Archives par mot-clé : Lopes

Henri Lopes. Un art du roman démocratique

Anthony Mangeon,

Henri Lopes. Un art du roman démocratique

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Plurial, n° 30, 2021

EAN13 : 9782753582279 — 272 p. 

En Occident, l’essor du roman est allé de pair avec celui de la démocratie : mais qu’en est-il en Afrique ? Comment la forme romanesque s’y est-elle liée à cet horizon politique, au point d’en dénoncer les déroutes comme les dérives, de l’ère coloniale aux temps postcoloniaux ? Inversement, quelles poétiques particulières cette exigence démocratique a-t-elle suscitées ? L’oeuvre d’Henri Lopes, écrivain et homme politique congolais de premier plan, peut se lire comme un véritable art du roman démocratique, particulièrement propice au traitement de ces questions. Elle est en effet le récit, sous couvert de fiction, des aventures de la démocratie en Afrique, de ses débuts glorieux à ses déboires récents. Elle est surtout un espace mettant en abyme, à travers toute une série de lieux, de circulations et de supports de diffusion (la presse, le livre imprimé, la radio et le cinéma), la réalité dialogique et parfois polémique qui caractérise ce régime au quotidien. Le roman démocratique est enfin, avec Henri Lopes, un certain art de conter et de mimer, qui privilégie les connivences avec son public et recourt aux modalités complémentaires du récit-confession et de l’enquête, puisant aussi bien aux sources du roman policier qu’à celles du récit ethnographique et du récit de filiation. Le tout au rythme d’une écriture francophone singulière, qui se joue souvent des codes littéraires – au risque de s’assumer parfois plagiaire.

Introduction

Table des matières

Henri Lopes : coups doubles

Sous la direction d’Anthony Mangeon

Paris, Sépia, coll. Etudes littéraires africaines, n°2, 2021

348 p. — EAN13 : 9791033401643.

Durant cinquante ans, Henri Lopes a mené une double carrière, politique et littéraire, de premier plan. Il est aussi devenu l’auteur d’une oeuvre double, d’abord par ses lieux de publication (l’Afrique et la France), ensuite par ses orientations esthétiques, marquées par un certain « réalisme socialiste » puis par une pratique plus autoréflexive de « l’écriture métisse ». Ses romans abondent eux-mêmes en doubles de l’écrivain, en répliques trompeuses et en effets de miroir. Face à ces jeux de dédoublements multiples, le présent ouvrage se veut à son tour un coup double critique, où chacun des huit contributeurs (Ninon Chavoz, Céline Gahungu, Bo-Hyun Kim, Anthony Mangeon, Nicolas Martin-Granel, Catherine Mazauric, Sylvère Mbondobari, Bernard Mouralis) revient à deux reprises aux récits lopésiens, de Tribaliques (1971) à Il est déjà demain (2018). Aux analyses de l’oeuvre dans son ensemble (« coups de filet ») succèdent ainsi des lectures de détail, qui s’attachent à des figures récurrentes (« coups de projecteur ») ou à un roman en particulier (« coups de sonde »). L’ouvrage se conclut sur l’étude des « coups de maître », qui font d’ores et déjà d’Henri Lopes un « classique africain ».

Lire l’introduction…

Voir le livre sur le site de l’éditeur…

L’écrivain et sa bibliothèque

L’écrivain et sa bibliothèque

Collection de vidéos sur Canal-U. Coordination : Céline Gahungu, Claire Riffard (équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM-Cnrs).

Ici, le Congo et Henri Lopes :

Quels usages l’écrivain au travail fait-il de sa bibliothèque ? En quoi la bibliothèque constitue-t-elle un matériau d’écriture ?

Lié à des problématiques exo- et endogénétiques, fondé sur des études de cas attentives aux processus de création, le séminaire propose également une réflexion plus générale. Les bibliothèques sont envisagées dans leur inscription sociale, historique et culturelle ; les réalités anthropologiques dans lesquelles s’enracinent les pratiques des écrivains sont examinées.

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Journée d’étude organisée par l’APELA  (Association pour l’Étude des Littératures Africaines) et le CSLF (Centre des sciences des littératures en langue française)

Université Paris-Nanterre – Vendredi 13 novembre 2020

Organisateurs : Ninon Chavoz, Pierre Leroux, Florence Paravy

En raison des conditions sanitaires, cette journée aura lieu en ligne et dans un format allégé, propice, nous l’espérons, aux discussions. Les contributions, qui dureront à dix à vingt minutes, pourront être écoutées à partir du lien suivant, à compter de 13h30 :

https://meet.google.com/tku-erhv-woe

Programme actualisé

Stefania Cubeddu-Proux, Université Paris Nanterre 
Dakar / Kinshasa en dialogue : la Chinafrique dans Congo Inc. Le testament de Bismarck de In Koli Jean Bofane et Demain si dieu le veut de Khadi Hane. 

Ninon Chavoz, Université de Strasbourg 
Croisements érotiques entre la Chine et l’Afrique : de Dai Sijie à Paul Kawczak.

Aurélie Journo, Université Sorbonne Paris Nord 
‟An eternal sea unites our people”, la Chinafrique par l’océan dans The Dragonfly Sea (2019) d’Yvonne Adhiambo Owuor.

 Alice Desquilbet, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle 
#Corniche Has Fallen. L’envers du décor de la coopération sino-congolaise contemporaine. 

 Pierre Leroux , Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle 
Héritages africains du ‟petit dragon” : réappropriations et réinterprétations du cinéma d’action hong-kongais.

 Catherine Benaïnous, EHESS 
Présences chinoises dans les industries du cinéma et de l’audiovisuel en Afrique.

15 h 30 : Fin de la journée d’étude

16 h – Assemblée générale annuelle de l’APELA

plaquette CHINAFRIQUE 14 09 2020

Consulter l’appel à propositions.

Henri Lopes, nouvelles lectures façon façon-là

Colloque en ligne sur Fabula :

LOPES HENRI / Photographié le 26/06/2020 à Suresnes, à son domicile / FRANCOIS GRIVELET POUR JA.

Scandée par l’écriture et l’action politique, l’effervescence de la vie publique et le retrait nécessaire à la création, la trajectoire ambulante d’Henri Lopes, vécue entre le Congo et la France, semble tout aussi multiple que ses écrits.
« Mettre, dans l’univers littéraire, mon univers ». C’est avec ces mots que l’écrivain, au cours d’un entretien, a reconstitué l’ambition qui a guidé ses premiers pas. Au regard d’un cheminement où le besoin d’écrire, impérieux, s’est toujours fait ressentir, ce souhait s’est pleinement réalisé. Composée de neuf romans, de nouvelles, d’essais, de poèmes et de mémoires récemment livrés au public, l’œuvre d’Henri Lopes en fait l’une des figures majeures des littératures francophones. De la publication de Tribaliques, en 1971, à la parution, en 2018, d’Il est déjà demain, Henri Lopes a poursuivi la consolidation de son univers, ramifié son invention et, depuis bientôt cinquante ans, n’a jamais cessé d’impulser un élan exploratoire à son écriture. Enquêtes inlassablement menées, récits métafictionnels dans lesquels la comédie littéraire se réfléchit, tableaux des relations coloniales et postcoloniales, miroirs où se diffracte un je recomposé en de multiples avatars fictionnels – ses écrits sont l’objet du présent dossier qui s’efforce d’en capter les permanences, les bifurcations et les exigences.

« Henri Lopes, nouvelles lectures façon façon‑là ». À la suite du dossier « Henri Lopes, lectures façon façon‑là » précédemment dirigé par Anthony Mangeon (Études littéraires africaines, n°45, 2018), auquel participaient déjà plusieurs contributeurs rassemblés ici, et dans le prolongement de la journée d’étude « Réinventer la vie, prophétiser le réel : Henri Lopes » (CIEF/CEELF Sorbonne Université, 15 juin 2018), qui les avait à nouveau réunis, autour et en présence de l’auteur, c’est donc à une nouvelle danse, avec une œuvre tramée d’une vie ondoyante, que le lecteur est aujourd’hui convié.

Dossier coordonné par Céline Gahungu et Anthony Mangeon

avec la collaboration de Romuald Fonkoua

et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Sommaire et articles (de Céline Gahungu, Anthony Mangeon, Catherine Mazauric, Bernard Mouralis, Ninon Chavoz, Florian Alix, Charlaine de la Taille et Bo-Hyun Kim) à consulter sur Fabula.

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.

Henri Lopes, métis et honnête homme fourvoyé en politique. Par Daniel Delas

Henri LOPES, Il est déjà demain, JC Lattès, 2018, 506 p.

Henri Lopes est un écrivain connu dont il est inutile de présenter l’œuvre : ses premiers écrits, Tribaliques (1971) et le Pleurer-rire (1982), devenus aujourd’hui des classiques de la littérature africaine, ont été suivis de plusieurs autres romans et d’un essai Ma grand–mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois (2003). Les Etudes Littéraires Africaines lui ont récemment consacré un dossier malicieusement intitulé « Henri Lopes, lectures façon façon-là », dirigé par Anthony Mangeon, professeur à l’Université de Strasbourg.

Comment parler de l’importante somme qu’il publie aujourd’hui sous le titre Il est déjà demain ?  Alors que tous les ouvrages publiés d’Henri Lopes, principalement chez des éditeurs français, comportent une mention de genre, nouvelles, romans ou essais, ce gros livre n’en comporte aucune. Pourquoi ?
Demandez à l’auteur, diront certains ? Cela peut certes être sympathique et agréable mais reste souvent superficiel. Ce qui est d’ailleurs la position d’Henri Lopes lui-même :

La rencontre avec les auteurs ne nous apporte rien, est souvent gênante, ne donne lieu qu’à des propos insignifiants. A moins d’être un journaliste, un professeur, un thésard, qui a étudié les écrits du maître et a préparé l’entretien de manière professionnelle. La véritable rencontre se fait avec l’œuvre. Dans l’intimité d’un échange qui tient à la fois de l’indicible et de l’envoûtement. ( p.406)

Revenons donc au livre et en particulier aux six dernières pages ; Henri Lopes y définit lui-même son livre « comme une tentative de réponse au flou de ma généalogie ». C’est une autobiographie si l’on veut mais particulière en ce que son auteur est un métis, un SIF (Sans Identité Fixe) comme il se désigne ironiquement, affirmant fortement que le « fil rouge » de ces « souvenirs » « est le métissage, la célébration du mariage des cultures » (502). Le métissage, Henri Lopes nous en avait déjà parlé dans Ma grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois (2003) et Le chercheur d’Afriques (1990) mais ici la question est traitée dans la dimension de toute une vie :

Un métissage qui ne fut pas à son origine, particulièrement en Afrique, et sous la colonisation, une romance fleurie, mais une expérience douloureuse. Mon père et ma mère furent des enfants abandonnés de leurs pères, réclamés par leurs mères à une administration sourde à leurs cris. (p. 502) (…) Le métis est un être ballotté entre plusieurs familles, qui appartient à trois tribus : celle de sa mère, celle de son père, celle des métis. (…) Il fallait dire l’errance de la vie métisse. Il est déjà demain n’est pas une autofiction, ce sont des souvenirs réels, passés non pas au filtre de la méthode historique, mais à l’étamine d’une sensibilité de romancier. (p.503)

Ce livre n’est donc ni une autobiographie réaliste ni des Mémoires revendiquant une place dans l’histoire et philosophant sur l’humanité, à la manière d’un Chateaubriand. Ce qui frappe au contraire c’est l’étonnante modestie de l’auteur : il a exercé durant dix ans dans son pays des responsabilités de premier plan (ministre de l’Education, ministre des Affaires Etrangères, Premier ministre) ; il a joué un rôle important comme sous-directeur de l’Unesco ; il a représenté le Congo comme ambassadeur à Paris ; il a rencontré, de Nasser à Mao, de Nyerere à Senghor, tous les grands dirigeants politiques de son temps ; il a entretenu un compagnonnage amical avec Marien Ngouabi, le leader progressiste congolais (qu’il juge sévèrement dans ses emballements immatures mais avec une sorte de tendresse) jusqu’à son assassinat (« j’ai pleuré comme un gamin » p.428) mais il ne se fait pas d’illusions :

Je ne pense pas que les historiens garderont le souvenir de mon passage à la direction de mon pays. Il n’existe pas de lois Lopes, ni de réforme ou de plan qu’on puisse m’ attribuer. Au sein d’équipes essentiellement mues par une idéologie, somme toute assez sommaire et mal digérée, je me suis fait fort de rester lucide, de faire jouer ma raison, et quelquefois mon cœur, afin de vivre un idéal et des principes chevillés à mon corps. (506)

Finalement, devant le déchaînement de violences criminelles inutiles (comme l’assassinat absurde du chanteur Franklin Boukaka (p. 340), il se rendra compte qu’il s’est fourvoyé en politique :

Je me disais que ce n’était pas mon monde et que les textes de Marx, de Lénine et de Mao ne m’aidaient pas à comprendre ma société. Je me tournai donc vers les études de mes maîtres de la Sorbonne pour sinon comprendre des comportements d’un autre âge, du moins les expliquer (p.341)

On n’est ni dans la posture d’amuseur d’un Mabanckou avec sa naïveté enfantine  surjouée ni dans celle d’un Sony Labou Tansi, à la lucidité volcanique ; la posture de Lopes est celle de l’honnête homme, un être cultivé, agréable et raisonnable, une tête bien faite plus que bien pleine, mais un honnête homme métis et donc par nature ouvert à la diversité humaine, voire à la diversalité pour reprendre le terme d’Edouard Glissant.

Pour citer cet article : Henri Lopes, métis et honnête homme fourvoyé en politique. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 05/10/2018, https://apela.hypotheses.org/2537.