Archives par mot-clé : Guinée

Parution: Le Terroriste noir de T. Monénembo

Parution d’un essai de Christine Le Quellec Cottier, Le Terroriste noir de Tierno Monénembo.

Editions Infolio, Collection Le cippe

ISBN 978-2-88474-320-4
12 × 18 cm
I 136 pages I 15 CHF

https://www.infolio.ch/livre/le-terroriste-noir-de-tierno-monenembo.htm

https://www.infolio.ch/collection/le-cippe.htm

Table

Une citoyenneté aux grandes jambes 

  • Exhumer l’Histoire 
  • Une vie en mouvement, une écriture de l’exil 
  • L’avenir se trouve dans le roman… 
Je vous raconterai plus tard comment 
  • Discours et tradition orale 
  • Une cartographie insaisissable 
  • Portraits diffractés 
  • Germaine Tergoresse et Addi Bâ
  • Le village et ses fantômes 
Temps de guerre et des colonies 
  • Un étranger venu des colonies 
  • Un tirailleur, qu’est-ce que c’est ? 
  • Un « nègre » dans le bois… 
Une époque de fatras 
  • Faits et fiction 
  • Trois ans de vie partagée
  • Un siècle pour mémoire 
Une littérature africaine ? 
  • Littérature francophone et littérature-monde 
  • Piste alternative 
  • Voix dispersées 
Tierno Monénembo, quelques repères 
Bibliographie partielle 
  • Œuvres de Tierno Monénembo 
  • Livres et articles critiques 
  • Ressources en ligne et audiovisuelles 
Remerciements

Présentation de l’ouvrage

Couronné du Prix Ahmadou Kourouma, du Prix Erckmann-Chatrian, du Prix Palatine du roman historique ainsi que du Prix du roman métis, Le Terroriste noir, paru en 2012, est un roman subtil, qui offre des temporalités multiples. Il propose une double lecture, grâce à un regard rétrospectif qui met au jour les oubliés de l’Histoire. Tierno Monénembo nous y fait découvrir la figure bien réelle du tirailleur Addi Bâ, évadé puis dissimulé pendant trois ans dans un village des Vosges durant la Seconde Guerre mondiale. Et se révèle alors le discours d’autorité que l’Occident a tenu sur l’Afrique. À travers la mémoire de Germaine Tergoresse, c’est un siècle de liens et de déchirures qui se tissent et se froissent. Et sous la plume agile de Tierno Monénembo, ce sont bien les appartenances et les identités figées que Le Terroriste noir questionne avec originalité et humour.

Christine Le Quellec Cottier est professeure titulaire à l’Université de Lausanne où ses recherches se concentrent depuis plus de dix ans sur le domaine des littératures francophones. Elle dirige par ailleurs le Centre d’Études Blaise Cendrars à la Bibliothèque nationale suisse et a collaboré à l’édition des œuvres autobiographiques et romanesques de Cendrars dans la Bibliothèque de la Pléiade. À l’intersection de ses deux orientations de recherche, elle codirige le projet du Fonds National Suisse «Le Primitivisme littéraire au cœur des avant-gardes. 1898-1924».

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Williams Sassine n’est pas n’importe qui

Sous la direction de Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Littératures des Afriques

  • ISBN : 979-10-300-0265-2
  • Nombre de pages : 210
  • Format : 16 x 24
  • Sortie nationale : 2018/12 (bientôt disponible)

Cet ouvrage collectif, partiellement issu d’un colloque organisé à l’Université de Paris-Nanterre, entend rendre justice à l’écrivain guinéen Williams Sassine (1944-1997), qui n’a sans doute pas bénéficié jusqu’à présent de toute l’attention qu’il méritait. Par ce titre en forme de clin d’œil à l’un de ses romans, il s’agit de rappeler que son oeuvre, riche, diverse et surprenante par ses changements de ton, de genre, de registres et de thèmes, fait de lui l’un des auteurs majeurs de la littérature africaine francophone d’après les Indépendances. L’ouvrage aborde l’ensemble de sa création littéraire, inaugurant ainsi l’analyse de ses œuvres dramatiques. Ses textes sont soumis à des éclairages variés qui mettent en lumière certains aspects de son esthétique romanesque, soulignent le caractère novateur et postcolonial de son écriture théâtrale ou encore révèlent les enjeux éthiques, politiques et philosophiques qui sous-tendent et déterminent en profondeur l’évolution de l’ensemble de l’œuvre – romans, pièces de théâtre, nouvelles ou chroniques – depuis la première parution (1973) jusqu’à l’ultime publication, posthume (1998). Complétant l’apport des contributions universitaires, le volume propose enfin d’autres regards sur l’écrivain et son oeuvre : celui de sa biographe, des écrivains Tierno Monénembo et Alioum Fantouré, ses compatriotes, et de comédiens qui ont choisi de mettre en scène les textes de W.Sassine.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/ouvrages/champs-disciplinaires/lettres/litteratures-des-afriques/williams-sassine-n-est-pas-n-importe-qui-4788.html

Capitaines prophètes. Par Daniel Delas

Olivier Rogez, L’ivresse du sergent Dida, Le passage, 2017, 312 p.

L’Afrique de l’Ouest francophone compte au moins deux célèbres capitaines révolutionnaires :  une icône glorieuse, Thomas Sankara, qui dirigea le Burkina Faso de 1983 à 1987 et finit assassiné par son frère d’armes après avoir suscité une véritable ferveur populaire et un monstre horrible, Moussa Dadis Camara, président de la Guinée-Conakry de 2008 à 2010, blessé dans un attentat et exilé au Maroc puis au Burkina. Le héros du roman d’Olivier Rogez est le second, comme d’ailleurs son nom l’indique : dida / dadis. Ce jeu de mots n’existerait-il pas que le lecteur un tant soit peu familier de l’Afrique devinerait vite à partir de toute une série d’indications que la ville où tout se passe est bien la capitale de la Guinée et que, par exemple, l’agonie interminable du vieux dictateur du roman, Doumbia, évoque les derniers jours de Lansana Conte, le président qui avait succédé à Sékou Touré en 1984.
Faisons un bref point historique pour situer ce capitaine aventureux et les deux années de sa dictature. Une première partie raconte la montée au pouvoir d’un pauvre sergent dépenaillé, aux godillots usés croisant par hasard un jour le colonel Zoumana : « Un agouti repu copulant avec un paon crâneur avait dû engendrer cet officier obèse et vaniteux » (p.11) qui dirige le service des carburants de l’armée et, bien entendu, s’en met plein les poches. Sur un coup de tête, le gros colonel fait de ce sous-officier affamé son homme à tout faire. C’est le début de l’ascension de Dida qui, devenu d’un coup capitaine par la grâce de son patron, va fréquenter (comme larbin !) le petit cercle des dirigeants et, au moment  de la disparition (en 2008) du vieux président-dictateur évoquée ci-dessus, avec l’aide  de deux ou trois voyous et deux ou trois manipulateurs de l’ombre, arrête d’un seul judicieux coup de filet tous les anciens dirigeants de la clique politico-militaire guinéenne et s’autoproclame président du Comité de Salut national (CSN) « chargé d’organiser la transition politique » vers des élections générales. Elections qu’il ne songe nullement à organiser d’ailleurs mais il faut bien amadouer les dirigeants africains et européens !

Continuer la lecture de Capitaines prophètes. Par Daniel Delas

Williams Sassine. Itinéraires d’un indigné guinéen

http://www.karthala.com/3124-4095-large/williams-sassine-itineraires-d-un-indigne-guineen.jpg
http://www.karthala.com/3124-4095-large/williams-sassine-itineraires-d-un-indigne-guineen.jpg

Elisabeth Degon, Williams Sassine. Itinéraires d’un indigné guinéen

Parution aux éditions Karthala, le 09/12/2016 – ISBN 9782811117610

Écrivain discret aux multiples facettes, Williams Sassine (1944-1997) a laissé dans la littérature africaine de langue française une empreinte profonde qu’il est temps de redécouvrir. Né d’un père libanais et d’une mère guinéenne, il a parcouru de nombreux pays où il a exercé principalement le métier d’enseignant.
Marginal en tous lieux, en tant que métis d’éducation chrétienne et musulmane, il a, très tôt, ressenti sa différence.

S’il est célèbre surtout pour ses romans – Saint Monsieur Baly, Le Jeune homme de sable, Wirriyamu, Le Zéhéros n’est pas n’importe qui –, en Guinée, sa réputation repose principalement sur la Chronique assassine qu’il faisait paraître à Conakry dans l’hebdomadaire satirique Le Lynx.

Une quête documentaire passionnée a conduit l’auteure de la présente biographie à rechercher en France et en Afrique (Guinée, Gabon, Mauritanie) les témoignages de sa famille, de sa vie d’enseignant, d’écrivain et de journaliste. Il lui a fallu fouiller dans les bibliothèques et dans les archives. Elle a également réalisé une série d’entretiens émouvants avec ses proches, qu’elle a retrouvés progressivement. Elle a ainsi pu consulter ses textes et correspondances, rouvrir des cantines endormies, écouter des émissions littéraires auxquelles Sassine a participé en France et en Belgique, des enregistrements radiophoniques conservés par la famille ou à l’INA. Telle est la documentation sur laquelle repose cet ouvrage.

Une bibliographie aussi exhaustive que possible et une chronologie détaillée complètent ce parcours d’un des écrivains les plus originaux de sa génération.

Elisabeth Degon est conservateur en chef honoraire des bibliothèques. Après une carrière dans les bibliothèques publiques, aussi bien en France qu’en Guinée, elle a décidé de se consacrer à la rédaction d’une biographie de l’écrivain guinéen Williams Sassine, qu’elle a rencontré rapidement à Conakry, peu avant sa mort.

URL de référence : http://www.karthala.com/lettres-du-sud/3124-williams-sassine-itineraires-d-un-indigne-guineen-9782811117610.html

Lecture de Bled, de Tierno Monénembo. Par Daniel Delas

bledTierno Monénembo, Bled, roman, Seuil, 2016, 199 p.

ISBN 2021088960
Lisant Bled, le lecteur ne comprend guère l’histoire chaotique de Zoubida. Certes dès la première page est annoncé qu’une étoile brillant sur son front l’auréole de la gloire de la fameuse Nedjma : elle est donc une rebelle qui va affronter de grands dangers et s’en sortir glorieusement comme l’héroïne de Kateb Yacine (cité en exergue du roman). Mais plongé dans le labyrinthe des épisodes qui relancent sans cesse une narration non chronologique et surtout dans la prolixité de dialogues souvent brutaux et elliptiques tenus par des personnages peu identifiés, ledit lecteur est en quelque sorte en immersion dans les petites histoires que dans ce ‘bled’, ce ‘patelin’, « un trou perdu, un trou sans nom et sans âme » chacun connaît… sauf le lecteur. Alors, ce livre, lisez-le sans vous arrêter car si vous vous en éloignez un jour ou deux, vous ne comprendrez plus rien en le reprenant, qui parle à qui, de quoi, à quelle époque, quelle est le background de chacun, etc, rien de cela n’ayant été dit sinon par des allusions ténues, perdues dans un bavardage sans fin.
Si vous lisez ou relisez le tout (le roman n’est pas tellement long !) de manière continue, de ce monde algérien grouillant, pénétrés des souvenirs de la guerre d’indépendance émergera, dans une douloureuse parturition, la figure de Zoubida-Nedjma, son enfance dans les dernières années de la guerre d’indépendance, le couple malheureux de ses parents Hassan et Asma, sa soif d’identité (qui est-elle ?) et d’indépendance (partir, quitter ce monde étouffant) impossible à concrétiser dans une Algérie ligotée par une tradition islamique qui enferme et opprime les femmes, ne leur laissant de choix qu’entre pute ou esclave recluse, sa liaison rageuse (et orageuse) avec un pied-noir français dont elle conçoit un enfant (sans autre nom que Bébé), sa capture par une sorte de proxénète qu’elle finit par poignarder, son arrestation, sa condamnation et, au bout de ce calvaire, son ascension progressive vers une sorte de paradis, mariée à un bel homme du désert rencontré en prison, riche, rieur et cultivé, qui l’emmène vivre dans un oasis enchanteur.
Résumer l’histoire de Zoubida-Nedjma est donc possible. Elle se déroule en trois temps subdivisés chacun en 6 ou 7 courts chapitres montés selon une alternance faulknerienne : une histoire se déroule en 1/3/5 tandis qu’une autre court en 2/4/6. Ainsi se tresse de manière très construite une sombre fresque historique de l’Algérie des années 1980, ce qui correspond aux années que Tierno Monénembo a vécues au Maroc et en Algérie comme enseignant de 1979 à 1983. Le romancier guinéen n’a pourtant pas cherché à faire vivre le monde de son héroïne algérienne d’une manière réaliste. La fonction du montage évoqué à l’instant est certes d’abord de donner réalité au tramage douloureux de l’histoire et de la mémoire algériennes et françaises, mais aussi d’être à l’écoute des gens ordinaires de permettre que s’élève, sortant du concert confus des bavardages, une voix singulière et pure, celle d’une femme résistante qui confie ses cauchemars et ses rêves à son fidèle ami, Alfred (alias Tierno ?), un Africain du Sud, bantou camerounais.
Le paradis de l’oasis évoqué (et atteint) dans la troisième et dernière partie rééquilibre l’enfer du bled où nous ont plongé les deux premières. Rêve ? Foi retrouvée ? Ecoutons (p.197) Zoubida rebaptisée désormais Taderfit (liberté en berbère) :

Je m’apprête à devenir une femme libre, Alfred, une femme véridique. J’ai bien fait de suivre Lilia. Dieu, il sait ce qu’il fait. Je suis rentrée en initiation. Je suis sur le chemin. Dans l’obscurité, je pars chercher la lumière. Maintenant, je comprends pourquoi toutes ces épreuves. Je médite, je m’élève, je m’exerce à la quiétude et à l’indulgence. Avec un sourire amusé, je regarde le passé.

Un livre majeur.

Pour citer cet article : Lecture de Bled, de Tierno Monénembo. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 19/11/2016, https://apela.hypotheses.org/1246.

A signaler : Retour au Bled, Entretien avec Tierno Monénembo par Elara Bertho, sur l’excellente revue Diacritik (11 janvier 2017).