Archives par mot-clé : mis-en-avant

Congrès 2019 – SITE ET PROGRAMME

Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques

Congrès 2019 de l’APELA

Aix-en-Provence, Faculté ALLSH d’Aix-Marseille Université, 25-27 septembre 2019

Document des Archives nationales d’outre-mer (Karim, Ousmane Socé)

D’emblée, par sa matérialité et sa dimension multiforme et hybride, l’archive interroge les cloisonnements disciplinaires. Récits, cartes, photographies, correspondances privées, de toute évidence, l’archive nous force à un décloisonnement des savoirs et à une pratique de “l’indiscipline”. À la lisière de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature ou encore de l’histoire des arts, l’archive est un matériau total qui appelle à l’ouverture disciplinaire que ce colloque entend pratiquer.

Le site du colloque est désormais ouvert : inscriptions à tarifs préférentiels jusqu’au 12 août, puis à taux normal jusqu’au 12 septembre.

Les congrès de l’APELA sont accessibles aux membres de l’association. L’adhésion annuelle donne droit à deux numéros de la revue. Renseignements pour adhérer à l’APELA : http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Programme provisoire

A consulter également sur https://apela2019.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Mercredi 25 septembre 2019

Matinée

9h-9h30 : accueil des participants et Ouverture du colloque
9h30-11h15 : Panel 1 « Janheinz Jahn, Dambudzo Marechera – Perspectives de la recherche dans les archives de la HU-Berlin »

  • Ibou DIOP (IAAW, HU-Berlin) : « Les archives de Jahnheinz Jahn comme lieu de conservation et de réinvention de la littérature africaine et de la diaspora. Le cas de Senghor »
  • Susanne GEHRMANN (IAAW, HU-Berlin) : « L’échange épistolaire entre Janheinz Jahn et Abiola Irele – une amitié intellectuelle (1959-1972) et ses leçons décoloniales »
  • Flora VEIT-WILD (IAAW, HU-Berlin) : « Traces matérielles et mémorielles dans les archives de Dambudzo Marechera »
  • Pierre LEROUX (U. Sorbonne nouvelle) : « De l’image au texte, l’édition numérique des œuvres de Dambudzo Marechera »

11h30-13h :

  • Session 1 « Figures mémorielles »
  • Claudia GRONEMANN (U. Mannheim) : « Saint Augustin comme figure mémorielle et littéraire au Maghreb »
  • Dominique RANAIVOSON (U. Lorraine) : « Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains »
  • Emmanuel NDOUR (Wits U. Johannesburg) : « La Sonate à Bridgetower d’Emmanuel Dongala : quand l’archive devient “prothèse de l’histoireˮ »
  • Session 2 « Traces et archives dans le roman »
  • Alice CHAUDEMANCHE (U. Sorbonne nouvelle) : « La langue du roman, archive d’une création linguistique et littéraire : Aawo bi de Mame Younousse Dieng, entre promotion du standard wolof écrit et mémoire du parler du Cayor »
  • Sylvère MBONDOBARI (U. Omar Bongo Libreville) : « Une affaire de crâne : guerre d’indépendance, écriture de l’histoire et construction identitaire »
  • Julia GALMICHE (U. Toronto) : « Entre archive romanesque et romanesque de l’archive : l’objet-livre chez Alain Mabanckou et Patrick Chamoiseau »
  • Solange NAMESSI (U. Strasbourg) : « Poétiques de la revenance et redéfinition d’une mémoire postcoloniale chez Tierno Monénembo, Kossi Efoui et Abdourahman Waberi »

Après-midi

14h-16h : Panel 2 Programme ARCHIVA « Manuscrits de Bernard Zadi Zaourou » 

  • Marie-Clémence ADOM, UFHB, Abidjan
  • Assi Véronique DIANÉ, UFHB, Abidjan
  • Dominique TRAORÉ, UFHB, Abidjan : « Archives de la production dramatique de Bernard Zadi Zaourou: bilan provisoire et perspectives »

16h15-17h30 :

  • Session 3 « Violences héritées 1 »
  • Françoise UGOCHUKWU (Open University) : « Le Biafra en littérature, du charnier des archives orales au suintement d’une littérature de témoignage »
  • Dorothée BOULANGER (King’s College) : « Archives et contrefaçons littéraires en Angola : Estação das Chuvas et Teoria Geral do Esquecimento de José Eduardo Agualusa »
  • Panel 3 Programme ARCHIVA « Chercheurs et artistes : gestes d’archives »
  • Aurore DESGRANGES (U. Lyon 2 & U. Ki-Zerbo, Ouagadougou) : « Collecte de textes dramatiques à Ouagadougou : “ remède ˮ à une invisibilité littéraire ? »
  • Rym KHENE (U. Sorbonne nouvelle) : « Images algériennes: une pratique d’archive pour dire les années 1990 »

Soirée

18h (aux Archives nationales d’outre-mer) :

Entretien poétique avec HAWAD et CONFÉRENCE INAUGURALE de Tierno MONÉNEMBO (titre à venir)

VERNISSAGE de l’EXPOSITION De la bibliothèque coloniale aux premières littératures africaines,
avec cocktail de bienvenue

Soirée libre

Jeudi 26 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 4 MEMOIRS « La postmémoire des “Autresˮ d’Europe »

  • Margarida CALAFATE RIBEIRO (U. Coimbra)
  • António PINTO RIBEIRO (U. Coimbra)
  • Fernanda VILAR (U. Coimbra)
  • Fátima RODRIGUES (U. Coimbra)
  • Felipe CAMMAERT (U. Coimbra)
  • Hélia SANTOS (U. Coimbra)
  • Mónica SILVA (U. Coimbra)

11h30-13h :

  • Session 4 « Micro-histoires et migrations »
  • Stéphane CERMAKIAN (AMU) : « Traces littéraires d’une diaspora arménienne à Djibouti et en Ethiopie : le poète Roupen Vorpérian et l’exil africain (1904-1920) »
  • Aïssatou MBODJ-POUYE (EHESS) : « Penser l’émigration et le retour. Récit biographique et histoire villageoise dans les écrits d’un ancien migrant de la région de Kayes »
  • Fabio VITI (AMU) : « La vie minuscule d’Akafou Blalè, entre archives et récits »
  • Session 5 « L’écriture et les traces »
  • Ioana DANAILA (U. Grenoble Alpes) : « L’écriture comme archivage et mesure du temps dans le roman Measuring Time de Helon Habila »
  • Bernard DE MEYER (U. of KwaZulu Natal) : « Le romancier et les traces : cas de Gaston-Paul Effa dans Le miraculé de Saint-Pierre»
  • Laura GAUTHIER BLASI (Universidad Europea Madrid) : « Pour une exploration de soi et du lieu. Traces, H-histoire-s et/ou poésie dans le roman haïtien contemporain »
  • Christine LE QUELLEC COTTIER (U. Lausanne) : « Le Terroriste noir de T. Monénembo : traces mémorielles et réinvention du discours »

Après-midi

14h-16h :

  • Session 6 « Archives théâtrales »
  • Corinne FLICKER (AMU) : « Archives théâtrales en français de l’île Maurice »
  • Céline GAHUNGU (Sorbonne Université) : « Archives d’une production culturelle franco-africaine : le Concours théâtral interafricain (1967-1992) »
  • Nicolas TREIBER (AMU) : « De Chaîne au Kaloum Tam-Tam, la polyvalence des traces chez Saïdou Bokoum »
  • Panel 5 « Madagascar »
  • Mélanie RAKOTOSON-RAKOTOBE RAZARINIVO (U. d’Antananarivo) : « La littérature, urne de l’Histoire et de la Tradition »
  • Henriette RAMANAMBELINA (U. d’Antananarivo) : « Vakivakim-Piainana de Iharilanto Patrick Andriamangatiana, un évènement littéraire »
  • Theis Lala Voahangy RASOLOARIVONY (U. d’Antananarivo) : « Le Kaiamba betsimisaraka du district de Brickaville, région Atsinanana »
  • Victorine RAZANABAHINY (U. d’Antananarivo) : « Les proverbes dans la mémoire collective malgache »

16h15-17h30 :

  • Session 7 « Violences héritées 2 »
  • Alain AGNESSAN (U. of Western Ontario) : « Le désir d’archive des pictions de génocide. Une lecture de l’économie spectrale de la bande dessinée du génocide des Tutsis du Rwanda »
  • Pierre BOIZETTE (U. Paris Ouest Nanterre) : « Les yeux du père, traces et élaboration d’une mémoire familiale dans des récits de retour en Afrique (Mukoma wa Ngugi et Noo Saro-Wiwa) »
  • Markus ARNOLD (U. Cape Town) : « Entre effet de réel, palimpseste et marqueur métafictionnel : l’archive dans la bande dessinée française et francophone sur l’Afrique et sa diaspora »
  • Session 8 « Questions d’archives »
  • Alice DESQUILBET (U. Sorbonne nouvelle) : « Jean-Luc Raharimanana : Madagascar 1947, reconstituer l’archive manquante »
  • Valérie DE WULF (EHESS & CEAH Madrid) : « De l’appropriation progressive de l’écriture à la constitution d’archives littéraires et historiques par des peuples d’Afrique centrale, le cas de la Guinée Equatoriale (XXe-XXIe siècle) »

Soirée

18h : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE STATUTAIRE DE L’APELA (élections)

20h30 : DÎNER DU COLLOQUE (sur inscription)

Vendredi 27 septembre 2019

Matinée

9h-11h : Panel 6 « Les archives du “zoo humain”, matrices de créations contemporaines »

  • Delphine PEIRETTI-COURTIS (AMU)
  • Clemens RADAUER (collectionneur)
  • Fanny ROBLES (AMU)
  • Chokri BEN CHIKHA (KASK, Gand)

11h30-13h : Panel 7 « Ethnographier l’“histoireˮ : du prisme archivistique à l’apport missionnaire pour (d)écrire »

  • Anthony GRÉGOIRE (EHESS & U. Montréal) : « De l’anthropologue sur un terrain partagé : d’aujourd’hui à hier (et vice-versa) pour une histoire (re)considérée »
  • Thiago SAPEDE (EHESS) : « Archives missionnaires : multiplicité et défis pour une histoire du Kongo précolonial »

9h-13h : MasterClass Génétique des manuscrits du Sud

  • Céline GAHUNGU (ITEM-Cnrs)
  • Nicolas MARTIN-GRANEL (ITEM-Cnrs)
  • Claire RIFFARD (ITEM-Cnrs)

Après-midi

14h-16h : Session 9 « Le paysage comme archive mémorielle »

  • Mélanie BOURLET (INALCO, ANR EcoSen) : « Les poésies de la vallée du fleuve Sénégal comme archives paysagères : enjeux écopolitiques d’un imaginaire géographique »
  • Marie LORIN (INALCO, ANR EcoSen) : « Le poème comme herbier : poétique et botanique dans la Vallée du Fleuve Sénégal »
  • Antje ZIETHEN (U. Texas) : « Hétérochronies urbaines. La ville-archive dans les littératures africaines de l’Atlantique noir »

16h15-17h30 :

  • Maria-Benedita BASTO (Sorbonne Université) : « L’archive sensible »

18h : CLÔTURE du colloque

URL de référence : https://apela2019.sciencesconf.org/

Qui a peur de la littérature wolof ? ELA 46 (2018)

Qui a peur de la littérature wolof ?

Textes réunis par Rémi Tchokothe

Ce dossier met en avant la production croissante de Boubacar Boris Diop en wolof et son rôle de promoteur de « la langue maternelle », longtemps symboliquement étouffée par ce qu’il appelle « la langue de cérémonie, langue du dimanche ». Les réflexions des chercheurs basés au Sénégal, en France et aux États-Unis montrent que le wolof, qui s’enrichit de la traduction d’œuvres désormais classiques comme Une saison au Congo et Une si longue lettre, peut aussi être le matériau dans lequel s’écrivent des textes postmodernes. En associant les fonctions de traducteur, de médiateur et d’auteur, Boris Diop réalise, en amont, un travail patient sur la langue et, en aval, constitue un corpus littéraire. Ce faisant, il lance un défi aux chercheurs qui doutent de la capacité des littératures en langues africaines à se développer sur le marché de la reconnaissance internationale.


**

  • Présentation (Rémi Armand Tchokothe)
  • Introduction à l’œuvre littéraire de B. B. Diop : du français au wolof (Papa Samba Diop)
  • Bàmmeelu Kocc Barma de B.B. Diop ou comment écrire un roman postmoderne en wolof  (Serigne Seye)
  • Peut-on se baigner deux fois dans le même fleuve ? À propos de l’auto-traduction de Doomi golo par B.B. Diop (Ousmane Ngom)
  • Une saison en wolof (Alice Chaudemanche)
  • B. B. Diop et ses publics, entre français et wolof, ancrage local et internationalisation de l’œuvre (Nathalie Carré)
  • « Mettre sa langue à la première place ! » : entretien de B. B. Diop
    avec Fatoumata Seck
  • « L’Histoire est un éternel recommencement et presque toujours pour le pire » : entretien de B. B. Diop avec Rémi Armand Tchokothe

À propos de
Lilyan Kesteloot

À propos de
La Fabrique des classiques africains de Claire Ducournau

Varias

Antigone sous les soleils d’Afrique : trois exemples d’adaptation
(Donato Lacirignola)
« Rira bien, tu riras le damné » : jeu de mots et enjeu des mots dans Za de Raharimanana (Guillaume Sofo)

Comptes rendus

ELA_46_ couverture

ELA : l’intégralité des numéros en ligne

Les numéros 1 (1996) à 45 (2018) des Études littéraires africaines sont intégralement en ligne* sur la plateforme Erudit.org  :

1746 articles en ligne !

* Rappel : Les livraisons des deux dernières années (2017 et 2018) ne sont pas encore en accès libre, car il faut être abonné. Pour se procurer les numéros les plus récents, il faut soit disposer d’un accès en ligne via son établissement, soit être membre cotisant de l’Apela (revue “papier”), soit… attendre deux ans.