Archives par mot-clé : Parution

Sorcières, tyrans, héros

Sorcières, tyrans, héros – Mémoires postcoloniales de résistants africains

Elara BERTHO

Editions Honoré Champion, collection «Francophonies», 520 p.

Broché, parution le 17/04/2019 ISBN : 9782745350459

Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

Elara Bertho est chargée de recherches au CNRS au sein du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde, UMR 5115 CNRS-Sciences Po Bordeaux). Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle est docteure de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

URL de référence : https://www.honorechampion.com/fr/11009-book-08535045-9782745350459.html

Fais-moi rire… un essai raté. Par Daniel Delas

Idi Nouhou, Le roi des cons, roman, Gallimard, 2019, 118 p.

Préface de Marie Darrieussecq

L’écriture humoristique prend souvent le chemin de la parodie d’un genre. On est, avec le roman de Nouhou dans la parodie du roman sentimental, genre roman-photo que publia  le magazine Nous Deux à partir de 1947, avec un succès considérable (jusqu’à 1 500 000 exemplaires). Peu cher (1,98 Fr le numéro), il proposait à des lectrices un peu âgées rêvant toujours du prince charmant des histoires d’amours, d’amours naissantes-renaissantes,  contrariées-radieuses,  miraculeuses-tragiques, etc., etc. L’histoire du premier roman-photo s’intitulait d’ailleurs « A L’aube de l’amour » ! Tout un programme !

Cet aspect est rapidement évoqué par la préface de Marie Darrieussecq qui n’insiste pas sur cette problématique mais nous fait part de sa sympathie pour l’auteur et pour Niamey (« Niamey m’est apparu austère et brûlant, traversé par un fleuve superbe… »).  Certes, certes mais ce n’est pas cela qui nous parle du roman lui-même.
Un récit humoristique ? Oui, en ce sens que le héros Abdou est pitoyable, perdant toute dignité en suivant de bar en bars Rakki, une courtisane comme on aurait dit au XIXe, une pute comme disent aujourd’hui les parlers jeunes, négligeant la petite Salima qu’on lui a donnée pour femme sans lui demander son avis, ni à lui ni à elle. Puis un jour, par hasard, comme ça, il découvre que la petite a un corps splendide. Ils font l’amour. Mais Rakki avertie par une sorte d’instinct revient pour repartir quand Abdou se met à la désirer de nouveau. Salima plus fûtée qu’elle n’en a l’air manœuvre habilement… Vous pouvez imaginer tous les rebondissements de ce genre de récit. Au bout du compte, Abdou reste seul, abandonné par l’une et par l’autre, il est le ROI DES CONS.

Supposé drôle, ce récit est « téléphoné » comme on dit en pugilistique, il ne fait pas rire parce qu’il n’est soutenu d’aucune écriture humoristique : plagiant le style roman-photo, il ne sort pas d’une écriture réaliste qui ne convient pas au sujet, le refroidit.
Comme quoi l’abandon par les écrivains africains de la jeune génération du terrain proprement africain pour aller vers un cosmopolitisme multiculturel ne suffit pas. On n’est pas novateur parce qu’on est moderne mais parce qu’on met au point patiemment une écriture personnelle, humoristique ou réaliste c’est selon, mais personnelle en phase avec son temps.

Cette fois-ci, c’est raté.

Pour citer cet article : Fais-moi rire… un essai raté. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 17/03/2019, https://apela.hypotheses.org/3149.

Être homosexuel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui, 2. Par Daniel Delas

Mohamed Mbougar SARR,

  • Terre ceinte, Présence africaine, 2014 (rééd. livre de poche PA, 2017, 354 p.)
  • De purs hommes, Philippe Rey / Jimsaan, 2018, 191 p.

Terre ceinte, premier roman de Mohamed Mbougar Sarr couronné par le Grand Prix du Roman métis, qui a précédé De purs hommes auquel je pensais consacrer exclusivement cette chronique, est si étroitement connecté avec le troisième roman de l’auteur (qui a également publié Silence du choeur, toujours aux éd. Présence africaine, en 2017) que je choisis d’en dire d’abord quelques mots.

Ce premier roman est le récit ambitieux du jeune auteur sénégalais (né en 1990) qui nous propose un montage en alternance de la vie quotidienne de groupes humains opposés dans une ville de fiction (dénommée Kalep) passée au pouvoir des islamistes. Les djihadistes sont représentés par le chef de la police Abdel Karim, un géant rusé et fanatique, les résistants par un groupe de sept conjurés, plutôt intellectuels ; ‘éclatés’ issus de la personnalité de l’auteur lui-même, ils se réunissent dans les caves d’une taverne pour réaliser leur projet de publier un journal appelant à la révolte. Outre ces résistants à l’islamisme on croise d’autres personnages plus ambigus qui passent d’un camp à l’autre, comme Ismaïla (le fils aîné du meneur de la résistance !) devenu un adepte fanatique de chaque mot, de chaque ligne, de chaque sourate du Coran et rejoignant le camp des religieux. Ou comme Ndey Joor Camara, une femme modérée, parce que mère et que les mères savent les dangers mortels dont les combats politico-religieux en terre d’Islam menacent leurs fils. Au bout du récit, Abdel Karim est tué, les résistants entraînent la foule contre les islamistes qui se retirent dans le désert, provisoirement sans doute, mais c’est tout de même une victoire.
« Récit ambitieux » disais-je, car si la thèse générale de l’anti-islamisme est claire et nette, la complexe relation des peuples au pouvoir islamique est bien illustrée : certes le choix d’une ville purement fictive épargne la nécessité de mettre en place une analyse sociale différenciatrice, mais comprendre l’histoire de chacun implique une mise en situation précise des personnages expliquant leur réaction personnelle. Ce qui est le cas, relié de plus à ce qui s’est passé à Kidal au Mali ou à Alep en Syrie. Car, comme le dit l’auteur, « c’est un roman imaginaire, mais qui s’ancre dans l’actualité » (celle de 2015, puisque depuis la situation de Daech a plutôt reculé). C’est surtout par l’ambition de son écriture (de son style si l’on préfère) que Mohamed Mbougar Sarr se distingue comme un écrivain, osons le terme, brillant. Sa pratique du français littéraire réaliste inaugurée par Flaubert (le Flaubert de Salammbô (cité p. 30), pas celui de Madame Bovary ou de L’éducation sentimentale) est impressionnante. On admirera par exemple le classicisme juste de ce portrait d’Idrissa Camara

C’était un jeune homme de dix-sept ans, grand, mince – fin, se plaisait-il à dire – et dont les traits étaient harmonieux. Ses yeux étaient très clairs et le contraste que cet éclat produisait avec la noirceur de sa peau conférait à son regard une intensité étrange, déterminée et mélancolique à la fois. (p.24)

Payé certes au prix d’une perte de toute africanité. Mais l’africanité est-elle encore un souci des écrivains africains d’aujourd’hui ? D’ailleurs la cellule des résistants aux islamistes, dans ses moments de loisir se complait aux ‘calembours, contrepèteries, jeux de mots’ et choisit comme titre de leur journal l’’anagramme, presque un palindrome’ du nom du lieu où ils se réunissent (p.155), Jambaar devenant Rambaaj. Qui use de ce vocabulaire universitaire facétieux en Afrique francophone ? Des intellectuels franco-cosmopolites, de professeurs dont le ton reste d’ailleurs parfois un peu magistral :

Il faut examiner plus en détail les possibles raisons idéologiques qui poussent les intégristes à détruire les documents de cette bibliothèque. Ces raisons semblent être de trois ordres (p.312)

Suit un développement en trois points et trois pages. Est-ce bien à sa place dans un roman réaliste d’écriture flaubertienne ? Il n’est pas jusqu’au titre qui porte le poids d’un fort humour intellectuel  : Terre ceinte, jeux de mots simple avec ‘Terre sainte’ certes, mais pourquoi ’ceinte’ ; ‘ceinte’ = ‘entourée’, entourée par qui, par quoi ? La nécessité du jeu de mots ne se justifie pas clairement alors qu’il titre un roman historique d’une actualité brûlante.
Maladresse d’un écrivain débutant ?

                                                                       *

Le plus récent roman de Mohamed Mbougar Sarr, De purs hommes, nous apporte des compléments d’information en s’affichant comme une demi-fiction, le personnage principal étant à l’évidence une sorte d’auto-portrait de l’auteur. Jugez-en.  Professeur de littérature comparée de 37 ans revenu après ses études universitaires, enseigner au Sénégal,  il y est mal agréé par ses vieux collègues

des fossiles, des dinosaures, qui n’écrivaient plus (l’avaient-ils jamais fait ?), (…) docteurs ès intrigues de basse-cour (p. 23)

parce qu’il pratique une pédagogie ouverte et ignore en particulier que le ministère a pondu une note incroyable : le poète Verlaine est interdit d’étude pour cause d’homosexualité. Débute alors une longue et anxieuse interrogation sur la société dans laquelle il vit : ses étudiants passifs mais sourdement hostiles à toute originalité culturelle approuvent cet interdit, son père, parfait musulman honnête homme mais sourd à toute innovation qui n’aurait pas sa source dans le Coran, ses deux amies-amantes qui le poussent à ouvrir les yeux et critiquent chez lui une sorte d’homophobie honteuse dans la mesure où il ne va pas au bout d’une interrogation.

Il suffit [lui dit une de ses amantes] de s’intéresser un tout petit peu à la recherche anthropologique sur la question de l’homosexualité en Afrique pour se rendre compte de sa présence sur le continent avant la colonisation. Des siècles avant… Depuis toujours ! Les Sénégalais n’en savent rien. They don’t wanna know. Ils sont enfermés dans l’idée que leur pays est un espace pur, historiquement hétérosexuel ! Ça les rassure. Ils croient à ce mythe, et ne cherchent pas à savoir. C’est la signification même de l’intégrisme, comme je te le disais. (p.86)

Le débat avec ses amies se poursuit et envahit peu à peu la vision du monde du professeur. Il réalise que les homosexuels en terre islamique sont de « purs hommes » (titre du roman) qu’on traite faussement d’ « impurs » parce qu’ils choisissent d’être ce qu’ils sont, admirables

parce qu’à n’importe quel moment la bêtise humaine peut les tuer, les soumettre à la violence en s’abritant sous un des nombreux masques dévoyés qu’elle utilise pour s’exprimer : culture, religion, pouvoir, richesse, richesse, gloire… Les homosexuels sont solidaires de l’humanité parce que l’humanité peut les tuer ou les exclure. (p. 125)

Ce qu’elle fait en interdisant l’étude de Verlaine ou en tolérant que des hommes enterrés dans un cimetière musulman soient ignominieusement déterrés. L’apprenant Ndéné Gueye se rapproche alors de plus en plus de la mère du déterré ainsi que d’un étrange personnage de travesti, considéré comme homosexuel par la rumeur alors qu’il ne l’est pas :

Je peux être tué demain pour ce que je ne suis pas mais qu’on croit que je suis à cause d’un mot ou d’une rumeur (p 118)

Car la rumeur ne se fonde sur aucune base objective, la rumeur d’infamie qui salit sans trêve l’homosexualité en terre musulmane, la rumeur qui laisse tôt ou tard celui qui en est la victime perdu dans le labyrinthe. Peu à peu, cette rumeur, le héros la sent naître et croître

naître, bruire, enfler dans les regards insistants, les chuchotements qui précédaient ou suivaient mon passage, les mouvements de menton me désignant de loin( p. 153)… Qu’est-ce au juste qu’une rumeur ? L’illusion d’un secret collectif. Elle est une toilette publique que tout le monde utilise, mais dont chacun croit être le seul à connaître l’emplacement (p 153)… En suis-je un ? Oui… Non… Peu importe la rumeur a dit, décidé, décrété que oui. J’en serai donc un. Je dois en être un. S’ils ont besoin, ceux-là dehors, que j’en sois un pour mieux vivre, je vais l’être, jouer à fond mon rôle et ainsi chacun sera content. Eux de vivre et moi de mourir. (p 190, avant-dernière page).

                                                           *

Ce roman est d’une grande profondeur, non parce qu’il serait plus vrai que tel autre mais parce qu’il est proche du vécu d’une société africaine en souffrance. Il est émouvant et moderne parce que sa dénonciation de l’intolérance dont sont victimes les ‘hommes-femmes’ (góor-jigéen), concerne aussi les femmes, les travestis et tous les prétendus ’déviants’ qui assument librement leur choix dans une société esclavagisée. Une liberté qu’illustre une écriture rythmée et cosmopolite (on parle français mais aussi wolof et anglais), forte et émouvante  qui soutient une vision lucide du monde,  « houellebecquienne »  si l’on veut – guère optimiste donc – mais combative et courageuse.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Être homosexuel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui, 2. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 11/03/2019, https://apela.hypotheses.org/3133.

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Buata B. Malela

préface de Jean Bessière

Paris, Anibwe, coll. Liziba poche, 2019, 320p ISBN : 9782916121192

PRÉSENTATION extrait préface Jean Bessière (professeur ém. Université Paris 3 Sorbonne)

À partir de l’exemple d’Aimé Césaire, Buata Malela propose une mise en situation des écrivains antillais et africains qui ont dominé la scène littéraire francophone depuis la seconde guerre mondiale et une relecture de leurs œuvres. Il ne propose ni biographies, ni monographies des uns et des autres, ni des lectures directes de leur abondante production romanesque, poétique, dramatique. […] Son propos relève d’une sociologie de la littérature, entendue de manière spécifique : écrivains et œuvres se comprennent selon leurs positions comparées au regard des faits du pouvoir colonial et de l’aliénation, et selon les rapports d’accord, de désaccord, manifeste ou implicites, qu’ils entretiennent entre eux et à travers leurs idéologies et leurs œuvres.

URL de référence : https://www.anibwe.com/produit/buata-b-malela-aime-cesaire-et-la-relecture-de-la-colonialite-du-pouvoir-2/

Être ou ne pas être homosexuel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui. Par Daniel Delas

Monique Ilboudo, Si loin de ma vie
Le Serpent à plumes, 2018, 136 p.

Le mythe de la pureté du bon sauvage a mené la vision coloniale des missionnaires blancs  à dénier toute existence à l’homosexualité en Afrique de l’Ouest. C’est un aveuglement qui va à l’encontre des enseignements de la sociologie et de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest, tels qu’on commence à en connaître les grandes lignes : les travaux du professeur camerounais Charles Guebago montrent sur des bases scientifiques que de nombreuses populations (peuples angolais, Ashanti, Haoussa, par exemple) ont reconnu l’existence sociale et culturelle de l’homosexualité et lui ont accordé une fonction sociale (voir son article « L’homosexualité en Afrique. Sens et variation d’hier à aujourd’hui »). Ce qui ne veut malheureusement pas dire que la société civile africaine d’aujourd’hui soit tolérante et ouverte dans ce domaine. Monique Ilboudo a reçu une formation de juriste (elle enseigne le droit à l’Université de Ouagadougou), a été secrétaire d’Etat à la Promotion des droits humains. Elle a publié deux romans (Le mal de peau, 2001 et Murekatete, 2000) dont le deuxième a pour cadre le Rwanda et pour héroïnes des femmes rwandaises victimes indirectes du génocide, tandis que le premier se centre sur deux femmes burkinabé (mère et fille métisse),  victimes de violences sexuelles. Les critiques s’accordent à reconnaître à Monique Ilboudo sensibilité et sobriété.

Son dernier roman opère un retour net à son pays natal (elle est née à Ouagadougou en 1959) et choisit d’affronter le sujet de l’homosexualité. Pourquoi et Comment Jean-Philippe devient-il homosexuel ? La réponse globale de Si loin de ma vie (titre étrange de ce court roman de 137 p. sur lequel on reviendra) est que Jean-Philippe ne ferait pas son coming out si la pression socio-économique ne l’y contraignait.
Quelle pression ?
Jean-Philippe est un jeune burkinabe comme tant d’autres : parents aux ressources modestes (père ancien combattant), études inachevées, mort d’un ami cher

Je compris combien la vie était volatile. Je décidai d’en cueillir ce qui pouvait l’être tout de suite. L’école, le bureau climatisé et tout le reste, c’était trop long et trop compliqué. (p.10)
Je me mis à traîner avec de mauvais garçons et dérivai peu à peu. (…- J’étais prêt à travailler dur. Sous le soleil ardent. Mais personne ne voulait de mes bras de jeune nègre vigoureux (p.11)

Durant trois ans cependant ce joli garçon va survivre du petit boulot d’écrivain public et connaître une quiétude relative malgré les regards ‘sales’ de certains blancs croisés dans les rues de Ouagany (Ouagadougou ?). Mais un jour son travail périclite, il broie du noir, «prêt à tout pour sortir de ma galère » (p.31), et décide alors de partir en Europe

J’ai pris mon destin par les cornes. Je l’ai regardé droit dans les yeux et j’ai commandé. Advienne que pourra ! Mon plan était simple ! Un : quitter au plus tôt ce trou à rats. Deux : aller faire fortune en Europe ou mieux, au pays de l’oncle Sam (p.33)

Mais il échoue à franchir les barbelés de Ceuta et Melilla. De retour en Afrique, il fait la connaissance d’un Blanc, certes vieux et homosexuel, mais réservé et désireux d’être utile aux jeunes Africains dans le cadre d’une ONG. Il accepte sa proposition de devenir son ami et son assistant. Le jour où Elgep désireux de rentrer en France lui fait des confidences écrites sur son homosexualité (p.68) « Ma sexualité n’a rien à voir avec mon engagement caritatif » (ibid.), il ouvre les yeux, confronté à ce choix définitif :  s’enfoncer dans la misère ou accepter de s’expatrier en Europe : « Après tout, pourquoi pas ?  Que vaut un petit cul de nègre face à la misère ? Si le mien pouvait me servir de passeport pour l’Europe, pourquoi pas ? » (p. 78). Durant de nombreuses années, marié avec Elgep, il vit une belle vie intelligente et généreuse qui engendre en lui le désir d’être fidèle à ses années de jeunesse en créant un lieu d’accueil, la Goutte d’or,  pour aider des jeunes  à la dérive. Son initiative réussit pleinement mais la voix de la bêtise et de l’homophobie rode autour de lui et il meurt finalement sous les coups d’une foule en colère contre ce ‘pédophile’.

C’est un pédophile ! reprit quelqu’un derrière moi. De qui parlait-il ? Le mot parcourut la foule, suscitant des questions, beaucoup ignorant sa signification. Un violeur d’enfant ! expliqua la même voix forte. Cette fois, tout le monde avait compris. Je fus ceinturé sans autre forme de procès…. (p. 131).

                                                                       *

Le roman de Monique Ilboudo n’a pas la puissance des œuvres des grands écrivains africains et n’est pas soutenu par un travail d’écriture qui le ferait briller en France. L’auteure, dans l’idée que nous portons tous des germes gays mais que ceux-ci se développent ou non selon les circonstances, accorde plus d’importance à faire vivre cette société burkinabe toujours bloquée en profondeur qui va contraindre Jean-Philippe à se prostituer qu’à affiner son portrait d’homosexuel en tant que tel. Aucune recherche d’écriture franco-française à la manière de Mabanckou.
Son livre vaut pourtant par le cachet de sincérité que lui donnent ses maladresses mêmes comme récit simple et sans affèterie d’un destin ordinaire, et se lit comme tel malgré son titre inutilement mystérieux. « Si loin de ma vie » veut-il dire que Jeanphi s’est éloigné trop loin de la vie médiocre qu’il aurait normalement dû vivre et qu’il en est mort ? Ce que dit aussi une phrase située au tout début : 

«  [La vie] m’ouvre le monde et je paie comptant. La vie est dure en affaires. Je paie cher, très cher » (p.11)

Peut-être. Un roman un peu gauche mais d’une grande sincérité d’expression.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Être ou ne pas être homosexuel en Afrique de l’Ouest aujourd’hui. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 31/01/2019, https://apela.hypotheses.org/3095.

Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain

Parution du n° 91 de la revue Présence Francophone

Le dossier dirigé par Kodjo Attikpoé et Josias Semujanga porte sur « Les figures de l’écrivain et de l’écrit dans le roman africain ».

Pour accéder au sommaire : http://college.holycross.edu/departments/mll/pf/somm91.htm

PF 91 page couv

Sony Labou Tansi, naissance d’un écrivain

Sony Labou Tansi – Naissance d’un écrivain
Céline GAHUNGU

CNRS éditions

Qui est Sony Labou Tansi ? Celui que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus grands auteurs africains d’expression française n’est pas né en un jour. Il lui a fallu s’imaginer, se fabriquer, se faire connaître et reconnaître par un Congo en proie aux convulsions de l’Histoire. Tout s’est décidé pour lui à la fin des années 1960, quand son goût de l’expérience créatrice s’est changé en un besoin, toujours plus impérieux, de construire son propre univers, dense et homogène. L’anonyme Marcel Ntsoni invente la figure flamboyante de Sony Labou Tansi, écrivain explosif qui, en marge de l’ordre littéraire, ne craint rien ni personne, dans son projet hyperbolique de fonder une nouvelle littérature. Entre les coups d’État et les fièvres révolutionnaires, le Congo a beau traverser des tempêtes, l’apprenti grand écrivain ne désarme pas. La société devient paroxystique ? À l’écriture d’aller plus loin encore en lui administrant son paroxysme à elle, jusqu’à faire voler en éclats ses normes et ses institutions.
Scénarios existentiels et fictions compensatoires aident le jeune Sony à modeler son œuvre et son identité, mais l’exposent aussi à de multiples contradictions : affirmer publiquement son statut d’écrivain et assouvir sa haine du régime au pouvoir ; s’attaquer à une France taxée de néocolonialisme et tenter d’y diffuser ses écrits ; démolir les figures d’autorité et partir en quête de conseillers, d’intercesseurs et de pères littéraires.
Pour l’essentiel inédits, les premiers écrits donnent l’image d’une création débondée, véritable geyser de lave, de boue et de sang. Dans l’espace privé des manuscrits, tout peut se dire, des folies les plus intimes aux visions les plus impitoyables. Vivre l’écriture comme le seul absolu, au-delà des tabous, telle est l’expérience hors norme sur laquelle Sony Labou Tansi cherche à édifier la destinée qu’il s’est choisi : devenir écrivain, au sens radical du terme, c’est-à-dire démiurge.

Céline GAHUNGU

Agrégée, docteure de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université où elle est chargée de cours, Céline Gahungu est chercheuse associée à l’ITEM/CNRS et y co-dirige l’équipe « Manuscrits francophones ». Ses recherches portent sur les archives des littératures africaines.

Flyer_Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain

URL de référence : http://www.cnrseditions.fr/litterature/7718-sony-labou-tansi.html