Archives par mot-clé : Journée d’étude

AAC: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Journée d’étude de l’APELA 2020

Organisée en collaboration avec l’Observatoire des Écritures françaises et francophones contemporaines (CSLF, Paris-Nanterre)

Lieu : Université Paris-Nanterre
Date : 25 septembre 2020

Les propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser avant le 1er mars 2020 aux trois adresses suivantes : ninon.chavoz@gmail.com ; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

Argumentaire

Si les relations commerciales entre la Chine et l’Afrique remontent au moins aux expéditions de l’amiral Zheng He (1371-1433), c’est véritablement dans les années 2000 que la présence chinoise sur le continent africain s’est développée de manière exponentielle. L’entrée remarquée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce en 2001 est ainsi précédée par la tenue à Pékin de la première édition du forum sur la coopération sino-africaine (octobre 2000). Qu’il soit perçu comme une forme d’entraide entre les pays du « Sud » ou au contraire comme un nouvel avatar de l’impérialisme[1], ce phénomène, souvent considéré comme l’indice d’une nouvelle phase de la mondialisation, a suscité une abondante couverture médiatique et une riche littérature spécialisée. Nombreux sont les travaux qui se sont attachés à mettre en lumière les termes d’un échange censé se révéler mutuellement bénéfique, puisque le drainage des matières premières africaines et l’investissement de nouveaux marchés serait consenti en échange de la construction d’infrastructures ou d’aides ciblées. Le néologisme « Chinafrique », construit sur le modèle de la « Françafrique », résume bien les enjeux de ces recherches contemporaines qui conjuguent perspectives économiques et géopolitiques.
Selon ces travaux récents, le recul des puissances européennes et l’estompement de la logique bipolaire qui prévalait durant la Guerre Froide auraient laissé place à l’avènement d’un véritable « Far West chinois[2] ». Recouvrant l’Afrique anglophone autant que francophone, celui-ci contribue au gommage des frontières coloniales tout en renouant avec des dynamiques impérialistes anciennes. L’intervention chinoise en Afrique suppose en effet à la fois l’entretien d’échanges asymétriques et la projection à plus ou moins long terme dans un destin commun, dont la représentation devient un sujet récurrent des romans de science-fiction[3]. Pour Ibrahima Soumah, ancien membre du gouvernement guinéen, la « chinisation » de l’Afrique est ainsi prétexte à l’écriture d’un « roman d’économie-fiction » qui met en scène l’exploitation économique et militaire du continent avant d’envisager l’issue heureuse qu’autorise la formation d’un couple mixte[4]. L’hypothèse littéraire d’un métissage sino-africain n’a à ce titre rien d’un hapax : elle intervient déjà dans Le Lys et le flamboyant d’Henri Lopes ou, sous la forme travestie d’une hantise de la reproduction, dans l’évocation que livre Dai Sijie des frasques chirurgicales de l’empereur Zheng De[5].
Au-delà de ces formes somme toute classiques de « branchement[6] », l’une des caractéristiques remarquables de la relation sino-africaine réside dans sa triangulation : non contente d’impliquer les deux partenaires de l’échange, elle met également en jeu les anciennes puissances coloniales, au premier rang desquelles se situe la France[7]. Elle nourrit à ce titre un discours diplomatique et scientifique, qui n’est exempt ni de jugements de valeur ni d’investissements affectifs face à l’inquiétante perspective d’un impérialisme d’un nouveau genre, volontiers présenté comme dépourvu de « limites mentales[8]». Là où l’Occident humanitaire serait demeuré prisonnier d’histoires « dérivées du Cœur des ténèbres [9]», le soft power chinois ouvrirait ainsi en Afrique une brèche de liberté, dont la matrice littéraire demeure en construction.
Il peut à ce titre paraître surprenant que les études publiées à ce jour n’aient accordé qu’une place congrue aux effets de la relation sino-africaine sur les imaginaires. En concentrant l’attention sur des productions littéraires, plastiques et cinématographiques, la présente journée se fixe comme objectif de pallier cette lacune. Les textes commentés pourront émaner aussi bien du champ de la littérature institutionnellement reconnue que de ce que Bernard Mouralis appelait dès 1975 les « contre-littératures[10] ».
Dans le souci de mettre en évidence des « regards croisés » sur la Chinafrique, seront en priorité retenues des propositions relatives à la vision de l’Afrique en Chine[11] et à la vision de la Chine et des Chinois en Afrique. La prise en compte de la triangulation de la relation sino-africaine, perçue depuis l’Europe ou l’Amérique, pourra également justifier le détour par des textes et des œuvres d’auteurs ou d’artistes européens et américains.

Trois axes de réflexion majeurs peuvent être dégagés :

  • Néocolonialisme et « littératures de l’extraction ». Comment la Chinafrique participe-t-elle d’une littérature mondiale, voire mondialisée ? Les textes récents consacrés à la relation sino-africaine, à l’exemple de Congo Inc. d’In Koli Jean Bofane, font volontiers de la présence chinoise l’indice narratif et formel d’une circulation accrue des matériaux, des informations et des hommes. L’espace mondialisé de la Chinafrique peut cependant aussi se concentrer et se réduire au gouffre mortifère de la mine, photographiée, entre autres, par Sammy Baloji. Tidiane N’Diaye dans le domaine de l’essai, Fabrice Loi et Mukaka Chipanta dans le champ de la fiction, Hubert Sauper au cinéma, dénoncent ainsi une colonisation nouvelle. Celle-ci semble d’autant plus insoutenable qu’elle serait insidieuse et prédatrice pour l’environnement soumis à un extractivisme sans limite. Quel commentaire critique la littérature et les arts sont-ils en mesure d’offrir sur le nouvel ordre économique et écologique du monde ?
  • Imaginaires culturels : stéréotypes et empowerment. Dans quelle mesure la relation sino-africaine permet-elle l’émergence de nouvelles figures littéraires et artistiques ? En quoi la Chinafrique nourrit-elle le dépassement ou au contraire le renforcement des stéréotypes[12]? La relation sino-africaine pose indubitablement à nouveaux frais la question de la représentation de l’Autre : tandis qu’une publicité chinoise pour de la lessive reprenait fidèlement il y a peu des antiennes racistes bien connues en Europe[13], l’artiste Hua Jiming se livrait en 2010 à une performance remarquée, destinée à dénoncer les représentations récurrentes des Chinois en Afrique[14]. L’une des figures les plus remarquables dans cet imaginaire est sans doute celle du maître en arts martiaux, exemplairement incarné par Bruce Lee : portée à l’écran par un sosie dans un film du Camerounais Alphonse Beni, cette figure est évoquée entre autres par Dieudonné Niangouna[15] et Alain Mabanckou[16] dans leurs souvenirs d’enfance. Il ne fait aucun doute qu’une telle prédilection pour des héros non occidentaux contribue à la densification des circulations culturelles, voire à l’émergence de nouvelles formes plastiques et littéraires. Quel rôle assigner à ces figures aussi héroïques qu’exotiques ?
  • Du tiers-mondisme au futurisme : diachronie de la relation sino-africaine. Avant qu’elle ne se décline sous la forme capitaliste de la « Chinafrique », voire de la dystopie extractiviste, la relation sino-africaine a d’abord été conçue dans le cadre d’une solidarité tiers-mondiste. Si elle est aujourd’hui économique et volontiers tournée vers l’anticipation d’un futur plus ou moins lointain, cette relation a d’abord été diplomatique, inscrite dans le contexte historique de la conférence de Bandung et de l’émergence du Tiers-Monde. Son évocation littéraire revêt à ce titre une dimension mémorialiste et engagée, dont on trouve l’écho dans les textes contemporains. Comment la littérature et les arts contribuent-ils à inscrire la relation sino-africaine dans une temporalité longue, qui court de l’époque maoïste aux domaines plus ou moins lointains de la science-fiction ?

Continuer la lecture de AAC: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

La littérature nigériane : état des lieux

Journée d’étude de l’APELA

Journée d’études 2018 : La littérature nigériane – état des lieux

Vendredi 14 septembre 2018, Université de la Sorbonne nouvelle – site Censier, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris, M° Censier-Daubenton

[Attention entrées filtrées sur le site]

Programme

9h-9h30         Accueil

9h30-10h       Introduction aux littératures nigérianes (F. Ugochukwu)

10h-10h30     COURTOIS Cédric

Narrer le développement nigérian : panorama sur le Bildungsroman nigérian écrit en anglais depuis les années 2000 / Narrating Nigerian Development/Bildung: An Overview of the Nigerian Bildungsroman written in English since 2000

10h30-11h     FIOUPOU Christiane

Les « classiques » nigérians et leurs avatars : roman et polar

11h-11h30     Pause

11h30-12h     GBAGUIDI Célestin & AHOSSOUGBE Franck

Interrogating the Historical and Cultural Context of Chinua Achebe’s Things Fall Apart

12h-12h30     WANJALA Alex Nelungo

Changing Times, Changing gods; Achebe’s Arrow of God and Ndibe’s Foreign Gods Inc as a Depiction of Transformation in Nigerian Society

12h30-14h     Repas

14h-14h30     KOUTCHADE Innocent Sourou

Analysing the ethnography of communication in Wole Soyinka’s Alapata apata: a sociolinguistic and functional perspective

14h30-15h     GOUBALI-TALON Odile

D’Amanda N. Adichie (For Love of Biafra, 1998) à Chimamanda Ngozi Adichie, (Half of a Yellow Sun, 2006): a journey of self-discovery

15h-15h30     DIABANGOUAYA Célestin

Le prix de la liberté dans Night Dancer, On Black Sisters’ Street et Waiting for an Angel de Chika Unigwe et Helon Habila

15h30-16h     UGOCHUKWU Françoise

Ulasi – Le pidgin pour un dialogue de sourds

16h-16h30     Clôture

17h30             Assemblée Générale de l’APELA

« Réinventer la vie, prophétiser le réel : Henri Lopes »

Journée d’études « Réinventer la vie, prophétiser le réel : Henri Lopes »

Sorbonne-Université – Faculté des Lettres, CIEF / CELLF

46 rue Saint-Jacques, 75005 Paris. Métro : Saint-Michel, Odéon, Cluny-La-Sorbonne

Vendredi 15 juin 2018

Programme :

9h00    Accueil des participants

9h15    Introduction de la journée d’études par Romuald Fonkoua (Sorbonne-Université)

9h30    Présidence de séance : Anthony Mangeon (Université de Strasbourg)

  • Catherine Mazauric (Université d’Aix-Marseille) : « Errance, enracinerrance, entremondes : pour une éthique narrative »
  • Alioune Sow (University of Florida) : « Poétiques du métissage »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM/CNRS) : « Henri Lopes : Héraclite “entre les deux fleuves” »
  • Céline Gahungu (Sorbonne-Université) : « Ramages : Tribaliques, une écriture toujours recommencée »

12h00  Déjeuner 

13h30 Présidence de séance : Florian Alix (Sorbonne-Université)

  • Lydie Moudileno (University of Southern California) : « Les France(s) d’Henri Lopes »
  • Bernard Mouralis (Université de Cergy-Pontoise) : « Henri Lopes, romancier “provincial” ? »
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg) : « Henri Lopes, un art du roman démocratique »

15h30  Pause

15h45  Table ronde avec Henri Lopes animée par Florian Alix (Sorbonne-Université) : Dany Laferrière (sous réserve), Maxime N’Débéka, Sami Tchak.

17h00  Clôture de la journée d’études : Romuald Fonkoua (Sorbonne-Université)

Argumentaire

« Réinventer la vie, prophétiser le réel » : Henri Lopes

Scandée par l’écriture et la politique, la construction d’une œuvre littéraire et le soutien « phraternel » à des écrivains débutants, l’effervescence de la vie publique et le retrait nécessaire à la création, la trajectoire d’Henri Lopes semble tout aussi multiple que ses écrits.

« Mettre, dans l’univers littéraire, [son] univers[1] » : telles sont les premières ambitions d’Henri Lopes lorsque, au tournant des années soixante, l’écriture devient, pas à pas, une impérieuse nécessité. Au regard de son cheminement, ce souhait s’est pleinement réalisé : composée de neuf romans, de nouvelles, d’un essai, de poèmes et de mémoires à paraître, l’œuvre d’Henri Lopes en fait l’une des figures majeures des littératures francophones. De la publication de Tribaliques, en 1971, à la parution, en 2015, du Méridional, l’écrivain a poursuivi la consolidation de son univers, ramifié son invention et impulsé un élan exploratoire à son écriture. Entre l’Afrique, la France et l’Amérique, ses romans sont le lieu de toutes les expansions narratives et fictionnelles : enquêtes inlassablement menées, miroirs métafictionnels dans lesquels se réfléchissent l’écrivain et ses pratiques, ils disent les vicissitudes coloniales et postcoloniales, la diffraction d’un je recomposé en d’infinis avatars, les errances de personnages métis et forment une œuvre‑monde tissée d’histoire(s), portée par un désir : « réinvente[r] la vie[2] » et « prophétise[r] le réel ».

Cette journée d’études sera suivie d’une table ronde au cours de laquelle Henri Lopes, Dany Laferrière (sous réserve), Maxime N’Débéka et Sami Tchak évoqueront leurs visions de la création littéraire et de l’écrivain.

Responsable : Céline Gahungu

[1] Apollinaire Singou-Basseha, Confidences et révélations littéraires : Henri Lopes, Sony Labou Tansi, Matondo Kubu Turé, Alain Mabanckou, Ghislaine Sathoud et Henri Djombo, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 32.

[2] Henri Lopes, Le Lys et le flamboyant, Paris, Le Seuil, 1997, p. 429.

Télécharger le flyer de la journée d’étudesFlyer Journée d’études Henri Lopes

JE Formes fixes et identités noires

Journée d’Études internationale – Universités Paris 3 – SPC et Paris 13 – SPC

Samedi 16 juin 2018 – Paris

Formes fixes et Identités noires

Salle 310, Université Paris 3 – SPC
13 rue de Santeuil, 75005 Paris
Métro Censier-Daubenton (ligne 7)

9h30 : Accueil des participants et café
9h45 : Mot d’accueil – Liess Benlalli, Pierre Leroux & Thomas Vuong

10h : Formes fixes et négritude : origines et héritages – présidence Pierre Leroux

  • Alioune Sow (Universita degli Studi, Bologne) : « “Le verset des fleuves” de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? »
  • Dorgelès Roméo Houessou (Université Alassane Ouattara, Bouaké) : « Le Paradoxe négritudien dans les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures »

11h : pause-café

11h30 : Deux poètes malgaches, avant et pendant la négritude – présidence Thomas Vuong

  • Xavier Luce (Université Paris -Sorbonne) : « Rabearivelo Chatterton tropical, mises en scène poétiques d’un écrivain dandy et indigène »
  • Tumba Shango Lokoho (Université Paris 3) : « Jacques Rabemananjara, le sonnet et la “malgachitude” »

12h30 : pause déjeuner

13h30 : Identités noires des Amériques : rédéfinitions perpétuelles – présidence Frédéric Sylvanise (Université Paris 13)

  • Thomas Vuong (Université Paris 13) : « Native Guard de Natasha Trethewey, une exploration de l’histoire noire-américaine »
  • Cyril Vettorato (ENS Lyon) : « Ce que les “formes fixes” font à l’histoire littéraire : le sonnet et la poésie afro-brésilienne de Cruz e Sousa à Eduardo de Oliveira »
  • Alain Obame (Université Cergy-Pontoise) : « Frankétienne, l’écriture spiralaire ou l’écriture de la révolte »

15h : pause

15h30 : Formes orales, formes écrites : vitalités contemporaines de la poésie africaine – présidence Liess Benlalli

  • Christiane Seydou (C.N.R.S.) : « Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique. »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Le poète en “trickster” : folklore urbain et poésie contemporaine kenyane »

16h30 : Conclusions scientifiques – Liess Benlalli

Lire l’argumentaire sur Calenda.

JE Littérature(s) caribéenne(s) et comparatisme : un état des lieux

Programme des Journées d’étude Jeunes Chercheurs sur la Caraïbe Littérature(s) caribéenne(s) et comparatisme : un état des lieux

(Organisation : Cécile Chapon, Marine Cellier)

Vendredi 25 & Samedi 26 mai 2018

Aix-Marseille Université, Aix en Provence – 29, avenue Robert Schuman

(salle 2.08, bât. T1 Multimédia)

Programme journée Caraïbe.compressed

URL de référence : https://caracol.hypotheses.org/129

1968-2018. L’Œuvre de Yambo Ouologuem, un carrefour d’écritures ?

Journées d’études internationales, université de Lausanne, en collaboration avec l’université de Strasbourg, 18 et 19 mai 2018

organisées par Christine Le Quellec Cottier et Anthony Mangeon

Le « carrefour d’écritures » que Bernard Mouralis (1984) dépeignait pour évoquer Le Devoir de violence permettra de questionner l’oeuvre de Yambo Ouologuem dans son ensemble. Les journées d’étude croiseront les approches de chercheurs issus d’horizons académiques et culturels différents. Les textes étudiés permettront des liens avec des productions contemporaines pour suggérer des résonances avec les formes et les enjeux du monde d’aujourd’hui. Cette rencontre sera aussi l’occasion d’un hommage à l’écrivain malien décédé en octobre dernier.

Consulter le programme.

URL de référence : http://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines

Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent

« Ces corps qui comptent, ces vies qui manquent : savoir politique des arts face aux crises du contemporain »

lundi 4 décembre 2017, espace recherche UFR ALC, Université Rennes 2

Journée d’étude organisée par

Emmanuel Bouju, Audrey Giboux, Charline Pluvinet (Cellam, Université Rennes 2) et Yolaine Parisot (LIS, Université Paris Est-Créteil), avec le soutien de l’IDA – R

Programme :

  • 11h15 – Accueil des participants
  • 11h30 – Introduction, Yolaine Parisot, Université Paris-Est Créteil
  • 11h45 – Sylvie Servoise, Le Mans Université, « L’écrivain contemporain ou le “maître ignorant” : les ambiguïtés du “parler pour” »
  • 12h30 – Discussion
  • 13h – Déjeuner
  • 14h30 – Maëline Le Lay, LAM – UMR 5115 Sciences Po Bordeaux / CNRS, « Les usages des notions de performance et performativité dans le paysage artistique de l’Afrique des Grands Lacs »
  • 15h15 – Flavia Bujor, Université Bretagne-Sud, « Dire les corps séropositifs : du savoir de l’autofiction au témoignage fictif »
  • 16h – Cyril Vettorato, ENS de Lyon, « Daddy, you do not do? Ambivalences de la figure paternelle chez quelques poétesses de la Caraïbe (Goodison, Kanor, Lorde, Morejón, Saldaña) »
  • 16h45 – Discussion

18h – Rencontre avec l’écrivain James Noël, Librairie Le Failler (8 rue Saint-Georges, Rennes), autour de son roman Belle Merveille, éditions Zulma, 2017.

Télécharger le programme de la journée en pdf : Programme Journée d’étude

Affiche de la JE en pdf : affiche JE