Archives par mot-clé : Histoire

Lumières – Essais sur une vie

Lumières – Essais sur une vie

de Bernard Mouralis

éd. Présence africaine,
9782708709881

Dans ce texte autobiographique, Bernard Mouralis revient sur trois moments de son existence : son enfance et ses études dans la lumière du paysage de Nyons, en Drôme provençale, ses années d’étudiant en lettres classiques à Grenoble, ses débuts professionnels au Lycée El Hadj Malick Sy de Thiès (Sénégal) et sa première expérience du monde africain, entre 1965 et 1968.
Pour l’auteur, le fil conducteur réside non seulement dans le souci de révéler les éléments qui constituent une pensée – hasards, rencontres, lectures, échecs, souffrances -, mais également dans la nécessité d’échapper à la séduction de l’Être, cet « opium mortel », pour se laisser emporter dans les flots tumultueux du Devenir.

Bernard Mouralis est professeur émérite à l’Université de Cergy-Pontoise. Il a enseigné à l’Université de Lille III ainsi que dans plusieurs universités africaines (Abidjan, Lomé, Cotonou). Ses publications portent sur les littératures de langue française en Afrique subsaharienne, les relations entre littératures et cultures du Nord et du Sud, la théorie de la littérature. Dans ces trois domaines, il a publié une vingtaine d’ouvrages.

Voir l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Archives matérielles, traces mémorielles et littératures des Afriques

Actes du colloque international tenu à l’Université d’Aix-Marseille,

du 25 au 27 septembre 2019

Textes réunis par Elara Bertho, Catherine Mazauric, Cécile van den Avenne.

et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Ce dossier explore les relations entretenues entre les archives, les traces mémorielles et les littératures africaines, entendues au sens large et incluant l’Afrique méditerranéenne et les diasporas. L’archive comme support de rêverie poétique, le romancier se faisant enquêteur, les archives d’écrivains et la génétique textuelle : les figurations de l’histoire et les mises en scène de la mémoire sont multiformes.
Au carrefour des disciplines, faisant dialoguer littérature, histoire et anthropologie, il s’agit d’interroger la place de l’archive en littérature, le rôle de sa dimension matérielle, tout autant que la manière dont la littérature reconfigure et réécrit la mémoire. Des grands héros aux « vies minuscules », tout un ensemble d’êtres de papiers prend ainsi vie, à la lisière du fait et de la fiction, entre les pages des livres et les dossiers d’archives.

Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude 22 juin 2021

Université de Lorraine, Metz

UFR Arts Lettres et Langues (Ile du Saulcy)

Groupe de recherche ASOHLIS / ECRITURES EA 3943

 Journée d’étude en format « hybride ». Inscription à la séance sur « Teams » sur demande.

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures des Suds ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », font l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture, ainsi que de la scène ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre et de la scène, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, en mettant à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? les propositions devront dont indiquer de quel concept (ou groupe de concepts) elles comptent traiter, et à partir de quels ouvrages de référence (1 à 3 pour éviter l’effet de liste). Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Coordination Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr) et Tristan Leperlier (tristan.leperlier@gmail.com)

Comité scientifique : Groupe ASOHLIS (Approches socio-historiques des littératures des Suds).

Continuer la lecture de Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude ASOHLIS

Journée d’étude ASOHLIS du mardi 22 juin à Metz

Quelles approches socio-historiques des littératures des Suds ?

Coordination : Pierre Halen & Tristan Leperlier

Participants : groupe de recherche ASOHLIS, mais il reste des possibilités pour présenter une intervention

Mode hybride : participations en présence et à distance (via Zoom)

Argument

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures du Sud ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », fait l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, ou à mettre à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Déclaration d’intérêt à communiquer dès que possible.

Titre, argument et plan sommaire de communication à soumettre avant le 15.04.2021

Le programme sera communiqué au plus tard le 01.05.2021.

Inscriptions préalables auprès de Tristan Leperlier : tristan.leperlier@gmail.com & Pierre Halen : pierre.halen@univ-lorraine.fr

Comité scientifique : Groupe Asohlis

Séminaire ASOHLIS sur le TILF (Théâtre international de langue française)

Le prochain séminaire du groupe ASOHLIS (Approches Sociales et Historiques des Littératures des Suds) aura lieu ce vendredi 19 mars de 14h à 16h30/17.

Pascal Goetschel et Amélie Thérésine y présenteront leurs recherches en cours :

“Autour du Théâtre international de langue française : recherche en cours”,

Le séminaire a lieu sur ZOOM. Pour y participer, n’hésitez pas à contacter Pascale Goetschel : pascale.goetschel@univ-paris1.fr

Au plaisir de vous y retrouver ou rencontrer !

Errances au Rwanda et ailleurs

Retisser l’espoir : récits sur la séparation des familles lors du génocide contre les Tutsis au Rwanda en 1994 : recherches et devenir

Mukamulindwa, Béatrice ; de Fonvent, Anne ; Lange, Christine ; Gabriel, Yves. Liège : Ville de Liège ; CCMES, mars 2019, 154 p., cartes, ill. photos NB [pas d’ISBN]

Retisser l’espoir est un nouveau recueil de témoignages auprès de rescapés de l’entreprise génocidaire de 1994. Encore un, dira-t-on, alors que Jean Hatzfeld en est aujourd’hui à son sixième livre relevant de cette démarche, et que, bien entendu, il n’est pas le seul à explorer cette mémoire traumatique. Pensons entres autres à SurVivantes d’Esther Mujawayo et Souâd Belhaddad, ou plus récemment aux Cahiers de mémoire édités par Florence Prudhomme.

Mais ce livre-ci est différent. En quoi ? Disons d’abord que son propos est modeste et que son horizon est pratique. Côté modestie, relevons que ce n’est même pas un « vrai » livre : ses auteurs en parlent comme d’une « brochure » et ils n’ont, semble-t-il, même pas demandé pour lui un ISBN ; il n’est pas vraiment commercialisé (voir infra cependant) et son impression, quoique fort propre et soignée, est d’une sobriété extrême, sans doute pour en diminuer le coût. Quant au but qu’il poursuit, il est pratique en ce sens que ses auteurs ont voulu qu’il puisse être éventuellement utile aux rescapés eux-mêmes, en leur donnant matière à espérer en même temps que des exempla stimulants ; on suppose donc qu’une partie du tirage est destinée à circuler le plus possible dans la Région des Grands Lacs.

Mais c’est essentiellement par son objet que ce petit livre est original : il s’intéresse, en effet, moins à la mémoire des massacres et à ce qu’il en fut de leurs acteurs qu’à ces victimes très particulières qu’ont constituées les tous jeunes enfants restés orphelins (mais parfois ne le sachant même pas). Ils ont été emmenés sur les routes, confiés à des inconnus, privés non seulement des leurs mais aussi de la mémoire des leurs et parfois de toute idée du chemin qu’il faudrait suivre pour rentrer un jour « chez eux ». Ils ont été confiés en hâte à de vagues parents ou connaissances, à des missions religieuses ou à des cohortes de réfugiés qui fuyaient au loin ; certains ont été adoptés en Belgique, d’autres ont été recueillis par un officier au Burundi, par une veuve au Maniéma ou par un soi-disant cousin dans une autre région du Rwanda ; si on leur a offert un asile, c’était parfois par altruisme, mais parfois aussi à des fins moins désintéressées, par exemple pour servir de main-d’oeuvre ; finalement, ils ont parfois disparu dans le paysage, assimilés par les familles qui les avaient recueillis, mais souvent ils ont gardé un souvenir qui finalement les décide à vouloir malgré tout revenir au pays, ne serait-ce que pour « savoir » ; et, parfois aussi, ce qui ravive ce souvenir est le fait d’être traité en « rwandais », en étranger, malgré les années, malgré le mariage et les enfants qui en ont été le fruit, malgré la langue locale qu’on a apprise.

En somme, une grande diversité de situations et d’itinéraires, qui raconte une face assez peu regardée des réalités. Les récits entraînent le lecteur à sillonner le Rwanda, et souvent à franchir les frontières régionales. Ils ont aussi cette vertu de transcender, en quelque sorte, la question des appartenances dites ethniques, comme celle des appartenances morales (aux victimes ou aux bourreaux) et politiques (sauf que ces orphelins devenus âgés apparaissent bien comme des laissés-pour-compte, des esseulés qui, pour reprendre pied dans leur propre histoire, ne peuvent souvent compter que sur eux-mêmes).

L’âme de cette entreprise, Béatrice Mukamulindwa, n’est pas un de ces orphelins : c’est, au contraire, une mère qui continue à rechercher ses enfants et ne désespère pas de les retrouver, même plus d’un quart de siècle plus tard. Pour favoriser de telles retrouvailles, elle a créé une association qui est surtout active au Rwanda : CCMES – Cri du Cœur d’une Mère qui Espère (https://ccmes.org/ ), mais qui a également une antenne en Belgique, et c’est auprès de cette antenne qu’on se procurera cet ouvrage. Il suffit de s’adresser par courriel à : a.defonvent@gmail.com, mukabeatrice@hotmail.com, ou ccmes.belgium@yahoo.com. Il est également disponible à la librairie Stéphane Hessel-Cité Miroir, place Xavier Neujean 4000 Liège, au prix de 5€ (port en sus).

Pierre Halen

Inventorier l’Afrique

Inventorier l’Afrique

La tentation encyclopédique dans l’espace francophone subsaharien des années 1920 à nos jours

Honoré Champion, coll. Francophonie n° 13.
2021. 340 p., broché, 15,5 x 23,5 cm.
ISBN 978-2-7453-5501-0. 48 €

Ninon Chavoz


Depuis l’ouvrage publié en 1988 par V.-Y. Mudimbe, on sait que l’Afrique a fait l’objet d’une « invention ». On sait peut-être moins qu’elle a suscité un « inventaire », dont les prémisses furent posées à l’époque coloniale mais dont la déclinaison se poursuit aujourd’hui dans les sciences humaines, la littérature et les arts. Embrassant un siècle d’histoire et plusieurs aires d’Afrique subsaharienne francophone, le présent essai met en évidence les évolutions et les pérennités d’une tentation encyclopédique récurrente, présente aussi bien dans la constitution de la science africaniste que dans les représentations littéraires et artistiques du continent.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure et agrégée de lettres modernes, Ninon Chavoz a soutenu en 2018, à l’Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle, une thèse consacrée à la tentation encyclopédique dans l’espace francophone africain. Elle est également l’auteur d’un Éloge des ratés, paru en 2020 aux éditions Hermann.

Table des matières

Bon de commande_Inventorier l’Afrique