Archives par mot-clé : Nigeria

Nollywood. Le cinéma nigérian 1991-2021

Par Françoise Ugochukwu

  • Date de publication : 25 avril 2022
  • Broché – format : 15,5 x 24 cm • 278 pages
  • ISBN : 978-2-14-025608-0
  • EAN13 : 9782140256080
  • EAN PDF : 9782140256097

La riche production cinématographique nigériane, plus connue sous le nom de Nollywood, est devenue, depuis sa naissance, la vitrine de la fédération. Cet ouvrage destiné aussi bien au public universitaire qu’aux amoureux des cinémas du sud présente et analyse plus de trois cents films produits entre 1991 et 2021. Il introduit le lecteur à une production profondément enracinée dans les cultures du Nigeria et marquée par l’ouverture grandissante du pays à l’influence de la globalisation. Ces films circulent aujourd’hui dans toute l’Afrique et au-delà, dans la vaste diaspora africaine présente sur tous les continents, inspirant un nouveau type de cinéma.

Françoise Ugochukwu, africaniste habilitée à diriger des recherches, est actuellement Research Fellow à l’Open University du Royaume-Uni après avoir enseigné vingt-quatre ans à l’université de Nsukka au Nigeria. Son domaine de recherches couvre plus spécialement le Nigeria, Nollywood, les études igbos et l’interculturel.

URL de référence : https://www.editions-harmattan.fr/livre-9782140256080

Rencontre avec Chika Unigwe, Diadié Dembélé et Mahamat-Saleh Haroun

Dans le cadre du festival L’Afrique en marche, nous vous proposons une rencontre littéraire en compagnie de trois auteurs de talent, animée par Antoine Kauffer et Maëline Le Lay. Ce sera l’occasion de découvrir l’écrivaine nigériane Chika Unigwe de passage en France pour son roman Fata Morgana, aux éditions Globe, le romancier et poète malien Diadié Dembélé qui publie Le duel des grands-mères, aux éditions Lattès, ainsi que le franco-tchadien Mahamat-Saleh Haroun pour son roman Les culs-reptiles chez Gallimard. La rencontre aura lieu à l’auditorium de Coeur de ville à Vincennes à 20h30

Réservation indispensable dans la limite des places disponibles.

Plus d’informations ici :

https://www.millepages.fr/evenement/639-festival-l-afrique-en-marche-rencontre-avec-chika-unigwe-diadie-dembele-et-mahamat-saleh-haroun

L’Afrique au Futur

L’Afrique au futur. Le renversement des mondes

Anthony Mangeon

ISBN : 9791037015013 ; 288 pages
Ed. Hermann – Collection : Fictions pensantes
Thématique : Langues et littératures

Un nouveau catéchisme médiatique s’impose aujourd’hui, qui veut que le XXIe siècle soit celui de l’Afrique, où se jouera bientôt l’avenir de l’humanité. Mais quelles formes prendront les futurs africains  ? Faut-il espérer l’éden, ou plutôt craindre l’enfer  ? Et où les études savantes et les fictions qui s’en emparent trouvent-elles leurs sources  ?
En revisitant un siècle et demi de productions africaines, américaines et européennes, des années 1880 à nos jours, nous pouvons établir un double constat  : dans leurs scénarios d’anticipation, qu’il s’agisse d’ouvrages de géopolitique, de prospective ou de fictions du futur, les auteurs contemporains réactivent souvent, paradoxalement, des imaginaires du passé. Ces derniers remontent, à tout le moins, à la fin du xixe siècle, et ils ont en commun de s’être figuré, de diverses manières, les possibilités d’un renversement des mondes.

Parution prochaine de L’Afrique au futur. Le renversement des mondes, premier volume d’une trilogie critique due à Anthony Mangeon, dont la suite devrait être publiée en 2023 et 2024, dans la collection « Fictions pensantes » des éditions Hermann. En voici la table des matières ; l’introduction peut aussi être lue ici.
Une première présentation de l’ouvrage aura lieu le 8 mars 2022  dans le séminaire « Désécrire et décoloniser les imaginaires sur la scène contemporaine » organisé par Pénélope Dechaufour, et dans le cadre des « Rendez-vous de la francophonie » coordonnés à l’Université Paul-Valéry par Maxime Del Fiol.  
Les personnes intéressées peuvent se procurer l’ouvrage à tarif réduit (et franco de port pour la France) en renvoyant ce bon de souscription aux éditions Hermann avant le 2 mars, date de parution.
 

Carte blanche à Wole Soyinka

Grand entretien avec Wole Soyinka, Prix Nobel de littérature

Marseille, MuCEM

Rencontre, lecture et musique

Rencontres-débats/Conférences

Lecture par Wole Soyinka de son poème inédit en français « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », traduit par Christiane Fioupou
Un entretien animé par Valérie Marin La Meslée (journaliste, Le Point)
Interprète : Valentine Leys

Vendredi 1 octobre 2021 à 18h30

Wole Soyinka se livrera à un grand entretien mené par Valérie Marin La Meslée au cours duquel seront abordés son regard sur le monde contemporain et le rôle de l’écrivain engagé. 

Ne serions-nous pas réellement endormis ? Mis
En congés de ce monde enragé ?
Pourquoi donc ces lamentations ? Chibok ? Dapchi ?
[…]
Leah, cette épreuve de ta jeunesse est cruelle,
Injuste. Tu vas fléchir mais, la honte est la mienne,
La nôtre, celle d’une nation et d’un monde assujettis à
Des religions mensongères. Nous devons te sembler morts.

Crédit : Wole Soyinka, « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah », 2019. Traduction française Christiane Fioupou. 

Dans le long poème « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah » publié en 2019 et traduit en français pour cette invitation au Mucem, Wole Soyinka continue de dénoncer les forces destructrices, politiques et religieuses, qui déséquilibrent l’Afrique et le monde. Il y fustige la violence et les fondamentalismes religieux de tous bords qui ne cessent de s’amplifier au Nigéria et à l’échelle du monde. 
De Chibok où 276 lycéennes ont été enlevées au nord-est du Nigéria en avril 2014 par le groupe islamiste Boko Haram, à Dapchi, à 200 kilomètres de là, où 110 élèves d’une école ont été kidnappées en février 2018, le poète s’adresse à Leah Sharibu, jeune fille de 15 ans, aujourd’hui encore prisonnière de Boko Haram pour avoir refusé d’abjurer sa foi. 
En ouverture et en clôture, Raphaël Imbert accompagnera des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille pour une création collective, mouvante et itinérante : Le Tigré Créole ! 
Ou le jazz comme chant de traverse entre la pensée de Soyinka et celle de Glissant, entre musique et littérature, entre écriture et oralité, résonnant des mélodies de Mingus, Archie Shepp, Coltrane, Ellington, Manu Dibango, et des improvisations spontanées de la nouvelle génération du jazz phocéen.

Valérie Marin La Meslée est journaliste littéraire au service culture du Point et collaboratrice du site LePoint Afrique, notamment pour ses Causeries (podcast). Les mondes culturels afro-caribéens sont ses terrains de prédilection (reportages culturels, hors-série du Point sur « La pensée noire » et « L’âme de l’Afrique »), documentaires radio (France Culture). Ses derniers livres racontent les capitales d’Haïti et du Mali au prisme de la création contemporaine : Chérir Port-au-Prince (Philippe Rey, Mémoire d’encrier, 2016) et Novembre à Bamako (avec les photos de Christine Fleurent, Le Bec en l’air, Cauris, 2010). Elle est aussi l’auteure de Confidences de gargouille avec Béatrix Beck (Grasset 1998), et de Stupeur dans la civilisation avec Jean-Pierre Winter (Pauvert, 2002).

Mucem, J4 – Auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Une programmation conçue en collaboration avec Annie Terrier (Les Écritures croisées).

Le Mucem invite l’écrivain et metteur en scène nigérian Wole Soyinka pour deux journées de rencontres, lectures et concerts dédiés à son œuvre éclectique et engagée. Lauréat du prix Nobel de littérature en 1986, il est le premier auteur africain à en avoir été honoré. Artiste prolifique, il a écrit de nombreuses pièces de théâtre, des récits autobiographiques, des recueils de poèmes, des nouvelles, des romans, ainsi que des essais politiques et littéraires.
Lors d’un grand entretien, le public pourra découvrir son parcours et entendre la force de sa poésie à travers un texte inédit en français, puis l’écouter dialoguer avec Christiane Taubira pour un hommage à Édouard Glissant et à la Déclaration sur la traite négrière et l’esclavage.
Raphaël Imbert et des élèves de la classe de jazz du Conservatoire Pierre Barbizet de Marseille accompagneront ces rencontres aux sons d’une création collective, mouvante et itinérante, de Mingus, à Ellington et Manu Dibango.

(Re)lire les féminismes noirs. ELA 51 (2021)

(Re)lire les féminismes noirs

Textes réunis par Tina Harpin et Claudine Raynaud

Féminismes noirs afro-américains et africains : de la (re)lecture comme pratique critique (Tina Harpin et Claudine Raynaud)

Féminismes noirs américains : relectures (seconde vague)

  • Activiste, révolutionnaire, féministe : Angela Davis et le féminisme noir (Tina Harpin)
  • « Ce que je laisse derrière moi a une vie propre » : l’héritage
    intellectuel et militant d’Audre Lorde (Claudine Raynaud)
Féminismes africains : paroles pionnières
(seconde vague)
  • La Parole aux Négresses d’Awa Thiam : relecture d’une œuvre pionnière du féminisme africain (Coudy Kane)
  • « She was a remarkable woman » : l’héritage afro-féministe d’Efuru (1966) de Flora Nwapa dans Purple Hibiscus (2003) de Chimamanda Ngozi Adichie et Sky-High Flames (2005) d’Unoma Azuah (Cédric Courtois)
Féminismes noirs au XXIe  siècle : redéfinitions (troisième vague)
Aux États-Unis
  • Joan Morgan et le « féminisme hip-hop » : les enjeux d’une proposition pour son époque et pour la nôtre (Cyril Vettorato)
  • Bad Feminist ou l’éveil à la conscience de race et de genre chez
    Roxane Gay (Ahmed Mulla)
Au Brésil et en Afrique
  • Djamila Ribeiro et la place des féminismes noirs au Brésil (Giulia Manera)
  • Forms of Care: Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2014), Agency, and Decolonial Feminism (Fiona McCann)

Hommage à Daniel Delas et à François Guiyoba

Varias

  • Amadou Hampâté Bâ (1901-1991) and Mohandas
    Karamchand Gandhi (1869-1948): Two Apostles of
    Tolerance (Kussum Aggarwal)
  • Le « Sud » face à ses clichés : un regard du Brésil sur
    l’Afrique (Mirella Botaro)
  • La situation paratopique de deux écrivaines : Fatou Diome
    (Impossible de grandir) et Fabienne Kanor (Je ne suis pas
    un homme qui pleure) (Stéphanie Rebeix)
  • La figure d’ogbanje entre monstruosité métamorphosée et
    métamorphose monstrueuse : une lecture postcoloniale du
    genre hybride dans Freshwater d’Akwaeke Emezi (Flora Roussel)

Comptes rendus

———-

Le n°51 des Etudes littéraires africaines sort de presse.
Il sera envoyé durant l’été aux membres de l’association en ordre de cotisation pour 2021.
C’est donc le moment, pour les retardataires et les nouveaux adhérents ! N’hésitez pas à prendre contact avec le trésorier ou avec le trésorier adjoint en cas de doute.
– Pierre Halen : pierre.halen [apud] univ-lorraine.fr 
– Pierre Leroux : pierr.leroux [apud] gmail.com

Les varias pour le n°52 peuvent être envoyés dès à présent, les comptes rendus aussi.
Voir : http://www.apela.fr/la-revue/publier-dans-les-ela/

Bulletin_d_adhesion_2021

ELA51_couv

Heroe Book Fair, Mombasa [en ligne]

Heroe Book Fair

Un exemple de panel

La 1ère édition du Heroe Book Fair de Mombasa se tient cette semaine, du lundi 22 au samedi 26 mars 2021.

Thème : Belonging
La plupart des sessions seront virtuelles, donc n’hésitez pas à participer.

Vous trouverez la présentation et le programme du festival ici :
https://heroebookfair.com/2021/01/27/the-program-of-the-fair/