Archives par mot-clé : Paris

CfP: Back to Africa

Back to Africa: Literary Representations of Return in African Literatures

One-day International Conference 

Campus Condorcet

Paris, 25th October 2023

The French University Sorbonne Paris Nord, in collaboration with the Italian University of Bologna, is organising a one-day International Conference devoted to postgraduate students and early researchers on the topos of return in African literatures.

Aim

This one-day conference aims to investigate how the different forms of return to the African continent are represented in African literatures. We hope to welcome a wide variety of contributions from postgraduate and early-career researchers that do not exclusively focus on the Global North – Global South axis but also on infra-continental patterns of migration as well as understudied migratory axes within the Global South. While, for pragmatic reasons, contributions will be delivered in English, we hope they will tackle narratives of return from different African countries and in a variety of languages, both local and national.

Individual or joint papers will be allotted 20 minutes, followed by a discussion at the end of each panel.

Submission Guidelines

Calendrier révisé : Les contributeurs potentiels sont invités à envoyer leur résumé à backtoafrica.condorcet@gmail.com avant le 16 août 2023. Les notifications d’acceptation seront envoyées le 30 août 2023.

We invite proposals for individual papers that address these and related topics. Proposals should include an abstract of around 250 words, a brief biographical statement and contact information. 

Prospective contributors should send their abstracts to backtoafrica.condorcet@gmail.com by July 30, 2023. Notifications of acceptance will be sent by August 30, 2023.

We look forward to receiving your proposal and to a productive conference.

Call for papers-Back to Africa_Condorcet

Context

After years spent in the USA as a migrant, Ifemelu, the protagonist of Chimamanda Ngozi Adichie’s Americanah (2013), realises that her home country, Nigeria, “became where she was supposed to be, the only place she could sink her roots in without the constant urge to tug them out and shake off the soil.” This “gravitational pull,” as Maximilian Feldner (2019) calls it, has been perceptible in African literatures throughout the years so much so as to represent one of its constitutive features.
In the still ongoing “age of the refugee, the displaced person, mass migration” (Said 1984), the need to return found in African Literatures seems, at first glance, to be at odds with the postcolonial debates around hybridity, cosmopolitanism, and rootlessness or route-oriented belonging. As Salman Rushdie (1983) declared, “roots […] are a conservative myth, designed to keep us in our places.” On a similar note, drawing from the Igbo knowledge system, Chinua Achebe (1994) employs the concept of rootlessness as a metaphor for writing: “If you’re rooted to a spot, you miss a lot of the grace. So you keep moving, and this is the way I think the world’s stories should be told — from many different perspectives,” he argued. Thus, how can return be tackled without mooring it to discourses imbued with essentialism, nationalism, and exclusion, all of which could potentially be derived from rootedness? 
Perhaps, however, it is the very tension between routes and roots that should be overcome. It is what James Clifford (1997) attempted to do in his work Routes: Travels and Translation in the Late Twentieth Century. With the return, the homonymic opposition is resolved because coming back to one’s roots involves the act of travelling – routes. But can one ever come back home? As beautifully shown by the novel On Black Sisters’ Street (2011), originally written in Dutch by Nigerian writer Chika Unigwe, migrants, while abroad, might experience a kind of nostalgia. After their return, however, this nostalgia might morph into disillusion and even alienation, as shown by Obi, the protagonist of Chinua Achebe’s No Longer at Ease (1960).

Continuer la lecture de CfP: Back to Africa

AAC/CfP: Restituer et Re-situer Haïti

Restituer et re-situer Haïti : nouvelles connexions

Modalités de contribution

Les propositions de contribution sont à envoyer par mail jusqu’au 09 octobre 2023 à l’adresse suivante : resituerhaiti.colloque2024@gmail.com. Les résumés doivent être d’une longueur de 300 mots maximum et accompagnés d’un titre (même provisoire) et d’une courte notice bio-bibliographique. Les propositions seront évaluées par un comité scientifique et les réponses concernant les sélections seront envoyées dès le 15 novembre 2023.

Le colloque aura lieu les 04 et 05 avril 2024 à la Maison de la recherche de l’université Paris 8.

URL de référence : https://www.romanistik.de/aktuelles/6953

Argumentaire

« Dire Haïti et sa littérature autrement, c’est se demander, à travers les mots de ses écrivains et de ses écrivaines, quel éclairage peut apporter aujourd’hui au monde francophone, sinon au monde tout court, l’expérience haïtienne », déclare l’écrivaine haïtienne Yanick Lahens dans sa leçon inaugurale de la chaire annuelle des Mondes Francophones (2018-2019) au Collège de France. Ce colloque s’inscrit, à l’instar du propos de Lahens, dans une urgence de dire Haïti autrement. Urgence de « dire » et « autrement » pour tenter de sortir le pays de l’économie à la fois du silence et de la diffamation qui entoure le discours sur lui depuis le succès de la révolution haïtienne qui abolit l’esclavage et mit fin au colonialisme français sur l’île caribéenne.
Le silence, théorisé par l’anthropologue Michel-Rolph Trouillot dans son livre Silencing the past (1995), présent de façon plus manifeste dans les rapports d’Haïti avec la France se dévoile, entre autres, par une absence notoire de l’histoire haïtienne dans l’histoire française –la révolution haïtienne reste encore le tabou qu’un infime nombre de manuels scolaires français osent subrepticement braver (Brière, 2017) –et par une prise en compte précaire de la littérature haïtienne dans l’enseignement général des lettres (Chemla, 2019). La diffamation quant à elle peut être perçue historiquement à travers les rapports des métropoles coloniales qui évoquent les contorsions révolutionnaires à Saint-Domingue dès les premiers moments de la révolte des esclaves caractérisée par sa « sauvagerie » (Middelanis, 1996 ; Hurbon, 2009) et la littérature, notamment dans la littérature états-unienne blanche du XIXe siècle qui peint Haïti comme le berceau de l’obscurité et de la barbarie (Dash, 2016). La diffamation est également perceptible au présent dans les médias (Saint-George, 2017). On observe ainsi une réactualisation du regard colonial par une représentation qui tente d’enfermer le pays dans les extrêmes entre “carte postale” et “cauchemar” (Lahens, 2021), de reproduire les stéréotypes de l’anti-haïtianisme et d’ignorer les enjeux géopolitiques et économiques qui vont à la rencontre de la situation actuelle en Haïti. Malgré une augmentation importante depuis les années 2000 –le haitian turn (Joseph, 2012 ; Bandau, 2013) – des études sur Haïti et sa littérature et un nouvel intérêt marqué à l’ère des études postcoloniales, on est encore loin d’un regard et d’une politique décolonisés sur le pays. Le silence et la représentation problématique d’Haïti, que la France partage avec d’autres puissances de ce monde, situe le pays au loin, le confine dans son espace insulaire et isolé, presque de l’autre côté de l’humanité (modernité, cf. Mignolo, 2011). Il s’établit là une distance factice qu’il convient de désamorcer.
Les publications récentes qui abordent la question tout autant passée sous silence de la “dette” de l’indépendance, (cf. Henochsberg, 2016 ; Dorigny et al., 2021 ; Gamio et al., 2022) et le colloque « Haïti : littérature et civilisation » (2019) au Collège de France précédé quelques mois plus tôt par la leçon inaugurale de Yanick Lahens mais aussi les références récurrentes à la révolution haïtienne dans le dernier blockbuster Black Panther: Wakanda forever (cf. Haitian Times, 2022 ; Varsity, 2022), sont des pas qui témoignent dudit désamorçage déjà en cours. Cette évolution passe par les études littéraires et culturelles, ainsi que par des productions artistiques qui non seulement repositionnent Haïti dans l’histoire globale mais touchent également à la question de la restitution.
Suivant cette perspective, notre colloque tente de re-visiter le rôle d’Haïti et sa civilisation dans l’histoire et au présent, de questionner les angles sous lesquels ils sont souvent présentés et d’ainsi faire “habiter” le pays reprenant là le mouvement de pensée qui traverse la contribution de Laënnec Hurbon au colloque du collège de France et qui a inspiré le Festival Haïti-Monde de 2022 à Paris. Pour ce faire, ce colloque s’intéresse à la situation d’Haïti dans les Amériques, notamment dans l’espace caribéen, mais aussi à ses liens avec d’autres espaces dans le monde comme l’Afrique, le Moyen-Orient ou l’Europe (p.ex. avec l’Allemagne, cf. Pestel, 2019). Il aspire à re-penser la situation d’Haïti et de la littérature haïtienne afin de placer Haïti et l’étudier dans un contexte plus pertinent pour la complète considération de ses complexités historiques, politiques, linguistiques, culturelles et littéraires. Le colloque cherche aussi à questionner les circulations, connexions et influences de cette première littérature anticoloniale en se penchant sur son rôle dans l’espace littéraire d’aujourd’hui et d’une littérature-monde (Le Bris, 2007) ou plutôt qui s’amplifie. Il n’est pas ici question d’étudier « l’apport » d’Haïti comme s’il s’agissait d’un simple objet d’étude, mais bien d’évoquer ses connexions, ses relations et, par conséquent, la façon dont elle participe à l’espace historique, littéraire et politique de la France, de la Caraïbe, des Amériques et du monde.
Ce colloque se veut pluridisciplinaire. L’on souhaiterait associer les travaux de chercheurs en histoire, en sciences sociales, en littérature, en études culturelles et cinématographiques. Le colloque s’organise autour de deux idées directrices : la re-situation et la restitution d’Haïti qui sont donc les grands axes dans lesquels doivent s’inscrire les propositions de communications.

Continuer la lecture de AAC/CfP: Restituer et Re-situer Haïti

Sylvie Kandé et Elgas

Conférence et table-ronde

dans le cadre du séminaire Senghor

16/06/2023, 17h-19h (15h-17h GMT)

Salle de conférence site BnF Richelieu et visioconférence

Le lien pour suivre la séance en visioconférence peut être demandé auprès de Claire Riffard (claire.riffard@cnrs.fr).

Nous vous convions à la rencontre entre Sylvie Kandé et Elgas qui aura lieu le vendredi 16 juin 2023 à la BnF (site Richelieu), Paris. Organisée dans le cadre du Séminaire Senghor, la séance se déroulera de 17h à 19h. Après une prise de parole de chacun des invités, une table ronde sera animée par Edoardo Cagnan et Sébastien Heiniger, pour une discussion commune. Les questions du public ne seront pas oubliées.

Après la séance, de 19h jusqu’à la fermeture du site (20h), Guillaume Delaunay, conservateur à la BnF, exposera les manuscrits de Senghor. Des tables seront prévues pour dédicace des ouvrages des écrivains présents.
 
Nous sommes heureux et honorés de pouvoir accueillir Sylvie Kandé et Elgas, qui nous parleront de Senghor, de la présence (ou de son absence) dans leur création littéraire. 
 
Sylvie Kandé (https://www.sylviekande.com/fr/accueil) est une historienne française d’origine franco-sénégalaise et professeure à la Standford University de New York. Mais c’est avant tout la poétesse que nous invitons, celle dont l’oeuvre a été plusieurs fois primée (prix Louise Labé de poésie pour Gestuaire ; Prix Lucienne Gracia-Vincent sous les auspices de la Fondation Saint-John Perse pour La quête infinie de l’autre rive). 
 
El Hadj Souleymane Gassama, a.k.a Elgas, est journaliste, écrivain et docteur en sociologie. Il est né à Saint-Louis, a grandi à Ziguinchor au Sénégal, et vit depuis une quinzaine d’années en France. L’auteur de Mâle noir, Un dieu et des moeurs, Inventaire des idoles a récemment publié Les bons ressentiments, un essai brillant où il s’engouffre sans frémir dans le « malaise post-colonial ». Senghor est le premier des « aliénés » dont il brosse le portrait. Citons-en la conclusion en accroche : « Son oeuvre – immense pour qui se donne la peine de l’explorer sans préjugés définitifs – s’évapore  ainsi sur l’autel de sa seule bascule dans le champ honni de l’aliénation. Sa gloire hypothéquée n’est célébrée que dans quelques cercles plus ou moins clandestins, à leurs risques et périls. Il est certes porté aux nues en France et dans une partie de la francophonie, mais aimer Senghor en Afrique, c’est se risquer à endosser une part de cet opprobre, celle d’être affilié, disons-le sèchement, à un « traître » ».
 

Séminaire Senghor 2023/4

Séminaire de recherche international Léopold Sédar Senghor coordonné par Alioune Diaw (UCAD) et Sébastien Heiniger (ITEM – CNRS/ENS), ouvert à tous

Séance 4, 12 avril, 14h-16h GMT (16h-18h Paris)

Cette séance se tiendra sur le site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311) et sera aussi diffusée sur zoom.

Accès zoom possible. Écrire à claire.riffard(at)cnrs.fr

Présentation de son Senghor (PUF, 2023) par Elara Bertho

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS. Ses recherches portent sur les relations entre littérature et politique en Afrique de l’Ouest. Elle a publié Sorcières, tyrans, héros (Honoré Champion, 2019) sur des figures de résistants et leur construction en héros nationaux. Elle a édité le texte d’un chef de canton guinéen concernant les guerres de Samori Touré et les guerres coloniales, Djiguiba Camara, Histoire locale (avec Marie Rodet, Brill, 2020). Directrice de la collection Lettres du sud chez Karthala, elle appartient au comité de plusieurs revues (Multitudes, Cahiers de Littérature Orale, Etudes Littéraires Africaines). Elle travaille actuellement à une histoire des arts sous Sékou Touré, en Guinée, et aux relations houleuses entretenues avec le Sénégal.

Pour ouvrir la discussion, Sébastien Heiniger commentera ce travail de synthèse d’Elara, Senghor, paru aux PUF en février 2023 dans la collection “Les grandes figures de l’histoire”. Senghor est l’objet d’une mémoire contrastée, entre le Sénégal et la France. Le pari d’un petit objet éditorial grand public est de couvrir une vaste audience et d’interroger les noeuds d’une histoire commune, coloniale et postcoloniale, par-delà la Méditerrannée. Reprenant le dernier ouvrage d’Elgas, qui fait de Senghor le premier des “aliénés”, il dialoguera avec sa notion de “ressentiment” pour discuter de ces disparités mémorielles. 

Source : https://kouroumanus.hypotheses.org/2575

En savoir + : https://apela.hypotheses.org/6926

Yambo Ouologuem ambidextre

À la recherche du tableau complet des emprunts de Yambo Ouologuem dans Le Devoir de violence : concordance ou asymptote ?

Conférence du Professeur émérite Christopher L. Miller, suivie d’une table-ronde avec Sami Tchak (écrivain), Elgas (écrivain), Jean-Pierre Orban (écrivain, éditeur), Joël Bertrand et Céline Gahungu (MCF, Paris 3)

Séminaire Manuscrits francophones : Littératures du Sud – Le processus de fabrication / 2023

Vendredi 17 mars de 15h à 17h, Site Pourchet du Cnrs (61 rue Pourchet, Paris 17e), salle 311.

— L’hommage au Professeur Daniel Delas est également reporté, en solidarité avec le mouvement social en cours. —

Présentation

 

La critique ouologuemienne semble être partagée entre deux camps. (À tort.) Le premier voit dans Le Devoir de violence une œuvre révolutionnaire préoccupée par l’histoire, qui porte un regard afrocentriste et qui bouleverse la négritude et le colonialisme en même temps. L’autre camp, depuis 1971, voit dans les emprunts (le plagiat, les « prélèvements ») de Ouologuem une autre révolution, une écriture en collage qui pille la littérature européenne.
Mais il n’y a pas de contradiction. La preuve : Ouologuem a fait les deux en même temps. Il a révisé l’historiographie africaine tout en pratiquant un art de l’emprunt dans des proportions inouïes. Il était ambidextre.
Depuis un an j’ai l’idée de constituer pour la première fois un tableau « complet » des emprunts dans Le Devoir de violence. La tâche s’est avérée considérable. Certains cas sont connus depuis longtemps (André Schwarz-Bart, Graham Greene, Maupassant), mais les dimensions totales  restent inconnues de presque tous les lecteurs de ce roman. Grâce aux recherches de (surtout) Joël Bertrand, Antoine Habumukiza, Christine Chaulet-Achour, Jonathon Repinecz, nous pouvons maintenant apprécier non seulement l’ampleur des emprunts mais également la complexité des adaptations.
Mais sait-on déjà tout sur les emprunts de Ouologuem ? Dès la publication de ce tableau, il risque de devenir caduc.
Le but de ce projet n’est pas de relancer le débat sur l’éthique de l’emprunt ou le « scandale » du plagiat. Ce document est purement utilitaire ; il permettra aux lecteurs de voir à la fois l’érudition de Ouologuem et son processus d’adaptation textuelle (et surtout d’africanisation) tout à fait remarquable.

Christopher L. Miller (Yale University)

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2446

Rythmes de Senghor

Séminaire de recherche international Léopold Sédar Senghor 2023/2

« Rythmes de Senghor »

coordonné par Alioune Diaw (UCAD) et Sébastien Heiniger (ITEM – CNRS/ENS), ouvert à tous

Séance 2, mercredi 15 février, 16h-18h GMT (17h-19h Paris)

Cette séance se tiendra sur le site Pouchet du CNRS (59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris, salle 311) et sera aussi diffusée sur zoom.

  • Michel Murat (Sorbonne) : «Rythmes de Senghor»

Michel Murat est un fin connaisseur de l’histoire des formes poétiques françaises et l’auteur du récent La Poésie de l’Après-guerre, dont la partie centrale est consacrée à Senghor, Césaire et Rabearivelo. Sa communication portera sur lesdits « rythmes africains » de la poésie du premier et est le fruit d’une recherche qu’il a menée sur les enregistrements de Senghor lisant ses poèmes.

  • Amade Faye (UCAD) : « Le verset senghorien à la cadence du chant-poème seereer »

Amade Faye est un grand spécialiste de la littérature orale ouest-africaine, et de la poésie seereer en particulier. Il nous éclairera au sujet des relations qu’entretiennent le verset senghorien et le chant-poème seereer.

La conversation entre ces deux chercheurs, qui mettront à notre disposition leurs connaissances des traditions écrites et orales confluant dans la poésie senghorienne, s’annonce passionnante. Les trente dernières minutes de la séance seront dédiées aux questions et discussions.

Accès zoom possible. Écrire à claire.riffard [apud] cnrs.fr
 
 

Séminaire Senghor

Séminaire de recherche international et interdisciplinaire Léopold Sédar Senghor

Coordination :
Alioune Diaw (UCAD)
Sébastien Heiniger (ITEM CNRS/ENS)

Ce séminaire interdisciplinaire permettra d’éclairer plusieurs volets de la pensée, de l’œuvre poétique et de l’action politique de Senghor. Chaque séance proposera un ou deux intervenants, laissant une place aux questions et à la conversation qui suivront leurs présentations. 
La première séance se tiendra le 13 janvier à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, de 16h à 18h GMT (soit 17h-19h à Paris). Cette séance, comme les suivantes, sera aussi diffusée en ligne.
L’UCAD aura le plaisir d’accueillir ce jour-là en ses locaux Frédéric Worms, le directeur de l’ENS, lequel sera présent pour inaugurer le projet de recherche Senghor, dont le séminaire constitue un des volets.
Après de courtes introductions, Babacar Mbaye Diop, professeur au département de philosophie et directeur de l’Institut Supérieur des Arts et des Cultures de l’UCAD proposera une intervention intitulée : Senghor et les expositions du Musée Dynamique.

Que ce soit en vidéoconférence ou à Dakar, nous vous attendons nombreux pour cette séance d’ouverture du projet de recherche et son séminaire.

Descriptif du séminaire

Calendrier des premières séances

13 janvier 16h GMT (17h Paris) :
Babacar Mbaye Diop (UCAD) : « Senghor et les expositions du Musée Dynamique »
Cette conférence aura lieu dans le cadre de la journée d’inauguration du Projet de recherche international Léopold Sédar Senghor à Dakar. Elle sera précédée par les allocutions des autorités académiques et des coordinateurs du séminaire.

15 février 16h GMT (17h Paris) :
Michel Murat (Université ParisSorbonne) : « Rythmes de Senghor »
Amade Faye (UCAD) : « Le verset senghorien à la cadence du chantpoème seereer »

16 mars 15h GMT (16h Paris) :
Serge Meitinger (Université de La Réunion) : « Le cahier des Chants pour Naëtt de la maison Senghor à Verson »
Oumar Dièye (UCAD) : « Senghor et les poètes humanistes de la Renaissance »

Programme complet du séminaire

Sénégal: un nouveau groupe de recherche pour renouveler le regard sur Senghor, un reportage de RFI sur le lancement du programme Senghor (17/01/2023)