Archives par mot-clé : Négritude

Senghor et la promotion de la négritude

Journée d’étude

AIELCEF / ITEM / UCAD

Format hybride : en ligne / Paris, ENS-Ulm

Samedi 21 septembre 2024 

Calendrier prévisionnel

  • 15 mars : acceptation des propositions
  • 2 septembre 2024 : envoi de la première version orale de la communication
  • 21 septembre 2024 : déroulement de la journée d’étude avec un format hybride, en ligne et à l’ENS-Ulm (Paris).
  • 31 janvier 2025 : réception des articles issus des communications
  • 1er semestre 2026 : publication des actes dans la revue électronique Recherches Francophones (AIELCEF, U. McGill) : https://recherchesfrancophones.library.mcgill.ca/

Argumentaire

Qu’il y ait eu un mouvement de la négritude et que celui-ci ait été fondé à Paris au début des années 1930 autour des personnalités de Césaire, Senghor et Damas apparaît comme un acquis pour l’histoire littéraire et l’histoire des idées. Néanmoins, si l’on se penche sur les textes, les revues, les archives et les réseaux intellectuels, les origines et les confins de ce mouvement s’avèrent quelque peu flous. Il semblerait même que cette idée, somme toute, unitaire du mouvement de la négritude soit le produit d’une construction discursive et institutionnelle rétrospective. Cette journée d’étude — qui se déroulera avec un format hybride, en ligne et en présence (à l’ENS-Ulm de Paris) — souhaite examiner la manière dont Senghor, poète, président et théoricien, au cœur du champ politique et du champ littéraire, a su jouer un rôle crucial dans cette promotion de la négritude.

Continuer la lecture de Senghor et la promotion de la négritude

Séminaire Senghor 2023/7, Nimrod

Négritude et négrologues, un essai culte que personne n’a jamais lu”

par Nimrod, écrivain et poète

14/09/2023, ENS et visioconférence. 14h GMT (16h Paris)

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de l’adresse du séminaire : <senghor.item.ucad(a)gmail.com>

Résumé : Rédigé pendant la Guerre froide, Négritude et Négrologues, livre culte et vulgate de la radicalité, personne ne l’a et personne n’a osé élever contre lui la moindre critique.

Nimrod est né au Tchad en 1959. Il est poète, romancier, essayiste et éditeur (éditions Le Manteau & la Lyre). Il a publié à ce jour plus d’une trentaine d’ouvrages dont Les jambes d’Alice, Le bal des princes, La nouvelle chose française, Rosa Parks, Non à la discrimination raciale, L’or des rivières, Babel, Babylone, Petit éloge de la lumière nature, etc.), qui ont été couronnés entre autres par le Prix de la Vocation, le Prix Benjamin Fondane, le Prix Édouard Glissant, le Prix Ahmadou Kourouma, le Prix Max Jacob, le Prix des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau, le Prix Pierrette Micheloud, le Prix Guillaume Apollinaire.
Ses derniers ouvrages sont Un balcon sur l’Algérois (roman, Actes Sud, 2013), Visite à Aimé Césaire (essai, Obsidiane, 2013), Léon-Gontran Damas, poète jazzy (biographie, À dos d’âne, 2014) et Sur les berges du Chari, district nord de la beauté (poèmes, Bruno Doucey, 2016), L’enfant n’est pas mort (roman, Bruno Doucey, 2017), J’aurais un royaume en bois flottés, anthologie personnelle 1989-2016 (Poésie/Gallimard, 2017), 120 nuances d’Afrique, anthologie composée et présentée avec Bruno Doucey et Christian Poslaniec (Bruno Doucey, 2017), Gens de brume, récit, Actes Sud, 2017, La traversée de Montparnasse, roman (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2020), Petit éloge de la lumière nature, poèmes (Obsidiane/Le Manteau & la Lyre, 2020) et Le temps liquide, récits (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2021).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2679

Formes fixes et identités noires. ELA 50 (2020)

Formes fixes et identités noires

Textes réunis par Pierre Leroux et Thomas Vuong

  • Formes fixes et identités noires : introduction
    (Pierre Leroux et Thomas Vuong)
  • Okot p’Bitek : de la révolution poétique à la révolution culturelle (Aurélie Journo)
  • Du méta-sens des règles stylistiques d’un genre poétique
    (Peuls du Massina, Mali) (Christiane Seydou)
  • Jacques Rabemananjara, ou les formes poétiques d’une identité malgache transfigurée (Tumba Shango Lokoho)
  • Le « verset des fleuves » de Léopold Sédar Senghor : héritage culturel ou négation d’une forme poétique occidentale ? (Alioune Sow)
  • « Native Guard », de Natasha Trethewey : écrire un pan oublié d’histoire noire-américaine (Thomas Vuong)
  • Trouble(s) de l’identité : Countee Cullen et le choix des formes poétiques dans la Renaissance de Harlem (Frédéric Sylvanise)
  • Le Paradoxe négritudien dans Les Quatrains du dégoût de Bernard Zadi Zaourou : formes, images et figures (Dorgelès Houessou)

Varias

  • Raconter une épidémie : Ébola dans les romans de Véronique Tadjo et de Paule Constant (Francesca Cassinadri)
  • Terre promise ? Terre maudite ? Le mythe de l’exode et la quête
    d’une (post)mémoire transatlantique dans La Saison de l’ombre
    de Léonora Miano (Aurélia Mouzet)
  • Touriste et flâneur : deux regards sur l’Irak dans Le Tour de Babylone de Barlen Pyamootoo (Andrew Stafford)
  • Avoir l’état au ventre : littérature et énonciation à partir de
    Machin la Hernie de Sony Labou Tansi (Laureline Courret)

À propos de…

…la « gauche identitaire »

(Contributions de : Hélé Béji, Françoise Chenet, Pierre Halen, Laurent Husson, Maëline Le Lay)

Comptes rendus

Sommaire détaillé à consulter sur le site officiel de l’APELA.

Le n°50 des Etudes littéraires africaines vient de paraître et d’être envoyé à tous les membres de l’APELA en ordre de cotisation ainsi qu’aux abonnés pour l’année 2020.

C’est le moment de renouveler votre cotisation pour 2021 si ce n’est pas encore fait ! Voir le bulletin en annexe.
Contact avec le trésorier : pierre.halen [at] univ-lorraine.fr

ANCIENS NUMEROS : prix sacrifiés ! Voir le bulletin de commande ci-après.

Bulletin_d_adhesion_2021

Bulletin_de_commande_2021

AAC : en hommage à Lilyan Kesteloot

Colloque international
en hommage à Lilyan  Kesteloot     

Dakar, UCAD, du  15 au 17 janvier 2019

Les propositions de communication suivies d’un résumé, nécessairement en lien étroit avec les thématiques de recherche de prédilection de  Lilyan Kesteloot seront reçues jusqu’au  31  août 2018 aux adresses mail suivantes :

Lilyan Kesteloot, citoyenne belge native du Congo, et africaine dans l’âme, dont le nom est désormais associé à l’aventure historique de la Négritude, a été une personnalité emblématique et une figure de référence des études littéraires africaines dont elle a fait rayonner l’éclat à travers le monde entier. La parution de sa thèse, Les Ecrivains noirs de langue française, naissance d’une littérature (1961), a été le coup d’envoi qui a donné une impulsion  sans précédent aux études littéraires africaines, en leur conférant une assise historique, scientifique et institutionnelle. L’œuvre multiple et pionnière de ce savant  qui est allée de l’avant en franc-tireur et en éclaireur, sans préjugés ni frontières, a traversé notre époque, en la marquant profondément. On en trouve des traces durables dans la critique littéraire, l’anthropologie, l’histoire, la linguistique et les études culturelles. Elle a incarné le besoin d’interdisciplinarité en naviguant,  pour ainsi dire, de discipline à discipline. L’évolution des études littéraires africaines est liée à son nom, à ses travaux, à son sens du travail scientifique et à sa conscience de la dignité des peuples noirs et de leurs cultures. Sa réputation d’impeccable critique littéraire dont la minutie et la sureté des analyses s’alimentent à une mémoire et à une profondeur pour mieux éclairer les intentions profondes des œuvres étudiées, irradie largement la critique littéraire  contemporaine au-delà des murs de l’université africaine et des frontières du continent. Ses travaux  ont été décisifs pour la réception et la compréhension  de poèmes réputés hermétiques de Césaire et de Senghor, en particulier.

Continuer la lecture de AAC : en hommage à Lilyan Kesteloot

Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou, un critique sapeur et voyageur

lettresnoiresLettres noires : des ténèbres à la lumière, Collège de France / Fayard, 75 p. , 2016. Le monde est mon langage, Grasset, 319 p., 2016.

Deux publications en 2016 témoignent de l’activité réflexive dans le champ littéraire africain d’Alain Mabanckou qui est devenu aujourd’hui une référence incontournable dans la vie intellectuelle franco-africaine. Qui ne l’a vu à la télé ou sur les réseaux, avec ses grosses lunettes blanches et sa veste brillante, en sa tenue de sapeur ?
Sapeur quesaco ? Un dandy congolais dont l’élégance crée une belle ambiance en réaction à un monde de laideur.

Ouvrons ces deux bouquins.
Le premier, très mince, contient le texte de la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou (17 mars 2016) au Collège de France, institution prestigieuse où l’écrivain congolais a été invité pour un an à la chaire de création artistique, à l’initiative d’Antoine Compagnon. Intitulée Lettres noires : des ténèbres à la lumière,  ce qui semble teinter son propos d’une sombre dramaticité conradienne, cette leçon brille pourtant par son charme séduisant et son aisance. L’introduction en particulier. Elu en 2016, Mabanckou s’amuse pour son exposé à partir un siècle plus tôt, de 1916, date plus ou moins précise de l’invention du fameux “slogan dévastateur” « Y’a bon Banania » pour descendre de 6 en 6 (par exemple, 1956, le Congrès des écrivains et artistes noirs, 1968 (un peu raté ! à deux ans près !) le prix Renaudot de Yambo Ouologuem et sa propre date de naissance à lui Mabanckou (1966), 1996 le prix de l’Académie Française de Calixthe Beyala,  2006, date de son prix Renaudot et de la leçon inaugurale d’Antoine Compagnon, son parrain au Collège de France) avant d’en arriver, en une chute impeccable, à son propre portrait en 2016 : « qui suis-je au fond ? ». Pour répondre à cette question Mabanckou remonte encore plus haut sur le grand plongeoir de l’historicité, cette fois jusqu’en 1530, année de la création du Collège de France, pour s’y élancer dans un série de figures sur ses ancêtres esclavagisés, le symbolisme du noir, « cousu de fil blanc », les clichés les plus obscurantistes qui habitent encore les esprits mais que certains combattent, dont bien entendu «  les illustres membres de votre institution » : « En un mot, je suis fier et heureux d’être ici, parmi vous, avec vous… ». L’artiste retombe sur ses pieds et salue le public admiratif.

Continuer la lecture de Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

CFP: Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)

HOWARD UNIVERSITY

COLLEGE OF ARTS AND SCIENCES
DEPARTMENT OF WORLD LANGUAGES AND CULTURES
CALL FOR PAPERS

International Conference
Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)
Howard University
Blackburn Center
Washington, DC
November 4-6, 2015

Deadline to Submit Proposals: July 15, 2015
Extended Deadline: July 30, 2015

In its resolution 68/237 of 23 December 2013, the General Assembly of the United Nations (U.N.) proclaimed the International Decade for People of African Descent commencing 1 January 2015 and ending on 31 December 2024. The decade aims to strengthen the economic, social, cultural, civil and political rights of people of African descent, and adopt national, regional and international legal frameworks in accordance with the Durban Declaration on the Elimination of All forms of Racial Discrimination, and to ensure their full and effective implementation.
In this context, a second International Conference, “Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)” (November 4-6, 2015) is being organized at Howard University to lead the forthcoming global activities regarding the U.N. recommendations and objectives. The first academic meeting at Howard University was an echo of the International Year for People of African descent proclaimed also by the U.N. in 2011.
The organization of this International Conference is intended to contribute not only to the reconstruction of the bond between Africans and African Diaspora, but also to the defragmentation of the memory of the scattered Africa and Africans caused by the slavery, colonization and (im)migration. Because, although an early Pan-Africanism and Negritude had strongly advocated for the pride of the cultural heritage, history, unity and empowerment of Africans and African Diaspora; although the music (i.e. jazz, blues, reggae, rumba, salsa, hip hop, rap, etc.), the language (creole, palenquero, etc.), the religion (vaudou, candomblé, santería, etc.), the food (malanga, fufu, gombo, etc.) and the (im)migration are today critical factors of relations between Africans and African Diaspora, many adverse challenges continue to pave the ways of their unity and empowerment.
Participants of all continents and all disciplines are encouraged to submit their proposals and foster in general the reflections –but not limited to- on what critical role the early Pan-Africanism, Negritude and Negrismo played on the dialogues between Africans and African Diaspora and on their empowerment; how to (re)negotiate both, the reconstruction of the scattered identities and the defragmentation of memories, and how to enhance unity and empowerment today; finally, what visions and key elements can be recommended to overcome the actual challenges and what mechanisms to realize such a recommendations. Academics, scholars, graduate students, journalists, fiction and non-fiction authors/writers, playwrights, filmmakers, educators, translators and interpreters, artists, publishers, community and movement leaders, civil right activists, NGO’s leaders, youth, etc. are, therefore, invited to submit individual paper, panel, roundtable, workshop, play, film screening and discussion, etc. At the end of the International Conference, the Scientific Committee will edit and publish a book of selected proceedings.

Continuer la lecture de CFP: Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)