Archives par mot-clé : Paris

Séminaire Senghor : le travail ethnographique

Vincent Debaene (Université de Genève) : « Retours au pays natal et collectes ethnographiques (1937-1945) ». Discutants : Céline Labrune Badiane (ITEM) et Etienne Smith (CNRS/LAM)

Venez nombreux à la prochaine séance du séminaire Senghor (UCAD-ITEM), qui se tiendra le 11 octobre à 16H heure de Paris (14h GMT), à l’ENS, 45 rue d’Ulm à Paris (salle INFO Schwartz, au sous-sol de la bibliothèque), et en ligne.

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard [apud] cnrs.fr).

À partir des informations parcellaires dont on peut disposer, cet exposé voudrait éclairer le travail ethnographique de Senghor entre 1937 et 1945 et le basculement qu’il a entraîné dans sa conception de la négritude, en le resituant dans le motif plus général du retour au pays natal qui traverse l’histoire de l’ethnologie depuis le XIXe siècle.

Vincent Debaene est professeur de littérature française du XXe siècle à l’Université de Genève. Spécialiste de l’histoire de l’anthropologie, il a coordonné et préfacé l’édition des Œuvres de Claude Lévi-Strauss dans la « Bibliothèque de la Pléiade » (2008). Il est l’auteur de L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature (Gallimard, 2010). Il prépare un livre sur les rapports entre les débuts de la littérature africaine francophone et l’ethnologie coloniale.

URL de référence : http://www.item.ens.fr/senghor8-2023/

Places in African Literatures / Les lieux dans les littératures africaines

Voici un appel à communication du Collaborative Research Group – African Literatures, les résumés sont attendus pour le 1er décembre 2023.

Atelier Places in African Literatures / Les lieux dans les littératures africaines – 17 /01/ 2023

CRG African Literature

January 17th 2024

Matin (10h – 13h)

Extension critique de l’« anthologie écopoétique située des littératures africaines »

Le projet d’« anthologie écopoétique située des arts et des littératures » propose une cartographie en ligne des lieux écologiquement menacés sur le continent africain et de leur prise en considération littéraire et artistique. Il s’agit à la fois de rendre compte de l’ampleur et de la variété des agressions écologiques en cours (effets du réchauffement climatique, grands projets miniers ou industriels, pressions hydrologiques, etc.) et de la diversité des réponses culturelles et sociales qui sont apportées à ces défis.
L’objectif est de cartographier les pratiques artistiques et littéraires en faveur de la défense de l’environnement en différents endroits du continent africain. Le parti pris est d’appréhender la crise environnementale au niveau local, là où elle est éprouvée par des populations. Cela peut se traduire par une prise en charge littéraire et artistique qui recense, constate, condamne les dégradations environnementales, etc. Une telle cartographie montre que les dynamiques locales sont des points d’appui pour esquisser une cosmopolitique des lieux.
L’objectif élargi de ce projet sera de regrouper, pour nous chercheur.euses en littérature africaine et/ou en humanités environnementales, les références critiques, littéraires, artistiques, écologiques du continent. Cela pourrait constituer une base de données spécifiques que nous pourrions alimenter au fur et à mesure.

Les participant.e.s pourront ajouter un point sur la carte en présentant brièvement l’œuvre et le contexte écologique des œuvres. Toutes les langues sont absolument bienvenues pour enrichir ce projet. Nous suggérons de venir avec un point en tête, c’est à dire une œuvre correspondant à un problème écologique, et de pouvoir le présenter brièvement (maximum 15 minutes) aux autres participant.e.s. Pour toute question, n’hésitez pas à écrire aux coordinatrices de la matinée, Camille Lavoix camille.lavoix@uni-wuerzburg.de et Margaux Vidotto margauxvidotto@orange.fr.

Après-midi (14h30- 16h30)

Que font les lieux à la recherche sur les littératures africaines ?

La référence de plus en plus fréquente à des lieux précis dans les études littéraires africaines a des effets sur les méthodologies de recherche que nous voudrions interroger au cours de cette journée d’étude. Il s’agira d’échanger nos expériences sur la question de l’articulation entre les textes que nous étudions, les lieux où ils sont rédigés, archivés ou publiés et les lieux dont ils parlent. Y a-t-il un sens à prendre en compte une territorialité des textes littéraires et des archives ? Quelle place donnons-nous au terrain dans notre travail de recherche ? Comment peut-on parler d’un attachement au lieu ? La prise en compte des lieux est-elle la condition d’une recherche située ? Autant de questions dont nous voudrions discuter à partir de quelques exemples de recherches en cours. Nous prévoyons d’écouter 4 présentations suivis de discussions.

Merci d’envoyer vos propositions (pour une présentation de maximum 20 minutes) aux coordinateurs de l’après-midi, Xavier Garnier xavier.garnier@sorbonne-nouvelle.fr et Elara Bertho elara.bertho@gmail.com .

La journée se déroulera en hybride, avec une forte préférence pour l’accueil en présentiel. Une aide financière pourra être accordée aux jeunes chercheurs ; se rapprocher dans ce cas du comité d’organisation.

Les présentations en français devront être accompagnées d’un powerpoint résumant le propos en anglais.

In English – CRG African Lit Workshop

In French -CRG African Literature Workshop

Décolonisation, fédéralisme et poésie chez Léopold Sédar Senghor

Rencontre avec Sébastien Heiniger

autour de son livre Décolonisation, fédéralisme et poésie chez Léopold Sédar Senghor publié chez Classiques Garnier

Musée du Quai Branly, Salon de lecture Jacques Kerchache, jeudi 28 septembre de 18h à 19h30

Dans le cadre de l’exposition Senghor et les arts

Reconstruisant la vision projective que Léopold Sédar Senghor avait des avenirs possibles de l’Afrique française aux instants clés de la décolonisation, cet ouvrage propose de comprendre la poésie et la théorie de la négritude à la lumière de son projet de République fédérale française.

Sébastien Heiniger est docteur ès lettres de l’Université de Genève. Après un mémoire de master portant sur Patrick Chamoiseau, il a poursuivi ses recherches dans le domaine des littératures francophones, avant de se concentrer sur la poésie et les essais de Léopold Sédar Senghor. Ses recherches actuelles prennent pour objet la « littérature africaine » telle qu’elle a été pensée pendant la décolonisation de l’Afrique française au sein du réseau créé par Alioune Diop autour de la revue et de la maison d’édition Présence Africaine.

URL de référence : https://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/rendez-vous-du-salon-de-lecture-jacques-kerchache/details-de-levenement/e/decolonisation-federalisme-et-poesie-chez-leopold-sedar-senghor-39916

La conscience environnementale de Senghor

Alioune Diaw, co-coordinateur du séminaire Senghor et membre fondateur du groupe de recherche Senghor est invité à l’ENS rue d’Ulm ces prochains mois, où il donnera 4 conférences autour de Senghor. La première, intitulée « La conscience environnementale de Senghor à travers sa poésie, sa prose et ses correspondances » sera donnée à la rue d’ULM le mardi 12 septembre à 17h. Pour plus d’information : https://www.translitterae.psl.eu/alioune-diaw/

Séminaire Senghor 2023/7, Nimrod

Négritude et négrologues, un essai culte que personne n’a jamais lu”

par Nimrod, écrivain et poète

14/09/2023, ENS et visioconférence. 14h GMT (16h Paris)

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de l’adresse du séminaire : <senghor.item.ucad(a)gmail.com>

Résumé : Rédigé pendant la Guerre froide, Négritude et Négrologues, livre culte et vulgate de la radicalité, personne ne l’a et personne n’a osé élever contre lui la moindre critique.

Nimrod est né au Tchad en 1959. Il est poète, romancier, essayiste et éditeur (éditions Le Manteau & la Lyre). Il a publié à ce jour plus d’une trentaine d’ouvrages dont Les jambes d’Alice, Le bal des princes, La nouvelle chose française, Rosa Parks, Non à la discrimination raciale, L’or des rivières, Babel, Babylone, Petit éloge de la lumière nature, etc.), qui ont été couronnés entre autres par le Prix de la Vocation, le Prix Benjamin Fondane, le Prix Édouard Glissant, le Prix Ahmadou Kourouma, le Prix Max Jacob, le Prix des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau, le Prix Pierrette Micheloud, le Prix Guillaume Apollinaire.
Ses derniers ouvrages sont Un balcon sur l’Algérois (roman, Actes Sud, 2013), Visite à Aimé Césaire (essai, Obsidiane, 2013), Léon-Gontran Damas, poète jazzy (biographie, À dos d’âne, 2014) et Sur les berges du Chari, district nord de la beauté (poèmes, Bruno Doucey, 2016), L’enfant n’est pas mort (roman, Bruno Doucey, 2017), J’aurais un royaume en bois flottés, anthologie personnelle 1989-2016 (Poésie/Gallimard, 2017), 120 nuances d’Afrique, anthologie composée et présentée avec Bruno Doucey et Christian Poslaniec (Bruno Doucey, 2017), Gens de brume, récit, Actes Sud, 2017, La traversée de Montparnasse, roman (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2020), Petit éloge de la lumière nature, poèmes (Obsidiane/Le Manteau & la Lyre, 2020) et Le temps liquide, récits (Gallimard, coll. « Continents noirs », 2021).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2679

Léopold Sédar Senghor : genèse d’une œuvre

Journée d’étude à la BnF Richelieu

vendredi 20 juin 2024

La BnF conserve le fonds de manuscrits littéraires de Senghor le plus riche au monde. Il est constitué de deux legs successifs, celui du poète-président lui-même en 1979 (trois volumes, côtes 17884-17886) et celui de son épouse en 2006 (deux volumes, côtes 28103 1 et 2). À cela s’ajoutent les nombreuses lettres conservées dans les fonds d’autres auteur·rice·s, des éditions/rééditions rares, ainsi que des enregistrements sonores et audiovisuels, qui montrent le dialogue entre le poète et les artistes : voir le catalogue général (ici) et le catalogue « Archives et manuscrits » (ici).
Puisque, jusqu’à présent, peu d’études ont été consacrées au processus d’écriture du poète-président, la BnF et le groupe de recherche international L. S. Senghor souhaitent mettre en valeur ce patrimoine manuscrit et, par la même occasion, développer les études senghoriennes à partir d’une approche génétique de ses œuvres littéraires et de ses textes théoriques ou politiques. Que nous apprennent les manuscrits et les archives au sujet du style et de la langue de Senghor, de la composition de ses poèmes et de ses recueils, de ses traductions des langues africaines et de l’anglais, des liens intertextuels et des rapports intersémiotiques, ou encore des sociabilités littéraires et du milieu intellectuel et éditorial dans lequel l’œuvre a pris place ?
Loin de se limiter au fonds de la BnF, les communications pourront mobiliser d’autres archives de/sur Senghor à travers le monde. Elles pourront s’appuyer également sur les versions préoriginales parues dans des revues ou des ouvrages collectifs. Elles pourront, enfin, élargir la réflexion génétique aux domaines de l’intersémiotique et de l’intertextualité en considérant certains écrits senghoriens comme des avant-textes d’adaptations sonores et audiovisuelles, ou encore des avant-textes d’œuvres d’autres auteur·rice·s.

Direction scientifique

Edoardo Cagnan (ENS-BnF) et Claire Riffard (ITEM)

Calendrier prévisionnel
  • 8 décembre 2023 : envoi des propositions de communication (500 mots max.) et des notices bio-bibliographiques à l’adresse edoardo.cagnan@sorbonne-universite.fr
  • 22 décembre 2023 : notification aux auteur·rice·s des propositions retenues.
  • 1er juin 2024 : réception d’une première version orale de la communication.
  • 20 juin 2024 : déroulement de la journée d’étude.
  • 26 juillet 2024 : réception des articles.
  • 15 octobre 2024 : publication du numéro thématique dans la revue Continents manuscrits (ici).

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2669

CfP: Back to Africa

Back to Africa: Literary Representations of Return in African Literatures

One-day International Conference 

Campus Condorcet

Paris, 25th October 2023

The French University Sorbonne Paris Nord, in collaboration with the Italian University of Bologna, is organising a one-day International Conference devoted to postgraduate students and early researchers on the topos of return in African literatures.

Aim

This one-day conference aims to investigate how the different forms of return to the African continent are represented in African literatures. We hope to welcome a wide variety of contributions from postgraduate and early-career researchers that do not exclusively focus on the Global North – Global South axis but also on infra-continental patterns of migration as well as understudied migratory axes within the Global South. While, for pragmatic reasons, contributions will be delivered in English, we hope they will tackle narratives of return from different African countries and in a variety of languages, both local and national.

Individual or joint papers will be allotted 20 minutes, followed by a discussion at the end of each panel.

Submission Guidelines

Calendrier révisé : Les contributeurs potentiels sont invités à envoyer leur résumé à backtoafrica.condorcet@gmail.com avant le 16 août 2023. Les notifications d’acceptation seront envoyées le 30 août 2023.

We invite proposals for individual papers that address these and related topics. Proposals should include an abstract of around 250 words, a brief biographical statement and contact information. 

Prospective contributors should send their abstracts to backtoafrica.condorcet@gmail.com by July 30, 2023. Notifications of acceptance will be sent by August 30, 2023.

We look forward to receiving your proposal and to a productive conference.

Call for papers-Back to Africa_Condorcet

Context

After years spent in the USA as a migrant, Ifemelu, the protagonist of Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2013), realises that her home country, Nigeria, “became where she was supposed to be, the only place she could sink her roots in without the constant urge to tug them out and shake off the soil.” This “gravitational pull,” as Maximilian Feldner (2019) calls it, has been perceptible in African literatures throughout the years so much so as to represent one of its constitutive features.
In the still ongoing “age of the refugee, the displaced person, mass migration” (Said 1984), the need to return found in African Literatures seems, at first glance, to be at odds with the postcolonial debates around hybridity, cosmopolitanism, and rootlessness or route-oriented belonging. As Salman Rushdie (1983) declared, “roots […] are a conservative myth, designed to keep us in our places.” On a similar note, drawing from the Igbo knowledge system, Chinua Achebe (1994) employs the concept of rootlessness as a metaphor for writing: “If you’re rooted to a spot, you miss a lot of the grace. So you keep moving, and this is the way I think the world’s stories should be told — from many different perspectives,” he argued. Thus, how can return be tackled without mooring it to discourses imbued with essentialism, nationalism, and exclusion, all of which could potentially be derived from rootedness? 
Perhaps, however, it is the very tension between routes and roots that should be overcome. It is what James Clifford (1997) attempted to do in his work Routes: Travels and Translation in the Late Twentieth Century. With the return, the homonymic opposition is resolved because coming back to one’s roots involves the act of travelling – routes. But can one ever come back home? As beautifully shown by the novel On Black Sisters’ Street (2011), originally written in Dutch by Nigerian writer Chika Unigwe, migrants, while abroad, might experience a kind of nostalgia. After their return, however, this nostalgia might morph into disillusion and even alienation, as shown by Obi, the protagonist of Chinua Achebe’s No Longer at Ease (1960).

Continuer la lecture de CfP: Back to Africa