Archives par mot-clé : Genre

(Re)lire les féminismes noirs. ELA 51 (2021)

(Re)lire les féminismes noirs

Textes réunis par Tina Harpin et Claudine Raynaud

Féminismes noirs afro-américains et africains : de la (re)lecture comme pratique critique (Tina Harpin et Claudine Raynaud)

Féminismes noirs américains : relectures (seconde vague)

  • Activiste, révolutionnaire, féministe : Angela Davis et le féminisme noir (Tina Harpin)
  • « Ce que je laisse derrière moi a une vie propre » : l’héritage
    intellectuel et militant d’Audre Lorde (Claudine Raynaud)
Féminismes africains : paroles pionnières
(seconde vague)
  • La Parole aux Négresses d’Awa Thiam : relecture d’une œuvre pionnière du féminisme africain (Coudy Kane)
  • « She was a remarkable woman » : l’héritage afro-féministe d’Efuru (1966) de Flora Nwapa dans Purple Hibiscus (2003) de Chimamanda Ngozi Adichie et Sky-High Flames (2005) d’Unoma Azuah (Cédric Courtois)
Féminismes noirs au XXIe  siècle : redéfinitions (troisième vague)
Aux États-Unis
  • Joan Morgan et le « féminisme hip-hop » : les enjeux d’une proposition pour son époque et pour la nôtre (Cyril Vettorato)
  • Bad Feminist ou l’éveil à la conscience de race et de genre chez
    Roxane Gay (Ahmed Mulla)
Au Brésil et en Afrique
  • Djamila Ribeiro et la place des féminismes noirs au Brésil (Giulia Manera)
  • Forms of Care: Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2014), Agency, and Decolonial Feminism (Fiona McCann)

Hommage à Daniel Delas et à François Guiyoba

Varias

  • Amadou Hampâté Bâ (1901-1991) and Mohandas
    Karamchand Gandhi (1869-1948): Two Apostles of
    Tolerance (Kussum Aggarwal)
  • Le « Sud » face à ses clichés : un regard du Brésil sur
    l’Afrique (Mirella Botaro)
  • La situation paratopique de deux écrivaines : Fatou Diome
    (Impossible de grandir) et Fabienne Kanor (Je ne suis pas
    un homme qui pleure) (Stéphanie Rebeix)
  • La figure d’ogbanje entre monstruosité métamorphosée et
    métamorphose monstrueuse : une lecture postcoloniale du
    genre hybride dans Freshwater d’Akwaeke Emezi (Flora Roussel)

Comptes rendus

———-

Le n°51 des Etudes littéraires africaines sort de presse.
Il sera envoyé durant l’été aux membres de l’association en ordre de cotisation pour 2021.
C’est donc le moment, pour les retardataires et les nouveaux adhérents ! N’hésitez pas à prendre contact avec le trésorier ou avec le trésorier adjoint en cas de doute.
– Pierre Halen : pierre.halen [apud] univ-lorraine.fr 
– Pierre Leroux : pierr.leroux [apud] gmail.com

Les varias pour le n°52 peuvent être envoyés dès à présent, les comptes rendus aussi.
Voir : http://www.apela.fr/la-revue/publier-dans-les-ela/

Bulletin_d_adhesion_2021

ELA51_couv

ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Deadline: The closing date for applications is 21 June 2021 (23:59), with interviews to be conducted online on 6 July 2021. The candidate will be expected to start their doctoral programme in October 2021. The scholarship application materials and references should be sent to pglanguages@warwick.ac.uk  with ‘ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres’ in the subject heading.  

The School of Modern Languages and Cultures (‘Translation and Transcultural Studies’) at Warwick University invites applications for doctoral study commencing in October 2021. An ERC-funded scholarship will be available on a competitive basis for an exceptional candidate meeting our requirements. The successful candidate will join a team of researchers working on the ERC project Philosophy and Genre (PhiGe): Creating a Textual Basis for African Philosophy (led by Professor Alena Rettová, University of Bayreuth) and will be supervised by Professor Rettová and Professor Pierre-Philippe Fraiture (University of Warwick): Team (uni-bayreuth.de). PhiGe interrogates the role of textual genre in the expression of philosophical meanings. It consists of eight Research Streams, covering a variety of genres in eight languages from several regions in Africa. Although other proposals will be considered, the successful candidate will ideally work on Wolof literature within Research Stream 4 of the project, which delivers a comparative study of African literatures across languages.  In addition to working on their doctoral thesis, the candidate will be expected to make contributions to the collaborative activities of the team, give conference presentations, and help to organize team activities in Senegal and Gambia.  

The successful candidate will be expected to reflect on the dissemination of modern and contemporary West African thought through a variety of genres and languages. They will adopt a transcultural approach, ideally explore Wolof literature in its different generic manifestations (theatre, poetry, or novel) and examine the transnational and translational factors that have contributed to its expansion in West Africa throughout history.

Continuer la lecture de ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Congrès 2021, HU-Berlin, 22-24 septembre

Le site du colloque 2021 de l’APELA, qui se tiendra à l’université Humboldt de Berlin (Institut für Asien- und Afrika Wissenschaften, IAAW) sur le thème Activismes et esthétiques queer dans les littératures africaines, est désormais ouvert.

Retrouvez-y toutes les informations utiles sur les inscriptions, l’adhésion à l’APELA, le programme provisoire…, au fur et à mesure de leurs mises en ligne.

Et retrouvez l’appel à contributions ici.

APELA_Poster

« La Déterreuse ». Par Mohamed Aït-Aarab

Compte-rendu : Hervé ÉVEILLARD, Nawal. Paris : L’Harmattan, « Lettres de l’océan Indien », 2019

Comment dire une réalité – historique, sociologique, culturelle, politique – aussi complexe que celle de Mayotte en 2020 ? Sans doute en utilisant le truchement de la littérature, et plus précisément le théâtre. Certains écrivains de Mayotte, et non des moindres (Nassur Attoumani, Alain-Kamal Martial) ont opté pour cette voie. Hervé Éveillard s’y engage à son tour.

Après un premier ouvrage, à mi-chemin du roman et de l’essai, L’Histoire des îles de l’archipel des Comores, ça va beaucoup mieux en la lisant ! (Menaibuc, 2015), l’auteur propose, aux éditions de L’Harmattan, Nawal, un texte théâtral en dix tableaux, un épilogue et une clausule intitulée « Nuit ».
Nawal, le personnage principal, avocate à Moroni, jeune veuve mère de deux enfants, se rend à Mayotte pour réaliser la promesse faite à sa mère mourante : retrouver l’homme qui l’a violée lorsqu’elle était jeune fille. Et s’il n’est plus de ce monde, recommande la vieille femme, « profane sa tombe, qu’aucune fleur ne pousse jamais à cet endroit. Sème le poison sur sa mémoire, sali [sic] son nom à tout jamais. » (15)
Étrangement, Nawal choisit de se rendre clandestinement à Mayotte, à bord d’un kwasakwasa. Ce voyage, au cours duquel elle « défi[e] la mort » (20), constitue un passage, un moment initiatique qui va lui donner la force pour « affronter toute l’injustice du monde » (20). Car Nawal devient, au fil de ses rencontres – avec sa sœur Faizina, avec Kevin, un jeune en rupture de ban, avec le Sénateur, etc.- une déterreuse d’(H)histoire et de vérité. À l’image du personnage éponyme du roman de Mohamed Khaïr-Eddine (Le Déterreur, Le Seuil, 1973), Nawal, par sa volonté de libérer la parole (n’est-elle pas avocate ?), subvertit un univers rongé par le mutisme, une société à « la mémoire […] bien cadenassée » (68).

Histoire (de l’archipel des Comores) et histoires (de Nawal, de sa mère, de sa sœur, etc.) s’entrechoquent, dans un souci de dire ce qui es tu, ce qui, pour des raisons multiples, relève de l’indicible. Les scènes de confrontation, entre Nawal et ma-Kamardine (cousine de la mère défunte) ou entre Nawal et le Sénateur, mettent en évidence les « fonctions exploratoires » (M. Kundera) de la fiction. En effet, bien que les événements mis en scène se déroulent au XXIe siècle, le texte renvoie, comme le soulignent les notes initiales de l’auteur, à des épisodes datant de 1975 ; année où, après la proclamation de l’indépendance de l’archipel par Ahmed Abdallah, l’affrontement entre sorodas (partisans du maintien de Mayotte dans la république française) et les “serrez-la-main” (favorables à l’indépendance dans le cadre comorien) prend une tournure dramatique.
Éveillard, en prenant pour cadre de sa pièce ce moment clé de l’histoire de Mayotte – et des Comores – ne déterre pas de vieilles fables plus ou moins oubliées. Il pointe, au contraire, le projecteur sur des faits qui, aujourd’hui encore, sont au cœur du mal-être mahorais. Fin 2017, Mayotte Hebdo consacrait d’ailleurs son débat de la semaine à « la rivalité sorodas/serrez-la-main, oubliée ou toujours d’actualité ? »
La position particulière de l’auteur, son extranéité, lui permettent la distance, le pas de côté, pour appréhender la situation d’une île, Mayotte, et d’un pays, les Comores, qui, en dépit d’un riche héritage civilisationnel swahili, demeurent malheureusement trop méconnus. À cette qualité première, s’associe la capacité heuristique de la littérature qui permet, si l’on suit Ivan Jablonka (L’Histoire est une littérature contemporaine), de mieux penser le monde qui est le nôtre.

On pourra regretter, certes, quelque passage (p. 76) au didactisme peu convaincant ; tout comme l’on peut s’interroger sur la fonction du tableau final (« Nuit »), et surtout sa place dans l’économie globale de la pièce. Ces restrictions mises à part, Hervé Éveillard a le mérite de donner à lire un texte ramassé, vif, brulant, d’une incontestable actualité, et qui permet de mieux saisir, au-delà des clichés journalistiques ou des affirmations péremptoires, toute la complexité d’un territoire dont il reste tant à découvrir et à comprendre.

Mohamed AÏT-AARAB
Université de la Réunion / E.A. DIRE (https://dire.univ-reunion.fr/)

Pour citer cet article : « La Déterreuse ». Par Mohamed Aït-Aarab, in Carnets de littératures africaines, 19/05/2020, https://apela.hypotheses.org/4221.

AAC: Le devenir du Congo: savoirs, pratiques et imaginaires

Ve Colloque international du CONGO RESEARCH NETWORK
(Université de Milan, 15-16 Septembre 2020)

  • DL Panels: 15/02/2020
  • DL Communications: 29/02/2020

Le Congo Research Network (CRN) organise son cinquième colloque international à l’Université de Milan, les 15 et 16 septembre 2020. Le colloque a pour but de réunir des chercheurs débutants et confirmés dans le domaine des sciences humaines et sociales et qui partagent un intérêt commun pour la RDC. Le comité organisateur espère tout particulièrement encourager l’émergence de réflexions et d’analyses transdisciplinaires et comparatives, au sein et au-delà des études Congolaises.

Cette édition du CRN se concentre sur le concept du « devenir »: le devenir de la recherche sur/autour du Congo (nouvelles voies et nouveaux liens entre « savoirs/épistémologies » et agents—universitaires, artistes, écrivains, acteurs culturels, journalistes et blogueurs, activistes et autres) ; le devenir de la culture congolaise (nouveaux lieux de création et d’exhibition, nouvelles façons de partager/transmettre les savoirs et les pratiques culturelles) ; le devenir du pays et la problématique de la mobilité, non seulement au Congo, mais également en Afrique et dans le monde (changements climatiques et justice sociale). Tout ceci peut s’articuler dans une optique pluri ou transdisciplinaire selon les axes suivants :
– Renaissance africaine et congolaise : décolonisation des savoirs et des pratiques culturelles ;
– Frontières disciplinaires dans les études sur le Congo et stratégies de collaboration au-delà et au-dedans du monde académique ;
– Perspectives (dé)genrées au Congo et dans la diaspora, aujourd’hui et demain ;
– Trauma, résilience, transformation : représentations et négociations ;
– Transitions coloniales-postcoloniales dans le cadre de la mondialisation ;
– Changements climatiques, appropriation des terres et sciences humaines environnementales ;
– Mobilité des gens à l’intérieur et à l’extérieur du Congo (économique, climatique, conflictuelle, politique, etc.)
– « Mikilismes » et nouvelles classes sociales à l’intérieur et à l’extérieur du Congo : dynamiques et (auto)représentations
– Numérisation et culture médiatisée : plateformes, expressions visuelles, base de données, accessibilité aux Technologies de l’Information et de la Communication ;
– Futur des langues congolaises ;
– Congo en tant qu’utopie et dystopie ;
– Imagination des futurs du Congo par l’écriture, le cinéma et les arts visuels.

Les propositions de panel (titre et description, max. 750 mots) doivent être envoyées aux organisateurs par email à congoresearchnetwork@gmail.com avant le 15 février 2020. Les propositions de panel doivent comprendre au moins deux communications individuelles.
Les propositions de communications individuelles (titre et résumé, max. 400 mots) doivent être envoyées à la même adresse avant le 29 février 2020. Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais. Les participants seront informés le 20 mars 2020 sur l’acceptation de leur proposition.

Continuer la lecture de AAC: Le devenir du Congo: savoirs, pratiques et imaginaires

AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Colloque du centenaire Mohammed Dib

2020 sera l’année du centenaire de la naissance de Mohammed Dib, et à cette occasion plusieurs manifestations auront lieu des deux côtés de la Méditerranée, particulièrement deux grands colloques associés l’un à l’autre par des membres communs des équipes d’organisation, l’un à Alger en avril 2020, et l’autre du 1er au 5 septembre 2020 dans le prestigieux château de Cerisy la Salle, en Normandie, château qui a accueilli depuis un siècle la plupart des grands écrivains et philosophes français, et consacré déjà deux colloques à la culture algérienne.

Modalités de l’inscription et calendrier

Si vous comptez proposer une communication, veuillez envoyer un titre provisoire, accompagné d’un résumé de 8 à 15 lignes, avant le 11 octobre 2019, à l’adresse mail bonn.charles@gmail.com. La communication proposée devra être fidèle à l’argumentaire du colloque. Le Comité scientifique refusera toute proposition ne répondant pas à ce critère.

Les inscriptions proprement dites au CCIC (pour les contributeurs comme pour les auditeurs libres) seront ouvertes le 15 mars 2020 au moyen du Bulletin d’inscription que vous trouverez sur le site web de Cerisy (www.ccic-cerisy.asso.fr) et sur le programme papier qui vous sera adressé. Il conviendra alors d’adhérer à l’Association, le paiement du séjour sera à faire un mois avant le colloque.

Portrait de Mohammed Dib, tous droits réservés.

Argumentaire

Toute œuvre littéraire est confrontée, du moins dans l’espace culturel européen, à la question des genres : il peut s’agir du genre littéraire qu’elle choisit ou subvertit, mais souvent aussi du genre sexuel des personnages. Les deux significations de ce même mot permettent parfois même des jeux sur cette ambiguïté facilement théâtralisable. Alors même que les premiers critiques insistaient, peut-être à tort, sur ce qu’ils considéraient comme le « réalisme » de l’œuvre de Mohammed Dib, on constate maintenant que ses personnages sont parfois davantage des représentations théâtralisées (des formes stylisées dans une esthétique de l’abstraction) que des figures réalistes. Qu’on pense à « L’Homme-tronc » de L’Incendie, ou dans ce même roman au langage ostensiblement non-réaliste du débat qui va mener les paysans à la grève. Plus que par le réalisme, l’œuvre de Mohammed Dib produit le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, du langage. Et cette théâtralisation se retrouve, plus spectaculairement, dans la mise en scène des genres littéraires.
Ce colloque s’intéressera donc à trois théâtralisations majeures dans l’œuvre de Mohammed Dib qui s’organisent autour des ambiguïtés du mot « genre ». Théâtralisation du face à face entre les deux significations de ce mot, mais surtout théâtralisation pour chacune de ces significations, des différents objets qu’elles désignent, et là encore autant dans leurs définitions, souvent perverties, que dans leur face à face.

*

Pour ce qui est des genres littéraires, objet principal de ce colloque, l’œuvre de Mohammed Dib est connue d’abord pour ses romans, qui en forment certes le volume le plus important. Pourtant Mohammed Dib lui-même se considérait comme « essentiellement poète » et ses recueils poétiques étaient pour lui ses livres les plus vitaux, même s’ils sont nettement moins traités par les critiques. Il a de plus écrit plusieurs recueils de contes pour enfants, qui sont probablement la partie la moins étudiée de son œuvre, ainsi qu’un grand nombre de nouvelles. Et dans cette œuvre d’une grande diversité de formes, il ne faut pas oublier le théâtre, ni la photographie, à laquelle la critique commence enfin à rendre justice, ni les textes théoriques qui livrent des informations précieuses sur les intentions esthétiques de l’auteur.
Si ces modes d’expression divers apparaissent dans des recueils différents, ils coexistent souvent au sein d’une même œuvre. Les insertions de poèmes ou d’épisodes théâtraux dans les romans sont nombreux, et de plus ces romans alternent souvent les passages en écriture romaine et ceux en italiques, développant ainsi deux « voix » (deux circuits du sens) différentes et complémentaires. Ils introduisent parfois aussi une mise à distance de certains passages grâce à un style théâtralisé qui va les inscrire dans des registres différents dont nous sommes implicitement invités à questionner le rapport avec le registre romanesque attendu.
Par ailleurs, tout au long de son parcours littéraire, Mohammed Dib a conduit une réflexion sur les formes littéraires, réflexion qui s’intègre au geste même par lequel il cherche sa forme propre. On peut aussi constater qu’à mesure que l’œuvre s’élabore, les frontières génériques s’effacent jusqu’à donner lieu à des livres inclassables. Autant dire que cette pluralité et cette hétérogénéité génériques interrogent la notion même de genre littéraire tel que mis en place au cours de l’histoire littéraire européenne.
Aussi cette particularité de l’œuvre dibienne se présente-t-elle comme une théâtralisation de la diversité générique et une mise en relations intergénérique productrice de sens. De ce fait, elle attire notre attention sur l’écriture elle-même, et derrière l’écriture, sur la parole et ses pouvoirs dont on sait qu’ils constituent une obsession de l’écrivain.

Continuer la lecture de AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib