Archives par mot-clé : Maran

René Maran. Entre poétique du sujet et discours colonial

Buata B. Malela. René Maran. Entre poétique du sujet et discours colonial

Préface de Christophe Premat.
Paris, Hermann, coll. “Savoir lettres”, 29 mai 2024, 424p. 

EAN : 9791037038616

Présentation

Être écrivain français durant l’ère coloniale s’insère dans l’ordre social et le questionnement du sujet. Le parcours, la poésie, les fictions et essais de René Maran en témoignent. Son discours sur l’intériorité fait état de la désillusion ontologique qui, à partir de la Belle Époque, donne à voir une manière d’être poète-écrivain. Ce dernier constitue l’authenticité en mantra esthétique et politique à même de se formaliser dans des combustions affectives.
Son discours sur l’extériorité problématise le souci de la vérité et de la sincérité à travers l’esthétique vériste. Celle-ci aide à l’examen de sa représentation de l’écosystème et de la géoculture coloniales. Comment cette double part, intérieure et extérieure, se ­figure-t-elle dans sa posture d’écrivain français, dans sa ­poétique du sujet et son discours colonial, tout en participant à la bibliothèque coloniale ?
C’est cette question qui, dans ce livre, commande l’approche relationnelle de l’interprétation de ­l’ensemble de l’œuvre de René Maran en fonction de son contexte ­d’énonciation.

Buata B. Malela est professeur de littératures francophones à l’Université de Mayotte. Ses recherches portent sur les discours littéraires francophones (Afrique, Antilles, océan Indien), sur la sociologie de la littérature et sur la pop musique urbaine contemporaine.

Page sur le site de l’éditeur : https://www.editions-hermann.fr/livre/rene-maran-buata-b-malela

Consulter la table des matières et la préface sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/120920/buata-b-malela-dir-rene-maran-entre-poetique-du-sujet-et-discours-colonial.html

Parution : René Maran

Parution du numéro de la revue Continents manuscrits consacré à René Maran

Agence Meurisse. Disponible sur Gallica

URL de référence : https://journals.openedition.org/coma/6969

Genèses

Parages littéraires de René Maran. Documents commentés

Nouveaux regards

Varia

René Maran et la guyanité

Source : https://fempoco.hypotheses.org/1506

Colloque en ligne « René Maran et la guyanité », Brésil (UFAC, UFRN)

Le colloque « René Maran et la guyanité » est organisé par nos collègues universitaires brésiliens Danielle Grace (Universidade Federal do Rio Grande do Norte, UFRN) et Dennys Silva Reis (Universidade Federal do Acre, UFAC) en hommage aux cent ans de Batouala, « véritable roman nègre » qui fut récompensé par le Prix Goncourt mais qui fit scandale, notamment à cause de sa préface, en 1921.

Du mercredi 16 juin au vendredi 18 juin, des chercheurs de divers pays (dont la Guyane) aborderont l’oeuvre immense de l’écrivain né en 1887 et décédé en 1960, ancien fonctionnaire colonial, devenu prolifique et mémorable auteur. Il sera possible [en direct puis en différé] d’écouter les présentations en ligne, soit par YouTube via la page du CLEF (Colloque de littératures et études francophones) soit sur Facebook via la page de la Bibliothèque Manioc (https://www.facebook.com/manioc.org/) ou celle de l’Université de Guyane (https://fr-fr.facebook.com/univguyane/). 

Pour aller plus loin : 

  • le site créé par Bernard Michel, petit-fils de René Maran en hommage à son grand-père (pour une biographie et une bibliographie détaillée). 
  • l’exposition sur René Maran réalisée par Kristen Sarge et Boris Lama de la Collectivité territoriale de Guyane, visible à la CTG et à La Maison des Cultures et des Mémoires de Guyane (MCMG) et bientôt à la Bibliothèque universitaire de Guyane. 
  • le livre à visée pédagogique René Maran de Monique Dorcy et Lydie Choucoutou Ho-Fon-Choy à paraître dans la collection Orénoque, aux Editions du Manguier.
  • le site « Manioc » à paraître sur René Maran sur le modèle du site consacré à Maryse Condé.
  • une intervention à l’approche féministe sur l’étude génétique d’Un homme pareil aux autres et de ses représentations féminines par Laura Gauthier Blasi (Université européenne de Madrid) et Tina Harpin (Université de Guyane)