Archives par mot-clé : Madagascar

Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Borders and Ecotones in the Indian Ocean – Cultural and Literary Perspectives

NOUVELLE PUBLICATION / NEW RELEASE

Co-édité par Markus Arnold, Corinne Duboin & Judith Misrahi-Barak

https://www.pulm.fr/index.php/9782367813578.html

Les essais critiques réunis dans ce volume prennent leur ancrage dans l’océan Indien et explorent les multiples façons dont la dynamique des échanges a formé cette région multilingue, de l’Inde aux Mascareignes et en Afrique australe. Frontières, lisières et tiers-espaces sont revisités à travers la notion d’écotone, une zone de transition entre deux écosystèmes. Si le terme a été surtout utilisé par les biologistes et les écologistes, l’angle métaphorique s’avère particulièrement fertile en ce qu’il autorise des approches transdisciplinaires et rend possibles des perspectives nouvelles. En anglais et en français, ce volume vise à enrichir la recherche déjà publiée dans plusieurs champs disciplinaires et à participer au développement des études indo-océaniques. Les auteurs du volume réexaminent ces écotones comme des espaces de frictions autant que des espaces de fusion.

Mots-clés : Écotones, Océan Indien, Frontières, Liminalité, Migrations

This collection of critical essays anchors itself in the Indian Ocean and explores the multiple ways dynamic exchanges have shaped this multilingual region of the world, from India to the Mascarene Islands to Southern Africa. Borders, edges and third spaces are revisited through the notion of the ecotone, a transitional zone between two ecosystems. If the term has primarily been used by biologists and ecologists, the metaphorical angle proves to be fruitful as it authorizes transdisciplinary approaches and empowers fresh perspectives. In French and in English, this volume aims to contribute to scholarship already published across various disciplinary fields and to participate in the development of Indoceanic studies. The authors of the volume rethink those ecotonal sites that are spaces of frictions as much as spaces of fusion. 

Keywords: Ecotones, Indian Ocean, Borders, Liminality, Migrations

Continuer la lecture de Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Madagascar 1947. Par Daniel Delas

Champagne Aurélie, Zébu boy,
roman, Monsieur Toussaint Louverture, 2019, 251 p.

Ambila est le narrateur, un homme aliéné au sens premier, ‘rendu autre’ par son engagement (volontaire) dans les combats de la Seconde Guerre mondiale, lesquels, à la différence du roman de David Diop, Frères d’âme, qui traite de la première, ne sont guère évoqués en tant que tels mais en fonction de ce qu’ils apportent (en bien ou en mal) au narrateur. Le roman est centré sur cet homme rendu fort par ses aventures (combattant, prisonnier, maquisard) en même temps qu’amer en raison des promesses faites par les autorités françaises et non tenues (citoyenneté française, primes, chaussures). Il revient décidé à se battre pour réussir et honorer le surnom de ‘Zébu boy’ qu’on lui avait donné dans sa jeunesse comme champion de tauromachie malgache.

Le début n’emballe pas trop le lecteur : ce récit d’une consultation chez un ombiasy (sorcier) fait un peu folklo et l’écriture, un peu froide, un français impeccable, sonne comme imperméable à toute malgachité (malgré les nombreux termes malgaches insérés dans la narration sans explication). On se retourne alors vers l’auteur au nom si français. Qui est-elle ? Son éditeur fournit quelques renseignements : origines malgaches et indochinoises, père absent. Ce qui me fait penser à une étudiante (devenue une amie), qui s’étant formée seule en France avec une mère seule, un jour, est retournée en Afrique d’où était venu ce père qu’elle ne connaissait pas.
Ceci pour dire que ‘littérature africaine’ ne doit pas se dire dans un esprit africaniste centralisateur réservant l’expression à des écrits produits par des Africains ‘stricto sensu’. Position entachée de nationalisme ; l’expression ‘littérature africaine’ vaut pour moi aussi bien pour des écrivains qui partent du continent africain vers l’Europe ou l’Amérique (migrants) que pour d’autres qui reviennent en Afrique à la recherche de leurs racines. Tant il est vrai que le métissage devient de plus en plus mondial et poétiquement actif, tant il est vrai que le fameux « D’où parles-tu ?» reste la grande question de toute littérature quelle qu’elle soit.

*

La construction de ce roman est complexe, il fonctionne comme un récit picaresque : les aventures d’un héros en quête d’un monde perdu. Son père adoré étant mort peu avant son retour dans l’Ile Rouge, il part de Tana retrouver son oncle maternel à Manankara. Mais nous sommes début 1947 et la colère gronde contre le pouvoir colonial français injuste et violent. Ambila ne se propose pas de jouer au héros rebelle ; réaliste, il désire profiter des troubles pour faire de l’argent (vente d’amulettes anti-balles, pillage et revente d’armes lors de la prise du camp militaire de Moromanga), afin d’amasser un magot lui permettant de  racheter les zébus disparus du troupeau de son père.

1728 francs revenaient à Ambila. Il eut la vision de son glorieux retour chez l’éleveur de Fort-Dauphin. Avec quelle morgue, il lui jetterait ses billets au visage. Il allait se payer ces deux zébus. Les premiers du cheptel. (pp. 91-92)

Anti-héros en un certain sens dont l’aventure finit emprisonné dans l’autorail où sont parqués par les autorités militaires françaises (portraits au vitriol !) des suspects de rébellion, il y passe ses derniers jours.
Sans tenter de relater les innombrables rebondissements de ce retour baroque au pays natal. A la longue, il perd contact avec le réel.

Quand un nouveau débarque avec quelque chose à nous apprendre, on suit avec effarement la chronique des Tabataba. « Tabataba », c’est comme ça qu’on dit pour les ‘événements’. Octobre, novembre, on perd le fil. Ils égrainent des noms de chefs rebelles inconnus. Les lieux, les dates ne disent plus rien à personne. (p 244)

Ambila s’enfonce dans le passé et s’éteint dans le souvenir de sa mère tant aimée.

On l’a compris,  ce roman picaresque dans la première partie ( en y ajoutant les souvenirs du combattant malgache de ses combats en France) dédouble ce simple récit d’aventure réelles de son héros, d’une évocation de son imaginaire. D’où la double justification du début cité ci-dessus. Ambila achète des amulettes à la fois parce qu’il pense les vendre avec bénéfice et parce qu’il croit que les Malgaches y croient.

*

Merci à l’éditeur de donner sa chance à un premier roman comme celui-ci.  Très ambitieux, bien mené mais, reposant sur un personnage ambigu, double : à la fois honnête et malhonnête, rusé et sincère, Ambila,  affectivement durci dans les épreuves puis hanté par le souvenir tendre de sa mère, pourra désarçonner. Le livre mérite pourtant lecture.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Madagascar 1947. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 25/08/2020, https://apela.hypotheses.org/4290.

David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre

Interculturel Francophonies, n° 36, nov.-déc. 2019, David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre

sous la direction de Dominique Ranaivoson

Alliance Française Lecce, 2020.

EAN13 : 9788895343358.

Le n° 36, nov. déc. 2019 d’Interculturel Francophonies (168 pp., 15€), revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française publiée par l’Alliance Française de Lecce et dirigée par Andrea Calì, vient de sortir. Ce numéro, consacré à David Jaomanoro: Madagascar-Mayotte d’une île l’autre, a été coordonné par Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine).

David Jaomanoro (1953-2014) a vécu à Madagascar puis à Mayotte. Il a laissé une œuvre en français traversée par les langues régionales qui évoque les hommes et les femmes pris entre les traditions inhumaines, les injustices familiales et les dures contraintes économiques. Passant de la poésie au théâtre et à la nouvelle, il était aussi un extraordinaire conteur du Nord de Madagascar, un animateur, un musicien et un modèle pour les jeunes de Madagascar, Zanzibar, la Tanzanie, le Mozambique et les Comores qu’il fédérait autour d’activités en français. Il a publié deux recueils de nouvelles et ses Œuvres complètes sont parues en 2017.
Le présent volume rassemble des analyses des divers aspects de ses textes et les témoignages de ses amis, collaborateurs, interprètes et traducteurs. Ils permettront de replacer cet écrivain resté éloigné des centres de reconnaissance dans son contexte culturel et de mieux comprendre une œuvre à la fois simple et nourrie de plusieurs traditions littéraires, comique et tragique.

Sommaire

Introduction

Dominique Ranaivoson, David Jaomanoro: la grande voix du Nord de Madagascar

I. David Jaomanoro dans son environnement

  • Ornella Cynthia Parfait, David Jaomanoro dans le paysage littéraire malgache et mahorais
  • Cerveau Kotoson, David Jaomanoro et Nassur Attoumani : amis et collaborateurs à Mayotte
  • Jean-Luc Raharimanana, David Jaomanoro, une œuvre inachevée?

II. David Jaomanoro et ses personnages: approches thématiques

  • Andrea Calì, Femmes violées, abusées, harcelées dans Pirogue sur le vide
  • Linda Rasoamanana, Résistance, coping, résilience et réactualisation dans les eaux et les mangroves mahoraises: Pierrot et Ndzaka Lapiné
  • Dominique Ranaivoson, David Jaomanoro, passeur de cultures ou hardi juge des traditions
  • Dominique Ranaivoson, Le théâtre de Jaomanoro: de la farce au drame

III. Circulation des textes

  • Cerveau Kotoson – Dominique Ranaivoson, Ils ont joué Jaomanoro. Entretien avec Cerveau Kotoson et sa troupe
  • Margaret Besser – Bret Maney, Traduire David Jaomanoro en anglais: deux expériences

Chrono-bio-bibliographie

Bio-bibliographie sommaire des collaborateurs

URL de référence : https://sites.google.com/view/alliancefrlecce

AAC : Littératures de Madagascar : entre local et global ?

Colloque international

A la Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Université d’Antsiranana

24-26 avril 2019

Appel à communications

Les propositions de communications de 300 mots accompagnées d’une courte notice biographique devront être envoyées avant le 30 septembre 2018 à l’adresse suivante :   colloqueantsiranana2019@gmail.com

Les présentations en malgache, en français ou en anglais seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion.

Littératures de Madagascar : entre local et global ?

Les littératures de Madagascar sont riches d’une histoire linguistique complexe, marquée par la coexistence du malgache officiel avec d’autres langues, notamment issues du contact avec l’Occident (anglais et surtout français). Celles-ci ont pu favoriser des logiques d’extraversion littéraire : les auteurs connus du plus grand nombre – Michèle Rakotoson, Jean-Luc Raharimanana par exemple – le sont avant tout grâce à leurs œuvres en français, publiées en France, parfois traduites dans d’autres langues européennes. Pourtant, à l’instar du poète Jean-Joseph Rabearivelo, dont l’œuvre entière s’est construite entre malgache et français, les littératures de la Grande île invitent à s’affranchir des dichotomies parfois simplistes qui feraient des catégories « littérature traditionnelle orale en malgache » et « littérature écrite en français » des espaces étanches, sans porosité ni échanges, condamnant les unes au local alors que les autres seraient vues comme détachées de la terre ancestrale.

Ce colloque souhaite reconsidérer la création littéraire malgache dans une perspective pluridisciplinaire (littérature comparée, didactique, dimension éditoriale et économique du livre), en interrogeant les multiples aspects de celle-ci et en soulignant combien les dimensions locales et globales y sont présentes à diverses échelles, tout en se mêlant parfois.

Comment les œuvres de la Grande île témoignent-elles d’un enracinement dans un paysage, des coutumes et des pratiques autochtones mais parlent également du monde et au monde ? Comment ces œuvres circulent-elles – ou non – entre les publics et les langues ? Quelle inscription dans un espace culturel national mais aussi régional – en particulier celui de l’océan indien – et international ? Comment les passerelles se tissent-elles ? On pensera ainsi aussi bien au fait que Jean-Luc Raharimanana, bien identifié en France, travaille régulièrement aux Comores, au parcours d’un ouvrage comme L’Oragé, de Douna Loup, publié au Seuil et en cours de traduction en malgache pour publication aux éditions Dodo vole, à la traduction en anglais de l’auteur Johary Ravaloson ou encore à la série de récits courts sur Madagascar publiés chez No Comment édition.

Un intérêt particulier sera porté à la dimension éditoriale et économique de la création littéraire : où publient les écrivains malgaches, pour quels publics ? A quelles difficultés font face les éditeurs sur place ? Comment se constituent leurs catalogues ? Quelles solutions sont mises en place pour aider à une meilleure visibilité des productions ?

Liées aux problématiques du local et du global, la question de la circulation des productions sera également au centre des réflexions : la stratégie de l’édition bilingue, la traduction du et vers le malgache, les enregistrements audio, vidéo et le recours aux nouvelles technologies permettent-elles une ouverture à des publics plus vastes, ou ceux-ci demeurent-ils cloisonnés ?

L’introduction effective de ces littératures dans le système éducatif du pays pouvant apparaître comme une voie importante du décloisonnement des publics, la dimension éducative et pédagogique ne sera pas oubliée : la mise au point d’outils didactiques pour l’enseignement/apprentissage des langues-cultures ne peut-elle s’appuyer sur (mais aussi servir) les littératures en malgache ou en français, écrites aussi bien qu’orales ?

Continuer la lecture de AAC : Littératures de Madagascar : entre local et global ?

Quand parle le silence. Par Daniel Delas

Raharimana, Revenir, Paris, Rivages,  2018, 380 p.

Son état civil en France où il est professeur et éditeur est Jean-Luc Raharimanana. Rien d’autre que ce nom d’ailleurs (sans le prénom) sur la couverture de ce livre, ce qui s’explique quand on apprend que HARI est son surnom malgache et Ramana le nom de son grand-père. Revenir, c’est donc revenir vers le nom de son enfance et vers celui de ses origines, en usant d’un verbe actif et non d’un nom au procès achevé Retour, trop célèbre par l’usage qu’en a fait Aimé Césaire.

D’autant que le propos du livre de Raharimanana n’est pas proprement politique mais plutôt affectif, voire amoureux :

Revenir, revenir ! À cet enfant qu’il était, soûl de la beauté du monde, émerveillé des arabesques des abeilles ou des écritures sans traces des vols d’oiseaux. Il voudrait simplement n’avoir plus à penser la douleur qui n’est pas la sienne. Vivre avec Elle. Vivre avec ses enfants. Ne pas les condamner à attendre sans fin. Attendre qu’il revienne de son écriture. Attendre qu’il se dépouille de ce qui le hante. Attendre que son regard revienne et se pose sur eux. Attendre que sa voix s’extirpe du silence et quitte le murmure qui l’ensable. (p. 292)

Aucun messianisme, aucune vision d’apocalypse, aucun cri vengeur ne vient troubler cet hymne à la beauté et à l’amour de la vie. D’autres livres du même auteur ont illustré cette quête poétique perpétuellement recommencée dans les arcanes de la mémoire, mémoire des mots saisis dans leur pulpe sonore (Za, 2008), mémoire proprement historique associée à la figure du père, professeur d’histoire, arrêté et torturé en 2002 (L’arbre anthropophage, 2004 et Le prophète et le président 2008), mémoire des mots de l’amour maternel, riches de leur non-dit et leurs connivences :

Dire était-il indispensable au point de sacrifier sa vie ? Depuis tant d’années qu’il écrivait. Depuis le jour où sa mère lui avait offert ce cahier. D’autres cahiers avaient suvi. Il attendait que sa mère s’aperçoive qu’il avait fini pour qu’elle lui en rapporte d’autres, de cahiers. Il n’attendait jamais longtemps. Sa mère savait toujours. Peut-être son regard. Peut-être son silence. (p. 294).

Raharimanana n’est pas plus un écrivain français ou francophone qu’un écrivain malgache (karane plus exactement, c’est-à-dire indien de Madagascar), il est un écrivain métis :

Alors il posa la question à sa mère : « Maman, toi aussi tu es karana comme papa ? ». Elle lui disait non. « C’est ton père qui est métis karane, je suis française, je suis métisse malgache. ». Et il reprenait : « Métisse française ? ». « Non, répondait sa mère, métisse malgache. » (…)
Tu es breton par mon père, donc français car les Bretons sont une ethnie de la France, antakarana par ma mère, donc sakalava, car les Antakarana sont les Sakalava du Nord, tu es karana par le père de ton père, tsimihety par la mère de ton père, tu es betsimisaraka par la mère de ma mère. Nous avons pris toutes les beautés de ces origines. ( p. 31)

Et toutes les couleurs ! Comme ses frères et sœurs (p. 119) « Vola était noire, Nannie plus encore, Pat était le plus clair de tous, comme un Vasaha), lui est « clair de peau », alors que sa tante, Tantine Tsontso, est d’un noir éclatant. Quand il la voit pour la première fois,

Il comprit immédiatement qu’il était d’elle, de sa lignée. Que ses racines étaient là, Noires. Malgré la couleur de sa propre peau, claire. Qu’il était de la « côte », comme on dit et non pas des hauts plateaux, comme on le croyait souvent dehors. » (p. 211).

L’histoire malgache gronde en fond sonore, les enfants jouent à incarner les militaires qui se succèdent à la tête du pays, Ratsimandrava assassiné en 1975, Andriamahazo qui lui succède brièvement, Ratsiraka « l’amiral rouge », dictateur impitoyable. La violence gangrène bientôt le quotidien,

Quelques jours avant le bac il y avait eu des arrestations massives des membres du Kung-fu. Hira était dans sa classe. La porte s’était ouverte. Un lieutenant était entré. Suivi de près de dix militaires. Ils s’étaient dirigés directement vers une élève, Sahondra. Ils l’avaient emmenée. Hira ne reverrait plus cette camarade. Plus jamais. (p. 307)

Trop, c’est trop. Ne reste plus qu’à partir, qu’à se perdre :

Partir…
Dire l’île et se retrouver au milieu d’un océan d’encre et de mots à sauver de la houle. Comme l’enfant qui vide l’océan avec une petite cuillère. Il était ainsi. Comme l’enfant qui ne sait pas que le ressac aime offrir et reprendre. Hira était perdu dès l’enfance. Oui, il était cet enfant perdu pour avoir voulu dire une île à la dérive.(p. 356)

« Partir » pour « Revenir… » et faire parler le silence.

Pour citer cet article : Quand parle le silence. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/05/2018, https://apela.hypotheses.org/1934.

Presse et littérature africaine(s)

Programme du colloque international «Presse et littérature africaine(s)», Montpellier

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21
Site Saint-Charles / Salle des colloques 1

Lundi 19 mars 2018

9h  Inauguration d’Afrophonie, Semaine de la Francophonie 2018 de l’UPVM, par Patrick Gilli, président de l’UPVM, et Anne-Marie Motard, vice-Présidente de l’UPVM déléguée aux Relations internationales et à la Francophonie

9h10  Ouverture du colloque par Marie-Ève Thérenty, directrice du RIRRA 21

9h15  Introduction (Claire Ducournau et Ruth Bush)

9h30-11h Prises de parole littéraires dans l’espace public colonial

Président de session : Charles Forsdick

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de Saarbrücken) : « Le Bulletin de l’enseignement de l’A.O.F. – contraintes et potentialités créatives du paternalisme pédagogique colonial »
  • Kusum Aggarwal (Université de Delhi) : « L’écrivain africain et le missionnaire français : les dynamiques des sociabilités et des échanges dans la recomposition de l’espace public colonial d’après le cas de Paul Hazoumé »
  • Limakatso Pepenene (National University of Lesotho) « La presse missionnaire et l’écriture de Thomas Mofolo : le cas du roman Pitseng »

Pause 

11h30-12h30 Little magazines et réseaux littéraires en Afrique de l’Est

Présidente de session : Claire Gallien

  • Erik Falk (Nordic Africa Institute, Uppsala) : « Writing East Africa in the world: Transition’s early years »
  • Aurélie Journo (Université Paris 13) : « Presse et littérature en Afrique de l’Est, porosité et influence réciproque. Le cas de la revue littéraire kenyane Kwani? »

 Déjeuner

14h-15h Réception des écrivain-e-s africain-e-s dans la presse

Président de session : Maxime Del Fiol

  • Clara Schumann (Humboldt University) : « Migrant authors in the Cameroonian Press »
  • Françoise Naudillon (Université Concordia) : « La trajectoire impossible : les écrivains africains dans la presse au cours des décennies 1980 à 2000 »

Pause

15h30–16h30 Fiction, presse et politique: questions de genres

Présidente de session : Kusum Aggarwal

  • Kévin Boumy (Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan-Cocody) : « L’essai politique comme prolongement éditorial sur la crise ivoirienne : l’exemple de deux journalistes-écrivains africains (le Franco-Camerounais Théophile Kouamouo et le Burkinabé Alexandre Ilboudo) »
  • Alexie Tcheuyap (University of Toronto) : « Mongo Beti, Janis Otsiemi et le récit de la presse »

18h Vernissage de l’exposition « Awa, une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973 » (Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences Humaines Ramon Llull)

Mardi 20 mars 2018

9h30-11h Autour d’Awa, une revue féminine entre presse et littérature

Présidente de session : Marie Bourjea

  • Fatoumata Sow (Université de Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niass) : « Awa, premier magazine féminin francophone, cadre d’expression de la parole féminine africaine moderne »
  • Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Médiapoétique du magazine Awa ou la difficile équation du féminin africain »
  • Laure Demougin (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Université Laval).  « De la presse coloniale à Awa en passant par Joseph Zobel. Questions de méthode dans les études médiatiques »

Pause

11h30-13h Approches poétiques de textes journalistiques et romanesques

Présidente de session : Marie-Astrid Charlier

  • Cheikh M. S. Diop (Université Assane Seck – Ziguinchor) : « Le roman sénégalais et la presse : de la satire sociopolitique à l’écriture engagée »
  • Serigne Seye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) : « Les écrits journalistiques de Boubacar Boris Diop : un métadiscours sur la littérature africaine »
  • Fernand Nouwligbèto (Université d’Abomey-Calavi) : « Champ médiatique et champ dramatique au Bénin : dynamiques et répercussions scripturales »

Déjeuner

14h-15h Figures d’écrivain-e-s journalistes au Congo

Président de session : Daniele Comberiati

  • Lyvia Afui Nkili (Université de Lorraine, Metz) : « Impact de la presse coloniale dans la construction du champ littéraire congolais. Étude du parcours de Sylvain Bemba »
  • Nicolas Martin-Granel (ITEM, CNRS) : « Notes sur la presse à Brazzaville et la phratrie des écrivains »

Pause

15h30-16h30 Le rôle de la presse dans la construction des carrières littéraires

Président de session : Jean-François Durand

  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine, Metz) : « Écrire pour la presse : un tremplin pour les écrivains ? Le cas de Madagascar »
  • Slimane Ait Sidhoum (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « L’ivrEscq, un magazine littéraire algérien ou comment survivre en milieu hostile tout en servant la littérature algérienne »

Pause

17h-17h45 Entretien avec Olympe Bhêly-Quenum (écrivain, journaliste, rédacteur en chef de La Vie africaine (1959-1965)), animé par Claire Ducournau

URL de référence : https://africanreadingcultures.blogs.ilrt.org/fr/programme-2/

AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Colloque international de Toamasina
Université de Lorraine (Metz) & Université de Toamasina (Madagascar)
6 et 7 septembre 2018
Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Calendrier :
– Juin 2017 : lancement de l’appel à communications
– 31 octobre 2017 : Fin de la réception des propositions
– 1er décembre 2017 : Avis aux participants

Chaque communauté, nationale en particulier, se constitue à partir d’une mémoire partagée (Renan, Thiesse) constituée par diverses instances, institutionnelles (histoire officielle) ou non (la tradition et ses réécritures), et parfois par les acteurs invividuels eux-mêmes (entretiens, mémoires, littérature). Cette construction mémorielle, qui peut prendre la forme d’une « fabrication des héros », peut varier au fil du temps et des lieux, en fonction du climat politique, ou encore de la réception ou non des œuvres.
Le colloque international de Toamasina se propose d’examiner ces processus à propos du cas de Jacques Rabemananjara (1913-2005), natif de cette région de la Côte Est de Madagascar, qui fut à partir de 1945 député, puis, après l’indépendance, ministre et maire de la ville. Cette carrière politique fut menée en parallèle avec un engagement poétique.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar