Archives par mot-clé : Parution

L’art est mon arme

Parution en librairie du dossier L’art est mon arme, en majeure de multitudes. Revue politique, artistique, philosophique, coordonné par Elara Bertho, Armelle Gaulier et Maëline Le Lay.

L’art engagé est devenu une posture. Pourtant, loin d’être désuète, la catégorie d’art engagé est de plus en plus mobilisée par les slameurs, les rappeurs, les écrivains ou encore les danseurs au Congo, au Niger, en Palestine entre autres exemples. Tandis que la parole politique souffre d’une crise de légitimité, l’art devient espace de fabrication de la citoyenneté, à bas bruit. Nouvel espace de rénovation démocratique, l’art engagé peut être une posture maniée par les artistes de manière stratégique mais dont les effets pragmatiques en termes de réception sont bien réels.

Consulter le sommaire et les articles : https://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/87-multitudes-87-ete-2022/ 

Ce dossier contient des articles sur des artistes d’Algérie, du Cameroun, du Niger, de RD Congo (entre autres). Il est également disponible sur la plateforme Cairn: https://www.cairn.info/revue-multitudes-2022-2.htm

Ecopoétiques africaines

Xavier Garnier, Écopoétiques africaines. Une expérience décoloniale des lieux

Karthala, coll. Lettres du Sud
Date de publication : 09/06/2022
264 p.
ISBN : 9782811129941

La lecture écopoétique des littératures africaines s’intéresse aux moments où des textes se nouent à des lieux pour lancer l’alerte sur un état du monde menacé par une catastrophe écologique dont la genèse coloniale reste encore peu explorée.
Parce que l’extractivisme qui a présidé à l’aventure coloniale a soumis le continent à une gigantesque opération de zonage dont il souffre encore aujourd’hui, se réclamer des lieux est un enjeu important pour les littératures africaines.
Dès la première moitié du XXe siècle, des écrivains anticolonialistes ont cherché à capter la puissance des lieux pour mener leur combat contre l’exploitation économique et la réification culturelle. Les trois poétiques présentées dans cet ouvrage sont les phases d’un même processus décolonial qui affirme une expérience des lieux : donner corps aux lieux pour défaire les territorialités impériales ; détourner les hyper-lieux pour enrayer la fluidité du marché global de l’image ; laisser résonner les hypo-lieux pour rompre le silence du déni.

Revisitant l’histoire littéraire africaine, Xavier Garnier livre une lecture écopoétique d’auteurs aussi divers que Senghor, Ahmadou Kourouma, Ben Okri, Yvonne Vera, Ngũgĩ wa Thiong’o ou encore Sinzo Aanza et Abdourahman Waberi.

Xavier Garnier est professeur de littérature à l’université Sorbonne Nouvelle et membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF). Ses recherches portent sur les littératures africaines, la théorie du roman, la géocritique et l’écopoétique. Il est l’auteur notamment du Roman swahili (Karthala, 2006) et de Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Consulter la table des matières et commander sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/lettres-du-sud/3455-ecopoetiques-africaines-une-experience-decoloniale-des-lieux-9782811129941.html

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Ouvrage publié avec le soutien de l’université de Lausanne, du Département fédéral des affaires étrangères, de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, de la Société suisse d’études africaines et de la Société académique vaudoise
 

Directrices d’ouvrage : Valérie Cossy, Christine Le Quellec Cottier

Organisé en quatre parties consacrées à autant de formes de pouvoir déclinées au féminin, ce volume réunit trente chercheurs internationaux et écrivaines afin d’interroger les représentations de voix féminines subsahariennes et diasporiques à travers la littérature, les arts visuels et l’histoire.

539 p.
Parution le 18/05/2022.
Classiques Garnier, coll. Rencontres, série Francophonies, n° 2

Mots-clés: Afrique subsaharienne, francophonie, femmes, féminismes, littérature, arts, histoire, diaspora, intermédialité

URL de référence : https://classiques-garnier.com/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir.html

Présentation augmentée sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir-valerie-cossy_108223.php

Nollywood. Le cinéma nigérian 1991-2021

Par Françoise Ugochukwu

  • Date de publication : 25 avril 2022
  • Broché – format : 15,5 x 24 cm • 278 pages
  • ISBN : 978-2-14-025608-0
  • EAN13 : 9782140256080
  • EAN PDF : 9782140256097

La riche production cinématographique nigériane, plus connue sous le nom de Nollywood, est devenue, depuis sa naissance, la vitrine de la fédération. Cet ouvrage destiné aussi bien au public universitaire qu’aux amoureux des cinémas du sud présente et analyse plus de trois cents films produits entre 1991 et 2021. Il introduit le lecteur à une production profondément enracinée dans les cultures du Nigeria et marquée par l’ouverture grandissante du pays à l’influence de la globalisation. Ces films circulent aujourd’hui dans toute l’Afrique et au-delà, dans la vaste diaspora africaine présente sur tous les continents, inspirant un nouveau type de cinéma.

Françoise Ugochukwu, africaniste habilitée à diriger des recherches, est actuellement Research Fellow à l’Open University du Royaume-Uni après avoir enseigné vingt-quatre ans à l’université de Nsukka au Nigeria. Son domaine de recherches couvre plus spécialement le Nigeria, Nollywood, les études igbos et l’interculturel.

URL de référence : https://www.editions-harmattan.fr/livre-9782140256080

The Legacy of a Troubled Past

Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century

Les Presses Universitaires de Provence et Liverpool University Press ont le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage collectif The Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century (coll. « Sociétés contemporaines », 2022) sous la direction de Bernard Cros, Mathilde Rogez et Gilles Teulié.

Présentation de l’ouvrage

Since the advent of democracy in 1994, South Africa has been engaged in an unprecedented exercise of national soul-searching, torn between the need to lay to rest centuries of racial conflict and the desire to come to terms with its traumatic history.
This book asks whether the country has begun to turn the corner on the legacy of collective hurt. To do so it ranges in scope across 350 years of South African history, encompassing the struggle against the apartheid regime, the downfall of white supremacy, the Truth and Reconciliation Commission and the first 25 years of democracy, up to more recent movements, such as #RhodesMustFall, or the inquests into the 2012 Marikana massacre, that point to the persistence of traumatic memory in contemporary society.
The authors assembled here set out to analyse the representation of such memory, how it has been woven into narratives, recorded, preserved and questioned, and how issues of individual and collective responsibility have been grafted onto it through the visual arts, literature, political discourse and public action.
In focusing on memory along with its derived forms of memorialization, collective memory, nostalgia, or post-memory, our contributors pose a fundamental question: is South Africa finally coming to the end of the post-apartheid transition period? Do the decades of memory work on racial violence and repression examined here hold out hope for the nation to make peace with its past?

Table des matières

 
Introduction : Bernard Cros, Mathilde Rogez, Gilles Teulié

1. The Struggle, Past and Present: the Memorialisation of Violence

  • Sabine Marschall, ‘Bruised Landscape of Memory: The Vandalism, Abuse and Neglect of Statues and Commemorative Monuments in South Africa.’
  • Fanny Robles, ‘On the (In)Appropriate Ways to Remember Racial Oppression: Brett Bailey’s Exhibit A and B.’
  • Annael Le Poullennec, ‘How to Remember Marikana: Memory, Narratives and mise en scène.’

2. The Ambiguous Memorialisation of Heroes

  • Brenda Schmahmann, ‘Monumental Disruptions: Usha Seejarim’s Commemorations of Mahatma Gandhi and Nelson Mandela.’
  • Mélanie Joseph-Vilain, ‘Commemorating Piet Retief: Justin Cartwright’s Up Against the Night (2015).’
  • Shannen L. Hill, ‘Borrowing Biko: Visual Critiques of Capitalism in South Africa.’

3. Learning and Unlearning: Memories and/for the Future

  • Fiona McCann, ‘“Unlearning” the Past, Reappraising the Present in Antjie Krog’s Life Writing: The Double Valence of Disposition.’
  • Philippe Denis, ‘Memory Work with IV/HIV Positive Children under Antiretroviral Treatment in KwaZulu-Natal.’
  • Cécile Perrot, ‘Youth, Memory and Politics in Post-Apartheid South Africa.’

Epilogue : Gary Baines, ‘From Reconciliation to Contentious Co-existence: Memory Work and Wars in Post-apartheid South Africa.’

Pour commander :
ISBN 979-10-320-0349-7
ISSN 2265-5913

https://presses-universitaires.univ-amu.fr/the-legacy-of-a-troubled-past

Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle

Moussa Konaté : une écriture de l’Afrique plurielle

Études littéraires, vol. 50, 3 / 2022

sous la direction d’Adama Togola, Christiane Ndiaye et Karen Ferreira-Meyers

L’oeuvre de Moussa Konaté s’inscrit, au tournant des années 1980, dans une littérature africaine qui se redéfinit par des innovations linguistiques, épistémologiques, idéologiques, esthétiques et thématiques. Son travail présente une Afrique plurielle dans laquelle prennent place des enjeux culturels, politiques et sociaux : son oeuvre est tout à la fois réflexive, didactique et engagée. En explorant la problématisation du réel social que propose l’auteur, le présent numéro d’Études littéraires vise donc d’abord à rendre hommage à ce romancier dont l’œuvre a souvent été oubliée par la critique francophone.
Les articles de ce dossier abordent avant tout la cohérence qui sous-tend les écrits de Moussa Konaté. Bien que dans son œuvre les genres foisonnent et que les structures narratives diffèrent, ils forment néanmoins un univers cohérent qui articule le politique et le culturel. Que ce soit par l’étude d’une double dimension (dissensuelle et transculturelle) qui file les romans de Konaté, par la reconnaissance des limites de la démarche hypothético-déductive dans certains milieux culturels, ou encore par l’analyse des différents types de personnages féminins, ce dossier met en lumière une esthétique transculturelle où les communautés s’affrontent et qui témoigne des multiples visions du monde.
En ayant recours à différentes formes littéraires pour aborder une même problématique, Moussa Konaté rend poreuses les frontières entre la littérature populaire et la littérature dite lettrée. Ainsi, il entreprend d’abolir les hiérarchies de genres, et cela traduit les nouvelles voies de l’écriture romanesque africaine.

Sommaire du numéro

Feuilleter la présentation

Numéro accessible sur Érudit.

URL de référence : https://etudes-litteraires.ulaval.ca/moussa-konate-une-ecriture-de-lafrique-plurielle/

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Crossings and Comparisons in African Literary and Cultural Studies

Susanne Gehrmann, Pepetual Mforbe Chiangong (eds.)

WVT, Trier, LuKA 15, 2022, 272 p.
ISBN 978-3-86821-934-0 € 35,00

This book constructs a platform for the critical exploration of Africa literatures written in a variety of African and European languages and goes beyond the mainstream in African literary and cultural studies by engaging multiple hermeneutic approaches to narratives, performance, and visual arts.
Putting emphasis on comparing cultural productions in at least two linguistic expressions, the book foregrounds the analytical strategies employed by the contributors to delve into the epistemologies of African social, cultural and political life, as critical assessments of the novel, short stories, music, drama, film, poetry, social media, festivals, and academic institutions become paramount. The contributions underscore the necessity to respond to trends and transformations that African literary genres and media have seen across time and space with interest in how these changes have been enriched by the different languages of expression.
Going beyond regional and linguistic boxes, in which African literatures, music, and film have often been encapsulated, the chapters in this book present a critical assessment of the ideological, aesthetic, thematic, and linguistic models that illustrate similarities, but also differences, that can be made visible through comparative approaches, and which underscore the innovative potential to put African narratives, lyrics, and discourses conveyed in more than one language in conversation with one another.

Contributions de Abdalla Uba Adamu, Anne M. Carovani, Gbandé Daré, Bernadette Desorbay, Susanne Gehrmann, Cullen Goldblatt, Ricarda de Haas, Miriam Maranga-Musonye, Pepetual Mforbe Chiangong, Oladipupo Oyeleye, Charlott Schönwetter, Isabel Schröder, Clarissa Vierke et Lucia Weiß.

Site de l’éditeur.

9783868219340_i.

U_LUKA_15.