Archives par mot-clé : Francophonie

Oralités francophones : Mady Sanfo

La Journée “Oralités Francophones autour du dramaturge burkinabè Mady Sanfo” se tiendra le jeudi 16 mai, à compter de 9h, à la Cité des Langues Etrangères, du Français et des Francophonies – CLEFF de l’Université Bordeaux Montaigne (arrêt de tram B Montaigne-Montesquieu). Salle 201, entrée libre et pour tout public.

Cette journée, co-organisée par le Département de Français Langue Etrangère (DEFLE – département rattaché à la CLEFF) et le Centre d’Études Linguistiques et littéraires Francophones et Africaines (CELFA/PLURIELLES), s’inscrit dans le cadre de la résidence artistique de Mady Sanfo, qui est soutenu par le Ministère de la culture et accueilli par le MC2a et la Villa Valmont.

Programme journée 16 mai 24 Oralités francophones Mady Sanfo

Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène

Présence francophone n°100 (2023)

Parution du n°100 (2023) de la revue Présence Francophone consacré aux « Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène ». Codirigé par Mbaye Diouf et Edoardo Cagnan, le volume est produit en hommage au centenaire de la naissance de l’écrivain et cinéaste sénégalais et fait le bilan critique d’une œuvre multiforme et pionnière, marquée par la trajectoire sociale atypique d’une figure tout aussi atypique des lettres et du cinéma panafricain. 
 
Le volume compte les importantes contributions de Gabrielle Chomentowsky, Gesine Drews-Sylla, Louis Ndong, Claude Forest, Pierre Ndemby Mamfoumby, Assane Ndiaye, Léthicia Obono Ngou-Milama, Abdoulaye Sall, Florence Leca Mercier, Mbaye Diouf, Bocar Aly Pam, Carina Yervasi et Edoardo Cagnan.
 
Pour se le procurer, s’adresser à Jean Ouedraogo (ojean [chez] holycross.edu) ou à Mbaye Diouf (mbaye.diouf [chez] mcgill.ca).
 

La Bibliothèque francophone reçoit Sami Tchak

La Bibliothèque francophone (Université Paris 8) reçoit Sami Tchak le 6 mars de 10h à 12h en salle de recherche de la BU.

L’événement sera diffusé en direct ici : https://www.youtube.com/channel/UCFrdu1Rf_A9huYq-QD3ER2g

Contact : communication.bu@univ-paris8.fr

Sami Tchak, nom de plume de Sadamba Tcha-Koura, est un écrivain togolais né en 1960. Vivant à Paris depuis 1986, il a publié plusieurs essais et une douzaine de romans dans lesquels il explore principalement le thème de la sexualité et ses diverses expressions transgressives ou socialement réprimées, dans la lignée de Sade et de Georges Bataille.
Sociologue de formation, il s’intéresse également aux échanges transculturels, passant de l’Afrique aux continents européen et sud-américain. Son œuvre a reçu de nombreux prix.
 
Un événement organisé par les étudiant·es du cours Rencontres littéraires francophones de M. Chatti et E. Le Poul, avec le soutien de la BU Paris 8 et de Fablitt (UR7322).

https://www.univ-paris8.fr/IMG/pdf/tchak-sami_rencontre_6_mars_2024_paris_8.pdf

URL de référence : https://www.univ-paris8.fr/La-Bibliotheque-francophone-recoit-Sami-Tchak

AAC: Bessora : « auteur lunatique à géographie variable » ?

Modalités de soumission

Les propositions de contribution, sous forme d’un résumé et d’une brève notice biobibliographique de 300 mots au maximum, sont attendues  à l’adresse bessoracontributions@gmail.com

au plus tard le 29 avril 2024.

La publication du volume est prévue pour l’année 2025 dans la revue Convergences Francophones (revue recensée dans le DOAJ et le CNU).

Coordinatrices du dossier

  • Stevellia Moussavou Nyama, Aix-Marseille Université
  • Fabiola Obame, Université Omar Bongo, Libreville

Résumé

Quand on pense aux autrices africaines d’expression française, le nom de Bessora n’est jamais bien loin. Née sous le nom de Nguema Nan Sandrine Bessora en 1968 d’un père gabonais et d’une mère suisse, une double ascendance — qu’elle revendique d’ailleurs elle-même — fait qu’on la classe parmi les auteur∙trice∙s métis∙ses. Bessora, qui se définit comme un « auteur lunatique à géographie variable » sur son blog, a grandi entre le Gabon et la Suisse, puis suivi une partie de ses études en France et aux États-Unis. Son parcours que nous qualifierons d’éclectique porte les marques de cette circulation eu égard à la diversité de ses œuvres. Ce dossier de Convergences francophones vise à rendre hommage à l’autrice en réfléchissant aux préoccupations éthiques et esthétiques présentes dans son écriture.

Appel à contribution Bessora_VF-pdf

Argumentaire

Quand on pense aux autrices africaines d’expression française, le nom de Bessora n’est jamais bien loin. Née sous le nom de Nguema Nan Sandrine Bessora en 1968 d’un père gabonais et d’une mère suisse, une double ascendance — qu’elle revendique d’ailleurs elle-même — fait qu’on la classe parmi les auteur∙trice∙s métis∙ses. Bessora, qui se définit comme un « auteur lunatique à géographie variable » sur son blog, a grandi entre le Gabon et la Suisse, puis suivi une partie de ses études en France et aux États-Unis. Son parcours que nous qualifierons d’éclectique porte les marques de cette circulation eu égard à la diversité de ses œuvres. Elle a principalement publié dans des maisons d’éditions européennes, notamment chez Le Serpent à Plumes, Gallimard ou plus récemment chez J-C Lattès pour ne citer que celles-là. Elle est marquée par une hétérogénéité et un multiculturalisme que l’on retrouve dans ses œuvres. C’est le cas de ses personnages, à l’exemple de Johann (La dynastie des boiteux. Zoomania) ; de Zara (53cm) ; ou de Yéno et Waura (Deux bébés et l’addition…) qui se présentent comme des êtres insaisissables aux identités complexes. La thématique du dédoublement et du traumatisme se retrouve ainsi insérée dans des récits de filiation enchevêtrée dans lesquels des personnages, psychologiquement torturés, se refusent à tout déterminisme et semblent être en quête de leurs histoires personnelles.
Mais Bessora est aussi considérée comme une autrice afropolitaine (De Meyer, 2009 ; Garnier, 2017). Même si l’Afrique reste centrale dans ses œuvres, elle s’inscrit dans la différence et le refus de tout déterminisme. Qui côtoie ses créations aura vite remarqué sa tendance à remettre en question et à déconstruire les assignations et les catégorisations. Son écriture explore souvent les complexités de l’identité, de la culture et des relations humaines. Bessora se décrit comme allergique « aux essentialismes, mythes aryens, féminins, négro-africains et compagnie » (Bessora, 2018). Autrement dit, elle refuse les assignations d’où qu’elles viennent et combat toutes les idées préconçues. Elle préfère aborder ces sujets avec une perspective nuancée qui fait croire qu’elle est en quête d’une ouverture que l’on ne peut trouver que dans l’étrangeté et la dissidence. Elle s’inscrirait alors dans cette façon d’être au monde que décrit Mbembe :

Au demeurant, notre manière d’être au monde, notre façon « d’être-monde », d’habiter le monde – tout cela s’est toujours effectué sous le signe sinon du métissage culturel, du moins de l’imbrication des mondes, dans une lente et parfois incohérente danse avec des signes que nous n’avons guère eu le loisir de choisir librement, mais que nous sommes parvenus, tant bien que mal, à domestiquer et à mettre à notre service. La conscience de cette imbrication de l’ici et de l’ailleurs, la présence de l’ailleurs dans l’ici et vice-versa, cette relativisation des racines et des appartenances primaires et cette manière d’embrasser, en toute connaissance de cause, l’étrange, l’étranger et le lointain, cette capacité de reconnaître sa face dans le visage de l’étranger et de valoriser les traces du lointain dans le proche, de domestiquer l’in-familier, de travailler avec ce qui a tout l’air des contraires – c’est cette sensibilité culturelle, historique et esthétique qu’indique bien le terme « afropolitanisme. » (2005)

Aussi est-il étonnant que malgré sa volonté de ne pas être réduite à une seule identité, les thématiques abordées dans ses œuvres font de façon à peine voilée allusion à l’Afrique, à son passé ou à son Histoire. Chez elle, l’espace textuel est aussi « le lieu de cohabitation de discours souvent antagonistes » (Mbondobari, 2012, p. 100). L’omniprésence du passé dans ses œuvres s’explique par sa formation d’anthropologue qui s’est achevée avec une thèse sur les mémoires pétrolières du Gabon. Ses romans, qui sont très documentés, s’appuient sur des sources historiques pour déconstruire certaines approches qu’on dirait simplistes pour souligner la complexité de ces expériences du passé. Le caractère iconoclaste de sa production littéraire repose beaucoup sur un style décalé, un fréquent recours à l’ironie et à l’humour. Son style raffiné, empreint de sensibilité, marque son lectorat. Elle engrange alors quelques prix, quoique dits « de second rang » (Bush et Ducournau 2015, p. 537), dont le Prix Fénéon en 2001 pour son roman Les taches d’encre et le Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire en 2007, pour Cueillez-moi jolis Messieurs…et en 2022, elle sera nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Le capital symbolique de Bessora demeure cependant insuffisant pour qu’elle soit considérée parmi les classiques littéraires africains ou qu’elle jouisse d’une « patrimonialisation littéraire » (Ducournau, 2017, 12) : ces consécrations littéraires et son parcours éditorial contrastent avec sa visibilité sur la scène internationale.

Continuer la lecture de AAC: Bessora : « auteur lunatique à géographie variable » ?

AAC: Extension africaine francophone du domaine paralittéraire

Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Échéancier :

  • Envoi des propositions : jusqu’au 15 septembre 2024.
  • Notification d’acceptation des propositions : 15 novembre 2024
  • Envoi des articles : 1er septembre 2025
  • Publication du numéro : novembre-décembre 2026

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires.
S’y retrouveront, par exemple, des genres affiliés au roman (roman sentimental, roman pornographique, roman d’aventures etc.) et des genres à dominante visuelle (bande dessinée, photo-roman). Il est également possible d’adopter le modèle typologique promu par Daniel Fondanèche (2005) en organisant les genres paralittéraires en cinq socles : un socle spéculatif (roman policier, roman fantastique, roman utopique et dystopique), un socle psychologique (roman sentimental, roman érotique), un socle iconique (bande dessinée, photo-roman), un socle documentaire (roman historique, roman rural et roman uchronique) et le socle d’aventure (roman d’espionnage et roman de western). Phénomène transcontinental et transhistorique, les paralittératures, qu’elles soient européennes, américaines ou africaines, qu’elles relèvent du monde anglophone ou de la francophonie, ont un bon nombre de traits et de caractéristiques formels et sociologiques en commun.
L’illégitimité symbolique des textes elle-même liée à la précarité symbolique des auteurs vis-à-vis de l’institution littéraire, la sérialité, le modèle éditorial de la collection, la diffusion de masse et le mercantilisme en constitueraient, entre autres attributs, les marqueurs distinctifs. Il semble, cependant, légitime de se demander si les principaux marqueurs précédemment décrits s’avèrent être les seuls ou, peut-être même, les véritables causes qui font l’efficacité du modèle paralittéraire. Ne faudrait-il pas, par exemple, chercher les possibles origines de cette fortune culturelle dans le profond ancrage social, l’attrait pour l’actualité et l’écriture du quotidien qui résident au cœur des paralittératures ?

Continuer la lecture de AAC: Extension africaine francophone du domaine paralittéraire