Archives par mot-clé : Histoire

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Ouvrage publié avec le soutien de l’université de Lausanne, du Département fédéral des affaires étrangères, de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, de la Société suisse d’études africaines et de la Société académique vaudoise
 

Directrices d’ouvrage : Valérie Cossy, Christine Le Quellec Cottier

Organisé en quatre parties consacrées à autant de formes de pouvoir déclinées au féminin, ce volume réunit trente chercheurs internationaux et écrivaines afin d’interroger les représentations de voix féminines subsahariennes et diasporiques à travers la littérature, les arts visuels et l’histoire.

539 p.
Parution le 18/05/2022.
Classiques Garnier, coll. Rencontres, série Francophonies, n° 2

Mots-clés: Afrique subsaharienne, francophonie, femmes, féminismes, littérature, arts, histoire, diaspora, intermédialité

URL de référence : https://classiques-garnier.com/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir.html

Présentation augmentée sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir-valerie-cossy_108223.php

The Legacy of a Troubled Past

Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century

Les Presses Universitaires de Provence et Liverpool University Press ont le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage collectif The Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century (coll. « Sociétés contemporaines », 2022) sous la direction de Bernard Cros, Mathilde Rogez et Gilles Teulié.

Présentation de l’ouvrage

Since the advent of democracy in 1994, South Africa has been engaged in an unprecedented exercise of national soul-searching, torn between the need to lay to rest centuries of racial conflict and the desire to come to terms with its traumatic history.
This book asks whether the country has begun to turn the corner on the legacy of collective hurt. To do so it ranges in scope across 350 years of South African history, encompassing the struggle against the apartheid regime, the downfall of white supremacy, the Truth and Reconciliation Commission and the first 25 years of democracy, up to more recent movements, such as #RhodesMustFall, or the inquests into the 2012 Marikana massacre, that point to the persistence of traumatic memory in contemporary society.
The authors assembled here set out to analyse the representation of such memory, how it has been woven into narratives, recorded, preserved and questioned, and how issues of individual and collective responsibility have been grafted onto it through the visual arts, literature, political discourse and public action.
In focusing on memory along with its derived forms of memorialization, collective memory, nostalgia, or post-memory, our contributors pose a fundamental question: is South Africa finally coming to the end of the post-apartheid transition period? Do the decades of memory work on racial violence and repression examined here hold out hope for the nation to make peace with its past?

Table des matières

 
Introduction : Bernard Cros, Mathilde Rogez, Gilles Teulié

1. The Struggle, Past and Present: the Memorialisation of Violence

  • Sabine Marschall, ‘Bruised Landscape of Memory: The Vandalism, Abuse and Neglect of Statues and Commemorative Monuments in South Africa.’
  • Fanny Robles, ‘On the (In)Appropriate Ways to Remember Racial Oppression: Brett Bailey’s Exhibit A and B.’
  • Annael Le Poullennec, ‘How to Remember Marikana: Memory, Narratives and mise en scène.’

2. The Ambiguous Memorialisation of Heroes

  • Brenda Schmahmann, ‘Monumental Disruptions: Usha Seejarim’s Commemorations of Mahatma Gandhi and Nelson Mandela.’
  • Mélanie Joseph-Vilain, ‘Commemorating Piet Retief: Justin Cartwright’s Up Against the Night (2015).’
  • Shannen L. Hill, ‘Borrowing Biko: Visual Critiques of Capitalism in South Africa.’

3. Learning and Unlearning: Memories and/for the Future

  • Fiona McCann, ‘“Unlearning” the Past, Reappraising the Present in Antjie Krog’s Life Writing: The Double Valence of Disposition.’
  • Philippe Denis, ‘Memory Work with IV/HIV Positive Children under Antiretroviral Treatment in KwaZulu-Natal.’
  • Cécile Perrot, ‘Youth, Memory and Politics in Post-Apartheid South Africa.’

Epilogue : Gary Baines, ‘From Reconciliation to Contentious Co-existence: Memory Work and Wars in Post-apartheid South Africa.’

Pour commander :
ISBN 979-10-320-0349-7
ISSN 2265-5913

https://presses-universitaires.univ-amu.fr/the-legacy-of-a-troubled-past

«Lumières»: la leçon africaine de Bernard Mouralis

Entretien

Un entretien de Tirthankar Chanda avec Bernard Mouralis, à l’occasion de la parution de Lumières, essais sur une vie, à retrouver sur rfi.fr.

© Archives personnelles de Bernard Mouralis.

Lumières, essais sur une vie est un récit autobiographique. Son auteur Bernard Mouralis, peu connu du grand public, a été un inoubliable professeur de lettres africaines, aujourd’hui retraité. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur l’Afrique littéraire et la littérature en général, Bernard Mouralis a fait l’essentiel de sa carrière universitaire en France, mais il a également enseigné dans les lycées et les universités africaines.  

RFI : Comme l’on pouvait s’y attendre, l’Afrique occupe une place importante dans vos mémoires. Vous ne connaissiez pas le continent, mais vous le découvrez en débarquant au Sénégal au milieu des années 1960. Comment vous êtes-vous retrouvé en Afrique au jeune âge de 24 ans ?

Bernard Mouralis : Cela s’est fait très simplement. Après mes études, je sentais de plus en plus le besoin de changer de cadre de vie, de me déprendre du cadre intellectuel dans lequel j’avais grandi. En 1965, j’ai déposé un dossier auprès de l’administration pour partir à l’étranger en tant que volontaire du service national (VSN). En juin de la même année, on m’a informé que mon dossier avait été accepté et que j’étais affecté à partir de la rentrée en tant que professeur de lettres classiques au lycée Malick Sy à Thiès, au Sénégal. Au début, j’ai regretté de ne pas être nommé à Dakar, mais je me suis vite rendu compte qu’être enseignant dans une petite ville était une expérience formidable, parce que cela m’a permis d’entrer en contact avec l’intérieur même de l’Afrique. C’était, peut-être, moins prestigieux que ne l’aurait été un séjour de trois ans à Dakar, mais l’expérience fut – ô combien – riche en rencontres et découvertes.

Lire la suite sur le site de RFI.

Lumières – Essais sur une vie

Lumières – Essais sur une vie

de Bernard Mouralis

éd. Présence africaine,
9782708709881

Dans ce texte autobiographique, Bernard Mouralis revient sur trois moments de son existence : son enfance et ses études dans la lumière du paysage de Nyons, en Drôme provençale, ses années d’étudiant en lettres classiques à Grenoble, ses débuts professionnels au Lycée El Hadj Malick Sy de Thiès (Sénégal) et sa première expérience du monde africain, entre 1965 et 1968.
Pour l’auteur, le fil conducteur réside non seulement dans le souci de révéler les éléments qui constituent une pensée – hasards, rencontres, lectures, échecs, souffrances -, mais également dans la nécessité d’échapper à la séduction de l’Être, cet « opium mortel », pour se laisser emporter dans les flots tumultueux du Devenir.

Bernard Mouralis est professeur émérite à l’Université de Cergy-Pontoise. Il a enseigné à l’Université de Lille III ainsi que dans plusieurs universités africaines (Abidjan, Lomé, Cotonou). Ses publications portent sur les littératures de langue française en Afrique subsaharienne, les relations entre littératures et cultures du Nord et du Sud, la théorie de la littérature. Dans ces trois domaines, il a publié une vingtaine d’ouvrages.

Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Archives matérielles, traces mémorielles et littératures des Afriques

Actes du colloque international tenu à l’Université d’Aix-Marseille,

du 25 au 27 septembre 2019

Textes réunis par Elara Bertho, Catherine Mazauric, Cécile van den Avenne.

et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Ce dossier explore les relations entretenues entre les archives, les traces mémorielles et les littératures africaines, entendues au sens large et incluant l’Afrique méditerranéenne et les diasporas. L’archive comme support de rêverie poétique, le romancier se faisant enquêteur, les archives d’écrivains et la génétique textuelle : les figurations de l’histoire et les mises en scène de la mémoire sont multiformes.
Au carrefour des disciplines, faisant dialoguer littérature, histoire et anthropologie, il s’agit d’interroger la place de l’archive en littérature, le rôle de sa dimension matérielle, tout autant que la manière dont la littérature reconfigure et réécrit la mémoire. Des grands héros aux « vies minuscules », tout un ensemble d’êtres de papiers prend ainsi vie, à la lisière du fait et de la fiction, entre les pages des livres et les dossiers d’archives.

Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude 22 juin 2021

Université de Lorraine, Metz

UFR Arts Lettres et Langues (Ile du Saulcy)

Groupe de recherche ASOHLIS / ECRITURES EA 3943

 Journée d’étude en format « hybride ». Inscription à la séance sur « Teams » sur demande.

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures des Suds ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », font l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture, ainsi que de la scène ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre et de la scène, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, en mettant à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? les propositions devront dont indiquer de quel concept (ou groupe de concepts) elles comptent traiter, et à partir de quels ouvrages de référence (1 à 3 pour éviter l’effet de liste). Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Coordination Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr) et Tristan Leperlier (tristan.leperlier@gmail.com)

Comité scientifique : Groupe ASOHLIS (Approches socio-historiques des littératures des Suds).

Continuer la lecture de Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude ASOHLIS

Journée d’étude ASOHLIS du mardi 22 juin à Metz

Quelles approches socio-historiques des littératures des Suds ?

Coordination : Pierre Halen & Tristan Leperlier

Participants : groupe de recherche ASOHLIS, mais il reste des possibilités pour présenter une intervention

Mode hybride : participations en présence et à distance (via Zoom)

Argument

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures du Sud ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », fait l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, ou à mettre à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Déclaration d’intérêt à communiquer dès que possible.

Titre, argument et plan sommaire de communication à soumettre avant le 15.04.2021

Le programme sera communiqué au plus tard le 01.05.2021.

Inscriptions préalables auprès de Tristan Leperlier : tristan.leperlier@gmail.com & Pierre Halen : pierre.halen@univ-lorraine.fr

Comité scientifique : Groupe Asohlis