Archives par mot-clé : Marseille

REAF-JCEA 2018 à Marseille : le film

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF) et les 4èmes Rencontres des Jeunes Chercheurs en Études Africaines (JCEA) se sont tenues à Marseille du 9 au 12 juillet 2018.

Pour l’occasion AB JOY Productions a réalisé un film présentant cet événement. Ce film est visible sur le site du GIS Etudes africaines : http://etudes-africaines.cnrs.fr/actus_gis/reaf-jcea-a-marseille-le-film/

REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Le programme est en ligne !

REAF_JCEA_2018_Programme_court_0706

Les 5èmes Rencontres Scientifiques des Études Africaines en France se tiennent du  9 au 12 juillet 2018 à Marseille, sur le site Saint Charles d’Aix Marseille Université

Soutenue par le GIS Afrique, l’édition 2018 des Rencontres des Études Africaines en France est organisée par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Le Laboratoire Population – Environnement – Développement – (LPED -UMR 151, IRD-AMU)
  • L’Institut des Mondes Africains (IMAF – UMR 8171 CNRS / UMR 241 IRD, AMU, Université Paris 1 Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Pratique des Hautes Etudes )
  • Le Centre Norbert Elias (CNE, UMR 8562, EHESS, CNRS, Université d’Avignon, AMU)
  • L’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS – UMR 205 IRD / UMR 8245 CNRS, Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis, IRD, CNRS)
  • Le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM, AMU).
  • L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-UMR 7310, CNRS, AMU)

En parallèle des REAF 2018 se tiendra la quatrième édition, sur le thème “Les Afriques en débat”, des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA)

Liste des panels des REAF

Programme des REAF

Préambule 

Le continent africain, avec plus d’un milliard d’habitants, sa jeunesse, l’importance de ses ressources naturelles, les grands aménagements qui s’y multiplient et la modernisation qui s’y accélère est souvent associé, dans les médias, aux nouveaux miracles économiques, aux innovations sociales, artistiques et culturelles.
Les politiques économiques et sociales déployées dans les mondes africains viennent rencontrer des enjeux locaux de valorisation et de préservation des pratiques culturelles comme des ressources naturelles alimentant tour à tour afro-pessimisme et afro-optimisme, enchantement et désenchantement, mythologies d’une africanité rimant avec authenticité et d’un développement économique rimant avec modernisation.
La capacité de résistance, de transformation et de résilience des sociétés africaines face aux dominations, aux violences et aux crises, interroge et fascine. Énergie des individus, dynamisme supposé des solidarités, communautés et familles, héroïsme au quotidien des femmes et des plus démunis, élan des mouvements sociaux, créativité religieuse, amplification des circulations licites et illicites, sont mis en avant comme des atouts propres à ce continent. Les versants plus sombres de ces dynamiques interpellent également : prosélytismes et radicalismes armés sur des bases religieuses, culturelles ou communautaires, mobilisation de la sorcellerie dans le champ des concurrences ou des conflictualités  sociales.
Ces illusions, projections, fantasmes et stéréotypes qui collent aux dynamiques plurielles du continent africain sont tenaces, et fondent en partie l’attraction et la séduction exercées par ce continent. Cependant les termes mêmes de domination, de tragédies mais aussi de résistances, d’indocilité ou de résilience, si souvent appliqués au continent africain, risquent d’éluder les rapports historiques, économiques, politiques et sociaux qui s’y jouent.

Les 5e Rencontres scientifiques des Études Africaines en France proposent de revenir sur les mécanismes de construction, de diffusion et d’instrumentalisation de ces représentations. Comment se sont-elles construites ? Comment, dans l’histoire du continent, l’enchantement et ces désenchantements ont-t-ils été fondateurs de multiples formes de convoitises et de dominations ? Qu’en est-il des formes « prolongées » de mises en dépendance héritées d’un passé lointain? Comment sont-elles entretenues ? Les mémoires et les pratiques anciennes ne se prolongent pas seulement dans le présent, et elles devront faire l’objet d’une interrogation en tant que telles. En quoi l’enchantement et ces désenchantements animent-ils des actions politiques nationales et internationales, mais aussi des discours littéraires, politiques, scientifiques et des mobilisations populaires ?

Des ateliers portant sur des thématiques ou des orientations nouvelles de la recherche sur les Afriques, présentant des regards renouvelés sur des objets récurrents, ou mettant l’accent sur des développements récents de la recherche ou des thèmes comparatistes sont attendus. Des ateliers pluridisciplinaires ou interdisciplinaires sont également sollicités. Ils pourront mettre en avant  les thèmes suivants :

Continuer la lecture de REAF 2018 : Afriques enchantées, Afriques en chantiers

Cinquièmes Rencontres des Etudes Africaines en France (REAF 2018)

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France se tiendront à Marseille du 9 au 12 juillet 2018. Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Laboratoire Population – Environnement – Développement (LPED),
  • Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS),
  • Institut des mondes africains (IMAF),
  • Centre Norbert Elias,
  • Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM),
  • Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM).

Comme les quatre précédentes, ces 5es Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2018 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

URL de référence : https://reaf2018.sciencesconf.org/

Comme des rois de Y. Djibaba. Par Daniel Delas

DJIBABA Youssouf, Comme des rois, roman, Marseille, Wildproject, 2014, 217 p.

Dans la cité Carter des quartiers Nord de Marseille vivent Akeem et sa bande de copains, tous nés en 1976. C’est Akeem le Comorien qui fait la chronique de leurs vies :

Plus de sept mille habitants d’origines variées : Maghreb, Sénégal, Comores… C’est une cité très vivante, en perpétuel mouvement, il s’y passe toujours quelque   chose. (p. 15)  La cité Carter, c’était un quartier chaud comme on dit. En général, peu de gens de l’extérieur osaient s’y aventurer de peur de se faire dépouiller – de leurs affaires et de leur voiture. (p.16) Mon équipe c’est cinq gars avec qui j’ai grandi, cinq amis d’enfance, avec qui je partageais toutes mes joies et mes peines. (p. 17)

Il y a Foued le taiseux surnommé Musclor pour son gabarit impressionnant, Philippe, le beau gosse, le « mec à femmes », Baba le sportif surnommé Pelé (« Le foot c’est toute sa vie : il pense, il dort, il mange, il vit foot. »), Youssouf le rigolo avec « ses blagues à un franc » et enfin Brahim, comorien comme Akeem, « un garçon plutôt agressif, un bad boy, un grand bagarreur, avec un goût prononcé pour l’argent facile, les embrouilles, le business des quartiers. Il est né avec la rage. » (p.17)
Brahim est le personnage autour duquel vont tourner les mille et un épisodes du récit, d’abord  parce qu’il finance les sorties « royales » – champagne pour tout le monde ! – de l’équipe mais surtout parce qu’après que ses « conneries » l’ont conduit en prison tout le monde se cotise pour qu’il puisse tenir son rang tandis que lui, en retour, écrit (à son petit frère ou à ses copains) des lettres drôles et émouvantes,  pleines de spontanéité lucide et d’humour, où ce dur, ce frimeur ouvre son cœur et forme des projets d’un nouveau mode de vie. A sa sortie de prison, hélas, il va à nouveau se laisser fasciner par l’argent sale de la drogue, engendrant des rivalités avec d’autres et relançant la sinistre roue des vengeances et des meurtres. Sans trêve ni fin craint l’auteur, malgré le petit espoir  en forme de happy end du dernier paragraphe du livre :

Je veux juste vivre une vie normale. On n’est pas faits pour être des voyous, maintenant je veux juste me lever chaque matin et aller gagner mon pain, honnêtement, faire comme nos pères, vivre avec intégrité en espérant atteindre les étoiles. (p. 213)

Ainsi résumé ce roman risque de sembler bien banal, redisant ce que chacun sait aujourd’hui pour l’avoir lu dans des reportages journalistiques sur les banlieues à risque. Une grande différence existe pourtant : ce récit n’est pas mené de l’extérieur. L’auteur, qui s’est fait un nom comme boxeur, écrit sans prétendre à une quelconque objectivité sociologique, sans multiplier les guillemets ou les italiques pour dire qu’il recueille des propos authentiques, il écrit un français simple (sujet, verbe, complément), avec  des expressions des banlieues qui interviennent naturellement, sans chichis ni recherche du pittoresque. Après un séjour à Paris, le narrateur conclut

C’était un bon petit séjour, mais quand même, une fois rentrés, on se dit qu’il n’y a pas mieux que la cité des fois. (p.145)

Ce qui donne sa richesse à ce texte qu’on pourrait dire pauvre, c’est qu’il est sans cesse irrigué par  l’émotivité : on y pleure souvent parce qu’on s’aime beaucoup, parce que les fils sont très liés à leur famille et à leur mère. Certes ils vivent dans la rue parce que les appartements sont petits et les familles nombreuses, alors les filles restent à la maison et les garçons tiennent les murs mais le lien affectif reste très fort. Comme le dit Brahim en mourant :

« Akeem, dis à ma mère que je m’excuse pour tout le mal que je lui ai fait, occupe-toi d’elle et de la famille. Si je pouvais changer le passé, je souhaiterais n’avoir jamais habité cette cité, n’avoir jamais fait toutes ces conneries qui m’ont conduit à ma perte. » (p.177)

Et Akeem d’ajouter un peu plus loin :

On versait tous des larmes. Même si on faisait les durs dehors, au fond on était resté de vrais enfants. (p. 193)

Ecrit de l’intérieur et plus proche du récit de vie que du reportage, étranger à toute recherche proprement littéraire, un récit touchant et juste.

Daniel DELAS

A noter : Cet ouvrage est une nouvelle édition d’un texte intitulé Les enfants de la cité Carter paru chez L’Harmattan en 2011. Youssouf Djibaba, ancien champion de boxe et travailleur social, vit à Marseille.

https://www.wildproject.org/youssouf-djibaba

Pour citer cet article : Comme des rois de Y. Djibaba. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 01/10/2017, https://apela.hypotheses.org/1640.

JCEA 2018 à Marseille : Les Afriques en débats

Rencontres des Jeunes Chercheur·e·s en Études africaines

Dates : du 9 au 12 juillet 2018

Lieu : Université d’Aix-Marseille, campus Saint Charles, Marseille, France

Thème : Les Afriques en débat

Du 9 au 12 juillet 2018, se tiendra la quatrième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Les Afriques en débat ». L’évènement sera organisé sur le campus Saint Charles de l’université d’Aix-Marseille, en parallèle des cinquièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF).
Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines, sociales et économiques, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.
Les Rencontres 2018 sont marquées par une double ouverture, manifeste dans leur choix d’analyser « les Afriques ». D’une part, se tenant à Marseille, ville carrefour et porte d’entrée sur la Méditerranée, elles réaffirment la nécessité de faire dialoguer les recherches portant sur l’Afrique du Nord, en allant du Maroc à l’Égypte, et l’Afrique sub-saharienne et insulaire. Ce faisant, elles s’interrogent sur les modalités du « grand partage » historique et épistémologique qui a conduit à diviser le continent en deux aires culturelles supposées étanches. Si les Rencontres conçoivent l’Afrique dans son unité géographique, elles veulent, d’autre part, rassembler les jeunes chercheur.e.s travaillant autant sur le continent que sur les groupes et les sociétés qui, bien qu’exilés sur d’autres terres du fait de la Traite, de la diaspora ou de la migration, revendiquent une identité « africaine ».

Proposition de communication scientifique

Les propositions de communication soumettant les Afriques aux « débats » peuvent s’inscrire dans l’un des cinq axes identifiés ci-dessous. Néanmoins, toute proposition de communication dont l’objet porte sur un terrain ou sur une problématique liés au continent africain peut être également soumise. Les propositions de communication mêlant sciences sociales et sciences environnementales ou sciences de la santé sont également les bienvenues. Écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots, les propositions de communication devront être envoyées avant le 15 novembre 2017 sur le site : https://jcea2018.sciencesconf.org/

Proposition de contribution artistique

Parallèlement aux discussions des jeunes chercheur.e.s, les Rencontres souhaitent inviter des chercheurs et des artistes amateurs ou professionnels qui, dans leurs recherches photographiques, littéraires, documentaires, cinématographiques, musicales, théâtrales, etc., convoquant ou non les sciences humaines et sociales, proposent un regard original sur les Afriques. Les Rencontres aspirent ainsi à organiser une « entre-vue » entre recherches artistiques et recherches scientifiques. Les projets de performance, de projection, d’exposition ou de lecture, accompagnés d’un paragraphe explicatif et argumenté, devront être envoyés au comité d’organisation des Rencontres avant le 15 novembre 2017 à cojcea2018@gmail.com

Continuer la lecture de JCEA 2018 à Marseille : Les Afriques en débats