Archives par mot-clé : Maroc

In Koli Jean Bofane, La belle de Casa. Par Daniel Delas

In Koli Jean Bofane, La belle de Casa, roman, Actes Sud, 2018, 204 p.

Récompensé par de nombreux prix pour ses deux premiers romans (Mathématiques congolaises, 2008 et Congo inc., le testament de Bismarck, 2014), l’écrivain congolais (né en RDC en 1954) nous livre aujourd’hui un roman qui, pour n’être guère à proprement parler un bon roman avec une intrigue qui file du bon fil classique, n’en est pas moins un livre fort intéressant.
Pourquoi ? Eh bien d’abord parce qu’est un roman purement francophone. C’est-à-dire qu’il est écrit en français mais baigne dans un contexte qui ne fait aucune référence à la culture française. Un grand écrivain cité, elle est algérienne, c’est Assia Djebar ; une référence musicale de la culture populaire, c’est Booba dans Garde la pêche

Si t’es sérieux, t’es mon prisonnier, handek
Sinon t’es ma pute
Périlleuse est la street
J’ai un gun dans mon fut’, handek

Le dialogue de rencontre traditionnel en Afrique est lui aussi modernisé et déconstruit de sorte que si vous ne le connaissez pas, la référence vous manque pour goûter le sel ironique  d’un échange comme celui-ci :

– Comment vas-tu, Sese ? A la maison, ça va ?
– Pas mal.
– Et la santé ?
– Nickel
– Hamdoulilah. Et Lahla Saida, elle va bien ?
– Super.
– Hamdoulilah. Et les enfants ?
– Au top
– Hamdoulilah (p.121)

Avec ici de nombreuses références à la culture arabo-maghrébine, puisque le héros, Sese, est un jeune Congolais, naïf et souriant, une sorte de Candide pour un lecteur de culture française, avec ce prénom emprunté par son père aux multiples prénoms du ‘maréchal’ Mobutu. Parti du Congo pour la Normandie, il se retrouve débarqué dans une petite crique du Maroc, près de Casablanca, mégalopole proche aujourd’hui des 4 millions d’habitants. Débrouillard, souriant, il gagne vite sa vie en parlant « un sabir fait de français, d’arabe et d’un peu de darija ». Son travail ? « Brouteur » (cyber séducteur ) et « shayeur » (pratiquant l’arnaque au compte bancaire), il n’a pas le sentiment d’être un escroc ; il n’y a pas de travail officiel pour les migrants au Maroc qui vivent dans la crainte. Alors… Il écrit aussi des poèmes aussi naïfs que lui-même et qui reflètent sa culture et non celle de l’école française :

Mon amie, je dis, hein, tu ne me parles pas ?
On t’invite à un njoka et toi, tu fais le style ?
Je wanda sur toi, hein
Mon amie, il y a quoi ?

Avec un héros de ce genre, il est abusif, comme le fait la 4e de couverture, de dire qu’il s’agit d’un livre de dénonciation, il y a simplement à Casablanca comme ailleurs de la corruption immobilière, de la précarité pour les migrants et un statut méprisé pour les femmes. (p. 25)

Par sa gentillesse et sa pureté, Sese se fait une amie qui est aussi une sorte d’ovni dans le paysage marocain, la belle Ichrak, qui rend coup pour coup aux dragueurs en tous genres, avec une virulence qu’on ne voit guère au Maroc. Ichrak est assassinée. Le commissaire de police Daoudi, salopard retors qui a tenté de violer la jeune femme, est sinon l’auteur, du moins l’instigateur du forfait. Par qui exactement et pourquoi ? tout le roman sera hanté par cette question à laquelle il n’est pas répondu, ce qui est frustrant pour celui qui voudrait lire ce livre comme un roman policier. Voici le dernier passage (presqu’à la fin du livre, p. 202), curieusement marqué d’un violent lyrisme consacré à la fin de Daoudi

Les jnouns qui attisaient des braises dans sa cage thoracique l’obligeaient aussi à déployer des efforts inouïs pour juguler le hurlement qui se pressait à sa gorge comme un torrent de feu et qui lui faisait mal à s’en arracher la poitrine. A défaut de ne pouvoir accomplir cela, qu’au moins le cri puisse l’étouffer jusqu’au bout, pour en finir, et que ça s’arrête. (p.202)

Le ton de ce passage contraste avec la tonalité générale du récit, ironique et fluide. Cette hétérogénéité de ton nuit à une lecture suivie ainsi qu’à l’unité de ce prétendu « roman ».

*

Imparfait, on l’a dit, ce roman qui n’est guère qu’une chronique, ou disons plutôt une docu-fiction, une galerie de personnages dont les actions ne sont reliées entre elles que par le vent du désert, Chergui, ce qui est un peu artificiel même si, en donnant un intitulé météorologique à chaque chapitre, il suggère que les hommes sont emportés par les désirs animaux qu’apporte et emporte le vent. Fiction rendue cependant lumineuse par le sourire naïf et l’amour simple de Sese, le petit Congolais malin, « à qui on donnerait le bon Dieu sans confession » (p.192).

Daniel Delas

Pour citer cet article : In Koli Jean Bofane, La belle de Casa. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 15/12/2018, https://apela.hypotheses.org/2858.

AAC : Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Les Laboratoires 

  • d’Etudes et de Recherches sur l’Interculturel. LERIC. URAC 57 (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida),
  • Langues, Littératures, Arts et Cultures. LLAC. (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Mohammed V de Rabat),
  • Didactique, Littérature, Langage, Arts et Tice. DiLiLarTice (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Université Ibn Toufaïl de Kénitra)
  • l’Ecole de Gouvernance et d’Economie. EGE (Université Polytechnique Mohammaed VI )

organisent les 12, 13, 14 et 15 mars 2019 un colloque international sous le thème:

 Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes

Par ce colloque, les organisateurs veulent rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition.

Parce qu’il est né le jour de l’aïd-el-kébir, Khatibi se prénomme Abdelkébir. Entre la fête du sacrifice – ou la Grande Fête – et le sens qu’évoque son patronyme, il n’y pas de lien visible. C’est dans l’invisible, l’implicite ou la nécessité de la réinvention de soi que le jeune auteur flaire le lien. Il vouera toute sa vie à traquer le mystère dont il porte le sceau : un quêteur de signes qui, à son tour, laissera des empreintes de son passage, un penseur à la recherche d’une connexion avec le monde pour en saisir les sens, les significations et l’épaisseur anthropologique.
L’écriture plurale de Khatibi déroute, dérange, interpelle du fait qu’elle se situe entre « recherche sociale et création littéraire ». On l’a qualifiée de « giratoire », de « volatile », d’« oblique »… car elle est travaillée en profondeur par une quête continuelle et un infatigable questionnement. Elle est à la fois exigence, ascèse et jouissance. En effet, écrire pour le penseur de l’aimance, c’est vivre l’expérience de l’écart et du décentrement, c’est être dans le risque du langage, de l’inconnu des formes à faire advenir, de l’ailleurs de la pensée. Qu’il soit poétique, narratif ou essayistique, le geste scriptural de Khatibi investit en permanence l’interstice de l’intellect et de l’affect. Le lire aujourd’hui, suppose un cheminement intellectuel similaire au sien. Cela implique la mise en tension des modes et des codes, la poursuite des traces et des empreintes pour lier ensemble ce que les systèmes et les idéologies séparent, catégorisent et figent. L’auteur fait rencontrer ce qui, sans le travail de l’aimance ne peut jamais être uni. « L’étranger professionnel » qu’il est, effrite les identités figées, et dans un mouvement d’empathie crée de nouveaux liens.
Interroger Khatibi à partir de son écriture, de ses lieux de langage, de son imaginaire, c’est tenter d’appréhender les « forces de vie » qui l’animent. Approcher cet univers d’« images », de « signes », de « traces », de « lettres », et de « marques », c’est tenter de mettre en lumière ce qui les unit souterrainement et s’aventurer à re-découvrir le  cheminement de la pensée, de l’émotion et du dire d’un auteur polygraphe.
L’empreinte laisse entendre une présence qui fut et qui n’est probablement plus. Ce qui reste du passage d’un être après son départ. C’est le signe d’un manque et la marque d’une absence. Mais cette marque est aussi comme une griffe qui fonde certains parcours. C’est cette double figure qu’il faut retrouver aujourd’hui, réexaminer, éclairer de nouveau comme héritage silencieux, héritage sans testament.

Par ce colloque, nous voulons rendre hommage à ce grand esprit qu’est Abdélkébir Khatibi, en commémorant le dixième anniversaire de sa disparition. Les spécialistes et les jeunes chercheurs qui s’intéressent à son œuvre sont invités à présenter des interventions dans les champs – non limitatifs – suivants :

  1. Champs esthétiques : production et réception (arts; critique, littérature, …)
  2. Pluralité des voix (langues; spiritualité, …)
  3. Mutations et hybridité (société; corps; identité, …)
Les propositions de communication feront l’objet d’un résumé de 500 mots maximum permettant d’apprécier la problématique de la recherche et ses modalités de mise en œuvre, et seront accompagnées d’une bibliographie succincte. Elles seront soumises au comité scientifique qui se prononcera sur la pertinence et la rigueur scientifique des propositions de communication. à envoyer sur : Adresse du colloque https://kha2019.sciencesconf.org
  • Date limite de soumission des propositions de communication : 15 novembre 2018
  • Avis d’acceptation : 30 novembre 2018
  • Date limite de soumission des textes définitifs : 17 février 2019
  • Colloque : 12, 13, 14 et 15 mars  2019

URL de référence : https://kha2019.sciencesconf.org/

AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

Appel à communications : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

 Colloque à Rabat, les 9 et 10 novembre 2017. 

À l’initiative du Centre Jacques Berque, un groupe de chercheurs s’est réuni en octobre 2016 à Marrakech autour des manuscrits de l’Ouest saharien et de leur usage. L’objectif était de constituer un premier réseau de chercheurs et d’institutions, appelé à s’élargir, susceptible de faciliter les échanges scientifiques et la formation dans le cadre d’un programme à mettre en place sur plusieurs années. Dans cette perspective, le groupe a décidé d’organiser un premier colloque qui lancera le projet, sur une thématique assez large, pour rassembler des intervenants et poser les jalons de futures rencontres. L’IRHT (CNRS, Paris), la Chaire d’études africaines comparées de l’EGE et le CES (Centre des études sahariennes, Rabat) sont partenaires dans l’organisation de ce colloque.

Les chercheurs souhaitant participer au colloque sont priés d’envoyer :
une proposition (un titre et un texte entre 200 et 250 mots, 1000 et 1500 signes)
en français, en arabe ou en anglais
par message électronique portant la mention : Colloque manuscrits
adressé à : secretariat@cjb.ma
avant le 20 juillet 2017.

Un comité scientifique examinera les propositions. Les auteurs seront avisés fin juillet si leur contribution a été retenue. Les participants sont invités à proposer des communications inédites ; les meilleurs d’entre elles seront sélectionnées pour être publiées dans un numéro de revue.
Chaque participant s’assurera du financement de son séjour à Rabat pour le colloque ; les organisateurs et leurs partenaires apporteront, dans la mesure des moyens réunis, un soutien à ceux qui en feront la demande, particulièrement aux jeunes chercheurs.

Responsables : Sabrina Mervin (CJB) et Ismail Warscheid (CNRS/IRHT).

URL de référence

Télécharger l’appel à communications

Depuis le Moyen Âge tardif, les sociétés de l’aire sahélo-saharienne sont de grands producteurs et consommateurs de l’écrit. Dans une zone allant de la vallée du Sénégal aux montagnes du Hoggar et de l’Aïr, l’essor de l’érudition musulmane, en milieu sédentaire comme en milieu nomade, a pour conséquence la propagation massive d’« écritures ordinaires », selon l’expression de Roger Chartier, qui sont notamment liées à l’institution du notariat ; il s’agit d’un phénomène par ailleurs observable dans de nombreux contextes ruraux du monde arabo-musulman des temps modernes. De plus, l’acculturation à l’islam savant donne lieu à l’émergence progressive d’une riche tradition littéraire couvrant toutes les disciplines du savoir musulman ainsi que les belles-lettres (Rebstock, 2001; Hunwick, 2002; Stewart, 2016). Ce faisant, un commerce de livres florissant se développe à l’échelle transsaharienne qui étend ses réseaux du Caire et des villes du Maghreb jusqu’à la savane (Krätli/Lydon, 2011, Jeppie, 2011). Il a pour corollaire la multiplication de bibliothèques privées (khizāna, pl. khazāʾin) au sein desquelles les ouvrages classiques côtoient la production intellectuelle de l’époque (Touati/Belabid, 2017).
L’étude de ce phénomène est restée, pendant longtemps, relativement marginale dans la recherche africaniste, en particulier en France. Seules les collections de manuscrits de Tombouctou ont acquis une certaine visibilité sans pour autant faire l’objet d’un dépouillement scientifique systématique (Triaud, 2014). Néanmoins, depuis une vingtaine d’années, les projets de numérisation de manuscrits se multiplient, les éditions critiques se font de plus en plus nombreuses, une historiographie s’appuie sur des textes produits par des lettrés sahariens et des études de recueils de fatāwā démontrent l’importance de cette littérature pour écrire une histoire sociale et culturelle de l’espace saharien à partir de voix endogènes (Osswald, 1993 et 2016 ; Ould El-Bara, 1998 et 2009; Lydon, 2009; Hall, 2011; Warscheid, 2017).
Le colloque entend s’inscrire dans ce renouveau des études sur l’islam sahélo-saharien et ses fondements scripturaires en lançant un chantier aussi vaste qu’inexploré, à savoir celui d’une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans les zones désertiques de l’Ouest africain entre le XVIe et le début du XXe siècle. Pour ce faire, nous invitons des contributions s’articulant autour de quatre grands pôles thématiques qui visent à penser le livre manuscrit comme un objet social dont les formes et les manières d’appropriation ont été multiples.

Continuer la lecture de AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français