Archives par mot-clé : Parution

Arts et activismes afroqueers

Littératures, images, performances

Éditions Karthala, coll. Lettres du Sud. ISBN 9782384092048. 288 p. Parution 20/06/2024

Penser le queer à partir de l’Afrique? Ce livre s’y attache en prenant comme point d’entrée la littérature (prose, théâtre et poésie), mais aussi la photographie et le cinéma d’Afrique et de sa diaspora, pour penser les expériences et les existences queers. Panorama allant de Dambudzo Marechera à Mohamed Mbougar Sarr, de Maryse Condé à Zanele Muholi, cet ouvrage veut ancrer les études queers dans le monde francophone, en faisant un important état des recherches tout en repensant les utopies queers depuis l’Afrique.

Dorothée Boulanger est chercheuse en littératures africaines à l’université d’Oxford. Elle travaille sur les littératures lusophones, les questions de genre et les perspectives écocritiques. Elle est l’autrice de Fiction as History. Resistance and Complicities in Angolan Postcolonial Literature (Legenda, 2022).

Susanne Gehrmann est professeure de littératures et cultures africaines à l’université Humboldt de Berlin. Ses recherches portent sur les littératures francophones, l’innovation des genres et l’intermédialité. Elle est l’autrice notamment de Autobiographik in Afrika. Literaturgeschichte und Genrevielfalt (WVT, 2021) et a dirigé, avec Dotsé Yigbe, Créativité intermédiatique au Togo et dans la diaspora togolaise (LIT, 2015).

Ont contribué à cet ouvrage : Julia Borst, Laurel Braddock, Sylvie Brodziak, Nadia Chonville, Marion Coste, Eric Damiba, Danae Gallo González, Xavier Garnier, Nicola Lo Calzo, Stéphanie Melyon-Reinette, Bernard De Meyer, Magali Nachtergael, Gibson Ncube, Hanane Raoui, Flora Roussel, Régis Samba-Kounzi, Françoise Ugochukwu.

Ce volume est issu du congrès virtuel 2021 de l’APELA, organisé à l’U. Humboldt de Berlin.

Page sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/accueil/3594-10099-arts-et-activismes-afroqueers.html#/22-ebook-papier

René Maran. Entre poétique du sujet et discours colonial

Buata B. Malela. René Maran. Entre poétique du sujet et discours colonial

Préface de Christophe Premat.
Paris, Hermann, coll. “Savoir lettres”, 29 mai 2024, 424p. 

EAN : 9791037038616

Présentation

Être écrivain français durant l’ère coloniale s’insère dans l’ordre social et le questionnement du sujet. Le parcours, la poésie, les fictions et essais de René Maran en témoignent. Son discours sur l’intériorité fait état de la désillusion ontologique qui, à partir de la Belle Époque, donne à voir une manière d’être poète-écrivain. Ce dernier constitue l’authenticité en mantra esthétique et politique à même de se formaliser dans des combustions affectives.
Son discours sur l’extériorité problématise le souci de la vérité et de la sincérité à travers l’esthétique vériste. Celle-ci aide à l’examen de sa représentation de l’écosystème et de la géoculture coloniales. Comment cette double part, intérieure et extérieure, se ­figure-t-elle dans sa posture d’écrivain français, dans sa ­poétique du sujet et son discours colonial, tout en participant à la bibliothèque coloniale ?
C’est cette question qui, dans ce livre, commande l’approche relationnelle de l’interprétation de ­l’ensemble de l’œuvre de René Maran en fonction de son contexte ­d’énonciation.

Buata B. Malela est professeur de littératures francophones à l’Université de Mayotte. Ses recherches portent sur les discours littéraires francophones (Afrique, Antilles, océan Indien), sur la sociologie de la littérature et sur la pop musique urbaine contemporaine.

Page sur le site de l’éditeur : https://www.editions-hermann.fr/livre/rene-maran-buata-b-malela

Consulter la table des matières et la préface sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/120920/buata-b-malela-dir-rene-maran-entre-poetique-du-sujet-et-discours-colonial.html

Inceste, “race” et pouvoir dans le roman étatsunien et sud-africain

Parution, aux Classiques Garnier, de l’ouvrage de Tina Harpin :
 

ISBN : 978-2-406-16475-3

Cette étude d’une dizaine de romans écrits entre 1929 et 2005 aux États-Unis et en Afrique du Sud est une réflexion sur l’histoire littéraire de l’écriture de l’inceste et sur la façon dont les créations romanesques ont contribué à lever le voile sur l’intrication des politiques racistes et sexistes et de la culture de l’inceste.
 
On peut consulter l’avant-propos en ligne sur le site des éditions Classiques Garnier. 

Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène

Présence francophone n°100 (2023)

Parution du n°100 (2023) de la revue Présence Francophone consacré aux « Langages et imaginaires d’Ousmane Sembène ». Codirigé par Mbaye Diouf et Edoardo Cagnan, le volume est produit en hommage au centenaire de la naissance de l’écrivain et cinéaste sénégalais et fait le bilan critique d’une œuvre multiforme et pionnière, marquée par la trajectoire sociale atypique d’une figure tout aussi atypique des lettres et du cinéma panafricain. 
 
Le volume compte les importantes contributions de Gabrielle Chomentowsky, Gesine Drews-Sylla, Louis Ndong, Claude Forest, Pierre Ndemby Mamfoumby, Assane Ndiaye, Léthicia Obono Ngou-Milama, Abdoulaye Sall, Florence Leca Mercier, Mbaye Diouf, Bocar Aly Pam, Carina Yervasi et Edoardo Cagnan.
 
Pour se le procurer, s’adresser à Jean Ouedraogo (ojean [chez] holycross.edu) ou à Mbaye Diouf (mbaye.diouf [chez] mcgill.ca).
 

« Souvenirs de Lagos »

Festac . . . Memories of Lagos

Published online by Cambridge University Press:  02 January 2024

Publication d’une introduction et d’une traduction (en anglais), par Tobias Warner, d’un texte inconnu de Mariama Bâ dans la revue PMLA.

« Souvenirs de Lagos » est le premier texte oublié de Mariama Bâ à être redécouvert depuis des décennies, et le seul poème que l’autrice aurait publié. Le poème évoque les expériences de Mariama Bâ lors du FESTAC organisé à Lagos, au Nigeria, en 1977. Le texte est paru dans un journal sénégalais (L’Ouest africain) deux ans environ avant la publication d’Une si longue lettre, mais il est resté inconnu des chercheurs. L’introduction et la traduction en anglais du poème sont désormais en libre accès.

Une table ronde virtuelle consacrée à « Souvenirs de Lagos » est programmée lors de la convention de la Modern Language Association ce vendredi 5 janvier 2024, de 14h à 15h HNE, avec Rama Dieng, Tsitsi Ella Jaji, Annette Joseph-Gabriel, Stéphane Robolin et Tobias Warner en conversation. Accessible aux membres de la MLA, cette conversation, qui aura lieu en anglais, est organisée par les Francophone et African to 1990 Forums de la MLA. La conversation sera également enregistrée et mise à disposition quelques jours après la séance.

Une conversation narrative

El Gharbi, Jalel. En quête d’une ombre : roman. [Paris] : Aden éditions, 2022, 159 p., 21 cm – ISBN 978-2-848-40000-6.

À propos du premier roman de Jalel el Gharbi, on peut lire ce résumé dans Worldcat : «Arabie, VIIe siècle. Tandis que l’islam s’étend de manière fulgurante, l’esclave berbère Ikrima hérite du savoir d’Ibn Abbès, le cousin du prophète, avant de devenir le plus grand érudit de cette époque».
On veut bien, ce n’est pas faux (quoique, dans le texte, il soit plutôt question d’Ibn Abbas), mais ça ne dit en réalité pas grand-chose de ce livre qui n’est pas un roman historique. Ne lui disputons pas sa qualité de roman – genre, on le sait depuis Bakhtine, essentiellement élastique –, mais précisons qu’il prend la forme d’une agréable promenade narrative ou, peut-être mieux, de conversation narrative. Si le narrateur nous raconte effectivement une histoire, celle-ci est comme allégée par le discours ; c’est une histoire comme devaient s’en raconter, avec comme ici un certain humour, les beaux esprits « libres et bien nés » dont parlait Rabelais dans une page célèbre à propos de l’abbaye de Thélème.

Un tel rapprochement n’est pas gratuit : nous sommes proches ici de l’esprit de la Renaissance, avec son humanisme érudit et polyglotte, ces plaisirs mesurés mais intenses et de l’esprit et de la chair, et surtout sans doute cette recherche critique d’une intelligence du monde, à bonne distance des vérités toutes faites, des affirmations dogmatiques et de la volonté de pouvoir. Certes, nous suivons le personnage d’Ikrima, du moment qu’il revient en Arabie en accompagnant son maître Ibn Abbas, jusqu’au moment de la mort de ce dernier ; celui-ci s’est retiré à la fin de sa vie dans la ville paisible de Taïf, loin de Médine et La Mecque où s’affrontent des ambitions rivales, et où commence à sévir le personnage d’al-Hajjaj qui incarne avec le plus d’évidence l’ambition de dominer. Mais en réalité, ces quelques faits ne sont qu’un prétexte à deviser et, au lecteur, il est moins proposé de suivre une aventure que d’entendre un discours qui se déploie, interrogeant le monde et surtout les mots qui servent à dire le monde ; d’où l’importance, dans cette conversation, des différentes langues qui s’entendaient alors dans ce qui n’était pas le « Proche-Orient » mais des sociétés mobiles, ouvertes et mélangées, où la diffusion rapide du Coran n’entraine pas (encore ?) une unidimensionalisation ni les « exaspérants excès de zèle » (p. 151) de fondamentalistes vissés à la lettre des textes. Ikrima le Berbère est de toute évidence une projection de l’auteur lui-même, qui ne s’en cache pas lorsque le narrateur attribue à son personnage d’intellectuel berbère (p. 144) la paternité d’un de ses propres textes, la Prière du vieux maitre soufi le lendemain de la fête (éd. du Cygne). De même que ce dernier ouvrage, cette Quête d’une ombre « mêle inflexions mystiques et interrogations ontologiques dans une entreprise qui fait prévaloir la quête sur la trouvaille, la question sur la réponse, le vœu sur sa réalisation » et le sens y « est tout à la fois orientation, signification et sensualité » (site des éd. du Cygne).

Continuer la lecture de Une conversation narrative

Poétiques afropolitaines et afrotopiques (FSSA 53)

French Studies in Southern Africa n° 53

Table des matières / Contents

  • Markus Arnold & Elara Bertho : Poétiques afropolitaines et afrotopiques : imaginer les possibles, recréer le monde
  • Louis Nana : Une utopie dans l’utopie : penser la question de l’africanité dans Rouge Impératrice de Léonora Miano
  • Astrid Starck-Adler : Rouge Impératrice de Léonora Miano ou l’utopie féminine au service de l’humain
  • Éloïse Brezault : Écologie et féminité dans La Prophétie de Fabrice Monteiro : les corps comme lieux afrotopiques pour repenser des territoires-monde
  • Elara Bertho : La poésie de Felwine Sarr : pour un tressage des lieux
  • Markus Arnold : Les tissages d’imaginaires et de possibles de Raharimanana : échos afrotopiques

Varias

  • Yves Clavaron : Reconfigurations littéraires de l’espace urbain colonial et postcolonial
  • Mohamed Semlali : Le Sommeil de l’esclave de Mahi Binebine : récit des origines et digenèse du conteur
  • Gerard Keubeung : Les Maquisards d’Hemley Boum et Confidences de Max Lobe ou la mise en fiction de l’histoire occultée de la guerre d’indépendance au Cameroun
  • Emmanuel Antier : Face au piège de l’approche neurolinguistique (ANL) : quelques pistes de réflexion pour la didactique du FLE au Japon
Comptes rendus