer. Sur le continent ou dans les diasporas, les écritures africaines actuelles sont le lieu de dynamiques transtextuelles qui, souvent ouvertes à une littérature mondiale, semblent ignorer Sade. Parfois perçu comme l’expression d’une violence occidentale dont la colonisation et ses avatars seraient l’illustration, l’univers sadien paraît donc échapper aux relations étroites tissées entre la littérature française et les littératures africaines (Corinne Grenouillet, Anthony Mangeon 2017).

Continuer la lecture de AAC : Sadafricain