Archives par mot-clé : Kinshasa

À Kinshasa en 1974, le «match du siècle» Mobutu – Senghor. Par Daniel Delas

  • Blaise NDALA, J’irai danser sur la tombe de Senghor, 2019 (à paraître courant octobre), Vents d’ailleurs (1ère éd., Editions L’interligne, 2014), 314 p.

  • Blaise NDALA, Sans capote ni kalachnikov, roman, 2017, Editions Mémoire d’encrier, 268 p.

(L’interligne et Mémoire d’encrier sont des maisons d’édition québécoises)

Le plan du livre de Blaise Ndala est très rigoureux : entre un prologue et un épilogue, six parties contenant chacune quatre chapitres avant une ultime partie découpée différemment en six visions de la victoire de Mohammed Ali lors du fameux match de boxe de 1974, le « match du siècle ». Un plan très concerté donc, qui donne le sentiment que le récit a été dûment médité et organisé et longuement porté par cet écrivain congolais, établi au Canada depuis 2007. Cette impression se confirme à la lecture des deux premières parties qui racontent la jeunesse puis la montée à la capitale d’un petit coq de village, se décidant à quitter la province du Kwilu, située à cinq cents kilomètres de la capitale du Congo où, chanteur et danseur apprécié par les filles de sa province, il se sent néanmoins à l’étroit. Nouveau Rastignac africain, il décide de ‘monter’ à Kinshasa pour percer dans la chanson. Le lecteur s’attend donc à lire un Bildungsroman, un classique roman d’apprentissage, le récit d’une éducation sentimentale dans la filiation de Goethe ou de Flaubert. Eh bien non ! Les aventures amoureuses n’occupent pas une place centrale dans les avatars du héros parce que, à Kin,  mégalopole où le discours est roi, roi des embrouilles, des magouilles, comme des générosités et des musiques, l’important, c’est de maîtriser la manière de parler d’un vrai kinois. Modéro est d’abord  pris pour un petit plouc facilement bluffable  mais il se révolte :

La double mésaventure du comportement de mon oncle et du coup tordu de Bobo se révéla la première alerte mais d’autres déboires allaient paver mon chemin initiatique. L’itinéraire pour me préparer à la grande métamorphose que j’allais connaître pour devenir l’homme que je suis devenu ne faisait que commencer. Car contrairement à ce que prétend l’oracle populaire, un long séjour dans l’eau finit bel et bien par changer un tronc d’arbre en crocodile ; le tout étant de savoir de quelle eau on parle. Au pays des vampires où tout le monde se nourrit aux mamelles de la félonie, je n’allais pas me laisser vider de mon sang, prostré dans le rôle de la gentille petite brebis qui se laisse mener à l’abattoir (p.53)

Modéro se met résolument à l’unisson des Kinois comme par exemple à l’occasion d’un match de foot regardé en famille :

Soudain, à l’avant-dernière minute de temps supplémentaire, Casimir Kolongele alias Serpent des Rails a slalomé sur la surface de réparation du camp adverse, effacé le dernier défenseur des Vert et Noir et envoyé leur gardien brouter le gazon dans une feinte d’anthologie. Le but sublime qui en a découlé allait mettre le feu au stade et à la ville entière. Ma belle-tante a bondi et est venue se jeter dans mes bras. Lançant des cris de joie, elle m’a étreint de toutes ses forces et nous nous sommes surpris à célébrer cette égalisation tant attendue en nous trémoussant, l’espace de quelques minutes, aux pas de la zangula, la danse de chez nous. Or il n’y a pas de danse plus obscène que la zangula. (p.110)

Mais, on s’en doute, ça ne plait pas à l’oncle qui fiche son neveu à la porte ! Bref, de fil en aiguille, d’aventure en aventure, de chant en chant, de danse en danse, le verbe et la musique envahissent l’homme tout entier, fusionnant   corps et esprit.
Deuxième temps de l’apprentissage, le temps politique. Tant il est vrai qu’au Congo de cette époque comme dans bien d’autres pays africains aujourd’hui, où le parlementarisme ne fonctionne guère, le politique fait partie du quotidien et tourne autour de la relation au Chef Suprême, au Guide.
En filigrane d’abord puis de plus en plus présent au fur et à mesure des chapitres suivants le personnage principal devient « Son Excellence le Colonel-Guide,Père (et Mère) de la Nation » , Mobutu himself qui rêve d’égaler la célébrité littéraire de Senghor par l’organisation au Congo du fameux ‘combat du siècle’ entre deux poids lourds noirs de la boxe, George Foreman, champion du monde et Mohammed Ali,  ex-champion. Comment dépasser le leader du « petit » Sénégal, que le concept de négritude a rendu célèbre alors que « l’authenticité concoctée à la hâte par un des nègres du Guide ne dépassait les frontières du Zaïre que pour faire sourire intellectuels et dirigeants étrangers » (p.132) ?  Comment « danser sur la tombe » de Senghor ?
Comment Modéro entre-t-il dans la confidence du conseiller du Guide et lui souffle-t-il l’idée que le patron pourra danser sur la tombe de Senghor par le moyen du fameux « combat du siècle » ? Comment intervient-il, grâce à son grand-père, dans la « victoire sous X » d’Ali (titre de la septième partie), le lecteur le découvrira en même temps que de multiples mésaventures, amoureuses, musicales, familiales de toutes sortes.

Chaque partie porte en exergue une petite moquerie à l’encontre des grands philosophes occidentaux rationalistes (Descartes (Rendez-vous manqué, cher Descartes) ou Kant (Kant peut aller se rhabiller), parrainant ainsi a contrario la loufoquerie burlesque de la vie kinoise.
Un récit plein d’humour et de fantaisie qui fait souvent sourire la lecteur, le menant parfois même à la franche jubilation, tout en suggérant finement que deux visions divergentes séparent l’Afrique congolaise de l’Occident européen.
Le roman a tellement plu au cinéaste Rachid Bouchareb qu’il a acheté les droits cinématographiques du roman pour en faire un film. Bonne idée !

                                                           *

Ravis de la lecture de ce premier roman de Blaise Ndala, les lecteurs qui s’attaqueront à celle du second risquent d’être décontenancés. Sans capote ni kalachnikov est un roman à clef dont les personnages ont des noms de fantaisie renvoyant à des acteurs réels mais ici anonymisés des guerres internes du Congo à l’époque de Kabila. Changeant sans cesse de lieu d’énonciation (à Los Angeles, Montréal, en Tanzanie ou aux Pays-Bas), les événements africains sont évoqués au cours des dialogues de personnages aux noms baroques (Fourmi Rouge, Petit Che) qui vivent dans un camp de démilitarisation en Tanzanie. Ils parlent de manière elliptique, en argot surchargé (« ça ragote comme des rombières paumées »), d’un réel noyé dans le brouillard que le flot pétaradant des mots d’esprit (plusieurs par page) ne parvient pas à dissiper. Brouillard qui ne se lèvera que dans le dernier chapitre. La dernière phrase du livre « nous allons profiter du silence chez votre voisin pour tout reprendre depuis le début. » (p.268).
Donc si ces lecteurs ont du temps et du courage, chiche !, retour à la page 11 et rebelote !

 DANIEL DELAS

Pour citer cet article : À Kinshasa en 1974, le «match du siècle» Mobutu – Senghor. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 09/09/2019, https://apela.hypotheses.org/3415.

Dans le flux des mégalopoles. Par Daniel Delas

Kinshasa chroniques / Kinshasa Chronicles, sous la direction de / edited by Dominique Malaquais, éditions de l’œil, 383 p.

Kinshasa compte 13 millions d’habitants (troisième ville d’Afrique après Le Caire et Lagos) ; en 2075, si sa croissance démographique se maintient telle, elle comptera 56 millions d’habitants et sera la ville la plus peuplée de la planète. C’est dire que le futur du monde de tout un chacun est en éclosion dans ce foyer rougeoyant : ce qui y émerge me concerne en tant qu’être au monde.

Dominique Malaquais qui dans ses écrits scientifiques a exploré les cultures urbaines émergentes en Afrique et leur relation au politique et à l’économique, rassemble dans ce beau livre bilingue non pas tant des spécialistes universitaires – comment d’ailleurs pourrait-on se dire spécialiste d’un univers aussi complexe et non-ordonné que Kin ? – mais des artistes du langage et de l’image. En ouverture quatre déambulations menées par des femmes écrivaines – Bibish Mumbu, Laetitia Ajanohun, Yvonne Owuor et Bill Kouelany –  qui appréhendent la ville tantôt par sa relation charnelle avec les habitants et par leur résistance très physique au vacarme de l’histoire (Bibish M. L. Mumbu, p. 28)

Les gens, ici sont solides comme le brique et fragiles, comme du cristal.
                       Kinshasa.
Sa beauté n’est pas sa plastique. Ses gens. Ses quartiers. Ses logiques. Ses bruits. Ses odeurs. Cette façon de se tenir malgré les années. De survivre à tout. A tous. A Léopold, l’indépendance, Mobutu, la conférence nationale souveraine, Laurent-Désiré, aux guerres de libération successives, l’arrivée des kadogos, de JKK, les coalitions rwando-ougando-congolaises et jusqu’aux shégués, kulunas et autres traitements subis.

tantôt par sa diversité multicolore comme Laetitia Ajahonun (p.35)

A son regard s’offrent des morceaux de viande, de chair, de peau, enveloppés de jeans, de toile, de lycra, de jersey, de coton, de simili, ou de dentelles bon marché. Un paysage. Ça fleure poivré, huileux et amer. Il fait chaud. Elle a le dos qui dégouline. Le chauffeur entonne le futaka mbongo na kati, le ‘paye dans le bus’…

dans ce lingala si chantant qu’évoque Yvonne Owuor, « une langue née de la musique et parlée en micro-intervalles » (p.40). Pour finir par le fleuve, fleuve de mots, fleuves de chants « qui ne cesse pas de ne pas être » pour parler avec Bill Kouelany en franco-lacanien, fleuve qui irrigue une ville amoureuse 

Au fond, avec un homme ou avec une femme, Kinshasa veut faire l’Amour. Faire l’Amour avec demain. (p. 53)

*

Cette diversité infiniment éclatée, neuf chroniques vont l’exemplifier, ville performance, ville sport, ville paraître, ville musique, ville esprit, ville débrouille, ville futur(e), ville mémoire. On lira tout ou partie de ces chroniques, à l’endroit ou à l’envers, comme on voudra, l’ordre du livre n’étant qu’un étalement aléatoire dans l’espace et les photos intercalées constituant une autre piste de lecture.
Arrêtons-nous à ville paraître, consacré à la sape qui est « une culture à part entière de la jeunesse de Kinshasa, la surface où cette jeunesse trame le rêve d’un ailleurs, d’une autre ville peut-être. » Certes originaire de Brazzaville, la sape kinoise selon Didier Gondola se distingue de la sape brazzavilloise par son côté hérétique. Ne pratiquant pas, comme les sapeurs de Brazzaville, l’ostension « chic » de grandes marques classiques de l’élégance européenne, le sapeur kinois illustre a contrario, par sa véhémence même (costume 3 pièces rose bonbon par exemple), la déshérence de la jeunesse. Chômeurs, sans aucune perspective, nus et misérables, les sapeurs de Kin font oublier leur sort, l’habit faisant le moine. Luxueusement habillé dans des quartiers où les gens sont pauvres et pauvrement vêtus, le sapeur kinois clame une nouvelle identité que lui offre la griffe. Moineau de Paris exilé, le sapeur kinois affirme le rêve d’une nouvelle identité des jeunes.

Un mot pour finir de ville musique évoquée par le romancier Fiston Mwanza Mujila (Tram 83, 2014, Métailié). Avec cette présentation hilarante du danseur de ndombolo :

une parodie de la démarche du chimpanzé qui exigeait la souplesse des jambes et des bras, la volupté du bassin, l’étanchéité de la tête ; toutes les parties énumérées devant aboutir à l’élasticité du corps. Le danseur, en un élan gymnaste, bombait le torse, les bras tendus mais légèrement en courbe comme le chimpanzé, la croupe poussée en arrière imitant par de légers coups de reins l’accouplement ou quelque chose du même genre, les tendons
descendant et reprenant de la hauteur (p.218)

Restent sept autres savoureuses chroniques à déguster, ami lecteur. Bien du plaisir !

                                                                       *

Entre littérature et sciences humaines, entre nature et culture, entre quêtes identitaires de divers types, ce genre de livre va dans le sens de notre temps. La croyance en un universalisme hérité des Lumières ne paraissant plus satisfaisante pour dire qui est qui, il s’avère nécessaire d’écouter toutes les voix individuelles, partout et au moment où elles s’affirment.
Que nous disent-elles ?
Que la vie urbaine ne s’oppose plus à la vie rurale parce qu’elle tend à projeter une image totale de l’homme moderne, un homme qui ne s’enferme plus avec lui-même comme le bourgeois européen d’avant la révolution industrielle, pour qui la ville était un aboutissement. L’homme moderne qui s’esquisse dans les mégalopoles, certes pluriel dans tous les domaines mais partout avide d’ailleurs et de nouvelles règles : celles du paraître, du transitoire, du chant, bref, du flux multiforme, tantôt magmatique, tantôt fragmenté, en configurations sans cesse changeantes.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Dans le flux des mégalopoles. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 29/07/2019, https://apela.hypotheses.org/3339.