Archives par mot-clé : Mali

AAC: Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle

La revue Études littéraires lance un appel à contributions sur le thème : Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle.

Consacré à Moussa Konaté, ce dossier vise à explorer les multiples dimensions de l’œuvre de cet écrivain africain francophone émérite. Mort le 30 novembre 2013 à Limoges, Konaté s’était, depuis les années 1990, imposé comme l’un des écrivains africains les plus productifs dans le domaine du polar. Né en 1951 à Kita, au Mali, il fait partie d’une génération de romanciers africains dont l’écriture s’inscrit dans la mouvance que Séwanou Dabla appelle les « romanciers de la seconde génération », une génération dont le discours ne se contente « plus si facilement de l’obsession du victimaire occidental et ses imprécations lancinantes contre l’histoire », mais se « porte maintenant sur l’Africain dont il s’agit de cerner la psychologie pour comprendre son drame et ses renoncements[1] ».
De cette génération, Konaté apparaît, dans une large mesure, comme celui dont l’œuvre couvre tous les genres (sauf la poésie) – roman, essai, théâtre, nouvelle, conte, polar, roman pour la jeunesse – et examine des thèmes historiques, culturels, politiques et sociaux. Autrement dit, Moussa Konaté pratique une écriture où se manifeste, sous plusieurs formes, une Afrique plurielle. Premier romancier africain de la « littérature majusculée » (pour reprendre l’expression de Georges Simenon) à sortir le polar africain de la marge, Konaté propose des textes qui véhiculent un discours d’interprétation des sociétés africaines contemporaines. Ainsi, de ses romans à teneur sociale (Le Fils du chaos [1986] et Goorgi [1998]) à ses pièces de théâtre (Khasso [2005], Un appel de nuit [1995], Un monde immobile [1994]) en passant par ses polars (L’Empreinte du renard [2006], L’Honneur des Kéita [2002], La Malédiction du Lamantin [2009], Meurtre à Tombouctou [2014], etc.) et son essai polémique L’Afrique noire est-elle maudite ? (2010), l’on remarque que son projet littéraire semble marqué par une ambition « progressiste », celle qui consiste à trouver un équilibre entre la quête des formes littéraires adéquates dans le contexte africain actuel et l’engagement culturel (dont témoignent ses activités d’éditeur) et social, manifeste dans son intérêt pour l’enseignement et les thèmes récurrents de ses œuvres de création.
Bien que ses romans pour adultes, pour la jeunesse, ses polars, son essai et ses pièces de théâtre soient construits différemment sur le plan narratif, ils forment un univers cohérent dont l’unité sémantique s’élabore autour des personnages en constante mobilité. Ainsi, une lecture attentive de ses différents textes permet de montrer, par exemple, que les frontières entre les deux champs – littérature populaire et littéraire dite lettrée– paraissent, à bien des égards, assez difficiles à tracer. Car chacun de ses textes interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et puise dans la bibliothèque de la littérature africaine et mondiale, dès son premier roman, Le Prix de l’âme (1981), qui s’inscrit en même temps dans la foulée des romans africains des années 1970-80.
Comme pour d’autres écrivains africains contemporains qui privilégient une écriture hybride, la véritable originalité de l’œuvre de Konaté réside dans le traitement des thèmes (la pluralité des visions du monde, le rôle des religions, les injustices et abus de pouvoir, l’éducation et les valeurs de la jeunesse, etc.) qui créent un réseau cohérent mais multiforme, étayé d’un tissage constant d’inter/intratextualités. Les multiples portraits que ses textes brossent, par exemple, du savant et du sage, des jeunes, du justicier, du vengeur et des figures de la violence (des criminels), etc., font non seulement de ces personnages un lieu d’articulation où se joignent les faisceaux du politique et de l’esthétique, mais permettent aussi d’approcher de plus près la réalité des sociétés africaines actuelles.
Par ailleurs, lors de ses différents entretiens[2], Konaté défend l’édition en Afrique. Professeur au lycée pendant plusieurs années, il démissionne au début des années 1990 de son poste de professeur de français pour se consacrer entièrement à l’édition et à l’écriture. Il deviendra d’abord conseiller littéraire chez Jamana, édition créée en 1986 par Alpha Oumar Konaré et sa femme Adame Ba Konaré, avant de fonder en 1997, à Bamako, sa propre maison d’édition, Le Figuier[3], qui publie des livres en langues maliennes. La création de cette maison d’édition traduit non seulement une volonté culturelle, mais vise aussi à mettre à la disposition des jeunes du Mali des livres qui parlent de leur quotidien. Se confirme ainsi, concrètement, la visée didactique qui se dégage des œuvres de création de Konaté et le caractère innovateur du polar africain.
En effet, alors que le discours de la critique tend encore bien souvent à stigmatiser les genres populaires comme frivoles ou même aliénants, Konaté (et d’autres auteurs africains de polars) leur confère une fonction d’éducation publique et d’espace de rencontre susceptible d’alimenter les débats d’actualité. Et la dimension transculturelle de ses textes (dans les formes et les thématiques) y participe : tandis que, en guise d’études transculturelles, la critique ne retient le plus souvent que la « trans »-culturation entre l’Occident et l’Afrique, l’écriture de Konaté illustre la transculturalité vécue au quotidien, en Afrique, depuis les temps les plus anciens, complexifiée par la rencontre avec la modernité occidentale. À travers l’œuvre d’imagination de Konaté, se décline ainsi, parmi d’autres, une didactique de la tolérance dans un contexte où les conflits ethniques et religieux perdurent. L’heure n’est plus au panafricanisme idéalisant : à chaque nation, chaque peuple, chaque communauté de gérer ses propres diversités.

Aussi ce numéro s’intéressera-t-il, à travers des approches variées, à l’analyse de cette œuvre riche et dense qui n’a jusqu’à ce jour fait l’objet d’aucune étude critique majeure. Outre les formes de continuité, les analyses se consacreront aux aspects thématiques et esthétiques de l’œuvre : intertextualités, poétique des genres, constructions thématiques, configuration des personnages, géopoétique, textualisations du discours social, inscription du savoir culturel dans la fiction, etc., pour mieux saisir la construction de cet imaginaire de l’Afrique plurielle chez Konaté. Ainsi, ces analyses permettront non seulement de combler une lacune, mais chercheront aussi à baliser l’ensemble de l’œuvre de Konaté.

Les intéressés sont priés d’envoyer leur proposition d’une longueur de 250 à 300 mots suivie d’une notice bio-bibliographique à l’adresse suivante : revueel@lit.ulaval.ca

Date limite pour les propositions d’articles : 30 août 2019

Date limite pour la soumission des articles : 15 août 2020

[1] Séwanou Dabla, Les Nouvelles Écritures africaines : les romanciers de la seconde génération, Paris,  L’Harmattan, 1986, p. 49.

[2] Voir Philippe Mangeot, « Le choix africain. Entretien avec Moussa Konaté », Vacarme, n° 16 (2001), p. 68-69 ; Tirtbankar Chanda,  « Entretien avec Moussa Konaté, écrivain-éditeur », Notre librairie, n° 135 (1998), p. 35-40.

[3] De 2001 à 2011, Konaté a codirigé, avec Michel Le Bris, le festival littéraire et culturel « Étonnants voyageurs ». Il a également créé à Limoges, en France, une autre maison d’édition, Hivernage, qui diffuse ses livres publiés chez Figuier en France et en Europe.

Revue Études littéraires
Département de littérature, théâtre et cinéma
Pavillon Louis-Jacques-Casault
1055 avenue du Séminaire
Université Laval, Québec (Québec)
Canada G1V 0A6
revueel@lit.ulaval.ca
(418) 656-2131 poste 7844 https://www.erudit.org/fr/revues/etudlitt/
www.etudes-litteraires.ulaval.ca
facebook.com/etudeslitt

L’Œuvre de Yambo Ouologuem

L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018)

Colloque en ligne

La plateforme Fabula, libre et gratuite, vient de mettre en ligne les actes du colloque L’Œuvre de Yambo Ouologuem. Un carrefour d’écriture (1968-2018), organisé à l’Université de Lausanne les 18 et 19 mai 2018, avec la collaboration de l’Université de Strasbourg.
Vous y découvrirez les interventions de Joël Bertrand, Sarah Burnautzki, Ninon Chavoz, Jehanne Denogent, Romuald Fonkoua, Céline Gahungu, Christine Le Quellec Cottier, Anthony Mangeon, Bernard Mouralis, Jean-Pierre Orban, Bacary Sarr et Christopher Wise.

Un demi-siècle après ses débuts, l’œuvre singulière et passionnante de l’écrivain malien Yambo Ouologuem a fait couler beaucoup d’encre, mais elle demeure aujourd’hui paradoxalement méconnue. Organisé quelques mois après la disparition de l’auteur, et simultanément à la réédition de son roman Le Devoir de violence, Prix Renaudot 1968, le colloque de Lausanne envisageait les multiples aspects d’une production romanesque et critique qui a marqué un tournant dans l’histoire littéraire francophone, en particulier pour le domaine africain : qu’il s’agisse de ses relations avec la littérature européenne ou de sa situation dans l’espace littéraire français, tant du point de vue de la création que de la réception, il y a et il restera un avant et un après Ouologuem. ll suffisait de le reconnaître. Dont actes. Le présent sommaire est formé de trois ensembles : les contributions de S. Burnautzki, B. Mouralis, J.-P. Orban et J. Bertrand traitent de l’histoire littéraire et éditoriale de l’œuvre de Ouologuem ; les essais de Ch. Wise, A. Mangeon, R. Fonkoua et B. Sarr s’attachent aux politiques de la littérature ; les textes de Ch. Le Quellec Cottier, J. Denogent, N. Chavoz, C. Gahungu observent les poétiques à l’œuvre.

Colloque en lignehttp://www.fabula.org/colloques/index.php?id=5979

1968-2018. L’Œuvre de Yambo Ouologuem, un carrefour d’écritures ?

Journées d’études internationales, université de Lausanne, en collaboration avec l’université de Strasbourg, 18 et 19 mai 2018

organisées par Christine Le Quellec Cottier et Anthony Mangeon

Le « carrefour d’écritures » que Bernard Mouralis (1984) dépeignait pour évoquer Le Devoir de violence permettra de questionner l’oeuvre de Yambo Ouologuem dans son ensemble. Les journées d’étude croiseront les approches de chercheurs issus d’horizons académiques et culturels différents. Les textes étudiés permettront des liens avec des productions contemporaines pour suggérer des résonances avec les formes et les enjeux du monde d’aujourd’hui. Cette rencontre sera aussi l’occasion d’un hommage à l’écrivain malien décédé en octobre dernier.

Consulter le programme.

URL de référence : http://www.unil.ch/fra/pole-etudes-africaines

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

Le fabuleux destin d’Amadou Hampâté Bâ

H. K. Kouyaté /B. Magnier

du 3 au 13 avril au théâtre du Tarmac

« En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Souvent reprise, parfois tronquée ou attribuée à la tradition, cette phrase a pourtant bien été prononcée en 1960 par Amadou Hampâté Bâ.

De la falaise dogon au Mali où il est né en 1900 aux assemblées de l’Unesco, des bureaux de l’Institut français d’Afrique noire (IFAN) à Dakar aux pupitres des conférences internationales, des correspondances échangées de par le monde aux audiences accordées dans sa résidence d’Abidjan jusqu’à la fin de sa vie en 1991, Amadou Hampâté Bâ a connu une destinée exceptionnelle dont son œuvre porte la trace.

Il s’est saisi de tous les genres littéraires : contes et légendes, bien sûr, mais aussi récits aux accents romanesques, poèmes, essais, livres pour enfants et, publiés juste après sa mort, deux volumes de mémoires, Amkoullel l’enfant peul et Oui, mon Commandant. Profondément attaché à sa culture traditionnelle comme à sa religion, il a fait de l’une et de l’autre une lecture tolérante, à l’écoute de l’Autre.

Nourri de citations puisées dans l’œuvre de l’écrivain et sur une trame resituant l’auteur dans le contexte géopolitique, ce spectacle met en lumière cette personnalité remarquable et son œuvre accessible, d’une grande sagesse, teintée d’humour et d’un extraordinaire sens de la formule qui s’avère aujourd’hui d’une urgente et immédiate actualité.

distribution

  • Texte Bernard Magnier
  • Mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
  • Assistante à la mise en scène : Astrid Mercier
  • Avec Habib Dembélé, Tom Diakité (chant, multi-instruments)
  • Lumières Cyril Mulon
  • Costumes Anuncia Blas 

URL de référence : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-le-fabuleux-destin-d-amadou-hampate-ba/spectacle-149/

Lefabuleuxdestin-flyer

Djihadisme et gémellité. Par Daniel Delas

Maryse CONDÉ, Le fabuleux et triste destin d’Ivan et Ivana, roman, JCLattès, 2017, 366 p.

Peut-être sanctionnée pour son parler un peu trop franc et son refus de s’engager dans les bagarres homériques dont les Martiniquais ont le secret, Maryse Condé n’a jamais obtenu le moindre prix littéraire important. Son œuvre compte pourtant plusieurs dizaines de titres dont certains sont très connus ; Segou en particulier, sa première saga africaine (1984-85), a été lue par des milliers de lecteurs tandis que Moi Tituba sorcière compte parmi les grands écrits de la lutte anti-raciste des années 80.

Maryse Condé connaît bien l’Afrique de l’Ouest où elle a passé presque dix ans après son départ de Guadeloupe et son passage par la France. Mariée en 1958 à un comédien guinéen, Mamadou Condé, elle le rejoint dans son pays après un passage en Côte-d’Ivoire (1959) et y passe trois années. Mais ce mariage n’est guère heureux, elle doit gagner sa vie et élever ses quatre enfants, elle assiste au creusement du fossé entre les élites du cercle des flatteurs de Sékou Touré et les Guinéens ordinaires de plus en plus pauvres et brutalisés, elle fuit alors la Guinée en 1963 pour le Ghana de Kwamé Nkrumah, où elle retrouve hélas la même dérive dictatoriale jusqu’au coup d’Etat qui chasse celui-ci du pouvoir (1966). Elle trouve alors un poste au Sénégal où la rencontre du professeur anglais Richard lui apportera enfin le bonheur. Tous les détails de cette vie aventureuse et tumultueuse, elle les a racontés dans son autobiographie, La vie sans fards,  parue en 2012.
Sa relation à l’Afrique est complexe, le plus souvent amère mais traversée par quelques moments de bonheur.

Continuer la lecture de Djihadisme et gémellité. Par Daniel Delas

La fabrique des classiques africains

La fabrique des classiques africains – Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone

Claire Ducournau

CNRS éditions
Date de publication :
30/03/2017 – 442 pages – 27,00 €
ISBN : 978-2-271-08158-2

Comment une œuvre littéraire accède-t-elle au rang de « classique » lorsque son auteur est issu d’Afrique subsaharienne francophone, l’une des zones les plus déshéritées du monde selon les standards culturels internationaux ? Si les noms de Léopold Sédar Senghor et d’Ahmadou Kourouma se sont imposés partout, pourquoi d’autres auteurs, portés au pinacle en Europe, restent-ils peu connus dans leurs pays d’origine, quand les textes d’Aminata Sow Fall et de Seydou Badian, étudiés et discutés au Sénégal et au Mali, ne le sont pas en France ?
Ce livre propose une histoire sociale collective de ces écrivains depuis 1960. Il distingue deux protagonistes majeurs : des intermédiaires culturels (organisateurs de festival, éditeurs, agents littéraires), souvent français, et des auteurs nés et socialisés en Afrique subsaharienne francophone, dont les trajectoires sont situées les unes par rapport aux autres dans un espace littéraire africain en recomposition.
Nourri de nombreux entretiens, fondé sur le dépouillement d’archives inédites et sur une étude statistique, cet ouvrage majeur décrit par quels mécanismes symboliques et matériels des écrivains originaires d’Afrique subsaharienne francophone sont devenus, sous différentes formes, des classiques africains.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes, Claire Ducournau est docteure de l’École des hautes études en sciences sociales. Maîtresse de conférences dans le département de lettres modernes de l’université Paul-Valéry à Montpellier, elle mène ses recherches sur les productions littéraires africaines et leurs réceptions au XXe et au XXe siècles.

Table des matières

Introduction
Prologue : Littérature francophone contre littérature-monde en français

Première partie : Légitimer les auteurs issus d’Afrique
Chapitre premier : Deux vagues transnationales de reconnaissance des auteurs africains depuis 1960
Chapitre 2 : Un découvreur de talents néocolonial ? Le Grand Prix littéraire de l’Afrique noire à l’œuvre
Chapitre 3 : « Et l’Afrique ?… » Les écrivains d’origine africaine dans deux revues littéraires françaises

Deuxième partie : Accéder à la consécration littéraire
Chapitre 4 : Portrait de groupe
Chapitre 5 : De la vocation contrariée au statut de classique africain

Conclusion

Annexes

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7435-la-farique-des-classiques-africains.html

FabriqueDesClassiquesAfricainsMars2017

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français