Archives par mot-clé : Littérature orale

CFP: Fictions of African Dictatorship

Call for papers for an edited collection

Fictions of African Dictatorship ed. by Charlotte Baker and Hannah Grayson

This book is a new contribution to a growing body of work on dictatorship and its representation. The collection will examine the fictional representation of the African dictator across genres, as well as the dictator’s presentation of his own image in official literature.

The editors are particularly interested in proposals that address the following, although this list is not intended to be restrictive:

  • Fictionalised representations / critiques of African dictators
  • The figure of the dictator in oral literature
  • Fiction as a space for presenting alternative versions of reality
  • The interrogation of performances of dictatorship in novels/poetry/theatre
  • Fiction and myth-making
  • Aesthetic strategies for revealing truths in fiction

We are keen to invite proposals from colleagues working on African language literatures as well as African literature written in European languages.

We invite potential authors to submit a chapter abstract of 250 words, including a title, 4 to 6 keywords, and a brief bio, by email to both Charlotte Baker c.baker@lancaster.ac.uk and Hannah Grayson hannah.grayson@durham.ac.uk by Monday 4 April 2016.

Authors will receive a response by Friday 19 April 2016, with those provisionally accepted due as chapters of 4,000 words (including references) by 29 July 2016. Chapters will be double blind peer reviewed.

AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

11ème Conférence de la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA)
Université de Floride, Gainesville, Etats Unis, 25-28 Mai 2016

Thème : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

Appel à contributions

LA DATE LIMITE de réception des communications est le 15 décembre 2015. Les propositions acceptées seront communiquées aux auteurs entre fin novembre 2015 et le 31 décembre 2015, au plus tard. Pour de plus amples informations – frais d’inscription, adhésion, transport, hébergement, et toutes autres mises à jour – prière de visiter notre site web : www.africaisola.org. En accord avec le règlement de ISOLA, tous les auteurs de communications devront payer les frais d’adhésion à l’organisation pour l’année de la conférence. Les frais d’adhésion sont distincts des frais de participation à la conférence.

Site web : www.africaisola.org

Pour sa 11ème conférence biennale qui se tiendra à l’Université de Floride dans la ville de Gainesville, aux Etats Unis, la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA) lance cet appel à contributions pour des articles et des panels portant sur le thème « Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora. »
Pour cette conférence, nous considérons la mémoire comme un acte créatif de recouvrement. Sans la faculté de se souvenir, nous ne serions pas capables d’apprendre, de produire, ou de nous perpétuer socialement. Quand nous nous souvenons d’un événement, nous ne nous en souvenons pas dans les conditions exactes dans lesquelles cet événement s’est produit. Dès lors, la mémoire humaine n’est pas un appareil d’enregistrement qui codifie et reproduit exactement nos
expériences passées. Le contenu de la mémoire humaine est en constante évolution. Le souvenir est une dynamique inventive. Les travaux des spécialistes en psychologie cognitive confirment le
fait que l’action de se souvenir du passé est dynamique ; c’est un processus en mutation, qui dépend aussi bien des notions du futur que des images du passé. Il est évident que nous nous souvenons d’un certain événement individuellement. Cela signifie que deux individus peuvent ne pas partager des souvenirs identiques d’une situation à laquelle ils ont tous deux participé.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

La Question de l’auteur en littératures africaines

Begenat-Neuschäfer, Anne / Mazauric, Catherine (éds.)

La question de l’auteur en littératures africaines

lauteurlittafActes du 14e Congrès de l’APELA organisé à Aix-la-Chapelle par Anne Begenat-Neuschäfer, Daniel Delas, Pierre Halen et Catherine Mazauric, du 22 au 24 septembre 2011.

Année de publication: 2015

Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2015. 228 p., 8 ill. en couleurs
ISBN 978-3-631-65431-6 rel.  (Hardcover)

Collection  Sprachen – Literaturen – Kulturen – volume 4

Le 14e Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA) entendait poser la question de l’auteur dans le champ spécifique des littératures africaines (domaines francophone et lusophone notamment). Après la question de l’« invention » de l’auteur africain, des raisons et des opérations qui la rendraient possible, il convient en effet de se pencher sur les instances de légitimation de l’auteur africain et de son œuvre : outre les éditeurs du « centre », les collections patrimoniales, les prix littéraires, les festivals, salons et rencontres littéraires, la critique littéraire, les médias audio-visuels et jusqu’aux réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle dans la « fabrique » de l’auteur reconnu. Les contributions réunies ici examinent enfin la négociation, dans le contexte africain, entre les figures et postures d’auteur et l’insistante question de l’oralité anonyme et collective.

Table des matières (L’auteur)

La question de l’auteur

URL sur le site de l’éditeur : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=81647&cid=450&concordeid=265431

AAP : Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Jeudi 29 et vendredi 30 septembre 2016

Paris, INALCO, Auditorium

Appel à communications

Comité scientifique :

Ursula Baumgardt, Jean Derive, Graham Furniss, Xavier Garnier, Lee Haring, Abdoulaye Keïta

La date limite de réception des propositions de communication est le 30 septembre 2015

Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante :

colloqueellaf@gmail.com

Des argumentaires en français ou en anglais de 2000 signes (espaces compris) maximum seront joints aux propositions, accompagnés d’une brève notice biographique.

ELLAF

Les littératures en langues africaines, orales comme écrites, souvent éditées localement, sont mal connues à l’échelle internationale, malgré une production qui est pourtant loin d’être négligeable et qu’on peut même qualifier d’abondante en certaines langues comme le swahili, le haoussa, le yorouba, par exemple. Témoigne de cette abondance, le livre déjà ancien d’Albert Gérard (African Language Literatures, Three Continents Press 1981) qui, à propos des seules littératures écrites, recense déjà à cette époque plus d’un millier d’ouvrages. En témoigne également la diversité des supports et des modes de circulation multimédia, qui donnent à ces littératures une accessibilité et un mode d’existence nouveaux. C’est pour remédier à ce déficit de visibilité et pour initier la recherche dans ce domaine qu’est né le projet de créer une Encyclopédie en ligne des Littératures en Langues Africaines, (ELLAF), aussi bien écrites qu’orales, actuellement dans sa phase expérimentale, avec un premier échantillon de 11 langues, avant son extension progressive à d’autres langues du continent. C’est pour clôturer une première étape de ce projet qu’a été conçu le colloque « Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception ».

Continuer la lecture de AAP : Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Badilisha, l’essentiel de la poésie africaine en ligne

Information et article en lien partagés par Abdourahman A. Waberi :

La poésie africaine a désormais sa bibliothèque numérique. Le site Badilisha Poetry propose d’en écouter les œuvres les plus marquantes depuis un mobile.

Par Laurène Rimondi (Le Point Afrique)

La voix des plus grands poètes africains, en écoute depuis un mobile. C’est l’idée du site lancée par Badilisha X-Change, la plus grande bibliothèque d’enregistrements de poésie africaine au monde, qui rassemble plus de 350 poètes, originaires de 24 pays, déclamant leur prose en 14 langues. Une première africaine, mais aussi mondiale, qui reflète la multitude de rythmes, de rimes, d’inspirations et aspirations à l’œuvre sur le continent.

Des podcasts pour redonner vie à un art ancien

“Je titille le silence sur les grèves de la / mémoire / un ange par-dessus mon épaule / épie mon cahier suave / et / les mots se cachent dans les plis des / pages / de peur que je ne secoue les draps / par la fenêtre blanche / et s’envolent d’un coup d’aile / les secrets d’alcôve …”.  C’est ainsi que débute l’un des poèmes de Abdourahman Waberi, un auteur de Djibouti, primé pour son travail et traduit dans différentes langues, que l’on peut désormais lire et écouter sur site Badilisha Poetry.

Badilisha, d’abord un festival de poésie

Au départ, Badilisha est un festival de poésie lancé au Cap en 2008, qui met en lumière les artistes africains et issus de la diaspora. Quatre ans plus tard, le site naît d’une ambition : conserver ces œuvres via des enregistrements audio, mais aussi élargir l’audience d’un art ancestral méconnu…

Lire la suite sur Le Point Afrique.

Représentations de l’altérité dans la littérature orale africaine

Sous la direction d’Ursula BAUMGARDT

Editeur : Karthala – Collection : Tradition orale

ISBN 9782811112639
Nombre de pages 312
Hauteur 240 mm
Largeur 160 mm
Date de parution 2014
Date de publication 09/10/2014

Les articles présentés dans ce volume s’inscrivent dans la continuité des recherches en littérature orale africaine menées au CNRS et à l’Inalco depuis les années 1970. Ces différents travaux ont porté très largement sur l’analyse de l’identité culturelle exprimée à travers les textes littéraires oraux. La notion d’altérité étant liée à celle d’identité, nous avons voulu l’explorer dans la perspective suivante : la littérature orale étant une voie d’accès aux représentations culturelles, quelle est la spécificité culturelle des expressions de l’altérité dans ces textes ? Nous souhaitons ainsi apporter une contribution à un champ peu analysé, celui de l’altérité vue de l’« intérieur », selon un axe Sud-Sud. Continuer la lecture de Représentations de l’altérité dans la littérature orale africaine

Littératures du Sud : outils de réflexion et d’analyse autour de l’oralité

Séminaire doctoral

Littératures du sud : outils de réflexion et d’analyse autour de l’oralité

Volet 3 : Oralité et écriture littéraire

vendredi 6 juin 2014 de 10h à 17h, Inalco,  salle 3.03, 65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris

Organisation Ursula Baumgardt, PU, INALCO / LLACAN, membre associé du CERLOM – Aboubakr Chraibi, PU, INALCO / CERMOM, membre associé du CERLOM – Xavier Garnier, PU, Paris III, Ecritures de la modernité, ED 120 de Paris III – Cécile Leguy, PU, Paris III, Didactique des langues, des textes et des cultures (DILTEC), ED 268 de Paris III

Contact : ursula.baumgardt@inalco.fr

Après avoir consacré successivement plusieurs séances à la littérature orale et à l’écriture littéraire en langues locales (non européennes), on s’interrogera sur les relations complexes entre ces deux modalités d’expression littéraire. En effet, les littératures orales sont de plus en plus transcrites sans pour autant que cela ne constitue un « passage à l’écrit », et l’écriture littéraire intègre l’oralité sous des formes très diverses.

Programme
Vendredi 6 juin 2014
Jean Derive 10h à 12h :
Introduction générale
Oralité et écriture littéraire : types de relations et enjeux méthodologiques.

Ursula Baumgardt 12h30 à 13h30 :
Approche comparative du dispositif énonciatif en contexte d’oralité et d’écriture littéraire.
Pause 14h à 15h30

Lobna Mestaoui 15h30 à 16h30 :
De la réactualisation du patrimoine oral dans le roman africain et maghrébin.

Frosa Bouchereau Pejoska 16h30 à 17h30 :
Les formes orales enchâssées : fonctions et sens
Synthèse et conclusion 18h

Avec le soutien de l’Ecole Doctorale de l’INALCO

Littératures du Sud