Archives par mot-clé : Ngũgĩ wa Thiong’o

Ecopoétiques africaines

Xavier Garnier, Écopoétiques africaines. Une expérience décoloniale des lieux

Karthala, coll. Lettres du Sud
Date de publication : 09/06/2022
264 p.
ISBN : 9782811129941

La lecture écopoétique des littératures africaines s’intéresse aux moments où des textes se nouent à des lieux pour lancer l’alerte sur un état du monde menacé par une catastrophe écologique dont la genèse coloniale reste encore peu explorée.
Parce que l’extractivisme qui a présidé à l’aventure coloniale a soumis le continent à une gigantesque opération de zonage dont il souffre encore aujourd’hui, se réclamer des lieux est un enjeu important pour les littératures africaines.
Dès la première moitié du XXe siècle, des écrivains anticolonialistes ont cherché à capter la puissance des lieux pour mener leur combat contre l’exploitation économique et la réification culturelle. Les trois poétiques présentées dans cet ouvrage sont les phases d’un même processus décolonial qui affirme une expérience des lieux : donner corps aux lieux pour défaire les territorialités impériales ; détourner les hyper-lieux pour enrayer la fluidité du marché global de l’image ; laisser résonner les hypo-lieux pour rompre le silence du déni.

Revisitant l’histoire littéraire africaine, Xavier Garnier livre une lecture écopoétique d’auteurs aussi divers que Senghor, Ahmadou Kourouma, Ben Okri, Yvonne Vera, Ngũgĩ wa Thiong’o ou encore Sinzo Aanza et Abdourahman Waberi.

Xavier Garnier est professeur de littérature à l’université Sorbonne Nouvelle et membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF). Ses recherches portent sur les littératures africaines, la théorie du roman, la géocritique et l’écopoétique. Il est l’auteur notamment du Roman swahili (Karthala, 2006) et de Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Consulter la table des matières et commander sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/lettres-du-sud/3455-ecopoetiques-africaines-une-experience-decoloniale-des-lieux-9782811129941.html

Quels langues et langages pour écrire et dire l’Afrique d’aujourd’hui ?

Institut français de Goma « La Halle des volcans », 11-12 juin 2019 & Pole Institute, 8 juin.

  • Table ronde : Autour de la pensée de Ngugi wa Thiong’o – 12 juin, 15h-17h30, Institut français de Goma.

Ngugi wa Thiong’o est un écrivain et essayiste kényan, connu pour ses essais portant sur la condition de l’écrivain en régime non-démocratique et dans une société fraîchement décolonisée. Dans les années 1980, Ngugi cessa de composer son œuvre littéraire en anglais et n’écrira plus qu’en gikuyu, une langue kényane. C’est dans Decolonising the mind. The politics of language in African literatures (1986) qu’il fera officiellement ses « adieux » à l’anglais pour exhorter les écrivains africains à en faire de même et à opter pour les langues africaines.

Les intervenants de la table ronde aborderont le contexte de l’œuvre de Ngugi wa Thiong’o et reviendront sur ses partis pris et sur son idéologie politique comme sur son esthétique littéraire.

Intervenants :

  • Pierre Boizette (littérature comparée, Université de Nanterre-Paris 10) ;
  • Kä Mana (philosophe, fondateur et animateur de l’Université alternative à Pole Institute de Goma) ;
  • Jean-Pierre Orban (chercheur à l’ITEM Paris et écrivain, voir ci-dessous) ;
  • Alex Wanjala Nelungo (littérature africaine, University of Nairobi).

Modérateurs : Ben Kamuntu (slameur du collectif Goma Slam Session et militant de la LUCHA) & Maëline Le Lay (chercheuse CNRS à l’IFRA-Nairobi). Avec la participation du collectif Goma Slam Session.

  • Représentation théâtrale, « Le Soliloque du roi Léopold », d’après la satire de Mark Twain (1905) – 11 juin, 18h, Institut français de Goma.

Traduit et adapté au théâtre par Jean-Pierre Orban, mis en scène par Patrick Zézé, interprété par Espoir Bulangalire et William Sham Weteshe. Musique d’Yves Ndagano.

À l’instar de Ngugi qui en appelle à l’essor d’une littérature autonomisée en assumant les langues et langages qui lui sont propres, l’équipe artistique cherchera, à travers la pratique théâtrale, à s’approprier ce texte et la figure du Roi Léopold II. Le Soliloque du Roi Léopold était certes conçu en son temps comme un pamphlet dénonçant, via la satire du personnage de Léopold II, les atrocités du régime léopoldien, mais il n’en demeure pas moins un texte de son temps, dans lequel les Africains restent cantonnés au triste sort de victimes tragiques.

Calendrier

  • 8 juin : atelier de lecture préparatoire à la table ronde (à partir d’extraits de Décoloniser l’esprit de Ngugi wa Thiong’o) – Université alternative de Pole Institute, 14h-17h.
  • 11 juin : représentation théâtrale, Le Soliloque du Roi Léopold de Mark Twain – Institut français, 18h.
  • 12 juin : table ronde à l’Institut français – 15h-17h30.

☼ À NOTER : Les deux essais de Ngugi traduits en français – Décoloniser l’esprit et Pour une Afrique libre – sont disponibles à la lecture à l’Institut français de Goma (consultation sur place).

Contact :

Maëline Le Lay : mlelay@ifra-nairobi.net
Institut français de Goma : diradj.ifgoma@gmail.com

Entrée libre et gratuite

Autour de Ngugi_doc de comm Goma_juin 2019

Affiche table ronde

Journée d’études Indiscipline des Monstres

Hassan Musa (détail), Regarde Icare (2008)

Le séminaire Afriques Transversales débute cette année par une journée consacrée à l’Indiscipline des Monstres. Elle aura lieu le samedi 7 octobre à l’ENS (45 rue d’Ulm), en salle Dussane. Des informations et des lectures complémentaires sont mises en ligne sur le site du séminaire.

 

PROGRAMME

9h00 : Accueil « L’indiscipline des monstres » (Elara Bertho et Ninon Chavoz)

Chasses aux monstres

9h15-9h45 : « Un monstre humain, trop humain… Lecture de La Récompense de la cruauté de Lomami Tshibamba » (Xavier Garnier)
9h45-10h15 : « Cataloguer les monstres au Moyen-Âge, Sous couvert de didactisme, une dénonciation politique et sociale » (Maud Pérez-Simon)

Pause café

Normalité des monstres

10h45-11h15 : « Tératologiques sonyennes » (Nicolas Martin-Granel)
11h15-11h45 : « Du roman rejeté au roman du rejet : un examen de La Plaie de Malick Fall » (Alice Chaudemanche)
11h45-12h15 : « Les langues et le varan de Komodo : à monstre, monstre et demi ! » (Jean-Charles Hilaire)

Pause déjeuner

Monstres d’esprit : folies (post)coloniales

14h-14h30 : « Traitement littéraire d’un monstre métamorphique : la maladie mentale en jeu dans deux romans contemporains sénégalais » (Amandine Herzog)
14h30 -15h : « L’allégorie d’un exil intérieur : le cas de Fabius Mortimer Bartoza, anti-héros des Confessions d’une sardine sans tête » (Guy Alexandre Sounda)
15h-15h30 : Autoportrait de l’écrivain en monstre. De la gueule cassée au corps glorieux : autopsie d’une métamorphose chez Malick Fall, Williams Sassine, et V-Y. Mudimbe (Mbougar Sarr)

Pause café

Monstres et merveilles : l’horizon du prophète

16h-16h30 : « Monstres ou démons, la démesure et l’attente messianique dans Wizard of the Crow de Ngugi wa Thiong’o » (Pierre Leroux)
16h30-17h30 : « André Ondo Mba, prophète et graffitomane » avec une projection du film Les graffiti de Dieu (26’) (Julien Bonhomme)