Archives par mot-clé : Histoire

JE Formes fixes et identités noires

Journée d’Études internationale – Universités Paris 3 – SPC et Paris 13 – SPC

Samedi 16 juin 2018 – Paris

Formes fixes et Identités noires

Salle 310, Université Paris 3 – SPC
13 rue de Santeuil, 75005 Paris
Métro Censier-Daubenton (ligne 7)

9h30 : Accueil des participants et café
9h45 : Mot d’accueil – Liess Benlalli, Pierre Leroux & Thomas Vuong

10h : Formes fixes et négritude : origines et héritages – présidence Pierre Leroux

  • Alioune Sow (Universita degli Studi, Bologne) : « « Le verset des fleuves » de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? »
  • Dorgelès Roméo Houessou (Université Alassane Ouattara, Bouaké) : « Le Paradoxe négritudien dans les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures »

11h : pause-café

11h30 : Deux poètes malgaches, avant et pendant la négritude – présidence Thomas Vuong

  • Xavier Luce (Université Paris -Sorbonne) : « Rabearivelo Chatterton tropical, mises en scène poétiques d’un écrivain dandy et indigène »
  • Tumba Shango Lokoho (Université Paris 3) : « Jacques Rabemananjara, le sonnet et la « malgachitude » »

12h30 : pause déjeuner

13h30 : Identités noires des Amériques : rédéfinitions perpétuelles – présidence Frédéric Sylvanise (Université Paris 13)

  • Thomas Vuong (Université Paris 13) : « Native Guard de Natasha Trethewey, une exploration de l’histoire noire-américaine »
  • Cyril Vettorato (ENS Lyon) : « Ce que les « formes fixes » font à l’histoire littéraire : le sonnet et la poésie afro-brésilienne de Cruz e Sousa à Eduardo de Oliveira »
  • Alain Obame (Université Cergy-Pontoise) : « Frankétienne, l’écriture spiralaire ou l’écriture de la révolte »

15h : pause

15h30 : Formes orales, formes écrites : vitalités contemporaines de la poésie africaine – présidence Liess Benlalli

  • Christiane Seydou (C.N.R.S.) : « Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique. »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Le poète en « trickster » : folklore urbain et poésie contemporaine kenyane »

16h30 : Conclusions scientifiques – Liess Benlalli

Lire l’argumentaire sur Calenda.

AAC : Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Colloque 2019 de l’APELA

Carnet de voyage d’E. Delacroix. Photo CM
Aix-en-Provence, 25-27 septembre 2019

organisé par l’EA 4235 CIELAM (Aix Marseille Université), en partenariat avec l’IMAf (UMR 8171 Institut des mondes africains), LAM (UMR 5115 Les Afriques dans le monde) et les Archives nationales d’outre-mer (ANOM)

Les propositions de panels ou de communications (titre et résumé d’une demi-page maximum) sont attendues pour le 15 juin 2018 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom et affiliation, à adresser conjointement à

  • catherine.mazauric [at] univ-amu.fr
  • e.bertho [at] sciencespobordeaux.fr

Appel à communications

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Le lien de la littérature au passé constitue une préoccupation constante de l’APELA dont témoignaient les journées « Littératures africaines et Histoire » (Nanterre, 1989) et « Lieux de mémoire africains » (Paris XIII, 1998). Plus récemment, la journée « Tranches d’histoire » organisée à l’UPEC en 2014 a porté sur l’historiographie des littératures africaines, tandis que le colloque de Bordeaux « Archive, texte, performance » s’attachait plus spécifiquement en 2013 aux relations entre archive et performance (archiver la performance, performer l’archive) telles que les littératures et les arts des Afriques offrent de les penser. En envisageant aujourd’hui de concert archives matérielles et traces mémorielles, il s’agira moins de reconduire sans autre interrogation l’opposition entre histoire et mémoire que d’envisager la contribution des littératures africaines (incluant notamment l’Afrique méditerranéenne) et des diasporas à la reviviscence des archives et à leur circulation, tout comme à l’inscription des traces mémorielles et à leur historicisation.
D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de l’indiscipline (Suchet, Loty). À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

I. Archives matérielles

Deux types d’archives peuvent être envisagés. D’une part les fonds d’archives existants, qu’ils soient déposés dans des lieux publics ou qu’il s’agisse d’archives privées, que peuvent mobiliser et utiliser des écrivains, mais également les fonds d’archives que ces derniers peuvent constituer à leur fins propres, pour leur travail d’écriture. D’autre part, les archives d’écrivains dans un sens génétique, que constituent les différents écrits préparatoires et les différentes étapes d’écriture d’un manuscrit.
Dans une perspective d’historiographie des littératures, mais aussi d’établissement des bases matérielles d’une étude objectivante des relations entre littérature et histoire, il paraît important de pouvoir procéder à un travail de localisation, repérage, inventaire et analyse des fonds d’archives, que ces dernières soient textuelles, iconiques ou sonores, qu’il s’agisse d’archives coloniales ou plus récentes, de fonds publics ou privés, qu’elles soient actuellement numérisées ou non, accessibles sur la toile ou non.

A/ Usages des archives

Les littératures africaines se sont souvent nourries des archives. À la différence de l’historien, le romancier n’est toutefois pas tenu à l’exactitude de la citation de ses sources, entretenant un rapport beaucoup plus libre à l’archive de l’ordre de l’inspiration, de l’allusion, voire de simple recours à un support pour la rêverie poétique. Avec quelles modalités ces intrusions de l’archive s’effectuent-elles en littérature ? De quoi l’archive y est-elle la trace ? Quelle poétique de l’archive peut-on élaborer dans les littératures africaines ? Y a-t-il des limites éthiques à ces usages affranchis des archives et si oui quelles seraient-elles ?
Ayant recours à l’archive, les écrits littéraires « s’emparent d’un souvenir » (Benjamin) et contribuent à l’élaboration collective d’un récit historique à portée politique le plus souvent. Comment la remise au jour et la réinvention de figures oubliées contribuent-elles à des politiques de la mémoire à différentes échelles ? Et comment l’archive sensible (Basto, Marcilhacy, 2017) met-elle en oeuvre la critique d’un savoir comme vérité unique ? Aux côtés des archives institutionnelles (administratives, de santé…), la myriade des archives privées (Guidi, Rillon) ou des « archives hors les murs » (Fouéré) pose également la question de la littérarité des archives personnelles : les archives de l’intime, l’autographie constituent des faits d’écriture importants en Afrique, mais qui ne sont le plus souvent interrogés qu’en histoire et sous l’angle de leur apport documentaire. Or l’édition de ces récits de vie forme aussi, adossée à celle des supports matériels de conservation des archives (malles, cantines, carnets…), une question littéraire d’inscription de l’intime et d’écriture de soi.

B/ Génétique et archives

La localisation en Europe des archives d’écrivains africains pose en outre de nombreux problèmes d’accessibilité pour les chercheurs. Inversement en Afrique, pour celles qui y sont demeurées leur conservation n’est pas sans soulever des questions pratiques et techniques d’importance. La question de la conservation et de l’accessibilité présente ou future des fonds d’archives d’éditeurs se pose également. En génétique, des travaux analysent actuellement les usages et réutilisations des archives personnelles par des écrivains qui dans leur pratique d’écriture, à l’instar de Sony Labou Tansi, créent en se récrivant incessamment. Cette poétique de la réécriture où l’archive personnelle devient un document pour sa propre réélaboration doit être interrogée. D’autres travaux mettent en évidence, grâce à l’étude des archives, des éléments de l’histoire des œuvres jusqu’alors méconnus des chercheurs (Corcoran, Delas, Ekoungoun, 2017). Or la diversité matérielle des archives d’écrivains (scripturale, sonore, iconique, papier ou numérique) pose à cet égard, tout comme les procédures de reproduction, des enjeux cruciaux.

II. Traces mémorielles

A/ Traces mémorielles, traces effacées de vies minuscules

L’archive touche une problématique particulièrement littéraire : celle de la trace de l’intime. L’archive constitue le signe d’une « vie minuscule ». Ce que Carlo Ginzburg nommait la « trace », l’« indice » correspond à des biographies dont la littérature s’attache à reconstituer les parcours, voire à souligner les vides et les creux. Quelles vies minuscules sont interrogées dans les archives dès lors qu’elles sont abordées selon le paradigme indiciaire au sein duquel l’absence fait aussi trace ? Que disent et que font les littératures africaines des traces de l’intime ? Comment s’y nouent les articulations entre l’intime et le collectif ? Le récit peut-il prendre la place de ce qui a été radicalement effacé, voire plus encore, nié ? Ces questions se posent notamment dans les sociétés post-traumatiques et les temps post-génocidaires, quand le récit invente la trace de ce qui n’avait pu en laisser. La trace mémorielle peut aussi faire l’objet d’une élaboration voire d’une perlaboration dans le cadre d’un « atelier de mémoire » et de « cahiers de mémoire » (Prudhomme, 2017). Quelle contribution la littérature apporte-t-elle à ces entreprises et quelles seraient les limites de cet apport ?

B/ Le travail de rappel de la littérature

Dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli (2000, 47) Ricœur reprend la tripartition de Casey distinguant le rappel (Reminding) de la reviviscence (Reminiscing) à travers la mémoire méditative (Gedächtnis) et enfin de la reconnaissance (Recognizing), complément du rappel comme re-présentation du souvenir. La rémanence mémorielle est l’enjeu de tensions soulevées par certains entre littérature et histoire, et nouées dans la relation à la trace matérielle vs.mémorielle. Ricœur (2000, 49) estime classiquement que « les lieux “demeurentˮ comme des inscriptions, des monuments, potentiellement des documents, alors que les souvenirs transmis par la seule voix orale volent comme le font les paroles ». Inversement, Alexie Tcheuyap (2006) estime que l’archive historique est de nature à « séquestrer » la mémoire. Quant à Tahar Djaout (1988, 27), il écrivait percevoir dans l’histoire une forme d’« usurpation » : l’auteur des Chercheurs d’os (1984) dénonçait ainsi l’empire voire l’emprise de la mémoire collective ou communautaire sur la trace personnelle et sa réactivation.
Mais la littérature ne constitue-t-elle pas justement une médiation offrant un échappatoire à la dichotomie entre présence matérielle des documents et volatilité des traces mémorielles ? De ce point de vue, quels peuvent être les rôles et modalités de transmission renouvelés à travers les littératures orales ? Comment les traces linguistiques – des langues africaines dans les textes littéraires europhones et inversement, mais aussi des processus linguistiques eux-mêmes (Van den Avenne, 2017) – opèrent-elles à titre d’archives mémorielles du texte ? En quoi et comment le texte littéraire se constitue-t-il en archive des langues, des discours et en palimpseste mémoriel ?
On pourra également envisager les formes de récit comme processus de remémoration depuis les traces, à travers notamment le genre des mémoires et autres genres mémoriels le plus souvent hybrides, et se demander quand d’autres formes de récit doivent suppléer au défaut de l’écriture, ainsi lorsqu’il s’agit d’inscrire une autre forme de trace, sur les lieux.

C/ Traces des mobilités, mobilités des traces

Les lieux de mémoire recueillant le dépôt des traces ne sont pas de nature exclusivement topographique. De même que les archives peuvent être lacunaires ou encryptées, les traces font l’objet de délocalisations et de relocalisations, ainsi que le rappelle l’archéologie des migrations (Garcia, Le Bras, 2017). L’inventaire des traces des migrations et leur analyse recomposent ainsi des circuits inversés et/ou complexes. On peut considérer les archives comme des traces matérielles qui auraient migré vers leurs lieux de conservation, particulièrement nombreux et significatifs pour l’Afrique en région PACA. Le colloque portera attention aux traces mémorielles des migrations et à leurs inscriptions en littérature : inscriptions de traces culturelles (cuisine, musiques, architecture…) dans les textes, diasporas africaines sur d’autres continents, migrations africaines hors du continent, et notamment de l’autre côté de la Méditerranée, en région PACA, mais aussi migrations et diasporas sur le continent, dans leurs aspects littéraires ou la recomposition et la réinvention littéraires de traces de diasporas qui en ont a priori peu déposé dans l’histoire culturelle.

Archives matérielles et traces mémorielles relèvent enfin d’une poétique double. L’archive constitue une trace matérielle, « l’apparition d’une proximité, quelque lointain que puisse être celui qui l’a laissée » (Benjamin, 2009), tandis que l’aura dont dispose la trace mémorielle signe « l’apparition d’un lointain, quelque proche que puisse être celui qui l’évoque » : « avec la trace, nous nous emparons de la chose ; avec l’aura, c’est elle qui se rend maîtresse de nous[1] ». En quoi et comment les littératures africaines et leurs lectures illustrent-elles ce double mouvement ? Mais cette dualité a aussi vocation à être revisitée, contestée ou révisée. La collecte et la récolte des traces, parfois des débris dédaignés voire perdus, constitue en outre une « protestation contre le typique et le classifiable » (Benjamin) : quels agencements, quels dispositifs littéraires configurent les documents de manière à ce qu’y subsiste ou s’y reforme une trace mémorielle potentiellement transmise ? en quoi peuvent-ils receler une insurrection contre le catalogage et les classifications des discours scientifiques ?

Ouvert à l’ensemble des Afriques, subsahariennes mais aussi notamment méditerranéenne, ainsi qu’aux diasporas, tout comme aux comparaisons avec d’autres ensembles de littératures construites par la « situation coloniale » (Balandier, 1951), ce colloque entend interroger, à travers un dialogue interdisciplinaire, poétiques, réécritures, circulations et usages des archives et des traces en littérature en langues européennes comme en langues africaines. Il accueillera les communications de spécialistes des études littéraires mais fera aussi une place significative à celles d’archivistes et spécialistes de la conservation des archives, d’historiens, d’anthropologues, d’artistes et spécialistes des arts de la scène, de l’image et du son, en particulier lors de panels « indisciplinés ». Il souhaite également proposer un work in progresssur les usages de l’archive grâce à la présence et la collaboration d’artistes et d’écrivains.

Les propositions de panels ou de communications (titre et résumé d’une demi-page maximum) sont attendues pour le 15 juin 2018 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom et affiliation, à adresser conjointement à

  • catherine.mazauric [at] univ-amu.fr et
  • e.bertho [at] sciencespobordeaux.fr

Réponses du comité scientifique : à partir du 16 juillet 2018

Comité d’organisation :

  • Elara BERTHO, LAM, Bordeaux
  • Catherine MAZAURIC, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Henri MÉDARD, IMAf, Aix Marseille Université
  • Anouchka Stevellia MOUSSAVOU NYAMA, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Marjolaine UNTER ECKER, CIELAM, Aix Marseille Université
  • Cécile VAN DEN AVENNE, Clesthia, Sorbonne nouvelle

Comité scientifique :

  • Kusum AGGARWAL (U. New Delhi, Inde)
  • Stéphane BAQUEY (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Maria Benedita BASTO (U. Paris Sorbonne)
  • Elara BERTHO (Cnrs-LAM, Bordeaux)
  • Adama COULIBALY (UFHB, Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • Daniel DELAS (U. Cergy et ITEM-Cnrs)
  • Mbouh Seta DIAGANA (U. Nouakchott, Mauritanie)
  • Susanne GEHRMANN (Humboldt U., Berlin, Allemagne)
  • Maëline LE LAY (Cnrs-LAM, Bordeaux et IFRA, Nairobi, Kenya)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Catherine MAZAURIC (CIELAM, Aix Marseille Université)
  • Henri MEDARD (IMAf, Aix Marseille Université)
  • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)
  • Fanny ROBLES (LERMA, Aix Marseille Université)
  • Phyllis TAOUA (U. Arizona, USA)
  • Françoise UGOCHUKWU (Open University, UK)
  • Cécile VAN DEN AVENNE (U. Sorbonne nouvelle)
  • Fabio VITI (IMAf, Aix Marseille Université)

URL de référencehttp://www.apela.fr/2018/04/17/archives-memorielles-traces-materielles/

[1]                Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle, Paris, éd. du Cerf, 2009, p. 464.

Colonialisme et babélisme. Par Daniel Delas

Colonialisme et babélisme

  • Carlo Lucarelli, Le temps des hyènes, traduit de l’italien par Serge Quadruppani, Métailié, 2018, 191 p.
  • Cécile Van den Avenne, De la bouche même des indigènes. Echanges linguistiques en Afrique coloniale, Vendémiaire, 2017, 271 p.

Les hasards de mes lectures m’ont mené à lire en même temps deux livres d’inspiration très différente mais qui mettent en scène l’un et l’autre le colonialisme en Afrique à la fin du 19ème siècle et les problèmes linguistiques qui l’ont accompagné, le colonialisme italien dans un roman de Carlo Lucarelli d’une part et le colonialisme français dans une étude sociolinguistique de Cécile Van den Avenne d’autre part. Cette confrontation est très instructive.

Commençons par présenter le roman de Carlo Lucarelli.
Carlo Lucarelli (né en 1960 à Parme) s’est illustré comme journaliste, animateur de télévision, scénariste et surtout auteur de romans noirs décrivant sans complaisance l’Italie d’aujourd’hui et puis un jour, il rencontre la belle érythréenne Yodit qu’il épouse et qui l’initie au monde de sa famille : « découvrir l’histoire de sa famille m’a ouvert les portes d’un monde fantastique. », dit-il. C’est à la suite de cette réorientation de sa vie qu’il entreprend ses romans érythréens. Ce fut d’abord La huitième vibration (2010), roman historique qui fait revivre la colonie italienne de l’Érythrée à la fin du siècle et le débarquement en 1896 d’un corps expéditionnaire composé de recrues de toute la péninsule mais qui n’ont d’italien que le nom, se définissant principalement par leurs accents régionaux, leurs coutumes, leurs représentations du monde. Tellement différents les uns des autres que souvent ils n’arrivent pas à se comprendre entre eux ni a fortiori à former une armée. Résultat : l’armée italienne se fait écraser à la bataille d’Adoua (1896) par les forces du négus d’Éthiopie Ménélik. Première grande défaite d’une armée blanche devant des troupes africaines.
Après ce gros roman, Lucarelli poursuit par une saga dont le premier volume fut Albergo Italia en 2016 et aujourd’hui Le temps des hyènes. Centrons-nous sur le second.
Une sombre histoire de meurtre d’un riche et noble propriétaire qu’on laissera le lecteur découvrir dans ses rebondissements rocambolesques met en mouvement à travers le pays un couple de policiers, le capitaine de carabiniers royaux Piero Colaprico et son brigadier, le zaptiè (carabinier indigène) Ogbà inspiré du duo le plus fameux de la littérature policière de l’époque, Sherlock Holmes et le docteur Watson. Les nécessités de l’enquête les mènent entre Asmara et Massaoua, Asmara au climat frais juchée sur le haut plateau à 2300 m d’altitude, Massoua l’étouffante, port sur la mer Rouge.

Lucarelli s’est documenté soigneusement et les péripéties de la vie politique quotidienne de la colonie sous la houlette du gouverneur Ferdinando Martini (1897-1900) sont historiques et permettent à l’auteur de montrer une autre face du colonialisme italien que celle associée à la politique mussolinienne des années 30. Ce qui est intéressant pour le lecteur français habitué à voir la colonisation de l’Afrique essentiellement dans l’optique française ou, à la rigueur, anglaise.
Mais le plus étonnant pour un lecteur français est l’immersion dans un univers babélien tout bruissant de langues, idiomes, dialectes, tant chez militaires italiens que dans la relation entre italiens et érythréens. L’Italie n’existe alors en tant que nation (avec une langue nationale) que depuis trente ans de sorte que chaque militaire (soldat ou officier) a gardé de nombreux traits dialectaux dans sa parlure

Le capitanio Copalico était dans son bureau en train de reprendre contact avec la Compagnie après presque une semaine de déplacement pour l’enquête et dix jours de fièvres. Le lieutenant Chiti lui faisait un compte rendu au rabais, aspirant ti et ci à la toscane et en introduisant un sicchè, donc, de temps en temps, à la florentine. (p.125)

Les Érythréens ont eux aussi à leur disposition des langues diverses qui apparaissent souvent, comme par exemple à l’occasion d’une visite du capitaine chez Ogbà et sa femme Manna

Il se penche sur la table et prend la viande de tous ses doigts et non pas du bout des trois premiers, et dirigés vers lui, comme il devrait
Tzenè tzer’zeibullù, halle ka’ha, murmure Manna, les doigts devant la bouche. Un malappris ton capitaine.
Ogbà hausse les épaules.
On n’y peut rien, dit-il en tigrigna, et puis il ajoute : C’est un Blanc
Et pour dire blanc il utilise tzadà, pas t’liàn ni ferengi, sinon Colaprico comprendrait qu’ils parlent de lui et Ogbà ne veut pas le vexer (p.93)

Comment les pauvres ferengi (Blancs), déjà empêtrés dans leurs propres dialectes, auraient-ils pu naviguer dans ce tourbillonnement babélien ?

De l’autre côté de l’Afrique, Louis-Gustave Binger est chargé par le général Faidherbe d’une mission exploratoire partant de Bamako et descendant vers la mer de la Côte d’Ivoire. Binger maîtrise le bambara qu’il parle assez bien et des rudiments d’autres langues dont l’arabe ;  néanmoins, comme le capitaine italien, il a choisi un « homme de confiance », interprète et informateur, Diawé Fofana, qui l’accompagne dans toutes ses rencontres. Il communique avec lui dans un mélange de français et de bambara et utilise comme langue de truchement une sorte de koinè qu’il nomme mandé (une variété véhiculaire de mandingue).  Dans ce long voyage (près de deux ans), Binger collecte des mots des langues qu’il découvre de sorte que l’ouvrage qu’il publiera plus tard, Du Niger au golfe de Guinée « est bien plus qu’un récit de voyage mais compile des informations géographiques, ethnographiques, historiques, ce qui en fait un ouvrage encyclopédique, et une encyclopédie aux multiples langues, bon miroir du plurilinguisme important qui caractérise les régions traversées » (p. 39). Notons que l’arabe est la langue écrite dans laquelle sont écrits les missives avec Samory ou les traités qu’il fait signer aux chefs locaux.

Ainsi, avant que le colonialisme ne devînt force militaire brutale et exploitation commerciale rapace, il a existé dans la corne de l’Afrique comme dans l’Afrique de l’ouest une période exploratoire où les premiers découvreurs ont navigué de leur mieux au milieu d’un grand nombre de langues inconnues, la différence étant que les Italiens superposèrent leur propre babélisme aux langues locales, ce qui créa un plurilinguisme inextricable,  tandis que les Français – militaires et missionnaires -,  rassemblés autour de la seule langue française associée à leur idéologie nationaliste, travaillaient à mettre au point des langues de communication. Ce seront le français-tirailleur puis le français « aofien » que Cécile Van den Avenne étudie dans la suite de son étude.

Pour citer cet article : Colonialisme et babélisme. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 26/03/2018, https://apela.hypotheses.org/1866.

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

H. K. Kouyaté /B. Magnier

du 3 au 13 avril au théâtre du Tarmac

« En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Souvent reprise, parfois tronquée ou attribuée à la tradition, cette phrase a pourtant bien été prononcée en 1960 par Amadou Hampâté Bâ.

De la falaise dogon au Mali où il est né en 1900 aux assemblées de l’Unesco, des bureaux de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN) à Dakar aux pupitres des conférences internationales, des correspondances échangées de par le monde aux audiences accordées dans sa résidence d’Abidjan jusqu’à la fin de sa vie en 1991, Amadou Hampâté Bâ a connu une destinée exceptionnelle dont son œuvre porte la trace.

Il s’est saisi de tous les genres littéraires : contes et légendes, bien sûr, mais aussi récits aux accents romanesques, poèmes, essais, livres pour enfants et, publiés juste après sa mort, deux volumes de mémoires, Amkoullel l’enfant peul et Oui, mon Commandant. Profondément attaché à sa culture traditionnelle comme à sa religion, il a fait de l’une et de l’autre une lecture tolérante, à l’écoute de l’Autre.

Nourri de citations puisées dans l’œuvre de l’écrivain et sur une trame resituant l’auteur dans le contexte géopolitique, ce spectacle met en lumière cette personnalité remarquable et son œuvre accessible, d’une grande sagesse, teintée d’humour et d’un extraordinaire sens de la formule qui s’avère aujourd’hui d’une urgente et immédiate actualité.

distribution

  • Texte Bernard Magnier
  • Mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
  • Assistante à la mise en scène : Astrid Mercier
  • Avec Habib Dembélé, Tom Diakité (chant, multi-instruments)
  • Lumières Cyril Mulon
  • Costumes Anuncia Blas 

URL de référence : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-le-fabuleux-destin-d-amadou-hampate-ba/spectacle-149/

Lefabuleuxdestin-flyer

Presse et littérature africaine(s)

Programme du colloque international «Presse et littérature africaine(s)», Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21
Site Saint-Charles / Salle des colloques 1

Lundi 19 mars 2018

9h  Inauguration d’Afrophonie, Semaine de la Francophonie 2018 de l’UPVM, par Patrick Gilli, président de l’UPVM, et Anne-Marie Motard, vice-Présidente de l’UPVM déléguée aux Relations internationales et à la Francophonie

9h10  Ouverture du colloque par Marie-Ève Thérenty, directrice du RIRRA 21

9h15  Introduction (Claire Ducournau et Ruth Bush)

9h30-11h Prises de parole littéraires dans l’espace public colonial

Président de session : Charles Forsdick

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de Saarbrücken) : « Le Bulletin de l’enseignement de l’A.O.F. – contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial »
  • Kusum Aggarwal (Université de Delhi) : « L’écrivain africain et le missionnaire français : les dynamiques des sociabilités et des échanges dans la recomposition de l’espace public colonial d’après le cas de Paul Hazoumé »
  • Limakatso Pepenene (National University of Lesotho) « La presse missionnaire et l’écriture de Thomas Mofolo : le cas du roman Pitseng »

Pause 

11h30-12h30 Little magazines et réseaux littéraires en Afrique de l’Est

Présidente de session : Claire Gallien

  • Erik Falk (Nordic Africa Institute, Uppsala) : « Writing East Africa in the world: Transition’s early years »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Presse et littérature en Afrique de l’Est, porosité et influence réciproque. Le cas de la revue littéraire kenyane Kwani? »

 Déjeuner

14h-15h Réception des écrivain-e-s africain-e-s dans la presse

Président de session : Maxime Del Fiol

  • Clara Schumann (Humboldt University) : « Migrant authors in the Cameroonian Press »
  • Françoise Naudillon (Université Concordia) : « La trajectoire impossible : les écrivains africains dans la presse au cours des décennies 1980 à 2000 »

Pause

15h30–16h30 Fiction, presse et politique: questions de genres

Présidente de session : Kusum Aggarwal

  • Kévin Boumy (Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan-Cocody) : « L’essai politique comme prolongement éditorial sur la crise ivoirienne : l’exemple de deux journalistes-écrivains africains (le Franco-Camerounais Théophile Kouamouo et le Burkinabé Alexandre Ilboudo) »
  • Alexie Tcheuyap (University of Toronto) : « Mongo Beti, Janis Otsiemi et le récit de la presse »

18h Vernissage de l’exposition « Awa, une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973 » (Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences Humaines Ramon Llull)

Mardi 20 mars 2018

9h30-11h Autour d’Awa, une revue féminine entre presse et littérature

Présidente de session : Marie Bourjea

  • Fatoumata Sow (Université de Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niass) : « Awa, premier magazine féminin francophone, cadre d’expression de la parole féminine africaine moderne »
  • Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Médiapoétique du magazine Awa ou la difficile équation du féminin africain »
  • Laure Demougin (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Laval).  « De la presse coloniale à Awa en passant par Joseph Zobel. Questions de méthode dans les études médiatiques »

Pause

11h30-13h Approches poétiques de textes journalistiques et romanesques

Présidente de session : Marie-Astrid Charlier

  • Cheikh M. S. Diop (Université Assane Seck – Ziguinchor) : « Le roman sénégalais et la presse : de la satire sociopolitique à l’écriture engagée »
  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : « Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine »
  • Fernand Nouwligbèto (Université d’Abomey-Calavi) : « Champ médiatique et champ dramatique au Bénin : dynamiques et répercussions scripturales »

Déjeuner

14h-15h Figures d’écrivain-e-s journalistes au Congo

Président de session : Daniele Comberiati

  • Lyvia Afui Nkili (Université de Lorraine, Metz) : « Impact de la presse coloniale dans la construction du champ littéraire congolais. Étude du parcours de Sylvain Bemba »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM, CNRS) : « Notes sur la presse à Brazzaville et la phratrie des écrivains »

Pause

15h30-16h30 Le rôle de la presse dans la construction des carrières littéraires

Président de session : Jean-François Durand

  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine, Metz) : « Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar »
  • Slimane Ait Sidhoum (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « L’ivrEscq, un magazine littéraire algérien ou comment survivre en milieu hostile tout en servant la littérature algérienne »

Pause

17h-17h45 Entretien avec Olympe Bhêly-Quenum (écrivain, journaliste, rédacteur en chef de La Vie africaine (1959-1965)), animé par Claire Ducournau

URL de référence : https://africanreadingcultures.blogs.ilrt.org/fr/programme-2/

Nigrita, ou le buste noir du Vatican. Par Daniel Delas

Wilfried N’Sondé, Un océan, deux mers, trois continents, roman, Actes Sud, 2018, 269 p.

Entreprenant de lire le récent roman de Wilfried N’Sondé pour cette chronique, je me renseigne d’abord sur l’auteur : né en 1968 au Congo, élevé en France, travailleur social à Berlin, quatre romans au compteur déjà depuis Le cœur des enfants léopards (2007) qui portait sur les jeunes des banlieues. Puis je rafraîchis ma mémoire sur le royaume de Kongo en sortant de ma bibliothèque mon précieux petit Balandier, Le royaume de Kongo du XVI° au XVIII° siècle (Hachette, 1965, rééd. 2009) : le héros du roman Nsako ne Vunda, alias dom Antonio Manuel (1583 – 1608) y figure bien (p. 63-64), c’est donc vraiment un personnage historique, prêtre dans le royaume du Kongo converti au catholicisme depuis le roi Afonso I (1506-1545), choisi par le roi Alvare II (1587-1614) pour porter au pape ses plaintes contre les colonisateurs portugais. Pourquoi ? Parce qu’un commerce que le premier roi avait conçu au départ comme permettant, à une petite échelle, d’acquérir des articles européens contre quelques bandits ou prisonniers de guerre, était devenu une entreprise de réduction en esclavage d’une population chrétienne par des chrétiens sous l’aiguillon de la cupidité des Portugais en besoin de main-d’œuvre pour le Brésil récemment découvert. L’ambassadeur aura pour mission de demander au pape d’interdire ce genre d’esclavage.

Bon, vous avez suivi ? Gardez-en la mémoire car le roman de Nsondé, secondé, dit-il, par son frère historien, traite de l’histoire du Kongo en quelques pages d’ouverture (40 premières pages) de la situation du héros de son roman historique qui va suivre, sans trop s’attarder.
Nsako ne Vunda – alias Antonio Manuel ne Vunda – est donc choisi par le roi Alvare II pour porter ses doléances au pape Clément VII (qu’aura remplacé Paul IV quand l’ambassadeur arrivera à Rome).
C’est alors que le roman de formation et d’aventures commence.

Continuer la lecture de Nigrita, ou le buste noir du Vatican. Par Daniel Delas

Capitaines prophètes. Par Daniel Delas

Olivier Rogez, L’ivresse du sergent Dida, Le passage, 2017, 312 p.

L’Afrique de l’Ouest francophone compte au moins deux célèbres capitaines révolutionnaires :  une icône glorieuse, Thomas Sankara, qui dirigea le Burkina Faso de 1983 à 1987 et finit assassiné par son frère d’armes après avoir suscité une véritable ferveur populaire et un monstre horrible, Moussa Dadis Camara, président de la Guinée-Conakry de 2008 à 2010, blessé dans un attentat et exilé au Maroc puis au Burkina. Le héros du roman d’Olivier Rogez est le second, comme d’ailleurs son nom l’indique : dida / dadis. Ce jeu de mots n’existerait-il pas que le lecteur un tant soit peu familier de l’Afrique devinerait vite à partir de toute une série d’indications que la ville où tout se passe est bien la capitale de la Guinée et que, par exemple, l’agonie interminable du vieux dictateur du roman, Doumbia, évoque les derniers jours de Lansana Conte, le président qui avait succédé à Sékou Touré en 1984.
Faisons un bref point historique pour situer ce capitaine aventureux et les deux années de sa dictature. Une première partie raconte la montée au pouvoir d’un pauvre sergent dépenaillé, aux godillots usés croisant par hasard un jour le colonel Zoumana : « Un agouti repu copulant avec un paon crâneur avait dû engendrer cet officier obèse et vaniteux » (p.11) qui dirige le service des carburants de l’armée et, bien entendu, s’en met plein les poches. Sur un coup de tête, le gros colonel fait de ce sous-officier affamé son homme à tout faire. C’est le début de l’ascension de Dida qui, devenu d’un coup capitaine par la grâce de son patron, va fréquenter (comme larbin !) le petit cercle des dirigeants et, au moment  de la disparition (en 2008) du vieux président-dictateur évoquée ci-dessus, avec l’aide  de deux ou trois voyous et deux ou trois manipulateurs de l’ombre, arrête d’un seul judicieux coup de filet tous les anciens dirigeants de la clique politico-militaire guinéenne et s’autoproclame président du Comité de Salut national (CSN) « chargé d’organiser la transition politique » vers des élections générales. Elections qu’il ne songe nullement à organiser d’ailleurs mais il faut bien amadouer les dirigeants africains et européens !

Continuer la lecture de Capitaines prophètes. Par Daniel Delas