Archives par mot-clé : Langues africaines

AAP: Langues, littératures et politiques

Appel à communications pour le Congrès de l’AFSSA (Association for French Studies in Southern Africa)

qui se tiendra (en présentiel et en ligne) à l’Université du Witwatersrand, Johannesburg les 1,2, et 3 décembre 2021.

La date limite pour l’envoi des propositions a été prorogée au 15 septembre 2021.

« Langues, Littératures & Politiques »

26ème colloque international de l’AFSSA (Association des études françaises en Afrique australe)

Colloque du Cinquantenaire de l’Association

Université du Witwatersrand, Johannesbourg, Afrique du Sud

les 1, 2 et 3 décembre 2021

Argumentaire :


La montée de mouvements nationalistes en Europe, l’augmentation des flux migratoires, la crise écologique et les inégalités sociales croissantes, sont parmi des préoccupations pressantes qu’on connait aujourd’hui. Elles se situent au centre des débats qui augurent une nouvelle ère dans les engagements politiques et les reconfigurations idéologiques. Ces positionnements invitent à une réflexion renouvelée sur les liens entre littératures, langues et politiques. Le présent colloque, qui se décline selon les axes « littératures » et « langues » conformes aux études francophones, tente de réfléchir aux nouvelles formes d’engagement dans le domaine des études littéraires, de la sociolinguistique, de la didactique et de la traduction.

Continuer la lecture de AAP: Langues, littératures et politiques

ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

Deadline: The closing date for applications is 21 June 2021 (23:59), with interviews to be conducted online on 6 July 2021. The candidate will be expected to start their doctoral programme in October 2021. The scholarship application materials and references should be sent to pglanguages@warwick.ac.uk  with ‘ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres’ in the subject heading.  

The School of Modern Languages and Cultures (‘Translation and Transcultural Studies’) at Warwick University invites applications for doctoral study commencing in October 2021. An ERC-funded scholarship will be available on a competitive basis for an exceptional candidate meeting our requirements. The successful candidate will join a team of researchers working on the ERC project Philosophy and Genre (PhiGe): Creating a Textual Basis for African Philosophy (led by Professor Alena Rettová, University of Bayreuth) and will be supervised by Professor Rettová and Professor Pierre-Philippe Fraiture (University of Warwick): Team (uni-bayreuth.de). PhiGe interrogates the role of textual genre in the expression of philosophical meanings. It consists of eight Research Streams, covering a variety of genres in eight languages from several regions in Africa. Although other proposals will be considered, the successful candidate will ideally work on Wolof literature within Research Stream 4 of the project, which delivers a comparative study of African literatures across languages.  In addition to working on their doctoral thesis, the candidate will be expected to make contributions to the collaborative activities of the team, give conference presentations, and help to organize team activities in Senegal and Gambia.  

The successful candidate will be expected to reflect on the dissemination of modern and contemporary West African thought through a variety of genres and languages. They will adopt a transcultural approach, ideally explore Wolof literature in its different generic manifestations (theatre, poetry, or novel) and examine the transnational and translational factors that have contributed to its expansion in West Africa throughout history.

Continuer la lecture de ERC PhD Scholarship: African Literature across Languages and Genres

ERC PhD Scholarship: Sufi Poetry in Wolof

ERC PhD Scholarship: Sufi Poetry in Wolof

Deadline: The closing date for applications is 28 February 2021 (23:59), with interviews to be conducted online on 23 March 2021. The candidate will be expected to start his/her doctoral programme in September 2021. The scholarship application materials and references should be sent to pglanguages@warwick.ac.uk with ‘ERC PhD scholarship: Sufi poetry in Wolof’ in the subject heading.

The School of Modern Languages and Cultures (‘Translation and Transcultural Studies’) at Warwick University invites applications for doctoral study commencing in September 2021. An ERC-funded scholarship will be available on a competitive basis for an exceptional candidate meeting our requirements. The successful candidate will join a team of researchers working on the ERC project Philosophy and Genre (PhiGe): Creating a Textual Basis for African Philosophy, led by Professor Alena Rettová (University of Bayreuth) and Professor Pierre-Philippe Fraiture (University of Warwick). PhiGe interrogates the role of textual genre in the expression of philosophical meanings. It consists of eight Research Streams, covering a variety of textual genres in eight languages from several regions in Africa. The successful candidate will work on Wolof Sufi poetry within Research Stream 4 of the project, which delivers a comparative study of Sufi poetry in Swahili and Wolof. On top of working on his/her doctoral thesis, the candidate will be expected to make contributions to the collaborative activities of the team, give conference presentations, and help to organize team activities in Senegal and Gambia.

Continuer la lecture de ERC PhD Scholarship: Sufi Poetry in Wolof

Parlures afro-françaises. Par Daniel Delas

Asya DJOULAÏT, Noire précieuse

roman, Gallimard, « Continents noirs », 2020, 163 p.

Présentons l’auteure avant de justifier notre surtitre puis revenir au roman lui-même. Tout cela bien mitonné, j’espère.

Asya Djoulaït est née à Paris en 1993 de parents algériens. Devenue professeur de lycée dans le 9.3. (prédestination ?), elle a passé son enfance dans les quartiers de Paris où vivent les immigrés, dans le dixième et le dix-huitième arrondissement. Son roman n’est pas biographique, néanmoins comme il arrive souvent dans un premier roman, il transpose un vécu, celui de sa relation (étroite mais difficile) à sa mère dans un monde où tous utilisent une parlure spécifique.

‘Parlure’, qu’est-ce à dire ? Vieux mot français encore en usage dans le français du Canada, il désigne simplement la manière de parler d’un groupe social, plus précisément si l’on suit les linguistes-psychanalystes des années 50 Damourette et Pichon qui ont tenté de l’introduire dans le vocabulaire scientifique  l’« ensemble des moyens d’expression utilisés par un groupe social donné », autrement dit, la langue telle qu’elle est parlée par les gens d’un niveau social donné.  Le terme est plus précis que ‘manière’ et moins flou que ‘style’.
Il est en quelque sorte le soubassement premier de ce roman qui cherche à faire revivre une enfance dans la vérité de son langage. Lequel enfant, la petite Céleste, est le personnage principal de la première partie, qui se partage entre son quartier parisien ou dans celui du lycée et de ses amies françaises, que ce soit à Abidjan où dans la seconde on suit les tribulations de Bosso. Seconde partie un peu artificielle.

Dans l’une et l’autre situation géographique, le meneur du jeu de l’écriture est le nouchi, argot afro-français connu des Noir.e.s sans instruction. Il est plus juste de parler de parlure  franco-ivoirienne que d’argot car, s’il était un argot à l’origine*, cette parlure des jeunes ivoiriens s’est développée chez tous les jeunes puis est devenue une sorte de parlure propre à tous les immigrés sans instruction, en France ou en Côte-d’Ivoire.

Ouvrez le livre au hasard : une chance sur deux de tomber sur des dialogues en parlure franco-ivoirienne ! comme p. 31-32 :

– Mais vraiment hein tu as grandi
– Pardon tonton , on s’est déjà rencontrés ?
– Yé t’ai vue quand tu étais petite, à Babi (ndbp, Abidjan)
– Ah oui, ça fait longtemps alors…
– Pourquoi t’es pas revenue même ?
– Maman ne veut pas. Elle dit que les gens vont me gbasser (ndbp, m’ensorceler)
(…)
– Je sais que c’est pas facile quad on arrive en France
– C’est très vrai même ! Histoire de bateau et tout là, c’est pas une vie. On nous blague (ndbp, On se moque de nous), hein. Vie de Paname, c’est dur comme caillou ! mais al hamdoulilah (ndbp, Dieu merci), on est arrivé là. Y faut continuer quoi. Molo molo. On doit écrire une annonce qui donne confiance

L’auteure prend plaisir à l’évidence à construire le personnage de Céleste, excellente élève habile à manier le « français des Blancs » au cœur d’un monde dont elle parle maternellement une autre langue ; elle y ajoute une note vécue en installant sa mère dans une duplicité existentielle : elle veut que sa fille réussisse mais reste une Noire, tandis qu’elle fait commerce de produits à blanchir la peau mais cache à sa fille qu’elle les a essayés.

L’histoire est crédible mais encore une fois le moteur principal du travail d’écriture  a certainement été celui de réussir ces dialogues populaires en franco-ivoirien, en une sorte de comedia dell’arte d’un genre nouveau.

Bienvenue Asya !

Daniel Delas

Pour citer cet article : Parlures afro-françaises. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 10/07/2020, https://apela.hypotheses.org/4245.

 

*A l’époque du film d’Eliane de Latour, Bronx Barbès (2000)

Parution : Langues minorées

Revue Bibliodiversity

Dossier coordonné par Nathalie Carré (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Inalco) et Raphaël Thierry (chercheur indépendant).

Prix de vente (version papier) : 20 euros ; 30 dollars canadiens ; 20 francs suisses ; 12 000 francs CFA.
Format : 14,5 X 21 cm ; 188 pages
Numéro ISSN : 2650-0205

Prix de vente (version numérique – PDF) : 10 euros ; 15 dollars canadiens ; 10 francs suisses ; 6 000 francs CFA.
Numéro ISSN : 1775-3759

ISBN : 978-2-490855-03-2

Publication : janvier 2020
Bibliodiversity est coéditée par Double ponctuation et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.
Voir tous les autres numéros de la revue (« Les politiques publiques du livre », « L’Auto édition », « Édition et engagement »…).

Présentation
Plus de la moitié des langues parlées dans le monde sont menacées de disparition ; si rien n’est fait, l’Unesco estime que 90 % des langues auront disparu au cours du siècle. Élément essentiel de la culture d’un peuple, les langues sont pourtant bien plus qu’un simple outil de communication ; toutes proposent une description profondément unique du monde qui nous entoure et des êtres qui l’habitent. Que peut faire – et que fait déjà – le secteur de l’édition pour aider à conserver et à faire vivre ces langues minorées ? C’est à cette question que tente de répondre cet ouvrage, à travers des textes universitaires et des témoignages de professionnels du livre qui, ensemble, proposent une approche inédite du sujet.
Au regard de leurs publications, l’ouvrage analyse la situation de plusieurs langues minorées – créole haïtien, corse, innu, yiddish, kikuyu, basque, malgache, náhuatl, etc. – et montre que des solutions existent quand les acteurs de la chaîne du livre se mobilisent.

Sommaire du dossier

  • Publier en langues minorées. De la diversité des langues d’édition en contexte mondialisé, par Nathalie Carré, Inalco (France) et Raphaël Thierry, chercheur indépendant (France)
  • L’édition en créole en Haïti. Obstacles, initiatives et perspectives de développement, par Sandie Blaise, Duke University (États-Unis)
  • La diffusion de la poésie yiddish dans l’espace germanophone. Le cas des éditions bilingues, par Caroline Puaud, université Paris-Sorbonne (France)
  • Écrire et publier à Madagascar. Comment atteindre le monde ?, par Dominique Ranaivoson, université de Lorraine (France)
  • Faire dialoguer (en ligne) les langues minorées. L’exemple d’une collaboration intergénérationnelle en Afrique de l’Est, par Pierre Boizette, université Paris-Nanterre (France)
  • Normativité, diversité et dynamiques de création dans le champ littéraire basque contemporain. Étude de ses tendances de fonctionnement à travers la trajectoire littéraire d’Eñaut Etxamendi, par Itziar Madina Elguezabal, école doctorale Bordeaux-Montaigne (France)
  • Repérer, cataloguer, rendre visible. La place des langues minorées dans les collections de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), entretien avec Marine Defosse, Soline Lau-Suchet et Nicolas Pitsos, bibliothécaires à la BULAC (France)
  • « Tant que la langue circulera, nous aurons des livres à produire ». Publier en langue corse, entretien avec Bernard Biancarelli, éditions Albiana (Corse/France)
  • « L’édition doit grandir le monde ». Mémoire d’encrier et les langues du monde, entretien avec Rodney Saint-Éloi, éditions Mémoire d’encrier (Québec/Canada)
  • « Le sauvetage d’une langue est une tâche qui nous incombe à tous ». Publier de la littérature jeunesse en langues autochtones au Mexique, entretien avec María Yolanda Argüello Mendoza, éditions Magenta (Mexique)
  • Les politiques publiques du livre et de la lecture en faveur des langues autochtones au Chili. Intervention (réactualisée en 2020) au Parlement du livre et de la parole, par Paulo Slachevsky, Lom Ediciones (Chili)
  • Sauver, transmettre. Un exemple de transcription-traduction d’oeuvres de la littérature orale des peuples du Vietnam, par Mireille Gansel, traductrice, écrivaine (France)
  • L’engagement de PEN en faveur des droits linguistiques. L’importance d’écrire, de publier et de lire en langues marginalisées, entretien entre Peter McDonald, université d’Oxford (Royaume-Uni) et Carles Torner, PEN International (Catalogne/Espagne)

URL de référence : https://www.alliance-editeurs.org/langues-minorees-nathalie-carre-et,1392

Flyer DP Langues minorées sommaire

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.

AAC: Langues, Littératures et Politiques

« Langues, Littératures & Politiques »

26ème colloque international de l’AFSSA (Association des études françaises en Afrique Australe)

Colloque du Cinquantenaire de l’Association

Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud, les 1, 2 et 3 septembre 2020

Les propositions de 250 à 300 mots sont à envoyer avant vendredi le 29 novembre 2019 à l’adresse mail suivante : congresafssa2020@gmail.com

Argumentaire et autres informations : Appel AFSSA WITS 2020