Archives par mot-clé : Mbougar Sarr

Formes de réflexivité sénégalaises

Littératures, voix et écritures

Journée d’étude – Montpellier, 19 mars 2024

Programme

9h Accueil

9h15 Présentation par Lambert Barthélémy et Steen Bille Jörgensen

9h30 Hans-Jürgen Lüsebrink (Saarbrücken) : Puissance des rumeurs, présence des médias, résistance de l’écrit et de l’imprimé – sur les rapports entre oralité et écriture dans l’œuvre de Mohamed Mbougar Sarr (De purs hommes, La plus secrète mémoire des hommes)

10 h15 Simon Hartling (Copenhague) : Africanité et francité – de Senghor à Fatou Diome

 11h Pause café

11h15 Nafissatou Dia Diouf (Paris) : Lecture/Intervention et questions du public

12 h Pause

14h Serigne Seye (UCAD Dakar) : Doomi Golo et Les Petits de la guenon de Boubacar Boris Diop : comment traduire et mettre en voix le métadiscours

14h45 Steen Bille Jørgensen (Aarhus) : Des espaces écrits et des voies insoupçonnées – La voix de Ken Bugul et les procédés d’écriture dans Rue Félix-Faure

15h30 Pause

15h45 Pape Samba Kane : Lecture/Intervention

16h30 Débat de clôture

Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr

Colloque international

organisé par Sarah Burnautzki (Universität Heidelberg), Abdoulaye Imorou (University of Ghana) et Cornelia Ruhe (Universität Mannheim)

Université de Mannheim, 15-16 mai 2023

Die Tagung setzt sich zum Ziel, das bisherige Werk des Autors aus ganz unterschiedlichen literaturund kulturwissenschaftlichen Perspektiven aufzuarbeiten und zu diskutieren. Es geht explizit nicht nur um eine Kontextualisierung Mbougar Sarrs als Autor des Senegals, des subsaharischen Afrikas oder der frankophonen Literatur (wenn man sie denn als Gegenbegriff zur  französischen Literatur betrachtet).
Vielmehr ist es das Ziel, Mbougar Sarrs Texte als solche zu analysieren, aber auch als Stellungnahmen zu politisch brisanten Themen von globaler Relevanz (wie etwa der Migration, der Errichtung eines islamischen Staats oder der Homophobie). Sein Agieren im Literatursystem Frankreichs, aber auch seine metaliterarische Dekonstruktion desselben in seinem jüngsten Roman wird ebenso im Zentrum des Interesses stehen wie seine posture als Autor. Die unsere Diskussionen leitende Aufgabenstellung wird es sein, die literaturhistorisch gängige Verortung von Autor:innen aus dem subsaharischen
Afrika zum Ausgangspunkt zu nehmen, um neue, Text wie Autor in vollem Umfang gerecht werdende Forschungsperspektiven zu entwickeln.
Es wurde Wert darauf gelegt, Forscher:innen unterschiedlicher
Qualifikationsstufen und mitunterschiedlichen universitären Verortungen (Eswatini, Frankreich, Kanada, Niederlande, Belgien, Senegal, Südafrika, USA) einzuladen.

Zu unserer großen Freude wird der Autor selbst zu einer Lesung aus
seinem jüngsten, preisgekrönten Roman sowie für eine Diskussion mit dem Publikum in Mannheim sein. Dieser Abend sowie die Podiumsdiskussion mit Vertreter:innen aus der Verlagslandschaft sowie einem Literaturblogger sind für ein interessiertes Publikum geöffnet.

Consulter le programme détaillé

Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr

URL de référence : https://www.uni-mannheim.de/news/radio-feature-zu-mohamed-mbougar-sarr/

Im Labyrinth der Verlage (Table-ronde avec Raphaël Thierry, Isabel Kupski, Réassi Ouabonzi – Modération et traduction : Cornelia Ruhe)

Rencontre avec Mohamed Mbougar Sarr

Consulter l’argumentaire

AAC: Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr

Colloque international

Université de Mannheim, 15-16 mai 2023

organisé par Sarah Burnautzki, Abdoulaye Imorou et Cornelia Ruhe

Les propositions d’environ 300 mots en français ou en anglais accompagnées d’une brève notice biobibliographique devront parvenir par courriel aux responsables du colloque avant le  31 mai 2022 (sarah.burnautzki@rose.uniheidelberg.de, aimorou@ug.edu.gh, ruhe@phil.unimannheim.de).

Argumentaire :

Le Prix Goncourt 2021 pour La plus secrète mémoire des hommes ne fait que confirmer ce que savent déjà les personnes qui suivent la carrière impressionnante de Mohamed Mbougar Sarr depuis ses débuts en 2014: c’est un auteur au talent exceptionnel, d’une grande érudition et qui ne recule pas devant les sujets à envergure politique.
Depuis ses débuts avec la nouvelle « La Cale », qui ose la descente dans une cale de bateau négrier et qui a obtenu le Prix StéphaneHessel, les textes de Mohamed Mbougar Sarr connaissent un succès qui ne se dément pas auprès du public et de la presse. Son premier roman, Terre ceinte, publié en 2015, inspiré dun fait réel, la lapidation dun jeune couple par des fondamentalistes religieux à Tombouctou, est tissé dune histoire de violence, de résistance et de liberté. Le deuxième, Silence du chœur, sorti en 2017 évoque l’immigration africaine en Europe à travers le prisme dun roman qui multiplie et entrelace les perspectives et les récits. Les deux romans ont remporté des prix littéraires de grand renom (le Prix AhmadouKourouma, le Grand prix du roman métis et le prix du roman métis des lycéens pour Terre ceinte ; le Prix du roman métis des lecteurs, le Prix littéraire de la Porte Dorée et le Prix Littératuremonde pour Silence du chœur), tandis que son troisième roman De purs hommes, qui traite de l’homophobie au Sénégal, a suscité une vive polémique dans le pays d’origine de l’auteur certains ont cru bon d’annoncer sur les réseaux sociaux qu’ils retireraient leurs félicitations au Goncourt en raison de son « apologie de l’homosexualité ». Terre ceinte a déjà été traduit en anglais et italien, et les droits de traduction de La plus secrète mémoire des hommes ont été vendus (à un prix élevé) dans plusieurs pays quelques semaines avant la remise définitive du Goncourt. Enfin, en 2021, le jury du prix Goncourt, chargé de récompenser le « meilleur ouvrage d’imagination en prose », a choisi La plus secrète mémoire des hommes, un roman inspiré par l’ascension littéraire extraordinaire de lécrivain malien Yambo Ouologuem, surpassée seulement par sa chute littéraire désormais légendaire et qui offre une métaréflexion littéraire subtile, détaillée et lucide sur lhistoire de la littérature africaine ainsi que sur le milieu littéraire parisien.

Audelà des romans, Mohamed Mbougar Sarr intervient également de façon remarquable dans des blogs, la presse écrite ou encore des ouvrages collectifs. On se souvient du blog Choses
Revues qu’il a animé dès 2010 et dans lequel il a fait ses armes et du collectif Politisezvous il participait à la redéfinition de l’engagement politique.
Malgré ces succès incontestables, l’œuvre de Mohamed Mbougar Sarr n’a, à ce jour, pas encore retenu toute l’attention de la critique universitaire à laquelle notamment le dernier roman fait pourtant de nombreux clins d’œil. Nourris d’un savoir académique auquel ils rendent hommage, les romans de Mbougar Sarr sont accessibles à différents niveaux : ils abordent les thèmes suivants :

  • La résistance à et l’engagement contre des régimes totalitaires, des idéologies oppressantes,
  • La question de l’exil,
  • La problématique du champ littéraire francophone,
  • Le rôle de l’auteur,
  • Le rapport entre le réel et la fiction.

Au cours de ces journées, nous chercherons à comprendre les modalités narratives qui permettent à l’auteur de transformer le politique en littérature, mais aussi à situer son œuvre dans un contexte littéraire actuel qui semble s’ouvrir à l’histoire.

Le labyrinthe littéraire de Mohamed Mbougar Sarr. Colloque international, Mannheim, mai 2023

Migrer d’une langue à l’autre ?

Migrer d’une langue à l’autre ?

Présence des langues africaines en France

Mercredi 8 décembre 2021 de 10h à 18h

Musée national de l’histoire de l’immigration

Paris, Porte Dorée

Cette journée met l’accent sur la présence en France des langues africaines, notamment dans le domaine culturel. Des personnalités issues de domaines divers viendront dialoguer et réfléchir aux pratiques liées à ces langues, à leur place sur les scènes culturelles et artistiques contemporaines et à leur hybridation avec le français.

Programme de la journée

10h : Accueil par Pap Ndiaye, Directeur général de l’EPPPD

10h10 – 10h30 : Séance d’ouverture sur les enjeux liés à la présence des langues africaines en France

  • Paul de Sinety, DGLFLF,
  • Laurent Roturier, DRAC Ile-de-France,
  • Nivine Khaled, Directrice de la Langue française et de la Diversité des Cultures francophones à l’OIF. 

10h30 – 12h30 : Les langues africaines entre pratiques et représentations

  • Alexandrine Barontini, Inalco,
  • Fabienne Leconte, sociolinguiste, université de Rouen-Normandie,  
  • Manon Reynaud, association Causons,
  • Nabil Wakim, journaliste au Monde,
  • Anne Zribi Hertz, grammairienne.

14h – 15h30 : Des expressions artistiques en toutes langues : théâtre et musique

  • Hassane Kassi Kouyaté, directeur du « Festival Les Francophonies » et Zébrures d’automne (sous réserve),
  • François Bensignor, journaliste spécialisé dans les musiques du monde,
  • Naïma Huber-Yahi, directrice-adjointe du Festival Villes des musiques du monde,
  • Manoute Seri, directeur de L’Afrique Festival à Strasbourg.
  • Dominique Caubet, Inalco

16h – 17h : La part des mots de l’Afrique – les Glossaires de l’administration française et le Dictionnaire des francophones

  • Danièle Wozny, Maison de la sagesse
  • Mona Laroussi, directrice de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation à Dakar.

17h – 18h : Vitalité de la littérature africaine en France

  • Abigail Assor, (Aussi riche que le roi, Gallimard, 2021),
  • Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie et de littérature à l’université Columbia de New York,
  • Souleyman Diamanka, (Habitant de nulle part, originaire de partout, Editions Points, 2021)
  • Mohamed Mbougar Sarr, écrivain lauréat 2021 du prix Goncourt pour La plus secrète mémoire des hommes, Philippe Rey/Jimsaan (sous réserve).

En direct depuis le Musée : émission « De vive(s) voix » avec Pascal Paradou (Radio France International)

URL de référence : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2021-11/migrer-d-une-langue-l-autre