Archives par mot-clé : Parution

Martin Luther King – Ethique et action

Martin Luther King. Ethique et action

Anthony Mangeon

Cerf, 2020.
240 pages
18,00 €

Alors qu’on vient de commémorer les 50 ans de son assassinat, cet essai biographique revient sur l’itinéraire intellectuel, spirituel et politique du pasteur noir américain Martin Luther King Jr. S’appuyant sur de nombreux textes encore inédits en France, il tente de reproduire le plus fidèlement possible l’existence et la pensée d’une figure unique de l’Amérique du xxe siècle, prix Nobel de la paix en 1964.
D’où Martin Luther King Jr. venait-il, quel élève était-il, et quel genre de pasteur devint-il ? Fut-il vraiment l’auteur de tant de livres et de discours ? Quelles étaient ses ambitions politiques ? Avait-il une vocation de martyr, de prophète ? Enfin, quel héritage a-t-il laissé, et à qui ?
Au fil de pages très bien documentées, s’esquisse un portrait contrasté, loin des hagiographies habituelles, où l’étudiant plagiaire cède la place à un orateur et un stratège politique hors pair ; où le mari infidèle s’efface derrière l’infatigable militant ; où l’interlocuteur privilégié des puissants dialogue passionnément avec les plus humbles et les plus démunis.
Un livre nécessaire, pour découvrir le vrai visage de Martin Luther King Jr., et peut-être le vrai visage de l’Amérique.

Spécialiste de l’Amérique noire, Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, comme La Pensée noire et l’Occident (2010), ou Crimes d’auteur (2016).

Ouvrage finaliste du Grand Prix de la biographie politique : Grand prix biographie politique 2020_Finalistes (12-11-2020)
 

Emerging Trends in Eastern African Literatures and Cultures

Parution d’un recueil d’essais sur les littératures et cultures de l’Afrique de l’Est, incluant des chapitres sur la littérature burundaise ainsi que la littérature swahiliphone.

Susanne Gehrmann, Oduor Obura, James Ogone, Obala Musumba (eds.): Emerging Trends in Eastern African Literatures and Cultures. Glienicke: Galda, 2020, 352 p.

This book volume engages the emergent ways and exercises of world-making in eastern African literatures and cultures. It also includes how the world comes to eastern Africa as well as how eastern Africa speaks to the world. Writers within the region have come up with novel commentaries on diverse social issues. Artists and other users have invented new forms of expression through digitalization. The structure and content of this literature and cultural conversations, in line with modernity, has exhibited a fluidity that calls for the critical appraisal carried out in this book.
Therefore, this book volume centralises the emergence of new patterns of engagement in the literatures and cultures of the region. Taking cue from the cultural transformations, technological advancements and political influences, the volume raises questions on politics, conflict and war, and the evolving genres and canon. The book crosses language barriers beyond English and includes critical attention to texts written in the Swahili and French languages. The chapters aim to give a broad overview of the writings and cultural expressions in the eastern African region, including novels, films, short stories, theatre, poetry, oral, and digital performances.

TABLE OF CONTENTS

Introduction: An Overview of Trends in Eastern African Literatures and Cultures
Oduor Obura

Part One: The Evolving Literary Canon

Literary Disruptions of the Ugandan Canon in Selected Ugandan Short Stories
Edgar Nabutanyi
A Discipline under Siege: Interrogating the Place of Literature in English in the Secondary School Curriculum in Tanzania
Obala Musumba
Cartographies of Killing: Transnational Drones in Eye in the Sky
Jana Fedtke
Performing in the Cyber Space: The Online Mchongoano Battles
Kimingichi Wabende
Mobile Phones in the Public Space: Communication as Contextual Cultural Practice in Kenya
James Ogone

Part Two: Conflict, Politics, and War

Narrating Violence in Burundian Genocide and Civil War Literature: Pacifique Irankunda’s “Playing at Violence”
Jodi Mikalachki
Violence and the Multivocality of Silence in Roland Rugero’s Novels
Giuseppe Sofo
Conflicts in Memories, History and National Identity in Burundian Literature
Pierre Boizette
The Aporia in Eastern African War Narratives as Reflected in Uwem Akpan’s “My Parents’ Bedroom” and Misago Aloys’ La Descente aux enfers
Marie-Thérèse Toyi
Ethiopian Dissident Fiction: Countering Despotism in Hama Tuma’s Short Stories
George Otieno Odhiambo
Agony on Stage: The Intrigues of Building Houses in The Rubble Rouser, performed at the 58th Edition of the Kenya Schools and Colleges Drama Festival (KSCDF)
Pepetual Mforbe Chiangong

Part Three: Recent Interventions in Swahili Writing

UWARIDI Initiative: The Innovative Transformation of a Self-help Project by Tanzanian Novelists into a Powerful Literary Space
Uta Reuster-Jahn
Swahili Poetry in the New Millennium: Established and Emerging Trends
Flavia Aiello, Roberto Gaudioso and Emiliano Minerba
Linking the Centuries: The ‘Big Four’ of Kenyan Swahili Writing
Mikhail D. Gromov

URL de l’éditeur : https://www.galda-verlag.de/product/emerging-trends-in-eastern-african-literatures-and-cultures/

Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Borders and Ecotones in the Indian Ocean – Cultural and Literary Perspectives

NOUVELLE PUBLICATION / NEW RELEASE

Co-édité par Markus Arnold, Corinne Duboin & Judith Misrahi-Barak

https://www.pulm.fr/index.php/9782367813578.html

Les essais critiques réunis dans ce volume prennent leur ancrage dans l’océan Indien et explorent les multiples façons dont la dynamique des échanges a formé cette région multilingue, de l’Inde aux Mascareignes et en Afrique australe. Frontières, lisières et tiers-espaces sont revisités à travers la notion d’écotone, une zone de transition entre deux écosystèmes. Si le terme a été surtout utilisé par les biologistes et les écologistes, l’angle métaphorique s’avère particulièrement fertile en ce qu’il autorise des approches transdisciplinaires et rend possibles des perspectives nouvelles. En anglais et en français, ce volume vise à enrichir la recherche déjà publiée dans plusieurs champs disciplinaires et à participer au développement des études indo-océaniques. Les auteurs du volume réexaminent ces écotones comme des espaces de frictions autant que des espaces de fusion.

Mots-clés : Écotones, Océan Indien, Frontières, Liminalité, Migrations

This collection of critical essays anchors itself in the Indian Ocean and explores the multiple ways dynamic exchanges have shaped this multilingual region of the world, from India to the Mascarene Islands to Southern Africa. Borders, edges and third spaces are revisited through the notion of the ecotone, a transitional zone between two ecosystems. If the term has primarily been used by biologists and ecologists, the metaphorical angle proves to be fruitful as it authorizes transdisciplinary approaches and empowers fresh perspectives. In French and in English, this volume aims to contribute to scholarship already published across various disciplinary fields and to participate in the development of Indoceanic studies. The authors of the volume rethink those ecotonal sites that are spaces of frictions as much as spaces of fusion. 

Keywords: Ecotones, Indian Ocean, Borders, Liminality, Migrations

Continuer la lecture de Borders and Ecotones in the Indian Ocean

Études africaines : nouvelles approches, nouveaux enjeux

Acta Fabula, dossier critique n°59, novembre 2020 (volume 21, numéro 10)

Textes réunis par Christine Le Quellec Cottier et Simona Sala

Questionner aujourd’hui la production critique sur les « études africaines » stimule des réflexions qui mettent en réseau des espaces, des temporalités, des sensibilités et des formes. Le dossier proposé par Acta fabula, en collaboration avec le Pôle pour les études africaines de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne (PEALL) met en lumière un renouveau des lectures critiques, souvent parce que les propositions sont interdisciplinaires et envisagent un continent connecté, partenaire d’autres parties du monde : il ne s’agit pas – ou plus – d’affirmer une spécificité soi-disant manifeste, mais de faire connaître des créations et des initiatives qui résonnent sur des plans similaires, chacune à sa façon.
Ainsi, les textes peuvent interroger des points de vue – africains, européens, nord‑américains, … –, mettre en parallèle des productions contemporaines et leur relecture des plus anciennes, évoquer des destins singuliers et des œuvres protéiformes, en évitant l’écueil désormais trop fréquent de l’expérience personnelle du chercheur : comment résumer une capacité de réflexion et d’analyse à une origine biologique, à une couleur de peau ? Être décolonial, dans notre monde contemporain, ne peut signifier réduire l’existence de chacun à une « expérience » (… ne peut écrire sur l’Afrique qu’un Africain ; ne peut interpréter un LGBT qu’un LGBT, ne peut parler de Platon qu’un Grec …) et le dossier proposé rend compte – s’il le fallait – des apports des lectures croisées et des connivences tissées. Les lectures critiques ne font donc pas l’impasse sur des problèmes sociétaux majeurs, mais au contraire participent à leur résolution en mettant en évidence des capacités d’interactions propres au « vivre ensemble ».
La réflexion sur la littérature et le pouvoir de la langue est un domaine fructueux nourri d’imaginaires en constant devenir, où les personnages et les intrigues ne sont jamais limités à un calque du réel. Le dossier d’Acta fabula est un acteur de cette relecture active du champ des littératures mettant en scène un univers africain – continental ou diasporique – impliquant autant l’histoire littéraire, des formes singulières que le temps de l’Histoire.

A consulter et lire sur Fabula : https://www.fabula.org/revue/sommaire13221.php

«La patience cuit la pierre». Par Daniel Delas

« La patience cuit la pierre », disent les femmes peules

Djaïli Amadou Amal, Les impatientes, roman, Emmanuelle Collas, 2020, 240 p.

Peut-on être féministe et peule ? Peut-on être peule et impatiente ? (titre du roman assorti d’un avertissement : « cet ouvrage est une fiction inspirée de faits réels ») alors que père, mère, oncles, imams ne cessent de répéter (à chaque fin des trois chapitres) :

Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie. Telle est la vraie valeur de notre religion, de nos coutumes, du pulaaku. Intégrez-la dans votre vie future. Inscrivez-la dans votre cœur, répétez-la dans votre esprit ! Munyal , vous ne devrez jamais l’oublier (p.15)

Les Peuls, originaires de la zone saharienne, sont une importante communauté ethnique de religion musulmane qui a entretenu des rapports souvent difficiles avec les peuples sahéliens. Ils ont fondé des empires puissants au cours des siècles. Dans le domaine francophone, Amadou Hampaté Bâ nous a fait connaître par ses écrits leur mode de pensée et d’être tandis que Tierno Monénembo a fait revivre leurs ‘mœurs cinglées’. Mais cette histoire est exclusivement une histoire d’hommes de même que leur résistance à la colonisation, alors que le roman de Djaïli Amal (née à Maroua (Nord-Cameroun) en 1975) nous parle du point de vue des femmes peules, avec des paroles de femmes dans une société totalement dominée encore aujourd’hui par les hommes.
A Maroua par exemple, les Peuls sédentarisés se sont regroupés dans certains quartiers, la famille de Ramla, l’héroïne principale, occupe une concession entourée d’une enceinte de hauts murs au sein d’un ensemble de cinq autres : cinq familles dirigées chacune par un oncle, quatre-vingt enfants facilement. Combien de femmes ? Difficile à dire puisque dans chacun de ces foyers polygamiques, le nombre d’épouses varie en fonction des répudiations et des remariages.

Les visiteurs n’y pénètrent pas : ils sont reçus à l’entrée dans un vestibule que, dans la tradition de l’hospitalité peule, nous nommons le zawleru. Derrière s’ouvre un espace immense dans lequel se dressent plusieurs bâtiments : d’abord l’imposante villa de mon père, l’homme de la famille, puis le hangar, une sorte de portique sous lequel on reçoit les invités, enfin les habitations des épouses où les hommes ne pénètrent pas. Pour parler à son mari, une épouse ne peut passer que par la coépouse dont c’est le tour.
[…]
Nous, les filles, vivons avec nos mères respectives pendant que nos frères ont leurs propres chambres à l’extérieur des appartements maternels dès la préadolescence. Et bien sûr, filles et garçons ne font que se croiser, s’adressant à peine la parole. (p. 29)

Le roman se veut une dénonciation – on le sent dans le ton – de l’oppression séculaire des femmes – mariage forcé, viol conjugal et innombrables coups bas entre coépouses en quelque sorte programmés par cette structure sociale reposant sur un cloisonnement rigoureux. Il est la vengeance d’une femme dont les rêves d’amour et de modernité ont été laminés sans pitié et qui est contrainte de se défendre pour survivre. Amère derrière son masque fardé,  Safira restera la puissante première épouse,  daada-saaré : « Quoi qu’il arrive, je suis la daada-saaré. Personne ne pourra jamais me remplacer. » (p. 239) tandis que Hamla s’enfuira vers une vie meilleure.

On ne tentera pas de résumer les innombrables épisodes de la vie de bataille des épouses dans la chaudron  d’une telle société polygame tant ils sont imbriqués les uns dans les autres. Réduisons notre propos en empruntant à la 4ème de couverture :

Trois femmes, trois histoires, trois destins liés, celui de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa sœur, est contrainte d’épouser son cousin. Patience ! C’est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu’il est impossible d’aller contre la volonté d’Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. ». Mais le ciel peut devenir un enfer.

Et posons la question qui taraude le lecteur moderne : comment une société humaine peut-elle se développer harmonieusement sur de telles bases ? Comment les hommes peuls peuvent-ils rester tranquillement installés en garants et bénéficiaires d’une société aussi inégalitaire et violente ? Faut-il, à la suite d’ Amin Maalouf  (Le naufrage des civilisations), incriminer un islamisme obtus qui aurait remplacé le nationalisme nassérien après la défaite de 1967 ?  Incapables d’assumer la défaite, les peuples arabo-musulmans feraient ainsi payer aux femmes le prix de leur propre déficience.

‘Patience !’,  semble dire la romancière, ‘ça ne durera peut-être pas toujours!’

Daniel Delas

Pour citer cet article : «La patience cuit la pierre». Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 15/11/2020, https://apela.hypotheses.org/4401.

Henri Lopes, nouvelles lectures façon façon-là

Colloque en ligne sur Fabula :

LOPES HENRI / Photographié le 26/06/2020 à Suresnes, à son domicile / FRANCOIS GRIVELET POUR JA.

Scandée par l’écriture et l’action politique, l’effervescence de la vie publique et le retrait nécessaire à la création, la trajectoire ambulante d’Henri Lopes, vécue entre le Congo et la France, semble tout aussi multiple que ses écrits.
« Mettre, dans l’univers littéraire, mon univers ». C’est avec ces mots que l’écrivain, au cours d’un entretien, a reconstitué l’ambition qui a guidé ses premiers pas. Au regard d’un cheminement où le besoin d’écrire, impérieux, s’est toujours fait ressentir, ce souhait s’est pleinement réalisé. Composée de neuf romans, de nouvelles, d’essais, de poèmes et de mémoires récemment livrés au public, l’œuvre d’Henri Lopes en fait l’une des figures majeures des littératures francophones. De la publication de Tribaliques, en 1971, à la parution, en 2018, d’Il est déjà demain, Henri Lopes a poursuivi la consolidation de son univers, ramifié son invention et, depuis bientôt cinquante ans, n’a jamais cessé d’impulser un élan exploratoire à son écriture. Enquêtes inlassablement menées, récits métafictionnels dans lesquels la comédie littéraire se réfléchit, tableaux des relations coloniales et postcoloniales, miroirs où se diffracte un je recomposé en de multiples avatars fictionnels – ses écrits sont l’objet du présent dossier qui s’efforce d’en capter les permanences, les bifurcations et les exigences.

« Henri Lopes, nouvelles lectures façon façon‑là ». À la suite du dossier « Henri Lopes, lectures façon façon‑là » précédemment dirigé par Anthony Mangeon (Études littéraires africaines, n°45, 2018), auquel participaient déjà plusieurs contributeurs rassemblés ici, et dans le prolongement de la journée d’étude « Réinventer la vie, prophétiser le réel : Henri Lopes » (CIEF/CEELF Sorbonne Université, 15 juin 2018), qui les avait à nouveau réunis, autour et en présence de l’auteur, c’est donc à une nouvelle danse, avec une œuvre tramée d’une vie ondoyante, que le lecteur est aujourd’hui convié.

Dossier coordonné par Céline Gahungu et Anthony Mangeon

avec la collaboration de Romuald Fonkoua

et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Sommaire et articles (de Céline Gahungu, Anthony Mangeon, Catherine Mazauric, Bernard Mouralis, Ninon Chavoz, Florian Alix, Charlaine de la Taille et Bo-Hyun Kim) à consulter sur Fabula.