Archives par mot-clé : Migrations

Finalement, on revient d’Europe au pays natal. Par Daniel Delas

Yaya Diomandé, Abobo Marley, roman, JCLattès, 2020, 211 p.

Un mot sur la production et la genèse de ce roman éclairera une lecture critique. En effet il a reçu le prix « Voix d’Afriques » créé en 2019 par les éditions JC Lattès, RFI et la Cité internationale des arts à l’attention de ‘toute personne majeure de moins de trente ans, n’ayant jamais été publié, née et résidant un pays d’Afrique’. 372 manuscrits ont été reçus et Abobo Marley a été choisi par un jury de 10 personnes (dont 2 Africains) présidé par Abdourahman Waberi. Que des éditeurs français s’intéressent ainsi à la production littéraire potentielle de l’Afrique ne peut que me réjouir ; d’autant – c’est ma conviction personnelle – que de nombreuses vocations littéraires existent déjà et se révéleront de plus en plus nombreuses. Mais l’action d’un prix en Afrique n’agit pas de la même manière qu’en France.
De la biographie de Yaya Diomandé, je ne retiendrai que le fait qu’il a eu du mal à trouver du travail en Côte-d’Ivoire malgré ses deux brevets de technicien supérieur en Transport Logistique et en Finance comptabilité et une maîtrise en Droit privé.
Pourquoi et que faire ?
Pourquoi ? Yaya Diomandé a fourni la réponse dans un entretien : parce que la Côte-d’Ivoire est « un pays où les relations sont plus importantes que les diplômes … ce qui casse l’espoir de trop de jeunes et les oblige à penser Bengue ».
Que faire ? Tenter sa chance et écrire un roman lui est apparu comme une porte de sortie. Bien sûr, cela ne s’est pas fait en un jour, l’auteur parle de cinq ans de travail. Mais au bout du compte, il a décroché ce prix, est venu en Europe et est devenu quelqu’un.

La jeune littérature africaine apparaît comme une littérature étroitement connectée à la situation économique, comme l’ont décrit les historiens d’obédience marxiste (Eric Hobsbawm, François Furet, Michel Vovelle…). Elle procède majoritairement en effet d’une fictionnalisation d’un réel sociétal  fortement dépendant du réel économique. Ce que Yaya Diomandé va s’efforcer de raconter en suivant l’histoire ivoirienne de Koné Moussa, alias Mozess, de sa naissance jusqu’à la trentaine. Le titre du roman est une référence au trajet du gbaka,  cette fourgonnette de dix-huit places où il exerce la fonction de ‘balanceur’ rameutant les clients sur un trajet allant d’Abobo Marley à Adjamé, quartiers d’Abidjan. Le héros a abouti à cette situation modeste après une vie extravagante (« suite de frasques et d’instabilités »),  jouant tous les rôles sociaux  ouverts à de jeunes garçons qui ont dit « Au revoir aux études » et pour s’embarquer dans les rôles qu’offre une société verrouillée comme la Côte-d’Ivoire: cireur de chaussure, passager clandestin pour l’exil en Europe (‘Bengue’), trafiquant de drogue, rebelle, racketteur, migrant et bien d’autres qui durent ce que dure toute combine de ce genre. Puis finalement, le livre approche de son terme et c’est alors qu’il gagne bien sa vie en rackettant les taxis que – surprise !  –  le héros décide soudainement de partir en Europe. Pourquoi ?

Sur son lit d’hôpital ma mère me promit de guérir si et seulement si je renonçais à tous ces vices. Elle me parlait comme si elle avait le pouvoir de se guérir seule. Sur le champ, je lui promis de renoncer à toutes ces activités « souillées ». Comme un miracle, à la grande surprise de tous, j’abandonnai cette activité de gnan-boro pour faire plaisir, une fois au moins, à ma mère. J’ouvris un magasin de vente de pièces détachées d’automobiles à la casse d’Abidjan. (p.174)

Mais les affaires tournent mal avec l’arrivée d’un nouveau président et, en quelques pages très denses, s’articule une critique de haute volée des politiciens ivoiriens qui conclut ainsi

La croissance économique à presque deux chiffres ne profitait qu’aux institutions de Bretton Woods. La population murmurait contre cette sécheresse financière. « L’argent ne circule pas, il travaille » disaient les dirigeants du moment. Tout le monde, ceux qui étaient hors du système, cherchaient à survivre. (p.178)

Il décide alors de réaliser son vieux rêve : aller en Europe, à Bengue. Ce qui nous vaut deux derniers chapitres à la matière bien connue aujourd’hui : la traversée du Sahara et de la Libye dans des conditions éprouvantes, la course aux papiers en Europe. Finalement, « j’ai vu mon rêve de Benguiste à genoux » : travailler à ramasser de tomates pour six cents euros par mois, non merci !
Il décide de rentrer et retrouver sa famille. Voici les derniers mots du héros et du roman :

Entre cette vie et Abobo Marley, mon choix est fait.
Abidjan n’a rien à envier à Paris encore moins à Rome. En Nouchi, on dit Babi est mal doux. Y’a pas son deux, Abidjan est la meilleure des villes au monde.
Au revoir Bengue ! Au revoir « pays des droits de l’ombre » ! Abidjan est mieux. (p.211)

*

Un premier roman avec encore des scories certes comme le sentimentalisme excessif du fils à sa mère, la brusquerie des changements de rôle de même que le passage soudain d’un récit d’actions quotidiennes à des analyses politiques de haute tenue. Enfin et surtout le choix d’une écriture minimaliste s’accordant mal à des expressions boursouflées dès qu’on parle de ‘cœur’ : ‘cœur guillotiné’ (88), ‘cœur fragmenté’(94), « ce pauvre cœur bourré d’amour qui suffoquait entre les ‘jambes sales’ de mes actes »(98). De même l’insertion du nouchi est inégalement réussie, souvent trop massive.
Malgré tout un premier roman très prometteur.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Finalement, on revient d’Europe au pays natal. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 18/01/2021, https://apela.hypotheses.org/4494.

AAC: Sénégal & jeunesse

Revue RIVENEUVE CONTINENTS n°31 – été 2021

Titres retenus : « Sénégal : Jeunesse des Lettres, l’être de la jeunesse »
« Sénégal : Lettres et temps des jeunes »

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

Quand un pays a une population dont plus de la moitié a moins de 30 ans, comment s’étonner que la jeunesse s’invite à la table des débats
multiformes de la société, en plein jour ou dans l’ombre intimidante des réseaux sociaux ? Ce constat valant pour tout le continent africain, quelles formes prennent ces débats dans la société sénégalaise ?
Et quand l’histoire, le présent, l’ancien monde, le nouveau, le local et
le global, toutes les incertitudes de l’avenir s’emmêlent, c’est tout un
pays qui est à la croisée des chemins. Quel horizon pour la jeunesse,
quand les boussoles s’affolent, que la déconstruction décoloniale
entraîne la déconstruction patriarcale mais qu’en même temps l’espace d’expression semble se restreindre, le projet social s’effriter, que la citoyenneté se cherche, que les identités s’ouvrent ou se ferment, … la société apparaît bloquée, comme victime de l’expression accaparée ?
Certains expriment leur mécontentement, appellent au dégagisme, d’autres réclament des comptes sur la gestion des ressources, le fonctionnement de la démocratie, rêvent d’utopie panafricaine ; d’autres migrent en pirogue, en avion ou par voie de terre, pour ne plus revenir ou pour rencontrer les pires difficultés à revenir et se réinvestir. D’autres encore – à moins que ce soient les mêmes ? – glissent sur la vague des start-ups et des technologies du web, entre rage et énergie, au croisement des cultures urbaines et de l’académisme. Crise des valeurs et du modèle sénégalais ?
Crise de l’emploi ? Crise de l’éducation ? Crise des repères ethniques
et religieux ? C’est peut-être là que s’ancre la singularité sénégalaise
: le partage quasi-unanime d’un héritage spirituel traditionnel
omniprésent, rarement remis en cause, et l’aspiration à appartenir au monde moderne et irrévérencieux. Ceux qui apportaient des réponses aux questions des jeunes semblent n’être plus là, dans leur vécu quotidien ; les réponses seraient-elles dans les livres pratiques qu’on trouve en librairies, dans les slams des rappeurs, dans les romans des écrivains, sur les sites des bloggeurs, sur les statuts et les murs de profil ou dans nos imaginaires reconstitués ?

Pour ce numéro de la revue, l’équipe de Riveneuve Continents et ses
relais à Saint-Louis et à Dakar se lancent dans une quête. Elles
entreprennent de traquer l’expression de la jeunesse autant que les mots qui l’analysent, réinventent la société et la culture, interrogent
l’histoire et la géographie, racontent les migrations dans un sens ou
dans l’autre, les engagements et les créations chez les écrivains
confirmés comme chez les novices, dans la rue, sur les murs et les
portes de la blogosphère, les carnets de voyages, les carnets de notes, les journaux intimes, les affiches, les graffitis éphémères et les posts sur les réseaux sociaux.

Nous vous invitons à nous rejoindre et à nous aider dans notre quête.
Ouvrez vos carnets, joignez vos contacts, vos réseaux et aidez-nous à réunir ces textes complets ou ces fragments ; textes d’analyse ou textes de création (poésie, chanson, nouvelle, essai, journal intime, fragments d’échanges sur réseaux sociaux ou de blogs… entre 1500 et 15000 signes), non encore publiés dans un livre en français ou en traduction, qui parlent des aspirations et des ancrages… de la jeunesse sénégalaise d’aujourd’hui.

Date limite de remise des contributions : 15 février 2021
Date d’impression : avril-mai 2021
Date de parution en librairies: mai-juin 2021

https://www.riveneuve.com/categorie-catalogue/litterature/revue/
https://www.riveneuve.com/la-maison/

Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Borders and Ecotones in the Indian Ocean – Cultural and Literary Perspectives

NOUVELLE PUBLICATION / NEW RELEASE

Co-édité par Markus Arnold, Corinne Duboin & Judith Misrahi-Barak

https://www.pulm.fr/index.php/9782367813578.html

Les essais critiques réunis dans ce volume prennent leur ancrage dans l’océan Indien et explorent les multiples façons dont la dynamique des échanges a formé cette région multilingue, de l’Inde aux Mascareignes et en Afrique australe. Frontières, lisières et tiers-espaces sont revisités à travers la notion d’écotone, une zone de transition entre deux écosystèmes. Si le terme a été surtout utilisé par les biologistes et les écologistes, l’angle métaphorique s’avère particulièrement fertile en ce qu’il autorise des approches transdisciplinaires et rend possibles des perspectives nouvelles. En anglais et en français, ce volume vise à enrichir la recherche déjà publiée dans plusieurs champs disciplinaires et à participer au développement des études indo-océaniques. Les auteurs du volume réexaminent ces écotones comme des espaces de frictions autant que des espaces de fusion.

Mots-clés : Écotones, Océan Indien, Frontières, Liminalité, Migrations

This collection of critical essays anchors itself in the Indian Ocean and explores the multiple ways dynamic exchanges have shaped this multilingual region of the world, from India to the Mascarene Islands to Southern Africa. Borders, edges and third spaces are revisited through the notion of the ecotone, a transitional zone between two ecosystems. If the term has primarily been used by biologists and ecologists, the metaphorical angle proves to be fruitful as it authorizes transdisciplinary approaches and empowers fresh perspectives. In French and in English, this volume aims to contribute to scholarship already published across various disciplinary fields and to participate in the development of Indoceanic studies. The authors of the volume rethink those ecotonal sites that are spaces of frictions as much as spaces of fusion. 

Keywords: Ecotones, Indian Ocean, Borders, Liminality, Migrations

Continuer la lecture de Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Où l’on rit, même dans la jungle de Stalingrad. Par Daniel Delas

Gauz, Black Manoo

roman, Le nouvel Attila, 2020, 170 p.

Les écrits journalistiques et littéraires tournant autour des migrants sont légion. Ce qui en soi est une bonne chose puisque c’est un phénomène majeur aujourd’hui. Majeur et dramatique tant les migrants traversent d’épreuves dangereuses dans leurs tentatives de rejoindre l’Europe et d’y pénétrer. Traversée de déserts écrasés de chaleur, de mers tempétueuses où coulent les rafiots en mauvais état fournis par des passeurs cupides, attentes interminables d’un côté de la frontière, tout cela provient d’expériences vécues par des Afghans, des Soudanais, des Africains subsahariens. Que ces témoignages importent, que les éditeurs qui les publient soient méritants, qui le niera ?
Pourtant leur abondance peut entrainer un sentiment de lassitude devant ce qui semble un calvaire sans fin, les pays occidentaux ne pouvant ou ne voulant accueillir « toute la misère du monde » sous peine de donner trop de grain à moudre aux partis d’extrême-droite, les pays pauvres ou traumatisés par des guerres interminables ne pouvant cesser de rêver à des paradis terrestres.
Au temps du génocide nazi c’est dans un climat morose comparable que quelques essayistes comme Imre Kertész (Être sans destin) ou Roberto Benigni (La vie est belle) choisirent de faire entendre le pouvoir du rire. Même à Auschwitz. Refusant la pose littéraire ou le sentimentalisme ; « je hais la peinture des horreurs, ce qui m’intéresse c’est la distance », dit Kertész prônant une « objectivité sarcastique » ; « je me refuse à simplement témoigner », dit Benigni, se définissant comme un hédoniste.

Gauz, écrivain ivoirien reprend ce fil tendre et sarcastique de son premier roman, Debout-Payé (2014) où il avait imaginé un personnage de vigile pour observer le monde d’aujourd’hui. Cette fois, son héros, Black Manoo, débarque à Roissy sans projet précis ni boulot en vue, tombe sur un vieux copain qui le dépanne en le logeant au squat Danger (rue David d’Angers) où cohabitent Noirs et Blancs, « le seul multiethnique de tout Paname. Yeah man ! » :

Le premier étage aux noirs, le deuxième aux blancs. La société du danger n’a aucune raison d’être différente de celle du dehors. Les noirs sont des sans-papiers. Les blancs des anars ou des autonomes autoproclamés. Les vaincus en dessous des convaincus. La pauvreté des premiers est historique, celle des seconds est politique.

Ce ton sérieux alterne avec des descriptions humoristiques  comme celle de Dominique, le squatteur blanc :     

Avec un père gardien de passage à niveau, l’enfance de Dominique Misselin s’est réglée sur les horaires de train et ses désirs d’ailleurs. Champs-Elysées, Montparnasse, Pigalle, tour Eiffel, il rêve de Paris comme un nègre ou un touriste. A 18 ans et une seconde, il quitte son jurassique Dole. (p. 39)

Ou si on préfère les descriptions amusées des prostituées chinoises :

La large allée centrale du boulevard de La Villette est un défilé de platanes et de prostituées chinoises qui ont en commun la posture droite et impassible. Il y a quelques années, il n’y en avait presque pas… des prostituées, pas des platanes. Quelques-unes se nichaient sous les portes cochères rue Civiale, petite perpendiculaire au boulevard. Il y en avait devant chaque numéro pair sauf le 4, chiffre porte-malheur en Chine. A l’heure où se vidaient les derniers verres dans les Licence IV, les sinophiles du quartier faisaient semblant de se perdre dans cette rue où les « r » devenaient « l ». « Tlenteulos ! », interpellaient-elles, prix de la passe prononcé en franchinois. (p. 76)

Ce ton allègre et alacre tient bien le récit de l’insertion de Black Manoo dans le petit monde ivoirien de Paris mais les choses se gâtent un peu dans les trente pages qui correspondent à son séjour (non souhaité) en Côte-d’Ivoire ; complètement noyé dans les arcanes abidjanaises, le lecteur perd pied, ne retrouvant le fil qu’au retour à Paname après trente-cinq pages abidjanaises.
Avec d’abord le Ivoir Exotic et sa pièce de derrière la porte du fond marquée Sans issue mais réservée aux copains fumeurs de pipe. Puis, quand les choses ne vont plus de ce côté, l’hébergement chez des copains tamouls :

Ni èppadi irukey arikoe phudi kul nak paagan !
Naan nandraaga irukkiren mikka nandri !
Le tamoul se parle vite. Ne pas se laisser flouer par le nombre de syllabes et le longueur des phrases. Ce dialogue dit simplement « comment ça va ? » et « ça va bien, merci. » Délier sa langue pour laisser rouler les mots en avalant les liaisons. Seul le dernier mot est audible. S’il fallait articuler distinctement chaque syllabe, ça prendrait des plombes pour dire des choses simples comme thangalku nandri, merci ! Alors que rien n’est simple dans cette partie du monde où on philosophe sur tout. (p. 132)

Bientôt vous apprendrez tout ce qui concerne Haïti et le vaudou et tournerez avec Black Manoo sur « l’Akatrevinsix » autour de cet aimant qu’est Paris. Il est emporté par un cancer mais finit entouré de tous ses amis.
Le rire dans ce livre se cache dans l’écriture et celle-ci, comme le personnage central mourant « d’un excès de vie », porte joyeusement le livre de bout en bout.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Où l’on rit, même dans la jungle de Stalingrad. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 02/10/2020, https://apela.hypotheses.org/4353.

La création littéraire ? Oui, ça s’apprend. Par Daniel Delas

Yancouba Diémé, Boy Diola, roman, Flammarion, 2019, 187 p.

La 4e de couverture de ce livre nous apprend que Yancouba Diémé (désormais YD) est né en 1990 en banlieue parisienne et est diplômé du master de création littéraire de l’Université de Paris 8. Boy Diola est son premier roman.

La pratique des ‘ateliers d’écriture’ – aujourd’hui appelés dans certains contextes ‘ateliers de création littéraire’ – s’est peu à peu affirmée en France dans le dernier quart du siècle dernier. Elle avait en référence les cours de creative writing existant depuis l’entre-deux guerres aux Etats-Unis où des écrivains reconnus comme Raymond Carver, Flannery O’Connor ou Philip Roth avaient été formés à cette école. Elle rencontra en France un terrain favorable chez certains enseignants ‘soixante-huitards et freinetistes’, animés par une volonté d’affranchir la littérature du joug d’une université conservatrice, centrée sur l’étude des textes littéraires, favorables donc à une approche désacralisée et vivante du littéraire. Faisait son chemin l’idée que l’écrit dit littéraire est à la portée de tout un chacun, que la littérature est un art comme les autres et non un don des dieux réservé à quelques élus. La prédiction de Lautréamont semblait pouvoir se réaliser : « La poésie doit être faite par tous et non par un. »
Les associations progressistes de l’enseignement du français à l’école, au collège et au lycée, comme l’AFEF, s’associèrent à cette idéologie nouvelle, en tenant compte néanmoins de la résistance de nombre de leurs collègues enseignants, qui souvent, même révolutionnaires en politique, restaient porteurs de représentations post-romantiques sur ‘l’inspiration solitaire du créateur‘. Progressivement toutefois, cette résistance a faibli et, sans entrer plus avant dans une histoire détaillée, s’est affirmée une légitimité de l’apprentissage de l’écriture littéraire, en commençant par les universités ‘de gauche’ comme Paris VIII-Vincennes, Toulouse Le Mirail, Aix-Marseille ou Cergy-Pontoise (Pour un bilan plus précis, voir Violaine Houdart-Mérot, La création littéraire à l’université, PU Vincennes, 2018).

*

C’est de ce creuset que nous provient le texte d’un jeune Sénégalais bien accueilli par la critique puisque Le Monde des livres du 8 novembre 2019 lui a consacré une page entière signée de Gladys Marivat. Celle-ci retrace l’itinéraire du jeune homme et raconte la genèse de son livre centré sur la relation entre père et fils. Le père né au village en Casamance avant de venir travailler dans des professions subalternes en France, le fils, discret, ne cherchant pas à raconter sa propre histoire d’intégration – suivant en cela le conseil classique d’un animateur d’atelier à un jeune écrivain : « Ne cherchez pas à tout dire ! ») -. La journaliste critique littéraire joint une note de lecture intitulée « Mille vies et patronymes », au ton sympathique quoiqu’un peu vague (‘justesse du regard’ dit-elle, oui mais encore ?), avant de conclure que tout se passe « comme si Yancouba Diémé avait l’intuition que seule la langue, quand elle est regardée de près, peut révéler la trajectoire d’un homme ». La langue ? Diable ! Que veut-elle dire ?

Ouvrons le volume à notre tour, pour essayer d’être un peu plus précis.

Le fait de savoir que l’auteur a ‘appris’ à écrire incite – envie certes mesquine, mais… – à chercher la trace de procédés ‘appris’. Et l’écriture un peu ampoulée d’un préambule ‘écoutant’ l’état d’âme des immigrants semble un peu gauche, courte pour mieux dire, comme ‘apprise’. Continuons.
Dès que le père apparaît, (Aperaw en diola), le récit prend vie, avec un régime d’écriture alerte, d’une narrativité entraînante. Un découpage du récit en seize chapitres concasse la relation de l’histoire du père, que sollicite son fils, chapitres eux-mêmes découpés en flashes d’une ou deux pages. En un mixage par lequel alternent les souvenirs du narrateur enfant, avec un retour au village de Kagnarou, avec de courtes relations des vicissitudes de la vie du père en France, d’abord ouvrier chez Citroën, puis licencié, vendeur sur les marchés et enfin nettoyeur d’avions à Roissy. Mixage très moderne d’une narration qui s’inscrit dans le sillage faulknérien, loin des enchaînements balzaciens autant que des subtiles circonvolutions proustiennes, fait apparaître le vécu par et dans un brouillage chronologique. Brouillage générateur d’un brouillard comme celui où vivent ces immigrés ressemblant à Aperaw, brutalement ballotés sans repères dans une culture étrangère.

Retournons au texte.

Ce qui est important dans la réussite de ce roman, c’est le refus d’une narration chronologique rigidifiée par la fameuse alternance de l’imparfait et du passé simple : « Le téléphone sonnait. Il se leva pour répondre». Cette alternance qui a régulé le roman réaliste français semble ne plus correspondre à la vision du monde de gens qui viennent d’ailleurs, de cultures ayant un autre rapport au temps. De plus le passé simple a disparu du français parlé. Or YD tient évidemment beaucoup au français oral, d’Afrique ou d’ailleurs, même dans sa pratique créolisée, utilisée par nombre d’immigrés.
Comment remplacer le vieux tandem imparfait / passé simple ? En transformant l’obsession d’une successivité en constat d’une simultanéité. Ce que Yancouba Diémé réussit à faire sentir en découpant le récit de sa relation à son père en flashes achronologiques, – tantôt l’enfant parle, tantôt l’adulte parle, tantôt ici tantôt là. Ce qui produit un portrait à la fois juste et tremblé de cet homme qui vit sans possibilité de s’inscrire dans une temporalité, sans dramatisation idéologique ni parti-pris politique mais au ras du réel.
De ce père, on entend une parlure originale, celle d’un homme de langue maternelle diola (il ignore d’ailleurs le wolof), analphabète, usant d’un français très inventif, appris à l’oreille. Par exemple quand il évoque la vie à Dakar

La vie c’est pas simple ici. Tu dois te battre. Tu te bats et après tu n’as rien. Et les gens à Dakar ils s’insultent comme du n’importe quoi. Les gens ils courent jusqu’à fatiguer. Mauvais hein… (p. 120)

Ou quand il se moque des Blancs qui chouchoutent des animaux domestiques ou sauvages :

C’est eux les malades. Pourquoi ils ont retiré les animaux pour les ramener ici, hein ? Eux ils croient ils peuvent pas se débrouiller tout seuls dans la forêt ou quoi ? Est-ce que les animaux ils ont attendu eux pour manger ? Nooon. Les Blancs, vraiment n’importe quoi ! (p. 103)

 Peu à peu apparaît en filigrane un portrait tout en finesse de ce père, un homme à la fois réaliste et naïf, impulsif et pourtant prudent, amoureux du changement (il voyagera au Ghana, en Côte-d’Ivoire), Diola fier de l’être et cherchant la compagnie des Diolas dans ses errances (« Partout où tu vas, demande si tu n’as pas de parents, Peut-être ils peuvent te garder »), exploité en France mais jamais rancunier, citoyen français (en 2010) mais resté sénégalais. Bref un bel exemple d’énergie et de vitalité, vécu au plus près du vécu.

Laissons-lui la parole pour finir. Désormais retraité, il dit à son fils (l’auteur) au téléphone :

Je regarde les livres que tu m’as achetés tous les jours. J’ai perdu du temps. Maintenant je connais lire. Si je savais j’aurais commencé plus tôt. Je lis un livre, y a tout dedans. Ça parle de la neige, des poupées… Ça parle de la couleur rouge, des reines, de tout. Y a tout dedans (p. 179)

 Et quand il voit à la télé Mario Balotelli, le fameux footballeur italien noir, marquer un but d’une frappe imparable que TF1 repasse en boucle, « Aperaw rit encore plus, il ne s’arrête pas » (dernière phrase du roman, p. 188).

Daniel Delas

Pour citer cet article : La création littéraire ? Oui, ça s’apprend. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 24/11/2019, https://apela.hypotheses.org/3563.

Dans les arcanes camerounais. Par Daniel Delas

Pierre FANDIO, La promesse de Malingo, Clé, 2019, 268 p.

Le roman de Pierre Fandio est une œuvre vraiment camerounaise. Ce n’est pas simplement un récit dont l’action se passerait au Cameroun, écrit par un auteur de nationalité camerounaise et dont l’action se passerait au Cameroun, auteur formé à l’écriture française et dont le texte aurait été plus ou moins rewrité par un éditeur parisien en fonction de supposés critères de qualité littéraire.  Non, camerounais au plein sens du terme, pris dans la culture africaine et dans la réalité sociale de ce pays. L’éditeur (CLE) de ce livre est d’ailleurs installé depuis longtemps à Yaoundé et l’auteur dont c’est, la cinquantaine venue, la première publication littéraire est universitaire, professeur de culture africaine et de littérature francophone à l’Université de Buéa. Bien entendu il a publié auparavant de savants écrits de type socio-littéraire mais il s’aventure ici dans ce qu’on a coutume d’appeler un roman de formation, un Bildungsroman, qui prend ici la forme fictionnelle ici d’un journal autobiographique qu’aurait tenu une jeune femme, nommée Joy. Il s’agit donc d’une fiction mais qui fait sans doute appel à des souvenirs personnels de l’auteur. La quatrième de couverture résume ainsi l’action : 

Lum Joy Abongwa alias Joyceline Luma alias Malingo. Telles sont quelques-unes des identités meurtries de la jeune héroïne d’une fresque picaresque qui rappelle l’histoire de bien des pays africains contemporains. Le patronyme, le lieu de naissance et bien d’autres « accidents de l’histoire » y sont susceptibles de condamner ou de sauver, irrémédiablement. L’histoire de la vie « bouleversée, cabossée et abimée » de Malingo qui nous promène sur trois continents hostiles, postule une jeunesse africaine téméraire mais pas casse-cou. Quelquefois naïve, mais toujours pleine de dignité et de vie.

Huit carnets organisent les complexes tribulations de la vie de Joy au Cameroun, d’abord en ville dans la proximité de Yaoundé, puis au village après le départ de sa mère puis dans la région de Buéa, l’ancienne capitale du Cameroun à l’époque de la colonisation allemande. Le neuvième carnet est consacré à sa vie à Dubaï, où cette jeune fille désireuse de réussir pense se constituer un pécule en travaillant dur et ainsi échapper aux complications inextricables de la vie camerounaise. Hélas elle ne trouve dans les principautés arabes que pratiques esclavagistes d’une nature encore pire que celle du Cameroun décrit dans les huit premiers carnets !

                                                           *

Joy est née dans une famille désaccordée avec un père distant et distrait et une mère rageuse qui trouve l’occasion de faire exploser son ressentiment à l’occasion de l’acte de naissance de sa fille, dont le nom a été mal transmis par le déclarant. Ce détail (dont le récit occupe plusieurs dizaines de pages !) déclenche une rage terrible chez la mère de Joy parce que dans le choix des (pré)noms illustrant la filiation, c’est sa famille à elle qui a été effacée. Dans une scène d’une grande violence, elle accable le père

Tu vas me tuer aussi ! Tue-moi seulement ! oui ! Tue-moi aujourd’hui ! Comme mes enfants ! Abongwa ! Je t’ai fait quoi pour que tu me tues mes enfants comme ça ? Hein, Abongwa eheheh ? Mes enfanrs t’ont fait quoi ? Hein, Abongwa eheheh ? Abongwa, tu ne sais pas qu’au Cameroun, le nom d’une personne c’est sa vie ? Hein, Abongwa ehehehehehe ? (p.56)

Après cet épisode dramatique, la mère disparaît. Resté seul le père confie ses enfants à un premier ‘oncle’  au village (sixième carnet) puis lorsque la M’a du village meurt ( l’enfant atteint alors les dix ans), à un autre ’oncle’ bienveillant, oncle Ndeh,  qui vit à Buea, au Cameroun anglophone,  au pied du mont Cameroun. La petite s’acharne à décrocher son bac malgré les innombrables obstacles bureaucratiques et financiers qui sont opposés aux jeunes gens courageux et à leurs parents (frais d’écolage, frais de manuels, frais d’uniformes, etc…) mais constate qu’une fois diplômé un jeune ne trouve pas pour autant de travail. Les bonnes places sont réservées aux cousins-cousines des puissants du monde corrompu du Cameroun francophone. Joy, ainsi que son petit ami Marco ne trouvent pas de travail digne de ce nom et sont poussés à l’exil. Marco part le premier et on n’a plus de nouvelles de lui, Joy part à son tour comme employée de maison à Dubaï où le traitement auquel elle est soumise rappelle (un siècle auparavant !) le martyre de Bakhti, la petite esclave du roman de Véronique Olmi).

Le roman de Pierre Fandio, malgré la tristesse de son constat, n’est nullement larmoyant ni chargé d’imprécations. Il s’attache à suivre son héroïne dans les arcanes terriblement embrouillés de la scolarité camerounaise pour ceux qui ne sont pas liés aux puissants de ce pays. Pierre Fandio y excelle et livre un document précieux. Son récit n’est certes pas toujours facile à suivre dans la forêt des sigles qui balisent et bloquent la société camerounaise mais il mérite un effort de lecture.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Dans les arcanes camerounais. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/07/2019, https://apela.hypotheses.org/3302.

AAC: Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques

Colloque International: “Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques”

30 octobre – 1 novembre 2019

Howard University – Washington, DC

Conférencière principale: Dr. Dellita Martin-Ogunsola

Invité-e-s: Shirley Campbell (Costa Rica), Marie Célie Agnant (Haiti/Québec), Ángela Nzambi (Guinée Équatoriale), Cristina Cabral (Uruguay/USA), Erik O. Rubio (Peintre afro-cubain)

Propositions (en français, anglais, espagnol et portugais) à envoyer à: howardconference2019@gmail.com

Date limite d’envoi: 15 juin 2019

 Contact: Dr. Clément A. Akassi, Président du Comité d’Organisation, cakassi@howard.edu

Pour plus détails sur les propositions de communication, veuillez consulter/visiter notre site web, https://cakassi.wixsite.com/howardconference et cliquer sur “Call for Papers”

CALL FOR PAPERS FLYER FRENCH UPDATED