Archives par mot-clé : Génétique

Léopold Sédar Senghor : genèse d’une œuvre

La journée d’étude Léopold Sédar Senghor: genèse d’une œuvre se tiendra le jeudi 27 juin dans la salle des conférences de la BnF-Richelieu à Paris (5, rue Vivienne – 2e arrondissement).

Cette journée s’inscrit dans les travaux collectifs du groupe de recherche international L. S. Senghor (ITEM/UCAD) et développera une approche génétique des textes senghoriens.

La BnF conserve la plus riche collection de manuscrits littéraires de Senghor, mais ce fonds – issu de deux donations – gagne à être mis en relation avec d’autres archives en France, au Sénégal et dans le monde. Encore peu étudiés, ces fonds peuvent changer notre perception de l’œuvre senghorienne, qui mérite une analyse attentive des phénomènes stylistiques, des réseaux intellectuels et de sa réception internationale. La BnF et le groupe de recherche international L. S. Senghor (ITEM/UCAD) invitent les chercheuses et les chercheurs à entrer dans l’atelier des concepts et des textes senghoriens. Qu’est-ce que les manuscrits, les tapuscrits, les versions préoriginales et les correspondances peuvent nous apprendre du processus d’écriture, du style, de la langue et de la pensée de Senghor ?

URL de référence et programme détaillé : https://kouroumanus.hypotheses.org/2889

Léopold Sédar Senghor : genèse d’une œuvre

Journée d’étude à la BnF Richelieu

vendredi 20 juin 2024

La BnF conserve le fonds de manuscrits littéraires de Senghor le plus riche au monde. Il est constitué de deux legs successifs, celui du poète-président lui-même en 1979 (trois volumes, côtes 17884-17886) et celui de son épouse en 2006 (deux volumes, côtes 28103 1 et 2). À cela s’ajoutent les nombreuses lettres conservées dans les fonds d’autres auteur·rice·s, des éditions/rééditions rares, ainsi que des enregistrements sonores et audiovisuels, qui montrent le dialogue entre le poète et les artistes : voir le catalogue général (ici) et le catalogue « Archives et manuscrits » (ici).
Puisque, jusqu’à présent, peu d’études ont été consacrées au processus d’écriture du poète-président, la BnF et le groupe de recherche international L. S. Senghor souhaitent mettre en valeur ce patrimoine manuscrit et, par la même occasion, développer les études senghoriennes à partir d’une approche génétique de ses œuvres littéraires et de ses textes théoriques ou politiques. Que nous apprennent les manuscrits et les archives au sujet du style et de la langue de Senghor, de la composition de ses poèmes et de ses recueils, de ses traductions des langues africaines et de l’anglais, des liens intertextuels et des rapports intersémiotiques, ou encore des sociabilités littéraires et du milieu intellectuel et éditorial dans lequel l’œuvre a pris place ?
Loin de se limiter au fonds de la BnF, les communications pourront mobiliser d’autres archives de/sur Senghor à travers le monde. Elles pourront s’appuyer également sur les versions préoriginales parues dans des revues ou des ouvrages collectifs. Elles pourront, enfin, élargir la réflexion génétique aux domaines de l’intersémiotique et de l’intertextualité en considérant certains écrits senghoriens comme des avant-textes d’adaptations sonores et audiovisuelles, ou encore des avant-textes d’œuvres d’autres auteur·rice·s.

Direction scientifique

Edoardo Cagnan (ENS-BnF) et Claire Riffard (ITEM)

Calendrier prévisionnel
  • 8 décembre 2023 : envoi des propositions de communication (500 mots max.) et des notices bio-bibliographiques à l’adresse edoardo.cagnan@sorbonne-universite.fr
  • 22 décembre 2023 : notification aux auteur·rice·s des propositions retenues.
  • 1er juin 2024 : réception d’une première version orale de la communication.
  • 20 juin 2024 : déroulement de la journée d’étude.
  • 26 juillet 2024 : réception des articles.
  • 15 octobre 2024 : publication du numéro thématique dans la revue Continents manuscrits (ici).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2669

Semaine Senghor

Nous portons à votre connaissance le programme de la semaine Senghor qui se tient à Dakar jusqu’au 2 mai.

Entrée libre. Soyez les bienvenus !

  • Jeudi 27 avril : conférence de Sébastien Heiniger à la Maison Senghor (« les Dents de la mer »), 16h (et en matinée atelier sur les archives littéraires avec une classe du lycée Lamine Gueye à la Fondation Senghor)
  • Vendredi 28 avril : causerie sur Senghor et la musique avec Nicolas Darbon, hôtel Sokhamon, 16h (et en matinée atelier de codicologie à l’EBAD avec Jean-Sébastien Macke)
  • Samedi 29 avril : journée de formation sur l’approche génétique en littérature (Senghor, Zola et alii), FLSH UCAD Salle 115, 9H-15h.
  • Mardi 2 mai : journée d’étude “Relire Senghor à l’aune des archives » (coordination Céline Labrune-Badiane et Mouhamadou Moustapha Sow)

Cette journée d’étude vise à explorer ces fonds Senghor, à interroger le potentiel et les usages possibles des archives ainsi qu’à soulever les enjeux juridiques, épistémologiques et éthiques que ceux-ci posent. 

Le comité d’organisation (UCAD-ITEM).

Détail ci-dessous

Continuer la lecture de Semaine Senghor

Yambo Ouologuem ambidextre

À la recherche du tableau complet des emprunts de Yambo Ouologuem dans Le Devoir de violence : concordance ou asymptote ?

Conférence du Professeur émérite Christopher L. Miller, suivie d’une table-ronde avec Sami Tchak (écrivain), Elgas (écrivain), Jean-Pierre Orban (écrivain, éditeur), Joël Bertrand et Céline Gahungu (MCF, Paris 3)

Séminaire Manuscrits francophones : Littératures du Sud – Le processus de fabrication / 2023

Vendredi 17 mars de 15h à 17h, Site Pourchet du Cnrs (61 rue Pourchet, Paris 17e), salle 311.

— L’hommage au Professeur Daniel Delas est également reporté, en solidarité avec le mouvement social en cours. —

Présentation

 

La critique ouologuemienne semble être partagée entre deux camps. (À tort.) Le premier voit dans Le Devoir de violence une œuvre révolutionnaire préoccupée par l’histoire, qui porte un regard afrocentriste et qui bouleverse la négritude et le colonialisme en même temps. L’autre camp, depuis 1971, voit dans les emprunts (le plagiat, les « prélèvements ») de Ouologuem une autre révolution, une écriture en collage qui pille la littérature européenne.
Mais il n’y a pas de contradiction. La preuve : Ouologuem a fait les deux en même temps. Il a révisé l’historiographie africaine tout en pratiquant un art de l’emprunt dans des proportions inouïes. Il était ambidextre.
Depuis un an j’ai l’idée de constituer pour la première fois un tableau « complet » des emprunts dans Le Devoir de violence. La tâche s’est avérée considérable. Certains cas sont connus depuis longtemps (André Schwarz-Bart, Graham Greene, Maupassant), mais les dimensions totales  restent inconnues de presque tous les lecteurs de ce roman. Grâce aux recherches de (surtout) Joël Bertrand, Antoine Habumukiza, Christine Chaulet-Achour, Jonathon Repinecz, nous pouvons maintenant apprécier non seulement l’ampleur des emprunts mais également la complexité des adaptations.
Mais sait-on déjà tout sur les emprunts de Ouologuem ? Dès la publication de ce tableau, il risque de devenir caduc.
Le but de ce projet n’est pas de relancer le débat sur l’éthique de l’emprunt ou le « scandale » du plagiat. Ce document est purement utilitaire ; il permettra aux lecteurs de voir à la fois l’érudition de Ouologuem et son processus d’adaptation textuelle (et surtout d’africanisation) tout à fait remarquable.

Christopher L. Miller (Yale University)

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2446

Séminaire Senghor

Séminaire de recherche international et interdisciplinaire Léopold Sédar Senghor

Coordination :
Alioune Diaw (UCAD)
Sébastien Heiniger (ITEM CNRS/ENS)

Ce séminaire interdisciplinaire permettra d’éclairer plusieurs volets de la pensée, de l’œuvre poétique et de l’action politique de Senghor. Chaque séance proposera un ou deux intervenants, laissant une place aux questions et à la conversation qui suivront leurs présentations. 
La première séance se tiendra le 13 janvier à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, de 16h à 18h GMT (soit 17h-19h à Paris). Cette séance, comme les suivantes, sera aussi diffusée en ligne.
L’UCAD aura le plaisir d’accueillir ce jour-là en ses locaux Frédéric Worms, le directeur de l’ENS, lequel sera présent pour inaugurer le projet de recherche Senghor, dont le séminaire constitue un des volets.
Après de courtes introductions, Babacar Mbaye Diop, professeur au département de philosophie et directeur de l’Institut Supérieur des Arts et des Cultures de l’UCAD proposera une intervention intitulée : Senghor et les expositions du Musée Dynamique.

Que ce soit en vidéoconférence ou à Dakar, nous vous attendons nombreux pour cette séance d’ouverture du projet de recherche et son séminaire.

Descriptif du séminaire

Calendrier des premières séances

13 janvier 16h GMT (17h Paris) :
Babacar Mbaye Diop (UCAD) : « Senghor et les expositions du Musée Dynamique »
Cette conférence aura lieu dans le cadre de la journée d’inauguration du Projet de recherche international Léopold Sédar Senghor à Dakar. Elle sera précédée par les allocutions des autorités académiques et des coordinateurs du séminaire.

15 février 16h GMT (17h Paris) :
Michel Murat (Université ParisSorbonne) : « Rythmes de Senghor »
Amade Faye (UCAD) : « Le verset senghorien à la cadence du chantpoème seereer »

16 mars 15h GMT (16h Paris) :
Serge Meitinger (Université de La Réunion) : « Le cahier des Chants pour Naëtt de la maison Senghor à Verson »
Oumar Dièye (UCAD) : « Senghor et les poètes humanistes de la Renaissance »

Programme complet du séminaire

Sénégal: un nouveau groupe de recherche pour renouveler le regard sur Senghor, un reportage de RFI sur le lancement du programme Senghor (17/01/2023)

Séminaire Manuscrits francophones 2023 : le processus de fabrication

Le séminaire de génétique textuelle de l’équipe « Manuscrits francophones » s’intéressera dans les deux années à venir au parcours du texte, de sa composition à sa publication et au-delà à sa réception, du travail solitaire de composition et de rédaction au partage avec divers interlocuteurs (séminaire 1, 2022-2023 : du travail solitaire au partage), puis plus largement après publication (séminaire 2, 2023-2024 : publication et mise en public).

Mercredi de 16 à 18h, ENS, 29 rue d’Ulm

Lire la suite sur le carnet Crier Ecrire : https://kouroumanus.hypotheses.org/2232

La première séance du séminaire 2022-2023 de l’équipe “Manuscrits francophones” se tiendra le 18 janvier, de 16h à 18h, dans les locaux de l’IMEC à Paris, 6 rue Dubois (75006).
Après une introduction par Albert Dichy, directeur littéraire de l’IMEC, Jean-Pierre Orban proposera une intervention intitulée « Les passeurs des littératures africaines »
Maëline Le Lay a accepté d’être discutante pour cette séance.
 
Jean-Pierre Orban : « Les passeurs des littératures africaines suivi de « Angles morts et fantômes » : essai d’auto-analyse dans la pratique du chercheur en terrain littéraire excentré ». Discutante Maëline Le Lay

Continuer la lecture de Séminaire Manuscrits francophones 2023 : le processus de fabrication

Les univers des Schwarz-Bart

Sources et traces dans les textes et les avant-textes

Simone et André Schwarz-Bart à Lausanne dans les années 70 ©Grasset/Getty/Sophie Bassouls

 

La recherche sur l’œuvre du couple d’écrivains André et Simone Schwarz-Bart a connu récemment des développements importants. Des travaux exploratoires menés en Guadeloupe ont permis d’amorcer la restructuration d’un fonds Schwarz-Bart progressivement déposé depuis à la Bibliothèque nationale de France. Ce préalable constitue le socle d’analyses renouvelées de ce corpus littéraire riche et singulier. 

Les journées tenues en septembre 2021 à l’Université de Lausanne ont été pensées comme un premier temps de réflexion collective, qui sera prolongé en 2024 à l’Université des Antilles. Il n’est pas anodin que ces rencontres aient lieu dans la capitale vaudoise (où André et Simone Schwarz-Bart vécurent de 1963 à 1975), puis en Guadeloupe, suivant ainsi l’itinéraire géographique emprunté par le couple d’écrivains. Dans ce premier temps lausannois, il s’est agi de dessiner les contours des univers littéraires, mais aussi historiques, philosophiques, politiques, religieux et linguistiques qui ont constitué le terreau sur lequel se sont développées les œuvres d’André et de Simone Schwarz-Bart.

Textes réunis par Jean-Pierre Orban, Claire Riffard et Anaïs Stampfli.

Mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Sommaire et articles à découvrir sur Fabula/Les colloques.