Archives par mot-clé : Maurice

Rencontre avec Shenaz Patel

Lire et écrire pour réparer le silence

vendredi 24 novembre 2017 de 9h à 17h
U. Toulouse-Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle D30

Shenaz PATEL, auteure du Silence des Chagos, « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

L’atelier Lectures : fêlures et réparations (LEFERE), organisé par Anne Coignard (ERRAPHIS), Marie-José Fourtanier (LLA-Créatis), Catherine Mazauric (Aix-Marseille, CIELAM et LLA-Créatis) et Létitia Mouze (ERRAPHIS) dans le cadre de l’opération Mémoires dominées & créations critiques dans les sociétés post-traumatiques (MémoCris) du Labex SMS, tiendra sa journée de clôture le vendredi 24 novembre de 9h à 17h, à la Maison de la recherche de l’université Toulouse-Jean Jaurès.

Nous aurons le plaisir d’y accueillir

  • Constance de GOURCY (Aix-Marseille) : « Récits d’absence et variations du silence » ;
  • Sophie DJIGO (Lille) : « Sur les traces des migrants de Calais »
  • Shenaz PATEL (écrivaine, Maurice) : « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

Ces conférences seront suivies d’une table-ronde autour de l’œuvre de Shenaz Patel (notamment Le Silence des Chagos, L’Olivier, 2005) et d’une séance de signatures à la librairie Études du Mirail.

Programme détaillé et affiche téléchargeable :

http://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/manifestations-scientifiques/lectures-felures-et-reparations-530109.kjsp?RH=ACCUEIL_LLA-CREATIS

Alma de J.M.G. Le Clézio, un roman panthéiste. Par Daniel Delas

JMG Le Clézio, Alma, Gallimard, 2017, 342 pages

Un roman éclaté en 44 « chapitres » non connectés l’un à l’autre par une intrigue cheminant vers une fin attendue, souvent indépendants de toute linéarité narrative. Cette mosaïque forme cependant par la grâce de l’écriture un tout sombre et lumineux à  la fois, lumineux comme le vaste pan de mer scintillant sous le soleil que les esclaves marrons apercevaient à travers le feuillage des forêts montagneuses qui les abritaient, sombre de cette obscurité étoilée et moite des forêts tropicales de l’intérieur de l’ile Maurice.
Et d’ailleurs la composition des 44 séquences du livre alterne caractères romains (15 séquences) et caractères italiques (29 séquences) : les séquences en italiques appartiennent à Dodo, sombre mauricien issu de la branche maudite des Felsen, au visage rongé par une sorte de lèpre, ultime rescapé des désastres historiques comme l’oiseau dont il porte le nom,

Dodo. Such a dodo (p. 17). Je suis Dodo, just a dodo (p. 244). Mon nom est Dodo  (p. 293). Je suis Dodo, Dodo Fe’sen, Cour de ros, Lézard, né pour faire rire, pour   voyager, pour être l’admirable hobo (p. 321).

Clochard céleste qui découvrira Paris et mourra à Nice (ville natale de Le Clézio / Jérémie) :

Je reste immobile dans le soleil d’or, les yeux levés vers l’intérieur de ma tête puisque   je ne peux pas dormir, un jour mon âme va partir par un trou dans ma tête, pour         aller au ciel où sont les étoiles
Les jours et les nuits s’attachent, sans se casser, c’est un lent sac et ressac, un grand     ballet qui emporte les gens (p.328).

Les séquences en romain appartiennent elles à Jérémie, autre Felsen, alter ego de l’auteur  auquel on peut prêter la blondeur lumineuse de JMG Le Clézio.

Histoires croisées donc : Jérémie vient à Maurice pour retrouver le pays, la famille et le domaine (Alma) de son père qui a quitté l’île à seize ans et n’y est jamais revenu ; Dodo est une sorte d’être difforme et drôle qui va aller dans l’autre sens à la découverte de la France. Peut-être  ne sont-ils que les deux faces d’un seul et même personnage ?
Résumer leurs actions selon un fil narratif est sans doute possible quoique difficile puisque chaque séquence les présente dans un environnement différent et non relié aux autres épisodes mais cela ne fera pas comprendre le charme du livre, pourquoi le lecteur, sans qu’on ait besoin de lui expliquer les détails historiques ou les motivations psycho-sociologiques des personnages et des actions relatées, ne lâche pas la lecture de ce best-seller, comme enchanté.
Le charme sourd de l’imprécision voulue des lieux et des temps évoqués qui installe le lecteur dans un ailleurs où peut « naître » (et non « renaître ») le passé. Quand la vieille Emmeline remonte dans ses souvenirs

Bien sûr ce n’est pas pour moi qu’Emmeline raconte, c’est pour faire naître le passé, un passé si lointain qu’il n’y a plus qu’elle qui s’en souvient, ce souffle léger qui vacille, petite flamme pâle prête à s’évanouir (p. 315)

Dans Alma, le passé ne cesse de naître sans jamais se fixer, sans jamais se figer en histoire. Le personnage d’Aditi, jeune femme sans lien avec les autres personnages et qui, enceinte à la suite d’un viol, va accoucher dans la forêt, est le modèle exemplaire de ce panthéisme, elle qui se sent dans une symbiose totale avec la nature

La lumière entre en elle, la réchauffe au plus profond. Aditi respire lentement, le visage levé vers le ciel. La lumière qui grandit dans les gorges défait toute résistance, dénoue tous les liens et la lance dans l’espace (p.192)

Un roman atemporel et spirituel que les lecteurs de notre époque, saturés d’information, attendaient.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Alma de J.M.G. Le Clézio, un roman panthéiste. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 06/11/2017, https://apela.hypotheses.org/1652.

Nathacha Appanah. Par Daniel Delas

Mon enfant, ma sœur / Songe à la douceur / D’aller là-bas vivre ensemble…

Là-bas c’est le lieu enchanté dont rêvent les personnages des romans de Nathacha Appanah, les pauvres Indiens engagés pour remplacer les esclaves noirs de l’île Maurice, la jeune fille de basse caste rêvant des promesses de mariage d’un riche héritier brahmane, les enfants fugueurs « impatients d’échapper à la gravité de leurs destins », les femmes exilées en quête du bonheur d’aimer et, enfin, dans son dernier roman, les deux adolescents rivaux de Mayotte.
Le premier roman de Nathacha Appanah a un fort caractère historique, nourri d’une documentation précise. Il relate avec beaucoup de réalisme comment les Indiens pauvres de l’intérieur de la péninsule indienne dont la vie est certes très rude quoiqu’un peu adoucie par la solidarité communautaire sont attirés par  la rumeur chuchotant qu’à Maurice, il suffit de soulever les rochers pour trouver de l’or. Alors ils vont voir le recruteur (le maistry), signent d’une croix un contrat qu’ils ne comprennent pas et les voilà embarqués vers un eldorado qui s’avèrera un enfer esclavagiste. Quoiqu’il soit parasité dans sa construction par des épisodes trop sensationnalistes comme le journal du médecin anglais fou, le roman vaut pour une juste appréhension de l’éthos de ces hommes qui n’ont pas de voix ni même de sentiments propres :

Das était un enfant des rues. Sa mère avait accouché de lui dans un caniveau et c’est là qu’il avait grandi. Parmi d’autres enfants nés dans le caniveau. (…) Il n’avait rien connu d’autre, il ne pouvait pas dire qu’il avait été malheureux. Il ne pouvait pas dire non plus qu’il avait été heureux – d’ailleurs, il n’arrivait pas à se faire une idée juste de ce que voulait dire ce mot.
Heureux.

La suite de l’œuvre romanesque marque une inflexion notable. Mettant en sourdine cette dimension socio-historique, la romancière indo-mauricienne va adopter un centrage, faut-il dire plus psychologique ? disons plutôt plus affectif. Réduits à leur intrigue, certains romans sembleraient se ramener à des harlequinades sentimentales – dans Blue Bay Palace par exemple un homme séduit une jeune fille pauvre sans lui dire qu’il va bientôt se marier avec une riche héritière choisie par la famille. Mais ce serait faire fausse route que d’analyser ainsi pareille oeuvre et d’ailleurs, à ce compte, Madame Bovary ne serait qu’un roman-feuilleton alors qu’on s’accorde à y voir une forte peinture de la société de son temps et des illusions sentimentales qu’elle génère. Ce qui interpelle Nathacha Appanah, c’est la nature du lien entre les êtres, compte tenu de la société inégalitaire du monde mauricien. Parti pris des êtres compte tenu du social, pourrait-on dire en parodiant Ponge.
L’ampleur de cette vision du monde de Nathacha Appanah ne va pleinement se développer que par l’entremise du double telle qu’elle va s’épanouir dans Le dernier des frères et Tropique de la violence. Qu’ils narrent une histoire collective comme sa première fresque historique ou une aventure individuelle comme celle de la jeune fille abusée de Blue Bay Palace, ses précédents romans avaient laissé chacun enfermé dans son corps et son esprit individuel.

Continuer la lecture de Nathacha Appanah. Par Daniel Delas

Espaces, mémoire et savoirs dans l’oeuvre d’Ananda Devi

Appel à contribution pour le hors-série n° 3 de la revue Mosaïques

Ananda Devi occupe une place de choix dans le champ littéraire francophone. Saluée par la critique dès ses tout premiers textes, elle a depuis confirmé son talent à travers une œuvre abondante et pluri-générique, qui se fonde sur une écriture « intimiste » et « engagée » (Issur, 2012), à la fois douce et violente. La qualité et le nombre de prix engrangés, la consécration éditoriale depuis 2006 avec l’entrée dans la prestigieuse collection « Blanche » de chez Gallimard, la qualité et le nombre de plus en plus croissant des études universitaires qui lui sont consacrées témoignent d’une œuvre de grande amplitude et digne d’intérêt. D’un livre à un autre, l’art de Devi s’affirme comme un regard spécifique sur le monde et sur les hommes. Son sens aigu d’observation et sa capacité à saisir des destins improbables confèrent à sa poétique un cachet particulier. En rupture avec les conventions, dépouillée de boursoufflures et de surenchère rhétorique, cette écriture extrait de la langue toutes les sonorités dont elle est capable, toutes ces « possibilités émotives » (Italo Calvino, 1989), ce qu’elle peut évoquer de sensations, pour capter la variété du monde et restituer des discours intimes, des mémoires mal enfouies ou boudées, des espaces interdits, des savoirs mineurs ou minorés qui resteraient dans l’anonymat. Cette écriture s’enracine profondément dans le terreau africain, notamment mauricien, et se caractérise mêmement par une force d’arrachement phénoménale pour se hisser au niveau de l’universel et traiter des problématiques touchant à l’humanité entière. Espaces, mémoires, savoirs, langues et codes locaux et globaux interagissent pour donner lieu à une œuvre ouverte qui, pour se construire, explore diverses spatialités, temporalités, épistémès, dont l’épaisseur symbolique n’a pas encore été suffisamment questionnée.

S’écartant provisoirement des problématiques usuellement débattues sur l’œuvre de Devi, ce numéro hors-série de la revue transdisciplinaire Mosaïques veut explorer son univers de fiction et rendre hommage à cette auteure prodigieuse, en s’efforçant d’appliquer à son écriture fusionnelle des genres, langues, registres, voies/voix, et codes, etc. un regard attentif à la prolifération des espaces et des savoirs, ainsi qu’à la permanence des questions mémorielles.

Les propositions, en français et d’une longueur maximale de 300 mots au plus, accompagnées d’une bibliographie indicative et d’une brève présentation de l’auteur, suivront les axes non-exhaustifs ci-dessous et seront adressées à : Jean Claude Abada Medjo (jccarka@yahoo.fr), Tél. (+237675651820) et Kumari Issur (kumari@uom.ac.mu), tél. (+23057833837)

Axes possibles

  • L’inspiration spatiale
  • L’histoire et la mémoire
  • Les savoirs du texte
  • Utopie, dystopie, uchronie
  • Les fictions du moi
  • Le mélange des genres
  • Le brassage des cultures
  • Le métissage des langues
  • Le mélange des registres
  • La polyphonie et l’intertextualité
  • La circulation entre les arts
  • La présence des médias
  • L’hybridité et l’identité
  • Le corps-mémoire, l’érotisme
  • Le désir et le plaisir (du texte)

Calendrier à retenir :

  • Propositions de contribution le 6 juin 2015
  • Avis d’acceptation ou de refus : 15 juin 2015
  • Réception des contributions définitives : 15 septembre 2015
  • Parution du hors-série : décembre 2015.

Rencontre autour de la littérature mauricienne et de la parution de “Paradis blues” de Shenaz Patel

 Dimanche 22 juin à 16h, à la librairie Le Merle moqueur (51 rue de Bagnolet, Paris 20e), à l’occasion de la parution de Paradis blues de Shenaz Patel aux Editions Vents d’ailleurs, coll. “Pulsations”, une rencontre a lieu autour de l’ouvrage et de la littérature mauricienne. Avec Tirthankar Chanda (RFI), Julie Peghini (université Paris 8), l’éditrice Jutta Hepke et les directeurs de collection, Claire Riffard et Jean-Pierre Orban. Avec, également, un entretien enregistré de Shenaz Patel.

Après le succès critique de La Sourde Violence des rêves du Sud-Africain K. Sello Duiker, la collection “Pulsations” aux Editions Vents  propose un texte de l’auteure mauricienne Shenaz Patel: Paradis blues. Déjà remarquée pour Sensitive (2003) et Le Silence des Chagos (2004) tous deux parus aux Editions de L’Olivier, mais aussi pour son théâtre et sa défense du créole (elle a traduit deux aventures de Tintin et même une oeuvre de Beckett), Shenaz Patel choisit de raconter ici à la première personne l’itinéraire d’une jeune femme, Mylène, coincée entre ses rêves d’évasion et les pressions d’une société, d’une famille et d’une île qui l’enserrent. Le texte a fait l’objet d’une représentation théâtrale au Festival des Francophonies de Limoges en 2009.

Shenaz Patel, Paradis blues, La Roque d’Anthéron, Editions Vents d’ailleurs, coll. “Pulsations”, 2014, 64 pages. http://www.ventsdailleurs.fr