Archives par mot-clé : Littérature orale

Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle

Dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle »

: Collectif ZoneZadir (dir.)

: Littérature, vol. 201, n°1

: mars 2021
EAN :
9782200933715
: https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021

Littérature, vol. 201, n°1, mars 2021 – dossier « Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle », dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/)

Sommaire

Littérature a cinquante ans
Martin Mégevand

Pour une écopoétique transculturelle. Introduction
Collectif ZoneZadir

Des communs à l’en-commun. Quelle écopoétique ?
Rémi Astruc, Émeline Baudet

Voix, oralités. Vers une échopoétique transculturelle
Anne-Laure Bonvalot, Héloïse Brézillon, Inès Cazalas, Sylvie Decaux, Marie Lorin, Myriam Suchet

Écopoétiques décoloniales
Pierre Boizette, Xavier Garnier, Alice Lefilleul, Silvia Riva

Jardins créoles, diasporas et sorcières. Lectures de l’écoféminisme caribéen
Natacha D’Orlando, Tina Harpin

Pour une approche multiscalaire des lieux dévastés. Décharge, île, ligne d’aridité
Chloé Chaudet, Claire Gallien, Lucie Taïeb

Enjeux éthiques de l’écopoétique. Lectures collectives de Pierre Bergounioux, Édouard Glissant, Nancy Huston, Sony Labou Tansi et Jules Verne
Ninon Chavoz, Alice Desquilbet, Kevin Even, Charlotte Laure, Marie Vigy

Résumés consultables sur le site de l’éditeur : https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021

Et à lire [abonnés] sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-litterature-2021-1.htm

Formes fixes et identités noires. ELA 50 (2020)

Formes fixes et identités noires

Textes réunis par Pierre Leroux et Thomas Vuong

  • Formes fixes et identités noires : introduction
    (Pierre Leroux et Thomas Vuong)
  • Okot p’Bitek : de la révolution poétique à la révolution culturelle (Aurélie Journo)
  • Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique
    (Peuls du Massina, Mali) (Christiane Seydou)
  • Jacques Rabemananjara, ou les formes poétiques d’une identité malgache transfigurée (Tumba Shango Lokoho)
  • Le « verset des fleuves » de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? (Alioune Sow)
  • « Native Guard », de Natasha Trethewey : écrire un pan oublié d’histoire noire-américaine (Thomas Vuong)
  • Trouble(s) de l’identité : Countee Cullen et le choix des formes poétiques dans la Renaissance de Harlem (Frédéric Sylvanise)
  • Le Paradoxe négritudien dans Les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures (Dorgelès Houessou)

Varias

  • Raconter une épidémie : Ébola dans les romans de Véronique Tadjo et de Paule Constant (Francesca Cassinadri)
  • Terre promise ? Terre maudite ? Le mythe de l’exode et la quête
    d’une (post)mémoire transatlantique dans La Saison de l’ombre
    de Léonora Miano (Aurélia Mouzet)
  • Touriste et flâneur : deux regards sur l’Irak dans Le Tour de Babylone de Barlen Pyamootoo (Andrew Stafford)
  • Avoir l’état au ventre : littérature et énonciation à partir de
    Machin la Hernie de Sony Labou Tansi (Laureline Courret)

À propos de…

…la « gauche identitaire »

(Contributions de : Hélé Béji, Françoise Chenet, Pierre Halen, Laurent Husson, Maëline Le Lay)

Comptes rendus

Sommaire détaillé à consulter sur le site officiel de l’APELA.

Le n°50 des Etudes littéraires africaines vient de paraître et d’être envoyé à tous les membres de l’APELA en ordre de cotisation ainsi qu’aux abonnés pour l’année 2020.

C’est le moment de renouveler votre cotisation pour 2021 si ce n’est pas encore fait ! Voir le bulletin en annexe.
Contact avec le trésorier : pierre.halen [at] univ-lorraine.fr

ANCIENS NUMEROS : prix sacrifiés ! Voir le bulletin de commande ci-après.

Bulletin_d_adhesion_2021

Bulletin_de_commande_2021

AAC: Traditions orales africaines et (ré-)invention des frontières

Transitions, transformations et mobilités : traditions orales africaines et (ré-)invention des frontières

En raison de la pandémie, le colloque d’ISOLA qui aurait dû avoir lieu en juillet 2020 à Nairobi est reporté à 2021, et se tiendra du 8 au 10 juillet en mode hybride (à partir de l’université Moi qui accueillera les personnes pouvant se rendre à Nairobi à cette période, les autres étant invitées à participer par visioconférence).
Il est encore possible de proposer une communication, l’argumentaire en anglais et en français est disponible sur le site d’ISOLA : https://africaisola.org/conferencesconferences.
Si vous souhaitez participer, envoyez votre résumé (en français et en anglais) à tobiasotieno@yahoo.com et à rosopondo@gmail.com avant le 12/02/2021.

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

MàJ 15/09/19 : A écouter, une présentation de ce travail sur RFI / Idées (podcast, 48’30 »)

Humanités numériques et « Verba Africana »

Colloque international / International Conference

Organisation : Daniela Merolla
LACNAD, Langues et Cultures du Nord de l’Afrique et Diasporas
en collaboration avec l’Université de Leyde (Pays-Bas)
Contacts :
  • daniela.merolla@inalco.fr
  • ouzna.ouaksel@inalco.fr

Humanités numériques et «Verba Africana»:
oralité, médias, et partage du savoir scientifique

Lieux :
Jeudi 20 décembre 2018, 14h à 18h30
Bulac, Salle RJ. 24,
65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
 
Vendredi 21 décembre 2018, 10h à 18h
Salons de la Maison de la recherche de
l’Inalco
2 rue de Lille, 75007 Paris
 
 
Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique répond aux questionnements posés par les études les plus récentes sur la recherche des littératures orales africaines et les multimédias (voir Merolla et Turin 2017, Merolla D., J. Jansen et K. Naït-Zerrad 2012 ; Bell et Turin 2012, Baumgardt et Garnier 2014-2017, Baumgardt et Derive 2011, Geismar 2013, Jansen 2012, Stockinger 2011). Cette rencontre internationale portera sur deux aspects de la thématique générale : la réflexion incontournable aujourd’hui sur les outils multimédias dans l’étude de l’oralité et l’interrogation sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales.
 
 
Le colloque nous permettra d’interroger, dans une perspective pluridisciplinaire, l’apport et les contraintes des nouveaux médias à la recherche en littérature orale. Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique présente les interrogations dérivées des nouveaux volumes multimédias de la série Verba Africana intégrant les documents écrits et audiovisuels dans la recherche, l’enseignement et l’apprentissage des langues et des littératures africaines orales (Iraqw – Tanzania, Lubà – Congo, Berbère– Algérie). Le colloque a également pour objectif de réfléchir sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales. Adoptant une approche innovante, ce colloque explore l’idée du partage comme modèle pour construire et diffuser la connaissance du patrimoine littéraire avec les personnes qui y sont représentées.
 
 

AAC : en hommage à Lilyan Kesteloot

Colloque international
en hommage à Lilyan  Kesteloot     

Dakar, UCAD, du  15 au 17 janvier 2019

Les propositions de communication suivies d’un résumé, nécessairement en lien étroit avec les thématiques de recherche de prédilection de  Lilyan Kesteloot seront reçues jusqu’au  31  août 2018 aux adresses mail suivantes :

Lilyan Kesteloot, citoyenne belge native du Congo, et africaine dans l’âme, dont le nom est désormais associé à l’aventure historique de la Négritude, a été une personnalité emblématique et une figure de référence des études littéraires africaines dont elle a fait rayonner l’éclat à travers le monde entier. La parution de sa thèse, Les Ecrivains noirs de langue française, naissance d’une littérature (1961), a été le coup d’envoi qui a donné une impulsion  sans précédent aux études littéraires africaines, en leur conférant une assise historique, scientifique et institutionnelle. L’œuvre multiple et pionnière de ce savant  qui est allée de l’avant en franc-tireur et en éclaireur, sans préjugés ni frontières, a traversé notre époque, en la marquant profondément. On en trouve des traces durables dans la critique littéraire, l’anthropologie, l’histoire, la linguistique et les études culturelles. Elle a incarné le besoin d’interdisciplinarité en naviguant,  pour ainsi dire, de discipline à discipline. L’évolution des études littéraires africaines est liée à son nom, à ses travaux, à son sens du travail scientifique et à sa conscience de la dignité des peuples noirs et de leurs cultures. Sa réputation d’impeccable critique littéraire dont la minutie et la sureté des analyses s’alimentent à une mémoire et à une profondeur pour mieux éclairer les intentions profondes des œuvres étudiées, irradie largement la critique littéraire  contemporaine au-delà des murs de l’université africaine et des frontières du continent. Ses travaux  ont été décisifs pour la réception et la compréhension  de poèmes réputés hermétiques de Césaire et de Senghor, en particulier.

Continuer la lecture de AAC : en hommage à Lilyan Kesteloot

Littératures en langues africaines. Production et diffusion

U. Baumgardt (dir.), Littératures en langues africaines. Production et diffusion

Paris : Karthala, 2017. 362 p.
EAN 9782811119461
29,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Les littératures en langues africaines sont encore mal connues, alors qu’elles sont riches et très diversifiées, réunissant aussi bien des productions orales que des productions écrites en plusieurs graphies.

Ce volume présente des études sur les littératures de treize pays : Algérie, Cameroun, Comores, Djibouti, Gabon, Madagascar, Mali, Niger, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Tanzanie et Tchad. Les langues concernées sont le bulu, le hausa, l’igbo, le kabyle, le kinyarwanda, le malgache, le mandingue, l’orungo, le peul, le shikomori, le somali, le swahili, le tupuri et le wolof.

Les vingt-deux contributions s’organisent selon deux problématiques : la production d’abord et la diffusion ensuite des littératures en langues africaines, en distinguant pour chacune d’elles l’oralité et la scripturalité pour s’intéresser également à l’articulation entre les deux modalités de communication.
Dans son introduction, Ursula Baumgardt définit le cadre théorique et méthodologique du projet pilote ELLAF (Encyclopédie des littératures en langues africaines) qui est à la source de l’ouvrage. Elle contextualise ainsi la production de la littérature orale et de la néo-oralité, tout comme sa diffusion numérique et les manifestations de l’écriture littéraire dans toute sa richesse.
L’articulation étroite entre littératures orales et littératures écrites en langues africaines constitue la grande originalité de ces travaux. Elle permet une approche différenciée des textes et contribue à poser les bases d’une comparaison des littératures en fonction de la langue de production et du mode de communication utilisés.
En conclusion, il est proposé d’améliorer les structures d’édition et de diffusion de ces littératures, d’encourager leur transmission et leur enseignement.

Ursula Baumgardt est professeur de « Oralité et littératures africaines » à l’Institut National des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris et membre de l’équipe de recherche « Pluralité des Langues et des Identités » – Didactique – Acquisition (PLIDAM) – INALCO.

Ont également contribué à cet ouvrage : Marie-Rose Abomo-Maurin, Flavia Aiello, Amar Ameziane, Elara Bertho, Jean Derive, Abdoulaye Keïta Fatouma Mahamoud, Kelly Marlène Milebou Njave, Aliou Mohamadou, Louis Ndong, Solotiana Nirhy-Lanto Ramamonjisoa, Jean Chrysostome Nkejabhizi, Chaïbou Elhadji Oumarou Narivelo Rajaonarimana, Uta Reuster-Jahn, Moussa Sagna, Cheick Sakho, Amadou Sow, Mohand-Akli Salhi, Henry Tourneux, Françoise Ugochukwu, Ibrahim Yahaya, Théophile Yamo Kalbe, Souleymane Ali Yero.