Archives par mot-clé : Guinée

Williams Sassine et la presse satirique

Journée d’étude

organisée par Claire Ducournau et Pénélope Dechaufour, en collaboration avec Elisabeth Degon

avec le soutien de l’Institut universitaire de France et de la Maison des francophonies Montpellier-via Domitia

Autour de la « Chronique assassine » : Williams Sassine et la presse satirique en Guinée

Vendredi 22 mars 2024 – 8:0018:00

Salle des Actes STC009 à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 – Site Saint-Charles 2

 
Les « chroniques assassines » de l’écrivain Williams Sassine (1944-1997), parues à Conakry dans le journal satirique Le Lynx entre 1992 et 1997, constituent un corpus accessible en ligne depuis l’automne 2020 sur la plateforme EMAN (Édition de Manuscrits et d’Archives Numériques) liée à l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM) : http://eman-archives.org/francophone/collections/show/252 Cette journée vise à croiser les approches historiennes, littéraires, linguistiques et sociologiques autour de ce corpus, dans la lignée de travaux ayant contribué à (re)découvrir la trajectoire et l’œuvre décisive de Williams Sassine, dont ils ont montré que ces textes journalistiques étaient partie prenante.

Programme

  • 9h-Accueil en salle des actes
  • 9h15-9h45 – Introduction par Claire Ducournau, Pénélope Dechaufour, Elisabeth Degon
  • Généalogies historiques et dynamiques discursives de l’écriture sassinienne (Présidence de séance : Marie Bourjea)
  • 9h45-10h30 – Mamadou Dinde Diallo (Université Julius Nyerere de Kankan) « Williams Sassine, l’artisan de la liberté en Guinée »
  • 10h30-11h15 – Elara Bertho (LAM, Centre national de la recherche scientifique) « Sassine et ses filiations guinéennes : la satire à Conakry, 1945-1984 »
Pause café
  • La satire comme genre combatif à la croisée des langues et des médias (Présidence de séance : Pénélope Dechaufour)
  • 11h30-12h15 – Bachir Tamsir Niane (CERCLA, Université Gaston Berger de Saint-Louis) « La satire en tant qu’arme de dévoilement de la réalité politique africaine dans Le Lynx, Le Cafard libéré et Le Politicien »
Pause déjeuner
 
  • 14h-14h45 – Bernard Mouralis (Université de Cergy-Pontoise) « La “chronique assassine” entre genre littéraire et performance rhétorique »
  • Poétique et politique de la « chronique assassine » entre presse et littérature africaines (Présidence de séance : Elisabeth Degon)
  •  14h45-15h30 – Claire Ducournau (RIRRA21, UPVM, Institut universitaire de France) « “On n’est pas nègres tout à fait et pas du tout tigres” : la maigritude sassinienne et son bestiaire médiatique »
  •  15h30-16h15 – Mamadou Yaya Sow (Université Général Lansana Conté de Sonfonia) « Les chroniques de Williams Sassine ou quand la satire journalistique se nourrit de l’humour romanesque »
 Pause café
 
  • 16h30-17h – Lecture d’une sélection de chroniques de Williams Sassine mises en voix par les étudiant-es du Département Théâtre dirigé·es par Soumaïla Koly, avec une introduction de Pénélope Dechaufour (RIRRA21, UPVM)

URL de référence : https://rirra21.www.univ-montp3.fr/fr/evenements/journ%C3%A9e-d%C3%A9tude-%C2%AB-autour-de-la-chronique-assassine-williams-sassine-et-la

Socialismes africains et mobilisations artistiques

« Regards croisés », séminaire de l’IMAF-Aix
Coordonné par Muriel Champy (Université d’Aix-Marseille) et Simon Imbert-Vier (IMAF).
Voir le programme complet du séminaire.

Vendredi 17 mars 2023
14h-17h
salle Germaine Tillion, MMSH

— reporté, en soutien au mouvement social en cours —

  •  Marie-Aude Fouéré (EHESS, IMAF), « Performer la nation tanzanienne : arts et socialisme nyérériste »
  •  Elara Bertho (CNRS, Les Afriques dans le monde), « Le théâtre au service de la révolution (Guinée, 1958-1984) »

Références bibliographiques

 Kelly Askew, 2005, « Jacks-of-all-Arts or Ustadhi ? The Poetics of Cultural Production in Tanzania », in G. Maddox & J. Giblin, In Search of a Nation. Histories of Authority and Dissidence in Tanzania, Oxford, Dar es Salaam, Athens, OH, James Currey, Kapsel Educational Publications, Ohio University Press, p. 304-327.
 Laura Edmondson, 2007, Performance and Politics in Tanzania. The Nation on Stage.Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press.
 Andrew Ivaska, 2011 Cultured States. Youth, Gender, and Modern Styles in 1960s Dar es Salaam, Durham et Londres, Duke University Press.

AAC: Autour de Tierno Monénembo, écrivain

Colloque international
Autour de Tierno Monénembo, écrivain

ACFAS, Université Laval, du 9 au 13 mai 2022
Josias Semujanga (Université de Montréal)
Adama Togola (Université McGill)

Les propositions de communications (25 lignes maximum) accompagnées d’une brève notice bio- bibliographique seront envoyées à josias.semujanga@umontreal.ca et adama.togola@mail.mcgill.ca, au plus tard le 15 janvier 2022.

Lire l’appel à communications : Autour de Tierno Monénembo

Publication en ligne de la Chronique assassine de Williams Sassine

Elisabeth Degon est heureuse d’informer de la mise en ligne sur le site Eman de l’Item, des chroniques de Williams Sassine parues du 16 Mars 1992 au 10 février 1997 dans le Journal Le Lynx à Conakry sous le titre Chronique Assassine encore en vigueur dans ce journal toujours vivant.
Ces chroniques sont un témoignage précieux de la vie politique, sociale et culturelle ainsi que du talent de Williams Sassine, plus connu pour ses romans, publiés en France et peu lus dans son pays.
Williams Sassine voisine ainsi avec Sony Labou Tansi, Jean-Joseph Rabearivelo, Mouloud Feraoun, c’est une belle consécration.

Remerciements à Daniel Delas, Claire Riffard pour leur confiance et leur encouragement à publier ce corpus, désormais accessible à tous, quel que soit le lieu de consultation, un rêve de bibliothécaire !
Un grand merci également à  Richard Walter pour avoir assuré la mise en ligne de ce corpus.

Parution: Le Terroriste noir de T. Monénembo

Parution d’un essai de Christine Le Quellec Cottier, Le Terroriste noir de Tierno Monénembo.

Editions Infolio, Collection Le cippe

ISBN 978-2-88474-320-4
12 × 18 cm
I 136 pages I 15 CHF

https://www.infolio.ch/livre/le-terroriste-noir-de-tierno-monenembo.htm

https://www.infolio.ch/collection/le-cippe.htm

Table

Une citoyenneté aux grandes jambes 

  • Exhumer l’Histoire 
  • Une vie en mouvement, une écriture de l’exil 
  • L’avenir se trouve dans le roman… 
Je vous raconterai plus tard comment 
  • Discours et tradition orale 
  • Une cartographie insaisissable 
  • Portraits diffractés 
  • Germaine Tergoresse et Addi Bâ
  • Le village et ses fantômes 
Temps de guerre et des colonies 
  • Un étranger venu des colonies 
  • Un tirailleur, qu’est-ce que c’est ? 
  • Un « nègre » dans le bois… 
Une époque de fatras 
  • Faits et fiction 
  • Trois ans de vie partagée
  • Un siècle pour mémoire 
Une littérature africaine ? 
  • Littérature francophone et littérature-monde 
  • Piste alternative 
  • Voix dispersées 
Tierno Monénembo, quelques repères 
Bibliographie partielle 
  • Œuvres de Tierno Monénembo 
  • Livres et articles critiques 
  • Ressources en ligne et audiovisuelles 
Remerciements

Présentation de l’ouvrage

Couronné du Prix Ahmadou Kourouma, du Prix Erckmann-Chatrian, du Prix Palatine du roman historique ainsi que du Prix du roman métis, Le Terroriste noir, paru en 2012, est un roman subtil, qui offre des temporalités multiples. Il propose une double lecture, grâce à un regard rétrospectif qui met au jour les oubliés de l’Histoire. Tierno Monénembo nous y fait découvrir la figure bien réelle du tirailleur Addi Bâ, évadé puis dissimulé pendant trois ans dans un village des Vosges durant la Seconde Guerre mondiale. Et se révèle alors le discours d’autorité que l’Occident a tenu sur l’Afrique. À travers la mémoire de Germaine Tergoresse, c’est un siècle de liens et de déchirures qui se tissent et se froissent. Et sous la plume agile de Tierno Monénembo, ce sont bien les appartenances et les identités figées que Le Terroriste noir questionne avec originalité et humour.

Christine Le Quellec Cottier est professeure titulaire à l’Université de Lausanne où ses recherches se concentrent depuis plus de dix ans sur le domaine des littératures francophones. Elle dirige par ailleurs le Centre d’Études Blaise Cendrars à la Bibliothèque nationale suisse et a collaboré à l’édition des œuvres autobiographiques et romanesques de Cendrars dans la Bibliothèque de la Pléiade. À l’intersection de ses deux orientations de recherche, elle codirige le projet du Fonds National Suisse «Le Primitivisme littéraire au cœur des avant-gardes. 1898-1924».

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Sous la direction de Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Littératures des Afriques

  • ISBN : 979-10-300-0265-2
  • Nombre de pages : 210
  • Format : 16 x 24
  • Sortie nationale : 2018/12

Cet ouvrage collectif, partiellement issu d’un colloque organisé à l’Université de Paris-Nanterre, entend rendre justice à l’écrivain guinéen Williams Sassine (1944-1997), qui n’a sans doute pas bénéficié jusqu’à présent de toute l’attention qu’il méritait. Par ce titre en forme de clin d’œil à l’un de ses romans, il s’agit de rappeler que son oeuvre, riche, diverse et surprenante par ses changements de ton, de genre, de registres et de thèmes, fait de lui l’un des auteurs majeurs de la littérature africaine francophone d’après les Indépendances. L’ouvrage aborde l’ensemble de sa création littéraire, inaugurant ainsi l’analyse de ses œuvres dramatiques. Ses textes sont soumis à des éclairages variés qui mettent en lumière certains aspects de son esthétique romanesque, soulignent le caractère novateur et postcolonial de son écriture théâtrale ou encore révèlent les enjeux éthiques, politiques et philosophiques qui sous-tendent et déterminent en profondeur l’évolution de l’ensemble de l’œuvre – romans, pièces de théâtre, nouvelles ou chroniques – depuis la première parution (1973) jusqu’à l’ultime publication, posthume (1998). Complétant l’apport des contributions universitaires, le volume propose enfin d’autres regards sur l’écrivain et son oeuvre : celui de sa biographe, des écrivains Tierno Monénembo et Alioum Fantouré, ses compatriotes, et de comédiens qui ont choisi de mettre en scène les textes de W.Sassine.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/williams-sassine-n-est-pas-n-importe-qui-4788.html

Capitaines prophètes. Par Daniel Delas

Olivier Rogez, L’ivresse du sergent Dida, Le passage, 2017, 312 p.

L’Afrique de l’Ouest francophone compte au moins deux célèbres capitaines révolutionnaires :  une icône glorieuse, Thomas Sankara, qui dirigea le Burkina Faso de 1983 à 1987 et finit assassiné par son frère d’armes après avoir suscité une véritable ferveur populaire et un monstre horrible, Moussa Dadis Camara, président de la Guinée-Conakry de 2008 à 2010, blessé dans un attentat et exilé au Maroc puis au Burkina. Le héros du roman d’Olivier Rogez est le second, comme d’ailleurs son nom l’indique : dida / dadis. Ce jeu de mots n’existerait-il pas que le lecteur un tant soit peu familier de l’Afrique devinerait vite à partir de toute une série d’indications que la ville où tout se passe est bien la capitale de la Guinée et que, par exemple, l’agonie interminable du vieux dictateur du roman, Doumbia, évoque les derniers jours de Lansana Conte, le président qui avait succédé à Sékou Touré en 1984.
Faisons un bref point historique pour situer ce capitaine aventureux et les deux années de sa dictature. Une première partie raconte la montée au pouvoir d’un pauvre sergent dépenaillé, aux godillots usés croisant par hasard un jour le colonel Zoumana : « Un agouti repu copulant avec un paon crâneur avait dû engendrer cet officier obèse et vaniteux » (p.11) qui dirige le service des carburants de l’armée et, bien entendu, s’en met plein les poches. Sur un coup de tête, le gros colonel fait de ce sous-officier affamé son homme à tout faire. C’est le début de l’ascension de Dida qui, devenu d’un coup capitaine par la grâce de son patron, va fréquenter (comme larbin !) le petit cercle des dirigeants et, au moment  de la disparition (en 2008) du vieux président-dictateur évoquée ci-dessus, avec l’aide  de deux ou trois voyous et deux ou trois manipulateurs de l’ombre, arrête d’un seul judicieux coup de filet tous les anciens dirigeants de la clique politico-militaire guinéenne et s’autoproclame président du Comité de Salut national (CSN) « chargé d’organiser la transition politique » vers des élections générales. Elections qu’il ne songe nullement à organiser d’ailleurs mais il faut bien amadouer les dirigeants africains et européens !

Continuer la lecture de Capitaines prophètes. Par Daniel Delas