Archives par mot-clé : Journée d’étude

Les univers d’André et Simone Schwarz-Bart

Les Journées d’étude sur Simone et André Schwarz-Bart auront lieu à Lausanne (Unil) les 30 septembre et 1er octobre prochains :

Les univers d’André et Simone Schwarz-Bart – Sources et traces dans les textes et les avant-textes

Université de Lausanne – Château de Dorigny

Organisation

  • Anaïs Stampfli, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures et Section de français, Université de Lausanne
  • Éléonore Devevey, Département de langue et de littérature françaises modernes, Université de Genève
  • Jean-Pierre Orban et Claire Riffard, ITEM (CNRS/ENS-PSL)

avec le soutien de la fondation Jan Michalski.

JE_Schwarz-Bart-programme_juin

Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude 22 juin 2021

Université de Lorraine, Metz

UFR Arts Lettres et Langues (Ile du Saulcy)

Groupe de recherche ASOHLIS / ECRITURES EA 3943

 Journée d’étude en format « hybride ». Inscription à la séance sur « Teams » sur demande.

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures des Suds ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », font l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture, ainsi que de la scène ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre et de la scène, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, en mettant à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? les propositions devront dont indiquer de quel concept (ou groupe de concepts) elles comptent traiter, et à partir de quels ouvrages de référence (1 à 3 pour éviter l’effet de liste). Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Coordination Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr) et Tristan Leperlier (tristan.leperlier@gmail.com)

Comité scientifique : Groupe ASOHLIS (Approches socio-historiques des littératures des Suds).

Continuer la lecture de Quelles approches socio-historiques des littératures des suds ?

Journée d’étude ASOHLIS

Journée d’étude ASOHLIS du mardi 22 juin à Metz

Quelles approches socio-historiques des littératures des Suds ?

Coordination : Pierre Halen & Tristan Leperlier

Participants : groupe de recherche ASOHLIS, mais il reste des possibilités pour présenter une intervention

Mode hybride : participations en présence et à distance (via Zoom)

Argument

Pour diverses raisons, essentiellement historico-politiques et institutionnelles, les littératures du Sud ont, comparativement aux corpus canoniques des littératures « occidentales », fait l’objet de moins d’approches historiques et sociologiques. Pour une part, cela peut s’expliquer par la disponibilité moindre d’archives constituées ; mais pour une part plus importante, cela s’explique par des facteurs idéologiques, la priorité ayant été donnée à la mise en évidence de leurs dimensions de témoignage et de résistance plutôt qu’à l’étude de leurs conditions de possibilités institutionnelles et matérielles, et à l’analyse de leurs modes d’existence. Un certain nombre de travaux existent néanmoins déjà dont on cherchera à évaluer l’apport spécifique, notamment dans les domaines suivants :

  • histoire du livre, de l’édition et de la lecture ;
  • sociologie de la circulation des biens culturels (traductions…) ;
  • sociologie des acteurs (écrivains, intermédiaires du monde du livre, institutions…), notamment à partir de la théorie du champ ;
  • approches socio-discursives, complémentaires aux précédentes, mais mettant l’accent sur les discours de positionnement, les postures et autres scénographies.

Les communications attendues contribueront à dresser un bilan critique à partir d’un point de vue particulier. Chaque intervention cherchera à évaluer l’apport théorique de travaux déjà existants, ou à mettre à l’épreuve des concepts précis déjà constitués par les approches socio-historiques de la littérature : dans quelle mesure ces concepts devraient-ils (ou non) être reconduits, repensés, nuancés ou complexifiés quand on étudie empiriquement les littératures des Suds ? Cette journée d’étude remplira ainsi pleinement son rôle scientifique de bilan de la recherche, tout en permettant de circonscrire les problématisations futures qu’élaborera le groupe de travail (programmation de colloques, séminaires etc.).

Déclaration d’intérêt à communiquer dès que possible.

Titre, argument et plan sommaire de communication à soumettre avant le 15.04.2021

Le programme sera communiqué au plus tard le 01.05.2021.

Inscriptions préalables auprès de Tristan Leperlier : tristan.leperlier@gmail.com & Pierre Halen : pierre.halen@univ-lorraine.fr

Comité scientifique : Groupe Asohlis

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Journée d’étude organisée par l’APELA  (Association pour l’Étude des Littératures Africaines) et le CSLF (Centre des sciences des littératures en langue française)

Université Paris-Nanterre – Vendredi 13 novembre 2020

Organisateurs : Ninon Chavoz, Pierre Leroux, Florence Paravy

En raison des conditions sanitaires, cette journée aura lieu en ligne et dans un format allégé, propice, nous l’espérons, aux discussions. Les contributions, qui dureront à dix à vingt minutes, pourront être écoutées à partir du lien suivant, à compter de 13h30 :

https://meet.google.com/tku-erhv-woe

Programme actualisé

Stefania Cubeddu-Proux, Université Paris Nanterre 
Dakar / Kinshasa en dialogue : la Chinafrique dans Congo Inc. Le testament de Bismarck de In Koli Jean Bofane et Demain si dieu le veut de Khadi Hane. 

Ninon Chavoz, Université de Strasbourg 
Croisements érotiques entre la Chine et l’Afrique : de Dai Sijie à Paul Kawczak.

Aurélie Journo, Université Sorbonne Paris Nord 
‟An eternal sea unites our people”, la Chinafrique par l’océan dans The Dragonfly Sea (2019) d’Yvonne Adhiambo Owuor.

 Alice Desquilbet, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle 
#Corniche Has Fallen. L’envers du décor de la coopération sino-congolaise contemporaine. 

 Pierre Leroux , Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle 
Héritages africains du ‟petit dragon” : réappropriations et réinterprétations du cinéma d’action hong-kongais.

 Catherine Benaïnous, EHESS 
Présences chinoises dans les industries du cinéma et de l’audiovisuel en Afrique.

15 h 30 : Fin de la journée d’étude

16 h – Assemblée générale annuelle de l’APELA

plaquette CHINAFRIQUE 14 09 2020

Consulter l’appel à propositions.

Henri Lopes, nouvelles lectures façon façon-là

Colloque en ligne sur Fabula :

LOPES HENRI / Photographié le 26/06/2020 à Suresnes, à son domicile / FRANCOIS GRIVELET POUR JA.

Scandée par l’écriture et l’action politique, l’effervescence de la vie publique et le retrait nécessaire à la création, la trajectoire ambulante d’Henri Lopes, vécue entre le Congo et la France, semble tout aussi multiple que ses écrits.
« Mettre, dans l’univers littéraire, mon univers ». C’est avec ces mots que l’écrivain, au cours d’un entretien, a reconstitué l’ambition qui a guidé ses premiers pas. Au regard d’un cheminement où le besoin d’écrire, impérieux, s’est toujours fait ressentir, ce souhait s’est pleinement réalisé. Composée de neuf romans, de nouvelles, d’essais, de poèmes et de mémoires récemment livrés au public, l’œuvre d’Henri Lopes en fait l’une des figures majeures des littératures francophones. De la publication de Tribaliques, en 1971, à la parution, en 2018, d’Il est déjà demain, Henri Lopes a poursuivi la consolidation de son univers, ramifié son invention et, depuis bientôt cinquante ans, n’a jamais cessé d’impulser un élan exploratoire à son écriture. Enquêtes inlassablement menées, récits métafictionnels dans lesquels la comédie littéraire se réfléchit, tableaux des relations coloniales et postcoloniales, miroirs où se diffracte un je recomposé en de multiples avatars fictionnels – ses écrits sont l’objet du présent dossier qui s’efforce d’en capter les permanences, les bifurcations et les exigences.

« Henri Lopes, nouvelles lectures façon façon‑là ». À la suite du dossier « Henri Lopes, lectures façon façon‑là » précédemment dirigé par Anthony Mangeon (Études littéraires africaines, n°45, 2018), auquel participaient déjà plusieurs contributeurs rassemblés ici, et dans le prolongement de la journée d’étude « Réinventer la vie, prophétiser le réel : Henri Lopes » (CIEF/CEELF Sorbonne Université, 15 juin 2018), qui les avait à nouveau réunis, autour et en présence de l’auteur, c’est donc à une nouvelle danse, avec une œuvre tramée d’une vie ondoyante, que le lecteur est aujourd’hui convié.

Dossier coordonné par Céline Gahungu et Anthony Mangeon

avec la collaboration de Romuald Fonkoua

et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Sommaire et articles (de Céline Gahungu, Anthony Mangeon, Catherine Mazauric, Bernard Mouralis, Ninon Chavoz, Florian Alix, Charlaine de la Taille et Bo-Hyun Kim) à consulter sur Fabula.

AAC/CfP: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique / Literary and Artistic Perspectives on China in Africa (‘la Chinafrique’)

Journée d’étude de l’APELA 2020

Organisée en collaboration avec l’Observatoire des Écritures françaises et francophones contemporaines (CSLF, Paris-Nanterre)

Lieu : Université Paris-Nanterre
Nouvelle date : 13 novembre 2020

/ One-day workshop, Paris-Nanterre University, November 13 2020

Langues acceptées : français / english

Les propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser avant le 1er mars 2020 aux trois adresses suivantes : ninon.chavoz@gmail.com ; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

300 word summaries, as well as a short bio, should be sent before 1st March 2020 to ninon.chavoz@gmail.com; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

See english version below

Argumentaire

Si les relations commerciales entre la Chine et l’Afrique remontent au moins aux expéditions de l’amiral Zheng He (1371-1433), c’est véritablement dans les années 2000 que la présence chinoise sur le continent africain s’est développée de manière exponentielle. L’entrée remarquée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce en 2001 est ainsi précédée par la tenue à Pékin de la première édition du forum sur la coopération sino-africaine (octobre 2000). Qu’il soit perçu comme une forme d’entraide entre les pays du « Sud » ou au contraire comme un nouvel avatar de l’impérialisme[1], ce phénomène, souvent considéré comme l’indice d’une nouvelle phase de la mondialisation, a suscité une abondante couverture médiatique et une riche littérature spécialisée. Nombreux sont les travaux qui se sont attachés à mettre en lumière les termes d’un échange censé se révéler mutuellement bénéfique, puisque le drainage des matières premières africaines et l’investissement de nouveaux marchés serait consenti en échange de la construction d’infrastructures ou d’aides ciblées. Le néologisme « Chinafrique », construit sur le modèle de la « Françafrique », résume bien les enjeux de ces recherches contemporaines qui conjuguent perspectives économiques et géopolitiques.
Selon ces travaux récents, le recul des puissances européennes et l’estompement de la logique bipolaire qui prévalait durant la Guerre Froide auraient laissé place à l’avènement d’un véritable « Far West chinois[2] ». Recouvrant l’Afrique anglophone autant que francophone, celui-ci contribue au gommage des frontières coloniales tout en renouant avec des dynamiques impérialistes anciennes. L’intervention chinoise en Afrique suppose en effet à la fois l’entretien d’échanges asymétriques et la projection à plus ou moins long terme dans un destin commun, dont la représentation devient un sujet récurrent des romans de science-fiction[3]. Pour Ibrahima Soumah, ancien membre du gouvernement guinéen, la « chinisation » de l’Afrique est ainsi prétexte à l’écriture d’un « roman d’économie-fiction » qui met en scène l’exploitation économique et militaire du continent avant d’envisager l’issue heureuse qu’autorise la formation d’un couple mixte[4]. L’hypothèse littéraire d’un métissage sino-africain n’a à ce titre rien d’un hapax : elle intervient déjà dans Le Lys et le flamboyant d’Henri Lopes ou, sous la forme travestie d’une hantise de la reproduction, dans l’évocation que livre Dai Sijie des frasques chirurgicales de l’empereur Zheng De[5].
Au-delà de ces formes somme toute classiques de « branchement[6] », l’une des caractéristiques remarquables de la relation sino-africaine réside dans sa triangulation : non contente d’impliquer les deux partenaires de l’échange, elle met également en jeu les anciennes puissances coloniales, au premier rang desquelles se situe la France[7]. Elle nourrit à ce titre un discours diplomatique et scientifique, qui n’est exempt ni de jugements de valeur ni d’investissements affectifs face à l’inquiétante perspective d’un impérialisme d’un nouveau genre, volontiers présenté comme dépourvu de « limites mentales[8]». Là où l’Occident humanitaire serait demeuré prisonnier d’histoires « dérivées du Cœur des ténèbres [9]», le soft power chinois ouvrirait ainsi en Afrique une brèche de liberté, dont la matrice littéraire demeure en construction.
Il peut à ce titre paraître surprenant que les études publiées à ce jour n’aient accordé qu’une place congrue aux effets de la relation sino-africaine sur les imaginaires. En concentrant l’attention sur des productions littéraires, plastiques et cinématographiques, la présente journée se fixe comme objectif de pallier cette lacune. Les textes commentés pourront émaner aussi bien du champ de la littérature institutionnellement reconnue que de ce que Bernard Mouralis appelait dès 1975 les « contre-littératures[10] ».
Dans le souci de mettre en évidence des « regards croisés » sur la Chinafrique, seront en priorité retenues des propositions relatives à la vision de l’Afrique en Chine[11] et à la vision de la Chine et des Chinois en Afrique. La prise en compte de la triangulation de la relation sino-africaine, perçue depuis l’Europe ou l’Amérique, pourra également justifier le détour par des textes et des œuvres d’auteurs ou d’artistes européens et américains.

Trois axes de réflexion majeurs peuvent être dégagés :

  • Néocolonialisme et « littératures de l’extraction ». Comment la Chinafrique participe-t-elle d’une littérature mondiale, voire mondialisée ? Les textes récents consacrés à la relation sino-africaine, à l’exemple de Congo Inc. d’In Koli Jean Bofane, font volontiers de la présence chinoise l’indice narratif et formel d’une circulation accrue des matériaux, des informations et des hommes. L’espace mondialisé de la Chinafrique peut cependant aussi se concentrer et se réduire au gouffre mortifère de la mine, photographiée, entre autres, par Sammy Baloji. Tidiane N’Diaye dans le domaine de l’essai, Fabrice Loi et Mukaka Chipanta dans le champ de la fiction, Hubert Sauper au cinéma, dénoncent ainsi une colonisation nouvelle. Celle-ci semble d’autant plus insoutenable qu’elle serait insidieuse et prédatrice pour l’environnement soumis à un extractivisme sans limite. Quel commentaire critique la littérature et les arts sont-ils en mesure d’offrir sur le nouvel ordre économique et écologique du monde ?
  • Imaginaires culturels : stéréotypes et empowerment. Dans quelle mesure la relation sino-africaine permet-elle l’émergence de nouvelles figures littéraires et artistiques ? En quoi la Chinafrique nourrit-elle le dépassement ou au contraire le renforcement des stéréotypes[12]? La relation sino-africaine pose indubitablement à nouveaux frais la question de la représentation de l’Autre : tandis qu’une publicité chinoise pour de la lessive reprenait fidèlement il y a peu des antiennes racistes bien connues en Europe[13], l’artiste Hua Jiming se livrait en 2010 à une performance remarquée, destinée à dénoncer les représentations récurrentes des Chinois en Afrique[14]. L’une des figures les plus remarquables dans cet imaginaire est sans doute celle du maître en arts martiaux, exemplairement incarné par Bruce Lee : portée à l’écran par un sosie dans un film du Camerounais Alphonse Beni, cette figure est évoquée entre autres par Dieudonné Niangouna[15] et Alain Mabanckou[16] dans leurs souvenirs d’enfance. Il ne fait aucun doute qu’une telle prédilection pour des héros non occidentaux contribue à la densification des circulations culturelles, voire à l’émergence de nouvelles formes plastiques et littéraires. Quel rôle assigner à ces figures aussi héroïques qu’exotiques ?
  • Du tiers-mondisme au futurisme : diachronie de la relation sino-africaine. Avant qu’elle ne se décline sous la forme capitaliste de la « Chinafrique », voire de la dystopie extractiviste, la relation sino-africaine a d’abord été conçue dans le cadre d’une solidarité tiers-mondiste. Si elle est aujourd’hui économique et volontiers tournée vers l’anticipation d’un futur plus ou moins lointain, cette relation a d’abord été diplomatique, inscrite dans le contexte historique de la conférence de Bandung et de l’émergence du Tiers-Monde. Son évocation littéraire revêt à ce titre une dimension mémorialiste et engagée, dont on trouve l’écho dans les textes contemporains. Comment la littérature et les arts contribuent-ils à inscrire la relation sino-africaine dans une temporalité longue, qui court de l’époque maoïste aux domaines plus ou moins lointains de la science-fiction ?

Continuer la lecture de AAC/CfP: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

La littérature nigériane : état des lieux

Journée d’étude de l’APELA

Journée d’études 2018 : La littérature nigériane – état des lieux

Vendredi 14 septembre 2018, Université de la Sorbonne nouvelle – site Censier, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris, M° Censier-Daubenton

[Attention entrées filtrées sur le site]

Programme

9h-9h30         Accueil

9h30-10h       Introduction aux littératures nigérianes (F. Ugochukwu)

10h-10h30     COURTOIS Cédric

Narrer le développement nigérian : panorama sur le Bildungsroman nigérian écrit en anglais depuis les années 2000 / Narrating Nigerian Development/Bildung: An Overview of the Nigerian Bildungsroman written in English since 2000

10h30-11h     FIOUPOU Christiane

Les « classiques » nigérians et leurs avatars : roman et polar

11h-11h30     Pause

11h30-12h     GBAGUIDI Célestin & AHOSSOUGBE Franck

Interrogating the Historical and Cultural Context of Chinua Achebe’s Things Fall Apart

12h-12h30     WANJALA Alex Nelungo

Changing Times, Changing gods; Achebe’s Arrow of God and Ndibe’s Foreign Gods Inc as a Depiction of Transformation in Nigerian Society

12h30-14h     Repas

14h-14h30     KOUTCHADE Innocent Sourou

Analysing the ethnography of communication in Wole Soyinka’s Alapata apata: a sociolinguistic and functional perspective

14h30-15h     GOUBALI-TALON Odile

D’Amanda N. Adichie (For Love of Biafra, 1998) à Chimamanda Ngozi Adichie, (Half of a Yellow Sun, 2006): a journey of self-discovery

15h-15h30     DIABANGOUAYA Célestin

Le prix de la liberté dans Night Dancer, On Black Sisters’ Street et Waiting for an Angel de Chika Unigwe et Helon Habila

15h30-16h     UGOCHUKWU Françoise

Ulasi – Le pidgin pour un dialogue de sourds

16h-16h30     Clôture

17h30             Assemblée Générale de l’APELA