Archives par mot-clé : Littérature orale

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

MàJ 15/09/19 : A écouter, une présentation de ce travail sur RFI / Idées (podcast, 48’30”)

Humanités numériques et « Verba Africana »

Colloque international / International Conference

Organisation : Daniela Merolla
LACNAD, Langues et Cultures du Nord de l’Afrique et Diasporas
en collaboration avec l’Université de Leyde (Pays-Bas)
Contacts :
  • daniela.merolla@inalco.fr
  • ouzna.ouaksel@inalco.fr

Humanités numériques et «Verba Africana»:
oralité, médias, et partage du savoir scientifique

Lieux :
Jeudi 20 décembre 2018, 14h à 18h30
Bulac, Salle RJ. 24,
65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
 
Vendredi 21 décembre 2018, 10h à 18h
Salons de la Maison de la recherche de
l’Inalco
2 rue de Lille, 75007 Paris
 
 
Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique répond aux questionnements posés par les études les plus récentes sur la recherche des littératures orales africaines et les multimédias (voir Merolla et Turin 2017, Merolla D., J. Jansen et K. Naït-Zerrad 2012 ; Bell et Turin 2012, Baumgardt et Garnier 2014-2017, Baumgardt et Derive 2011, Geismar 2013, Jansen 2012, Stockinger 2011). Cette rencontre internationale portera sur deux aspects de la thématique générale : la réflexion incontournable aujourd’hui sur les outils multimédias dans l’étude de l’oralité et l’interrogation sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales.
 
 
Le colloque nous permettra d’interroger, dans une perspective pluridisciplinaire, l’apport et les contraintes des nouveaux médias à la recherche en littérature orale. Le colloque Humanités numériques et « Verba Africana » : oralité, médias, et partage du savoir scientifique présente les interrogations dérivées des nouveaux volumes multimédias de la série Verba Africana intégrant les documents écrits et audiovisuels dans la recherche, l’enseignement et l’apprentissage des langues et des littératures africaines orales (Iraqw – Tanzania, Lubà – Congo, Berbère– Algérie). Le colloque a également pour objectif de réfléchir sur le partage du savoir scientifique autour des littératures orales avec les communautés locales. Adoptant une approche innovante, ce colloque explore l’idée du partage comme modèle pour construire et diffuser la connaissance du patrimoine littéraire avec les personnes qui y sont représentées.
 
 

AAC : en hommage à Lilyan Kesteloot

Colloque international
en hommage à Lilyan  Kesteloot     

Dakar, UCAD, du  15 au 17 janvier 2019

Les propositions de communication suivies d’un résumé, nécessairement en lien étroit avec les thématiques de recherche de prédilection de  Lilyan Kesteloot seront reçues jusqu’au  31  août 2018 aux adresses mail suivantes :

Lilyan Kesteloot, citoyenne belge native du Congo, et africaine dans l’âme, dont le nom est désormais associé à l’aventure historique de la Négritude, a été une personnalité emblématique et une figure de référence des études littéraires africaines dont elle a fait rayonner l’éclat à travers le monde entier. La parution de sa thèse, Les Ecrivains noirs de langue française, naissance d’une littérature (1961), a été le coup d’envoi qui a donné une impulsion  sans précédent aux études littéraires africaines, en leur conférant une assise historique, scientifique et institutionnelle. L’œuvre multiple et pionnière de ce savant  qui est allée de l’avant en franc-tireur et en éclaireur, sans préjugés ni frontières, a traversé notre époque, en la marquant profondément. On en trouve des traces durables dans la critique littéraire, l’anthropologie, l’histoire, la linguistique et les études culturelles. Elle a incarné le besoin d’interdisciplinarité en naviguant,  pour ainsi dire, de discipline à discipline. L’évolution des études littéraires africaines est liée à son nom, à ses travaux, à son sens du travail scientifique et à sa conscience de la dignité des peuples noirs et de leurs cultures. Sa réputation d’impeccable critique littéraire dont la minutie et la sureté des analyses s’alimentent à une mémoire et à une profondeur pour mieux éclairer les intentions profondes des œuvres étudiées, irradie largement la critique littéraire  contemporaine au-delà des murs de l’université africaine et des frontières du continent. Ses travaux  ont été décisifs pour la réception et la compréhension  de poèmes réputés hermétiques de Césaire et de Senghor, en particulier.

Continuer la lecture de AAC : en hommage à Lilyan Kesteloot

Littératures en langues africaines. Production et diffusion

U. Baumgardt (dir.), Littératures en langues africaines. Production et diffusion

Paris : Karthala, 2017. 362 p.
EAN 9782811119461
29,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Les littératures en langues africaines sont encore mal connues, alors qu’elles sont riches et très diversifiées, réunissant aussi bien des productions orales que des productions écrites en plusieurs graphies.

Ce volume présente des études sur les littératures de treize pays : Algérie, Cameroun, Comores, Djibouti, Gabon, Madagascar, Mali, Niger, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Tanzanie et Tchad. Les langues concernées sont le bulu, le hausa, l’igbo, le kabyle, le kinyarwanda, le malgache, le mandingue, l’orungo, le peul, le shikomori, le somali, le swahili, le tupuri et le wolof.

Les vingt-deux contributions s’organisent selon deux problématiques : la production d’abord et la diffusion ensuite des littératures en langues africaines, en distinguant pour chacune d’elles l’oralité et la scripturalité pour s’intéresser également à l’articulation entre les deux modalités de communication.
Dans son introduction, Ursula Baumgardt définit le cadre théorique et méthodologique du projet pilote ELLAF (Encyclopédie des littératures en langues africaines) qui est à la source de l’ouvrage. Elle contextualise ainsi la production de la littérature orale et de la néo-oralité, tout comme sa diffusion numérique et les manifestations de l’écriture littéraire dans toute sa richesse.
L’articulation étroite entre littératures orales et littératures écrites en langues africaines constitue la grande originalité de ces travaux. Elle permet une approche différenciée des textes et contribue à poser les bases d’une comparaison des littératures en fonction de la langue de production et du mode de communication utilisés.
En conclusion, il est proposé d’améliorer les structures d’édition et de diffusion de ces littératures, d’encourager leur transmission et leur enseignement.

Ursula Baumgardt est professeur de « Oralité et littératures africaines » à l’Institut National des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris et membre de l’équipe de recherche « Pluralité des Langues et des Identités » – Didactique – Acquisition (PLIDAM) – INALCO.

Ont également contribué à cet ouvrage : Marie-Rose Abomo-Maurin, Flavia Aiello, Amar Ameziane, Elara Bertho, Jean Derive, Abdoulaye Keïta Fatouma Mahamoud, Kelly Marlène Milebou Njave, Aliou Mohamadou, Louis Ndong, Solotiana Nirhy-Lanto Ramamonjisoa, Jean Chrysostome Nkejabhizi, Chaïbou Elhadji Oumarou Narivelo Rajaonarimana, Uta Reuster-Jahn, Moussa Sagna, Cheick Sakho, Amadou Sow, Mohand-Akli Salhi, Henry Tourneux, Françoise Ugochukwu, Ibrahim Yahaya, Théophile Yamo Kalbe, Souleymane Ali Yero.

Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité
Littératures africaines et spiritualité

Littératures africaines et spiritualité

sous la direction de Pierre Halen et Florence Paravy

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Littératures des Afriques”

ISBN : 979-10-300-0086-3 – 349 p. – Sortie nationale : 2016/11.

La spiritualité, comprise ici dans un sens très large, incluant les discours de sagesse, les références aux religions et les schèmes de pensée que celles-ci ont diffusés, mais aussi les quêtes mystiques, semble bien être l’une des grandes affaires de notre temps. Ce n’est pas tout à fait ce qu’avaient laissé prévoir les messianismes essentiellement profanes qui avaient présidé naguère à l’anticolonialisme militant ; mais c’est néanmoins une des dimensions irrécusables des tensions identitaires et politiques contemporaines. Les littératures africaines, elles aussi entendues au sens large dans ce volume, en témoignent dans leur diversité. Les analyses réunies ici s’intéressent à la dimension religieuse, non seulement des réalités sociales représentées, où se concurrencent parfois plusieurs traditions religieuses, mais aussi de l’écriture littéraire elle-même, à la fois réceptable de savoirs culturels, lieu de négociation et d’adaptation identitaire, et creuset, aussi, de quêtes personnelles face à l’absolu.

URL de référence : http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/litteratures-africaines-et-spiritualite-4511.html

Consulter le sommaire de l’ouvrage : pages-de-ldaf_02_tdm

Fabrique d’un canon : entre archives coloniales, fait littéraire et culture populaire (Sarraounia, Niger)

La  prochaine séance de « Discours canoniques dans leurs modalités linguistiques » (Llacan, Salle de conférences, Bâtiment D, 7 rue Guy Môquet, Villejuif) aura lieu le 13 octobre de 10 à 12 h dans la salle de conférence.

La conférencière sera Elara Bertho (doctorante à Paris 3-Sorbonne Nouvelle ED, 120): Fabrique d’un canon : entre archives coloniales, fait littéraire et culture populaire  (Sarraounia, Niger)
L’objectif est de décrire et analyser la fabrique d’un canon narratif, et notamment le rôle décisif qu’a joué l’écrivain Abdoulaye Mamani dans l’écriture de l’histoire de Sarraounia Mangou, au Niger. A partir de ses intertextes, de littérature écrite française, de littérature orale au Niger, nous montrerons comment son engagement politique, aux côtés du Sawaba, a façonné sa vision de l’histoire coloniale.
En remontant aux archives coloniales (ANN, Niamey; ANOM, Aix-en-Provence), nous tracerons également des généalogies intertextuelles qui ont des échos explicites jusque dans les récentes bandes dessinées qui ont paru sur la colonne Voulet-Chanoine (Dabitch et Dumontheuil), et nous discuterons, enfin, du rôle de subversion du canon qu’occupe l’espace radiophonique, par l’intermédiaire de chansons en haoussa (ORTN, Niamey).
Sur le site http://llacan.vjf.cnrs.fr/info_coord.php, vous trouverez toutes les informations pour vous rendre sur place.

UMR 8135 du CNRS 7, rue Guy Môquet – BP 8, 94801 VILLEJUIF (France) Tél : (33)1 49 58 38 46 Fax: (33)1 49 58 38 00

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception. Colloque ELLAf

ELLAFColloque ELLAf (Encyclopédie des Littératures en langues africaines):

Littératures en langues africaines: production, diffusion, réception

Ce colloque se tiendra les 29, 30 septembre et 1er octobre 2016, à l’auditorium de l’INALCO, 65 rue des grands Moulins, Paris 13e.
Consulter le site du colloque : https://ellaf2016.sciencesconf.org/
Consulter le programme en pdf : Programme_colloque_ELLAf.
Consulter l’appel à contributions : https://apela.hypotheses.org/713