Archives par mot-clé : Histoire

Programme du Congrès 2019

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Congrès 2019 de l’APELA

Aix-en-Provence, Faculté ALLSH d’Aix-Marseille Université, 25-27 septembre 2019

Document des Archives nationales d’outre-mer (Karim, Ousmane Socé)

D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de “l’indiscipline”. À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

Le site du colloque est ouvert : inscriptions à tarifs préférentiels jusqu’au 12 août, puis à taux normal jusqu’au 12 septembre.

Les congrès de l’APELA sont accessibles aux membres de l’association. L’adhésion annuelle donne droit à deux numéros de la revue. Renseignements pour adhérer à l’APELA : http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Programme

(susceptible de modifications : consulter cette page qui sera régulièrement actualisée)

A consulter également sur https://apela2019.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Mercredi 25 septembre 2019

Matinée

9h-9h30 : accueil des participants et Ouverture du colloque

9h30-11h15 : Panel 1 « Janheinz Jahn, Dambudzo Marechera – Perspectives de la recherche dans les archives de la HU-Berlin » – Présidence : Catherine ATLAN (IMAf, AMU)

  • Ibou DIOP (IAAW, HU-Berlin) : « Les archives de Janheinz Jahn comme lieu de conservation et de réinvention de la littérature africaine et de la diaspora. Le cas de Senghor »
  • Susanne GEHRMANN (IAAW, HU-Berlin) : « L’échange épistolaire entre Janheinz Jahn et Abiola Irele – une amitié intellectuelle (1959-1972) et ses leçons décoloniales »
  • Flora VEIT-WILD (IAAW, HU-Berlin) : « Traces matérielles et mémorielles dans les archives de Dambudzo Marechera »
  • Pierre LEROUX (U. Sorbonne nouvelle) : « De l’image au texte, l’édition numérique des œuvres de Dambudzo Marechera »

11h30-13h :

  • Session 1 « Figures mémorielles »  – Présidence : Stéphane BAQUEY (CIELAM, AMU)
    • Claudia GRONEMANN (U. Mannheim) : « Saint Augustin comme figure mémorielle et littéraire au Maghreb »
    • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine) : « Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains »
    • Emmanuel NDOUR (Wits U. Johannesburg) : « La Sonate à Bridgetower d’Emmanuel Dongala : quand l’archive devient “prothèse de l’histoireˮ »
  • Session 2 « Traces et archives dans le roman » – Présidence : Fanny ROBLES (LERMA, AMU)
    • Alice CHAUDEMANCHE (U. Sorbonne nouvelle) : « La langue du roman, archive d’une création linguistique et littéraire : Aawo bi de Mame Younousse Dieng, entre promotion du standard wolof écrit et mémoire du parler du Cayor »
    • Sylvère MBONDOBARI (U. Omar Bongo Libreville) : « Une affaire de crâne : guerre d’indépendance, écriture de l’histoire et construction identitaire »
    • Julia GALMICHE (U. Toronto) : « Entre archive romanesque et romanesque de l’archive : l’objet-livre chez Alain Mabanckou et Patrick Chamoiseau »
    • Solange NAMESSI (U. Strasbourg) : « Poétiques de la revenance et redéfinition d’une mémoire postcoloniale chez Tierno Monénembo, Kossi Efoui et Abdourahman Waberi »

Après-midi

14h-16h : Panel 2 Programme ARCHIVA « Manuscrits de Bernard Zadi Zaourou » – Présidence : Fabio VITI (IMAf, AMU)

  • Marie-Clémence ADOM, UFHB, Abidjan
  • Assi Véronique DIANÉ, UFHB, Abidjan
  • Dominique TRAORÉ, UFHB, Abidjan : « Archives de la production dramatique de Bernard Zadi Zaourou: bilan provisoire et perspectives »

16h15-17h30 :

  • Session 3 « Violences héritées 1 » – Présidence : Florence PARAVY (U. Nanterre)
    • Françoise UGOCHUKWU (Open University) : « Le Biafra en littérature, du charnier des archives orales au suintement d’une littérature de témoignage »
    • Dorothée BOULANGER (King’s College) : « Archives et contrefaçons littéraires en Angola : Estação das Chuvas et Teoria Geral do Esquecimento de José Eduardo Agualusa »
  • Panel 3 Programme ARCHIVA « Chercheurs et artistes : gestes d’archives » – Présidence : Elara BERTHO (Cnrs-LAM)
    • Aurore DESGRANGES (U. Lyon 2 & U. Ki-Zerbo, Ouagadougou) : « Collecte de textes dramatiques à Ouagadougou : “ remède ˮ à une invisibilité littéraire ? »
    • Rym KHENE (U. Sorbonne nouvelle) : « Images algériennes: une pratique d’archive pour dire les années 1990 »

Soirée

18h (aux Archives nationales d’outre-mer) :

Lecture de poésie de HAWAD en tamajaght et traduction française, suivie d’un entretien avec Hélène Claudot-Hawad

Face à l’amnésie, comment exister ? Hawad se sert de la poésie, «cartouches de vieux mots, /mille et mille fois faussés, bricolés, rechargés », comme outil de résistance.

Ecrivain et peintre touareg,  Hawad est l’auteur de nombreux ouvrages, certains édités en version bilingue et traduits dans diverses langues (français, néerlandais, espagnol, italien, catalan, arabe…). Son travail littéraire autant que graphique relève de la « furigraphie », démarche destinée à décupler les visions, les formes et les perceptions pour sortir de l’enclavement.

Anthropologue, directrice de recherche au Cnrs, Hélène Claudot-Hawad a publié de nombreux ouvrages sur le monde touareg et a contribué notamment à faire connaître la littérature touarègue contemporaine.

CONFÉRENCE INAUGURALE de Tierno MONÉNEMBO

VERNISSAGE de l’EXPOSITION De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines,
avec cocktail de bienvenue

Soirée libre

Jeudi 26 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 4 ERC MEMOIRS « La postmémoire des “Autresˮ d’Europe » – Présidence : Catherine MAZAURIC (CIELAM, AMU)

  • Felipe CAMMAERT (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Présentation du projet MEMOIRS »
  • Fátima RODRIGUES (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Récits d’enfants des guerres coloniales »
  • Mónica SILVA et Fernanda VILAR (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Archiver le silence pour mieux raconter la postmémoire de la colonisation. Deux cas du roman portugais et français »

11h30-13h :

  • Session 4 « Micro-histoires et migrations » – Présidence : Cécile VAN DEN AVENNE (Clesthia, U. Sorbonne nouvelle)
    • Stéphane CERMAKIAN (AMU) : « Traces littéraires d’une diaspora arménienne à Djibouti et en Ethiopie : le poète Roupen Vorpérian et l’exil africain (1904-1920) »
    • Aïssatou MBODJ-POUYE (EHESS) : « Penser l’émigration et le retour. Récit biographique et histoire villageoise dans les écrits d’un ancien migrant de la région de Kayes »
    • Fabio VITI (AMU) : « La vie minuscule d’Akafou Blalè, entre archives et récits »
  • Session 5 « L’écriture et les traces » – Présidence : Pierre HALEN (U. Lorraine)
    • Ioana DANAILA (U. Grenoble Alpes) : « L’écriture comme archivage et mesure du temps dans le roman Measuring Time de Helon Habila »
    • Bernard DE MEYER (U. of KwaZulu Natal) : « Le romancier et les traces : cas de Gaston-Paul Effa dans Le miraculé de Saint-Pierre»
    • Laura GAUTHIER BLASI (Universidad Europea Madrid) : « Pour une exploration de soi et du lieu. Traces, H-histoire-s et/ou poésie dans le roman haïtien contemporain »
    • Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne) : « Le Terroriste noir de T. Monénembo : traces mémorielles et réinvention du discours »

Après-midi

14h-16h :

  • Session 6 « Archives théâtrales » – Présidence : Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
    • Corinne FLICKER (AMU) : « Archives théâtrales en français de l’île Maurice »
    • Céline GAHUNGU (Sorbonne Université) : « Archives d’une production culturelle franco-africaine : le Concours théâtral interafricain (1967-1992) »
    • Nicolas TREIBER (AMU) : « De Chaîne au Kaloum Tam-Tam, la polyvalence des traces chez Saïdou Bokoum »
  • Panel 5 « Madagascar » – Présidence : Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
    • Mélanie RAKOTOSON-RAKOTOBE RAZARINIVO (U. d’Antananarivo) : « La littérature, urne de l’Histoire et de la Tradition »
    • Henriette RAMANAMBELINA (U. d’Antananarivo) : « Vakivakim-Piainana de Iharilanto Patrick Andriamangatiana, un évènement littéraire »
    • Theis Lala Voahangy RASOLOARIVONY (U. d’Antananarivo) : « Le Kaiamba betsimisaraka du district de Brickaville, région Atsinanana »
    • Victorine RAZANABAHINY (U. d’Antananarivo) : « Les proverbes dans la mémoire collective malgache »

16h15-17h30 :

  • Session 7 « Violences héritées 2 » – Présidence : Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne)
    • Alain AGNESSAN (U. of Western Ontario) : « Le désir d’archive des pictions de génocide. Une lecture de l’économie spectrale de la bande dessinée du génocide des Tutsis du Rwanda »
    • Pierre BOIZETTE (U. Paris Ouest Nanterre) : « Les yeux du père, traces et élaboration d’une mémoire familiale dans des récits de retour en Afrique (Mukoma wa Ngugi et Noo Saro-Wiwa) »
    • Markus ARNOLD (U. Cape Town) : « Entre effet de réel, palimpseste et marqueur métafictionnel : l’archive dans la bande dessinée française et francophone sur l’Afrique et sa diaspora »
  • Session 8 « Questions d’archives » – Présidence : Henri MEDARD (IMAf, AMU)
    • Alice DESQUILBET (U. Sorbonne nouvelle) : « Jean-Luc Raharimanana : Madagascar 1947, reconstituer l’archive manquante »
    • Valérie DE WULF (EHESS & CEAH Madrid) : « De l’appropriation progressive de l’écriture à la constitution d’archives littéraires et historiques par des peuples d’Afrique centrale, le cas de la Guinée Equatoriale (XXe-XXIe siècle) »

Soirée

18h : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE STATUTAIRE DE L’APELA (élections)
20h30 : DÎNER DU COLLOQUE (sur inscription)

Vendredi 27 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 6 « Les archives du “zoo humain”, matrices de créations contemporaines » – Présidence : Corinne FLICKER (CIELAM, AMU)

  • Clemens RADAUER (collectionneur) : « L’influence des “zoos humains” sur les artistes des XIXe et XXe siècles: Point de vue d’un collectionneur »
  • Delphine PEIRETTI-COURTIS (AMU) : « La Vénus hottentote emblème du “zoo humainˮ : de son exhibition en 1810 à l’adaptation cinématographique de sa vie en 2010 »
  • Fanny ROBLES (AMU) : « Le concept de “zoo humainˮ : outil artistique et politique »
  • Chokri BEN CHIKHA (KASK, Gand) : « Zooïsme en postcolonie, explorer la complexité de l’identification et du stéréotype »

11h30-13h : Panel 7 « Ethnographier l’“histoireˮ : du prisme archivistique à l’apport missionnaire pour (d)écrire » – Présidence : Françoise UGOCHUKWU (Open University)

  • Anthony GRÉGOIRE (EHESS & U. Montréal) : « De l’anthropologue sur un terrain partagé : d’aujourd’hui à hier (et vice-versa) pour une histoire (re)considérée »
  • Thiago SAPEDE (EHESS) : « Archives missionnaires : multiplicité et défis pour une histoire du Kongo précolonial »

9h-13h : MasterClass Génétique des manuscrits du Sud

  • Céline GAHUNGU (ITEM-Cnrs)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)

Après-midi

14h-16h : Session 9 « Le paysage comme archive mémorielle » – Présidence : Xavier GARNIER (THALIM, Sorbonne nouvelle)

  • Mélanie BOURLET (INALCO, ANR EcoSen) : « Les poésies de la vallée du fleuve Sénégal comme archives paysagères : enjeux écopolitiques d’un imaginaire géographique »
  • Marie LORIN (INALCO, ANR EcoSen) : « Le poème comme herbier : poétique et botanique dans la Vallée du Fleuve Sénégal »
  • Antje ZIETHEN (U. Texas) : « Hétérochronies urbaines. La ville-archive dans les littératures africaines de l’Atlantique noir »

16h15-17h30 :

  • Maria-Benedita BASTO (Sorbonne Université) : « L’archive sensible »

18h : CLÔTURE du colloque

URL de référence : https://apela2019.sciencesconf.org/

AAC: Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Du 4 au 6 mai 2020, l’Université de Lausanne (Suisse), par sa Faculté des lettres, accueillera le colloque international et interdisciplinaire : Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir.

Délai d’envoi des propositions : 6 septembre 2019.

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

A l’heure où les questions de parité et de représentation féminines occupent le devant de la scène sociale et politique, à l’heure où les stéréotypes de genre sont dénoncés au niveau planétaire, il paraît essentiel de questionner les discours portant sur les représentations des voix et des personnages féminins subsahariens. Ce colloque international « Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir » entend fédérer plusieurs types de savoirs touchant aux humanités, tels que le pratiquent les Studies (littérature, genre, histoire, philosophie, cinéma, anthropologie, …). Le titre « Africana » est conçu comme une invitation transversale afin de réfléchir sur un ensemble de représentations et de savoirs touchant autant des systèmes de pensée, des événements ou des actes esthétiques impliquant des Africaines vivant sur le continent ou issues d’une diaspora.
La littérature est un des lieux où se pense le monde réel ; elle crée, grâce à des subjectivités, des actions et des temporalités, la possibilité de questionner le monde. Ce pouvoir de la fiction motive notre volonté de mettre en évidence des « figures de femmes et des formes de pouvoir » à l’œuvre dans la littérature qui met en scène l’Afrique et ses diasporas féminines. Très dynamiques, les fictions récupèrent des stéréotypes de genre et leurs auteur.e.s s’impliquent souvent par un discours social et politique touchant autant à des pratiques locales, traditionnelles qu’aux conséquences de la migration. Ces choix concernent de nombreuses littératures dites de « subalternes », mais il nous importe de mettre en évidence comment des processus d’émancipation et de résistance se sont joués et se jouent à travers des personnages placés sur le continent africain ou parmi ses diasporas.

Les réflexions s’articulent donc à partir de nos champs de recherche dont le développement est relativement récent en Suisse, tout en bénéficiant de liens directs, depuis plus de dix ans, avec des partenaires africain.e.s dont les apports théoriques, sociétaux et expérimentaux sont fondamentaux. L’origine du projet impose de reconnaître des catégories hégémoniques européennes par rapport auxquelles s’élaborent les fictions et les discours de façon plus ou moins subversive, qu’il s’agisse de la « fétichisation » de la femme africaine ou de la façon d’aborder l’« héritage colonial » au féminin (langue, scolarisation, …). Il importe aussi de prendre en compte de nouvelles formes de pouvoir, telles la maternité et le rapport au corps, placés sous le signe de l’expérience, de l’autonomie et du choix de la filiation.
Le pouvoir est un objet aux formes multiples et nous voulons relativiser sa représentation articulée entre une soi-disant sphère publique et une autre privée : en cela, les concepts d’empowerment et d’éthique du care pourront être des relais stratégiques pour envisager les représentations – fictionnelles et matérielles – qui vont nourrir le cœur de la conférence internationale et interdisciplinaire pensée pour marquer l’importance et le développement d’un champ d’étude incontournable. La rencontre va questionner divers types de mise en récit, portant autant sur des faits concrets que des représentations symboliques. L’articulation de ces modalités de représentations permettra de définir les forces à l’œuvre quant à de nouvelles figures de femmes, soit dans notre monde contemporain, soit en créant des liens avec des époques considérées comme révolues.

Axes de réflexion

– Mises en perspective de représentations du « féminin » dans des discours – fictionnels ou non – mettant en scène l’Afrique subsaharienne et/ou ses diasporas.  
– Histoire et fictions : représentations et expériences.
– La fiction, souvent, déconstruit des stéréotypes féminins et se joue des représentations genrées ; quelles sont les stratégies mises en place ? comment la langue et les voix fictionnelles portent-elle des choix alternatifs ? Formes du « féminin » en tant que Sujet et non pas Objet. Enjeux ? Echos ? Cet intérêt peut être élargi à d’autres domaines des Humanités
– Cadrages sur des « figures de femmes » et relations – nouvelles – à diverses formes de pouvoir : qu’il soit régalien ou autre. Il s’agira d’inclure à la réflexion les usages de l’empowerment et de l’éthique du care (en tant que reconnaissance affective qui n’est pas une charité mais du politique).
– Envisager des formes alternatives d’engagement par le biais de la résistance. Imbrication sexe-race-classe.

Mots clefs

 Esthétique – Poétique – Fiction (roman, poésie, théâtre, vidéo, …) – Histoire – Colonialisme – Scolarisation – Subaltern studiesPostcolonial studiesDecolonial studies Gender studiesAreas studies – Arts vivants (performances) – Arts (photographie, peinture, …)  Afrique – Europe – Diaspora – Altérité – Hybridité – Résistance – Féminismes – Postféminisme – Empowerment – Ethique du care.

******************

Merci de soumettre votre proposition en français (titre et descriptif de 500 mots maximum, format pdf), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, d’ici au 6 septembre 2019. Elle doit être envoyée aux responsables de l’organisation à l’adresse courriel : peall@unil.ch

Le comité scientifique rendra réponse en novembre 2019. L’organisation prendra en charge le séjour des intervenants durant le colloque, mais il est nécessaire de chercher un financement auprès de son institution de rattachement pour le déplacement en Suisse.

Comité scientifique :

  • Prof. Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne)
  • Prof. Valérie Cossy (Université de Lausanne)
  • Prof. Catherine Mazauric (Université Aix-Marseille)
  • Prof. Coudy Kane (Université Cheikh Anta Diop, Dakar)
  • Prof. Koutchoukalo Tchassim (Université de Lomé)
  • Prof. Xavier Garnier (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle)
& Pôle pour les études africaines de la faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) :  https://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines    

AAC: Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques

Colloque International: “Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques”

30 octobre – 1 novembre 2019

Howard University – Washington, DC

Conférencière principale: Dr. Dellita Martin-Ogunsola

Invité-e-s: Shirley Campbell (Costa Rica), Marie Célie Agnant (Haiti/Québec), Ángela Nzambi (Guinée Équatoriale), Cristina Cabral (Uruguay/USA), Erik O. Rubio (Peintre afro-cubain)

Propositions (en français, anglais, espagnol et portugais) à envoyer à: howardconference2019@gmail.com

Date limite d’envoi: 15 juin 2019

 Contact: Dr. Clément A. Akassi, Président du Comité d’Organisation, cakassi@howard.edu

Pour plus détails sur les propositions de communication, veuillez consulter/visiter notre site web, https://cakassi.wixsite.com/howardconference et cliquer sur “Call for Papers”

CALL FOR PAPERS FLYER FRENCH UPDATED

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

Fabriques des littératures des Suds

*  *  *

Publié le mercredi 12 décembre 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines. Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive.

Programme

Séminaire 2018-2019 : Fabriques des littératures des Suds

  • Centre d’Histoire sociale du XXe siècle / Université Paris I
  • Université de Bourgogne-France-Comté / Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures
  • Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943 & le soutien de l’association « Francophonie-ENS »

Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines.

Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive.

Séance n° 1

14 décembre 2018

Intervenant : Michal Obszynski, Université de Gdansk. Retour réflexif sur une expérience de recherches en littérature francophone.

Séance n° 2

8 février 2019

Présentation de Algérie, Les écrivains dans la décennie noire (CNRS, 2018) de Tristan Leperlier (CESSP/THALIM), discuté par Kaoutar Harchi (CERLIS).

Séance n° 3

10 mai 2019

  • Pierre Halen (Univ. Lorraine) : « Réflexions sur la notion de champ »

Approches du canon francophone et de sa constitution (Virginie Brinker, Valentina Tarquini, Erwan Caulet)

Organisation

  • Virginie Brinker, MCF, Université de Bourgogne-France-Comté/Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures
  • Erwan Caulet, chercheur associé au Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I
  • Pascale Goetschel, Professeure, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle/Université Paris I
  • Pierre Halen, Professeur, Université de Lorraine / ÉCRITURES EA 3943
  • Kaoutar Harchi, Chercheure associée au CERLIS/post-doctorante au département recherche du musée du Quai Branly
  • Tristan Leperlier, Centre européen de sociologie et de science politique/EHESS-CNRS, association francophonie-ENS
  • Valentina Tarquini, Université de Roma-III

Lieu & horaire

  • Un vendredi par trimestre, 17h-20h
  • Centre d’Histoire sociale du XXe siècle
  • 9 rue Malher 75004 Paris
  • Métro : Saint Paul (ligne 1)

URL de référence : https://calenda.org/534914

1914 : l’aventure équivoque d’un tirailleur sénégalais. Par Daniel Delas

David Diop, Frère d’âme

roman, Seuil, 2018, 175 p.

Une lecture rapide donne à certains critiques l’occasion de titres « à l’occidentale » comme « ode à l’amitié ». Ce qui est se méprendre et négliger l’essentiel. La campagne commerciale de l’éditeur présente, elle, un beau portrait de l’auteur, David Diop, né en 1966, actuellement maître de conférences à l’université de Pau et l’accompagne d’adjectifs dithyrambiques empruntés à d’autres critiques, « langue chantante » ou « formidable roman ». Tout cela est de bonne guerre mais peu éclairant.

Le roman se laisse diviser en trois parties : la première est effectivement celle de deux amis tirailleurs sénégalais durant la Première Guerre mondiale en 1914. L’un des deux « frères d’armes » est grièvement blessé mais l’autre, Alfa Ndiaye, le héros du roman, hésite trop à l’achever, ce qu’il ne se pardonnera qu’en s’en vengeant sur l’ennemi : il rampe vers les tranchées adverses et, ivre de vengeance, coupe une main d’un soldat allemand qu’il éviscère ensuite. Alfa Ndiaye est alors hors de toute humanité, suspecté de sauvagerie dans sa propre unité, un monstre, un sauvage. Il n’agit pourtant pas ainsi par sauvagerie naturelle, mais pour se fondre dans l’âme de son frère d’armes. D’où le titre à double lecture.
Une seconde partie se passe à l’arrière, au repos, surveillé par un docteur bienveillant. Alfa Ndiaye reprend peu à peu, aidé par l’amour de la fille du docteur, possession de lui-même, non pas simple soldat noir mais Africain pénétré de mysticisme et de sorcellerie, et réalise qu’il est un dëmm ou mangeur d’âmes.
Enfin, la troisième partie est consacrée au retour au Sénégal, à l’histoire de la famille et l’union du sorcier-lion avec Fary Thiam, la princesse capricieuse.

Je crois désormais savoir qui je suis. Je te jure, par la vérité de Dieu, que la petite voix venue de très, très loin dans ma tête me l’a laissé deviner. La petite voix a senti que mon corps ne pouvait pas tout  me révéler sur moi-même. La petite voix a compris que mon corps m’était équivoque. (p.167)

Deux femmes l’attachent à deux cultures : Françoise la Française d’un côté, Fary Thiam la Sénégalaise d’origine peule.

Comment réaliser ce scénario complexe, l’actualiser, faire sentir son vécu ? David Diop choisit la lenteur d’une écriture au rythme assourdi de mille et une répétitions. D’abord avec une des expressions formulaires indéfiniment répétées comme « Par la vérité de Dieu » qui sature tout le récit imposant une dimension spirituelle. La gravité du ton soulignée par un vocabulaire simple

Ma mère était belle dans mes souvenirs d’enfant par ses paupières charbonnées, par ses lèvres  peintes entrouvertes sur de belles dents blanches, très, très bien rangées et par son casque de tresses parsemées de pièces d’or. (p.118)

se ralentit encore plus par le jeu des reprises presque textuelles : ainsi on lit p. 83 : « Quand je suis rentré chez nous en rampant dans la boue, comme un mamba noir rentrant dans son nid après la chasse au rat… » et p. 84 : « dès mon retour dans notre tranchée comme un mamba se faufile dans son nid sous terre après la chasse ». Remontée d’une parlure africaine ? Peut-être mais le but, me semble-t-il est avant tout de faire sentir par le rythme intérieur d’un illettré (Alfa Ndiaye n’a pas été scolarisé), la profondeur et le sérieux de sa relation au monde, celui de son enfance, celui de son amitié avec Mademba Diop, celui de sa double appartenance.

Un roman exigeant, au tempo lent, qui fait comprendre, par-delà les épisodes de la boucherie sanglante de 1914, la prise de conscience par un esprit africain du monde de son temps.

Petite lecture complémentaire :

Venance Konan, Si le noir n’est pas capable de se tenir debout, laissez-le tomber. Tout ce que je vous demande c’est de ne pas l’empêcher de se tenir debout. Essai, Michel Lafon, 2018, 223 p.

Daniel Delas

Pour citer cet article : 1914 : l’aventure équivoque d’un tirailleur sénégalais. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 30/10/2018, https://apela.hypotheses.org/2700.

AAC : Ousmane Sembène, artiste-militant

Premier colloque international de l’Association Sembène Ousmane (ASO)

Ousmane Sembène, artiste-militant

14-15 juin 2019, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)

Les propositions de communications suivies d’une courte notice biobliographique seront reçues jusqu’au 15 janvier 2019 à l’adresse associationsembeneousmane@gmail.com
À noter qu’il n’y aura pas de prise en charge des frais de voyage et de séjour des participants.

Calendrier prévisionnel

Les propositions de communication (titre et résumé de 400 mots environ), suivies d’une courte biobibliographie de l’auteur, seront reçues en fichier Word à l’adresse de l’Association Sembène Ousmane (associationsembeneousmane@gmail.com) jusqu’au 15 janvier 2019. Le comité scientifique procédera à la sélection des propositions et les auteurs seront contactés autour du 15 février 2019.
Les communications, d’une durée de 20 minutes suivies de discussion, pourront être prononcées en français ou en anglais. La version écrite des communications est attendue pour le 15 octobre 2019 : ces textes, suite à une deuxième évaluation de la part du comité scientifique, feront l’objet de la publication, fin 2019, du premier numéro de la revue Cahiers Sembène Ousmane, dirigée par Mbaye Diouf (Université McGill).
Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter le site internet de l’Association Sembène Ousmane (www.associationsembeneousmane.com) ou à nous contacter par courriel à l’adresse associationsembeneousmane@gmail.com

Direction scientifique

Andrée-Marie Diagne-Bonané (UCAD), Edoardo Cagnan (Sorbonne-McGill), avec la participation de Maguèye Kassé (UCAD).

Comité scientifique

  • Mamadou BA (UCAD, Sénégal)
  • Marie-Jo BOURDIN (Centre Minkowska, France)
  • Souleymane Bachir DIAGNE (Université Columbia, États-Unis)
  • Andrée-Marie DIAGNE-BONANÉ (UCAD, Sénégal)
  • Mbaye DIOUF (Université McGill, Canada)
  • Carole EDWARDS (Texas Tech University, États-Unis)
  • Claude FOREST (Université de la Sorbonne-Nouvelle, France)
  • Maguèye KASSÉ (UCAD, Sénégal)
  • Amadou LY (UCAD, Sénégal)
  • Ibrahima NDIAYE (UCAD, Sénégal)
  • Sada NIANG (Université Victoria, Canada)
  • Justin OUORO (Université de Ouagadougou, Burkina Faso)
  • Felwine SARR (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Cristina SCHIAVONE (Université de Macerata, Italie)
  • Omar SOUGOU (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Kalidou Seydou SY (Université Gaston Berger, Sénégal)
  • Cécile VAN DEN AVENNE (Université de la Sorbonne-Nouvelle, France)
  • Ibrahima WANE (UCAD, Sénégal)

Pour ce qui est des écrivains, on ne peut que leur demander de nous exprimer la réalité et la vérité. Et qu’ils le fassent très bien. Mais je ne pense pas qu’une œuvre littéraire doive être une pancarte d’un défilé du 1er Mai. La vie des hommes est si complexe… Moi, ma mission, c’est d’être toujours fidèle à la réalité et d’essayer de pousser les hommes à réfléchir sur leurs conditions d’existence.

Sembène, le 17 novembre 1993

De retour au Sénégal en 1960, après avoir milité activement au sein des syndicats et des partis de gauche pendant sa jeunesse, Sembène Ousmane fera de son travail artistique l’expression privilégiée de son engagement : « Je ne milite dans aucun parti, je milite à travers mes œuvres »[1]. Dès lors, assez distant des débats qu’il jugeait trop théoriques comme la Négritude, mais sensible à la cause des travailleurs (le marxisme), des peuples colonisés (Memmi et Fanon) et des femmes, il développe une conception utile de l’Art : « À l’écrit comme à l’écran, ses soucis majeurs d’artiste furent la représentation authentique des peuples d’Afrique et une description sans compromis des luttes résumant leur mode de survie au quotidien »[2]. Or, selon la conception sembénienne, si l’Art peut se rendre effectivement utile, c’est parce que l’artiste choisit de mettre sa liberté intellectuelle au service des autres : « Je pense que le créateur – pas seulement l’écrivain : le peintre, le cinéaste… – exprime son époque. Il est, dans le sens le plus noble, celui qui combat toute forme d’injustice, que cela soit sur le plan collectif ou individuel, puisque le créateur n’a reçu mandat d’aucun clan, d’aucun groupe, et que c’est par sa propre conscience qu’il pose les problèmes de sa communauté. Si c’est cela l’engagement, il n’y a pas de créateur non engagé »[3].
Foncièrement contestataire, comme le suggère le nom de sa maison à Yoff (Gallé Ceddo, soit « celui qui refuse »), Sembène semble animé par « une double exigence, la nécessité de préserver son individualité tout en étant présent au monde »[4]. C’est sans doute grâce à ce souci éthique, rester libre et ne pas trahir la complexité du réel, que ses œuvres s’écartent de toute forme de manichéisme idéologique : du côté esthétique aussi, elles se rangent assez mal sous l’étiquette du « réalisme socialiste » à cause, par exemple, de l’épaisseur psychologique des personnages et de ces conclusions, le plus souvent ouvertes, qui suscitent chez le lecteur de nouveaux questionnements plutôt que de lui indiquer un chemin à suivre. Il se montre également conscient du fait que ses œuvres parlent à un public hétérogène, non pas pour répandre une doctrine, mais pour le sensibiliser à une cause, faire circuler des idées et pointer des problèmes sociaux : « Je tiens compte du fait que, quand j’écris, je m’adresse à une multitude de gens et je décris souvent la vie de celui qui n’est pas de mon bord. Faut-il alors en faire un porte-drapeau ? J’ai toujours condamné la littérature de 1er Mai, de pancarte, et que cela soit au cinéma ou ailleurs. […] Cela ne veut pas dire que je renonce à mon idéal, mais je dois amener les gens à une autre compréhension de notre société et à leur volonté de changement »[5].
Bien que la question de l’engagement de Sembène ne soit pas nouvelle pour la critique, on sait qu’elle continue de poser quelques problèmes : d’une part, on connaît encore de manière sommaire le rôle qu’a joué l’artiste-militant dans les mouvements politiques et dans les institutions culturelles ; de l’autre, son œuvre est parfois simplifiée au moyen de notions extrinsèques ou décrite à travers un répertoire thématique trop superficiel. Ce colloque souhaite offrir aux chercheurs l’occasion de réfléchir, de manière méthodique et collective, sur les choix d’écriture et de mise en scène qui permettent à l’auteur de se positionner. En favorisant les perspectives interdisciplinaires et les nouvelles approches développées par les sciences humaines, le colloque nourrit l’ambition de comprendre les ressorts de l’esthétique sembénienne en la situant dans son contexte historique et en montrant son positionnement dans le champ artistique de l’Afrique de l’ouest au fil des époques, pour comprendre l’héritage laissé au monde contemporain.
Dans ce cadre, nous proposons trois axes de recherche non exhaustifs :

Axe I – Une vie de combats

D’abord tirailleur dans l’Armée coloniale, puis docker à Marseille, Sembène a pu voir de près les méfaits du racisme et du capitalisme, ce qui a aiguisé sa conscience politique, au point de s’inscrire au PCF et à la CGT : son rôle politique, le milieu qu’il a fréquenté et surtout le rôle que ce milieu a joué dans ses œuvres pourraient être explorés davantage par les biographes et les littéraires. En effet, si nombre de ses œuvres, aussi bien historiques (Camp de Thiaroye) que d’inspiration autobiographiques (Le Docker noir), reflètent les conflits d’une époque[6], on s’est rarement penché sur l’influence qu’a pu exercer sur elles la formation reçue par Sembène dans les bibliothèques et les cercles des syndicats pendant les années 1950.
Il faudrait s’intéresser également à la période qui fait suite au retour au Sénégal, puisque la fin de la colonisation n’était que le début des questions postcoloniales : on pense notamment aux réserves de Sembène à l’égard de la nouvelle bourgeoisie sénégalaise (Xala) et de la politique de Senghor (Le Dernier de l’Empire). De plus, ce colloque pourrait être l’occasion de replacer la figure de Sembène dans le contexte politique et culturel : comme l’ont montré récemment Kassé et Diop, il est resté proche de certains milieux militants comme le PAI et a été au centre de plusieurs institutions culturelles, comme le FESPACO et la CINSEAS, afin de soutenir de manière durable les productions artistiques ouest-africaines[7] ; enfin, on ne saurait oublier l’aventure éditoriale de Kaddu, le premier journal en wolof, codirigé avec Pathé Diagne.

Axe II – Histoire et symboles

La nouvelle « Face à l’Histoire » (Voltaïque), de par la polysémie du mot « histoire », pose la question du rapport entre la réalité et la fiction. L’œuvre, soit-elle littéraire ou cinématographique, répond chez Sembène à une double exigence, celle de représenter fidèlement le réel, mais aussi celle d’envisager une alternative qui soit reçue de manière critique par le public, jusqu’à constituer un vecteur de changement dans le continent africain : « Mieux que les discours politiques ou les écrits des journalistes, les films de Sembène travaillent l’opinion dans le sens d’une prise de conscience sur la réalité africaine »[8].
Il s’agit donc de « refuser de céder le terrain de la tradition et du passé aux conservateurs et aux “négrologues” qui en feraient un musée incapable de donner des réponses aux problèmes actuels (voire de mieux les comprendre). C’est aussi un effort constant de cerner les formes que prenait l’injustice à travers l’histoire. Imaginer autrement le passé et la tradition »[9]. La complexité et la richesse de l’Art, qui en font la valeur constituante pour toute société[10], permet aussi bien de réécrire l’Histoire, en s’opposant au discours colonial, que de créer de nouveaux modèles face au retour à la tradition ou à l’assimilation des pratiques du monde globalisé : une lecture sémiotique des œuvres montrerait bien la volonté de Sembène de façonner une nouvelle modernité africaine par le discours[11].

Axe III – Langues et langages

Ces réflexions sur le positionnement polémique de Sembène et sur les enjeux de la fiction peuvent être prolongées jusqu’à l’analyse de ce qui constitue le matériau même des œuvres, à savoir la langue et le médium. Rien de cela n’est en effet le fruit du hasard chez le romancier et cinéaste sénégalais : le choix d’une langue ou d’un style correspond, de manière presque performative, à une prise de position. Le français stéréotypé dit « petit nègre » de Diouana (La Noire de…) dénonce la subalternité linguistique du personnage, dont la vie intérieure ne peut exister que par la fiction du discours indirect libre (dans la nouvelle) et de la voix-off (dans le film)[12], alors que « dans Camp de Thiaroye, le français tirailleur fictionnel envahit le film, il devient la norme à l’aune de laquelle les autres variétés vont être mesurées en termes d’écart. Dès lors il perd tout pouvoir de stigmatisation de ses locuteurs »[13]. En revanche, le choix de tourner en wolof son deuxième long-métrage, Manda bi, montre à la fois le désir de s’adresser directement à son peuple[14] et l’ambition de renouveler le champ artistique africain, capable de s’affranchir des langues coloniales, un changement qui n’épargnera pas, plus tard, la production littéraire[15]. Des lectures intersémiotiques devraient pouvoir éclaircir aussi les phénomènes de coprésence et de mise en abyme des autres arts (notamment la musique, la peinture et la photo) dans les œuvres sembéniennes[16].
De manière analogue, le choix du médium et notamment la partielle conversion de la littérature au cinéma témoignent de la volonté de Sembène d’atteindre un public plus vaste en popularisant son Art et en contournant l’écueil de l’analphabétisme[17]. Pourtant, le cinéma subit d’autres contraintes : la quasi-absence de salles en Afrique (plus criarde aujourd’hui) et le besoin de financements importants, soumis le plus souvent aux ambitions du pouvoir politique[18]. Face à ce double constat et en dépit des limites, Sembène parvient à exploiter les essors de chaque médium pour se ménager une place dans le champ artistique.