Archives par mot-clé : Intermédialité

AAC/CFP: Amos Tutuola, une œuvre à ressaisir

« Writer, Scrawler and Blunderer » : Amos Tutuola (1920-1997), une œuvre à ressaisir

Tours, 16 et/ou 17 novembre 2023

  • Organisation : Guillaume Cingal, Sylvie Humbert-Mougin, Yannick Séité
  • Comité scientifique : Guillaume Cingal, Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne), Mathilde Rogez (Université de Toulouse Jean-Jaurès)

Les propositions de communication (résumés de 300 mots environ, avec courte biographie / affiliation institutionnelle) doivent être envoyées avant le 31 octobre 2022 à Guillaume Cingal : cingal [apud] univ-tours.fr

Le titre de cette journée d’études se fonde sur une réécriture par paronymie du titre du dernier roman paru du vivant d’Amos Tutuola (Pauper, Brawler and Slanderer) : c’est là une invitation à se ressaisir de cette œuvre dans le contexte d’une critique post-coloniale qui n’a cessé de s’enrichir et de se diversifier au cours de ces deux dernières décennies (décolonial, écoféminisme, queer theory…).
Il semble donc nécessaire de reconsidérer l’ensemble des textes de Tutuola, en tenant particulièrement compte de sa postérité et de ses ambivalences.
Voici donc quelques pistes de réflexion, tout en soulignant que le comité scientifique sera particulièrement attentif à des propositions relatives à des livres de Tutuola peu étudiés (dont certains sont inédits en-dehors de l’anglais) :
• 70 ans après The Palm-Wine Drinkard (1952) et sa traduction française par Queneau (L’Ivrogne dans la brousse, 1953) : un statut à part dans le corpus et dans la littérature nigériane
• une œuvre au carrefour : comparatismes et influences de Tutuola en Europe
• traduire Tutuola : la question de l’agrammaticalité ; doublons ; inédits ; étrangéïté et étrangèreté
• quelle postérité pour l’œuvre de Tutuola ? résurgences et crispations – comment se situent les écrivain·es africain·es (et même non africain·es) contemporain·es par rapport à cette figure singulière et problématique ?
• les liens entre les textes de Tutuola et le réalisme magique, l’afrofuturisme et l'”Africanfuturism”
• intermédialités et interculturalité : prolongements vers l’afrofuturisme nord-américain, les expressions du fait religieux et surnaturel dans la Caraïbe, la “reprise” musicale de textes de Tutuola
• identités et genres : l’écriture de Tutuola est-elle non-binaire et queer ?

Awa – Léonora Miano. ELA 47 (2019)

Le n° 47 (2019) des Études littéraires africaines est paru !

Au sommaire :

  • Awa : la revue de la femme noire entre presse et littérature
  • Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

DOSSIER

Awa : la revue de la femme noire

Textes réunis par Claire Ducournau

Créée à Dakar dans un contexte de renouvellement de la presse africaine autour des indépendances politiques, en un moment d’exaltation intellectuelle et d’ouverture des possibles sociaux, notamment du point de vue du genre, Awa : la revue de la femme noire est l’un des premiers magazines féminins de l’Afrique francophone.

  • Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature
    (Claire Ducournau)
  • Awa ou la difficile équation du féminin africain
    (Marie-Ève Thérenty)
  • Joseph Zobel, d’Awa à Présence africaine : histoire et
    géographies (imaginaires) d’une publication noire
    (Laure Demougin)
  • « Boîte à lettres » et signatures : l’auctorialité partagée des femmes dans Awa (Claire Ducournau)

DOSSIER

Léonora Miano – Déranger le(s) genre(s)

Textes réunis par Marjolaine Unter Ecker
et Catherine Mazauric

Dans l’œuvre de Léonora Miano, la fluidité des circulations stylistiques entre la voix et l’écrit est l’une des clés permettant de saisir comment l’écriture romanesque réagence les représentations sexuées, redistribue les qualités, cherche à affranchir de conventions aliénantes et usées. Entièrement composé d’articles de jeunes chercheur·es, ce dossier apporte un nouveau témoignage de la contribution de la littérature à l’invention singulière de manières d’exister et aux combats d’émancipation qui les accompagnent.

  • Présentation (Catherine Mazauric)
  • Les mauvaises mères dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala et Contours du jour qui vient de Léonora Miano
    (Marion Coste)
  • Reading « Hairstories » and « Hairitages » in Léonora Miano
    and Rokhaya Diallo’s Works (Johanna Montlouis-Gabriel)
  • Réseaux de genres : relationnalité et intersectionnalité dans Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et Blues pour Élise
    de Léonora Miano (Constance Vottero)
  • Africana womanism et homosexualité dans Crépuscule du
    tourment 1
    de Léonora Miano (Vanessa Ndi Etondi)
  • Léonora Miano et Virginie Despentes : lectures croisées des masculinités « désaxées » (Marjolaine Unter Ecker)
  • La masculinité à travers l’Atlantique : enjeux identitaires
    et musicaux dans Crépuscule du tourment 1 et 2
    de Léonora Miano (Thomas Murray)
  • L’intermédialité dans l’art romanesque de Léonora Miano
    (Chloé Vandendorpe)
Comptes rendus
Thèses soutenues en 2018

ELA47_cv_def_HD_000_cv_dos15demi_Q

ELA47_Sommaire