Archives par mot-clé : Paris

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Journée d’étude organisée par l’APELA  (Association pour l’Étude des Littératures Africaines) et le CSLF (Centre des sciences des littératures en langue française)

Université Paris-Nanterre – Vendredi 13 novembre 2020

Organisateurs : Ninon Chavoz, Pierre Leroux, Florence Paravy

Programme

10 h – Accueil des participants et ouverture de la journée

10 h 15 – Chemins de traverse

10 h 15 : Stefania Cubeddu-Proux (Université Paris-Nanterre), « Dakar / Kinshasa en dialogue : la Chinafrique dans Congo Inc. Le testament de Bismarck de In Koli Jean Bofane et Demain si dieu le veut de Khadi Hane »

10 h 35 : Ninon Chavoz (Université de Mayence), « Croisements érotiques entre la Chine et l’Afrique : de Dai Sijie à Paul Kawczak »

10 h 55 : Discussion

11 h 05 : Pause

11 h 20 – Brazzaville, Pékin, Nairobi : les nouvelles routes de la soie

11 h 20 : Céline Gahungu, (Sorbonne Université) « Confluence : Henri Lopes et la Chine »

11 h 40 : Aurélie Journo (Université Sorbonne Paris Nord), « ‟An eternal sea unites our people”, la Chinafrique par l’océan dans The Dragonfly Sea (2019) d’Yvonne Adhiambo Owuor »

12 h : Mingqing Yuan (Bayreuth Universität) « ‟Selling World Power”: Authenticity and Ambiguity in China-Kenya Interactions »

12 h 20 : Discussion

12 h 30 – Pause-déjeuner

14 h – La Chinafrique de l’espace intermédiaire à l’espace intermédiatique

14 h : Alice Desquilbet (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle), « #Corniche Has Fallen. L’envers du décor de la coopération sino-congolaise contemporaine »

14 h 20 : Pierre Leroux (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle), « Héritages africains du ‟petit dragon” : réappropriations et réinterprétations du cinéma d’action hong-kongais »

14 h 40 : Catherine Benaïnous (EHESS), « Présences chinoises dans les industries du cinéma et de l’audiovisuel en Afrique »

15 h : Rui S. Verde (Université d’Oxford), « MCK. La Chine dans les paroles du rappeur le plus célèbre d’Angola : une déclaration politique claire »

15 h 20 : Discussion

15 h 30 : Fin de la journée d’étude

16 h – Assemblée générale annuelle de l’APELA

CHINAFRIQUE 13 nov 2020 14 09 20

plaquette CHINAFRIQUE 14 09 2020

Consulter l’appel à propositions.

AAC: Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain

Appel à communication

Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain

Journée d’études doctorales

Vendredi 27 mars 2020 à Paris III – Sorbonne Nouvelle

— Appel prolongé jusqu’au 31 janvier 2020 —


Organisée par THALIM (UMR 7172, Paris III – Sorbonne Nouvelle),
Centre Écritures (EA 3943, Université de Lorraine),
Configurations Littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg)

À l’heure où la question de la restitution des biens culturels africains est au centre de vifs débats politiques, il semble opportun d’envisager les dynamiques, plurielles et complexes, des rapports de force qui traversent l’espace littéraire africain francophone. Ces rapports sont pluridimensionnels et dépassent la simple dichotomie entre légitimité et illégitimité, ou entre domination et subordination. Cette journée d’études doctorales souhaite être l’occasion de les explorer de manière dialogique, en portant l’attention sur les négociations et les transferts, d’ordre esthétique, sociologique, linguistique, ou autres.
À l’image des œuvres d’Amadou Hampaté Bâ et de Birago Diop, les premières productions littéraires francophones ont pu afficher la volonté de défendre des traditions orales, en les présentant comme l’essence de la littérature africaine. Sous quelle forme et par quel biais les écrivains africains cherchent-ils à restituer ces traditions orales ? Quelles transformations la mise par écrit et la traduction font-elles subir à ces ethno-textes ? S’agit-il, par la valorisation du patrimoine littéraire traditionnel de contester ou de remplacer le discours de l’Occident sur l’Afrique ? À la lumière de la notion de « Contre-littératures » (Mouralis), comment rendre compte de façon dynamique de la pluralité des relations aux instances de légitimation de la production littéraire et de leur potentielle ambiguïté ? Nous pourrons aussi nous intéresser à l’institutionnalisation de cet espace littéraire, observable dans le processus de la fabrication de « classiques africains ». Ces analyses nous permettront d’illustrer le rapport entre production des œuvres littéraires et cristallisation du concept de patrimoine dans le domaine littéraire.
Sur le plan de la représentation romanesque, les romans nous semblent participer, tantôt par le choix du lieu géographique et du personnage, tantôt par le choix de la forme narrative ou structurale, à cette négociation dynamique des relations. Comment sont représentés les personnages d’interprète ou d’écrivain iconoclaste appartenant à d’autres cultures de l’écrit (alphabet arabe, autres systèmes scripturaux africains) ? Que nous disent les écritures méta-textuelles de vol de manuscrits et de plagiats ? Par ailleurs, les perspectives peuvent être différentes, selon que l’on se place sur le terrain de la littérature francophone ou sur celui des langues africaines. Ces questions peuvent de surcroît être appliquées à l’analyse des postures auctoriales et du lectorat visé : quelles stratégies mettent en œuvre les écrivains qui écrivent en plusieurs langues ou qui ont plusieurs publics (local / international) ? Note-t-on des changements importants dans leur rapport au patrimoine littéraire africain selon le type de lectorat projeté ? Nous pourrons aussi explorer les différentes manières dont les littératures africaines, europhones et africophones se sont saisies et se saisissent des enjeux de spoliation ou de restitution du patrimoine africain. Comment les productions littéraires représentent-elles le pillage des ressources culturelles du continent ?
Enfin, l’évolution des attitudes que manifestent les écrivains africains au sujet de la langue française peut également être révélatrice des relations qui s’instaurent dans cet espace littéraire. Quels discours produisent-ils au sujet du statut de la langue française ? Est-il possible de repérer la position de certains d’entre eux qui revendiquent l’appropriation de cette langue ? Quelles postures d’écrivain découlent de cette configuration particulière ? Les enjeux linguistiques (langue d’écriture, hétérolinguisme, traduction) sont révélateurs d’une volonté de refuser l’hégémonie des langues de la colonisation et de décentrer le point de vue sur la littérature. On pourra à cet égard s’intéresser au processus de décolonisation du corpus par la traduction en langues africaines (Ngũgĩ Wa Thiong’o). La question de la traduction pourra aussi être envisagée sous l’angle du « détournement de capital » (Casanova) ou de la « réparation » (Bandia). Par ailleurs, si les stratégies d’« indigénisation » (Zabus) de la langue sont mises en œuvre comme un moyen de subvertir les termes de l’appropriation culturelle, il serait toutefois légitime de questionner ces projets de subversion en prenant en considération la dépendance actuelle des écrivains africains vis-à-vis des maisons d’éditions françaises pour la diffusion de leurs œuvres.

La journée d’études est destinée à tous les doctorants en littérature. Les propositions de communication (300 mots environ) suivies d’une courte notice bio-bibliographique sont à envoyer avant le 31 janvier aux adresses suivantes :

alicechdm [apud] gmail.com ; kimbohyun0203 [apud] gmail.com ; etonam69 [apud] gmail.com

Sadafricain

Sadafricain
Sade au miroir des littératures africaines francophones
Érotisme, violence et obscénité

Colloque international

Sorbonne Université, Faculté des Lettres, 23-24 janvier 2020

CIEF – CELLF  EA 1337 – CONFIGURATIONS LITTÉRAIRES ITEM/CNRS

Jeudi 23 janvier 2020

Amphithéâtre GEORGES MOLINIÉ (rue Serpente)

09h00  Accueil des participants

09h30  Ouverture du colloque par Jean-Christophe Abramovici, Romuald Fonkoua et Céline Gahungu (SorbonneUniversité) 

Session 1

Les Afriques de Sade
Avers et revers : quels échos dans les littératures africaines ?

Présidence de séance : Jean-Christophe Abramovici (Sorbonne Université)

  • 10h00-10h45  Patrick Graille (Wesleyan University à Paris) : « La légende des boucheries de chair humaine. Autour d’une allusion de Sade dans Aline et Valcour »
  • 10h45-11h30 Michel Delon (Sorbonne Université) : « Paradoxe de la syllepse »
  • 11h30-12h15  Jean-Michel Devésa (Université de Limoges) :  « De quel désir (de violence) Sadafricain est-il le nom ? »

Pause déjeuner 

Session 2 

Phantasiologies : autour de Sami Tchak

Présidence de séance : Anthony Mangeon  (Université de Strasbourg)

  • 14h00-14h45 Acif Membourou Adoka (Université Omar Bongo) : « L’écriture de l’obscène : essai de filiation entre Tchak et Sade »
  • 14h45-15h30  Analyse Kimpolo (Sorbonne Université) : « Corps, entre sensualité débridée et violence transgressive dans Hermina et La Place des fêtes de Sami Tchak »
  • 15h30-16h15 Céline Gahungu (Sorbonne Université) : « Corps des mots, goût des livres : les Arts d’aimer de Sami Tchak » 

Pause café

 (16h30-17h30)

Rencontre littéraire avec Sami Tchak animée par Romuald Fonkoua  

VENDREDI 24 janvier 2020

Amphithéâtre GEORGES MOLINIÉ (rue Serpente)

Session 3 

Sadien, sadique, sadisme : dans l’Enfer de l’écriture

Présidence de séance : Jean-Michel Devésa (Université de Limoges)

  • 9h00-9h45   Noël Bertrand Boundzanga (Université Omar Bongo) : « Le corps alité de Marthe et sa rature. Joseph Tonda contre Sade ? »
  • 9h45-10h30    Lydia Vázquez et Juan Manuel Ibeas-Altamira (Universidad del País Vasco) : « La Vie lente et sadienne d’Abdellah Taïa »
  • 10h30-11h15  Alice Desquilbet (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) : « Les ravages sadiens de “ma hernie” dans Machin la Hernie de Sony Labou Tansi » 

Session 4 

Impulsions, circulations, disséminations

 Présidence de séance : Marzia Caporale (University of Scranton) 

  • 11h30-12h15  Ninon Chavoz (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) : « Le “Décaméron Noir”, héritages érotiques de Leo Frobenius »
  • 12h15-13h00 Lynda-Nawel Tebbani (Université de Lorraine) : « Le vocabulaire érotique dans le roman algérien contemporain »

Pause déjeuner 

Session 5 

Performer l’obscène

Présidence de séance : Noël Bertrand Boundzanga (Université Omar Bongo)

  • 14h00-14h45  Sylvie Chalaye (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) : « Dramaturgies afro-contemporaines : le sexe au bout de la langue »
  • 14h45-15h30  Sonia Le Moigne-Euzenot (CNRS/ITEM), « X. L’obscénité de la reformulation de soi »

Pause café

Session 6 

Transgressions, subversions : construire une érotique « féminine » ?

Présidence de séance :Sylvie Chalaye (Université Sorbonne Nouvelle‑Paris 3) 

  • 15h45-16h30  Marzia Caporale (University of Scranton) : « Écrire Sade à l’africaine : érotisme, transgression et enjeux politiques dans Femme nue femme noire de Calixthe Beyala »
  • 16h30-17h15  Rocío Munguía Aguilar (Université de Strasbourg) : « Érotisme et plaisir féminin : contre-disciplines de l’intime dans Crépuscule du tourment 1 de Léonora Miano »

17h30 

Clôture du colloque

 (18h30-20h00)

Salle des Actes (17, rue de la Sorbonne)

Projection des Saignantes de Jean-Pierre Bekolo

AAC/CfP: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique / Literary and Artistic Perspectives on China in Africa (‘la Chinafrique’)

Journée d’étude de l’APELA 2020

Organisée en collaboration avec l’Observatoire des Écritures françaises et francophones contemporaines (CSLF, Paris-Nanterre)

Lieu : Université Paris-Nanterre
Nouvelle date : 13 novembre 2020

/ One-day workshop, Paris-Nanterre University, November 13 2020

Langues acceptées : français / english

Les propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser avant le 1er mars 2020 aux trois adresses suivantes : ninon.chavoz@gmail.com ; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

300 word summaries, as well as a short bio, should be sent before 1st March 2020 to ninon.chavoz@gmail.com; pierr.leroux@gmail.com et fparavy@yahoo.fr

See english version below

Argumentaire

Si les relations commerciales entre la Chine et l’Afrique remontent au moins aux expéditions de l’amiral Zheng He (1371-1433), c’est véritablement dans les années 2000 que la présence chinoise sur le continent africain s’est développée de manière exponentielle. L’entrée remarquée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce en 2001 est ainsi précédée par la tenue à Pékin de la première édition du forum sur la coopération sino-africaine (octobre 2000). Qu’il soit perçu comme une forme d’entraide entre les pays du « Sud » ou au contraire comme un nouvel avatar de l’impérialisme[1], ce phénomène, souvent considéré comme l’indice d’une nouvelle phase de la mondialisation, a suscité une abondante couverture médiatique et une riche littérature spécialisée. Nombreux sont les travaux qui se sont attachés à mettre en lumière les termes d’un échange censé se révéler mutuellement bénéfique, puisque le drainage des matières premières africaines et l’investissement de nouveaux marchés serait consenti en échange de la construction d’infrastructures ou d’aides ciblées. Le néologisme « Chinafrique », construit sur le modèle de la « Françafrique », résume bien les enjeux de ces recherches contemporaines qui conjuguent perspectives économiques et géopolitiques.
Selon ces travaux récents, le recul des puissances européennes et l’estompement de la logique bipolaire qui prévalait durant la Guerre Froide auraient laissé place à l’avènement d’un véritable « Far West chinois[2] ». Recouvrant l’Afrique anglophone autant que francophone, celui-ci contribue au gommage des frontières coloniales tout en renouant avec des dynamiques impérialistes anciennes. L’intervention chinoise en Afrique suppose en effet à la fois l’entretien d’échanges asymétriques et la projection à plus ou moins long terme dans un destin commun, dont la représentation devient un sujet récurrent des romans de science-fiction[3]. Pour Ibrahima Soumah, ancien membre du gouvernement guinéen, la « chinisation » de l’Afrique est ainsi prétexte à l’écriture d’un « roman d’économie-fiction » qui met en scène l’exploitation économique et militaire du continent avant d’envisager l’issue heureuse qu’autorise la formation d’un couple mixte[4]. L’hypothèse littéraire d’un métissage sino-africain n’a à ce titre rien d’un hapax : elle intervient déjà dans Le Lys et le flamboyant d’Henri Lopes ou, sous la forme travestie d’une hantise de la reproduction, dans l’évocation que livre Dai Sijie des frasques chirurgicales de l’empereur Zheng De[5].
Au-delà de ces formes somme toute classiques de « branchement[6] », l’une des caractéristiques remarquables de la relation sino-africaine réside dans sa triangulation : non contente d’impliquer les deux partenaires de l’échange, elle met également en jeu les anciennes puissances coloniales, au premier rang desquelles se situe la France[7]. Elle nourrit à ce titre un discours diplomatique et scientifique, qui n’est exempt ni de jugements de valeur ni d’investissements affectifs face à l’inquiétante perspective d’un impérialisme d’un nouveau genre, volontiers présenté comme dépourvu de « limites mentales[8]». Là où l’Occident humanitaire serait demeuré prisonnier d’histoires « dérivées du Cœur des ténèbres [9]», le soft power chinois ouvrirait ainsi en Afrique une brèche de liberté, dont la matrice littéraire demeure en construction.
Il peut à ce titre paraître surprenant que les études publiées à ce jour n’aient accordé qu’une place congrue aux effets de la relation sino-africaine sur les imaginaires. En concentrant l’attention sur des productions littéraires, plastiques et cinématographiques, la présente journée se fixe comme objectif de pallier cette lacune. Les textes commentés pourront émaner aussi bien du champ de la littérature institutionnellement reconnue que de ce que Bernard Mouralis appelait dès 1975 les « contre-littératures[10] ».
Dans le souci de mettre en évidence des « regards croisés » sur la Chinafrique, seront en priorité retenues des propositions relatives à la vision de l’Afrique en Chine[11] et à la vision de la Chine et des Chinois en Afrique. La prise en compte de la triangulation de la relation sino-africaine, perçue depuis l’Europe ou l’Amérique, pourra également justifier le détour par des textes et des œuvres d’auteurs ou d’artistes européens et américains.

Trois axes de réflexion majeurs peuvent être dégagés :

  • Néocolonialisme et « littératures de l’extraction ». Comment la Chinafrique participe-t-elle d’une littérature mondiale, voire mondialisée ? Les textes récents consacrés à la relation sino-africaine, à l’exemple de Congo Inc. d’In Koli Jean Bofane, font volontiers de la présence chinoise l’indice narratif et formel d’une circulation accrue des matériaux, des informations et des hommes. L’espace mondialisé de la Chinafrique peut cependant aussi se concentrer et se réduire au gouffre mortifère de la mine, photographiée, entre autres, par Sammy Baloji. Tidiane N’Diaye dans le domaine de l’essai, Fabrice Loi et Mukaka Chipanta dans le champ de la fiction, Hubert Sauper au cinéma, dénoncent ainsi une colonisation nouvelle. Celle-ci semble d’autant plus insoutenable qu’elle serait insidieuse et prédatrice pour l’environnement soumis à un extractivisme sans limite. Quel commentaire critique la littérature et les arts sont-ils en mesure d’offrir sur le nouvel ordre économique et écologique du monde ?
  • Imaginaires culturels : stéréotypes et empowerment. Dans quelle mesure la relation sino-africaine permet-elle l’émergence de nouvelles figures littéraires et artistiques ? En quoi la Chinafrique nourrit-elle le dépassement ou au contraire le renforcement des stéréotypes[12]? La relation sino-africaine pose indubitablement à nouveaux frais la question de la représentation de l’Autre : tandis qu’une publicité chinoise pour de la lessive reprenait fidèlement il y a peu des antiennes racistes bien connues en Europe[13], l’artiste Hua Jiming se livrait en 2010 à une performance remarquée, destinée à dénoncer les représentations récurrentes des Chinois en Afrique[14]. L’une des figures les plus remarquables dans cet imaginaire est sans doute celle du maître en arts martiaux, exemplairement incarné par Bruce Lee : portée à l’écran par un sosie dans un film du Camerounais Alphonse Beni, cette figure est évoquée entre autres par Dieudonné Niangouna[15] et Alain Mabanckou[16] dans leurs souvenirs d’enfance. Il ne fait aucun doute qu’une telle prédilection pour des héros non occidentaux contribue à la densification des circulations culturelles, voire à l’émergence de nouvelles formes plastiques et littéraires. Quel rôle assigner à ces figures aussi héroïques qu’exotiques ?
  • Du tiers-mondisme au futurisme : diachronie de la relation sino-africaine. Avant qu’elle ne se décline sous la forme capitaliste de la « Chinafrique », voire de la dystopie extractiviste, la relation sino-africaine a d’abord été conçue dans le cadre d’une solidarité tiers-mondiste. Si elle est aujourd’hui économique et volontiers tournée vers l’anticipation d’un futur plus ou moins lointain, cette relation a d’abord été diplomatique, inscrite dans le contexte historique de la conférence de Bandung et de l’émergence du Tiers-Monde. Son évocation littéraire revêt à ce titre une dimension mémorialiste et engagée, dont on trouve l’écho dans les textes contemporains. Comment la littérature et les arts contribuent-ils à inscrire la relation sino-africaine dans une temporalité longue, qui court de l’époque maoïste aux domaines plus ou moins lointains de la science-fiction ?

Continuer la lecture de AAC/CfP: Perspectives littéraires et artistiques sur la Chinafrique

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Afriques — Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques

Claire RIFFARD
Céline GAHUNGU

Nouveau séminaire « Afriques – Approche transdisciplinaire des pratiques artistiques » co-organisé par l’équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM et des collègues historiens, géographes et politistes à l’ENS Ulm, dans le cadre de l’EUR Translitterae.

Vendredi 31 janvier 2020 | 16h-18h | salle de réunion, Pavillon Pasteur | Pauline Guinard (ENS) & Jean-Baptiste Lanne
« Saisir la ville : l’art et la manière. Expériences croisées Johannesburg et Nairobi »

Jeudi 27 février 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Nicolas Martin-Granel & Céline Gahungu (ITEM, ENS-CNRS)
« Génétique du théâtre de Sony Labou Tansi (Congo, 1947-1995) »

Jeudi 19 mars 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jean-Pierre Bat (École des chartes)
« Le Commencement de la fin : approche archivistique, historique et littéraire d’un manuscrit censuré (Centrafrique, 1973) »

Jeudi 23 avril 2020 | 18h-20h salle IHMC | Rym Khene (ITEM/Paris 3)
« Photographie et révolution en Algérie (1954-2019) »

Jeudi 28 mai 2020 | 18h-20h | salle IHMC | Jann Pasler (University of California)
« Le Son de l’Empire : repenser l’histoire par la musique »

Afriques-vf6

URL de référence : https://www.translitterae.psl.eu/actualites-agenda/seminaires/afriques/

La littérature au-delà des nations

La littérature au-delà des nations
Hommage à Pascale Casanova (1959-2018)

Mercredi 4 décembre 2019, 9h-18h
EHESS Paris, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris, Amphithéâtre François Furet

Programme de la journée

9h25 – Ouverture de la journée par Cécile Rabot, directrice adjointe du CESSP

9h30 – Introduction par Gisèle Sapiro, Claire Ducournau, Tristan Leperlier

9h45–11h15 : Session 1 – Une conception de la littérature ouverte sur le monde (modératrice : Gisèle Sapiro)

  • Franco Moretti (EPFL, Lausanne) « Uncommon Encounter »
  • Françoise Lavocat (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) « Sur le comparatisme de Pascale Casanova » (sous réserve)
  • Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier 3) « Une écriture critique »

Pause

11h30–13h : Session 2 – Des circulations inégales (modératrice : Cécile Rabot)

  • Tiphaine Samoyault (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) « Pour une théorie des traductions-relais »
  • Christophe Charle (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) « République mondiale des lettres, discordance des temps et dérégulation culturelle »
  • Julien Duval (EHESS) « Une république mondiale du film »

Déjeuner

14h30–16h : Session 3 – Transnationalisme et postcolonialisme (modératrice : Lydie Moudileno (USC)

  • Joseph Slaughter (Columbia University) « World Literature Is Burning »
  • Tristan Leperlier (CNRS, THALIM) « Penser un champ littéraire transnational avec Pascale Casanova »
  • Mélanie Bourlet (INALCO, LLACAN) « Les littératures combatives au prisme de l’espace littéraire peul » 

Pause

16h30–18h : Session 4 – Témoignages : une trajectoire combative (modérateur : Tristan Leperlier)

  • Jérôme Bourdieu (INRA-EHESS) « Le travail de Pascale Casanova aux éditions Raisons d’agir »
  • Laurent Jeanpierre (Université Paris 8) « Pascale Casanova face à l’exil »
  • Gisèle Sapiro (CNRS-EHESS) « Les engagements de Pascale Casanova »

Pascale Casanova nous a quittés le 29 septembre 2018, à l’âge de 59 ans. Critique littéraire et sociologue, longtemps animatrice d’émissions sur France Culture, qui ont été saluées comme « l’un des lieux les plus stimulants pour la littérature* », puis professeure à l’Université de Duke aux États-Unis, elle est devenue une référence dans le monde entier avec son livre La République mondiale des lettres (Seuil, 1999 ; traduit en anglais chez Harvard UP en 2004). Elle laisse une œuvre importante, traversée par la question de l’autonomie de la littérature (Beckett l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, Seuil, 1997) et de sa « connexion avec la politique » (Kafka en colère,Seuil, 2011), scrutant des écritures singulières replacées dans les coordonnées socio-historiques et relationnelles de leur conception, élucidant les inégalités entre langues et cultures (La Langue mondiale, Seuil, 2015). Cette journée d’hommage organisée en France, où cette intellectuelle n’a pas obtenu de son vivant la reconnaissance institutionnelle qu’elle méritait, sera l’occasion d’évoquer sa mémoire et de discuter ses travaux, qui ont inspiré et nourri aussi bien des réflexions théoriques que des recherches empiriques. 

Cette journée d’hommage est organisée par Gisèle Sapiro (CNRS-EHESS), Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Institut Universitaire de France), et Tristan Leperlier (CNRS, THALIM), avec le soutien des laboratoires CESSP, THALIM et RIRRA21.



* « Hommage à l’Atelier littéraire », mis en ligne le 14 novembre 2010 sur Mediapart, texte signé par plusieurs écrivains, à commencer par François Bon, Éric Chevillard, Antoine Volodine, Marie Darrieussecq, Pierre Bergounioux, Jean Echenoz et Pierre Michon, consulté le 2 octobre 2019,  https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/140910/hommage-latelier-litteraire

Chaka, un roman énigmatique

Table-ronde à l’occasion de la sortie du numéro 98 de la revue littéraire L’Atelier du roman consacré au livre Chaka de Thomas Mofolo.

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, le jeudi 17 octobre 2019 de 18:30 à 20:30

Thomas Mofolo, missionnaire au temps de la rédaction de l’ouvrage, met en roman la vie de Chaka (1787-1828), fondateur de l’empire zoulou. Écrit en souto en 1910, publié à Paris en 1925, traduit en français en 1940, Chaka a connu plusieurs rééditions et a été porté au cinéma.
Considéré comme une œuvre importante de la littérature mondiale par des auteurs allant de Leiris à Senghor et de Glissant à Le Clézio, ce roman, qui marie magnifiquement mythe et histoire, reste au cœur de la réflexion jusqu’à aujourd’hui.

À cette occasion, Hélène Joubert, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly – Jacques Chirac, fera une présentation des collections sud-africaines du musée.

Table ronde animée par Lakis Proguidis, directeur de la revue, et avec la participation des contributeurs du numéro : Henri Lopes, Sylvie Kandé, Yves Lepesqueur et Boniface Mongo-Mboussa.