Archives par mot-clé : Migrations

Out of Africas: Epic, Migration and Translation

Zoom Meeting

About the speakers:

Sylvie Kandé is the chair of the department of comparative humanities at SUNY OLD WESTBURY. She is the author of three collections of poetry published by Gallimard. Her first collection, Lagon, lagunes. Tableau de Mémoire (Gallimard, 2000), was postfaced by Edouard Glissant, while her second, La quête infinie de l’autre rive : épopée en trois chants (Gallimard, 2011), a finalist for the Mahogany Prize and the Prix des Découvreurs, received the 2017 Prix Lucienne Gracia-Vincent. Gestuaire (Gallimard/nrf, 2016), finalist for the Prix Ethiophile and the Prix Kowalski des lycéens, received the 2017 Prix Louise Labé.
Alexander Dickow is an associate professor of French at Virginia Tech. He writes in French and English and is a literary scholar and translator. His poetic works include Caramboles (Argol Editions, 2008) and Appetites (MadHat Press, 2018). Le Premier Souper, his debut novel, published by La Volte Editions in 2021, proved to be a huge success with literary critics.​

Migrer d’une langue à l’autre ?

Migrer d’une langue à l’autre ?

Présence des langues africaines en France

Mercredi 8 décembre 2021 de 10h à 18h

Musée national de l’histoire de l’immigration

Paris, Porte Dorée

Cette journée met l’accent sur la présence en France des langues africaines, notamment dans le domaine culturel. Des personnalités issues de domaines divers viendront dialoguer et réfléchir aux pratiques liées à ces langues, à leur place sur les scènes culturelles et artistiques contemporaines et à leur hybridation avec le français.

Programme de la journée

10h : Accueil par Pap Ndiaye, Directeur général de l’EPPPD

10h10 – 10h30 : Séance d’ouverture sur les enjeux liés à la présence des langues africaines en France

  • Paul de Sinety, DGLFLF,
  • Laurent Roturier, DRAC Ile-de-France,
  • Nivine Khaled, Directrice de la Langue française et de la Diversité des Cultures francophones à l’OIF. 

10h30 – 12h30 : Les langues africaines entre pratiques et représentations

  • Alexandrine Barontini, Inalco,
  • Fabienne Leconte, sociolinguiste, université de Rouen-Normandie,  
  • Manon Reynaud, association Causons,
  • Nabil Wakim, journaliste au Monde,
  • Anne Zribi Hertz, grammairienne.

14h – 15h30 : Des expressions artistiques en toutes langues : théâtre et musique

  • Hassane Kassi Kouyaté, directeur du « Festival Les Francophonies » et Zébrures d’automne (sous réserve),
  • François Bensignor, journaliste spécialisé dans les musiques du monde,
  • Naïma Huber-Yahi, directrice-adjointe du Festival Villes des musiques du monde,
  • Manoute Seri, directeur de L’Afrique Festival à Strasbourg.
  • Dominique Caubet, Inalco

16h – 17h : La part des mots de l’Afrique – les Glossaires de l’administration française et le Dictionnaire des francophones

  • Danièle Wozny, Maison de la sagesse
  • Mona Laroussi, directrice de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation à Dakar.

17h – 18h : Vitalité de la littérature africaine en France

  • Abigail Assor, (Aussi riche que le roi, Gallimard, 2021),
  • Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie et de littérature à l’université Columbia de New York,
  • Souleyman Diamanka, (Habitant de nulle part, originaire de partout, Editions Points, 2021)
  • Mohamed Mbougar Sarr, écrivain lauréat 2021 du prix Goncourt pour La plus secrète mémoire des hommes, Philippe Rey/Jimsaan (sous réserve).

En direct depuis le Musée : émission « De vive(s) voix » avec Pascal Paradou (Radio France International)

URL de référence : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2021-11/migrer-d-une-langue-l-autre

AAC: Traditions orales africaines et (ré-)invention des frontières

Transitions, transformations et mobilités : traditions orales africaines et (ré-)invention des frontières

En raison de la pandémie, le colloque d’ISOLA qui aurait dû avoir lieu en juillet 2020 à Nairobi est reporté à 2021, et se tiendra du 8 au 10 juillet en mode hybride (à partir de l’université Moi qui accueillera les personnes pouvant se rendre à Nairobi à cette période, les autres étant invitées à participer par visioconférence).
Il est encore possible de proposer une communication, l’argumentaire en anglais et en français est disponible sur le site d’ISOLA : https://africaisola.org/conferencesconferences.
Si vous souhaitez participer, envoyez votre résumé (en français et en anglais) à tobiasotieno@yahoo.com et à rosopondo@gmail.com avant le 12/02/2021.

Finalement, on revient d’Europe au pays natal. Par Daniel Delas

Yaya Diomandé, Abobo Marley, roman, JCLattès, 2020, 211 p.

Un mot sur la production et la genèse de ce roman éclairera une lecture critique. En effet il a reçu le prix « Voix d’Afriques » créé en 2019 par les éditions JC Lattès, RFI et la Cité internationale des arts à l’attention de ‘toute personne majeure de moins de trente ans, n’ayant jamais été publié, née et résidant un pays d’Afrique’. 372 manuscrits ont été reçus et Abobo Marley a été choisi par un jury de 10 personnes (dont 2 Africains) présidé par Abdourahman Waberi. Que des éditeurs français s’intéressent ainsi à la production littéraire potentielle de l’Afrique ne peut que me réjouir ; d’autant – c’est ma conviction personnelle – que de nombreuses vocations littéraires existent déjà et se révéleront de plus en plus nombreuses. Mais l’action d’un prix en Afrique n’agit pas de la même manière qu’en France.
De la biographie de Yaya Diomandé, je ne retiendrai que le fait qu’il a eu du mal à trouver du travail en Côte-d’Ivoire malgré ses deux brevets de technicien supérieur en Transport Logistique et en Finance comptabilité et une maîtrise en Droit privé.
Pourquoi et que faire ?
Pourquoi ? Yaya Diomandé a fourni la réponse dans un entretien : parce que la Côte-d’Ivoire est « un pays où les relations sont plus importantes que les diplômes … ce qui casse l’espoir de trop de jeunes et les oblige à penser Bengue ».
Que faire ? Tenter sa chance et écrire un roman lui est apparu comme une porte de sortie. Bien sûr, cela ne s’est pas fait en un jour, l’auteur parle de cinq ans de travail. Mais au bout du compte, il a décroché ce prix, est venu en Europe et est devenu quelqu’un.

La jeune littérature africaine apparaît comme une littérature étroitement connectée à la situation économique, comme l’ont décrit les historiens d’obédience marxiste (Eric Hobsbawm, François Furet, Michel Vovelle…). Elle procède majoritairement en effet d’une fictionnalisation d’un réel sociétal  fortement dépendant du réel économique. Ce que Yaya Diomandé va s’efforcer de raconter en suivant l’histoire ivoirienne de Koné Moussa, alias Mozess, de sa naissance jusqu’à la trentaine. Le titre du roman est une référence au trajet du gbaka,  cette fourgonnette de dix-huit places où il exerce la fonction de ‘balanceur’ rameutant les clients sur un trajet allant d’Abobo Marley à Adjamé, quartiers d’Abidjan. Le héros a abouti à cette situation modeste après une vie extravagante (« suite de frasques et d’instabilités »),  jouant tous les rôles sociaux  ouverts à de jeunes garçons qui ont dit « Au revoir aux études » et pour s’embarquer dans les rôles qu’offre une société verrouillée comme la Côte-d’Ivoire: cireur de chaussure, passager clandestin pour l’exil en Europe (‘Bengue’), trafiquant de drogue, rebelle, racketteur, migrant et bien d’autres qui durent ce que dure toute combine de ce genre. Puis finalement, le livre approche de son terme et c’est alors qu’il gagne bien sa vie en rackettant les taxis que – surprise !  –  le héros décide soudainement de partir en Europe. Pourquoi ?

Sur son lit d’hôpital ma mère me promit de guérir si et seulement si je renonçais à tous ces vices. Elle me parlait comme si elle avait le pouvoir de se guérir seule. Sur le champ, je lui promis de renoncer à toutes ces activités « souillées ». Comme un miracle, à la grande surprise de tous, j’abandonnai cette activité de gnan-boro pour faire plaisir, une fois au moins, à ma mère. J’ouvris un magasin de vente de pièces détachées d’automobiles à la casse d’Abidjan. (p.174)

Mais les affaires tournent mal avec l’arrivée d’un nouveau président et, en quelques pages très denses, s’articule une critique de haute volée des politiciens ivoiriens qui conclut ainsi

La croissance économique à presque deux chiffres ne profitait qu’aux institutions de Bretton Woods. La population murmurait contre cette sécheresse financière. « L’argent ne circule pas, il travaille » disaient les dirigeants du moment. Tout le monde, ceux qui étaient hors du système, cherchaient à survivre. (p.178)

Il décide alors de réaliser son vieux rêve : aller en Europe, à Bengue. Ce qui nous vaut deux derniers chapitres à la matière bien connue aujourd’hui : la traversée du Sahara et de la Libye dans des conditions éprouvantes, la course aux papiers en Europe. Finalement, « j’ai vu mon rêve de Benguiste à genoux » : travailler à ramasser de tomates pour six cents euros par mois, non merci !
Il décide de rentrer et retrouver sa famille. Voici les derniers mots du héros et du roman :

Entre cette vie et Abobo Marley, mon choix est fait.
Abidjan n’a rien à envier à Paris encore moins à Rome. En Nouchi, on dit Babi est mal doux. Y’a pas son deux, Abidjan est la meilleure des villes au monde.
Au revoir Bengue ! Au revoir « pays des droits de l’ombre » ! Abidjan est mieux. (p.211)

*

Un premier roman avec encore des scories certes comme le sentimentalisme excessif du fils à sa mère, la brusquerie des changements de rôle de même que le passage soudain d’un récit d’actions quotidiennes à des analyses politiques de haute tenue. Enfin et surtout le choix d’une écriture minimaliste s’accordant mal à des expressions boursouflées dès qu’on parle de ‘cœur’ : ‘cœur guillotiné’ (88), ‘cœur fragmenté’(94), « ce pauvre cœur bourré d’amour qui suffoquait entre les ‘jambes sales’ de mes actes »(98). De même l’insertion du nouchi est inégalement réussie, souvent trop massive.
Malgré tout un premier roman très prometteur.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Finalement, on revient d’Europe au pays natal. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 18/01/2021, https://apela.hypotheses.org/4494.

AAC: Sénégal & jeunesse

Revue RIVENEUVE CONTINENTS n°31 – été 2021

Titres retenus : « Sénégal : Jeunesse des Lettres, l’être de la jeunesse »
« Sénégal : Lettres et temps des jeunes »

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

Quand un pays a une population dont plus de la moitié a moins de 30 ans, comment s’étonner que la jeunesse s’invite à la table des débats
multiformes de la société, en plein jour ou dans l’ombre intimidante des réseaux sociaux ? Ce constat valant pour tout le continent africain, quelles formes prennent ces débats dans la société sénégalaise ?
Et quand l’histoire, le présent, l’ancien monde, le nouveau, le local et
le global, toutes les incertitudes de l’avenir s’emmêlent, c’est tout un
pays qui est à la croisée des chemins. Quel horizon pour la jeunesse,
quand les boussoles s’affolent, que la déconstruction décoloniale
entraîne la déconstruction patriarcale mais qu’en même temps l’espace d’expression semble se restreindre, le projet social s’effriter, que la citoyenneté se cherche, que les identités s’ouvrent ou se ferment, … la société apparaît bloquée, comme victime de l’expression accaparée ?
Certains expriment leur mécontentement, appellent au dégagisme, d’autres réclament des comptes sur la gestion des ressources, le fonctionnement de la démocratie, rêvent d’utopie panafricaine ; d’autres migrent en pirogue, en avion ou par voie de terre, pour ne plus revenir ou pour rencontrer les pires difficultés à revenir et se réinvestir. D’autres encore – à moins que ce soient les mêmes ? – glissent sur la vague des start-ups et des technologies du web, entre rage et énergie, au croisement des cultures urbaines et de l’académisme. Crise des valeurs et du modèle sénégalais ?
Crise de l’emploi ? Crise de l’éducation ? Crise des repères ethniques
et religieux ? C’est peut-être là que s’ancre la singularité sénégalaise
: le partage quasi-unanime d’un héritage spirituel traditionnel
omniprésent, rarement remis en cause, et l’aspiration à appartenir au monde moderne et irrévérencieux. Ceux qui apportaient des réponses aux questions des jeunes semblent n’être plus là, dans leur vécu quotidien ; les réponses seraient-elles dans les livres pratiques qu’on trouve en librairies, dans les slams des rappeurs, dans les romans des écrivains, sur les sites des bloggeurs, sur les statuts et les murs de profil ou dans nos imaginaires reconstitués ?

Pour ce numéro de la revue, l’équipe de Riveneuve Continents et ses
relais à Saint-Louis et à Dakar se lancent dans une quête. Elles
entreprennent de traquer l’expression de la jeunesse autant que les mots qui l’analysent, réinventent la société et la culture, interrogent
l’histoire et la géographie, racontent les migrations dans un sens ou
dans l’autre, les engagements et les créations chez les écrivains
confirmés comme chez les novices, dans la rue, sur les murs et les
portes de la blogosphère, les carnets de voyages, les carnets de notes, les journaux intimes, les affiches, les graffitis éphémères et les posts sur les réseaux sociaux.

Nous vous invitons à nous rejoindre et à nous aider dans notre quête.
Ouvrez vos carnets, joignez vos contacts, vos réseaux et aidez-nous à réunir ces textes complets ou ces fragments ; textes d’analyse ou textes de création (poésie, chanson, nouvelle, essai, journal intime, fragments d’échanges sur réseaux sociaux ou de blogs… entre 1500 et 15000 signes), non encore publiés dans un livre en français ou en traduction, qui parlent des aspirations et des ancrages… de la jeunesse sénégalaise d’aujourd’hui.

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

https://www.riveneuve.com/categorie-catalogue/litterature/revue/
https://www.riveneuve.com/la-maison/

Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Borders and Ecotones in the Indian Ocean – Cultural and Literary Perspectives

NOUVELLE PUBLICATION / NEW RELEASE

Co-édité par Markus Arnold, Corinne Duboin & Judith Misrahi-Barak

https://www.pulm.fr/index.php/9782367813578.html

Les essais critiques réunis dans ce volume prennent leur ancrage dans l’océan Indien et explorent les multiples façons dont la dynamique des échanges a formé cette région multilingue, de l’Inde aux Mascareignes et en Afrique australe. Frontières, lisières et tiers-espaces sont revisités à travers la notion d’écotone, une zone de transition entre deux écosystèmes. Si le terme a été surtout utilisé par les biologistes et les écologistes, l’angle métaphorique s’avère particulièrement fertile en ce qu’il autorise des approches transdisciplinaires et rend possibles des perspectives nouvelles. En anglais et en français, ce volume vise à enrichir la recherche déjà publiée dans plusieurs champs disciplinaires et à participer au développement des études indo-océaniques. Les auteurs du volume réexaminent ces écotones comme des espaces de frictions autant que des espaces de fusion.

Mots-clés : Écotones, Océan Indien, Frontières, Liminalité, Migrations

This collection of critical essays anchors itself in the Indian Ocean and explores the multiple ways dynamic exchanges have shaped this multilingual region of the world, from India to the Mascarene Islands to Southern Africa. Borders, edges and third spaces are revisited through the notion of the ecotone, a transitional zone between two ecosystems. If the term has primarily been used by biologists and ecologists, the metaphorical angle proves to be fruitful as it authorizes transdisciplinary approaches and empowers fresh perspectives. In French and in English, this volume aims to contribute to scholarship already published across various disciplinary fields and to participate in the development of Indoceanic studies. The authors of the volume rethink those ecotonal sites that are spaces of frictions as much as spaces of fusion. 

Keywords: Ecotones, Indian Ocean, Borders, Liminality, Migrations

Continuer la lecture de Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Où l’on rit, même dans la jungle de Stalingrad. Par Daniel Delas

Gauz, Black Manoo

roman, Le nouvel Attila, 2020, 170 p.

Les écrits journalistiques et littéraires tournant autour des migrants sont légion. Ce qui en soi est une bonne chose puisque c’est un phénomène majeur aujourd’hui. Majeur et dramatique tant les migrants traversent d’épreuves dangereuses dans leurs tentatives de rejoindre l’Europe et d’y pénétrer. Traversée de déserts écrasés de chaleur, de mers tempétueuses où coulent les rafiots en mauvais état fournis par des passeurs cupides, attentes interminables d’un côté de la frontière, tout cela provient d’expériences vécues par des Afghans, des Soudanais, des Africains subsahariens. Que ces témoignages importent, que les éditeurs qui les publient soient méritants, qui le niera ?
Pourtant leur abondance peut entrainer un sentiment de lassitude devant ce qui semble un calvaire sans fin, les pays occidentaux ne pouvant ou ne voulant accueillir « toute la misère du monde » sous peine de donner trop de grain à moudre aux partis d’extrême-droite, les pays pauvres ou traumatisés par des guerres interminables ne pouvant cesser de rêver à des paradis terrestres.
Au temps du génocide nazi c’est dans un climat morose comparable que quelques essayistes comme Imre Kertész (Être sans destin) ou Roberto Benigni (La vie est belle) choisirent de faire entendre le pouvoir du rire. Même à Auschwitz. Refusant la pose littéraire ou le sentimentalisme ; « je hais la peinture des horreurs, ce qui m’intéresse c’est la distance », dit Kertész prônant une « objectivité sarcastique » ; « je me refuse à simplement témoigner », dit Benigni, se définissant comme un hédoniste.

Gauz, écrivain ivoirien reprend ce fil tendre et sarcastique de son premier roman, Debout-Payé (2014) où il avait imaginé un personnage de vigile pour observer le monde d’aujourd’hui. Cette fois, son héros, Black Manoo, débarque à Roissy sans projet précis ni boulot en vue, tombe sur un vieux copain qui le dépanne en le logeant au squat Danger (rue David d’Angers) où cohabitent Noirs et Blancs, « le seul multiethnique de tout Paname. Yeah man ! » :

Le premier étage aux noirs, le deuxième aux blancs. La société du danger n’a aucune raison d’être différente de celle du dehors. Les noirs sont des sans-papiers. Les blancs des anars ou des autonomes autoproclamés. Les vaincus en dessous des convaincus. La pauvreté des premiers est historique, celle des seconds est politique.

Ce ton sérieux alterne avec des descriptions humoristiques  comme celle de Dominique, le squatteur blanc :     

Avec un père gardien de passage à niveau, l’enfance de Dominique Misselin s’est réglée sur les horaires de train et ses désirs d’ailleurs. Champs-Elysées, Montparnasse, Pigalle, tour Eiffel, il rêve de Paris comme un nègre ou un touriste. A 18 ans et une seconde, il quitte son jurassique Dole. (p. 39)

Ou si on préfère les descriptions amusées des prostituées chinoises :

La large allée centrale du boulevard de La Villette est un défilé de platanes et de prostituées chinoises qui ont en commun la posture droite et impassible. Il y a quelques années, il n’y en avait presque pas… des prostituées, pas des platanes. Quelques-unes se nichaient sous les portes cochères rue Civiale, petite perpendiculaire au boulevard. Il y en avait devant chaque numéro pair sauf le 4, chiffre porte-malheur en Chine. A l’heure où se vidaient les derniers verres dans les Licence IV, les sinophiles du quartier faisaient semblant de se perdre dans cette rue où les « r » devenaient « l ». « Tlenteulos ! », interpellaient-elles, prix de la passe prononcé en franchinois. (p. 76)

Ce ton allègre et alacre tient bien le récit de l’insertion de Black Manoo dans le petit monde ivoirien de Paris mais les choses se gâtent un peu dans les trente pages qui correspondent à son séjour (non souhaité) en Côte-d’Ivoire ; complètement noyé dans les arcanes abidjanaises, le lecteur perd pied, ne retrouvant le fil qu’au retour à Paname après trente-cinq pages abidjanaises.
Avec d’abord le Ivoir Exotic et sa pièce de derrière la porte du fond marquée Sans issue mais réservée aux copains fumeurs de pipe. Puis, quand les choses ne vont plus de ce côté, l’hébergement chez des copains tamouls :

Ni èppadi irukey arikoe phudi kul nak paagan !
Naan nandraaga irukkiren mikka nandri !
Le tamoul se parle vite. Ne pas se laisser flouer par le nombre de syllabes et le longueur des phrases. Ce dialogue dit simplement « comment ça va ? » et « ça va bien, merci. » Délier sa langue pour laisser rouler les mots en avalant les liaisons. Seul le dernier mot est audible. S’il fallait articuler distinctement chaque syllabe, ça prendrait des plombes pour dire des choses simples comme thangalku nandri, merci ! Alors que rien n’est simple dans cette partie du monde où on philosophe sur tout. (p. 132)

Bientôt vous apprendrez tout ce qui concerne Haïti et le vaudou et tournerez avec Black Manoo sur « l’Akatrevinsix » autour de cet aimant qu’est Paris. Il est emporté par un cancer mais finit entouré de tous ses amis.
Le rire dans ce livre se cache dans l’écriture et celle-ci, comme le personnage central mourant « d’un excès de vie », porte joyeusement le livre de bout en bout.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Où l’on rit, même dans la jungle de Stalingrad. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 02/10/2020, https://apela.hypotheses.org/4353.