Archives par mot-clé : Histoire

Pénélopes en révolte. Par Daniel Delas

Pénélopes en révolte, avec Winnie Mandela

Njabulo NDEBELE, Le lamento de Winnie Mandela, roman traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Georges Lory, Actes Sud, 218 p., 2019.

Traduit par Georges Lory, bon connaisseur de l’Afrique du Sud, le grand roman postapartheid de Njabulo NDEBELE paraît enfin en français. Publié en anglais en 2003 puis dans une version nouvelle en 2013, la traduction aujourd’hui de ce roman fera, espérons-le, mieux reconnaître en France l’importance de cet écrivain, par ailleurs vice-chancelier et directeur de l’Université du Cap. Un roman dont Nadine Gordimer a salué « l’extraordinaire originalité et la puissante imagination ».

L’originalité première de ce livre est de se focaliser non sur les aventures et les combats des hommes mais sur l’attente des femmes, l’attente de ces milliers de Sud-africaines séparées de leur homme soit par le système migratoire du travail, soit par l’exil politique, l’activisme et l’emprisonnement, soit par la veulerie de leur partenaire. Toutes ont vécu une interminable attente, une interminable absence. Attente et absence qui se sont progressivement de plus en plus souvent accompagnées d’un questionnement lancinant : « Qui suis-je ? dans quel monde ? que puis-je faire ? que dois-je faire ? » Ce vécu angoissé des Pénélopes sud-africaines est reconstitué par NDEBELE avec une singulière acuité à partir de l’évocation de l’attente spécifique de quatre femmes qui, après s’être interrogées ensemble puis l’une après l’autre sur le sens de leurs vies de Pénélopes, se tournent vers Winnie Mandela, « Mother of the Nation », icone de la femme mariée sans mari et de la femme en attente puisque Nelson Mandela resta 27 ans emprisonné. La référence mythologique du douloureux être-au-monde de ces femmes est la Pénélope d’Homère, éternel symbole de l’épouse fidèle enfermée dans un rôle créé par les hommes, sans échappatoire possible, quelles que soient les postures qu’elle adopte. Ce qui est la thèse sous-jacente de l’auteur.

Continuer la lecture de Pénélopes en révolte. Par Daniel Delas

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Claire RIFFARD
Céline GAHUNGU

Nouveau séminaire « Afriques – Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques » co-organisé par l’équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM et des collègues historiens, géographes et politistes à l’ENS Ulm, dans le cadre de l’EUR Translitterae.

Vendredi 31 janvier 2020 | 16h-18h | salle de réunion, Pavillon Pasteur | Pauline Guinard (ENS) & Jean-Baptiste Lanne
« Saisir la ville : l’art et la manière. Expériences croisées Johannesburg et Nairobi »

Jeudi 27 février 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Nicolas Martin-Granel & Céline Gahungu (ITEM, ENS-CNRS)
« Génétique du théâtre de Sony Labou Tansi (Congo, 1947-1995) »

Jeudi 19 mars 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jean-Pierre Bat (École des chartes)
« Le Commencement de la fin : approche archivistique, historique et littéraire d’un manuscrit censuré (Centrafrique, 1973) »

Jeudi 23 avril 2020 | 18h-20h salle IHMC | Rym Khene (ITEM/Paris 3)
« Photographie et révolution en Algérie (1954-2019) »

Jeudi 28 mai 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jann Pasler (University of California)
« Le Son de l’Empire : repenser l’histoire par la musique »

Afriques-vf6

URL de référence : https://www.translitterae.psl.eu/actualites-agenda/seminaires/afriques/

AAC : Regards africains sur la diaspora noire

Regards africains sur la diaspora noire

Appel à contribution pour un ouvrage collectif

Les propositions de contributions (en français ou en anglais) d’une longueur maximale de 15 pages (Times New Roman, Interligne 1,5), accompagnées d’une courte notice biobibliographique sont à envoyer au plus tard le 31 mars 2020 à l’adresse regardsdiaspora19@yahoo.com

Comité scientifique :

Marie-Rose Abomo-Maurin (Université de Yaoundé I), Clément Akassi (Howard University),  Mohamed Camara (Howard University), Mbaye Cham (Howard University), Adama Coulibaly (Université Félix Houphouët-Boigny), Perpétue Dah (Université Allassane Ouattara), Bi Kacou Parfait Diandué (Université Félix Houphouët-Boigny), Papa Samba Diop (Université Paris-Est Créteil), Selom Komlan Gbanou (Université de Calgary), Martin Gbenouga (Université de Lomé), Leontine Troh Gueyes (Université Félix Houphouët-Boigny), David N’Goran (Université Félix Houphouët-Boigny), Abdoulaye Imorou (University of Ghana, Legon), Léon Koffi (Université Félix Houphouët-Boigny), Dago Gérard Lezou (Université Félix Houphouët-Boigny), Benjamin Ngong (Dickinson College), Adama Samaké (Université Félix-Houphouët-Boigny), Dominique Traoré (Université Félix-Houphouët-Boigny), Lacina Yéo (Université Félix Houphouët-Boigny).

Coordinatrice : A. Mia Élise Adjoumani (Université Félix Houphouët-Boigny) / Contact : a.elise1@yahoo.fr

Argumentaire

Que la diaspora, dans ses représentations de l’origine cherche à établir et maintenir les liens avec la patrie de rêve n’a rien de surprenant car tout porte à penser que le lieu quitté, volontairement ou suivant des contingences politiques, historiques voire naturelles, ne quitte pas le sujet diasporique. Confrontée à une situation de l’entre-deux, son travail de création articule des identités différentes, des cultures qui s’opposent et une mémoire diffuse de l’origine.  Mais comment cette origine pense-t-elle et représente-t-elle sa diaspora ? Telle est la question au centre de cet ouvrage collectif, essentiellement consacrée à l’Afrique.

La perception africaine de la diaspora noire suscite des interrogations car, pendant longtemps, les démarches qui ont visé à instaurer le dialogue entre l’Afrique et sa diaspora se sont faites à l’instigation de cette dernière.
Ainsi en est-il des projets de retour d’Africains à la « terre mère » aux XIX et XXe siècles. Sous la houlette de figures de proue telles que Martin Delany et Marcus Garvey, ces entreprises ont marqué l’histoire du nationalisme noir aux États-Unis. Le suivi des relations avec l’Afrique se réalise, par ailleurs, à travers des manifestations culturelles telles que le Kwanzaa[1] dédié, entre autres objectifs, à la célébration de l’héritage africain. Des démarches individuelles, et/ou collectives, visant à découvrir l’Afrique, à y aller en pèlerinage, à en faire le « pays rêvé » se multiplient à travers des mouvements de retours réels ou fictionnels.
En outre, le rêve panafricain né sur le continent américain aux tournants des XIXe et XXe siècles, avec pour objectif, selon St Clair Drake (1993, 453) « d’accroître les contacts culturels entre [les] différentes composantes [du monde noir] et de les unir dans la poursuite d’intérêts communs », a été concrétisé grâce à des initiatives de personnes issues de la diaspora noire. Au nombre des personnalités qui ont conduit les premiers congrès panafricains, on compte, notamment, le Trinidadien Henry S. Williams et l’Africain Américain William E. B. Du Bois.

Cet élan d’une diaspora noire tournée vers l’Afrique trouve, surtout, sa traduction dans la littérature. À travers des récits tels que Racines d’Alex Haley (1977), Un billet d’Avion pour l’Afrique de Maya Angelou (2011) et La maison d’eau (1973) d’Antonio Olinto, transparaît l’attrait irrésistible que le continent des origines, mythifié et longtemps imaginé, exerce sur une part de la population diasporique.
Parallèlement à cet engouement pour la terre des ancêtres, on note la récente émergence, du côté de l’Afrique, d’un mouvement inverse. Dans le domaine littéraire se signalent des voix qui traduisent une attention de plus en plus accrue portée aux descendants d’Africains dispersés de par le monde du fait de l’histoire de l’esclavage transatlantique, des clivages sociaux instaurés en Afrique par la conférence de Berlin en 1944, des guerres civiles en Afrique, des problèmes socio-économiques, etc. Tierno Monénembo (dans Pelourinho (1995), Les coqs cubains chantent à minuit (2015)), Léonora Miano (La saison de l’ombre (2013)), Florent Couao-Zotti (Les Fantômes du Brésil (2006)), Kangni Alem (Esclaves (2009) ), etc., illustrent une démarche visant à équilibrer les rapports de l’Afrique et de sa diaspora.

Continuer la lecture de AAC : Regards africains sur la diaspora noire

Bibliothèque coloniale et premières littératures africaines

Exposition

Dans le prolongement du 18e Congrès de l’APELA, tenu à Aix-en-Provence du 25 au 27 septembre 2019, Archives matérielles, traces mémorielles et littératures des Afriques, les Archives nationales d’outre-mer accueillent, du 21 septembre au 21 novembre 2019, une exposition composée à partir des collections présentes aux ANOM.

De la bibliothèque coloniale
aux premières littératures africaines

La littérature du XIXe siècle, et particulièrement le roman d’aventure, a façonné l’imaginaire colonial, fabriquant une « bibliothèque intérieure […] qu’emmenèrent dans leur mémoire les milliers de Français partis pour l’Afrique à la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle » (Jean-Marie Seillan). Et le savoir sur l’Afrique au sud du Sahara, pendant la période de la conquête puis de la mise en place de l’administration coloniale française, s’est largement fabriqué à travers des formes littéraires. La colonisation française par ailleurs a modifié le paysage sociolinguistique en introduisant le français comme langue d’écriture, dont s’est emparée aussi une petite élite lettrée africaine, passée par les écoles coloniales.
Les fonds des Archives Nationales d’Outre-Mer sont riches d’une multitude de supports de l’écriture, permettant d’appréhender la variété des écrits ayant circulé pendant la période coloniale. Cette exposition est notamment l’occasion de mettre en lumière le fonds spécifique de l’Enfom (École Nationale de la France d’Outre-Mer) dite aussi « École coloniale », formant depuis 1889 les fonctionnaires français appelés à travailler dans l’administration coloniale dans les différents pays de l’empire. Ainsi, dans ce fonds, on trouve de nombreux romans, proposés à la lecture des étudiants et remis en jeu dans leurs mémoires de fin d’étude.
Certains fonds privés témoignent d’une forme de tentation de la littérature que l’on peut trouver chez certains acteurs de la colonisation française ; des liens également se font entre écriture de voyage et écriture littéraire. D’une archive à l’autre, de l’archive à l’écrit littéraire, on peut par ailleurs suivre comment certaines personnes historiques deviennent personnages de fiction.

Ces archives et écrits coloniaux sont également le terrain de la première littérature africaine de langue française et les fonds des Anom permettent largement d’appréhender la façon dont les écrivains africains ont écrit contre ou en réponse aux textes coloniaux. L’un des enjeux de cette exposition est aussi de retrouver ces « voix africaines » au sein de la production coloniale, par définition attachée à décrire le point de vue de l’administration française.
Le parcours proposé entend ainsi dessiner une histoire des pratiques d’écriture, depuis la constitution d’une « Bibliothèque coloniale » africaine jusqu’à l’émergence d’une littérature africaine éditée en langue française, présentant cette première génération d’écrivains nés sous la colonisation.

Exposition organisée à l’occasion du Congrès 2019 de l’APELA (Association pour l’étude des littératures africaines) : Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques, 25‑27 septembre 2019. Faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines d’Aix‑Marseille Université, Aix‑en‑Provence.

Exposition conçue et réalisée par Elara Bertho, Catherine Mazauric, Cécile van den Avenne, avec le soutien d’Isabelle Dion, Frédéric Gilly, Sylvie Pontillo des Archives nationales d’outre‑mer (Anom).

Lire et voir une présentation de l’exposition et des questions qu’elle pose sur Esquisses, carnet de recherches du laboratoire LAM Les Afriques dans le monde.

Consulter le livret de l’exposition sur HAL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-02291167

 

Les jeudis du GED : Sorcières, tyrans, héros

Les jeudis du GED

Le jeudi 10 octobre 2019 à 18 heures

Elara Bertho présente

Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains. Honoré Champion, 2019

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Discutante : Odile Goerg

Point d’accueil temporaire du GED Hors les murs
Rez-de-jardin de la MSH-Paris nord.
20, avenue George Sand, Saint-Denis La Plaine.
Métro Front Populaire

Congrès 2019, Aix-en-Provence, 25-27 septembre

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Congrès 2019 de l’APELA

Aix-en-Provence, Faculté ALLSH d’Aix-Marseille Université, 25-27 septembre 2019

Document des Archives nationales d’outre-mer (Karim, Ousmane Socé)

D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de « l’indiscipline ». À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

Le site du colloque est ouvert : inscriptions à tarifs préférentiels jusqu’au 12 août, puis à taux normal jusqu’au 12 septembre.

Les congrès de l’APELA sont accessibles aux membres de l’association. L’adhésion annuelle donne droit à deux numéros de la revue. Renseignements pour adhérer à l’APELA : http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Programme

A consulter également sur https://apela2019.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Résumés : BAT2-livret APELA

Exposition

Mercredi 25 septembre 2019

Matinée

9h-9h30 : accueil des participants et Ouverture du colloque

9h30-11h15 : Panel 1 « Janheinz Jahn, Dambudzo Marechera – Perspectives de la recherche dans les archives de la HU-Berlin » – Présidence : Catherine ATLAN (IMAf, AMU)

  • Ibou DIOP (IAAW, HU-Berlin) : « Les archives de Janheinz Jahn comme lieu de conservation et de réinvention de la littérature africaine et de la diaspora. Le cas de Senghor »
  • Susanne GEHRMANN (IAAW, HU-Berlin) : « L’échange épistolaire entre Janheinz Jahn et Abiola Irele – une amitié intellectuelle (1959-1972) et ses leçons décoloniales »
  • Flora VEIT-WILD (IAAW, HU-Berlin) : « Traces matérielles et mémorielles dans les archives de Dambudzo Marechera »
  • Pierre LEROUX (U. Sorbonne nouvelle) : « De l’image au texte, l’édition numérique des œuvres de Dambudzo Marechera »

11h30-13h :

  • Session 1 « Figures mémorielles »  – Présidence : Stéphane BAQUEY (CIELAM, AMU)
    • Claudia GRONEMANN (U. Mannheim) : « Saint Augustin comme figure mémorielle et littéraire au Maghreb »
    • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine) : « Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains »
    • Isaac BAZIÉ (UQAM) : « Au-delà du monument : aménagement de la trace, écriture transgressive et enjeux de la lecture chez Wilfried N’Sondé (Un océan, deux mers, trois continents) »
  • Session 2 « Traces et archives dans le roman » – Présidence : Fanny ROBLES (LERMA, AMU)
    • Alice CHAUDEMANCHE (U. Sorbonne nouvelle) : « La langue du roman, archive d’une création linguistique et littéraire : Aawo bi de Mame Younousse Dieng, entre promotion du standard wolof écrit et mémoire du parler du Cayor »
    • Sylvère MBONDOBARI (U. Omar Bongo Libreville) : « Une affaire de crâne : guerre d’indépendance, écriture de l’histoire et construction identitaire »
    • Julia GALMICHE (U. Toronto) : « Entre archive romanesque et romanesque de l’archive : l’objet-livre chez Alain Mabanckou et Patrick Chamoiseau »
    • Solange NAMESSI (U. Strasbourg) : « Poétiques de la revenance et redéfinition d’une mémoire postcoloniale chez Tierno Monénembo, Kossi Efoui et Abdourahman Waberi »

Après-midi

  • 14h-16h : Panel 2 Programme ARCHIVA « Manuscrits de Bernard Zadi Zaourou » – Présidence : Fabio VITI (IMAf, AMU)
    • Dominique TRAORÉ, UFHB, Abidjan : « Archives de la production dramatique de Bernard Zadi Zaourou: bilan provisoire et perspectives »
    • Marie-Clémence ADOM, UFHB, Abidjan
    • Assi Véronique DIANÉ, UFHB, Abidjan

16h15-17h30 :

  • Panel 3 Programme ARCHIVA « Chercheurs et artistes : gestes d’archives » – Présidence : Elara BERTHO (Cnrs-LAM)
    • Aurore DESGRANGES (U. Lyon 2 & U. Ki-Zerbo, Ouagadougou) : « Collecte de textes dramatiques à Ouagadougou : “ remède ˮ à une invisibilité littéraire ? »
    • Rym KHENE (U. Sorbonne nouvelle) : « Images algériennes: une pratique d’archive pour dire les années 1990 »
  • Session 3 « Violences héritées 1 » – Présidence : Florence PARAVY (U. Nanterre)
    • Françoise UGOCHUKWU (Open University) : « Le Biafra en littérature, du charnier des archives orales au suintement d’une littérature de témoignage »
    • Dorothée BOULANGER (King’s College) : « Archives et contrefaçons littéraires en Angola : Estação das Chuvas et Teoria Geral do Esquecimento de José Eduardo Agualusa »

Soirée

18h (aux Archives nationales d’outre-mer) :

Lecture de poésie de HAWAD en tamajaght et traduction française, suivie d’un entretien avec Hélène Claudot-Hawad

Face à l’amnésie, comment exister ? Hawad se sert de la poésie, «cartouches de vieux mots, /mille et mille fois faussés, bricolés, rechargés », comme outil de résistance.

Ecrivain et peintre touareg,  Hawad est l’auteur de nombreux ouvrages, certains édités en version bilingue et traduits dans diverses langues (français, néerlandais, espagnol, italien, catalan, arabe…). Son travail littéraire autant que graphique relève de la « furigraphie », démarche destinée à décupler les visions, les formes et les perceptions pour sortir de l’enclavement.

Anthropologue, directrice de recherche au Cnrs, Hélène Claudot-Hawad a publié de nombreux ouvrages sur le monde touareg et a contribué notamment à faire connaître la littérature touarègue contemporaine.

CONFÉRENCE INAUGURALE de Tierno MONÉNEMBO

VERNISSAGE de l’EXPOSITION De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines,
avec cocktail de bienvenue

Soirée libre

Jeudi 26 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 4 ERC MEMOIRS « La postmémoire des “Autresˮ d’Europe » – Présidence : Catherine MAZAURIC (CIELAM, AMU)

  • Felipe CAMMAERT (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Présentation du projet MEMOIRS »
  • Fátima RODRIGUES (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Récits d’enfants des guerres coloniales »
  • Mónica SILVA et Fernanda VILAR (U. Coimbra, ERC MEMOIRS) : « Archiver le silence pour mieux raconter la postmémoire de la colonisation. Deux cas du roman portugais et français »

11h30-13h :

  • Session 4 « Micro-histoires et migrations » – Présidence : Cécile VAN DEN AVENNE (Clesthia, U. Sorbonne nouvelle)
    • Stéphane CERMAKIAN (AMU) : « Traces littéraires d’une diaspora arménienne à Djibouti et en Ethiopie : le poète Roupen Vorpérian et l’exil africain (1904-1920) »
    • Aïssatou MBODJ-POUYE (EHESS) : « Somankidi-Coura et ses archives. Projets mémoriels et enquête historique parmi des « pionniers » du retour (région de Kayes, Mali) »
    • Fabio VITI (AMU) : « La vie minuscule d’Akafou Blalè, entre archives et récits »
  • Session 5 « L’écriture et les traces » – Présidence : Pierre HALEN (U. Lorraine)
    • Ioana DANAILA (U. Grenoble Alpes) : « L’écriture comme archivage et mesure du temps dans le roman Measuring Time de Helon Habila »
    • Bernard DE MEYER (U. of KwaZulu Natal) : « Le romancier et les traces : cas de Gaston-Paul Effa dans Le miraculé de Saint-Pierre»
    • Laura GAUTHIER BLASI (Universidad Europea Madrid) : « Pour une exploration de soi et du lieu. Traces, H-histoire-s et/ou poésie dans le roman haïtien contemporain »
    • Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne) : « Le Terroriste noir de T. Monénembo : traces mémorielles et réinvention du discours »

Après-midi

14h-16h :

  • Session 6 « Archives théâtrales » – Présidence : Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
    • Corinne FLICKER (AMU) : « Archives du théâtre français à l’île Maurice »
    • Céline GAHUNGU (Sorbonne Université) : « Archives d’une production culturelle franco-africaine : le Concours théâtral interafricain (1967-1992) »
    • Nicolas TREIBER (AMU) : « De Chaîne au Kaloum Tam-Tam, la polyvalence des traces chez Saïdou Bokoum »
  • Panel 5 « Madagascar » – Présidence : Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine)
    • Mélanie RAKOTOSON-RAKOTOBE RAZARINIVO (U. d’Antananarivo) : « La littérature, urne de l’Histoire et de la Tradition »
    • Henriette RAMANAMBELINA (U. d’Antananarivo) : « Vakivakim-Piainana de Iharilanto Patrick Andriamangatiana, un évènement littéraire »
    • Theis Lala Voahangy RASOLOARIVONY (U. d’Antananarivo) : « Le Kaiamba betsimisaraka du district de Brickaville, région Atsinanana »
    • Victorine RAZANABAHINY (U. d’Antananarivo) : « Les proverbes dans la mémoire collective malgache »

16h15-17h30 :

  • Session 7 « Violences héritées 2 » – Présidence : Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne)
    • Alain AGNESSAN (U. of Western Ontario) : « Le désir d’archive des pictions de génocide. Une lecture de l’économie spectrale de la bande dessinée du génocide des Tutsis du Rwanda »
    • Pierre BOIZETTE (U. Paris Ouest Nanterre) : « Les yeux du père, traces et élaboration d’une mémoire familiale dans des récits de retour en Afrique (Mukoma wa Ngugi et Noo Saro-Wiwa) »
    • Markus ARNOLD (U. Cape Town) : « Entre effet de réel, palimpseste et marqueur métafictionnel : l’archive dans la bande dessinée française et francophone sur l’Afrique et sa diaspora »
  • Session 8 « Questions d’archives » – Présidence : Henri MEDARD (IMAf, AMU)
    • Alice DESQUILBET (U. Sorbonne nouvelle) : « Jean-Luc Raharimanana : Madagascar 1947, reconstituer l’archive manquante »
    • Valérie DE WULF (EHESS & CEAH Madrid) : « De l’appropriation progressive de l’écriture à la constitution d’archives littéraires et historiques par des peuples d’Afrique centrale, le cas de la Guinée Equatoriale (XXe-XXIe siècle) »

Soirée

18h : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE STATUTAIRE DE L’APELA (élections)
20h30 : DÎNER DU COLLOQUE (sur inscription)

Vendredi 27 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 6 « Les archives du “zoo humain”, matrices de créations contemporaines » – Présidence : Corinne FLICKER (CIELAM, AMU)

  • Clemens RADAUER (collectionneur) : « L’influence des “zoos humains” sur les artistes des XIXe et XXe siècles: Point de vue d’un collectionneur »
  • Delphine PEIRETTI-COURTIS (AMU) : « La Vénus hottentote emblème du “zoo humainˮ : de son exhibition en 1810 à l’adaptation cinématographique de sa vie en 2010 »
  • Fanny ROBLES (AMU) : « Le concept de “zoo humainˮ : outil artistique et politique »
  • Chokri BEN CHIKHA (KASK, Gand) : « Zooïsme en postcolonie, explorer la complexité de l’identification et du stéréotype »

11h30-13h : Panel 7 « Ethnographier l’“histoireˮ : du prisme archivistique à l’apport missionnaire pour (d)écrire » – Présidence : Françoise UGOCHUKWU (Open University)

  • Anthony GRÉGOIRE (EHESS & U. Montréal) : « De l’anthropologue sur un terrain partagé : d’aujourd’hui à hier (et vice-versa) pour une histoire (re)considérée »
  • Thiago SAPEDE (EHESS) : « Archives missionnaires : multiplicité et défis pour une histoire du Kongo précolonial »

9h-13h : MasterClass Génétique des manuscrits du Sud

  • Céline GAHUNGU (ITEM-Cnrs)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)

Après-midi

14h-16h : Session 9 « Le paysage comme archive mémorielle » – Présidence : Xavier GARNIER (THALIM, Sorbonne nouvelle)

  • Mélanie BOURLET (INALCO, ANR EcoSen) : « Les poésies de la vallée du fleuve Sénégal comme archives paysagères : enjeux écopolitiques d’un imaginaire géographique »
  • Marie LORIN (INALCO, ANR EcoSen) : « Le poème comme herbier : poétique et botanique dans la Vallée du Fleuve Sénégal »
  • Antje ZIETHEN (U. Kansas) : « Hétérochronies urbaines. La ville-archive dans les littératures africaines de l’Atlantique noir »

16h15-17h30 :

  • Maria-Benedita BASTO (Sorbonne Université) : « L’archive sensible »

18h : CLÔTURE du colloque

URL de référence : https://apela2019.sciencesconf.org/

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

MàJ 15/09/19 : A écouter, une présentation de ce travail sur RFI / Idées (podcast, 48’30 »)