Archives par mot-clé : Gauz

Noir ou blanc, aucune importance ! Par Daniel Delas

Gauz, Camarade Papa,

roman, Le Nouvel Attila, 251 p.

Ce qu’il y a de sûr c’est que Gauz (nom de plume d’Armand-Patrick Ghaka-Brédé, né à Abidjan en 1971) cherche à nous faire rire. De quel rire, de quoi rit-on ?
Voyons d’abord la trame générale. En 1880, un jeune Français devenu orphelin se fait ouvrier à la Manufacture des Armes de Châtellerault, puis décide un beau jour de suivre une cargaison de vieux fusils réformés envoyés depuis le port de La Rochelle vers la Côte de l’Ivoire. Il débarque à Grand-Bassam, ville principale de ce qui n’est pas encore à l’époque la colonie appelée Côte d’Ivoire (ce qui ne se produira qu’en 1893) mais un simple comptoir côtier. Envoyé à l’intérieur construire et occuper un fortin, notre Candide s’enfonce avec une forte caravane dans l’hinterland, pas vraiment à la manière de Stanley, Livingstone ou Brazza, en aventurier sans peur « porteur des plus hautes valeurs morales, repoussant les limites du courage en même temps que les bornes de l’empire », non, non, pas du tout aussi glorieusement que dans ces « images idylliques » alors si répandues en Europe. Voici d’ailleurs la description de la tête de sa petite troupe :

Une troupe d’éclaireurs est mené par l’Agny Tano, porte-drapeau ; suivent trois interprètes dont Louis Anno accompagné de ses deux femmes, ses quatre enfants et deux servantes ; une quinzaine de tirailleurs de la milice de Fort Joinville, tenues dépareillées, baïonnettes vissées aux Chassepot suivis d’à peu près le même nombre de femmes, enfants parfois harnachés à la croupe, portant, en équilibre sur la tête, caisse de munitions, ustensiles de cuisine et quelques autres ballots (p.133).

Tous les épisodes saillants de cette expédition, de l’arrivée à Asikasso puis du séjour dans cette ville où est affecté le jeune Dabilly sont ainsi traités d’une manière alliant le picaresque bouffon et le sérieux historique et ethnologique. Car le récit est très bien documenté ; Gauz décrit ainsi par exemple avec une précision minutieuse la toilette des enfants le soir :

Pour la toilette du soir, ils sont traqués, poursuivis, débusqués de toutes les cachettes. Des lianes épiphytes accrochées aux grands baobabs sont écrasées pour servir d’éponges. Mères ou kangah « captives de case » les enduisent d’un savon noir obtenus par une chimie entre huile rouge de palmiers et cendres grises de bananiers. Elles frottent les enfants jusqu’aux limites du décapage (p. 159).

Ainsi avance entre sérieux et humour ce récit d’aventures où apparaissent des personnages historiques connus comme Treich (Marcel Treich-Laplène, 1860-1890, premier explorateur de la Côte-d’Ivoire) ou Binger (Louis-Gustave Binger, 1856-1936, officier parti du Sénégal vers Grand-Bassam et retrouvant Treich à Kong ; il deviendra le premier gouverneur de la colonie).
Récit qui avance aussi entre noir et blanc puisqu’il s’agit d’un roman colonial écrit par un Africain se mettant dans la peau d’un Européen, dans une sorte de jeu de rôles abolissant les clivages manichéens. Gauz en effet se soucie d’abord de raconter une histoire d’hommes, de mouvement et de rencontres, dans une Afrique vue par un regard antécolonial (ou post-post colonial !) indifférent à la question de la couleur de la peau. L’auteur le clame lui-même :

J’assume ma double culture… Quand je viens à Paris, je suis blanc. Je suis obligé d’être blanc. J’ai appris à être blanc. Donc je sais faire ça très bien depuis toujours. Voilà comment j’ai fait le pari fou de me mettre dans la tête d’un explorateur blanc du XIXème siècle (culturebox-francetvinfo.fr)

Ce qui conduira son héros blanc à devenir noir sans s’en apercevoir et sans s’en soucier ; il se met d’ailleurs en ménage avec une femme africaine, malgré le discrédit que cela lui vaut de la part des colons français. Dabilly n’est pas un blanc plus ouvert que les autres, il est indifférent à la couleur, il ne la voit pas autrement qu’une caractéristique physique comme les autres (couleur des yeux, des cheveux, épaisseur des sourcils, etc.). Ce pour quoi Gauz a imaginé ce roman, c’est en effet pour « sortir de la couleur » et parler d’histoires vécues simplement ou d’idées « naturelles », sans tenir compte de la représentation raciste-colorée que d’autres peuvent en avoir.

Pari original et gagné.

Est-ce pour gagner à la fois sur le plan de l’idéologique ou du comique que Gauz a ajouté cinq chapitres (sur les treize que comporte le livre) dont l’énonciateur est un jeune enfant métis, né à Amsterdam et revenant dans sa famille africaine ? Une courte histoire parallèle à l’autre ?
Pas vraiment. Le père du gamin est un militant de gauche tellement imprégné de phraséologie révolutionnaire que le discours qu’il a transmis à son fils est totalement pétri de formulations communistes (d’où le titre du roman) qui nous semblent venir d’un autre temps. Ce discours progressiste anachronique est souvent contaminé par un français tiraillou ou petit-nègre dont les vertus comiques n’échappent certes pas au lecteur mais dont on ne comprend pas bien la fonction de complémentarité dans le roman. Autrement dit : quel est le lien véritable entre les chapitres blancs (dont le narrateur est un blanc insensible à sa blanchéité) et les chapitres noirs (dont le narrateur est un enfant métis qui parle entre les langues). On suppose que, dans l’idée de l’auteur, l’alternance des chapitres blancs et des chapitres noirs n’est nullement manichéenne mais au contraire complémentaire, apportant un double éclairage au récit : d’une part en montrant que les idées comme la langue de bois idéologique qui les véhicule sont incolores par nature tandis que les passions sont souvent violemment colorées, d’autre part en faisant rire, tant il est vrai que, comme le dit l’exergue de ce livre que

L’Histoire est un leurre
Au mieux le compte rendu rieur
D’un temps et de son humeur

Pour citer cet article : Noir ou blanc, aucune importance ! Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 21/09/2018, https://apela.hypotheses.org/2345.

Semaine des Afriques à Bordeaux (23-29 janvier 2017)

Vendredi 27 janvier 2017

Théâtre : Debout-payé // Molière Scène d’Aquitaine

18h30 – OARA (Bordeaux)

En sortie de résidence, les comédiens Limengo Benano-Melly et Kokou Namo Ehah, de la Cie Yakka, mettent en scène et interprètent l’excellent roman de l’auteur franco-ivoirien Gauz (un partenariat MC2a avec le soutien de l’OARA Nouvelle-Aquitaine).
En savoir plus

Samedi 28 janvier 2017

Théâtre de rue : Souk, une autre histoire du Maghreb

9h-12h – Marché des Capucins (Bordeaux)

La Cie Uz et Coutumes propose un théâtre d’étalage dans les bruits de la ville. Lecture déambulée du texte du poète algérien Ismaïl Aït Djafer : La complainte des mendiants arabes de la Casbah et de la petite Yasmina tuée par son père.
En savoir plus

Sieste littéraire congolaise

14h30 – Médiathèque Jacques Ellul (Pessac)

Écoutez, confortablement installé.es dans un transat, des extraits de littérature congolaise entrecoupés d’écoutes musicales. Un partenariat Cœur Soleil, Radsi, Ville de Pessac, Comité de lecture nord-sud Pessac-Kinshasa.
En savoir plus

Débats et performances : Langues, théâtre et résistances

15h – OARA (Bordeaux)

La langue, la littérature, la dramaturgie, sont des outils de résistance dont s’emparent acteurs, auteurs et créateurs des diasporas africaines. Face aux dérives dictatoriales, aux maux contemporains, l’artiste oppose par son verbe et ses spectacles élaborés en exil, le témoignage et l’expression de phénomènes de résistances.

15h : Introduction « Libération de la parole et révolution des possibles » par Kangni Alem, écrivain et metteur en scène togolais.
16h : Table-ronde « Langues, Théâtres et Résistances » avec Dalila Boitaud, Maëline Le Lay, Namo Ehah, Malick Gaye et Koffi Kwahulé. Modérateur : Kangni Alem.
18h : Performances par KUDZO DO TOBIAS : L’apprentissage de la mémoire.
18h30 : Pot offert par l’OARA.

En savoir plus