Archives par mot-clé : Mayotte

Œuvres complètes de David Jaomanoro

L’Equipe d’Accueil ECRITURES a le plaisir de vous annoncer la parution de

DAVID JAOMANORO

Œuvres complètes
Édition établie et présentée par Dominique Ranaivoson

Paris : éditions Sépia, 2017, 398 p. –
ISBN : 979-10-334-0125-4

ETUDES LITTÉRAIRES, CRITIQUES LITTÉRATURE OCÉAN INDIEN Madagascar Mayotte

David Jaomanoro (Madagascar 1953 – Mayotte 2014) a écrit toute son œuvre en français : poésie, théâtre, nouvelles. Encore en partie inédite ou difficile d’accès, la voici présentée dans cet ouvrage. Ces témoignages sur l’auteur et ces analyses sur ses textes permettront d’entrer dans cette œuvre simple, drôle, traversée par des personnages issus de régions et de milieux variés, qui est aussi le lieu d’expériences langagières étonnantes, de prises de position audacieuses et d’une réflexion subtile sur la situation sociale à Madagascar et à Mayotte.

Nathacha Appanah. Par Daniel Delas

Mon enfant, ma sœur / Songe à la douceur / D’aller là-bas vivre ensemble…

Là-bas c’est le lieu enchanté dont rêvent les personnages des romans de Nathacha Appanah, les pauvres Indiens engagés pour remplacer les esclaves noirs de l’île Maurice, la jeune fille de basse caste rêvant des promesses de mariage d’un riche héritier brahmane, les enfants fugueurs « impatients d’échapper à la gravité de leurs destins », les femmes exilées en quête du bonheur d’aimer et, enfin, dans son dernier roman, les deux adolescents rivaux de Mayotte.
Le premier roman de Nathacha Appanah a un fort caractère historique, nourri d’une documentation précise. Il relate avec beaucoup de réalisme comment les Indiens pauvres de l’intérieur de la péninsule indienne dont la vie est certes très rude quoiqu’un peu adoucie par la solidarité communautaire sont attirés par  la rumeur chuchotant qu’à Maurice, il suffit de soulever les rochers pour trouver de l’or. Alors ils vont voir le recruteur (le maistry), signent d’une croix un contrat qu’ils ne comprennent pas et les voilà embarqués vers un eldorado qui s’avèrera un enfer esclavagiste. Quoiqu’il soit parasité dans sa construction par des épisodes trop sensationnalistes comme le journal du médecin anglais fou, le roman vaut pour une juste appréhension de l’éthos de ces hommes qui n’ont pas de voix ni même de sentiments propres :

Das était un enfant des rues. Sa mère avait accouché de lui dans un caniveau et c’est là qu’il avait grandi. Parmi d’autres enfants nés dans le caniveau. (…) Il n’avait rien connu d’autre, il ne pouvait pas dire qu’il avait été malheureux. Il ne pouvait pas dire non plus qu’il avait été heureux – d’ailleurs, il n’arrivait pas à se faire une idée juste de ce que voulait dire ce mot.
Heureux.

La suite de l’œuvre romanesque marque une inflexion notable. Mettant en sourdine cette dimension socio-historique, la romancière indo-mauricienne va adopter un centrage, faut-il dire plus psychologique ? disons plutôt plus affectif. Réduits à leur intrigue, certains romans sembleraient se ramener à des harlequinades sentimentales – dans Blue Bay Palace par exemple un homme séduit une jeune fille pauvre sans lui dire qu’il va bientôt se marier avec une riche héritière choisie par la famille. Mais ce serait faire fausse route que d’analyser ainsi pareille oeuvre et d’ailleurs, à ce compte, Madame Bovary ne serait qu’un roman-feuilleton alors qu’on s’accorde à y voir une forte peinture de la société de son temps et des illusions sentimentales qu’elle génère. Ce qui interpelle Nathacha Appanah, c’est la nature du lien entre les êtres, compte tenu de la société inégalitaire du monde mauricien. Parti pris des êtres compte tenu du social, pourrait-on dire en parodiant Ponge.
L’ampleur de cette vision du monde de Nathacha Appanah ne va pleinement se développer que par l’entremise du double telle qu’elle va s’épanouir dans Le dernier des frères et Tropique de la violence. Qu’ils narrent une histoire collective comme sa première fresque historique ou une aventure individuelle comme celle de la jeune fille abusée de Blue Bay Palace, ses précédents romans avaient laissé chacun enfermé dans son corps et son esprit individuel.

Continuer la lecture de Nathacha Appanah. Par Daniel Delas

AAC : Représentations sociales des îles dans les discours littéraires francophones

Appel à communications – Colloque international

Les représentations sociales des îles dans les discours littéraires francophones : du voyage à l’utopie

Le Département Lettres-Sciences Humaines du Centre Universitaire de Mayotte organise un colloque international à Dembéni les 29 et 30 mars 2017.

Modalités :

Envoi des propositions d’intervention (avant le 30 septembre 2016) :

Les propositions (titre et résumé : 300 mots maximum) et une brève notice biobibliographique de l’auteur (statut, rattachement scientifique, champ de recherche : 70 mots maximum) sont à envoyer aux adresses suivantes :

buata.malela@univ-mayotte.fr,  linda.rasoamanana@univ-mayotte.fr, gedes.972@gmail.com

Réponse du comité scientifique : 30 novembre 2016 au plus tard.

Une sélection des contributions au colloque fera l’objet d’une publication collective.

Argumentaire

Déjà dans l’Antiquité grecque, la représentation de l’île « réelle » ou « fantasmée » – pour reprendre le titre d’un collectif dirigé en 2012 par Diana Cooper-Richet et Carlota Vincens-Pujol – touche à la question du « voyage », de la « littérature » et de l’« insularité ». On a là trois manières par lesquelles les îles ont été abordées particulièrement dans le discours littéraire occidental comme l’illustre à sa manière le titre du recueil poétique d’Édouard Glissant, Pays rêvé, pays réel (1985). L’Île, c’est le lieu, l’île est irruée toujours selon Glissant à la suite d’Aimé Césaire, Lieu de tous les possibles ; là où le continent aurait une autre configuration spatiale et donc un système de représentation correspondant. Dans les lettres cubaines, l’île présente plusieurs aspects allant du positif au négatif (José Lezama Lima, Dulce María Loynaz…). Mais chez Alejo Carpentier (1930), l’île est lieu d’insolite : c’est le quotidien, celui que nous trouvons à l’état brut latent, omniprésent. Ces deux conceptions complémentaires ne sont pas si éloignées de celles que l’on retrouvait déjà dans l’Odyssée d’Homère (fin du VIIIe siècle ACN) : diverses péripéties d’Ulysse l’amènent à séjourner d’île en île, avant d’atteindre sa demeure à Ithaque. Dans cette œuvre, l’île est associée à un cheminement initiatique pour le héros antique, pris dans un certain quotidien. L’Odyssée d’Homère qui symbolise le voyage notamment se constitue en modèle pour la littérature qui le suivra dans les temps ultérieurs.

Continuer la lecture de AAC : Représentations sociales des îles dans les discours littéraires francophones