Archives par mot-clé : Jeunes chercheurs

Zombis, dorlis, soukounyan

Figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe

Les prochaines rencontres de CARACOL-Observatoire des littératures caribéennes se tiendront les 25 et 26 avril 2024 à Aix en Provence – 29 avenue Robert Schuman, Pôle Multimédia.

L’Assemblée générale de l’association se tiendra pendant ces rencontres, le jeudi 25 avril de 16h à 18h, en mode hybride. Elle est ouverte à toute personne intéressée et permettra de déterminer le sujet des prochaines rencontres 2025, de renouveler ou enrichir les fonctions du bureau et d’établir un bilan et des perspectives pour les autres activités (webinaire, atelier de traduction etc).

L’événement sera également accessible en ligne: demandez le lien de connexion à caracol.olc@gmail.com.

BAT2-PRINT-Programme Zombis

URL de référence : https://caracol.hypotheses.org/865

Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Programme JE jeunes chercheurs et chercheuses APELA

La journée jeunes chercheuses et chercheurs Littératures du Sud/APELA “Résistances des réécritures dans les littératures afro-caribéenes” se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Afin de respecter la capacité d’accueil de la salle, si vous souhaitez participer en présence nous vous invitons à nous contacter pour vous inscrire aux adresses suivantes :

Un lien de participation à distance peut aussi vous être fourni à votre demande.

Programme Journée d’étude jeunes chercheurs et chercheuses

« Littératures du Sud » (APELA)

Vendredi 9 février 2024

10h-10h30: Accueil des participant.e.s et introduction de la journée

Session 1. Réécriture d’un texte préexistant : pour une résistance face aux modèles occidentaux ou nationaux

10h30-12h / Modération : Léa Dumetier (UR 1337 – Université de Strasbourg)

10h30-11h : AMARCHIH Essadek (Université Côté d’Azur)
Robinson Crusoé de Daniel Defoe et contre-réécritures : Foe de John Maxwell Coetzee et L’Empreinte à Crusoé de Patrick Chamoiseau

11h – 11h30 : TRABELSI Eya (Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba)
Adaptations et résistances littéraires : l’œuvre de Senghor et Laferrière à la lumière de la réécriture

11h30-12h : BAL Amber (Université de Cornell)
La réécriture de la résistance aux chemins de fer impériaux dans Doomi Golo de Boris Boubacar Diop

12h-13h30 : Pause

Session 2. Subversion et transgression des formes littéraires : réécrire et remodeler pour une création hybride

13h30-15h/ Modération : Ismaël Koné (EA 3943 – Université de Lorraine)

13h30-14h : CROWELL Michelle (Université d’Orléans/Université de Tours)
Réécrire le folklore : le conte du bébé de goudron dans Tar Baby de Toni Morrison

14h-14h30 : REKDAI Jean Zamba (Université du Cap)
Scénographie de la rupture et réforme des imaginaires romanesques africains dans Les jours viennent et passent de Hemley Boum

14h30-15h : DE LA TAILLE Charlaine (Université de Strasbourg)
Zola, au son du blues et du jazz, dans Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila

15h-15h30 : Pause

Session 3. Personnages en résistance : reconstruction de représentations académiques

15h30-16h30 / Modération : Marie Pernice (UMR 7172 THALIM – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

15h30-16h : KOUADIO Nadège (Université de Bourgogne)
Fitina ou le nouveau modèle du personnage féminin dans le roman africain post-colonial.  

16h-16h30 : MAALAOUI Yassine (Université Côte d’Azur)
Réécriture de l’intermédiaire dans Rêves amers de Maryse Condé, Cannibales de Mahi Binebine et Loin de Douala de Max Lobé

16h30 : Mot de clôture

Le programme mis en page est aussi disponible au lien suivant : https://drive.google.com/file/d/1QwEhVvtz1npZPXKhO5aAiPLWyXGLkAI9/view?usp=sharing

AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

Journée d’étude jeunes chercheurs & chercheuses « Littératures du Sud » (APELA)

09 février 2024, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle

Organisation : Laboratoires Configurations littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg), Écritures (EA 3943, Université de Lorraine) et THALIM (UMR 7172, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), sous l’égide de l’APELA.

  • Léa Dumetier, Université de Strasbourg,
  • Ismaël Koné, Université de Lorraine,
  • Marie Pernice, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle.

La journée se tiendra le vendredi 9 février 2024 à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (4 rue des Irlandais 75005 Paris). S’il nous tient à cœur de proposer des échanges en présentiel qui permettent de tisser des liens, les communicant.e.s ne pouvant se déplacer auront toutefois la possibilité d’intervenir en visioconférence. Un déjeuner et des collations seront offerts aux personnes présentes sur place, mais les frais de déplacement et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge.
Nous invitons tout particulièrement les jeunes chercheurs et chercheuses qui souhaitent s’initier à la pratique de la communication scientifique à proposer une intervention : cette journée d’étude a aussi pour vocation d’offrir un cadre bienveillant à ceux et celles qui ne sont pas encore rompus à l’exercice. 

Les propositions de communication, d’un maximum de 400 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique et de la mention de vos nom, prénom et affiliation institutionnelle, sont à envoyer pour le 13 novembre 2023 aux trois adresses suivantes : ismael.kone@univ-lorraine.fr, lea.dumetier@etu.unistra.fr et marie.pernice@sorbonne-nouvelle.fr.
Merci de préciser dans votre courriel la modalité selon laquelle vous prévoyez de participer (sur place ou à distance) et d’intituler votre fichier joint selon le modèle : “NOM Prénom_Titre abrégé de la communication”. Les réponses aux propositions seront envoyées à partir du 27 novembre 2023.

Argumentaire

Si l’œuvre littéraire naît toujours dans le bruissement de l’ensemble des textes antérieurs qui ont nourri son auteur, la pratique de la réécriture implique de revendiquer ouvertement le lien privilégié entretenu avec le corpus qui sert de base à la création. De la citation à l’adaptation, du pastiche à la parodie, la réécriture change ainsi de forme au gré de la distance que l’auteur prend par rapport à son modèle, tout autant que de l’attitude plus ou moins révérencieuse qu’il adopte à son égard. À travers ce choix complexe de la position depuis laquelle écrire, l’auteur se confronte à l’autorité des textes littéraires qu’il décide de retravailler. Comme le souligne Dominique Maingueneau dans L’Analyse du discours, la réécriture « vise moins à modifier qu’à exploiter dans un sens destructif ou légitimant le capital d’autorité attaché à certains textes. »[1] Réécrire offre dès lors l’occasion à l’auteur soit de chercher une forme de légitimité à travers la reconnaissance dont bénéficient les œuvres qu’il reprend, soit au contraire de questionner, voire de rejeter, le canon que celles-ci incarnent.

Appel à communication – Résistance des réécritures_Littératures du Sud_2024

Continuer la lecture de AAC: Résistance des réécritures dans les littératures afro-caribéennes

CfP: Back to Africa

Back to Africa: Literary Representations of Return in African Literatures

One-day International Conference 

Campus Condorcet

Paris, 25th October 2023

The French University Sorbonne Paris Nord, in collaboration with the Italian University of Bologna, is organising a one-day International Conference devoted to postgraduate students and early researchers on the topos of return in African literatures.

Aim

This one-day conference aims to investigate how the different forms of return to the African continent are represented in African literatures. We hope to welcome a wide variety of contributions from postgraduate and early-career researchers that do not exclusively focus on the Global North – Global South axis but also on infra-continental patterns of migration as well as understudied migratory axes within the Global South. While, for pragmatic reasons, contributions will be delivered in English, we hope they will tackle narratives of return from different African countries and in a variety of languages, both local and national.

Individual or joint papers will be allotted 20 minutes, followed by a discussion at the end of each panel.

Submission Guidelines

Calendrier révisé : Les contributeurs potentiels sont invités à envoyer leur résumé à backtoafrica.condorcet@gmail.com avant le 16 août 2023. Les notifications d’acceptation seront envoyées le 30 août 2023.

We invite proposals for individual papers that address these and related topics. Proposals should include an abstract of around 250 words, a brief biographical statement and contact information. 

Prospective contributors should send their abstracts to backtoafrica.condorcet@gmail.com by July 30, 2023. Notifications of acceptance will be sent by August 30, 2023.

We look forward to receiving your proposal and to a productive conference.

Call for papers-Back to Africa_Condorcet

Context

After years spent in the USA as a migrant, Ifemelu, the protagonist of Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2013), realises that her home country, Nigeria, “became where she was supposed to be, the only place she could sink her roots in without the constant urge to tug them out and shake off the soil.” This “gravitational pull,” as Maximilian Feldner (2019) calls it, has been perceptible in African literatures throughout the years so much so as to represent one of its constitutive features.
In the still ongoing “age of the refugee, the displaced person, mass migration” (Said 1984), the need to return found in African Literatures seems, at first glance, to be at odds with the postcolonial debates around hybridity, cosmopolitanism, and rootlessness or route-oriented belonging. As Salman Rushdie (1983) declared, “roots […] are a conservative myth, designed to keep us in our places.” On a similar note, drawing from the Igbo knowledge system, Chinua Achebe (1994) employs the concept of rootlessness as a metaphor for writing: “If you’re rooted to a spot, you miss a lot of the grace. So you keep moving, and this is the way I think the world’s stories should be told — from many different perspectives,” he argued. Thus, how can return be tackled without mooring it to discourses imbued with essentialism, nationalism, and exclusion, all of which could potentially be derived from rootedness? 
Perhaps, however, it is the very tension between routes and roots that should be overcome. It is what James Clifford (1997) attempted to do in his work Routes: Travels and Translation in the Late Twentieth Century. With the return, the homonymic opposition is resolved because coming back to one’s roots involves the act of travelling – routes. But can one ever come back home? As beautifully shown by the novel On Black Sisters’ Street (2011), originally written in Dutch by Nigerian writer Chika Unigwe, migrants, while abroad, might experience a kind of nostalgia. After their return, however, this nostalgia might morph into disillusion and even alienation, as shown by Obi, the protagonist of Chinua Achebe’s No Longer at Ease (1960).

Continuer la lecture de CfP: Back to Africa

AAC: Fragment et fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises

Fragment & fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises : formes, enjeux et représentations

Les propositions de communication, d’un maximum de 400 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique et de la mention de vos nom, prénom et affiliation institutionnelle, sont à envoyer pour le 10 mai au plus tard aux trois adresses suivantes :  charlene.walther@etu.unistra.fr, margaux.vidotto@sorbonne-nouvelle.fr et marion.ott@univ-lorraine.fr.

Merci de préciser dans votre courriel la modalité selon laquelle vous prévoyez de participer (sur place ou à distance) et d’intituler votre fichier joint selon le modèle : “NOM Prénom_Titre abrégé de la communication”. Les réponses aux propositions seront envoyées le 15 mai.

 Organisation :
Marion Ott, Université de Lorraine
Margaux Vidotto, Université de Paris III Sorbonne Nouvelle
Charlène Walther, Université de Strasbourg

Argumentaire

La notion de fragment n’est pas aisée à définir, car son sens réside dans son hétérogénéité. De manière générale, elle procède tout à la fois d’une éthique, d’une rhétorique et d’une esthétique. Le fragment est ainsi l’apanage d’un genre, participant de l’écriture de l’aphorisme, de la maxime ou encore du journal intime ou de la poésie. Mais il est aussi présent dans le roman et le récit qui sont divisés, éclatés, autrement dit fragmentés en différents morceaux plus ou moins (in)dépendants les uns des autres. Enfin, il peut être thématisé dans les œuvres et visé à désigner une fragmentation du monde ou du sujet. De ce fait, « le choix d’une écriture fragmentaire […] apparaît [à Richard Ripoll] comme un geste décisif de désintégration des genres. Et de désintégration du Moi. » (2002 [en ligne])
Étymologiquement, le fragment (frangere, « briser ») est un morceau qui a été cassé, brisé, séparé de son tout. Il contient donc l’idée de la désintégration, parfois violente, d’un discours, d’une norme, d’une idéologie, d’un genre. Mais cette désintégration se mue – parfois paradoxalement – en (ré-)intégration d’éléments disparates, permettant de produire une pensée nouvelle, décentrée, réfléchissant à et reformulant certains principes présentés auparavant comme immuables. Le fragment est ainsi pour l’écrivain un espace de liberté, dans lequel il peut exprimer sa subjectivité et composer un nouvel ordre. C’est ainsi que le présente Roland Barthes : « Écrire par fragments : les fragments sont alors des pierres sur le pourtour du cercle : je m’étale en rond : tout mon univers part en miettes ; au centre, quoi ? » (1975, p. 116-117) Le fragment porte le sceau d’une désintégration, voire d’une perte, d’une annihilation menaçante, mais se révèle aussi porteur d’infinies possibilités. Françoise Susini-Anastopoulos prend en considération cette dualité dans sa définition du fragment :

l’écriture en fragments […] peut se définir globalement comme un espace conflictuel, un lieu de tensions et un champ de forces, où s’affrontent et se combinent courants négatifs de déconstruction et pratiques positives d’ouverture et de redéfinition, confirmant ainsi son statut général d’écriture d’intersection, tant au niveau esthétique et générique, que logique et gnoséologique. […] [L]a discontinuité fragmentaire ne manque pas de faire se lever le fantasme d’une non-pensée, chichement dispensée dans les « temps en sous-œuvre ». Si le savoir fragmentaire est au mieux selon la formule d’Adorno, une « science triste » et encourt, à la limite, le risque du non-sens ou de la « folie », il faut alors convenir que la reconnaissance et la pratique du fragment, pour relever de la lucidité et de l’honnêteté, n’en sonnent pas moins le glas d’un certain attachement à l’idée, ou au mythe, de l’exception créatrice (1997, p. 258-259)

Plusieurs chercheurs ont récemment étudié la question du fragmentaire dans les littératures francophones, en particulier africaines. Le plus souvent, ils lient l’écriture fragmentaire à un morcellement du monde et du sujet (Traoré 2013 ; Bédé et Coulibaly (dir.) 2015, p. 13). Sélom Komlan Gbanou postule ainsi que

le fragmentaire se fait de plus en plus le reflet de l’individu délocalisé, dépersonnalisé et désespéré qui cherche à recoudre rêves, souvenirs, altérité de soi, angoisse identitaire, exigences d’un nouvel horizon d’attente, etc., dans un univers textuel qui cherche à affirmer sa propre autorité. (2004, p. 81)

Bidy Cyprien Bodo parle quant à lui d’une « permanence de l’écriture fragmentaire dans le texte africain. » (Bédé et Coulibaly (dir.) 2015, p. 99)
Les études ne sont pas si nombreuses et si systématiques du côté des littératures antillaises. Jean-Christophe Martin relie, dans l’œuvre d’Édouard Glissant, la poétique du fragment à la « pensée de la trace » : selon lui, leur tissage permet l’avènement d’un nouveau logos et permettant de façonner une histoire collective et une nouvelle manière de penser : 

si, dans la Relation, « Quand tu parles pour le monde, ta voix est un morceau de la voix d’alentour. Pas toute la voix d’alentour, tu entends, mais un morceau cassé, qui un jour va s’assembler », le langage est alors, dans ses plus infimes parties, dans ses plus humbles manifestations, un lent et laborieux tissage auquel chaque homme participe. (Ripoll (dir.) 2002 [en ligne])

Ainsi, si la mise en rapport du fragment et des littératures africaines et antillaises renvoie assez immédiatement pour la critique à la représentation d’une réalité vécue sous le prisme du morcèlement, nous invitons les participant.e.s à s’interroger également sur les possibilités poétiques, éthiques et épistémiques que recèle le fragment, ainsi que sur les modalités proprement littéraires de son inscription au sein des textes. Car pour reprendre les mots d’Amin Maalouf, « l’identité ne se compartimente pas, elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par plages cloisonnées. Je n’ai pas plusieurs identités, j’en ai une seule, faite de tous les éléments qui l’ont façonnée […]. » (1998, p. 5)

Cette journée d’études jeunes chercheurs se donne ainsi pour objectif général d’explorer les formes, les pratiques et les représentations du fragment et du fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises selon des approches qui peuvent être multiples. Il s’agira également, en prenant en compte leur inscription dans une tension entre éclatement et recomposition, de s’interroger sur les différents enjeux (éthiques, esthétiques, épistémiques, etc.) qui sous-tendent de telles écritures. Si la littérature constitue le cœur de notre programme, la mise en dialogue des textes avec d’autres arts est la bienvenue. Continuer la lecture de AAC: Fragment et fragmentaire dans les littératures africaines et antillaises

ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Deadline: The closing date for applications is 21 June 2021 (23:59), with interviews to be conducted online on 6 July 2021. The candidate will be expected to start their doctoral programme in October 2021. The scholarship application materials and references should be sent to pglanguages@warwick.ac.uk  with ‘ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres’ in the subject heading.  

The School of Modern Languages and Cultures (‘Translation and Transcultural Studies’) at Warwick University invites applications for doctoral study commencing in October 2021. An ERC-funded scholarship will be available on a competitive basis for an exceptional candidate meeting our requirements. The successful candidate will join a team of researchers working on the ERC project Philosophy and Genre (PhiGe): Creating a Textual Basis for African Philosophy (led by Professor Alena Rettová, University of Bayreuth) and will be supervised by Professor Rettová and Professor Pierre-Philippe Fraiture (University of Warwick): Team (uni-bayreuth.de). PhiGe interrogates the role of textual genre in the expression of philosophical meanings. It consists of eight Research Streams, covering a variety of genres in eight languages from several regions in Africa. Although other proposals will be considered, the successful candidate will ideally work on Wolof literature within Research Stream 4 of the project, which delivers a comparative study of African literatures across languages.  In addition to working on their doctoral thesis, the candidate will be expected to make contributions to the collaborative activities of the team, give conference presentations, and help to organize team activities in Senegal and Gambia.  

The successful candidate will be expected to reflect on the dissemination of modern and contemporary West African thought through a variety of genres and languages. They will adopt a transcultural approach, ideally explore Wolof literature in its different generic manifestations (theatre, poetry, or novel) and examine the transnational and translational factors that have contributed to its expansion in West Africa throughout history.

Continuer la lecture de ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres