Archives par mot-clé : Migrations

Où l’on rit, même dans la jungle de Stalingrad. Par Daniel Delas

Gauz, Black Manoo

roman, Le nouvel Attila, 2020, 170 p.

Les écrits journalistiques et littéraires tournant autour des migrants sont légion. Ce qui en soi est une bonne chose puisque c’est un phénomène majeur aujourd’hui. Majeur et dramatique tant les migrants traversent d’épreuves dangereuses dans leurs tentatives de rejoindre l’Europe et d’y pénétrer. Traversée de déserts écrasés de chaleur, de mers tempétueuses où coulent les rafiots en mauvais état fournis par des passeurs cupides, attentes interminables d’un côté de la frontière, tout cela provient d’expériences vécues par des Afghans, des Soudanais, des Africains subsahariens. Que ces témoignages importent, que les éditeurs qui les publient soient méritants, qui le niera ?
Pourtant leur abondance peut entrainer un sentiment de lassitude devant ce qui semble un calvaire sans fin, les pays occidentaux ne pouvant ou ne voulant accueillir « toute la misère du monde » sous peine de donner trop de grain à moudre aux partis d’extrême-droite, les pays pauvres ou traumatisés par des guerres interminables ne pouvant cesser de rêver à des paradis terrestres.
Au temps du génocide nazi c’est dans un climat morose comparable que quelques essayistes comme Imre Kertész (Être sans destin) ou Roberto Benigni (La vie est belle) choisirent de faire entendre le pouvoir du rire. Même à Auschwitz. Refusant la pose littéraire ou le sentimentalisme ; « je hais la peinture des horreurs, ce qui m’intéresse c’est la distance », dit Kertész prônant une « objectivité sarcastique » ; « je me refuse à simplement témoigner », dit Benigni, se définissant comme un hédoniste.

Gauz, écrivain ivoirien reprend ce fil tendre et sarcastique de son premier roman, Debout-Payé (2014) où il avait imaginé un personnage de vigile pour observer le monde d’aujourd’hui. Cette fois, son héros, Black Manoo, débarque à Roissy sans projet précis ni boulot en vue, tombe sur un vieux copain qui le dépanne en le logeant au squat Danger (rue David d’Angers) où cohabitent Noirs et Blancs, « le seul multiethnique de tout Paname. Yeah man ! » :

Le premier étage aux noirs, le deuxième aux blancs. La société du danger n’a aucune raison d’être différente de celle du dehors. Les noirs sont des sans-papiers. Les blancs des anars ou des autonomes autoproclamés. Les vaincus en dessous des convaincus. La pauvreté des premiers est historique, celle des seconds est politique.

Ce ton sérieux alterne avec des descriptions humoristiques  comme celle de Dominique, le squatteur blanc :     

Avec un père gardien de passage à niveau, l’enfance de Dominique Misselin s’est réglée sur les horaires de train et ses désirs d’ailleurs. Champs-Elysées, Montparnasse, Pigalle, tour Eiffel, il rêve de Paris comme un nègre ou un touriste. A 18 ans et une seconde, il quitte son jurassique Dole. (p. 39)

Ou si on préfère les descriptions amusées des prostituées chinoises :

La large allée centrale du boulevard de La Villette est un défilé de platanes et de prostituées chinoises qui ont en commun la posture droite et impassible. Il y a quelques années, il n’y en avait presque pas… des prostituées, pas des platanes. Quelques-unes se nichaient sous les portes cochères rue Civiale, petite perpendiculaire au boulevard. Il y en avait devant chaque numéro pair sauf le 4, chiffre porte-malheur en Chine. A l’heure où se vidaient les derniers verres dans les Licence IV, les sinophiles du quartier faisaient semblant de se perdre dans cette rue où les « r » devenaient « l ». « Tlenteulos ! », interpellaient-elles, prix de la passe prononcé en franchinois. (p. 76)

Ce ton allègre et alacre tient bien le récit de l’insertion de Black Manoo dans le petit monde ivoirien de Paris mais les choses se gâtent un peu dans les trente pages qui correspondent à son séjour (non souhaité) en Côte-d’Ivoire ; complètement noyé dans les arcanes abidjanaises, le lecteur perd pied, ne retrouvant le fil qu’au retour à Paname après trente-cinq pages abidjanaises.
Avec d’abord le Ivoir Exotic et sa pièce de derrière la porte du fond marquée Sans issue mais réservée aux copains fumeurs de pipe. Puis, quand les choses ne vont plus de ce côté, l’hébergement chez des copains tamouls :

Ni èppadi irukey arikoe phudi kul nak paagan !
Naan nandraaga irukkiren mikka nandri !
Le tamoul se parle vite. Ne pas se laisser flouer par le nombre de syllabes et le longueur des phrases. Ce dialogue dit simplement « comment ça va ? » et « ça va bien, merci. » Délier sa langue pour laisser rouler les mots en avalant les liaisons. Seul le dernier mot est audible. S’il fallait articuler distinctement chaque syllabe, ça prendrait des plombes pour dire des choses simples comme thangalku nandri, merci ! Alors que rien n’est simple dans cette partie du monde où on philosophe sur tout. (p. 132)

Bientôt vous apprendrez tout ce qui concerne Haïti et le vaudou et tournerez avec Black Manoo sur « l’Akatrevinsix » autour de cet aimant qu’est Paris. Il est emporté par un cancer mais finit entouré de tous ses amis.
Le rire dans ce livre se cache dans l’écriture et celle-ci, comme le personnage central mourant « d’un excès de vie », porte joyeusement le livre de bout en bout.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Où l’on rit, même dans la jungle de Stalingrad. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 02/10/2020, https://apela.hypotheses.org/4353.

La création littéraire ? Oui, ça s’apprend. Par Daniel Delas

Yancouba Diémé, Boy Diola, roman, Flammarion, 2019, 187 p.

La 4e de couverture de ce livre nous apprend que Yancouba Diémé (désormais YD) est né en 1990 en banlieue parisienne et est diplômé du master de création littéraire de l’Université de Paris 8. Boy Diola est son premier roman.

La pratique des ‘ateliers d’écriture’ – aujourd’hui appelés dans certains contextes ‘ateliers de création littéraire’ – s’est peu à peu affirmée en France dans le dernier quart du siècle dernier. Elle avait en référence les cours de creative writing existant depuis l’entre-deux guerres aux Etats-Unis où des écrivains reconnus comme Raymond Carver, Flannery O’Connor ou Philip Roth avaient été formés à cette école. Elle rencontra en France un terrain favorable chez certains enseignants ‘soixante-huitards et freinetistes’, animés par une volonté d’affranchir la littérature du joug d’une université conservatrice, centrée sur l’étude des textes littéraires, favorables donc à une approche désacralisée et vivante du littéraire. Faisait son chemin l’idée que l’écrit dit littéraire est à la portée de tout un chacun, que la littérature est un art comme les autres et non un don des dieux réservé à quelques élus. La prédiction de Lautréamont semblait pouvoir se réaliser : « La poésie doit être faite par tous et non par un. »
Les associations progressistes de l’enseignement du français à l’école, au collège et au lycée, comme l’AFEF, s’associèrent à cette idéologie nouvelle, en tenant compte néanmoins de la résistance de nombre de leurs collègues enseignants, qui souvent, même révolutionnaires en politique, restaient porteurs de représentations post-romantiques sur ‘l’inspiration solitaire du créateur‘. Progressivement toutefois, cette résistance a faibli et, sans entrer plus avant dans une histoire détaillée, s’est affirmée une légitimité de l’apprentissage de l’écriture littéraire, en commençant par les universités ‘de gauche’ comme Paris VIII-Vincennes, Toulouse Le Mirail, Aix-Marseille ou Cergy-Pontoise (Pour un bilan plus précis, voir Violaine Houdart-Mérot, La création littéraire à l’université, PU Vincennes, 2018).

*

C’est de ce creuset que nous provient le texte d’un jeune Sénégalais bien accueilli par la critique puisque Le Monde des livres du 8 novembre 2019 lui a consacré une page entière signée de Gladys Marivat. Celle-ci retrace l’itinéraire du jeune homme et raconte la genèse de son livre centré sur la relation entre père et fils. Le père né au village en Casamance avant de venir travailler dans des professions subalternes en France, le fils, discret, ne cherchant pas à raconter sa propre histoire d’intégration – suivant en cela le conseil classique d’un animateur d’atelier à un jeune écrivain : « Ne cherchez pas à tout dire ! ») -. La journaliste critique littéraire joint une note de lecture intitulée « Mille vies et patronymes », au ton sympathique quoiqu’un peu vague (‘justesse du regard’ dit-elle, oui mais encore ?), avant de conclure que tout se passe « comme si Yancouba Diémé avait l’intuition que seule la langue, quand elle est regardée de près, peut révéler la trajectoire d’un homme ». La langue ? Diable ! Que veut-elle dire ?

Ouvrons le volume à notre tour, pour essayer d’être un peu plus précis.

Le fait de savoir que l’auteur a ‘appris’ à écrire incite – envie certes mesquine, mais… – à chercher la trace de procédés ‘appris’. Et l’écriture un peu ampoulée d’un préambule ‘écoutant’ l’état d’âme des immigrants semble un peu gauche, courte pour mieux dire, comme ‘apprise’. Continuons.
Dès que le père apparaît, (Aperaw en diola), le récit prend vie, avec un régime d’écriture alerte, d’une narrativité entraînante. Un découpage du récit en seize chapitres concasse la relation de l’histoire du père, que sollicite son fils, chapitres eux-mêmes découpés en flashes d’une ou deux pages. En un mixage par lequel alternent les souvenirs du narrateur enfant, avec un retour au village de Kagnarou, avec de courtes relations des vicissitudes de la vie du père en France, d’abord ouvrier chez Citroën, puis licencié, vendeur sur les marchés et enfin nettoyeur d’avions à Roissy. Mixage très moderne d’une narration qui s’inscrit dans le sillage faulknérien, loin des enchaînements balzaciens autant que des subtiles circonvolutions proustiennes, fait apparaître le vécu par et dans un brouillage chronologique. Brouillage générateur d’un brouillard comme celui où vivent ces immigrés ressemblant à Aperaw, brutalement ballotés sans repères dans une culture étrangère.

Retournons au texte.

Ce qui est important dans la réussite de ce roman, c’est le refus d’une narration chronologique rigidifiée par la fameuse alternance de l’imparfait et du passé simple : « Le téléphone sonnait. Il se leva pour répondre». Cette alternance qui a régulé le roman réaliste français semble ne plus correspondre à la vision du monde de gens qui viennent d’ailleurs, de cultures ayant un autre rapport au temps. De plus le passé simple a disparu du français parlé. Or YD tient évidemment beaucoup au français oral, d’Afrique ou d’ailleurs, même dans sa pratique créolisée, utilisée par nombre d’immigrés.
Comment remplacer le vieux tandem imparfait / passé simple ? En transformant l’obsession d’une successivité en constat d’une simultanéité. Ce que Yancouba Diémé réussit à faire sentir en découpant le récit de sa relation à son père en flashes achronologiques, – tantôt l’enfant parle, tantôt l’adulte parle, tantôt ici tantôt là. Ce qui produit un portrait à la fois juste et tremblé de cet homme qui vit sans possibilité de s’inscrire dans une temporalité, sans dramatisation idéologique ni parti-pris politique mais au ras du réel.
De ce père, on entend une parlure originale, celle d’un homme de langue maternelle diola (il ignore d’ailleurs le wolof), analphabète, usant d’un français très inventif, appris à l’oreille. Par exemple quand il évoque la vie à Dakar

La vie c’est pas simple ici. Tu dois te battre. Tu te bats et après tu n’as rien. Et les gens à Dakar ils s’insultent comme du n’importe quoi. Les gens ils courent jusqu’à fatiguer. Mauvais hein… (p. 120)

Ou quand il se moque des Blancs qui chouchoutent des animaux domestiques ou sauvages :

C’est eux les malades. Pourquoi ils ont retiré les animaux pour les ramener ici, hein ? Eux ils croient ils peuvent pas se débrouiller tout seuls dans la forêt ou quoi ? Est-ce que les animaux ils ont attendu eux pour manger ? Nooon. Les Blancs, vraiment n’importe quoi ! (p. 103)

 Peu à peu apparaît en filigrane un portrait tout en finesse de ce père, un homme à la fois réaliste et naïf, impulsif et pourtant prudent, amoureux du changement (il voyagera au Ghana, en Côte-d’Ivoire), Diola fier de l’être et cherchant la compagnie des Diolas dans ses errances (« Partout où tu vas, demande si tu n’as pas de parents, Peut-être ils peuvent te garder »), exploité en France mais jamais rancunier, citoyen français (en 2010) mais resté sénégalais. Bref un bel exemple d’énergie et de vitalité, vécu au plus près du vécu.

Laissons-lui la parole pour finir. Désormais retraité, il dit à son fils (l’auteur) au téléphone :

Je regarde les livres que tu m’as achetés tous les jours. J’ai perdu du temps. Maintenant je connais lire. Si je savais j’aurais commencé plus tôt. Je lis un livre, y a tout dedans. Ça parle de la neige, des poupées… Ça parle de la couleur rouge, des reines, de tout. Y a tout dedans (p. 179)

 Et quand il voit à la télé Mario Balotelli, le fameux footballeur italien noir, marquer un but d’une frappe imparable que TF1 repasse en boucle, « Aperaw rit encore plus, il ne s’arrête pas » (dernière phrase du roman, p. 188).

Daniel Delas

Pour citer cet article : La création littéraire ? Oui, ça s’apprend. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 24/11/2019, https://apela.hypotheses.org/3563.

Dans les arcanes camerounais. Par Daniel Delas

Pierre FANDIO, La promesse de Malingo, Clé, 2019, 268 p.

Le roman de Pierre Fandio est une œuvre vraiment camerounaise. Ce n’est pas simplement un récit dont l’action se passerait au Cameroun, écrit par un auteur de nationalité camerounaise et dont l’action se passerait au Cameroun, auteur formé à l’écriture française et dont le texte aurait été plus ou moins rewrité par un éditeur parisien en fonction de supposés critères de qualité littéraire.  Non, camerounais au plein sens du terme, pris dans la culture africaine et dans la réalité sociale de ce pays. L’éditeur (CLE) de ce livre est d’ailleurs installé depuis longtemps à Yaoundé et l’auteur dont c’est, la cinquantaine venue, la première publication littéraire est universitaire, professeur de culture africaine et de littérature francophone à l’Université de Buéa. Bien entendu il a publié auparavant de savants écrits de type socio-littéraire mais il s’aventure ici dans ce qu’on a coutume d’appeler un roman de formation, un Bildungsroman, qui prend ici la forme fictionnelle ici d’un journal autobiographique qu’aurait tenu une jeune femme, nommée Joy. Il s’agit donc d’une fiction mais qui fait sans doute appel à des souvenirs personnels de l’auteur. La quatrième de couverture résume ainsi l’action : 

Lum Joy Abongwa alias Joyceline Luma alias Malingo. Telles sont quelques-unes des identités meurtries de la jeune héroïne d’une fresque picaresque qui rappelle l’histoire de bien des pays africains contemporains. Le patronyme, le lieu de naissance et bien d’autres « accidents de l’histoire » y sont susceptibles de condamner ou de sauver, irrémédiablement. L’histoire de la vie « bouleversée, cabossée et abimée » de Malingo qui nous promène sur trois continents hostiles, postule une jeunesse africaine téméraire mais pas casse-cou. Quelquefois naïve, mais toujours pleine de dignité et de vie.

Huit carnets organisent les complexes tribulations de la vie de Joy au Cameroun, d’abord en ville dans la proximité de Yaoundé, puis au village après le départ de sa mère puis dans la région de Buéa, l’ancienne capitale du Cameroun à l’époque de la colonisation allemande. Le neuvième carnet est consacré à sa vie à Dubaï, où cette jeune fille désireuse de réussir pense se constituer un pécule en travaillant dur et ainsi échapper aux complications inextricables de la vie camerounaise. Hélas elle ne trouve dans les principautés arabes que pratiques esclavagistes d’une nature encore pire que celle du Cameroun décrit dans les huit premiers carnets !

                                                           *

Joy est née dans une famille désaccordée avec un père distant et distrait et une mère rageuse qui trouve l’occasion de faire exploser son ressentiment à l’occasion de l’acte de naissance de sa fille, dont le nom a été mal transmis par le déclarant. Ce détail (dont le récit occupe plusieurs dizaines de pages !) déclenche une rage terrible chez la mère de Joy parce que dans le choix des (pré)noms illustrant la filiation, c’est sa famille à elle qui a été effacée. Dans une scène d’une grande violence, elle accable le père

Tu vas me tuer aussi ! Tue-moi seulement ! oui ! Tue-moi aujourd’hui ! Comme mes enfants ! Abongwa ! Je t’ai fait quoi pour que tu me tues mes enfants comme ça ? Hein, Abongwa eheheh ? Mes enfanrs t’ont fait quoi ? Hein, Abongwa eheheh ? Abongwa, tu ne sais pas qu’au Cameroun, le nom d’une personne c’est sa vie ? Hein, Abongwa ehehehehehe ? (p.56)

Après cet épisode dramatique, la mère disparaît. Resté seul le père confie ses enfants à un premier ‘oncle’  au village (sixième carnet) puis lorsque la M’a du village meurt ( l’enfant atteint alors les dix ans), à un autre ’oncle’ bienveillant, oncle Ndeh,  qui vit à Buea, au Cameroun anglophone,  au pied du mont Cameroun. La petite s’acharne à décrocher son bac malgré les innombrables obstacles bureaucratiques et financiers qui sont opposés aux jeunes gens courageux et à leurs parents (frais d’écolage, frais de manuels, frais d’uniformes, etc…) mais constate qu’une fois diplômé un jeune ne trouve pas pour autant de travail. Les bonnes places sont réservées aux cousins-cousines des puissants du monde corrompu du Cameroun francophone. Joy, ainsi que son petit ami Marco ne trouvent pas de travail digne de ce nom et sont poussés à l’exil. Marco part le premier et on n’a plus de nouvelles de lui, Joy part à son tour comme employée de maison à Dubaï où le traitement auquel elle est soumise rappelle (un siècle auparavant !) le martyre de Bakhti, la petite esclave du roman de Véronique Olmi).

Le roman de Pierre Fandio, malgré la tristesse de son constat, n’est nullement larmoyant ni chargé d’imprécations. Il s’attache à suivre son héroïne dans les arcanes terriblement embrouillés de la scolarité camerounaise pour ceux qui ne sont pas liés aux puissants de ce pays. Pierre Fandio y excelle et livre un document précieux. Son récit n’est certes pas toujours facile à suivre dans la forêt des sigles qui balisent et bloquent la société camerounaise mais il mérite un effort de lecture.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Dans les arcanes camerounais. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/07/2019, https://apela.hypotheses.org/3302.

AAC: Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques

Colloque International: “Migrations, déplacements et mouvements africains/diasporiques: histoires, politiques et poétiques”

30 octobre – 1 novembre 2019

Howard University – Washington, DC

Conférencière principale: Dr. Dellita Martin-Ogunsola

Invité-e-s: Shirley Campbell (Costa Rica), Marie Célie Agnant (Haiti/Québec), Ángela Nzambi (Guinée Équatoriale), Cristina Cabral (Uruguay/USA), Erik O. Rubio (Peintre afro-cubain)

Propositions (en français, anglais, espagnol et portugais) à envoyer à: howardconference2019@gmail.com

Date limite d’envoi: 15 juin 2019

 Contact: Dr. Clément A. Akassi, Président du Comité d’Organisation, cakassi@howard.edu

Pour plus détails sur les propositions de communication, veuillez consulter/visiter notre site web, https://cakassi.wixsite.com/howardconference et cliquer sur “Call for Papers”

CALL FOR PAPERS FLYER FRENCH UPDATED

Guinéenne, Française, Allemande ? Par Daniel Delas

DIALLO Elisa, Fille de France, Climats (Flammarion), 2019, 195 p.

Ce livre d’Elisa Diallo est original en cela qu’il raconte pourquoi et comment une jeune femme métisse, née en France d’un couple ‘domino’, (comme on disait alors), père guinéen-mère française, en vient à choisir l’Allemagne plutôt que la France comme lieu de résidence et de travail.
Pourquoi ? Parce que, selon elle,  les Français ont une conception fantasmée et absolutiste de leur francité, avec le résultat que tout étranger reste étranger et, a fortiori si l’on peut dire, tout africain noir reste nègre africain :

Existe-t-il des Français enfants d’Africains capables de dire sans hésiter « je suis français » sans la moindre réserve, sans un léger tremblement de l’âme, ce court moment où l’on attend d’être contredit ou au moins questionné, Je rêvais parfois de ne plus me sentir fille de France, fille mal aimée (p.11)

De sorte qu’au-delà des discours enflammés exaltant une France terre de liberté, héritière des idéaux révolutionnaires, les gens y restent racistes, sans même s’en rendre compte.  La petite fille noire se heurte dès l’enfance (dans les années 70) et dans toutes sortes de circonstances à des propos insidieusement racistes,

Ce genre de réflexions lancées sur un ton débonnaire par des gens qui se croient tout permis quand ils sont face à des gens comme moi, des anciens des colonies. Je ne sais pas combien de fois j’ai été blessée depuis l’enfance par de telles paroles. Pour n’en citer que quelques-unes, en dehors du classique « Tu viens d’où… non, je veux dire, tu viens d’où vraiment », des réflexions «pas méchantes » faites en parfaite innocence : « Tu sais sûrement bien danser, tu as ça dans la peau » ; « Tu ne peux pas te plaindre de la chaleur, il fait bien plus chaud là d’où tu viens », «Tu  ressembles comme deux gouttes d’eau à Whoopi Goldberg» ou variante, « Tu ressembles vachement à Naomi Campbell »… etc., etc. (p. 141)

La jeune Elisa, enfant sensible et affectueuse, est ‘blessée’, ‘mortifiée’, ‘tétanisée’, par ce refus constant, banal parce qu’inconscient,  d’être considérée comme une égale ; c’est son grief fondamental à l’égard des Français. En second lieu, la jeune femme est choquée par les décisions  politiques hostiles aux étrangers, – décisions aussi bien socialistes (vote de la loi sur la déchéance de nationalité en 2015) que macronistes (refus de la France de laisser accoster l’Aquarius en2018) – , cependant qu’elle admire la généreuse politique d’accueil des émigrés mise en place par la chancelière allemande Angela Merkel (« wir schaffen das », « on y arrivera ») qui accepte la pluriethnicité.  Tant et si bien qu’après un séjour décevant aux Pays-Bas où le passé colonial est tabou, la jeune femme, dotée de solides titres universitaires acquis à Paris, choisit de s’installer en Allemagne,  à Mannheim, où elle travaille dans l’édition. Elle y trouve un dialogue apaisé et décide de demander la nationalité allemande (sans perdre pour autant sa nationalité française selon une loi allemande récente).

Elisa n’est pas devenue malgré cette évolution une militante agressive ou violente, elle reste au plus près d’un vécu chargé d’émotivité (larmes,  colères) sans jouer à l’intellectuelle surplombant le débat. Certes elle est cultivée, issue de parents eux-mêmes cultivés (ils se sont connus à Sciences Po !) dont elle raconte la vie par fragments. Certes l’Allemagne n’est pas un paradis pour les immigrés et la bureaucratie germanique gère avec une lourdeur pointilleuse sa demande de naturalisation.  Par exemple sur le document fourni à son père par les autorités guinéennes, il est écrit à la rubrique ‘date de naissance’, « vers 1941 ». Stupeur indignée de la bureaucrate du Service des Etrangers de Mannheim ! ‘Vers’, on ne peut pas mettre ça dans un document allemand officiel ! Mais comment obtenir des précisions sur ce point certes de détail mais qui bloque la procédure ? Mais c’est plus du bureaucratisme que de la mauvaise volonté et sa demande finira par aboutir.

Cette ‘histoire’ qui reste entre l’autobiographie et le récit de vie est attachante dans son désordre même (la composition semble partir de la vie plus que de la logique historique). Elle incite à la réflexion : l’Allemagne, rendue humble par l’acceptation réfléchie des crimes nazis, serait-elle plus terre d’accueil de la « misère du monde » que la France arrogante ou les Pays-Bas, vivant dans le déni de leur passé colonial ?   Elisa Diallo le pense, concluant son ouvrage en ces termes :

Oui, l’Allemagne est en phase de profonde transformation. Elle l’est en fait depuis l’après-guerre, le démantèlement du fascisme, l’apprentissage de la démocratie, la réunification, le multiculturalisme. Comment ce pays pouvait-il nous paraître aussi ringard quand nous étions jeunes ? Il y a aujourd’hui quelque chose à créer en Allemagne et, pourquoi pas, dans cet ancien laboratoire du pire, un avenir européen, véritablement  multiethnique, où le cosmopolitisme, la diversité et la complexité seraient à nouveau des valeurs positives. Je ne vois pas à l’heure actuelle, de raisons de ne pas y croire. Alors j’y crois.    (p.193-194)

*

Pourquoi inciter à la lecture de ce récit qui n’appartient pas directement à la littérature ? Parce qu’il déconstruit le discours de l’envahissement que tient l’extrême-droite. Les migrants ou les originaires des anciennes colonies ne ciblent pas seulement la France parce qu’ils aiment sa langue, sa Sécurité Sociale ou son amour de la liberté. Ils désirent certes le mieux-être mais ne le dissocient pas d’une demande de dialogue entre hommes et femmes ouverts également au monde. C’est alors vient vite la déception. Multiethnique la France ?  Dans les mots et les discours oui mais pas dans les comportements, pas dans les têtes. La fameuse arrogance française souvent dénoncée,  charrie une indéracinable racisme.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Guinéenne, Française, Allemande ? Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/05/2019, https://apela.hypotheses.org/3209.

AAC : Migrations, traversées et intégrations

Revue Éthiopiques

Appel à communications pour le n°102, 1er semestre 2019

Le prochain numéro d’Éthiopiques dont le thème est Migrations, traversées et intégrations, a pour objectif de susciter des réflexions multidisciplinaires sur les enjeux et les conséquences des phénomènes migratoires contemporains depuis les logiques sociales qui produisent l’émigration, aux formes de recomposition des collectifs remettant en jeu les questions d’appartenance, de frontières et d’intégrations, en passant par la traversée et ses périples. Les échanges, les migrations, les déplacements de population – qu’ils fussent volontaires ou forcés – ont de tout temps marqué la construction du monde, mais elles se sont développées sous une forme spécifique avec la naissance et le développement du capitalisme.
Les migrations, qui ont toujours existé au cours de l’histoire de l’humanité sont devenues une réalité structurelle dans un monde globalisé. Bien qu’elles concernent aujourd’hui une personne sur sept sur Terre et sont de plus en plus diversifiées, multiples et complexes, tant par leurs motifs et leurs origines que par leurs trajectoires, elles restent pourtant mal comprises, volontiers caricaturées, et surtout souvent réprimées, tant au Nord qu’au Sud, si bien qu’aujourd’hui, la réalité dans laquelle nous vivons – dans ce premier quart du vingt-et-unième siècle – est marquée par la tragédie de la migration, comme résultante de la globalisation du monde, de ses conflits, de sa misère et de sa pauvreté. Loin de conduire les États concernés à repenser leurs modalités d’accueil et de gestion des flux, les frontières se sont « renforcées ». La multiplication des dispositifs de contrôle enserre l’expérience des personnes concernées générant, à toutes les étapes de leurs parcours, des situations de blocage et d’immobilité sociale et spatiale. Le migrant dérange, inquiète, oblige à construire des murs, à repenser les frontières, à réveiller les pires fantômes de l’histoire.

Dans ce contexte d’une dramatisation sociopolitique des phénomènes de mobilité, les migrations sont présentées comme autant de déclencheurs de crises sociétales, engendrant une exacerbation des tensions entre les « établis » et les groupes et individus nouvellement arrivés.
La criminalisation du migrant, dans les faits et dans l’opinion, encourage les traites clandestines, les réseaux d’exploitation et exacerbe les difficultés d’intégration. Face à la complexité, au Nord comme au Sud, des causes et des effets culturels, socio-économiques et politiques des déplacements de populations (dont l’essentiel a lieu entre pays du Sud), leur appréhension requiert de profonds changements de perspective dans l’approche du fait migratoire comme réalité socio-historique et thématique scientifique. Le phénomène migratoire , comme recomposition spatiale et sociale des relations individuelles et collectives, implique la mise en question des références et des appartenances, des ancrages et des ambitions, et conduit à interroger la gestion des relations interpersonnelles, à différentes échelles, intimes, familiales, collectives, voire communautaires, et à questionner les dispositifs politiques nationaux et internationaux chargés de contrôler et d’encadrer ces mobilités.

Ce numéro d’Éthiopiques a comme ambition de promouvoir divers angles d’approche afin de radiographier sous toutes ses faces le fait migratoire par un examen en amont comme en aval des circonstances de départ dans les pays d’origine, des motifs qui poussent à partir, mais aussi des réactions des Etats et des sociétés d’accueil, et des difficultés d’intégration.
Il importe d’examiner quels imaginaires migratoires précèdent les voyages et quelles motivations animent les familles à entreprendre la migration de leurs enfants, mais également comment s’ancrent et s’organisent les politiques publiques d’accueil et d’intégration, et enfin comment les trajectoires des migrants sont elles aussi modelées selon les origines, les parcours antérieurs à la migration, le sexe, l’âge, le contexte de l’arrivée, la culture, les facteurs économiques, etc. Les flux migratoires, liés à des réalités géopolitiques et sociales, défient ou restructurent les frontières politiques, linguistiques et historiques entre pays d’accueil et pays d’origine, et appellent un renouvellement des approches prenant en compte la diversification et la complexification des phénomènes actuels de mobilité humaine.

Axes d’analyse

  1. Littérature et art

-Représentation de la migration et du migrant dans la littérature, les arts et le cinéma
– Stratégies et formes narratives du récit migratoire
– La mise en fiction romanesque ou cinématographique de la traversée (mer, désert, barbelé)
– Caractéristiques narratives et spatio-temporelles des fictions portant sur la migration
– La migration et sa mise en scène : télévision, cinéma, musique, photographie, arts visuels, techniques du corps.
– Récit de la post-migration : tracasseries policières – misère – crainte de l’expulsion
– Mise en fiction des questions d’exclusion et d’intégration, des phénomènes communautaristes et diasporiques.
– La migration en héritage.
– Mise en scène d’identités dynamiques des jeunesses actuelles infléchies par la migration des générations antérieures.

  1. Philosophie, anthropologie

– Intégration – exclusion et processus identitaires.
– Initiatives associatives et politiques publiques d’accueil et d’intégration.
– Inter culturalité, diversité et communautarisme.
– Clivages raciaux, culturels et religieux, conflits, violences et radicalisation.
– Libération et progrès humain, construction de soi, espérance, résilience.
– Globalisation et souveraineté
– Développement solidaire, développement durable
– Insécurité, djihadisme, terrorisme

Envoyer votre article à : senghorf@orange.sn

L’article ne doit pas dépasser 25000 signes.

Date limite : le 31 mars 2019

Sur les routes du Cameroun. Par Daniel Delas

Max Lobe, Loin de Douala, éd. Zoe, 2018, 173 p.

À la mort du père à Douala, son fils se sauve du foyer familial pour – rêve-t-il – devenir en Europe une star du ballon rond ; il tente boza, l’aventure en prenant le chemin du Nord du pays.

Boza chez nous n’a rien à voir avec la boisson, la boza turque. D’après notre dictionnaire français du Cameroun, c’est un mot nouveau qui dérive de certains dialectes ouest-africains. Il signifierait « victoire ». Lorsqu’après des mois, voire des années de risques pris sur des chemins tortueux, on foule enfin le sol européen, on crie, Boza ! Victoire ! (p. 31)

Son petit frère est chargé par sa mère éplorée de le retrouver.
Et nous voilà partis avec son ami Simon vers Ngaoundéré via Yaoundé, route habituelle des migrants vers l’Europe.
Ni roman ni chronique, le récit vaut assurément par sa modestie et sa bonne humeur et surtout par une écoute souriante et bienveillante de petits incidents dont toute vie est faite. Un extrait entre mille :

Le vacarme est monstrueux. On s’invective : « – Hey toi là-bas, tu ne peux pas faire la queue comme tout le monde ? Qui t’a même donné ton permis de conduire ? – Le cul de ta mère ! Tu te prends pour qui toi ? Imbécile au carré ! » Un troisième, un quatrième, un nième s’en mêlent et la joute verbale s’allonge. Tout est bloqué. (p. 44).

D’éminents critiques diront : « Sympathique certes, mais ce n’est pas de la littérature ! », en songeant aux “grandsˮ romanciers de l’Afrique subsaharienne : Mongo Beti, Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, engagés dans une vision poétique et politique forte. Peut-être le temps des grandes espérances et des amères désillusions apparaît-il aujourd’hui comme lointain et déjà empoussiéré. Mais pourquoi les écrivains du vécu, du grouillement de la vie quotidienne n’auraient-ils pas droit eux aussi au nom d’écrivain ? Domaine où Max Lobe excelle plutôt que dans son analyse des méandres de la psychologie affective des deux adolescents.

Profitons-en pour poser une question importante. Faut-il distinguer nettement journalisme et Littérature (avec un grand L !!) ? À mon avis, c’est à la fois impossible et inutile.
Boileau, classique entre les classiques français nous fait revivre Les embarras de Paris au dix-septième siècle ; pourquoi Max Lobe ne serait-il pas un écrivain parce qu’il raconte les embouteillages de la Nationale III Douala-Yaoundé ? D’ailleurs au dix-neuvième siècle, presque tous les écrivains (avec un grand E !) ont pondu des récits de voyage plus ou moins pittoresques.
L’écrivain serait-il aujourd’hui plus tourné vers l’intime et/ou le politique ? Voire…

Quel extrait choisir pour illustrer la « manière » de Max Lobe ? À dominante sociale : « Une adolescente au visage criblé de boutons tient dans ses bras un bébé morveux dont elle est probablement la mère. » (p. 133). Truculente ? : « Le cul de vos mères ! Entendu ! Le gros cul de vos mères au carré ! ».
Mais, après tout, ami lecteur, à toi de choisir !

Daniel Delas

Max Lobe est né à Douala en 1986. Il est précédemment l’auteur de trois romans : 39, rue de Berne (2013), La trinité bantoue (2014), Confidences (2016).

Pour citer cet article : Sur les routes du Cameroun. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/11/2018, https://apela.hypotheses.org/2739.