Archives par mot-clé : Mali

Sur les traces de Yambo Ouologuem

Prochaine séance du séminaire 2014-15 de l’équipe Manuscrit francophone (ITEM-CNRS), qui porte cette année sur L’écrivain et ses manuscrits

Organisé par Claire Riffard et Daniel Delas

Le 24 avril 2015 (14h à 16h00)
Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Salle de réunion, premier étage, Pavillon Pasteur, Paris (ne pas oublier de se munir d’une pièce d’identité en vue des contrôles effectués à l’ENS).

Sarah Burnautzki « Sur les traces de Yambo Ouologuem ou le seuil de tolérance des éditions du Seuil »

Cette communication sera consacrée aux stratégies de contrôle en vigueur dans l’espace littéraire français. Je m’interrogerai quant à la manière dont ces stratégies ont sécurisé des rapports de domination racialisés, augmentant le bénéfice symbolique et matériel d’une littérature ‘française’ imaginée comme ‘blanche’ par opposition à son altérité francophone exotique. Considérant les dynamiques de pouvoir littéraire comme étant instables, je retracerai les conflits d’intérêts et de signification qui ont pu se produire au niveau éditorial, en l’occurrence aux éditions du Seuil. D’un texte à l’autre, ces « lignes de faille » y ont opposé, ou bien aligné les stratégies d’auteur à celles de la politique éditoriale du Seuil.

En partant du défi de classification littéraire qu’ont pu représenter les textes de Yambo Ouologuem pour l’équipe éditoriale du Seuil dans les années 1960, je déconstruirai dans mon analyse la violence symbolique qui réside dans les stratégies discursives de contrôle du texte et de sa signification. Il s’agira alors de souligner le rôle d’objectivation, de classification, voire de réification « à tout prix » des textes et de leurs auteurs. J’analyserai enfin des fiches de lecture et des lettres de refus qui ont été conservées dans les archives du Seuil ; ce qui me permettra de mettre en lumière une histoire conflictuelle jusque-là peu étudiée.

Sarah Burnautzki est docteure en anthropologie sociale et en littérature française. Assistante d’enseignement et de recherche à l’université de Mannheim (Allemagne), elle enseigne la littérature française, francophone et hispanophone. Sa thèse Les frontières racialisées de la littérature française. Contrôle au faciès et stratégies de passage paraîtra chez Honoré Champion.

Source : http://kouroumanus.hypotheses.org/477.

Les manuscrits arabes d’Afrique, de Tombouctou à Cape Town

Conférence
Vendredi 27 février 2015 à 20h
Palais des Beaux-Arts / Studio (rue Ravenstein, 1000 Bruxelles)
Production: BOZAR | ULB (Université Libre de Bruxelles)

Il existe une riche tradition liée aux manuscrits arabes en Afrique, qui n’est pas limitée au Maghreb. Le professeur Xavier Luffin donnera une conférence passionnante sur ce patrimoine assez méconnu. Beaucoup pensent que l’écriture est arrivée en Afrique avec la colonisation européenne. C’est une erreur. Pensez par exemple à l’Éthiopie. Mais l’écriture arabe est aussi apparue ailleurs, surtout pour la transcription de langues locales. Tombouctou était l’une des principales villes où étaient rédigés et conservés des manuscrits arabes. On en trouve aussi au Sénégal, au Nigéria, au Ghana, au Libéria ainsi qu’en Afrique de l’Est, de la Somalie au Mozambique. Au Congo, l’écriture arabe est apparue plus tardivement. Au Cap, la communauté musulmane connaissait une tradition manuscrite arabe souvent oubliée, développée par les Indonésiens installés dans la ville dès le XVIIe siècle.

plus d’infos sur: http://www.bozar.be/activity.php?id=15756&lng=fr