Archives par mot-clé : Mémoire

Construction mémorielle et imaginaire des sociétés contemporaines

Cette journée d’étude organisée par les universités de Metz (Écritures UR 3943), Paris 3 (THALIM UMR 7172) et Strasbourg (Configurations Littéraires UR 1337) envisage une réflexion sur le thème de la “Construction mémorielle et les imaginaires des sociétés contemporaines africaines”. Elle vise à favoriser la rencontre et le dialogue des doctorant.e.s en francophonie qui auront l’occasion de présenter leurs travaux et d’échanger avec leurs pairs à partir de cette thématique centrale.

Journée d’études du 030622

URL de référence : http://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/journees-detudes-doctorales/jed-construction-memorielle-et-imaginaire-des-societes

The Legacy of a Troubled Past

Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century

Les Presses Universitaires de Provence et Liverpool University Press ont le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage collectif The Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century (coll. « Sociétés contemporaines », 2022) sous la direction de Bernard Cros, Mathilde Rogez et Gilles Teulié.

Présentation de l’ouvrage

Since the advent of democracy in 1994, South Africa has been engaged in an unprecedented exercise of national soul-searching, torn between the need to lay to rest centuries of racial conflict and the desire to come to terms with its traumatic history.
This book asks whether the country has begun to turn the corner on the legacy of collective hurt. To do so it ranges in scope across 350 years of South African history, encompassing the struggle against the apartheid regime, the downfall of white supremacy, the Truth and Reconciliation Commission and the first 25 years of democracy, up to more recent movements, such as #RhodesMustFall, or the inquests into the 2012 Marikana massacre, that point to the persistence of traumatic memory in contemporary society.
The authors assembled here set out to analyse the representation of such memory, how it has been woven into narratives, recorded, preserved and questioned, and how issues of individual and collective responsibility have been grafted onto it through the visual arts, literature, political discourse and public action.
In focusing on memory along with its derived forms of memorialization, collective memory, nostalgia, or post-memory, our contributors pose a fundamental question: is South Africa finally coming to the end of the post-apartheid transition period? Do the decades of memory work on racial violence and repression examined here hold out hope for the nation to make peace with its past?

Table des matières

 
Introduction : Bernard Cros, Mathilde Rogez, Gilles Teulié

1. The Struggle, Past and Present: the Memorialisation of Violence

  • Sabine Marschall, ‘Bruised Landscape of Memory: The Vandalism, Abuse and Neglect of Statues and Commemorative Monuments in South Africa.’
  • Fanny Robles, ‘On the (In)Appropriate Ways to Remember Racial Oppression: Brett Bailey’s Exhibit A and B.’
  • Annael Le Poullennec, ‘How to Remember Marikana: Memory, Narratives and mise en scène.’

2. The Ambiguous Memorialisation of Heroes

  • Brenda Schmahmann, ‘Monumental Disruptions: Usha Seejarim’s Commemorations of Mahatma Gandhi and Nelson Mandela.’
  • Mélanie Joseph-Vilain, ‘Commemorating Piet Retief: Justin Cartwright’s Up Against the Night (2015).’
  • Shannen L. Hill, ‘Borrowing Biko: Visual Critiques of Capitalism in South Africa.’

3. Learning and Unlearning: Memories and/for the Future

  • Fiona McCann, ‘“Unlearning” the Past, Reappraising the Present in Antjie Krog’s Life Writing: The Double Valence of Disposition.’
  • Philippe Denis, ‘Memory Work with IV/HIV Positive Children under Antiretroviral Treatment in KwaZulu-Natal.’
  • Cécile Perrot, ‘Youth, Memory and Politics in Post-Apartheid South Africa.’

Epilogue : Gary Baines, ‘From Reconciliation to Contentious Co-existence: Memory Work and Wars in Post-apartheid South Africa.’

Pour commander :
ISBN 979-10-320-0349-7
ISSN 2265-5913

https://presses-universitaires.univ-amu.fr/the-legacy-of-a-troubled-past

Errances au Rwanda et ailleurs

Retisser l’espoir : récits sur la séparation des familles lors du génocide contre les Tutsis au Rwanda en 1994 : recherches et devenir

Mukamulindwa, Béatrice ; de Fonvent, Anne ; Lange, Christine ; Gabriel, Yves. Liège : Ville de Liège ; CCMES, mars 2019, 154 p., cartes, ill. photos NB [pas d’ISBN]

Retisser l’espoir est un nouveau recueil de témoignages auprès de rescapés de l’entreprise génocidaire de 1994. Encore un, dira-t-on, alors que Jean Hatzfeld en est aujourd’hui à son sixième livre relevant de cette démarche, et que, bien entendu, il n’est pas le seul à explorer cette mémoire traumatique. Pensons entres autres à SurVivantes d’Esther Mujawayo et Souâd Belhaddad, ou plus récemment aux Cahiers de mémoire édités par Florence Prudhomme.

Mais ce livre-ci est différent. En quoi ? Disons d’abord que son propos est modeste et que son horizon est pratique. Côté modestie, relevons que ce n’est même pas un « vrai » livre : ses auteurs en parlent comme d’une « brochure » et ils n’ont, semble-t-il, même pas demandé pour lui un ISBN ; il n’est pas vraiment commercialisé (voir infra cependant) et son impression, quoique fort propre et soignée, est d’une sobriété extrême, sans doute pour en diminuer le coût. Quant au but qu’il poursuit, il est pratique en ce sens que ses auteurs ont voulu qu’il puisse être éventuellement utile aux rescapés eux-mêmes, en leur donnant matière à espérer en même temps que des exempla stimulants ; on suppose donc qu’une partie du tirage est destinée à circuler le plus possible dans la Région des Grands Lacs.

Mais c’est essentiellement par son objet que ce petit livre est original : il s’intéresse, en effet, moins à la mémoire des massacres et à ce qu’il en fut de leurs acteurs qu’à ces victimes très particulières qu’ont constituées les tous jeunes enfants restés orphelins (mais parfois ne le sachant même pas). Ils ont été emmenés sur les routes, confiés à des inconnus, privés non seulement des leurs mais aussi de la mémoire des leurs et parfois de toute idée du chemin qu’il faudrait suivre pour rentrer un jour « chez eux ». Ils ont été confiés en hâte à de vagues parents ou connaissances, à des missions religieuses ou à des cohortes de réfugiés qui fuyaient au loin ; certains ont été adoptés en Belgique, d’autres ont été recueillis par un officier au Burundi, par une veuve au Maniéma ou par un soi-disant cousin dans une autre région du Rwanda ; si on leur a offert un asile, c’était parfois par altruisme, mais parfois aussi à des fins moins désintéressées, par exemple pour servir de main-d’oeuvre ; finalement, ils ont parfois disparu dans le paysage, assimilés par les familles qui les avaient recueillis, mais souvent ils ont gardé un souvenir qui finalement les décide à vouloir malgré tout revenir au pays, ne serait-ce que pour « savoir » ; et, parfois aussi, ce qui ravive ce souvenir est le fait d’être traité en « rwandais », en étranger, malgré les années, malgré le mariage et les enfants qui en ont été le fruit, malgré la langue locale qu’on a apprise.

En somme, une grande diversité de situations et d’itinéraires, qui raconte une face assez peu regardée des réalités. Les récits entraînent le lecteur à sillonner le Rwanda, et souvent à franchir les frontières régionales. Ils ont aussi cette vertu de transcender, en quelque sorte, la question des appartenances dites ethniques, comme celle des appartenances morales (aux victimes ou aux bourreaux) et politiques (sauf que ces orphelins devenus âgés apparaissent bien comme des laissés-pour-compte, des esseulés qui, pour reprendre pied dans leur propre histoire, ne peuvent souvent compter que sur eux-mêmes).

L’âme de cette entreprise, Béatrice Mukamulindwa, n’est pas un de ces orphelins : c’est, au contraire, une mère qui continue à rechercher ses enfants et ne désespère pas de les retrouver, même plus d’un quart de siècle plus tard. Pour favoriser de telles retrouvailles, elle a créé une association qui est surtout active au Rwanda : CCMES – Cri du Cœur d’une Mère qui Espère (https://ccmes.org/ ), mais qui a également une antenne en Belgique, et c’est auprès de cette antenne qu’on se procurera cet ouvrage. Il suffit de s’adresser par courriel à : a.defonvent@gmail.com, mukabeatrice@hotmail.com, ou ccmes.belgium@yahoo.com. Il est également disponible à la librairie Stéphane Hessel-Cité Miroir, place Xavier Neujean 4000 Liège, au prix de 5€ (port en sus).

Pierre Halen

Art et postmémoire au Rwanda

https://www.facebook.com/ongcec/photos/gm.1702198760037454/1009995445747373/?type=3

Lectures, projections et table-ronde: écrire après – Art et postmémoire au Rwanda, 11/04/2016

En 2015 se sont tenus à Kigali deux ateliers de la mémoire, qui ont permis à de jeunes auteurs, sous la direction d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, de créer des œuvres originales liées à la période après le génocide. Ces ateliers ont été réalisés dans le cadre du projet « Arts et postmémoire au Rwanda ».

Le projet Arts et postmémoire au Rwanda réunit une quinzaine d’artistes et d’auteurs qui font partie de la génération post génocide et qui ont voulu à partir d’archives s’exprimer artistiquement sur le sujet. Ce projet à pour but non pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes. La postmémoire désigne les différents effets produits par des événements traumatisants, non sur les victimes directes, mais sur les générations suivantes, qui n’en ont parfois jamais entendu parler. Cette conscience diffuse de ce qu’ont vécu les ascendants les conduit souvent à exprimer leur quête de sens dans des productions littéraires ou artistiques. En savoir plus : https://rwandaateliermemoire.wordpress.com/

URL de référence : https://cec-ong.org/2016/03/24/lectures-projections-et-table-ronde-ecrire-apres-art-et-postmemoire-au-rwanda-110416/