Archives par mot-clé : Genre

« La Déterreuse ». Par Mohamed Aït-Aarab

Compte-rendu : Hervé ÉVEILLARD, Nawal. Paris : L’Harmattan, « Lettres de l’océan Indien », 2019

Comment dire une réalité – historique, sociologique, culturelle, politique – aussi complexe que celle de Mayotte en 2020 ? Sans doute en utilisant le truchement de la littérature, et plus précisément le théâtre. Certains écrivains de Mayotte, et non des moindres (Nassur Attoumani, Alain-Kamal Martial) ont opté pour cette voie. Hervé Éveillard s’y engage à son tour.

Après un premier ouvrage, à mi-chemin du roman et de l’essai, L’Histoire des îles de l’archipel des Comores, ça va beaucoup mieux en la lisant ! (Menaibuc, 2015), l’auteur propose, aux éditions de L’Harmattan, Nawal, un texte théâtral en dix tableaux, un épilogue et une clausule intitulée « Nuit ».
Nawal, le personnage principal, avocate à Moroni, jeune veuve mère de deux enfants, se rend à Mayotte pour réaliser la promesse faite à sa mère mourante : retrouver l’homme qui l’a violée lorsqu’elle était jeune fille. Et s’il n’est plus de ce monde, recommande la vieille femme, « profane sa tombe, qu’aucune fleur ne pousse jamais à cet endroit. Sème le poison sur sa mémoire, sali [sic] son nom à tout jamais. » (15)
Étrangement, Nawal choisit de se rendre clandestinement à Mayotte, à bord d’un kwasakwasa. Ce voyage, au cours duquel elle « défi[e] la mort » (20), constitue un passage, un moment initiatique qui va lui donner la force pour « affronter toute l’injustice du monde » (20). Car Nawal devient, au fil de ses rencontres – avec sa sœur Faizina, avec Kevin, un jeune en rupture de ban, avec le Sénateur, etc.- une déterreuse d’(H)histoire et de vérité. À l’image du personnage éponyme du roman de Mohamed Khaïr-Eddine (Le Déterreur, Le Seuil, 1973), Nawal, par sa volonté de libérer la parole (n’est-elle pas avocate ?), subvertit un univers rongé par le mutisme, une société à « la mémoire […] bien cadenassée » (68).

Histoire (de l’archipel des Comores) et histoires (de Nawal, de sa mère, de sa sœur, etc.) s’entrechoquent, dans un souci de dire ce qui es tu, ce qui, pour des raisons multiples, relève de l’indicible. Les scènes de confrontation, entre Nawal et ma-Kamardine (cousine de la mère défunte) ou entre Nawal et le Sénateur, mettent en évidence les « fonctions exploratoires » (M. Kundera) de la fiction. En effet, bien que les événements mis en scène se déroulent au XXIe siècle, le texte renvoie, comme le soulignent les notes initiales de l’auteur, à des épisodes datant de 1975 ; année où, après la proclamation de l’indépendance de l’archipel par Ahmed Abdallah, l’affrontement entre sorodas (partisans du maintien de Mayotte dans la république française) et les “serrez-la-main” (favorables à l’indépendance dans le cadre comorien) prend une tournure dramatique.
Éveillard, en prenant pour cadre de sa pièce ce moment clé de l’histoire de Mayotte – et des Comores – ne déterre pas de vieilles fables plus ou moins oubliées. Il pointe, au contraire, le projecteur sur des faits qui, aujourd’hui encore, sont au cœur du mal-être mahorais. Fin 2017, Mayotte Hebdo consacrait d’ailleurs son débat de la semaine à « la rivalité sorodas/serrez-la-main, oubliée ou toujours d’actualité ? »
La position particulière de l’auteur, son extranéité, lui permettent la distance, le pas de côté, pour appréhender la situation d’une île, Mayotte, et d’un pays, les Comores, qui, en dépit d’un riche héritage civilisationnel swahili, demeurent malheureusement trop méconnus. À cette qualité première, s’associe la capacité heuristique de la littérature qui permet, si l’on suit Ivan Jablonka (L’Histoire est une littérature contemporaine), de mieux penser le monde qui est le nôtre.

On pourra regretter, certes, quelque passage (p. 76) au didactisme peu convaincant ; tout comme l’on peut s’interroger sur la fonction du tableau final (« Nuit »), et surtout sa place dans l’économie globale de la pièce. Ces restrictions mises à part, Hervé Éveillard a le mérite de donner à lire un texte ramassé, vif, brulant, d’une incontestable actualité, et qui permet de mieux saisir, au-delà des clichés journalistiques ou des affirmations péremptoires, toute la complexité d’un territoire dont il reste tant à découvrir et à comprendre.

Mohamed AÏT-AARAB
Université de la Réunion / E.A. DIRE (https://dire.univ-reunion.fr/)

Pour citer cet article : « La Déterreuse ». Par Mohamed Aït-Aarab, in Carnets de littératures africaines, 19/05/2020, https://apela.hypotheses.org/4221.

AAC: Le devenir du Congo: savoirs, pratiques et imaginaires

Ve Colloque international du CONGO RESEARCH NETWORK
(Université de Milan, 15-16 Septembre 2020)

  • DL Panels: 15/02/2020
  • DL Communications: 29/02/2020

Le Congo Research Network (CRN) organise son cinquième colloque international à l’Université de Milan, les 15 et 16 septembre 2020. Le colloque a pour but de réunir des chercheurs débutants et confirmés dans le domaine des sciences humaines et sociales et qui partagent un intérêt commun pour la RDC. Le comité organisateur espère tout particulièrement encourager l’émergence de réflexions et d’analyses transdisciplinaires et comparatives, au sein et au-delà des études Congolaises.

Cette édition du CRN se concentre sur le concept du « devenir »: le devenir de la recherche sur/autour du Congo (nouvelles voies et nouveaux liens entre « savoirs/épistémologies » et agents—universitaires, artistes, écrivains, acteurs culturels, journalistes et blogueurs, activistes et autres) ; le devenir de la culture congolaise (nouveaux lieux de création et d’exhibition, nouvelles façons de partager/transmettre les savoirs et les pratiques culturelles) ; le devenir du pays et la problématique de la mobilité, non seulement au Congo, mais également en Afrique et dans le monde (changements climatiques et justice sociale). Tout ceci peut s’articuler dans une optique pluri ou transdisciplinaire selon les axes suivants :
– Renaissance africaine et congolaise : décolonisation des savoirs et des pratiques culturelles ;
– Frontières disciplinaires dans les études sur le Congo et stratégies de collaboration au-delà et au-dedans du monde académique ;
– Perspectives (dé)genrées au Congo et dans la diaspora, aujourd’hui et demain ;
– Trauma, résilience, transformation : représentations et négociations ;
– Transitions coloniales-postcoloniales dans le cadre de la mondialisation ;
– Changements climatiques, appropriation des terres et sciences humaines environnementales ;
– Mobilité des gens à l’intérieur et à l’extérieur du Congo (économique, climatique, conflictuelle, politique, etc.)
– « Mikilismes » et nouvelles classes sociales à l’intérieur et à l’extérieur du Congo : dynamiques et (auto)représentations
– Numérisation et culture médiatisée : plateformes, expressions visuelles, base de données, accessibilité aux Technologies de l’Information et de la Communication ;
– Futur des langues congolaises ;
– Congo en tant qu’utopie et dystopie ;
– Imagination des futurs du Congo par l’écriture, le cinéma et les arts visuels.

Les propositions de panel (titre et description, max. 750 mots) doivent être envoyées aux organisateurs par email à congoresearchnetwork@gmail.com avant le 15 février 2020. Les propositions de panel doivent comprendre au moins deux communications individuelles.
Les propositions de communications individuelles (titre et résumé, max. 400 mots) doivent être envoyées à la même adresse avant le 29 février 2020. Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais. Les participants seront informés le 20 mars 2020 sur l’acceptation de leur proposition.

Continuer la lecture de AAC: Le devenir du Congo: savoirs, pratiques et imaginaires

AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Colloque du centenaire Mohammed Dib

2020 sera l’année du centenaire de la naissance de Mohammed Dib, et à cette occasion plusieurs manifestations auront lieu des deux côtés de la Méditerranée, particulièrement deux grands colloques associés l’un à l’autre par des membres communs des équipes d’organisation, l’un à Alger en avril 2020, et l’autre du 1er au 5 septembre 2020 dans le prestigieux château de Cerisy la Salle, en Normandie, château qui a accueilli depuis un siècle la plupart des grands écrivains et philosophes français, et consacré déjà deux colloques à la culture algérienne.

Modalités de l’inscription et calendrier

Si vous comptez proposer une communication, veuillez envoyer un titre provisoire, accompagné d’un résumé de 8 à 15 lignes, avant le 11 octobre 2019, à l’adresse mail bonn.charles@gmail.com. La communication proposée devra être fidèle à l’argumentaire du colloque. Le Comité scientifique refusera toute proposition ne répondant pas à ce critère.

Les inscriptions proprement dites au CCIC (pour les contributeurs comme pour les auditeurs libres) seront ouvertes le 15 mars 2020 au moyen du Bulletin d’inscription que vous trouverez sur le site web de Cerisy (www.ccic-cerisy.asso.fr) et sur le programme papier qui vous sera adressé. Il conviendra alors d’adhérer à l’Association, le paiement du séjour sera à faire un mois avant le colloque.

Portrait de Mohammed Dib, tous droits réservés.

Argumentaire

Toute œuvre littéraire est confrontée, du moins dans l’espace culturel européen, à la question des genres : il peut s’agir du genre littéraire qu’elle choisit ou subvertit, mais souvent aussi du genre sexuel des personnages. Les deux significations de ce même mot permettent parfois même des jeux sur cette ambiguïté facilement théâtralisable. Alors même que les premiers critiques insistaient, peut-être à tort, sur ce qu’ils considéraient comme le « réalisme » de l’œuvre de Mohammed Dib, on constate maintenant que ses personnages sont parfois davantage des représentations théâtralisées (des formes stylisées dans une esthétique de l’abstraction) que des figures réalistes. Qu’on pense à « L’Homme-tronc » de L’Incendie, ou dans ce même roman au langage ostensiblement non-réaliste du débat qui va mener les paysans à la grève. Plus que par le réalisme, l’œuvre de Mohammed Dib produit le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, du langage. Et cette théâtralisation se retrouve, plus spectaculairement, dans la mise en scène des genres littéraires.
Ce colloque s’intéressera donc à trois théâtralisations majeures dans l’œuvre de Mohammed Dib qui s’organisent autour des ambiguïtés du mot « genre ». Théâtralisation du face à face entre les deux significations de ce mot, mais surtout théâtralisation pour chacune de ces significations, des différents objets qu’elles désignent, et là encore autant dans leurs définitions, souvent perverties, que dans leur face à face.

*

Pour ce qui est des genres littéraires, objet principal de ce colloque, l’œuvre de Mohammed Dib est connue d’abord pour ses romans, qui en forment certes le volume le plus important. Pourtant Mohammed Dib lui-même se considérait comme « essentiellement poète » et ses recueils poétiques étaient pour lui ses livres les plus vitaux, même s’ils sont nettement moins traités par les critiques. Il a de plus écrit plusieurs recueils de contes pour enfants, qui sont probablement la partie la moins étudiée de son œuvre, ainsi qu’un grand nombre de nouvelles. Et dans cette œuvre d’une grande diversité de formes, il ne faut pas oublier le théâtre, ni la photographie, à laquelle la critique commence enfin à rendre justice, ni les textes théoriques qui livrent des informations précieuses sur les intentions esthétiques de l’auteur.
Si ces modes d’expression divers apparaissent dans des recueils différents, ils coexistent souvent au sein d’une même œuvre. Les insertions de poèmes ou d’épisodes théâtraux dans les romans sont nombreux, et de plus ces romans alternent souvent les passages en écriture romaine et ceux en italiques, développant ainsi deux « voix » (deux circuits du sens) différentes et complémentaires. Ils introduisent parfois aussi une mise à distance de certains passages grâce à un style théâtralisé qui va les inscrire dans des registres différents dont nous sommes implicitement invités à questionner le rapport avec le registre romanesque attendu.
Par ailleurs, tout au long de son parcours littéraire, Mohammed Dib a conduit une réflexion sur les formes littéraires, réflexion qui s’intègre au geste même par lequel il cherche sa forme propre. On peut aussi constater qu’à mesure que l’œuvre s’élabore, les frontières génériques s’effacent jusqu’à donner lieu à des livres inclassables. Autant dire que cette pluralité et cette hétérogénéité génériques interrogent la notion même de genre littéraire tel que mis en place au cours de l’histoire littéraire européenne.
Aussi cette particularité de l’œuvre dibienne se présente-t-elle comme une théâtralisation de la diversité générique et une mise en relations intergénérique productrice de sens. De ce fait, elle attire notre attention sur l’écriture elle-même, et derrière l’écriture, sur la parole et ses pouvoirs dont on sait qu’ils constituent une obsession de l’écrivain.

Continuer la lecture de AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire

 

AAC: Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Du 4 au 6 mai 2020, l’Université de Lausanne (Suisse), par sa Faculté des lettres, accueillera le colloque international et interdisciplinaire : Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir.

Délai d’envoi des propositions : 6 septembre 2019.

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

A l’heure où les questions de parité et de représentation féminines occupent le devant de la scène sociale et politique, à l’heure où les stéréotypes de genre sont dénoncés au niveau planétaire, il paraît essentiel de questionner les discours portant sur les représentations des voix et des personnages féminins subsahariens. Ce colloque international « Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir » entend fédérer plusieurs types de savoirs touchant aux humanités, tels que le pratiquent les Studies (littérature, genre, histoire, philosophie, cinéma, anthropologie, …). Le titre « Africana » est conçu comme une invitation transversale afin de réfléchir sur un ensemble de représentations et de savoirs touchant autant des systèmes de pensée, des événements ou des actes esthétiques impliquant des Africaines vivant sur le continent ou issues d’une diaspora.
La littérature est un des lieux où se pense le monde réel ; elle crée, grâce à des subjectivités, des actions et des temporalités, la possibilité de questionner le monde. Ce pouvoir de la fiction motive notre volonté de mettre en évidence des « figures de femmes et des formes de pouvoir » à l’œuvre dans la littérature qui met en scène l’Afrique et ses diasporas féminines. Très dynamiques, les fictions récupèrent des stéréotypes de genre et leurs auteur.e.s s’impliquent souvent par un discours social et politique touchant autant à des pratiques locales, traditionnelles qu’aux conséquences de la migration. Ces choix concernent de nombreuses littératures dites de « subalternes », mais il nous importe de mettre en évidence comment des processus d’émancipation et de résistance se sont joués et se jouent à travers des personnages placés sur le continent africain ou parmi ses diasporas.

Les réflexions s’articulent donc à partir de nos champs de recherche dont le développement est relativement récent en Suisse, tout en bénéficiant de liens directs, depuis plus de dix ans, avec des partenaires africain.e.s dont les apports théoriques, sociétaux et expérimentaux sont fondamentaux. L’origine du projet impose de reconnaître des catégories hégémoniques européennes par rapport auxquelles s’élaborent les fictions et les discours de façon plus ou moins subversive, qu’il s’agisse de la « fétichisation » de la femme africaine ou de la façon d’aborder l’« héritage colonial » au féminin (langue, scolarisation, …). Il importe aussi de prendre en compte de nouvelles formes de pouvoir, telles la maternité et le rapport au corps, placés sous le signe de l’expérience, de l’autonomie et du choix de la filiation.
Le pouvoir est un objet aux formes multiples et nous voulons relativiser sa représentation articulée entre une soi-disant sphère publique et une autre privée : en cela, les concepts d’empowerment et d’éthique du care pourront être des relais stratégiques pour envisager les représentations – fictionnelles et matérielles – qui vont nourrir le cœur de la conférence internationale et interdisciplinaire pensée pour marquer l’importance et le développement d’un champ d’étude incontournable. La rencontre va questionner divers types de mise en récit, portant autant sur des faits concrets que des représentations symboliques. L’articulation de ces modalités de représentations permettra de définir les forces à l’œuvre quant à de nouvelles figures de femmes, soit dans notre monde contemporain, soit en créant des liens avec des époques considérées comme révolues.

Axes de réflexion

– Mises en perspective de représentations du « féminin » dans des discours – fictionnels ou non – mettant en scène l’Afrique subsaharienne et/ou ses diasporas.  
– Histoire et fictions : représentations et expériences.
– La fiction, souvent, déconstruit des stéréotypes féminins et se joue des représentations genrées ; quelles sont les stratégies mises en place ? comment la langue et les voix fictionnelles portent-elle des choix alternatifs ? Formes du « féminin » en tant que Sujet et non pas Objet. Enjeux ? Echos ? Cet intérêt peut être élargi à d’autres domaines des Humanités
– Cadrages sur des « figures de femmes » et relations – nouvelles – à diverses formes de pouvoir : qu’il soit régalien ou autre. Il s’agira d’inclure à la réflexion les usages de l’empowerment et de l’éthique du care (en tant que reconnaissance affective qui n’est pas une charité mais du politique).
– Envisager des formes alternatives d’engagement par le biais de la résistance. Imbrication sexe-race-classe.

Mots clefs

 Esthétique – Poétique – Fiction (roman, poésie, théâtre, vidéo, …) – Histoire – Colonialisme – Scolarisation – Subaltern studiesPostcolonial studiesDecolonial studies Gender studiesAreas studies – Arts vivants (performances) – Arts (photographie, peinture, …)  Afrique – Europe – Diaspora – Altérité – Hybridité – Résistance – Féminismes – Postféminisme – Empowerment – Ethique du care.

******************

Merci de soumettre votre proposition en français (titre et descriptif de 500 mots maximum, format pdf), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, d’ici au 6 septembre 2019. Elle doit être envoyée aux responsables de l’organisation à l’adresse courriel : peall@unil.ch

Le comité scientifique rendra réponse en novembre 2019. L’organisation prendra en charge le séjour des intervenants durant le colloque, mais il est nécessaire de chercher un financement auprès de son institution de rattachement pour le déplacement en Suisse.

Comité scientifique :

  • Prof. Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne)
  • Prof. Valérie Cossy (Université de Lausanne)
  • Prof. Catherine Mazauric (Université Aix-Marseille)
  • Prof. Coudy Kane (Université Cheikh Anta Diop, Dakar)
  • Prof. Koutchoukalo Tchassim (Université de Lomé)
  • Prof. Xavier Garnier (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)
& Pôle pour les études africaines de la faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) :  https://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines    

Exposition AWA

Exposition AWA – Musée de la Femme Henriette Bathily (Dakar, Sénégal)

Vernissage Exposition AWA – Musée de la Femme Henriette Bathily  – VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017 à 17h :

Table ronde / Studio photo Awa par Antoine Tempé / Performance Wadane Ndiaye ROSE et les Rosettes / Playlist AWA

Side-event des Ateliers de la Pensée.

« Awa, ou Hawwâ’ en arabe, évoque l’étymologie d’Ève, la première femme, la mère de l’humanité. Cette référence mythologique résonne dans le concept du magazine Awa et conforte l’idée qu’il ait pu être dès sa création une matrice, un format éditorial d’un nouveau genre. Ce point d’entrée nous renvoie à l’essence de l’époque des indépendances où tout paraissait réalisable, où l’individu, homme et femme, tous deux ensembles, pouvaient bâtir les bases politiques et sociétales « d’une nouvelle humanité », terme emprunté à Frantz Fanon. C’est de cet humus qu’Awa est constitué. S’affirmant dès 1964 comme un magazine féminin, ce qui serait aujourd’hui soupçonné de frivolité, il s’impose au contraire comme un ouvrage engagé, profond, novateur et audacieux.

Cette exposition est consacrée à un des premiers magazines féminins paru en Afrique francophone et produit entièrement à Dakar. Elle traite de questions liées à la pensée critique, à l’engagement politique féminin, à la catégorie de femme intellectuelle, aux inégalités entre les sexes, à l’éducation et au divertissement en Afrique sub-saharienne.Awa est surtout marqué par une liberté de ton que l’on pourrait lui envier aujourd’hui.

En 2017, cette revue a été numérisée à l’IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar, et elle sera donc disponible pour tous à partir de novembre.

AWA: La revue de la femme noire, fondé à Dakar par Annette Mbaye d’Erneville en 1964. En 2017, cette revue a été numérisée à l’IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar. La numérisation et l’exposition se font dans le cadre d’un projet de recherche monté à l’université de Bristol (Royaume-uni) et l’université Paul Valéry-Montpellier III (France), en partenariat avec l’IFAN-CAD, les Archives du Sénégal et le Musée de la Femme-Henriette Bathily (Sénégal). Pour plus d’informations sur ce projet, voir le site: www.africanreadingcultures.org. Tout en rendant hommage à une grande pionnière des lettres sénégalaises, cette exposition est consacrée au premier magazine féminin paru en Afrique francophone et produit entièrement à Dakar. Elle traite donc de questions liées à la pensée critique, à l’engagement politique féminin, à la catégorie de femme intellectuelle, aux inégalités entre les sexes, à l’éducation et au divertissement en Afrique sub-saharienne.

Les numéros de ces magazines illustrés aux couvertures colorées et doté d’un graphisme étonnant constituent des objets fascinants, tant pour leur forme novatrice que pour leur contenu mêlant divertissement et élan intellectuel propre à la période des indépendances. Mettant en avant des femmes africaines publiquement reconnues – qu’elles soient journalistes, parachutistes ou députés – AWA propose aussi des articles sur la mode, le foyer et la cuisine. Ce journal consacré à la femme noire, resté indépendant tant économiquement que politiquement, a circulé en Afrique mais aussi en Amérique et en Europe, jusqu’en Russie, comme en témoignent les courriers des lectrices et des lecteurs.

URL de référence : http://www.wakhart.com/exposition-awa-musee-de-femme-henriette-bathily/

Conférence Eurídice Monteiro

Bibliothèque Gulbenkian Paris, le lundi 27 février, 18h30

Littérature du Cap-Vert
Lundi 27 février, de 18h30 à 20h à la Fondation Calouste Gulbenkian
39, Bd de La Tour Maubourg, 75007 Paris
 
 Conférence Les deux mains d’Eurydice, autour du roman A ponte de Kayetona et des questions de genre au Cap-Vert
par Eurídice Monteiro, écrivaine et socio-politiste, 
 
Cette conférence s’intègre dans le cadre du «Cycle d’études interdisciplinaires sur l’Afrique lusophone», organisé par Maria-Benedita Basto et Agnès Levécot.