Archives par mot-clé : Histoire

Approches socio-historiques des littératures des suds

Colloque Approches socio-historiques des littératures des Suds

État des lieux et perspectives

Université de Lorraine, Campus de Metz

4-5 octobre 2024

Conférence inaugurale : Pierre Halen

Les propositions de communications (une demi page, avec notice bio-biblio) sont attendues pour le 15 avril 2024 aux deux adresses suivantes :

  • tristan.leperlier/chez/cnrs.fr
  • abdoulayeimorou02/chez/yahoo.fr

Argumentaire

Qu’en est-il aujourd’hui des approches socio-historiques des littératures des Suds ? Résolument interdisciplinaire, ce colloque, qui fait suite à une journée d’étude organisée le 22 juin 2021 par le groupe ASOHLIS, vise à dresser un état des lieux concernant les travaux qui permettent de comprendre la fabrique de ces littératures (prioritairement des littératures africaines mais pas exclusivement) et leurs déploiements historiques et sociaux, tout en contribuant à une réflexion plus large sur le fait littéraire et sa compréhension. Pour autant, il ne s’agira pas de tourner le dos aux approches littéraires, attachées à l’analyse des œuvres et des auteurs. Toujours avec une intention méthodologique et réflexive, son souci est de multiplier, dans ces perspectives sociales et institutionnelles, outils et angles d’analyse, qu’ils soient historiques, sociologiques ou littéraires, pour comprendre ce fait culturel.

Continuer la lecture de Approches socio-historiques des littératures des suds

Écrire Boko Haram

Cycle de conférences : Littérature et sciences sociales en Afrique #3

Jeudi 29 février, 16h-18h

1, place Saint-Thomas-d’Aquin, 75007

Pour inaugurer le nouveau Programme Afrique de Sciences Po, s’ouvre un cycle de conférences « Littérature et sciences sociales en Afrique », en partenariat avec la Maison des arts de Sciences Po, animé par Elara Bertho (CNRS) et Elgas, sociologue et écrivain sénégalais.

Pour la troisième séance, nous accueillons l’écrivaine camerounaise Hemley Boum, autrice de nombreux romans, dont Les Maquisards (La Cheminante, 2015, Grand prix littéraire d’Afrique noire), Les Jours viennent et passent (Gallimard, NRF Collection blanche, 2019, Prix Ahmadou Kourouma) et Le Rêve du pêcheur (Gallimard, NRF Collection blanche, 2024).

Écrire Boko Haram avec Hemley Boum, écrivaine

Discutant.e.s : 

  • Elara Bertho, CNRS – LAM & Programme Afrique Sciences Po
  • El Hadj Souleymane Gassama, dit Elgas, journaliste à RFI, chercheur associé à l’Iris et écrivain
  • Vincent Foucher, CNRS – LAM & revue Politique africaine

Responsable scientifique de l’événement : Richard Banégas, Sciences Po-CERI

URL de référence : https://www.sciencespo.fr/fr/evenements/cycle-de-conferences-litterature-et-sciences-sociales-en-afrique/

Claude McKay : voies de passage et chemins de traverse

Claude McKay: Passages and Crossings

30 novembre, Aix-en-Provence – 1er et 2 décembre 2023, Marseille

Conférencier invité : Ernest Mitchell, Yale University

Ce deuxième colloque international et interdisciplinaire consacré à Claude McKay et organisé par la Banjo Society à Aix-Marseille Université étudie, à l’occasion du centenaire de son arrivée à Marseille, la contribution de l’œuvre du poète, romancier, journaliste, épistolier et activiste à l’appréhension et la reconception de l’histoire et des circulations des diasporas noires ainsi qu’à la compréhension des trajectoires intellectuelles et biographiques qui y sont attachées.

Le colloque comporte 3 volets répartis sur 3 jours dans 3 lieux, à Aix-en-Provence et à Marseille, choisis en fonction du contenu des activités et de leur rayonnement local, régional et national :

  1. Traduction ou retraduction de l’œuvre de McKay
  2. Réseaux, circulations et échanges
  3. Littérature, écriture et jazz

BAT1-livret FR programme+bio

Plus d’infos : https://claudemckay.hypotheses.org/566 et https://claudemckay.hypotheses.org/draft-programme-mckay-conference-2023-30-nov-1-dec-2023

Et pour la journée de samedi, en collaboration avec le programme Esthétiques jazz : https://claudemckay.hypotheses.org/754

Continuer la lecture de Claude McKay : voies de passage et chemins de traverse

Regards croisés sur les tirailleurs

Journée d’étude

Mercredi 15 novembre, 9h-18h30

Université Toulouse-Jean Jaurès, Amphi ODG3

Autour de deux films : Ousmane Sembène, Camp de Thiaroye (1988), Mathieu Vadepied, Tirailleurs (2022, avec Omar Sy)
et de deux récits : David Diop, Frères d’âme (2018), Aurélie Champagne, Zébu Boy (2019)

Intervenants des tables-rondes :

  • Renaud Boukh (Editeur)
  • Martin Mourre (Histoire)
  • Dragoss Ouedraogo (Anthropologie visuelle)
  • Pierre Soubias (Lettres)
     
  • 8h45: accueil
  • 9h: introduction de la journée, Bernard Djatang (Africlap), Stéphanie Lima (SCR EAF)
  • 9h15: projection du film Tirailleurs de Mathieu Vadepied (1h50)
  • 11h15-11h30: pause café
  • 11h30-13h: Table-ronde 1 et échange avec le public
  • 14h30: Projection du film Camp de Thiaroye d’Ousmane Sembène (2h30)
  • 17h-18h30: Table-ronde 2 et échange avec le public

Dans le cadre du Festival Africlap
Une collaboration SCR EAFSéminaire Afriques au Pluriel
Master Euro philosophie – Séminaire Décolonisations
GIS Etudes Africaines en France

Organisation
Bernard Djatang (Africlap),
Jean-Christophe Goddard (ERRAPHIS)
Stéphanie Lima (LISST)
Pierre Soubias (LLA CREATIS)

Contact: screaf@univ-tlse2.fr

URL de référence : https://screaf.univ-tlse2.fr/accueil/seminaire/seminaire-2023-2024/journee-detude-regards-croises-cinema-litterature-sur-les-tirailleurs-senegalais

AAC/CfP: Restituer et Re-situer Haïti

Restituer et re-situer Haïti : nouvelles connexions

Modalités de contribution

Les propositions de contribution sont à envoyer par mail jusqu’au 09 octobre 2023 à l’adresse suivante : resituerhaiti.colloque2024@gmail.com. Les résumés doivent être d’une longueur de 300 mots maximum et accompagnés d’un titre (même provisoire) et d’une courte notice bio-bibliographique. Les propositions seront évaluées par un comité scientifique et les réponses concernant les sélections seront envoyées dès le 15 novembre 2023.

Le colloque aura lieu les 04 et 05 avril 2024 à la Maison de la recherche de l’université Paris 8.

URL de référence : https://www.romanistik.de/aktuelles/6953

Argumentaire

« Dire Haïti et sa littérature autrement, c’est se demander, à travers les mots de ses écrivains et de ses écrivaines, quel éclairage peut apporter aujourd’hui au monde francophone, sinon au monde tout court, l’expérience haïtienne », déclare l’écrivaine haïtienne Yanick Lahens dans sa leçon inaugurale de la chaire annuelle des Mondes Francophones (2018-2019) au Collège de France. Ce colloque s’inscrit, à l’instar du propos de Lahens, dans une urgence de dire Haïti autrement. Urgence de « dire » et « autrement » pour tenter de sortir le pays de l’économie à la fois du silence et de la diffamation qui entoure le discours sur lui depuis le succès de la révolution haïtienne qui abolit l’esclavage et mit fin au colonialisme français sur l’île caribéenne.
Le silence, théorisé par l’anthropologue Michel-Rolph Trouillot dans son livre Silencing the past (1995), présent de façon plus manifeste dans les rapports d’Haïti avec la France se dévoile, entre autres, par une absence notoire de l’histoire haïtienne dans l’histoire française –la révolution haïtienne reste encore le tabou qu’un infime nombre de manuels scolaires français osent subrepticement braver (Brière, 2017) –et par une prise en compte précaire de la littérature haïtienne dans l’enseignement général des lettres (Chemla, 2019). La diffamation quant à elle peut être perçue historiquement à travers les rapports des métropoles coloniales qui évoquent les contorsions révolutionnaires à Saint-Domingue dès les premiers moments de la révolte des esclaves caractérisée par sa « sauvagerie » (Middelanis, 1996 ; Hurbon, 2009) et la littérature, notamment dans la littérature états-unienne blanche du XIXe siècle qui peint Haïti comme le berceau de l’obscurité et de la barbarie (Dash, 2016). La diffamation est également perceptible au présent dans les médias (Saint-George, 2017). On observe ainsi une réactualisation du regard colonial par une représentation qui tente d’enfermer le pays dans les extrêmes entre “carte postale” et “cauchemar” (Lahens, 2021), de reproduire les stéréotypes de l’anti-haïtianisme et d’ignorer les enjeux géopolitiques et économiques qui vont à la rencontre de la situation actuelle en Haïti. Malgré une augmentation importante depuis les années 2000 –le haitian turn (Joseph, 2012 ; Bandau, 2013) – des études sur Haïti et sa littérature et un nouvel intérêt marqué à l’ère des études postcoloniales, on est encore loin d’un regard et d’une politique décolonisés sur le pays. Le silence et la représentation problématique d’Haïti, que la France partage avec d’autres puissances de ce monde, situe le pays au loin, le confine dans son espace insulaire et isolé, presque de l’autre côté de l’humanité (modernité, cf. Mignolo, 2011). Il s’établit là une distance factice qu’il convient de désamorcer.
Les publications récentes qui abordent la question tout autant passée sous silence de la “dette” de l’indépendance, (cf. Henochsberg, 2016 ; Dorigny et al., 2021 ; Gamio et al., 2022) et le colloque « Haïti : littérature et civilisation » (2019) au Collège de France précédé quelques mois plus tôt par la leçon inaugurale de Yanick Lahens mais aussi les références récurrentes à la révolution haïtienne dans le dernier blockbuster Black Panther: Wakanda forever (cf. Haitian Times, 2022 ; Varsity, 2022), sont des pas qui témoignent dudit désamorçage déjà en cours. Cette évolution passe par les études littéraires et culturelles, ainsi que par des productions artistiques qui non seulement repositionnent Haïti dans l’histoire globale mais touchent également à la question de la restitution.
Suivant cette perspective, notre colloque tente de re-visiter le rôle d’Haïti et sa civilisation dans l’histoire et au présent, de questionner les angles sous lesquels ils sont souvent présentés et d’ainsi faire “habiter” le pays reprenant là le mouvement de pensée qui traverse la contribution de Laënnec Hurbon au colloque du collège de France et qui a inspiré le Festival Haïti-Monde de 2022 à Paris. Pour ce faire, ce colloque s’intéresse à la situation d’Haïti dans les Amériques, notamment dans l’espace caribéen, mais aussi à ses liens avec d’autres espaces dans le monde comme l’Afrique, le Moyen-Orient ou l’Europe (p.ex. avec l’Allemagne, cf. Pestel, 2019). Il aspire à re-penser la situation d’Haïti et de la littérature haïtienne afin de placer Haïti et l’étudier dans un contexte plus pertinent pour la complète considération de ses complexités historiques, politiques, linguistiques, culturelles et littéraires. Le colloque cherche aussi à questionner les circulations, connexions et influences de cette première littérature anticoloniale en se penchant sur son rôle dans l’espace littéraire d’aujourd’hui et d’une littérature-monde (Le Bris, 2007) ou plutôt qui s’amplifie. Il n’est pas ici question d’étudier « l’apport » d’Haïti comme s’il s’agissait d’un simple objet d’étude, mais bien d’évoquer ses connexions, ses relations et, par conséquent, la façon dont elle participe à l’espace historique, littéraire et politique de la France, de la Caraïbe, des Amériques et du monde.
Ce colloque se veut pluridisciplinaire. L’on souhaiterait associer les travaux de chercheurs en histoire, en sciences sociales, en littérature, en études culturelles et cinématographiques. Le colloque s’organise autour de deux idées directrices : la re-situation et la restitution d’Haïti qui sont donc les grands axes dans lesquels doivent s’inscrire les propositions de communications.

Continuer la lecture de AAC/CfP: Restituer et Re-situer Haïti

Le Docker noir

Réédition marseillaise du premier roman de Sembène Ousmane

Marseille, éd. Héliotropismes, Collection Harlem Shadows n°3
ISBN : 979-10-97210-12-0, Format : 148×210 mm, 240 pages

Parution le 2 juin 2023

Marseille, années 1950. Diaw Falla, docker sénégalais, vit à Belsunce, le «petit Harlem marseillais», et travaille sur le port en compagnie de nombreux ouvriers africains. Menant une existence précaire, il rêve d’écrire et de publier son premier roman, Le Dernier voyage du Négrier Sirius. Son existence bascule le jour où il confie son manuscrit à une amie écrivaine.
Publié en 1956, ce premier roman de Sembène Ousmane est un déchirant cri d’amertume qui fait écho aux romans marseillais de Claude McKay dans sa soif de liberté, sa défense des luttes sociales et son refus d’accepter l’étroitesse des préjugés raciaux.

De nombreuses archives et des textes inédits

Cette édition, enrichie d’un important appareil critique, retrace le parcours de Sembène Ousmane à Marseille, à travers les réseaux politiques et littéraires qu’il a fréquentés. C’est ainsi qu’apparaissent dans cette version les poèmes « Liberté » (publié dans la revue Action poétique en 1956), « Sur toute la terre », « Vu du coeur » et « Manie », ainsi qu’une des premières versions de la nouvelle « Communauté ».
Dans la postface, on apprend, grâce aux informations révélées par les archives des Renseignements généraux, que Sembène était étroitement surveillé en raison de ses activités militantes en faveur des indépendances africaines.

Lire un extrait, consulter, commander sur la page de l’éditeur

Semaine Senghor

Nous portons à votre connaissance le programme de la semaine Senghor qui se tient à Dakar jusqu’au 2 mai.

Entrée libre. Soyez les bienvenus !

  • Jeudi 27 avril : conférence de Sébastien Heiniger à la Maison Senghor (« les Dents de la mer »), 16h (et en matinée atelier sur les archives littéraires avec une classe du lycée Lamine Gueye à la Fondation Senghor)
  • Vendredi 28 avril : causerie sur Senghor et la musique avec Nicolas Darbon, hôtel Sokhamon, 16h (et en matinée atelier de codicologie à l’EBAD avec Jean-Sébastien Macke)
  • Samedi 29 avril : journée de formation sur l’approche génétique en littérature (Senghor, Zola et alii), FLSH UCAD Salle 115, 9H-15h.
  • Mardi 2 mai : journée d’étude “Relire Senghor à l’aune des archives » (coordination Céline Labrune-Badiane et Mouhamadou Moustapha Sow)

Cette journée d’étude vise à explorer ces fonds Senghor, à interroger le potentiel et les usages possibles des archives ainsi qu’à soulever les enjeux juridiques, épistémologiques et éthiques que ceux-ci posent. 

Le comité d’organisation (UCAD-ITEM).

Détail ci-dessous

Continuer la lecture de Semaine Senghor