Archives par mot-clé : Génétique

Sony Labou Tansi, naissance d’un écrivain

Sony Labou Tansi – Naissance d’un écrivain
Céline GAHUNGU

CNRS éditions

Qui est Sony Labou Tansi ? Celui que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus grands auteurs africains d’expression française n’est pas né en un jour. Il lui a fallu s’imaginer, se fabriquer, se faire connaître et reconnaître par un Congo en proie aux convulsions de l’Histoire. Tout s’est décidé pour lui à la fin des années 1960, quand son goût de l’expérience créatrice s’est changé en un besoin, toujours plus impérieux, de construire son propre univers, dense et homogène. L’anonyme Marcel Ntsoni invente la figure flamboyante de Sony Labou Tansi, écrivain explosif qui, en marge de l’ordre littéraire, ne craint rien ni personne, dans son projet hyperbolique de fonder une nouvelle littérature. Entre les coups d’État et les fièvres révolutionnaires, le Congo a beau traverser des tempêtes, l’apprenti grand écrivain ne désarme pas. La société devient paroxystique ? À l’écriture d’aller plus loin encore en lui administrant son paroxysme à elle, jusqu’à faire voler en éclats ses normes et ses institutions.
Scénarios existentiels et fictions compensatoires aident le jeune Sony à modeler son œuvre et son identité, mais l’exposent aussi à de multiples contradictions : affirmer publiquement son statut d’écrivain et assouvir sa haine du régime au pouvoir ; s’attaquer à une France taxée de néocolonialisme et tenter d’y diffuser ses écrits ; démolir les figures d’autorité et partir en quête de conseillers, d’intercesseurs et de pères littéraires.
Pour l’essentiel inédits, les premiers écrits donnent l’image d’une création débondée, véritable geyser de lave, de boue et de sang. Dans l’espace privé des manuscrits, tout peut se dire, des folies les plus intimes aux visions les plus impitoyables. Vivre l’écriture comme le seul absolu, au-delà des tabous, telle est l’expérience hors norme sur laquelle Sony Labou Tansi cherche à édifier la destinée qu’il s’est choisi : devenir écrivain, au sens radical du terme, c’est-à-dire démiurge.

Céline GAHUNGU

Agrégée, docteure de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université où elle est chargée de cours, Céline Gahungu est chercheuse associée à l’ITEM/CNRS et y co-dirige l’équipe « Manuscrits francophones ». Ses recherches portent sur les archives des littératures africaines.

Flyer_Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7718-sony-labou-tansi.html

Parution : Écrire le fleuve Congo après Conrad

Revue Continents Manuscrits – Génétique des textes littéraires – Afrique, Caraïbe, diaspora, 11/2018

Dossier «Écrire le fleuve Congo après Conrad» coordonné par Maëline Le Lay et Jean-Pierre Orban

L’introduction des coordinateurs (« Interroger le paradigme conradien ») en précise les enjeux et présente les questions qui structurent ce numéro.
Les articles de Marc Porée (« La fabrique d’un fleuve »), d’Andrew Griffiths (« Seeking the Sources of Heart of Darkness : the African Narratives of late-Victorian Explorers and Journalists »),  de Pierre Halen (« À propos de la tradition conradienne du Cœur des ténèbres comme archive internationale ») et de Frits Andersen (« Virunga National Park, the heart of darkness as UNESCO World Heritage ») s’interrogent sur la complexité et les ressorts d’un texte qui, depuis sa publication, a nourri bien des œuvres et des discours.
Placée sous le regard de Boniface Mongo-Mboussa, une table-ronde rassemble les interventions  des écrivains et artistes Blaise Ndala (« Au cœur des ténèbres, une œuvre ambiguë »), Joëlle Sambi (« Hors Conrad : Congo Eza ») et Christian Tundula (« Heart of Darkness, exposition ») qui discutent de la portée de Conrad sur leur imaginaire et leurs productions.
Nicolas Martin-Granel a réuni un choix de textes et de photographies intitulé « Le Fleuve commence ici »  : y apparaissent, de part et d’autre des rives du Congo, des écritures congolaises du fleuve.

La rubrique Inédits présente quelques pages extraites d’un scénario d’Orson Welles traduites de l’anglais par Jean-Pierre Orban (« Heart of Darkness, extraits du scénario d’Orson Welles »).

À lire, dans la rubrique Varia, un article d’Hervé Sanson consacré à l’écriture-palimpseste de Mohammed Dib (« Tlemcen ou la source des sources »). Il sera question de la littérature  haïtienne dans l’article d’Yves Chemla à paraître prochainement (« Voyage dans le nord d’Hayti ou Révélations des lieux et des monuments historiques d’Hérard Dumesle, un hypotexte fondateur »).

Consulter le sommaire et lire la revue :
https://journals.openedition.org/coma/1278

Journée « Écrire le fleuve Congo après Conrad » :
https://apela.hypotheses.org/1946

La question de l’intime. Génétique et biographie

Vient de paraître :

La Question de l’intime – Génétique et biographie

Daniel Delas (dir.) – 2018

L’intime est ce lieu profond de l’être humain où dorment des sentiments dont on ne parle ni n’écrit. C’est pourtant là que puise le désir autobiographique. Pourquoi ? Comment ?
Une équipe de critiques généticiens de l’Item (CNRS – « Manuscrits francophones ») a analysé la relation à l’intime de quelques écrivains francophones notoires : Flaubert, Mertens, Sony Labou Tansi et Memmi.

Sommaire :

De l’intime (Daniel Delas)

I – Questions d’ensemble

Le Manuscrit cannibale. Biographie, intertextualité, genèse (Pierre-Marc de Biasi)

Notes sur le traître comme figure du biographe, du généticien et… de l’écrivain (Jean-Pierre Orban)

II – À partir de Sony Labou Tansi et Albert Memmi

Performer l’intime (Jean-Michel Devésa)

Plonger sa plume « jusque dans son propre sang ». L’intime dans les premières œuvres  de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Pour une architecture de l’intime. Lecture d’un extrait de lettre de Sony Labou Tansi  à Françoise Ligier (Xavier Garnier)

« Eh la vie » Questions sur l’art et la vie de Sony Labou Tansi (Nicolas Martin-Granel)

Albert Memmi, de l’intime à l’œuvre polymorphe (Guy Dugas)

Collection L’un et l’autre en français
Année de publication 2018
Langue Français
ISBN10 2-84287-789-7
ISBN13 9782842877897
Format Livre broché
Pages 115
Discipline Francophonie
Prix 15€

URL de référence : http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=909

Parution : Les soleils des indépendances, une longue genèse

Les Soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma – Une longue genèse. Sous la direction de Patrick Corcoran, Daniel Delas et Jean-Francis Ekoungoun

CNRS éditions

  • Discipline : Littérature
  • Collection : Planète libre
  • Publication date : 07/12/2017
  • ISBN : 978-2-271-11758-8
  • Format : 15.0 x 23.0 cm
  • Reliure : Broché
  • Pagination : 264

Les Soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma est l’un des romans les plus marquants de la littérature africaine d’expression française du XXe siècle.
Les Soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma est l’un des romans les plus marquants de la littérature africaine d’expression française du XXe siècle. Célébré par la critique dès sa publication, le roman a connu un immense succès qui ne s’est jamais démenti, en raison des qualités formelles de son écriture et de la puissance du récit. Mais c’est aussi une œuvre qui fait débat, en raison de la dimension politique de son propos : le récit dresse un réquisitoire sans concession de la société et de la gouvernance ivoiriennes dans la période de la post-indépendance.
Kourouma n’est pas un simple chroniqueur. Ses ambitions dépassent le cadre conjoncturel dans lequel on a pu vouloir l’enfermer. Optant pour un style résolument hybride et une parole affranchie de toute langue de bois, il mise sur une nouvelle esthétique romanesque qui rend solidaires culture et langue, et qui multiplie les innovations au risque de bousculer la tradition écrite française.
Ses audaces, tant linguistiques que politiques, enchantent beaucoup de lecteurs mais en dérangent aussi beaucoup d’autres. Voilà pourquoi, en dépit de ses allures de chef-d’œuvre, le texte a connu de si graves difficultés avant de pouvoir paraître. Refusé par les éditeurs français, publié initialement au Canada mais moyennant des révisions imposées à l’auteur, Les Soleils des indépendances est une œuvre qui méritait plus que tout autre d’être relue à la lumière de son parcours génétique.
C’est ce que nous proposent les contributions rassemblées dans ce volume : plonger dans l’histoire du texte à la fois pour comprendre la genèse conflictuelle de l’œuvre, la nouvelle poétique romanesque qu’elle invente et la difficile émergence d’un créateur qui compte désormais parmi les grands écrivains contemporains.

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7547-les-soleils-des-independances-dahmadou-kourouma.html

Approche génétique des écrits littéraires africains

Approche génétique des écrits littéraires africains. Le cas du Congo

Etudes littéraires africaines 15, 2003

Sous la direction de Nicolas Martin-Granel et Gréta Rodriguez-Antoniotti

Grâce à la contribution matérielle de l’Association pour l’Etude des littératures africaines (APELA), de l’Université de Lorraine et du centre de recherches ECRITURES, la mise en ligne rétroactive de la revue Etudes littéraires africaines (numéros antérieurs au n°23) a commencé. Le numéro 15, 2003

Approche génétique des écrits littéraires africains : le cas du Congo
est en ligne à l’adresse

https://www.erudit.org/fr/revues/ela/2003-n15-ela03237/

La mise en ligne des autres numéros antérieurs au n°23 se fera progressivement.

AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

Devenir écrivain – Appel à contribution

Revue Continents Manuscrits n°10, mars 2018.

Continents Manuscrits est une revue semestrielle dont la vocation est de publier les travaux de recherche portant sur les manuscrits littéraires des Suds (Afrique, Caraïbe et diasporas africaines et caribéennes dans le monde, dans une perspective francophone et multilingue) et de faire le point sur l’actualité de ces recherches en France et à l’étranger.
Largement ouverte à la recherche internationale, aux doctorants et jeunes chercheurs comme aux chercheurs confirmés, la revue accueille les travaux en langue française, anglaise et espagnole, après avis en “double aveugle” d’un comité scientifique constitué d’experts internationaux.
https://coma.revues.org/

Argumentaire

Dans le champ des études francophones, si essais, thèses et articles consacrent parfois quelques pages aux premiers pas littéraires des écrivains, il n’existe aucune recherche systématique sur leur entrée en littérature. Ce numéro de Continents Manuscrits a l’ambition de s’intéresser aux écrivains en devenir qui cheminent entre vocation et apprentissage, aspirations artistiques et contraintes du métier.

Les brouillons sont le lieu d’une formation : l’apprenti y invente son style, fabrique intrigues et personnages, opère des choix, bifurque et crée sa poétique. Un univers littéraire naît et se transforme, manifestant la lucidité de l’écrivain en mesure de distinguer ses réussites de ses échecs. Ce dossier s’ouvrira à d’autres approches théoriques que la génétique, notamment celles fondées sur le concept de scénographie (José-Luis Diaz). Le devenir‑écrivain ne se mesure pas uniquement à l’aune des balbutiements de la création littéraire ; il est perceptible dans l’« écrivain imaginaire » (José‑Luis Diaz 2007 : 18) dont la silhouette se dessine peu à peu dans les écrits. Cette double genèse de soi et de l’œuvre transparaît dans les brouillons eux‑mêmes : les signatures, « rêve[s] graphique[s] de l’écrivain en devenir » (Yvan Leclerc 2002 : 10), les pseudonymes et les préfaces matérialisent une intense autoréflexivité et sont les coulisses où se compose le personnage d’écrivain. La correspondance joue aussi un rôle important ; les lettres, qui évoquent pêle‑mêle projets, ambitions et naufrages, sont un miroir où l’épistolier se contemple en train d’écrire, commente sa pratique et prend la pose.

La gestation de l’écrivain et de son œuvre est au carrefour de multiples débats, raison pour laquelle notre numéro s’ouvrira également à des démarches attentives aux problématiques linguistiques et institutionnelles. L’analyse des processus sous-jacents à la création peut révéler un rapport complexe aux normes linguistiques « représentée[s] par Paris » (Georges‑André Vachon 1968 : 118). De même, l’écriture et les représentations de l’activité scripturaire sont susceptibles de se modifier dès lors qu’un nouvel acteur entre en jeu : l’éditeur, véritable « coproducteur » du texte (Jean-Pierre Orban 2015 : 27). Cette réalité de la professionnalisation s’impose à tous les écrivains, mais prend une nouvelle dimension lorsqu’il s’agit de novices inscrits dans les rapports centre/périphérie. Au fil des réécritures, des ajouts et des suppressions, les textes témoignent de cette réalité et de la nécessité, dans certains cas, de penser une « stratégie d’émergence » (Pierre Halen, 2001).

Continuer la lecture de AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi

DEVENIR ÉCRIVAIN, DEVENIR SONY LABOU TANSI (1967-1975)

La prochaine séance du séminaire 2016-2017 de l’équipe “manuscrit francophone” (ITEM-CNRS) aura lieu :
vendredi 20 janvier, de 14h30 à 16h30,
Salle de réunion Pasteur, 1er étage, Pavillon Pasteur
45, rue d’Ulm, 75005 PARIS

Intervention de Céline Gahungu :
Devenir écrivain, devenir Sony Labou Tansi (1967-1975)
Cette communication sera consacrée à l’entrée en littérature de Sony Labou Tansi au tournant des années soixante. Au fil des manuscrits, tapuscrits et lettres s’esquisse le portrait d’un auteur en formation, fermement décidé à se lancer dans l’aventure de l’écriture. Au cours de ces huit années fondatrices, construire son identité littéraire, fabriquer un univers et professionnaliser son écriture sont les tâches auxquelles s’attelle l’apprenti écrivain.

Cette séance est ouverte à tous.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279