Archives par mot-clé : mis-en-avant

Approches socio-historiques des littératures des suds

État des lieux et perspectives

Colloque à l’Université de Lorraine, Campus de Metz

4-5 octobre 2024

Conférence inaugurale : Pierre Halen

Page de l’évènement sur le site de l’unité de recherche : https://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/colloques/approches-socio-historiques-des-litteratures-des-suds

Argumentaire

Qu’en est-il aujourd’hui des approches socio-historiques des littératures des Suds ? Résolument interdisciplinaire, ce colloque, qui fait suite à une journée d’étude organisée le 22 juin 2021 par le groupe ASOHLIS, vise à dresser un état des lieux concernant les travaux qui permettent de comprendre la fabrique de ces littératures (prioritairement des littératures africaines mais pas exclusivement) et leurs déploiements historiques et sociaux, tout en contribuant à une réflexion plus large sur le fait littéraire et sa compréhension. Pour autant, il ne s’agira pas de tourner le dos aux approches littéraires, attachées à l’analyse des œuvres et des auteurs. Toujours avec une intention méthodologique et réflexive, son souci est de multiplier, dans ces perspectives sociales et institutionnelles, outils et angles d’analyse, qu’ils soient historiques, sociologiques ou littéraires, pour comprendre ce fait culturel.

Le colloque entend ainsi contribuer à restituer le déploiement temporel et la constitution historique de ces littératures (leur histoire, les acteurs, les lieux, les institutions et les vecteurs qui les portent ; les crises qu’elles traversent, les échecs ou les freins qu’elles rencontrent ; les polémiques ; les conditions de possibilités et d’existence qui en résultent ; la tradition littéraire qui en découle…). Il s’intéressera aux phénomènes de domination et de hiérarchisations entre les littératures tant dans leur généalogie historique (le rapport au passé colonial et à la décolonisation par exemple) que dans leurs déploiements contemporains (modalités de consécration, rapport centre/périphéries, rapport au national…) ; sans négliger d’observer les pratiques concrètes et l’agentivité propre des écrivains et des autres acteurs concernés  : il s’agit de saisir la structuration d’ensemble du monde littéraire, dans ses aspects symboliques, économiques, politiques, en prêtant attention à tous les acteurs de la littérature (agents, éditeurs, critiques, traducteurs, publics…). Il entend enfin restituer la sédimentation textuelle de ces dynamiques historiques et sociales (intertextualités, autoréflexivités des auteurs…) et les pratiques littéraires passées ou présentes. La démarche sera donc également attentive aux approches sociocritiques au sens large, et notamment aux représentations sociales voire politiques, inscrites dans les textes selon différentes perspectives (nation, classe, genre, race…), faits de discours qui constituent autant de prises de position dans le champ social.

Les propositions d’intervention pourront viser à :

  1. dégager les enjeux méthodologiques, critiques, voire socio-politiques des approches de type matérialiste/sociales/historiques pour les littératures des Suds ;
  2. dresser un bilan de l’existant (travaux publiés, institutions, travaux en cours) ;
  3. problématiser les concepts et les méthodologies (champ littéraire, autonomie, système littéraire, méthodes quantitatives, sociocritique, etc.) ;
  4. illustrer les perspectives sociologiques par des études de cas, d’une portée générale aussi large que possible

Comité d’organisation

  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

Comité scientifique

  • Elara Bertho (CNRS)
  • Virginie Brinker (Université de Bourgogne)
  • Alex Demeulenaere (Université de Lorraine)
  • Paul Dirkx (Université de Lille)
  • Claire Ducournau (Université Paul-Valery-Montpellier)
  • Abdoulaye Imorou (University of Ghana)
  • Maëline Le Lay (CNRS)
  • Tristan Leperlier (CNRS)
  • Anthony Mangeon (Université de Strasbourg)
  • David N’Goran (Université Houphouët-Boigny)
  • Elena di Pede (Université de Lorraine)
  • Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine)

ELA : l’intégralité des numéros en ligne

Les numéros 1 (1996) à 55 (2023) des Études littéraires africaines sont intégralement en ligne* sur la plateforme Erudit.org  :

Plus de 2300 articles en ligne !

* Rappel : Les livraisons de l’année précédente ne sont pas encore en accès libre, car il faut être abonné. Pour se procurer les derniers numéros parus, il faut soit disposer d’un accès en ligne à Erudit (via son établissement, ou renseignements sur Erudit), soit être membre cotisant de l’Apela (revue “papier”), soit… attendre un an.

Les droits relatifs aux versions numériques sont réservés.

Il est encore temps pour se procurer la version imprimée ! ainsi que divers numéros qui ne sont pas encore épuisés… ou pour devenir membre de l’association pour l’année en cours, ou pour plusieurs années !

Relire Senghor. ELA 56 (2023)

Dossier : Relire Senghor

Textes réunis par Elara Bertho et Étienne Smith

  • Relire Senghor ? (Elara Bertho et Étienne Smith)
  • À la gauche de Senghor : relire le président en action
    (Florian Bobin)
  • Relire le poète Senghor à la lumière de son fédéralisme politique (Sébastien Heiniger)
  • Le projet de la série Liberté : un colosse aux pieds d’argile
    (Edoardo Cagnan)
  • Le Royaume d’enfance sous le regard de Gaïa (Xavier Garnier)
  • Lecture génétique du poème « Chant pour Yacine Mbaye »
    (Claire Riffard et Mbaye Gueye)
  • Entretien avec Sarah Frioux-Salgas (Elara Bertho)
  • L’œuvre en élaboration : de quelques « mots-ciment »
    de Senghor dans le « Cahier de Verson »
    (Papa Samba Diop)

Hommage

Hommage à Jacques Chevrier (R. Fonkoua)

À propos… des Bons ressentiments d’Elgas

  • Libre ! (J.-P. Orban)
  • Des ambivalences post-coloniales à l’incolonisable
    (M.
    Lombard)
  • Je t’aime, moi non plus : les émotions post-coloniales
    d’Elgas (N. Chavoz)

Varias

  • « Toi / ce bris d’île entière » : le fragment poétique comme
    relation au monde dans l’œuvre d’Édouard J. Maunick
    (C. Lotz)
  • Renoncer à l’épopée: trois figurations littéraires de la
    « Toussaint rwandaise » de 1959 (Reisdorff, Marchal, Ruti)
    (P. Halen)

Comptes rendus