Archives par mot-clé : Parution

Parution : l’œuvre de Boubacar Boris Diop

Revue Études françaises vol. 55, n°3

Presses de l’Université de Montréal, 2019.

Dossier coordonné par Josias Semujanga. Avec les contributions de Christian Uwe (Univ. du Minnesota), Josias Semujanga (Univ. de Montréal), Mbaye Diouf (Univ. McGill), Christiane Ndiaye (Univ. de Montréal), Cheikh Diop (Univ. de Ziguinchor) et Liana Nissim (Univ. de Milan).

Cette livraison d’Études françaises rend hommage à l’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop, qui a reçu en 2000 le Grand prix littéraire d’Afrique noire, et trace de nouvelles voies critiques pour son œuvre dont le premier roman, Le temps de Tamango, a paru en 1981. Les études réunies dans ce dossier analysent l’œuvre de Boubacar Boris Diop à partir de deux perspectives. Certains articles privilégient les rapports entre les romans et l’histoire de l’Afrique contemporaine – la colonisation, les indépendances, la période d’après la Guerre froide –, tandis que d’autres insistent davantage sur les formes artistiques et littéraires des récits. Ainsi des fonctions de la métalepse dans la plupart des romans de Diop dont plusieurs narrateurs, tout en racontant des anecdotes sur le monde, évoquent l’activité de l’écrivain en train d’écrire. Un tel choix renvoie-t-il à l’anxiété de l’auteur quant au statut de l’écrivain africain dans sa société de référence, en proie aux doutes existentiels depuis le désenchantement des indépendances ? Est-ce pour cela que Boubacar Boris Diop décide, au tournant de l’an 2000, d’écrire aussi bien en français qu’en wolof, sa langue maternelle, pour élargir son lectorat ? À ces questions tentent de répondre les collaborateurs de ce numéro qui constitue un apport majeur non seulement à la compréhension de l’œuvre de Diop, mais également aux nouvelles pistes de la critique : celle de la poétique de l’auto-traduction et celle de l’œuvre bilingue dans les littératures francophones, et tout particulièrement celle d’Afrique.

Présentation du dossier par Josias Semujanga

Pour se procurer la revue, écrire par courriel à revue@etfra.umontreal.ca.

URL de référence : http://revue-etudesfrancaises.umontreal.ca/ligne-texte-de-presentation-volume-55-no-3-loeuvre-de-boris-diop/

LUKA 12 : The Ubiquitous Figure of the Child Soldier

Susanne Gehrmann/Charlott Schönwetter (eds.):

The Ubiquitous Figure of the Child Soldier

Interviews with African Writers, Academics and Cultural Activists followed by a Comprehensive Bibliography

Wissenschaftlicher Verlag Trier, LuKA (Littératures et Arts d’Afrique) 12, 2019, 229 p.
ISBN 978-3-86821-826-8

Ce volume bilingue comprend des interviews avec entre autres Newton Aduaka, Sule Egya, Abdourahman A. Waberi, Helon Habila, Elnathan John, Femi Osofisan, Josué Mufula, Richard Ali, Eddie Tambwe, Lye M. Yoka et Wilfried N’Sondé sur la présence de l’enfant-soldat dans les littératures et films après 2000.

Quatrième de couverture:

Over the last twenty years, African child soldiers have been a seminal topic in the media and in literature. In narrative genres such as testimony, fiction and film, the persona of the war child has become a trope, a figure of meaning with varying connotations. African and Afrodiasporic authors and filmmakers with roots in different regions of the continent use different narrative, rhetorical and visual aesthetic strategies to represent child soldiers and contribute to an alternative discourse on this ubiquitous figure that goes beyond Western mainstream media.
The interviews presented in this collection feature the opinions of academic teachers, scholars, writers, filmmakers, journalists and readers based in Nigeria, the Democratic Republic of the Congo and different diasporic locations who have worked on the topic in creative or analytical ways in order to explore African perceptions of the literary, medial and cinematic boom on the African child soldier. The interviews offer important insights into the reception of the child soldier figure and its ambiguities in Africa, while they also show the social urgency on the continent to deal with the aftermaths of wars and their collective traumata in a productive way. Throughout many of the conversations, the difficult balancing act of writing about the reality of child soldiers without perpetuating stereotypes about Africa as well as aspects of commodification are discussed.
By now, a multitude of novels, short-stories, plays, testimonial texts, documentaries and fiction films, but also numerous research articles, reviews and dissertations have been published on the topic of the African child soldier. As a relevant tool for further research, the book offers a comprehensive bibliography of this vast body of literature and film material.

U_LUKA_12

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée

Sort de presse en ce mois de décembre :

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016)

par Sandra FEDERICI

Après des débuts souvent précaires dans leurs pays d’origine, certains auteurs africains de bande dessinée sont arrivés à publier en Europe et, pour quelques-uns, à y bénéficier d’une solide reconnaissance. Mais si les conditions de départ semblent être similaires pour tous les auteurs, pourquoi certains arrivent-ils à publier dans les maisons d’édition qui ont un rayonnement international, alors que d’autres restent dépendant des commandes du secteur associatif, des fanzines ou des publications confidentielles à l’enseigne des “micro-éditeurs” ? L’approche sociologique permet ici une analyse rigoureuse des conditions de production, de circulation et de réception du neuvième art africain.

Cet ouvrage est tiré d’une thèse soutenue en cotutelle internationale (Un. Lorraine / Un. Statale di Milano)

Référence : Federici, Sandra. L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016). Préface de Pierre Halen et Silvia Riva. Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales – Études culturelles, 2019, 360 p. – ISBN : 978-2-343-15925-6.

Page de l’éditeur : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64733

Chroniques des Grands Lacs

Parution : Chroniques des Grands Lacs

RD Congo – Rwanda – Burundi

Nouvelles présentées et sélectionnées par Dominique Ranaivoson, Maëline Le Lay

Sépia

Cet ouvrage collectif présente une sélection de nouvelles de la région des Grands Lacs : Rwanda, Burundi ainsi que les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Bien que cette région ait en partage plusieurs langues (swahili, kirundi, kinyarwanda, anglais), l’usage du français continue de nourrir la production littéraire. Ces jeunes écrivains entendent exprimer aussi bien leurs positions personnelles que l’état de leur pays ou la culture de leur société. Ils écrivent pour se guérir, pour dénoncer, pour exalter leurs valeurs, enfin et surtout, pour exister face au monde.

  • Broché – format : 11 x 18 cm
  • ISBN : 979-10-334-0187-2 • 4 décembre 2019 • 184 pages
  • EAN13 : 9791033401872
  • EAN PDF : 9782140137167

Dominique Ranaivoson est enseignant-chercheur à l’université de Lorraine et Maëline Le Lay est chargée de recherche au CNRS à l’IFRA-Nairobi. Cette dernière mène une recherche sur la création littéraire et théâtrale dans la région des Grands Lacs.

URL de référence : https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64642

Théâtres d’Afrique : des traces aux archives

Continents manuscrits 13/2019

Simples lissages stylistiques, expressions d’une maturation psychologique de l’écrivain, ou révisions socio-culturelles ?

Dossier coordonné par Aurore Desgranges

Crédits : Maëline Le Lay

avec des contributions de Fernand Nouwligbeto, Brian Valente-Quinn, Céline Gahungu, Maëline Le Lay, Julie Peghini, Nicolas Martin-Granel et Aurore Desgranges.

 

URL de référence : https://journals.openedition.org/coma/4101

Parution: Le Prêtre, le traître et le rebelle

Le Prêtre, le traître et le rebelle

Figure christique et messianisme dans les œuvres de Dambudzo Marechera etTchicaya U Tam’si

Pierre LEROUX

WVT (Wissenschaftlicher Verlag Trier), coll. LuKA – Literaturen und Kunst Afrikas, Band 11

ISBN 978-3-86821-808-4, 234 S., kt., € 30,00 (2019)

Pour Dambudzo Marechera (1952-1987) comme pour Tchicaya U Tam’si (1931-1988) la légende littéraire et biographique tend parfois à prendre le pas sur la lecture des textes. Le premier, au Zimbabwe, voit son image d’alcoolique et d’anarchiste lui coller à la peau. Le second, au Congo, devient prophète aux yeux de son compatriote Sony Labou Tansi, qui l’appelle « père de notre rêve ». Dans les deux cas, face à des représentations souvent contradictoires, il apparait essentiel de réexaminer les ouvres de ces deux auteurs majeurs.
Dans cet ouvrage, Pierre Leroux, qui est aussi traducteur de Marechera, prend comme prisme la figure christique qui se retrouve sous diverses formes dans toute la littérature du continent pour proposer une véritable étude comparatiste. Les ouvres francophones et anglophones sont en effet trop souvent considérées séparément en dépit de leurs nombreux points communs. La confrontation de ces deux auteurs et de ces deux espaces permet donc d’adopter une vision plus large et plus cohérente de ces productions. Le Christ, dans cette perspective, témoigne de l’héritage culturel lié à l’Occident – le prêtre – du rapport complexe aux anciens colons et aux nouveaux maîtres – le traître – mais aussi de l’espoir et des dynamiques nouvelles – le rebelle.
Représentation en creux construite par des discours multiples, le Christ de Marechera et Tchicaya est donc à la fois ou successivement un révolutionnaire qui se bat contre l’impérialisme romain ou un collaborateur qui rend à César ce qui lui appartient. Au travers de ces différents visages, il constitue donc assurément un pivot pour examiner les relations entre le littéraire, le religieux et le politique, enjeu essentiel des études coloniales et post-coloniales.

Parution: Le Terroriste noir de T. Monénembo

Parution d’un essai de Christine Le Quellec Cottier, Le Terroriste noir de Tierno Monénembo.

Editions Infolio, Collection Le cippe

ISBN 978-2-88474-320-4
12 × 18 cm
I 136 pages I 15 CHF

https://www.infolio.ch/livre/le-terroriste-noir-de-tierno-monenembo.htm

https://www.infolio.ch/collection/le-cippe.htm

Table

Une citoyenneté aux grandes jambes 

  • Exhumer l’Histoire 
  • Une vie en mouvement, une écriture de l’exil 
  • L’avenir se trouve dans le roman… 
Je vous raconterai plus tard comment 
  • Discours et tradition orale 
  • Une cartographie insaisissable 
  • Portraits diffractés 
  • Germaine Tergoresse et Addi Bâ
  • Le village et ses fantômes 
Temps de guerre et des colonies 
  • Un étranger venu des colonies 
  • Un tirailleur, qu’est-ce que c’est ? 
  • Un « nègre » dans le bois… 
Une époque de fatras 
  • Faits et fiction 
  • Trois ans de vie partagée
  • Un siècle pour mémoire 
Une littérature africaine ? 
  • Littérature francophone et littérature-monde 
  • Piste alternative 
  • Voix dispersées 
Tierno Monénembo, quelques repères 
Bibliographie partielle 
  • Œuvres de Tierno Monénembo 
  • Livres et articles critiques 
  • Ressources en ligne et audiovisuelles 
Remerciements

Présentation de l’ouvrage

Couronné du Prix Ahmadou Kourouma, du Prix Erckmann-Chatrian, du Prix Palatine du roman historique ainsi que du Prix du roman métis, Le Terroriste noir, paru en 2012, est un roman subtil, qui offre des temporalités multiples. Il propose une double lecture, grâce à un regard rétrospectif qui met au jour les oubliés de l’Histoire. Tierno Monénembo nous y fait découvrir la figure bien réelle du tirailleur Addi Bâ, évadé puis dissimulé pendant trois ans dans un village des Vosges durant la Seconde Guerre mondiale. Et se révèle alors le discours d’autorité que l’Occident a tenu sur l’Afrique. À travers la mémoire de Germaine Tergoresse, c’est un siècle de liens et de déchirures qui se tissent et se froissent. Et sous la plume agile de Tierno Monénembo, ce sont bien les appartenances et les identités figées que Le Terroriste noir questionne avec originalité et humour.

Christine Le Quellec Cottier est professeure titulaire à l’Université de Lausanne où ses recherches se concentrent depuis plus de dix ans sur le domaine des littératures francophones. Elle dirige par ailleurs le Centre d’Études Blaise Cendrars à la Bibliothèque nationale suisse et a collaboré à l’édition des œuvres autobiographiques et romanesques de Cendrars dans la Bibliothèque de la Pléiade. À l’intersection de ses deux orientations de recherche, elle codirige le projet du Fonds National Suisse «Le Primitivisme littéraire au cœur des avant-gardes. 1898-1924».