Archives par mot-clé : Migrations

Sur les routes du Cameroun. Par Daniel Delas

Max Lobe, Loin de Douala, éd. Zoe, 2018, 173 p.

À la mort du père à Douala, son fils se sauve du foyer familial pour – rêve-t-il – devenir en Europe une star du ballon rond ; il tente boza, l’aventure en prenant le chemin du Nord du pays.

Boza chez nous n’a rien à voir avec la boisson, la boza turque. D’après notre dictionnaire français du Cameroun, c’est un mot nouveau qui dérive de certains dialectes ouest-africains. Il signifierait « victoire ». Lorsqu’après des mois, voire des années de risques pris sur des chemins tortueux, on foule enfin le sol européen, on crie, Boza ! Victoire ! (p. 31)

Son petit frère est chargé par sa mère éplorée de le retrouver.
Et nous voilà partis avec son ami Simon vers Ngaoundéré via Yaoundé, route habituelle des migrants vers l’Europe.
Ni roman ni chronique, le récit vaut assurément par sa modestie et sa bonne humeur et surtout par une écoute souriante et bienveillante de petits incidents dont toute vie est faite. Un extrait entre mille :

Le vacarme est monstrueux. On s’invective : « – Hey toi là-bas, tu ne peux pas faire la queue comme tout le monde ? Qui t’a même donné ton permis de conduire ? – Le cul de ta mère ! Tu te prends pour qui toi ? Imbécile au carré ! » Un troisième, un quatrième, un nième s’en mêlent et la joute verbale s’allonge. Tout est bloqué. (p. 44).

D’éminents critiques diront : « Sympathique certes, mais ce n’est pas de la littérature ! », en songeant aux “grandsˮ romanciers de l’Afrique subsaharienne : Mongo Beti, Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, engagés dans une vision poétique et politique forte. Peut-être le temps des grandes espérances et des amères désillusions apparaît-il aujourd’hui comme lointain et déjà empoussiéré. Mais pourquoi les écrivains du vécu, du grouillement de la vie quotidienne n’auraient-ils pas droit eux aussi au nom d’écrivain ? Domaine où Max Lobe excelle plutôt que dans son analyse des méandres de la psychologie affective des deux adolescents.

Profitons-en pour poser une question importante. Faut-il distinguer nettement journalisme et Littérature (avec un grand L !!) ? À mon avis, c’est à la fois impossible et inutile.
Boileau, classique entre les classiques français nous fait revivre Les embarras de Paris au dix-septième siècle ; pourquoi Max Lobe ne serait-il pas un écrivain parce qu’il raconte les embouteillages de la Nationale III Douala-Yaoundé ? D’ailleurs au dix-neuvième siècle, presque tous les écrivains (avec un grand E !) ont pondu des récits de voyage plus ou moins pittoresques.
L’écrivain serait-il aujourd’hui plus tourné vers l’intime et/ou le politique ? Voire…

Quel extrait choisir pour illustrer la « manière » de Max Lobe ? À dominante sociale : « Une adolescente au visage criblé de boutons tient dans ses bras un bébé morveux dont elle est probablement la mère. » (p. 133). Truculente ? : « Le cul de vos mères ! Entendu ! Le gros cul de vos mères au carré ! ».
Mais, après tout, ami lecteur, à toi de choisir !

Daniel Delas

Max Lobe est né à Douala en 1986. Il est précédemment l’auteur de trois romans : 39, rue de Berne (2013), La trinité bantoue (2014), Confidences (2016).

Pour citer cet article : Sur les routes du Cameroun. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/11/2018, https://apela.hypotheses.org/2739.

Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

imbolombueImbolo Mbue, Voici venir les rêveurs, traduit de l’anglais par Sarah Tardy,  Belfond, 2016, 420 p.

Pourquoi ne pas avoir traduit plus simplement le titre anglais de ce roman, Behold the dreamers, par Bonjour les rêveurs, avec un clin d’œil au Bonjour tristesse de Françoise Sagan qui annonçait « un sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent » et a signé une nouvelle génération ? Comme le fait le rêve américain des jeunes étudiants anglophones du continent africain ou le rêve français des jeunes francophones (voir entre autres Fatou Diome, Le ventre de l’Atlantique, éd. Anne Carrière, 2003, réédité en poche en 2005).
Quoi qu’il en soit, ce roman d’une écrivaine camerounaise de langue anglaise, née en 1982 à Limbe (anciennement Victoria),  a fait l’objet de notices socio-biographiques largement inspirées par l’envie quand on a appris que l’éditeur Random House avait préempté le texte pour la somme astronomique d’un million de dollars dès 2014, après avoir lu une centaine de pages. Waouh ! Un million de dollars pour le premier texte d’une jeune femme d’une trentaine d’années arrivée aux Etats-Unis à 17 ans ! L’anecdote est intéressante en ce qu’elle souligne l’intérêt grandissant des éditeurs américains pour ce genre de récits qu’on pourrait qualifier d’identitaires : comment trouver une identité entre au moins deux cultures, ce qui pour les Africains à peau noire « ordinaires », sans formation ni diplômes, est particulièrement difficile dans un pays où les inégalités sont immenses et le racisme toujours virulent ? Mais comme il arrive trop souvent dans les notices des medias, le scoop dispense de procéder à une lecture attentive pour se demander si l’écriture et la conception de l’ouvrage méritent ou ne méritent pas pareil traitement de faveur.
Un mot sur le récit avant de se demander à quelle poétique obéit son écriture.

Continuer la lecture de Imbolo Mbue, souffrance et transparence. Par Daniel Delas

AAC : Dialogues entre l’Afrique et la diaspora africaine dans les langues, les littératures et le cinéma

Dialogues entre l’Afrique et la diaspora africaine dans les langues, les littératures et le cinéma

76ème Congrès Annuel du College Language Association (CLA) 6-9 Avril 2016, Houston, Texas (USA)

Propositions de communication (en français, anglais ou espagnol) à envoyer à: Clément A. Akassi, Department of World Languages and Cultures, Howard University (animanclement@yahoo.fr)

Date limite d’envoi: 3 Novembre 2015

Pour les axes thématiques, voir le lien du Congrès et du CLA: www.clascholars.org

Les écritures migrantes (A. Coulibaly, Y. L. Konan, dir.)

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Extrait « The Nine Muses » (2010) de Johh Akomfrah (courtoisie)

L’initiative Non-lieux de l’exil (FMSH) organise, en partenariat avec le département Afrique de l’INALCO et avec  le séminaire « Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. influence du cinéma soviétique »  (EHESS), une journée d’étude consacrée aux représentations de l’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas.

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude, 13 février 2015

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)  Alexis Nuselovici, (FMSH/AMU),  Melissa Thackway (INALCO)

logos3

  • ARGUMENTAIRE

Associé à la quête d’identité et au centre des thèmes développés par les cinémas d’Afrique subsaharienne nés après les indépendances, l’exil continue cinquante ans plus tard d’y occuper une place centrale, au point d’en devenir une de ses principales caractéristiques.

 Qu’il s’agisse de l’exil interafricain, d’une région ou d’un pays à un autre, ou d’un exil au-delà du continent, l’exil y est à la fois thème et fil narratif. De nombreuses figures exiliques apparaissent et se superposent parfois – candidats au départ, immigrés arrivés en Europe, descendants diasporiques, sujets postcoloniaux. Tous sont confrontés à cet appel de l’ailleurs, aux conditions de vie souvent difficiles dans le territoire d’accueil et à la question d’un retour éventuel au pays.

 Incarnations de ce mouvement inexorable, de ce va-et-vient, de cet entre-deux, ou de cet « être dans les deux », ces films dessinent un cinéma des interstices, de quêtes réelles ou symboliques, où se pose la question de la (de)territorialité, de la frontière, de l’imbrication des espaces, ainsi celle des appartenances – une itinérance d’une rive à l’autre qui confère aux écritures cinématographiques une extériorité et une distance critique mais aussi une hybridité de codes et de genres cinématographiques. Quelles représentations émergent de cet état exilique ? Quels regards portent ces films sur l’expérience de l’exil ?

Continuer la lecture de L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines

Ouvrage disponible dans toutes les bonnes librairies :
La Migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines
sous la direction de Cécile Canut et Catherine Mazauric.

Cécile Canut en parle ce jeudi 3 juillet dans La Danse des mots, une émission d’Yvan Amar à réécouter sur RFI.

12 juin 2014
14 x 21
broché
288 p.
28 €
ISBN : 978-2-84670-539-4
http://www.lecavalierbleu.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=402 (extrait disponible à la lecture)

SOMMAIRE
Prologue
– Mise en récits et en images des migrations
(Cécile Canut & Catherine Mazauric)

I. Poétique de la migration
– Migration et comédie de réaction : Le Visa de Kanuté de Habib Dembélé
(Alioune Sow)
– Rendre possible le retour : cinéma et migration en Afrique de l’Ouest
(Carola Mick & Marina Lafay)
– Voyages au féminin et subjectivations transafricaines
(Catherine Mazauric)
– Des pratiques migratoires peu valorisées ? Les chants et les discours entourant les migrations des Burkinabés en Côte d’Ivoire
(Alice Degorce)
– Quand la femme s’en va : regards de trois romanciers africains sur les migrations féminines
(Pierre Soubias)
– Poétique et politique de la migration au Sahara occidental. Les « câ’idîn » : repentants, migrants ou ralliés ?
(Sébastien Boulay)

II. Temps et espaces des migrations
– Les Konpo xooro des migrants soninkés de Dakar : histoire, pratiques et mises en discours
(Cheikhna Wagué & Sandra Nossik)
– Les migrations au Sénégal : essai d’histoire par le bas à travers l’exemple de deux quartiers mythiques de la capitale : Medina et Allées du Centenaire
(Abdourahmane Seck)
– « Quand tes parents ne sont pas ici, c’est très dur ».Récits, imaginaires et dynamiques de (ré)-inscription d’étudiants « diaspo » au Burkina Faso
(Jacinthe Mazzocchetti)
– Morphologie de la « famille à distance » capverdienne. Migrations entre Mosteiros (Fogo, Cap-Vert) et Boston (Massachusetts, États-Unis)
(Pierre-Joseph Laurent)
– Le cap vert dans l’imaginaire des immigrés de la CEDAO : avant le départ et après l’arrivée
(Clémentina Furtado)

III. Mots et maux de la migration
– Trois récits de femmes
(Christine Deprez)
– Quand les hommes haalpulaar se plaignent de la migration : la question de la précarité masculine au coeur des problématiques migratoires dans la vallée du fleuve Sénégal
(Aziz Faty)
– La migration face à la santé mentale au Sénégal : récits, discours et imaginaires
(Véronique Petit, Giulia Pizzolato & Mohamed Ly)
– Symptômes, mensonges, crypto-biographies. L’écriture de l’inquiétude chez les immigrés
(Roberto Beneduce)
– On m’appelle le voyageur…
(Cécile Canut)

Epilogue
– Cicéron et les sans-papiers
(Sylvie Kandé)