Archives par mot-clé : Jeunes chercheurs

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Historic figures and collective memory/ies

De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

The use of heroes in colonial and postcolonial contexts

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Vendredi 25 septembre 2015, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 870 – Université Paris 7 Denis Diderot – 8 Place Paul Ricoeur
Paris, France (75013)

Programme

9h-9h30. Accueil des participants et présentation de la journée (Florent Piton et Elara Bertho)

9h30-11h. Pères de la patrie et héros nationaux

  • Hoang Thi Hong Ha (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Ouest) : Le culte du héros Tran Hung Dao et le rôle du héros dans la société vietnamienne
  • Milunda Kombila (Ecritures, Université de Lorraine) : Figures historiques et mémoire collective : le cas de Barthélémy Boganda
  • Otata Hance Wilfried (Ecritures, Université de Lorraine) : Les figures historiques dans la fiction contemporaine camerounaise : le cas de Ruben Um Nyobè dans Remember Ruben de Mongo Beti

11h-11h15 : pause

11h15-12h15. L’Emir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles

  • Laure Demougin (Université Paul Valéry Montpellier 3, Université de Laval) : La figure héroïque d’Abd-el-Kader, entre la presse coloniale du dix-neuvième siècle et La Dernière nuit de l’émir d’Abdelkader Djemaï
  • Kaoutar Harchi (CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : Figurations littéraires de l’héroïsme national en situation coloniale et post-coloniale. L’Emir Abdelkader dans l’oeuvre littéraire de Kateb Yacine

12h15-14h : déjeuner

14h-15h30. Des mémoires nationales aux mémoires transnationales

  • Lorenzo Mari (Thalim, LabEx TransferS) : Entre « mullah fous » et mullah faux. Représentations de Sayyid Maxamed Cabdille Xasan après la décolonisation de la Somalie
  • Marine Cellier (CIELAM, Université Aix-Marseille) : Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda
  • Fernanda Vilar (Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées, Université Paris Ouest) : La reine Ginga, ou comment les Africains ont aussi construit le monde

15h30-15h45 : pause

15h45-16h45. Mémoires visuelles : les héros en image(s)

  • Armelle Chandelier (CESSMA, Inalco) : La représentation de Mao Zedong dans l’art contemporain chinois ou le symptôme d’un malaise national
  • Mathias De Groof (University of Antwerp) : Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba

16h45-17h30. Clôture de la journée

Continuer la lecture de Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_CompletLes 4èmes Rencontres des Études Africaines en France auront lieu à Paris les 5, 6, 7 juillet 2016, sur le site de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, au 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA), Développement et Sociétés (D&S), Langage, Langues et Cultures d’Afrique noire (LLACAN), Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (PRODIG) et Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS).

Comme les trois précédentes, ces 4e Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2016 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

Consulter l’appel à contributions (propositions d’ateliers et de communications).

Plus d’infos et mises à jour sur le site des Rencontres.

AAC : Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines

Appel à communications

3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines, Paris, 14-16 janvier 2016

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines.
Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.
Il ne reste plus qu’un mois pour faire une proposition en ligne (avant le 16 juillet 2015)http://jcea2016.sciencesconf.org/
Voici les panels à dominante littéraire :
  • panel 4 : musiques d’Afrique
  • panel 12 : corps, genres, sexualités
  • panel 13 : le rire et la dérision politique
  • panel 18 : imaginaires des langues et connexions linguistiques
  • panel 19 : fabriques mémorielles, héros et imaginaires collectifs
  • panel 20 : diversifier les sources (sources et corpus)

3e Rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines. Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.

Infos sur le site de la 3e Rencontre.

AAP : Figures historiques et mémoire(s) collective(s). De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

Appel journées d’études doctorales

Le 25 septembre 2015 à Paris Diderot

Date-limite d’envoi des propositions : 30 mai 2015

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Dans les romans, dans les chants, à la radio, au cinéma, ou même dans les séries télévisées ou sur internet, les figures héroïques constituent un thème privilégié des productions culturelles du contemporain. Dans quel régime d’historicité ces œuvres et ces récits s’inscrivent-ils ? De quels imaginaires collectifs sont-ils le reflet, et en retour, comment ces textes au sens large structurent-ils les représentations du passé ?

Cette journée d’études doctorales s’inscrit donc dans une perspective résolument transdisciplinaire (histoire, histoire de l’art, littérature, anthropologie…), et vise à éclairer l’articulation entre le récit historique et la construction identitaire. Prenant acte qu’il n’est de communautés qu’« imaginées » (Benedict Anderson), il s’agira d’analyser la part de rhétorique inhérente à ces imaginaires. Dès lors, l’enjeu est de démêler les relations qui se tissent entre mise en fiction, mémoire historique et représentations collectives. La question n’est pas de jauger le degré de véridicité de ces récits, mais plutôt de souligner l’efficacité pragmatique de leur pouvoir performatif ainsi que leur réinvestissement symbolique.

Nous nous intéresserons à des figures issues de sociétés coloniales et postcoloniales (Antilles, Afriques, Asie). Par figures, nous entendons les « héros nationaux », grands ancêtres ou pères de la nation, qu’il s’agisse par exemple de conquérants ou d’empereurs précoloniaux, de résistants à la colonisation, d’acteurs des indépendances, ou des « hommes – et des femmes – illustres » des sociétés postcoloniales. Les producteurs de cette mémoire en action sont pour le moins divers, depuis les hommes politiques et les leaders d’opinion, jusqu’aux acteurs subalternes, en passant par les artistes, les détenteurs des savoirs locaux, et les intellectuels. Dès lors, les discours eux-mêmes appartiennent à divers registres, tantôt officiels, tantôt informels, et font l’objet de différents usages et modes d’appropriation qui transcendent les catégories binaires de « populaire » et d’« élite ». Seront particulièrement appréciées les communications portant sur une figure particulière, ou sur un « panthéon mémoriel » dans un pays ou une région donnée. Les communications plus transversales ou théoriques, portant sur le lien entre la construction des discours historiques et les usages du passé, seront également examinées.

Les propositions de communication (500 mots) devront être envoyées au format .pdf avant le 30 mai 2015 aux adresses suivantes : elara.bertho@gmail.com et florentpiton1@gmail.com.  Un avis d’acceptation sera envoyé avant le 30 juin 2015. Les communicants sélectionnés sont invités à se renseigner auprès de leurs institutions de rattachement pour une prise en charge financière.

La journée d’études se tiendra le 25 septembre 2015 de 14h00 à 17h00 à l’université Paris Diderot. Les communications n’excéderont pas trente minutes.

Comité d’organisation :

  • Elara Bertho, doctorante en littérature comparée à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (Thalim, UMR 7172)
  • Florent Piton, doctorant en histoire de l’Afrique à l’université Paris 7 – Denis Diderot (CESSMA, UMR 245)

2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

3 et 4 octobre 2014, Paris (EHESS, Sciences Po, Université Paris 1)

 

Vendredi 3 octobre matin : CERI/CHSP, 56 rue Jacob, 75006 Paris

Apres-midi et soirée : EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Samedi 4 octobre : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12 place du Panthéon, 75005 Paris et 14 rue Cujas, 75005 Paris

Suite au succès de la première édition, se tiendront les deuxièmes Rencontres Nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA) les 3 et 4 octobre 2014. Continuer la lecture de 2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)